PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Topsy Turvy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8345

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Ven 5 Oct 2012 - 22:55

C'était fou comme un simple phénomène de contraste pouvait vous faire apprécier des choses qui vous paraissaient d'ordinaire parfaitement banales et sans intérêt, quand bien ces choses-là se seraient baladées sous votre nez en petite tenue. Mélusine, qui n'avait jamais été une grande fan du silence et de l'inaction, goûtait à présent la sérénité d'un moment de calme. Loin de Resnald. Tout était dans la nuance.

Resnald n'avait jamais rien compris aux nuances. Et vint briser son petit moment de quiétude avec ses gros sabots. Certains mecs manquaient cruellement de subtilité. Ce qui tombait plutôt bien : pour quelques minutes, elle en était.


« Je te manquais tellement, Nald ? »

Et Murtagh de lui offrir son plus beau sourire de séducteur.
C'était une chose que l'alter-ego de Mélusine pouvait se permettre. Surtout pour de faux.
D'un bond, Mélusine se leva pour faire face à l'intrus qu'elle dévisageait sur un pied d'égalité, sans se départir de son expression avenante. Puisque les petites piques n'avaient pas fonctionné, elle allait opter pour une tactique diamétralement opposée.

' Le bon vieux « Suis-moi, je te fuis. Fuis-moi, je te suis.» ? Courageux. '

Pourquoi donc, courageux ? Aux grands maux les moyens. Quitte à faire ça bien, autant mettre au défi les vieux proverbes. Et à les réinterpréter à l'envie.
Resnald lui collait au train un peu plus chaque fois qu'elle l'envoyait balader ? Voyons ce qu'il allait faire quand Murtagh allait tenter l'offensive inverse. En tout bien tout honneur. Et toute virilité.


« Olà, vous deux ! », lança le cousin Murtagh de sa voix de stentor, à l'adresse des deux âmes paisibles qui avaient élu domicile dans ce havre de paix. « Est-ce que vous pourriez nous laisser, please ? L'ami Resnald et moi aimerions un peu plus... d'intimité. »

Le tout servi avec un œillade discrète au seul bénéfice de l'ami Resnald.
Les deux résistants ne se firent pas prier. Probablement qu'ils avaient suffisamment de sensibilité pour sentir l'orage approcher. Ou peut-être qu'elle avait parlé suffisamment fort pour émettre des ondes de chambardement.
La porte que le dernier d'entre eux referma derrière lui, calmement, discrètement, lui tira un sourire.


« Asseyons-nous, veux-tu, Nald ? »

Nouveau petit nom essaimé au petit bonheur la chance. Nald devait être perçu comme une excuse murmurée à mi-voix, quand ça n'était, bien sûr, qu'une autre façon de se foutre de lui. Jusqu'où Resnald tiendrait-il avant de partir en courant ?
Murtagh s'installa sobrement à la place qui était la sienne avant l'interruption grotesque de l'ex Vert, à savoir sur le tapis au bord du feu et se tourna ouvertement vers les flammes, comme avec pudeur, pour laisser le loisir à Resnald de s'approcher.
D'un ton posé, presque doux, il demanda à mi-voix :


« Reprenons depuis le début, veux-tu ? Je suis Murtagh McEwan. Tu es Mark Resnald. Enchanté, Mark Resnald. »

Avec un semblant de grâce sorti d'on ne savait trop où (en tout cas, pas de son répertoire personnel, Mélusine en était certaine), Murtagh McEwan tendit une main pleine de promesse à Resnald, en lui servant une nouvelle œillade à moitié enflammée. A moitié seulement. Il ne fallait pas exagérer.

Alors ? Qui partait en courant, maintenant ?




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Mark Resnald
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 24 ans
Signature : Mélusine
Avatar : Lux Aeterna
Date d'inscription : 02/04/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4747

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Ven 9 Nov 2012 - 20:41

Chouette ...

J'avais retrouvé Mumu mon copain d'infortune ! Et en plus le lieu ici présent était plus que cosy et offrait une intimité quasi religieuse. Intimité que le dénommé Mumu voulait garder pour lui, mais trop tard j'étais passé par là.
Pour sûr qu'il m'avait manqué ! A sa petite phrase, je lui offrais mon plus éminent sourire en guise d'une profonde sincérité à son égard ... Non, me connaissant, c'était juste pour me foutre un poil de sa pomme d’Écossais. Il me rappelait Mélusine l'Incendiaire, par bien des traits de personnalité ... Peut-être était-ce un Mélusine au masculin ? Si, c'était cela, c'était ...

Affreux.

Je fus tiré de mes pensées par la diatribe hurlante de Murtagh, qui ordonnait à nos deux acolytes ici présents, de déguerpir manu militari. Et bien évidemment, ils déguerpirent sans demander leur reste ! Ils n'étaient pas fous. Ou suicidaires. Au choix ! J'attendis que les deux zigotos prennent la poudre d'escampette pour me tourner vers mon rouquin d'interlocuteur, ce dernier me lançait des œillades plus que provocantes ...
Etait-il ... ? Je n'eus pas le loisir de me poser plus de questions, qu'avec une petite voix mielleuse, il me proposa de m'asseoir. Lui était sur le sol, et moi où allais-je me mettre ? Je me laissais donc tomber sur le tapis à côté de lui dans un soupir à réveiller les morts. C'était quoi ce plan étrange ? Il me faisait quoi là ? Un numéro de séduction à trois mornilles ? J'en rirais presque !

Mais non.

Voilà, qu'il mettait les formes pour se présenter. Chouette, je n'en avais rien à faire, mais jouer le jeu était plus que plaisant ! Ce que je fis, avec un large sourire tout en prenant dans une de mes mains gantées sa main afin de la serrer. Je n'étais nullement mal à l'aise, bien au contraire. Mumu me connaissait bien mal ...


- Mumu ? As tu une charmante petite amie laissée dans l’Écosse verdoyante ? Ou mieux ! Un petit ami ?

Un large sourire s'était emparé de mes lèvres mates avant de le fixer longuement de mes yeux dorés.

Autant en savoir plus sur lui non ? Vu que j'allais être bloqué un bon moment avec.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8345

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Mar 27 Nov 2012 - 0:13

' Oh meeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer** ! '

Eh quoi ? Resnald ne pouvait-il pas simplement agir comme un type civilisé et supposément hétérosexuel et partir en courant ? Ou au moins, éprouver un semblant de gêne avant de choper le premier prétexte venu et s'exiler sans faire d'histoire ? Non. monsieur était apparemment trop obtus pour capter toute la subtilité de son Opération Séduction à deux noises la minute.

Bon. Ne pas se laisser démonter. Improviser. Et advienne que pourra !


« Un peu de tout, mon cher, un peu de tout. Mais j'ai noyé ma solitude dans la chaleur humaine, ne t'en fais donc pas. »

Un mec pouvait-il dire ça et rester crédible ? Honnêtement, on ne lui avait jamais sorti ce genre de truc à elle mais son champ d'expérience était relativement limité. Et puis, Murtagh était Murtagh, il avait ce qu'il fallait où il fallait pour qu'on n'hésite pas une seconde sur son genre. Masculin. Il fallait juste prendre garde à ne pas virer dans le cliché.

« Et toi donc ? Une petite femme ? Un mec ? Ou, mieux, personne du tout ? »

Là, il ne devrait pas arrêter de sourire, s'il avait vraiment été un type normal ? Par "normal", il ne fallait pas entendre "normé" mais en possession du minimum syndical de neurones qui distinguait l'être humain des organismes unicellulaires.

« Personne, c'est plutôt bien, ça laisse plein de place aux imprévus... »

A peine Murtagh avait-il terminé sa phrase que les flammes qui brûlaient dans les torchères et dans l'âtre s'éteignirent simultanément dans un chuintement humide.

' Il ne reste plus qu'à espérer que Resnald a peur du noir si on ambitionne de rigoler un peu. '

Puisque, de toute évidence, les stratagèmes mélusiniens n'étaient pas assez repousse-trolls. C'était à se demander ce qui aurait vraiment été efficace pour faire fuir le Vert. Un putois ? Dommage qu'elle n'ait pas ça sous la main.
Discrètement, pour laisser Resnald seul à sa panique, Murtagh/Mélusine extirpa sa baguette de dedans sa chaussette et entama un rapide feuilletage de sa mémoire pour trouver un sortilège adéquat à la situation. Non. Non. Non. Pas celui-là. Celui-ci non plus. Non. Encore non. Toujours non. Ah, oui, lui, peut-être. A prononcé dans le secret de sa tête pour en conserver la saveur de surprise et...

Et rien. Du tout. Nada. Nothing. Niet.
Du rien avec un grand R, et même des majuscules un peu partout pour faire bonne mesure.

Ah. scratch

Deuxièe tentative.
Troisième.
Quatrième.

Et le RIEN qui la narguait chaque fois un peu mieux.

Bon. Un « Lumos » était à la portée de la première situation de crise.

Apparemment pas.

' Y a quelque chose qui cloche et c'est pas toi. '

Sans blague ?
Elle était tout de même pas capable de supprimer la magie d'une pièce rien qu'avec de la mauvaise humeur concentrée...




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Mark Resnald
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 24 ans
Signature : Mélusine
Avatar : Lux Aeterna
Date d'inscription : 02/04/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4747

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Sam 1 Déc 2012 - 13:18

La Rousse Incendiaire.

Je ne pouvais le nier, en cet instant précis cette gourgandine me manquait atrocement. Bien que notre "relation" n'a jamais été de bonne augure, Mélusine, parvenait à faire un petit trou dans mon cœur d'artichaut. Non pas que Murtagh soit de mauvaise compagnie, mais Mélusine avait quelque chose ... de plus attrayant.
Et du moins, c'était déjà une fille, ce qui était ma foi un luxe en soi. Mumu, était tout de même un peu trop masculin à mon goût.
Je n'écoutais plus ou du moins je faisais feint d'écouter Murtagh m'allouer sa réponse. Ce dernier, avait noyé ses désirs peu scrupuleux dans la chaleur humaine ... Berk. Voilà, que ma tête tournait à plein régime, et des images phallacieuses hantaient mes prunelles dorées et si chastes.

Mouais. A voir. Elles étaient plus si chastes en fait.

J'écoutais toujours Mumu avec le regard centré sur lui. Bien que toutes mes pensées étaient scotchées ailleurs. Et Mélusine, c'est quand qu'elle revenait elle ? Rien que pour l'embêter, comme je savais si bien le faire ! Mais Merlin n’exauçait pas les vœux des méchants garçons, et ça, franchement, Papy, il devait se recycler.
Mes lèvres fines et mates s'étirèrent en un sourire des plus carnassiers, quand je pris la parole pour répondre à mon "charmant" interlocuteur :


- Oh, ma situation amoureuse t'intéresse ? Hé bien, pour te répondre, je dirais JOKER Mumu. J'avais dit cela, avec mon sourire des plus narquois. Non mais.

Voilà que Murtagh Mc Ewan, faisait son joli cœur avec ma personne. Des prunelles bleutées si brûlantes, que tout s'éteignit autour de nous. Et que étrangement, mes stigmates colorées commençaient à me brûler. Dans l'obscurité bien présente désormais, je grimaçais. Je me tenais le poignet gauche tout en rageant contre moi-même. Apparemment les décoctions de Sweevil frère, ne faisaient plus effet ...
Et bordel, j'avais mal. Je fermais mes orbes dorées pour me calmer et j'inspirais bruyamment pour faire sortir toutes ces idées noires qui avaient pris place quand les tatouages magiques se mettaient en place.
Et quoi ? Il arrivait pas à rallumer des putains de torches ? Merlin, j'avais envie de le broyer sur place, tant le Mal s'insinuait dans mes veines.

Parlant entre mes dents blanches et bien droites, je luttais pour ne pas sombrer.


- Ta cousine, arrive quand ? Car si Monsieur est pas fichu de rallumer des torches, on est mal. Et viens pas me rejeter la faute dessus, j'ai oublié ma baguette, moi.

Bon Dieu que ça me brûlait de l'intérieur avec la désagréable impression que tous mes organes disparaissaient petit à petit. Je venais de me taire, en proie à la douleur et je devais m'économiser. J'avais rampé vers le mur froid de la pièce et y avais posé mon front étrangement chaud. Je soupirais, ça me faisait du bien.
Qu'il me laisse ici, rien à fiche. Mais tant que ça me refroidissait, tout m'allait non ? Si. Je restais bien ainsi un bon moment, que je ne sus décompter, tant la sensation de froideur était bonne ...
J'avais la bouche pâteuse, le front tiède, des tremblements dans tout mon immense stature. J'avais du mal à articuler, tant la pression sur ma tête était énorme, mais je le devais. Pour montrer au moins à Mumu, que bon, même s'il l'aurait souhaité, j'étais pas encore mort.


- Mur ... Ta ... gh.

Ok. Y'aurait pu avoir mieux, mais l'intention y était ...

Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8345

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Ven 11 Jan 2013 - 0:06

« Tu veux parler de Joker Kentigern ? Wa-hou ! Je savais pas que c'était ton mec... »

Ok, c'était du niveau BUSEs - 2 mais c'était juste génial comme repartie. Non ?
Ledit Joker Kentigern était un pseudo acteur de cinémagic raté qui n'avait fait parler de lui, dernièrement, que pour ses publicités pour des dentifrices moldus. Il faut dire que ce jeune monsieur avait un sourire à faire pâlir une brosse à dents. C'était à peu près tout ce qu'on pouvait compter à son potentiel charisme, du point de vue de Mélusine, mais ça n'était pas une raison pour le léser en oubliant de mentionner un détail de ce genre.

Et puis, c'était juste une petite pique pour égratigner un peu la toute-puissance de l'orgueil de monseigneur Nanald. Ou pour délayer un peu le temps et lui laisser l'espace de se payer une petite crise de panique. Non, toujours pas de phobie du noir ? Allez, un petit effort quoi, juste pour lui faire plaisir.

Ah.


« T'inquiète pas, Nanald, je vais pas te laisser tout seul avec les gros vilains monstres. »

C'était pousser le bouchon un peu loin, certes. Mais après sa petite diatribe sur les potentielles imperfections magiques de Murtagh McEwan, il méritait bien ça.

« Et je te signale, mon cher, qu'il semblerait ne plus y avoir une once magie dans cette pièce. Alors, la lumière, ça n'est pas pour tout de suite. »

' Plus de magie ? '

Oooooooooooooooooooh. Bouse. Le Polynectar.
Prudemment et discrètement (pas comme Resnald qui émettait des sortes de râles dans sa transe maussade), Mélusine se tâta en quelques points stratégiques pour découvrir que l'honneur était sauf et que Murtagh siégeait encore tout autour d'elle (mais le corps était-il bien autour de l'esprit et de l'âme ? Ou bien n'en était-ce qu'une extension ? Pouvait-on considérer sa propre enveloppe comme son contenant ? ou comme son contenu ? Oulààààààààààà ! Grosse migraine en perspective. Fin de l'intermède réflexion.).
C'était toujours ça de pris.

A titre de vérification, elle tenta de faire cracher à sa baguette un sort ou un autre, du plus complexe au plus simple. Sans aucun résultat.

Voilà qui commençait déjà à être moins drôle.
Surtout que les marmonnements, soupirs et autres hoquets de Resnald commençaient à être moins amusants que prévus. Voire même un peu flippants. De là à ce qu'elle lui demande d'arrêter son cirque... Pas question ! Elle avait sa fierté. Elle ne serait pas la première à flancher et à avouer à demi-mots qu'elle ressentait peut-être, vaguement, bien caché, un fond d'inquiétude.
L'air de rien, elle sifflota un air à la mode d'il y avait quelques années, sur la mélodie du
Blues du Businessman moldu :

« J'aurais voulu être un vampiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiire
Pour reconnaître le goût du sang
Et pour sentir entre mes dents
La vie d'un autre s'évanouir... »


C'était une impression où le Resnald devenait de plus en plus bruyant ?
Ok. intervention clouage de bec :


« Sérieux, Nald, tu voudrais pas la boucler ? Un peu, c'était drôle, mais là, ça commence à me gaver sérieux... »




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon


Dernière édition par Mélusine McEwan le Lun 22 Avr 2013 - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mark Resnald
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 24 ans
Signature : Mélusine
Avatar : Lux Aeterna
Date d'inscription : 02/04/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4747

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Mer 13 Mar 2013 - 20:05

La douleur.

Elle était là. Insidieuse. Dramatique. Douloureuse. Bloqué contre le mur froid de l'édifice, je ne parvenais pas à bouger, conscient du mal qui m'étreignait tout entier. Ma voix s'était éteinte au profit de râles indistincts et je sentais comme une brûlure diffuse dans tout mon être. J'avais mal, et rien ne me soulageait. Les soins d'Aloysius atténuaient la douleur mais ne la soignaient nullement.
Et Murtagh ne savait rien de moi. Il ne savait pas mes honteuses cicatrices encrées qui décoraient mon corps et qui me faisaient souffrir comme milles âmes en proie aux plus vils des péchés.

J'ai mal.

Lentement je me laisse tomber au sol, conscient que cette fois-ci la Douleur ne s'en ira pas. Je souris d'un sourire sans âme tandis que cette fois-ci le Mal gagne du terrain sur ma personne. Je perds le contrôle et ferme mes orbes dorées pour ne plus rien ressentir. Légèrement inconscient, je sens tout de même que le Mal s'en est allé mais pour un court instant tout de même. Étendu sur le sol les yeux fermés, je sens néanmoins que mes stigmates ne m'incendient plus.
Et qu'étrangement la Magie revint. Mais je n'ai même plus la force d'ouvrir un œil pour m'en rendre compte. Il me faut toujours un temps pour me remettre de ces crises, et là le temps sera bien plus long que la normale. Ma respiration se fait par saccades, le contre-coup de cette Magie que j'ai malheureusement pour moi "ingérée". J'en oublierais presque que je ne suis pas seul, il y a lui. Il y a Murtagh. Et où était Mélusine Mc Ewan quand j'avais irrémédiablement besoin d'elle ?

Où ? Pas ici, j'en étais certain.


- Où est Mélusine ? Ma voix n'était plus qu'un mince filet entre mes lèvres mates. Qu'on abrège mes souffrances, et je m'éteindrais avec cette saleté de Dynastie !

- Aloysius Sweevil, s'il te plaît ...

Comme je l'ai dit, lui seul pouvait un tant soit peu abréger mes sales souffrances. Suis-je puni pour ce que j'ai fait quand j'étais jeune ? Pour avoir délaissé cette cousine que j'aimais tant ? Loevi ... Où était-elle ? Était-elle morte ? Par ma faute ? Si c'était le cas, je payais pour mes péchés.
Un juste retour des choses non ?
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8345

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Mar 23 Avr 2013 - 22:58

Et Resnald qui ne faisait même pas l'effort de lui retourner une petite pique envenimée pour détendre l'atmosphère... Les ennemis n'étaient définitivement plus ce qu'ils étaient. Il faudrait sérieusement qu'elle songe à recruter. Que deviendrait-elle sans un peu d'antagonisme ?
Ses joutes verbales avec de Lansley lui manquaient avec un à propos dérisoire et une intensité flippante. Surtout à ce stade-ci de sa chronologie personnelle. Personne ne savait la provoquer aussi bien. Même maintenant. Mais passons.

Evidemment, si elle s'était débrouillée aussi bien qu'elle l'espérait dans son opération Murtagh Incognito, Nanald n'avait pas la moindre idée de son identité et ne faisait donc même pas d'effort pour être vraiment détestable. Décevant. Si il lui tapait sur les nerfs, ici et maintenant, ça n'était même pas parce qu'il essayait d'être à la hauteur de sa réputation de casse-cou**** mais juste parce qu'il avait un caractère de scrout. Oui, comme ça, au naturel. Bof. Même pas drôle. En haine comme en amour, il fallait mettre un peu du sien pour que la relation ait une véritable espérance de vie.

' Déçue ? '

Un chouïa.
Elle en était presque à se réjouir de la panne de magie momentanée. Voilà au moins quelque chose pour lui prouver que non, sa vie n'avait soudain pas virer dans la normalité. Quelle horreur autrement !
Bref, Resnald faisait sa chochotte, borborygmes (' Wow ! Tu connais ce mot ? ') à l'appui et Mélusine commençait presque à s'ennuyer sévère. Ne lui restait plus qu'à dénicher où pouvait bien se trouver la sortie et elle abandonnerait l'ex-Vert à sa pas-drôlittude. A peine cette décision prise que Resnald, embouseur de première, venait lui mettre des bâtons dans les roues.

Où était Mélusine ?

Juste à côté de toi, crétin !

Une réplique bien sentie au bord des lèvres, elle s'arrêta soudain, pincée par un sentiment d'étrange. Désagréable. Un peu comme lorsqu'on rentre chez soi, tranquille, l'esprit ailleurs, pour percuter deux secondes plus tard que quelqu'un est venu visiter la maison pendant votre absence, pas nécessairement de manière amicale, et a omis de tout remettre exactement à sa place. Voilà. Exactement. Un sentiment d'objet déplacé, d'intrusion dans le quotidien, de chamboulement des normes anormales. En moins pire, certes mais presque aussi traumatisant : Resnald donnait l'impression d'être vulnérable. Sincère dans sa détresse. Erk.
Elle n'avait pas suivi de formation pour être à même de réagir à ce genre de situation. Le "s'il-te-plaît" la traumatisa presque tout autant. Elle ne savait même pas que Resnald avait ce genre de formules dans son vocabulaire. Bouse ! S'il se mettait à être poli, où allait le monde ?

Mélusine passa à peu près trente bonnes secondes supplémentaires à vitupérer contre lui avant de céder à son penchant d'humanité pour s'inquiéter un peu. Avec l'inquiétude, les flashes-back. Incongrus. Déplacés. Un souvenir lointain revenu titiller sa mémoire dont elle se serait bien passée. Le rappel d'une après-midi de déchéance ultime où, victime de l'humour de son amie Althéa et d'un filtre d'Amortensia, elle s'était vue (erk et triple erk) roucouler avec Resnald. Autant dire qu'elle s'était empressée de rayer ça de sa mémoire à court, moyen et long terme. Sans grand succès, de toute évidence.
Elle se souvint brutalement de ses gants, de ses...

' Oh irfinn ! '

Bouse et triple crasse !
Les tatouages !
Ca ne pouvait pas...

' Ta tête ne ment jamais, tu sais.'

Sérieux ? C'était histoire vieille de trois mille ans (au moins) qui venait s'immiscer dans la partie ?
Ce qui voulait dire qu'elle allait devoir prendre les choses (Resnald) en main ?
Ô joie ô bonheur !

Et le Polynectar qui allait bientôt arriver à terme.
Tout. Se. Passerait. Bien.
Elle allait trouver la sortie.
Pendant ce temps, et dans le noir le plus total, elle allait retrouver son apparence.
Murtagh s'esquiverait sous prétexte d'aller chercher Sweevil.
Et ce serait Mélusine qui reviendrait avec les secours.
Et hop ! Bon débarras !

Sauf qu'alors qu'elle s'apprêtait à énoncer son plan géniallissime (trouver la sortie pour aller chercher les secours), sa voix se mit à dérailler, mieux qu'un adolescent en pleine mue. Ce fut avec sa voix à elle, un peu hachurée (méconnaissable, donc ? ← espoir, espoir, quand tu nous tiens) qu'elle balança :


« Bon, Nanald, je sais où est la porte, je t'abandonne deux secondes et je reviens avec la cavalerie, ok ? »

Elle toussa, le plus virilement possible ( Rolling Eyes ) et se dirigea vers les lourds battants de bois. Qui restèrent immobiles.

Chouette.


HJ → tu te souviens ( All you need is love )




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Mark Resnald
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 24 ans
Signature : Mélusine
Avatar : Lux Aeterna
Date d'inscription : 02/04/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4747

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Jeu 25 Avr 2013 - 16:26

Hum.

Je me sentais comme un mauvais acteur de Cinémagik, un de ceux qui n'étaient pas les héros. Ceux qui subissaient les conséquences de leurs actes, et qui étaient les victimes. Victime, je l'étais. Victime de cette foutue famille, de cette dynastie dépravée et décadente, de ces sales stigmates colorées qui ornaient mon corps d'adulte maintenant. Petit, je ne me souvenais nullement de ces tatouages ayant pris place sur mon corps d'enfant. Et mon regard doré, existait-il déjà ? Honnêtement je ne le savais plus. Mais j'étais certain, d'une chose : cette couleur était peu commune.
Certains me le disaient et me le faisaient remarquer, mais je n'en avais rien à faire. J'embousais le monde et ce dernier me le rendait fichtrement bien. Alors, pourquoi se poser des stupides questions ?

Parce que. Simplement, parce que je ne savais plus où j'en étais.

Le Mal, la Douleur, la Souffrance. La charmante triade me faisait délirer et j'en oubliais presque mon humanité. La seule chose que je voulais en cet instant précis, c'était que tout s'arrête. Que tout se stoppe comme c'était arrivé ... Que mon corps, si cela lui était encore possible, parvienne à gérer toute cette malédiction inhérente aux BloodDust. Mélusine ? Cette sale sorcière rousse n'était jamais là quand j'avais besoin d'elle ! Et Merlin sait, que là en ce moment j'aurais dilapidé toutes mes économies, ne serait-ce que pour apercevoir un millimètre de ses tâches de rousseur. Mais à défaut de mieux, il y avait Murtagh.
Je l'aurais presque oublié le bougre. En même temps, la seule chose qu'il pouvait faire, c'était aller chercher Aloysius Sweevil, Médicomage de son état. Là au moins, le cousin Mc Ewan aurait un semblant d'utilité ...

Oui. Seulement un semblant.

Alors que je subissais toujours les affres de la douleur, je sentis mon compagnon d'infortune se lever et se diriger vers la porte. Mais malgré le Mal qui me submergeait, je détectais quelque chose. Peut-être était-ce le délire qui me faisait penser cela, mais dans la voix du Murtagh, je détectais de la Mélusine. Fronçant les sourcils, même ce geste était atroce, j'entendis Murtagh tenter d'ouvrir les portes. Portes qui restèrent closes ... Etais-je vraiment si mal loti que cela ? Était-ce le prix à payer pour toutes mes mauvaises actions ? Visiblement. Râlant ostensiblement et avec tout les efforts du monde, je parvins à me relever. Et l'envie d'étrangler Murtagh de mes propres mains se faisait sentir à chaque seconde.
J'allais lui hurler des insanités à la figure, mais Murtagh avait de la chance, quand j'entendis des pas pressés derrière les lourds battants de bois.


- Bouse ! Où est encore passé ce triple scroutt ? Je lui avais dit de rester pour prendre la suite de son traitement ! Resnald ! Tu m'agaces ! Aloysius ! Bon, même si malgré moi, je m'en prenais plein la figure, j'étais ma foi heureux de l'entendre.

- ALOYSIUS ! Criais-je de toutes mes forces. Mais plus aucun son ne me parvenait du couloir, et j'allais péter un plomb. Mes orbes dorées fixèrent Murtagh, un long moment, je ne saurais dire combien de temps. Puis, fatigué par tant d'énervement qui me consumait tout entier, je décidais de fermer les yeux. Et de plaquer mon front brûlant contre ce mur glacé.

- Quand ? Quand ce cauchemar va-t-il s'arrêter ? Tu peux me le dire Murtagh ?

Evidemment, il n'en savait rien.

- Putain ...




HJ : Oh oh, ça me rappelle des bons souvenirs ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8345

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Dim 9 Juin 2013 - 14:09

Alors que l'espoir avait pointé le bout de son nez sous la forme d'une voix pestant dans le couloir, là, dehors, ce même espoir dut décider que l'air alentour n'était pas bon pour sa santé et rapatria le bout de son nez dans ses quartiers. A savoir très loin de son coin de la bouse dans laquelle Mélusine se trouvait. La voix ne semblait avoir été qu'un mirage, une hallucination auditive.
Dans le noir, elle grimaça, jura intérieurement. Oui. elle. Définitivement. Elle avait fini par retrouver son corps. Exit Murtagh. Timing pourri. La loose, quoi !

' Bon. Ne pas paniquer. '

Facile à dire quand on n'était qu'une voix ! Elle se retrouvait coincée dans un bout de salle tout noir, sans magie avec un type qui, au vu de son ex-appartenance à la maison Serpentard, était peut-être un psychopathe en herbe, souffrant le martyr. Sa couverture de fortune s'était dissoute avec les dernières gouttes de Polynectar. En plus, elle avait faim. Vraiment faim.

' Et qu'est-ce que tu fais dans ces cas-là ? Tu n'as pas une petite... '

Si, une ristourne, une astuce, un truc pour ne pas flancher. Ça n'était pas comme si elle était aux prises avec une petite dizaine d'Opposants dans une lutte impitoyable pour sa survie. Elle avait le temps de la réflexion. Et, dans les situations pénibles, il fallait en revenir au vieux précepte de sa mère :

' Réfléchir au pire qu'il puisse t'arriver... '

Pas sûr que ça lui soit d'un grand secours dans ce cas-là.
Humph... voyons... Le pire ? Se retrouver enfermée ici avec Resnald pour l'éternité, à supporter ses gémissements. Une éternité bien longue, sans jus de citrouille. Ou bien courte, vu qu'ils n'avaient aucun ravitaillement en perspective. Génial ! Elle allait finir sa vie en Resnaldovore, pour tromper sa faim, avant de mourir toute seule dans son coin.
Parfois, le pire avait des allures d'Apocalypse.

' Tu es pitoyable !'

Oh ! Hé ! Elle avait bien le droit de se flageller les neurones de temps à autre, non ?

' Juste à titre indicatif : tu es supposée être Colonel de la Résistance... '

Et donc, elle était supposée être toujours et grande et forte et courageuse et...

' Certes. Mais surtout... je doute que tu disparaisses sans générer le moindre petit remous. Peut-être même qu'on va s'inquiéter, te chercher... '

Elle oubliait juste parfois qu'on pouvait s'inquiéter pour elle.
Ok. Elle serait grande et forte et courageuse. Elle trouverait une solution toute seule.

' T'es pas paradoxale, comme fille. Du tout. '

Uh ?

' Je te dis qu'on va venir te sauver et toi, tu veux prendre les choses en main, alors qu'il y a pas deux minutes, tu étais à t'apitoyer sur toi ! '

Il était hors de question qu'elle attende gentiment les secours ! Quelle horreur ! Elle n'était pas une demoiselle en détresse ou une autre de ces étiquettes absurdes qu'on collait aux filles ! Non mais oh !

Dans un éclair de génie fulgurant, il lui vint une idée !


« Carpaccio ! »

Après tout, si les elfes pouvaient transplaner dans Poudlard, ils pouvaient bien débarquer dans une salle sans magie ! Et Carpaccio, de son petit nom, était l'elfe de maison préféré de Mélusine. C'était avec lui qu'elle échangeait des idées, le soir, quand le QG était presque déserté. Il avançait toujours des idées un peu tordues qui n'étaient pas pour lui déplaire. Pour un peu, elle aurait juré que Carpaccio était son alter-ego, version elfe de maison; Et pourquoi pas après tout !

Dans son génie, elle avait même mimé la voix rauque de Murtagh, pour donner le change à Nanald.
Il ne restait plus qu'à attendre.

Certes, elle n'avait pas répondu à sa question. Parce qu'elle n'avait pas envie. Ou peut-être parce qu'elle n'avait pas de réponse.

L'attente ne fut pas longue. Dans un crac discret, Carpaccio fit son entrée. Au son du verre qui s'entrechoquait, Mélusine sut que son elfe préféré n'avait pas dérogé à leurs habitudes, traînant avec lui un plateau pourvu d'une bonne collation. Les yeux aveugles, elle reconnaissait l'odeur des scones et du jus de citrouille. Avec un serrement de cœur.

' Tu penseras à Ottawa plus tard ! '

De fait, toujours imitant le timbre de l'ami Murtagh, elle lança à l'elfe :


« Merci Paccio ! Tu voudrais bien conduire le jeune monsieur, ici présent à l'infirmerie . Et revenir me voir après. S'il-te-plaît ? «

Elle devina, plus qu'elle ne le vit, que l'elfe s'inclinait, tandis qu'elle lui rendait sa courbette.
Sans dire un mot - Carpaccio était soit d'un mutisme ténébreux soit d'une loquacité impressionnante -, l'elfe se saisit de Resnald pour sa chemise. Et disparut dans un nouveau "crac" .




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon


Dernière édition par Mélusine McEwan le Jeu 11 Juil 2013 - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mark Resnald
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 24 ans
Signature : Mélusine
Avatar : Lux Aeterna
Date d'inscription : 02/04/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4747

MessageSujet: Re: Topsy Turvy   Lun 10 Juin 2013 - 23:18

Y'avait pire non ?

Oui il y avait bien pire. J'aurais pu mourir avec encore d'atroces souffrances. Là, c'était limite à supporter. Il n'y avait bien que le mur froid qui me rendait un semblant d'humanité. Sinon, je brûlais de l'intérieur. Alors la fraicheur calmait un peu le Mal, et c'était vraiment pas du luxe.
Mes orbes dorées s'étaient peu à peu habituées à la pénombre, bien que j'en subissais encore les affres. Petit, je n'aimais pas le noir. Du moins, les ténèbres me mettaient toujours mal à l'aise. Et en grandissant cela n'avait pas vraiment changé. Alors rester ici, coincé avec un lointain cousin de la branche Mc Ewan, j'étais moyennement content.
Je me frottais la nuque, ça allait légèrement mieux, même si ma foi, ma tête était à la limite de l'implosion. Je me frottais les tempes tout en fermant mes jaspes dorées, ça me reposait. Un peu.

La douleur était là. Et Aloysius était celui qui parvenait à la soulager.

Mais ce sale type était parti ailleurs et me laissait seul, supportant le Mal et la Souffrance. Mais y'avait pire. J'entendis soudainement hurler Murtagh. Du carpaccio ? Ce n'était pas le moment de manger ! Du moins pas encore. Au moment où j'allais distiller mon sale venin sur mon compagnon d'infortune, un "plop" caractéristique se fit entendre dans la pièce.
Nous n'étions plus seuls. Visiblement c'était un Elfe, mais comment ce dernier avait-il pu arriver ici ? Mumu avait des relations dans la Résistance visiblement. Mes mains gantées s'approchèrent d'un bruit de plateau (sûrement), mais je n'eus pas le droit d'y toucher. Seulement Murtagh. Le grognement pendu au bord des lèvres, je me sentis happé dans ma chemise par l'Elfe qui me fit transplaner hors d'ici.
Bougonnant j'arrivais à l'Infirmerie, sur les fesses. L'Elfe s'inclinant devant un Aloysius hyper sévère.

Et merde.


- Tiens donc. Je croyais que t'étais mort Resnald.

Sympa. Merci.

- Pardon, j'étais retenu ... Ailleurs.

- Allez, viens prendre ton traitement.



Like a Star


Un "plop" signifiant le retour de l'Elfe devant Mélusine.

- Dame Mélusine. Le jeune Monsieur est à l'Infirmerie. Carpaccio devoir vous le ramener ?

- T'ain ça pique ! Et tu sais où est Mc Ewan ?

- Tais-toi Resnald, et prends ton traitement. Et Mélusine, je sais pas ! A croire qu'elle t'obsède cette nana !

Ben voyons.
Ce qu'il pouvait dire comme trolleries à la seconde, c'était flashant.
Quoiqu'il a peut-être pas si tort en fait.
Et merde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Topsy Turvy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Topsy Turvy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Habitations & jardins-
Sauter vers: