PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Where's Jem's ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4806

MessageSujet: Where's Jem's ?   Mer 15 Fév 2012 - 11:21

Dimanche 1er décembre 2013
Poudlard


Il n'est jamais trop tard pour s'inquiéter.

En tout cas, c'est le genre de truc que mon Cracmol de père me répète depuis que je suis tout gamin. Et mon père, c'est un paranoïaque zen professionnel, alors je suppose qu'il sait de quoi il parle, hein... Oui, panaro zen professionnel, parfaitement ! Le John Arkeley, il est agent de sécurité noctambule du côté de chez les Moldus. Il est payé pour être parano, il fait gaffe à tout (même qu'il est doué) mais il est pas du genre à devenir barge dès qu'il y a un truc posé de travers (un tableau, en général, vu qu'il bosse dans un musée). Il observe, il analyse, il réagit. Mon vieux, c'est le meilleur, alors forcément, quand il dit un truc comme ça, on l'écoute, parce qu'il a l'habitude et donc qu'il raconte pas (que) des conneries (non plus).

Enfin bref, le hic, c'est que depuis une semaine, c'est aussi devenu le genre de truc que je me répète en boucle, savez ? comme le refrain du tube de l'été millésime 2013, le genre de musique débile qui s'insinue dans votre crâne et y reste jusqu'à ce que vous y succombiez après de longues et atroces souffrances auditives (et que ma soeur écoute même sous la menace d'un sort de mon cru, la folle). Mon père aura beau dire, depuis une semaine je suis plus trop d'accord avec son positivisme forcené. Parce que, à mon avis, j'ai commencé à m'inquiéter beeeaaauuucoup trop tard. Et vous savez quoi ? Ca fout les boules.

Oui, oui, j'explique, ça vient.

Donc j'ai commencé ma dernière année d'Univ dans la joie et la bonne humeur (comprendre par-là que... Bref, c'était ironique). Brett s'est mis à me hurler dessus dès le premier jour, en proie à une crise d'hystérie mémorable qui ne l'a jamais vraiment quitté depuis. Je crois qu'il est entré dans une phase de rébellion adolescente tardive... Le genre "fuck the world and myself". Il en a après le monde entier - les profs, moi, les démissionnaires récurrents chez les Anarchist Dandies et, oh ! me again. Oui parce que môssieur a décidé que c'était mon rôle, à moi, le chanteur en titre, de remplir les trous dans le chaudron, à savoir trouver un guitariste et un bassiste, et à lui, le batteur psychopathe, de superviser et donner les ordres, de préférence en gueulant bien fort et en tapant du poing, et pas sur la table. C'est vraiment le balai à l'envers.

Déjà même avant ça, c'était le bordel. Je veux dire... Ok, ma mère est une folle dingue qui mène mon oncle Willy à la baguette (rien que pour y penser, faut avoir des verracrasses à la place de la cervelle) et l'oncle Willy est du genre pas coopératif pour deux Noises. D'habitude, déjà, ça fait des étincelles, encore que ma mère obtient généralement gain de cause (quand je vous dis qu'elle le mène à la baguette). Mais là, le tonton, il a un peu abusé : quasiment plus de nouvelles depuis des mois et une absence injustifiée à la sacro-sainte semaine de vacances estivales à la maison... Si ma Cracmole de mère avait eu des pouvoirs magiques, l'oncle Willy, il l'aurait senti passer. Des fois je bénis Merlin de l'en avoir privée...

Bref, quand j'ai été faire part des récriminations maternelles à Willy, je me suis pris un mur. Si j'avais eu une Beuglante sous la main au lieu d'un souvenir cuisant d'engueulade non méritée, ça aurait été vachement plus simple, j'aurais eu qu'à la glisser sous la porte et attendre que ça hurle. Mais bon, il a rien voulu entendre et il m'a quasiment foutu à la porte. Sympa. Je sais que je suis chiant, mais quand même. Mais le pire du pire : il a pas repris contact avec ma mère, qui voit de plus en plus rouge et menace de foutre les pieds à l'école, et il me snobe avec une obstination méritoire, vu comment je l'emmerde depuis le début de l'année. Enfin, depuis une semaine, j'ai lâché l'affaire. Plus important à me soucier.

Donc, Jem's, notre bassiste, a fini la fac l'année dernière. Trop content de se débarrasser une fois pour toutes de notre bon vieux Brett, il s'est barré du groupe et a embarqué sa basse à l'autre bout du monde pour faire... personne sait trop quoi. J'irai pas jusqu'à dire qu'il est parti en Inde rejoindre son pote Auguste (un ancien guitariste lui aussi démissionnaire, dans le genre "je sauve ma peau en solo, achevez-moi ce terroriste de Zonard si vous voulez me revoir"), mais pas loin. Ayant déjà eu un exemple, comme vous voyez, j'me suis contenté de lui en vouloir de me lâcher aussi lâchement, râler un peu, et puis basta.

Et c'est bien le problème. Parce que faut bien commencer à se demander pourquoi son meilleur pote n'a pas envoyé un seul hibou (ou autre oiseau exotique) en 4 mois. Je suis pas du genre à me sentir facilement oublié, mais quoi, même mes anciens camarades de Meltingpot, au fin fond du Nevada, continuent à m'envoyer des nouvelles régulièrement, alors que ça fait plus de 5 ans que je suis parti. Avouez...

J'ai donc fini par envoyer des hiboux à tout va. Et râler encore un coup parce que ce lâcheur de première avait décidé de copier le tonton et de me snober sévère. Eh quoi, j'me suis pas encore transformé en bouse de troll, par Merlin ! Et puis j'ai eu une réponse. La semaine dernière. Sauf que ça venait pas de Jem's, ah ça non, ça aurait été trop beau. Pour faire court et simple, ses parents m'annonçaient que l'énergumène qui m'a servi de meilleur ami pendant 5 ans a complètement disparu de la surface de la planète, et sa basse avec. Personne s'est inquiété, au départ (j'me suis senti moins seul). C'est à cause de la basse, tout le monde a cru qu'il avait fugué. Sauf que quand la basse est revenue, sans Jem's, bein ça a fait un sacré tollé, je vous explique même pas.

Bon et qu'est-ce que je fais, moi ? Je sais même pas où il est parti, à la base, genre en Inde, au Texas ou chez les trolls ermites de Sibérie. Quand j'ai voulu aller en parler à mon oncle, il m'a claqué la porte au nez sans même écouter la première syllabe du premier mot. Bam ! C'est qu'il devient aigri avec l'âge, le vieux tonton. Brett ? Il m'aurait crucifié sur place si j'avais seulement osé prononcer le nom de ce "bouseux de déserteur", je cite. Bon, qui d'autre ? Pas mes parents, z'ont pas un pet de pouvoir magique dans les veines, et je sens qu'on va en avoir grandement besoin dans cette histoire. Bon alors qui ?

Bouse de troll, qui ?!

Bein, personne. I'm on my own. Ok, c'est la fête.

Et c'est comme ça que je me retrouve, par ce bel après-midi neigeux du premier dimanche de décembre, à tourner en rond comme un lion en cage (pour un ancien Gryff, ça le fait) au bas des escaliers, dans le hall, habillé de pied en cap pour une virée au Pôle Nord et bagage façon grand explorateur posé devant la porte, à me demander s'il vaut mieux attendre encore un peu, on sait jamais, ou me ruer directement sur les routes, direction...

Direction...

...

Jem's, je te maudis. Enfin, il est p't-être bien déjà trop tard pour ça.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jolene Letrade
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 5008

MessageSujet: Re: Where's Jem's ?   Lun 27 Fév 2012 - 1:37

Ce que venait faire Jolene Letrade à Poudlaird par un après midi froid de décembre, sachant qu'elle n'avait plus obligation d'y mettre les pieds depuis juillet 2013, c'était compliqué.

Quoique non. En fait, ce n'était pas très compliqué.

D'abord, ça avait un rapport avec le fait qu'elle n'ait absolument rien à faire de ses journées en ce moment. Comment est-ce que c'était possiblement possible demanderez vous ? Une étudiante fraichement diplômée de Phoenice Zone, graduée "excellent" dans toutes les matières, surtout celles relative à sa filière pour devenir Auror qui se retrouvait sans emploi avec, pourtant deux membres de sa famille particulièrement influents au ministère et la renommée consécutive à son nom de famille dans le monde des sorciers. Et bien, cet état était du à une réorientation très tardive. Le choix d'abandonner son envie d'être une grande Auror avait fondu comme neige au soleil depuis Pacques et n'avait cessé de disparaitre au fur et à mesure que les mois défilaient, la rapprochant pourtant inexorablement vers la fin de ses études. Ce jour à Pacques, elle avait comprit qu'elle ne pourrait pas le faire, qu'elle était totalement incapable de réagir dans la vraie vie, les exercices ça le faisait, mais dans la vraie vie, elle s'était découverte incapable de pratiquer correctement la magie avec une horde de vampires aux basques et un village qui dépendait d'elle. Cette expérience avait suffit à la faire changer d'avis, définitivement.

Mais bien, sûr, elle avait totalement refusé d'expliquer la véritable raison de son changement d'avis à sa famille. Pourquoi parce qu'il relevait aussi de la blessure qu'elle avait écopé au bras. Qui ne guérissait pas. Loin de là. Si au début, la peau brûlée n'avait déjà pas l'air ragoutante, aujourd'hui elle avait totalement pris l'allure de chères en décomposition. Et rien n'avait pu la guérir, elle donc avait profité de cette oisiveté nouvelle pour écumer les bibliothèques pour chercher un remède, que ce soit une potion ou un sortilège. Sans succès, faut-il le préciser ? Manfred, le seul membre de sa fratrie qui était au courant pour être venu la chercher ce jour de Pacques, l'avait traîné chez un sorcier réputé, mais là non plus, l'entreprise avait été un échec total.

Jolene Letrade n'aimait pas rester sur les échecs, alors au lieu de tout simplement s'entêter là où elle avait compris qu'elle ne pourrait rien faire, elle avait donc décidé de s'occuper pour ignorer la constante douleur qui logeait dans son bras. Et après avoir fait un rapide bilan de ce qu'elle aimait faire, elle avait finalement compris que la seule chose qu'elle voulait faire était fabriquer et vendre ses potions, après tout, elle était forte pour ça. Cependant, si elle arrivait à vendre quelques potions par correspondance, ce n'était pas qu'elle voulait faire, et on pouvait dire que côté argent, elle ne croulait pas sous l'or. Non que ce soit le cas de sa famille, elle rechignait simplement de leur en demander. Elle préférait devoir sa réussite qu'à elle seule. Donc, elle dut se demander ce qui lui plaisait à côté. A savoir, enseigner comment faire des potions.

Et c'est cette raison qui l'amenait à Poudlard ce jour là.

Pour se proposer d'elle-même pour un poste, que ce soit assistant ou professeur, elle s'en fichait. Après tout, elle préférait travailler avec des élèves qui pouvaient encore prendre cet art délicat qu'étaient les potions, même si d'elle-même, elle leur préférait l'alchimie, plutôt que d'essayer d'apprendre quoi que ce soit à des cas perdus d'avances, des sorciers murs qui n'avaient plus aucune place pour retenir quoi que ce soit. Elle préférait presque travailler avec des cracmols, au moins eux avaient la volonté d'apprendre. Et puis au passage, elle espérait pouvoir se rendre dans le bureau du professeur de sortilège dans l'espoir qu'il ait trouvé un remède depuis la dernière fois qu'elle était allée le voir. Voilà encore un désavantage de porter le nom de Letrade, où qu'elle aille, la majorité des sorciers connaissaient son père ou sa mère, et il y avait toutes les chances du monde qu'ils aillent cafter si elle se ramenait avec une telle blessure. Pourquoi ? Parce que son père avait l'Opposition en horreur, et si pour ne pas se faire déshériter comme il la menaçait de le faire, elle avait du lui mentir en lui disant qu'elle avait abandonné leurs rangs. Non pas que l'argent l’intéresse, mais dans la tête de son père déshériter signifiait la virer de la maison et empêcher ses frères et sœurs de la revoir. Or, elle avait finit par s'attacher à eux, aussi chiants qu'ils pouvaient être parfois.

Bref, voilà pourquoi elle avait évité St Mangouste comme la Peste et L'infirmerie de Poudlard. Ne se confiant qu'à quelques particuliers.

Mais son petit road trip to Poudlard ne s'était pas vraiment déroulé comme elle l'avait vraiment prévu. Il n'y avait pas de postes pour elle à Poudlard, et le prof de sortilège n'était pas là, personne ne savait où il avait bien pu passer. Alors autant dire, qu'elle s'était bougé pour des prunes. Et pourtant, elle y avait tellement cru, elle était arrivée heureuse comme tout, de l'espoir dans les yeux, baignant dans une allégresse telle qu'elle avait accepté d'enseigner aux Né-moldus aussi bien que les Sang-Pur, et maintenant … Elle avait, non pas comme on aurait pu l'attendre d'une Jolene arborant tout fraichement le blond Letrade, envie de détruire la première statue qui lui tomberait sous la main mais plutôt une détestable impression de gouffre dans lequel elle tomberait sans jamais touché le fond, tout en étant méchamment tiraillé par la douleur de son poignet, qui se réveille du sommeil dont l'avait plongé les potions anti-douleurs qu'elle avalait comme du jus de citrouille à présent.

Elle s'apprêtait donc à quitter le château, quand elle apercu un drôle de voyageur qui semblait peser le pour et le contre à prendre sa valise pour partir. Qu'est ce qu'il faisait donc là ? pensa t-elle en reconnaissant la silhouette. Il n'a pas des boules de neige à lancer ? Des micros dans lesquels crier ou encore des petites culottes à capturer en photo ? Donovan Arkeley. Elle ne l'avait pas vu depuis le fiasco du Bal de Promo, et ne s'en était pas porté plus mal. Pas étonnant qu'elle ne le porte pas dans son cœur vu les circonstances de leur rencontre. Elle lui en voulait encore pour ça, et il ne devait sa performance sur la scène qu'à Rex Ryans qui était à présent le président de BDE maintenant que Jolene et Demeter n'étaient plus là, qui partageait apparemment quelques cours avec lui. Mais étrangement, son attitude attirait Jolene à lui. Pourquoi est-ce qu'il semblait si indécis alors qu'à chaque fois qu'elle l'avait vu, il était toujours sur de lui, très imbu de sa personne et tout le tremblement. Alors qu'est ce qui pouvait le plonger dans une telle agitation ? Rien que pour le savoir, ça donnait envie à Jolene d'aller regarder de plus près.


" - Arkeley ?

Elle avait envie d'accompagner son interrogation d'une petite moquerie, quelque chose du genre "Bein qu'est ce que t'as ? T'as perdu ta guitare ? Ton appareil photo ? Ton sens de l'humour ? Oh, c'est vrai attend, t'en a jamais eu mon pauvre, je comprends ton désarroi", et franchement, les mots chatouillaient sa langue, sale vieille habitude qu'elle tenait depuis la seconde année de quand elle était encore une chouette et innocente future emmerdeuse. Mais à présent elle était mature et adulte, elle ne pouvait pas se permettre un tel comportement, surtout si elle voulait un jour tenir sa propre boutique, il lui fallait de la pub et des premiers clients. Qui sait, peut-être qu'Arkeley viendrait un jour la supplier de lui vendre une potion de réussite ou de talent ? Ou de clairvoyance, histoire qu'il se rende compte de son insignifiance. Une bonne fois pour toute. Peut-être la bonne ?

" - Ca va ? Tu as l'air plutôt … inquiet ?

Ouh, tellement de gentillesse, il allait finir par se méprendre sur elle, croire qu'elle avait changé. Certes, elle avait changé, mais pas à ce point. Surtout pas à ce point.

" - C'est pas que ça m'interesse vraiment. Mais t'es sur mon chemin et tu pourris le château avec tes ondes négatives, on peut les sentir jusque dans la tour du Directeur.

Voilà qui était fait. Comprendre "Ravie de te revoir Arkeley".
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4806

MessageSujet: Re: Where's Jem's ?   Lun 12 Mar 2012 - 21:17

C'est pas que, mais prendre les gens par surprise comme ça, bein ça se fait pas. A peine j'ai entendu la voix ô combien grâcieuse de la donzelle que je sursaute comme un abruti, manquant me rétamer comme une loque sur la pierre bien usée du hall. Et ok, j'avoue, lâchant un cri de fillette qui a dû résonner jusqu'au fin fond des cachots, genre. Là, sérieux, question classe, on repassera.

Je me tourne donc vers l'intruse, encore à moitié sous le choc (comprendre par-là souffle court et coeur battant à mille à l'heure, et peut-être yeux écarquillés, aussi, je sais pas, je peux pas voir) pour avoir l'immense (dé)plaisir de découvrir en haut des marches la douce et élégante Jolene Letrade. Quoi, de l'ironie, où ça ? J'affiche aussitôt une grimace blasée, histoire de bien lui faire comprendre que c'est franchement pas le moment de me faire chier. C'est pas que je l'aime pas, la miss. En fait c'est surtout elle qui m'aime pas, et en général elle se gêne pas pour me le faire savoir. Suffit d'écouter avec quelle délicatesse la fille en toc me fait remarquer à quel point j'ai une sale tête.


-Oui, bonjour à toi aussi, Letrade, je balance avec un entrain vachement bien refoulé. Je pète la forme, et toi, la pêche ?

Je doute pas qu'elle comprenne que j'en ai à peu près autant rien à foutre qu'elle. C'est que pour le coup, j'ai même pas envie de la foutre en rogne, tellement j'ai la tête à mes emmerdes (ok, ceux que Jem's, mais maintenant c'est un peu devenu les miens aussi). Et c'est là, dans un brusque accès de lucidité, que je réalise que je tiens peut-être là ma seule chance d'avoir un peu d'aide en cette journée pourrie. Pas que ça m'enchante, hein, mais semblerait que j'aie pas trop le choix.

Alors je commence à plisser les yeux, façon conspirateur jaugeant le degré de confiance qu'il peut avoir dans l'individu pas très recommandable qui lui fait face (façon seulement, pas comme si j'étais un as de la comédie... encore que). C'est juste pour me donner un genre et voir si j'arrive à titiller sa curiosité, parce que sans ça, je sais déjà que j'ai aucune chance de la convaincre de faire quoi que ce soit pour moi. J'ai déjà dit qu'elle m'aimait pas ? Bref, faut la jouer serré, y mettre les formes, faire dans le mystérieux, l'aventure... Vous croyez qu'elle est du genre à courir après le danger ?


-Ouais, je suis inquiet, ouais... je finis par dire trèèès lentement, comme si j'avais pas confiance (ce qui est pas tout à fait faux, quand on y pense). J'ai paumé quelque chose, genre important, genre super important, genre super hyper important, et je sais pas du tout où chercher... C'est que le monde est vaste, hein ?

Ouais, j'ai conscience que ce que je dis, ça ressemble à rien. Mais je fais ce que je peux ! Le mystère et tout, c'est pas mon truc, moi je suis un fonceur, un embobineur, pas un double zéro numéro-c'que-vous-voulez. Si j'étais certain qu'elle m'aiderait sans broncher, j'aurais pas besoin de faire des cabrioles elliptiques pour enjoliver le truc. Déjà que bon, enjoliver la disparition de mon meilleur pote...

Je plisse encore un peu les yeux, et presque malgré moi un sourire bizarre étire un coin de mes lèvres, comme quand je monte un gros coup et que je suis d'avance méga fier de moi. Je sens que je vais dire une connerie. Pour ma défense, celle-là, elle sera venue toute seule, j'ai rien prémédité.

Ok, pas sûr que ça soit mieux.


-Mais dis-moi, ma chère ancienne Zonarde super diplomée, ça te tente un petit tour du monde à la recherche du truc perdu ?

Et bouse. Je l'avais vue venir mais rien à faire, c'est sorti quand même. Si jamais elle accepte, je vais en avoir pour des jours de prise de tête. Comme si j'avais pas déjà assez à faire avec le Jem's disparu... Mais quel con !
Revenir en haut Aller en bas
Jolene Letrade
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 5008

MessageSujet: Re: Where's Jem's ?   Mer 4 Avr 2012 - 17:09

Il n'avait visiblement pas changé, toujours la même bêtise qui donnait, à chaque qu'elle le croisait, l'envie à Jolene de soulever un sourcil et de le regarder en secouant tristement la tête. Ce qu'elle fit d'ailleurs en entendant ce cri de gamine de trois ans. Non deux … Ok, trois restons gentille. Après ce hurlement de terreur puéril qui avait du se faire entendre jusqu'à la tour d'astronomie à l'autre bout du château, la seule envie qui lui venait en tête - après celle donc du truc de la tête - c'était de s'en aller en le laissant dans sa médiocrité. Sauf qu'elle était polie et bien élevée, et que c'était elle qui avait ouvert la discussion, donc ce n'était pas la peine de se rêver assise dans un bon fauteuil en cuir dans quinze minutes (le temps qu'il fallait pour traverser les coures et les jardins de Poudlard, sortir de l'enceinte et arriver dans un endroit où on pouvait transplanter, ce en marchant d'un pas énergique et décidé) au fin fond d'une bourgade pour sorcier en Ecosse.

" - C'est ça … la pêche, fit-elle d'une voix aussi dure qu'un caillou.

Arckeley et ses expressions. On devrait les inscrire dans le guide touristique de l'école.

Après Pré-au-lard, ses boutiques et ses bars, visiter tours, cachots, perdez vous dans la forêt interdite, assister à une bonne partie de Quidditch, et si vous avez de la chance et que le temps est beau, vous pourriez même tomber sur un glandeur - un vrai, mesdames et messieurs ! De première qualité - très occupé à ne rien faire à part à occuper de l'espace et de l'air, très à cheval sur les expressions mordues modernes et les banalités.
Ouais, ça pouvait même carrément le faire.

Ou pas. S'il commençait à faire son numéro aux touristes et qu'ils étaient comme elle, Poudlard risquait de perdre une grande partie de ses sponsors.

Jolene l'écouta donc blablater comme s'ils étaient dans une espèce de film de Cinémagik avec des conspirations dignes des plus grands mages noir. Comme si un mage noir allait lui confier quoi que ce soit ! Décelant finalement dans son charabia sans queue ni tête une inquiétude véritable cachée sous une apparente jovialité et une envie de faire - excusez lui son langage - le con.


" - Ouais ouais c'est bon … arrête de complimenter, dis moi plutôt Qui tu as perdu, je déciderais si ça mérité mon temps et mon attention, on gagnera du temps.

Bon d'accord, peut-être qu'un peu de gentillesse ne lui ferait pas de mal, c'est qu'il avait l'air plus que paumé que d'habitude le gars ! Et puis elle s'était dit en l'abordant qu'elle allait être agréable pour une fois ! Dans la mesure où elle pouvait l'être bien entendu. La moindre des choses c'était de tenir ses bonnes résolutions ! Juste essayer au moins. Il fallait penser à l'avenir aussi ! S'entraîner à être gentille avec lui servait à quelque chose, puisque de toute façon, si elle voulait un jour avoir un commerce, il fallait bien qu'elle garde constamment en tête que tous ses clients ne seront pas acceptables et tout … Il se pourrait même qu'elle tombe sur plusieurs autres Arckeley ! Et là qu'est ce qu'elle fera ?

Donc, non, il ne fallait pas être désagréable avec lui, mais au contraire s'intimer au calme et au contrôle de soi.

" - Bon.

Merlin que ces mots allaient vraiment lui couter !

" - D'accord, mais avant de partir sur les routes comme ça, tu n'as pas pensé à aller au Ministère de la Magie voir si quelqu'un pouvait t'aider à localiser ce ou celui que tu cherches ?

Pour une raison inconnue, Jolene était absolument certaine qu'il allait la regarder avec des yeux vides comme pour dire : "euh … quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4806

MessageSujet: Re: Where's Jem's ?   Lun 1 Juil 2013 - 0:16

Et là, soudain, je reste con. Oui, mesdames et messieurs, vous avez bien lu, le légendaire Donovan Arkeley est resté con, muet, béat ! Et devant Letrade, en plus ! What, comment elle a fait ? Comment elle a deviné que c'était un mec et non un truc que j'ai paumé ? Ma parole, en plus d'être chieuse faut qu'elle soit médium ? Bien ma veine !

En même temps...

Bon ok, à défaut d'avoir des dons de voyance avérés (j'aurais été au courant, quand même...) la Zonarde belliqueuse a du flair. Ouais, faut pas oublier qu'elle a fait des études pour être Auror, elle, et que ces mecs-là (et nanas oui non je suis pas macho rassurez-vous) bein ce sont des enquêteurs, à la base. Genre Sherlock. Mais en plus magiciens et plus tordus. Encore que Sherlock lui, question esprit tordu il s'y connaît... Mais revenons à nos moutons. Tiens, enquêteurs, personne disparue... Comme dirait mon père, ça sonne plutôt bien en fait. Comme quoi le hasard, des fois...

Vous y croyez, vous ? Moi pas. La preuve. Y'a pas de hasard. Tout arrive pour une raison (ça c'est ma mère qui le dit). Voyez, j'ai perdu mon meilleur pote dans la jungle du monde et c'est la pire panthère des environs qui me tombe sur le coin de la gueule, c'est à dire : la bestiole la plus à même de retrouver l'animal égaré... à mes risques et périls. Moi je dis, le hasard aurait pas mieux fait (il aurait pas pu faire franchement pire non plus, mais ça...) donc bref. Fin de la parenthèse. Numéro deux, je crois. Ou trois, je compte plus. Doesn't matter.

Et donc comme pour me prouver que je me suis pas trompé dans mon raisonnement holmesque, la voilà qui se lance directement dans les bonnes questions. À savoir, pas les miennes. Me forçant au passage à rester encore plus con que deux secondes plus tôt (un exploit en soi, je crois bien). Me faut bien dix secondes de réflexion, avec l'air ahuri d'un poisson étalé sur la plage sous un soleil de plomb, pour trouver quoi lui répondre. C'est que c'est pas débile, ce qu'elle dit, c'est même très intelligent, et pendant ces dix interminables secondes où je reste pétrifié comme un idiot, je me sens très... idiot, oui, c'est le mot. Très à l'ouest. Franchement pas très malin.

Jusqu'à ce que je me rappelle un truc, un détail... mais de taille.


-Bah je suppose que ses parents l'ont fait, hein, je finis par répliquer avec un haussement d'épaules. Quand la basse est revenue sans lui, tu vois ?

Non, elle doit pas voir grand chose vu que elle, elle a pas eu droit au résumé complet de l'épisode précédent, previously on Donovan's life. Mais bon, fini de jouer, y'en a marre de ces conneries et tout d'un coup, je commence à fatiguer. Enfin quoi ? Où ça mène ce délire ? Et à quoi ça rime d'essayer d'embrigader l'emmerdeuse de service avec ces méthodes dignes de mes meilleurs jours ? Y'a urgence là, c'est pas le moment de se payer la tête des gens pour s'amuser. Enfin, pour ce qu'elle en a à faire, toute façon... Je lâche un profond soupir et me laisse tomber sur ma grosse malle pleine à craquer de vêtements et de bidules magiques en tous genres qui, de toute façon, m'accompagnera sûrement pas au bout du monde (pas cette fois en tout cas). Je l'ai dit : fini de jouer, j'en ai ma claque de faire le con. Enfin quoi, Jem's a disparu, bouse !

-Bon, je t'explique, t'as le droit de te barrer avant, pendant, mais si t'es encore là après je considère que t'as accepté la mission. Vu ?

Et de la fixer droit dans les yeux avec sûrement l'air le plus sérieux qu'elle m'ait jamais vu. Pas dur, je crois bien me souvenir qu'elle m'a jamais vu sérieux. Au mieux, elle m'a vu chanter. C'est ce que je fais de plus sérieux dans ma petite vie de glandeur fauteur de troubles professionnel. Sérieux.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jolene Letrade
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 5008

MessageSujet: Re: Where's Jem's ?   Mar 6 Aoû 2013 - 18:10

L’infime moment d’autosatisfaction qu’elle put s’offrir en voyant le visage incrédule de ce demeuré d’Arkeley eut vite fait d’être soufflé dès qu’il eut reprit contenance. Pas besoin d’être un génie pour comprendre que ce n’était certainement pas une babiole perdue qui l’aurait mise dans cet état là. Toute importe quelle était. Même si ça ne semblait pas évident au premier regard, Donovan était pourtant bel et bien un sorcier, quoi qu’elle en dise, et ce même si ça la tuait. Un simple ‘accio’ aurait suffit. À moins qu’il ne décide d’utiliser les grands remèdes pour régler les grands mots et ait décidé d’aller tailler une bavette à ses principaux suspects jusqu’à ce qu’ils lui rendent ou qu’ils meurrent. Ce qui aurait été une technique très donovienne.

C’est à dire laxative et très agaçante. Jolene leva un instant les yeux au ciel en s’enjoignant à garder son sang froid même si tout son corps se tendait vers la sortie, histoire de ne pas rester trop longtemps au contact de cet énergumène. Si c’était pour envoyer bouler toutes les propositions qu’elle avait déjà la bonté de lui proposer, il pouvait aussi bien aller taper la discussin à un Botruc dans le jardin au lieu de la monopoliser de la sorte. Par Merlin, elle ne savait vraiment pas ce qui la retenait de ne pas faire demi-tour et s’en aller loin, très loin avant de se retrouver harponner dans ses histoires invraisemblables.


" - Non je vois pas, non, rétorqua t-elle avec un ton à faire geler le lac noir. Si tu pouvais préciser…

C’était quoi maintenant cette histoire de basse ? Il ne pouvait pas simplement répondre à sa question en faisant une synthèse rapide, non, ça bien sûr, c’était trop dur pour lui. La blonde ne lui avait pas demandé de lui faire part de ses réflexions personnelles et de ce fait sans intérêt, elle lui avait simplement demandé qui il avait perdu. Un musicien si on regardait l’objet sans qui cette mystérieuse était apparemment revenu. Et sûrement l’un de ceux qui l’accompagnaient le soir de leur catastrophique soirée de fin d’année. Bon, elle c’était accordée les grandes lignes toute seule, peut-être qu’il aurait donc la bonté de lui préciser les détails, pour qu’elle puisse au moins décider si elle pouvait perdre un peu de son temps à gentiment lui filer un coup de main ou s’il valait mieux qu’elle s’en aille avant de perdre plus son temps encore.

Allelujah il y venait enfin ! Pas trop tôt.

Jolene le considéra un instant en sentant le traquenard dans lequel elle s’apprêtait à tomber, elle redoutait que sa trop grande curiosité n’en vienne à la coincer dans une étrange histoire où Arkeley serait le personnage principal. Allons, soyons fous un peu !


" - T'attend pas à ce que je reste jusqu'au bout, alors.

Finit-elle par consentir en l’invitant d’un geste de la main à commencer son récit. Mais là, elle s'attendait vraiment au pire, parce que déjà sans rien faire, ce gars était un cas à lui tout seul, alors pour qu'il soit dans cet état-là, c'est que l'état de crise devait avoir été déclaré. Du moins dans le peu de cervelle qu'il lui restait encore. S’il en avait jamais eut. Elle croisa les bras et attendit.

" – Elle a intérêt à être passionnante ton histoire.

Non mais, elle préférait préciser puisque vu qu’elle avait le droit de se barrer en plein milieu du récit et qu’il ne lui tiendrait apparemment pas rancune, elle ne risquait pas de se plaindre et même en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Where's Jem's ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where's Jem's ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Intérieurs du château :: Couloirs, sous-sols etc.-
Sauter vers: