PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Harmonia nectere passus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Willem Wyndham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 153
Age du personnage : 45 ans
Habitation : Cardiff
Occupation : Enseignant
Avatar : W.
Date d'inscription : 12/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 5049

MessageSujet: Harmonia nectere passus    Mer 14 Déc 2011 - 23:21


Lundi 22 septembre 2008 10 : 55 am

- Tandis que le Horglup est tout ce qu'il y a de plus inoffensif - élève Parkinson, vous allez me faire le plaisir de recracher ce Grinchebourdon immédiatement et j'enlève dix points à Poufsouffle -, quelques gnomes en viendront rapidement à bout. A vous, par la suite, de vous débarrasser desdits gnomes - élève Parkinson, deuxième avertissement - . Ce sera tout pour aujourd'hui. Vous me rédigerez quarante centimètres de parchemin sur le thème « Insectes et parasites magiques » en agrémentant votre devoir de remarques personnelles. Elève Parkinson, vous serez en retenue ce samedi, pour notre plus grand plaisir à tous deux.

Sans un mot de plus, Wyndham se détourna, mettant ainsi un terme à ce cours de Soins aux Créatures Magiques à destination des cinquièmes années. Les élèves, peu désireux de rester en compagnie du Gallois irascible, s'égayaient bruyamment dans le parc.

- Elève Arkeley, restez un moment. Vous vous astreindrez à récupérer l'intégralité des Grinchebourdons qui se sont dispersés dans les alentours.

Le dos toujours tourné, Wyndham sentit un sourire étirer doucement ses lèvres. Donovan allait sans aucun doute se mettre à ronchonner dès que le dernier de ses camarades auraient déserté les alentours immédiats. Ce qui, même en prenant en considération les vessies trop pleines ou le simple besoin de se dégourdir les jambes, se révéla plus que rapide. Et, sitôt le dernier témoin potentiel disparu, W. vint au secours du jeune Gryffondor en jetant un rapide sortilège d'une efficacité exemplaire. Contre leurs volontés, l'ensemble des Grinchebourdons se retrouva attiré irrésistiblement jusqu'à Wyndham qui les conduisit, magiquement parlant, jusqu'à un immense bocal aménagé à leur intention.

- Bien, allons faire un tour, Donovan.

Pas le moindre "élève Arkeley" ni la plus petite bribe de distance ou de froideur. On aurait presque pu s'imaginer, à entendre le Gallois, qu'il était un être humain. Sociable. D'où la nécessité d'une solitude et d'une discrétion absolue.

Wyndham engagea la promenade vers l'orée de la Forêt Interdite, où, en théorie et ce, d'après le règlement intérieur de l'école, ils ne seraient dérangés par personne. Chemin faisant, il ne put s'empêcher de jeter un coup d'œil à la dérobée en direction du jeune homme. Qui, selon toute vraisemblance avait survécu à la rentrée mais également à son intégration dans une nouvelle école.
Sociable ne voulait pas dire bavard. Et Willem Wyndham continua à avancer en silence, laissant à Donovan le loisir de lancer la conversation.


Dernière édition par Willem Wyndham le Mer 21 Déc 2011 - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4988

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Mer 21 Déc 2011 - 22:19

-Groumph.

Y'a pas de réponse plus intelligente à opposer au genre d'ânerie monumentale que venait de me sortir mon inimitable oncle Willy en conclusion de son non moins inimitable cours sur les – tenez-vous bien – insectes magiques. Y'avait quand même plus passionnant, comme sujet. Et plus attrayant comme activité que de courir après toutes ces affreuses bestioles pendant que les nouveaux potes allaient profiter d'une pause bien méritée avant le prochain cours. Et puis hey ! qui c'est qui allait m'y emmener, à ce prochain cours ? Bande de lâcheurs.

-Fichus veracrasses poilus...

Y'avait aussi plus intelligent comme insulte, je sais.

Mais bon, finalement, l'oncle Willy n'était pas un salaud – pas complètement, mais il aurait dû gagner un trophée, quand même – puisqu'il s'avéra que môssieur s'était tout simplement trouvé un prétexte pour me garder ni vu ni connu dans son sillage pour une discussion familiale et qu'il s'était fendu d'un sort range-tout express pour me venir en aide. Toujours ça de gagné. Mais bon, l'oncle pas-gâteau, il avait pas encore tout compris. C'est vrai quoi ! A quoi ça pouvait bien servir de bénéficier d'un traitement de faveur si personne ne le savait ?

Or donc l'oncle Willy, Willem Wyndham pour ceux qui auraient pas suivi, le cousin de ma mère pour ceux que ça intéresse, était prof dans ma nouvelle école. Le genre de prof, pour être précis, qu'on a en général pas envie d'avoir en classe. Et je venais à peine de débarquer que j'avais déjà le tonton sur les omoplates. D'un coup, je comprenais le calvaire qu'avait dû vivre ma vieille amie Tina, dont la mère nous enseignait l'Histoire de la Magie US (on avait aussi un cours d'Histoire de la Magie mondiale, à Meltingpot, comme si y'avait déjà pas assez de quoi s'emmerder...)

En public (et surtout en cours) l'oncle Willy était un chieur de première envergure, du genre à faire fuir même les plus coriaces des fauteurs de troubles. Juré. Dans la vraie vie... bah, heureusement que ma mère était encore plus bornée que lui, sinon bonjour la prise de tête. Cracmole, peut-être, mais terrifiante sûrement. Ça, la Joleen Arkeley, elle savait y faire avec son cousin. Sans ça, je l'aurais probablement jamais vu avant Poudlard, vu qu'il vivait en Angleterre, berceau de ma famille (des deux côtés ; allez savoir ce que mes parents étaient allés faire en Amérique...) mais ma mère avait mis un point d'honneur à le faire venir à la maison une semaine par an, quitte à le traîner par la peau du cou s'il osait rechigner – et Merlin sait qu'il rechignait souvent.

Bref. Mains dans les poches, je le suivis, un peu à contrecœur il est vrai, jusqu'à la Forêt Interdite. Un moment, j'eus peur qu'il ne profite de l'occasion pour me donner à bouffer aux diverses créatures pas forcément recommandables que lui et quelques générations de profs de Soins pas très sains dans leur tête avaient dû prendre plaisir à élever dans les parages – mais je me rassurai rapidement en songeant que, si jamais il faisait ça, il aurait non seulement mon fantôme mais aussi ma mère sur le dos pour le reste de sa vie. Ça suffisait à dissuader n'importe qui, ce genre d'argument.


-T'es vraiment pas marrant comme prof, tu le sais, ça ? lui balançai-je finalement, goguenard, après qu'il m'ait fait lambiner en silence pendant je sais pas combien de temps. T'aurais dû rester au Ministère, tu vas nous les traumatiser ces pauvres gosses.

Bon, la Parkinson, je comprenais. Cette fille était une vraie gourde, il m'avait pas fallu deux jours pour m'en convaincre. Je sais pas ce qu'elle fichait avec son insecte, là, tout à l'heure... et tout bien réfléchi, je voulais pas savoir. Mais alors pas du tout. Mais bon, pour ce qui était de la sociabilité, le Willy, il repasserait. Non mais vraiment. Sans compter qu'il allait jamais se trouver de copine, à ce rythme. Il comptait quand même pas finir sa vie en célibataire endurci... Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Willem Wyndham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 153
Age du personnage : 45 ans
Habitation : Cardiff
Occupation : Enseignant
Avatar : W.
Date d'inscription : 12/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Jeu 29 Déc 2011 - 21:13

Ce à quoi Wyndham ne répondit rien d'autre qu'un bref haussement d'épaules, visiblement plus préoccupé par le rapide exode d'une famille de botrucs vers un nouvel «arbris» que par les considérations de Donovan. Non seulement ses propos ne relevaient pas d'une originalité débordante (il en avait entendu bien d'autre depuis l'annonce de sa mutation à Poudlard) mais surtout, n'importe quelle autre réponse que la vérité manquait de saveur. Et toute vérité n'était pas bonne à dire. Au temps pour la première question. Quant à la deuxième allégation...

- Un enseignant n'a pas pour vertu d'être « marrant »...

Le Gallois s'offrit même le luxe d'un regard au ciel vaguement amusé avant de reprendre:

- A cet effet, personne ne semble en mesure de concurrencer McLeod.

McLeod, Gryffondor de son état, dont il avait pu apprécier les nombreux mais néanmoins vains efforts pour le dérider. Donovan avait au moins la consolation d'avoir en ses camarades un bien meilleur public. Public qui s'était vu retirer dix points par tête de pipe pour être parti dans un fou-rire inextinguible pas plus tard que le mercredi précédent. Mais c'était une autre histoire.

Mais quelqu'un se souciait-il de ses difficultés, à lui, d'affronter une bande de sauvages d'adolescents aux hormones en overdose, plus préoccupés par leur hypothétique partenaire pour la prochaine sortie à Pré-au-Lard que par l'étendue (en voie de désertification) de leurs connaissances ? Le tout au prix de sacrifices personnels non négligeables. Personne. Évidemment. La masse scolaire ne donnait pas dans le social. Fin de la minute auto-appitoiement.

Reprise des sociabilités.

- Comment se porte Joleen ?

Oui. C'était là toute l'étendue des capacités relationnelles de W. avec tout ce qui n'était pas classé adulte dans l'échelle universelle du développement.
A nouveau, un sourire sembla vouloir prendre ses quartiers sur le visage du Gallois, qui le combattit, par habitude.
Il était le premier à avoir eu des nouvelles de sa chère cousine qui semblait considérer qu'un hibou tous les deux jours était le minimum vital à l'entretien de leur relation familiale. Et à sa sérénité face à l'assurance que son rejeton s'acclimatait bien outre Atlantique. Citation.

    Il va sans dire que les premiers temps seront peut-être sensiblement difficiles mais j'ai bon espoir que tout se déroule au mieux. Willem, c'est un chance que tu aies été muté à Poudlard précisément quand Donovan y fait ses premières armes. Si tu pouvais...


Une chance...
Un rictus agita ses lèvres.
Il était bon que Joleen ignore le nombre exact de fois où W. avait décliné les aimables propositions émanant de la direction de Poudlard de lui offrir un travail au château. Le fait qu'il ait finalement accepté n'avait strictement rien à voir avec la chance. Pas plus que le coïncidence de la «double-insertion» de Donovan Arkeley et Willem Wyndham à l'Ecole de Sorcellerie Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4988

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Lun 9 Jan 2012 - 21:10

Ouais, bon, le tonton, il avait définitivement rien compris. Y'a un monde entre ne pas être "marrant" et être chiant. Je me serais bien étendu longuement sur la subtilité de la chose si j'avais pas été certain qu'il y aurait compris que dalle, même après dix heures de dissertation sur le sujet. Parce que oui, parmi la longue liste de défauts qui le caractérisaient, on y trouvait aussi les termes "bouché", "obtus" et autres joyeux synonymes. Quand il avait une idée en tête, c'était comme les gnomes dans un jardin : impossible de à éjecter de là. Et la vision d'un professeur par le professeur Wyndham semblait en contradiction totale avec le plaisir d'apprendre dont on nous rebattait les oreilles depuis gamins.

Dire qu'on m'avait toujours assuré que les gens passionnés savaient transmettre leur passion... Ceux-là, ils avaient jamais rencontré l'oncle Willy, c'était clair.


-McLeod... ricanai-je.

Impossible de s'empêcher de pouffer stupidement en repensant à ce cours mémorable du mercredi précédent, où un McLeod au meilleur de sa forme, bien décidé à faire quelque chose de mon oncle, avait eu la bonne idée de tenter une parodie dudit oncle, en mode adolescent en mue. Hilarant. Je m'étais effondré sur ma table, en larmes tellement je riais, et j'avais pas été le seul. Bon, ça m'avait coûté 20 points, mais ça avait été une franche partie de rigolade.

Oui, 20 points parce que, dans son grand sens du favoritisme, mon oncle préféré avait compté deux fois ma belle pomme. Je l'adorais, mon oncle Willy. Un peu. Quand même. Bref.


-M'man ? Bah ça va. Elle est à Paris, pour des photos et tout. Une pub ou je sais pas quoi. Côté moldu. Enfin après elle a un autre contrat côté sorcier à Paris aussi...

Si c'était pas mignon, ça... Il avait beau la trouver très agaçante et ne pas s'en cacher, il l'aimait bien quand même, sa cousine. Cette toute petite ride d'inquiétude, là, quand il demandait de ses nouvelles, ça lui donnait un semblant d'humanité tout à fait sympathique. S'il montrait un peu ce genre d'expression à ses élèves, ça se passerait quand même beaucoup mieux, en cours... Mais bon, c'était réservé à la family, m'man en tête.

Enfin, s'il croyait que je savais pas qu'elle lui envoyait des hiboux trois à quatre fois par semaine, il allait en être pour ses frais. Le côté surprotecteur/surpossessif de ma mère n'était un secret pour personne (même la presse people en parlait, c'était dire).


-Allez, tonton, avoue que t'as eu la photo de couverture de Claire-Marie en avant-première ce matin, raillai-je avec un rictus moqueur - bein oui, partant du principe que la photo avait été prise la veille et qu'on le savait tous les deux... Balance la potion, t'as un truc à me dire ? T'es toujours vexé que j'aie rigolé avec les autres mercredi ? T'as trouvé ma potion de ratatinement dans les toilettes des filles ? Ou mes photos compromettantes, peut-être...

Je souris largement, très amusé. J'imaginais très bien l'oncle Willy en prof vexé (après tout, il avait toujours l'air vexé, ça changeait donc pas grand chose à ses habitudes), et j'avais bien tenté une potion de ratatinement pas plus tard que la semaine d'avant, quoique je l'avais pas laissée dans les toilettes des filles, faut pas pousser. Quant aux photos compromettantes, j'en avais quelques-unes, oui... De lui, en partie. Suffisamment pour qu'il reconsidère l'idée de m'offrir en pâture à la Forêt. Mwahaha ! Valait mieux pas qu'il les trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Willem Wyndham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 153
Age du personnage : 45 ans
Habitation : Cardiff
Occupation : Enseignant
Avatar : W.
Date d'inscription : 12/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Sam 21 Jan 2012 - 16:48

Une réplique lui brûla les lèvres mais Wyndham la retint de justesse. Un « J'ai une tête à examiner l'intégralité de ce que ta mère m'envoie ? » ne cadrait que très mal avec l'image qu'il s'était construite au fil des années. Hors de question d'érafler sa couverture pour une petite boutade familiale. Donovan devrait se lever plus tôt pour le prendre en flagrant délit. Bien plus tôt. En fait, il n'existait aucune heure assez matinale pour qu'il puisse espérer y parvenir un jour. Il était de ces petites vexations universelles contre lesquelles on ne pouvait rien. Mieux valait s'y faire et éviter les déceptions. Du haut de ses quinze ans, son neveu devait l'avoir compris seul.

Le Gallois tut également tout ce que pouvait lui inspirer les occupations de sa cousine Joleen. Ce genre de discours, lui aussi, allait difficilement de paire avec son flegme habituel. Et qui était-il pour jeter un doute sur le bien-fondé des choix professionnels de la mère de Donovan ? Qu'on n'attende pas de lui qu'il avoue avoir le moindre lien de parenté avec quiconque faisait la couverture de « Claire Marie » et tout irait au mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Donc, si toute forme de discussion « potin » était évacuée, il ne lui restait plus qu'à... s'occuper à répondre aux autres questions de monsieur son neveu. Il y avait bel et bien une pointe d'exaspération dans sa voix quand il reprit la parole. Était-il vraiment nécessaire que lui, Wyndham, ait quelque chose à dire à Donovan Arkeley s'il lui prenait l'envie de passer un peu de temps en sa compagnie ? Que faisait-on du silence qui apaisait l'esprit et évitait aux hommes de passer pour des imbéciles ? Rien, visiblement.

- Si j'étais si susceptible... tu serais en train de te diriger vers une énième retenue avec notre bien-aimé concierge. Tout comme la moitié de cette école ?

Les adolescents dans leur ensemble étaient-ils ainsi dépourvus de sens critique et de sensibilité ? Il avait oublié, avec certitude, ce que cela faisait d'avoir quinze ans. Et c'était tant mieux.
A grand renfort de bonne volonté, il ramena un soupçon de bonhomie dans sa voix. Sourd au reste des imbécillités émises par Donovan (un peu de silence ne lui aurait fait que du bien à ce stade précis de sa diatribe provocatrice), le Gallois enchaîna, mine de rien.

- Je me demandais seulement si tu verrais un inconvénient à une soirée au « By the way » ce dimanche.

Le « By the way » étant un petit pub légèrement en retrait de la grand'rue de Pré-au-Lard. Et ce dimanche étant, à priori, un dimanche comme tous les autres au sein de l'école de sorcellerie, à savoir un dimanche sans sortie officielle à Pré-au-Lard. Il fallait bien avoir quelques privilèges à être enseignant. Ou neveu d'enseignant, au demeurant.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4988

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Jeu 9 Fév 2012 - 10:06

Mon oncle Willy, pas susceptible ? Le mec qui, justement, envoyait la moitié de l'école en retenue là où tous les autres profs laissaient couler avec une sagesse millénaire ? Il s'était bien regardé, le rigolo ? Je retins un éclat de rire malvenu mais très tentant, histoire de ménager au moins un peu de cette susceptibilité légendaire qu'il prétendait savoir cacher. Mais il devait bien voir le sourire moqueur qui tirait douloureusement sur le coin de ma bouche, signe de l'hilarité qui menaçait de me faire écrouler contre un arbre en me tenant les côtes. Pas susceptible, j'aurais tout entendu ! Après ça, il allait essayer de me faire gober que s'il m'avait piqué 20 points c'était pour mieux planquer une pathétique tentative de favoritisme ! Non mais à d'autres !

Ok, il avait essayé. Mouarf... Mwhahaha !

Je fus coupé net dans mon élan avant même d'avoir pu lâcher un éclat sonore... par une requête pour le moins surprenante de mon oncle Willem Wyndham en personne, l'hermite délogé de sa forêt, le misanthrope de la famille, le... Est-ce qu'on parlait bien du même bonhomme, au fait ? Nan parce que là, j'avais comme un doute. Est-ce que ce type en face de moi venait bien de m'inviter à aller boire un verre avec lui ? Sérieux ! Sérieux ?!

C'était pas possible, y'avait eu confusion. On lui avait jeté un sort, ou bien c'était quelqu'un qui avait avalé un cheveu de Willy dans un Polynectar (fallait-il être toqué et suicidaire...) ou bien il avait avalé un truc pas net, il avait de la fièvre... C'était pas mon oncle, ça ! Mon oncle, il fallait le tanner pendant des semaines (je parle d'expérience) pour le convaincre de se ramener à la maison pour les vacances, et encore, il trouvait le moyen de tirer la tronche en arrivant ! Mon oncle, il trouvait toujours une solution pour pas avoir à supporter son insupportable neveu plus de temps que nécessaire (c'est que je l'avais vachement fait chier, mon oncle, quand j'étais gamin... et encore maintenant) !

L'heure était grave, les amis. Pour que Willem Wyndham veuille passer un peu de temps avec son pire (et unique) neveu dans un bar de Pré-au-Lard, même dans une petite rue pendant un week-end sans sortie scolaire officielle, il fallait vraiment une raison qui dépote. Ou alors on m'avait fait boire une drôle de potion. Voire une des miennes. Avec les années, j'avais un stock de bizarreries assez impressionnant (encore que j'avais dû en abandonner un paquet en quittant l'Amérique... mais j'avais encore mes recettes miracle).

Bon alors, qu'est-ce que je faisais ? Je m'insurgeais pour savoir ce que cet énergumène avait fait de mon oncle ou j'essayais encore de ménager un nouveau morceau de sa susceptibilité ? Vu la situation, critique de chez critique, valait mieux y aller mollo, faire dans la diplomatie, tout ça.


-T'es sûr que ça va, mec ? Tu dis des trucs pas très clairs, là...

Ou pas. Le tact et la subtilité ça avait jamais été mon fort, après tout. Mais là fallait avouer qu'il m'en avait bouché un sacré coin, le tonton. Je poussai le vice jusqu'à aller lui tâter du front pour vérifier qu'il n'avait pas effectivement de la fièvre. On est jamais trop prudent... encore que la vraie prudence aurait consisté à ne pas aller agiter les doigts sur son visage sans son autorisation, autorisation que personne aurait jamais aucun risque d'obtenir. Ouais, même pas sa copine.

Enfin en tout cas, pas de fièvre à l'horizon. C'était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Willem Wyndham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 153
Age du personnage : 45 ans
Habitation : Cardiff
Occupation : Enseignant
Avatar : W.
Date d'inscription : 12/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Ven 17 Fév 2012 - 23:25

- Moins cinq points pour Gryffondor.

Et, non, Wyndham ne plaisantait pas.
Avant même que Donovan ne foule le sol écossais, son oncle avait été on ne pouvait plus clair : il ne tolérerait pas la moindre familiarité durant le laps de temps consacré aux études – ni dans toutes autres circonstances où ce genre de laisser-aller serait malvenu -. Or, l'immédiat après-cours comptait dans ledit laps de temps dédié à la vie scolaire. Le fait que les camarades d'Arkeley disposent d'une bienvenue heure libre à la suite de son cours ne justifiait pas un quelconque relâchement.
D'un informulé, le Gallois esquissa un rapide sortilège en direction de son neveu.

* Manullegra ! *

Variante personnelle du tarentallegra appliqué aux doigts avec les conséquences que l'on pouvait imaginer.

Tandis que le sablier se délestait de cinq autres de ses points et qu'Arkeley perdait un contrôle partiel de ses doigts, Wyndham se contenta d'avancer en silence, l'air de rien. Il ne rebondit pas immédiatement sur la conversation. Son mutisme n'était susceptibilité ni punition. Il était. Là s'arrêtaient les tentatives d'explications.

- Ceci dit, tu peux également passer cette même soirée enfermé dans mon bureau à copier des lignes.

Cette fois-ci, c'était bel et bien un peu d'humour qui pointait au fond de sa voix. Une pointe, seulement. Point trop n'en fallait.

- Il pourrait t'être opportun de découvrir Pré-au-Lard en toute légalité...

Deux traits d'humour en moins de cinq minutes... Saupoudré de sarcasmes pour sauver les apparences.

- En théorie, la réponse est relativement simple. Elle en appelle à un « oui » ou à « non ». Même Gardens réussirait à en trouver la réponse en moins d'une après-midi.

Bien évidemment, Donovan s'interrogeait.
Et bien évidemment, il n'obtiendrait pas la clef de cette invitation impromptue sans se pointer ce dimanche 28 septembre au « By the Way ».
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4988

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Dim 1 Juil 2012 - 23:20

Et hop ! Moins cinq points ! Honnêtement, pour l'affront que je venais de faire à l'intégrité de son auguste personne (et surtout de sa précieuse réputation) je m'étais attendu à pire. Cinq points retirés aux Rouges, c'était franchement pas cher payé. Quand j'étais gosse, il avait pas tant de retenue, oh ça non. Fallait croire qu'il se bonifiait avec l'âge... ? Naaaaan, faut pas rêver non plus. Le petit sort personnel qui vint s'ajouter à la sanction professionnelle acheva de prouver que le grand Willem Wyndham n'avait pas oublié ses vieilles habitudes. Et donc qu'il s'agissait pas là d'un illustre inconnu sous Polynectar venu me tendre un piège pour Merlin savait quoi. En même temps, Merlin seul pouvait savoir quel piège l'oncle pouvait avoir en tête pour me faire une proposition pareille.

Bref, littéralement mort de rire devant la farandole furieuse qui agitait mes doigts (il faudrait très sérieusement que je demande à Willy quelle était la formule de ce sort terrible ; pour le coup j'étais ultra fier d'être son neveu, sans rire, il avait de l'imagination quand il voulait) je mis un moment à me rendre compte que l'apprenti farceur s'était carapaté trois pas plus loin, aussi imperturbable qu'une statue de l'école (peut-être plus, en fait, faudrait comparer). Et, Merlin m'en soit témoin, il s'essayait à l'humour !

Bon, j'avais failli pas repérer du tout... Faut me comprendre, son humour, à Willy, est du genre discret... mais discret discret, quoi. Heureusement y'avait eu cette toute petite note de sourire moqueur dans sa voix, qui faisait toute la différence. Suffisait d'avoir l'oreille. Bon, d'accord, fallait le connaître depuis un moment. Et puis bon, entendre l'oncle Willy faire de l'humour, c'est comme voir de la neige tomber en plein été, on s'y attend pas mais une fois que c'est là, ça fait froid dans le dos...

Et puis quoi, il remettait mon intelligence en doute ? Sérieux ! Je sais reconnaître une question simple, quand même, je suis plus à l'école primaire ! Quant à Gardens, euh... le concierge à la drôle de réputation ? Je connaissais pas assez bien le phénomène pour juger de la comparaison, mais au ton employé, ça devait pas être très flatteur. Là, en deux phrases, l'oncle Willy essayait de me déstabiliser - ok, de me vexer. Et il avait presque réussi.

Enfin, une chose était claire. J'aurais pas d'info supplémentaire avant le dimanche en question devant une bonne chope de Bièraubeurre. En gros. Presque aussi têtu que ma mère (bon, ma mère c'était un cas d'école, faut dire, mais en-dessous y'avait lui, aussi sûr que je m'appelle Donovan).


-Ouais ouais ok, je viens. Tu croyais vraiment que j'allais refuser, dis ? Un jour où personne sort de l'école ? Tu me prends pour un moine ?

Toujours riant à moitié (ma bonne humeur est légendaire, mes amis) je lui brandis mes doigts danseurs sous le nez.

-Et dis, tu voudrais pas me les calmer un peu ? J'adore, hein, c'est très tendance la boîte de nuit des mains, mais je commence à sentir quelques crampes, là... Et tu voudras bien m'apprendre le sort, hein, tu veux bien ?

Cette dernière question agrémentée de mon plus beau regard de Chat Potté, histoire de bien tenter le diable (sait-on jamais, il pourrait se laisser attendrir... ? Naaaaan).
Revenir en haut Aller en bas
Willem Wyndham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 153
Age du personnage : 45 ans
Habitation : Cardiff
Occupation : Enseignant
Avatar : W.
Date d'inscription : 12/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Lun 16 Juil 2012 - 18:07


Dimanche 27 septembre 2008 19 : 32 am


Bien que le rendez-vous ait été fixé à dix-neuf heures trente tapantes, Donovan, fidèle à lui-même, se payait d'ores et déjà le luxe de deux minutes de retard. D'aucuns prétendaient que l'on pouvait se montrer laxistes jusqu'au premier quart d'heure de délai. Ce n'était pas l'avis de Wyndham pour qui ponctualité et politesse étaient les bases d'une vie sociale sans heurt.
Assis non loin de la cheminée, d'un coin du pub d'où il pouvait guetter les entrées et les sorties, le gallois trompait son attente en pianotant négligemment sur la table où trônait un café en train de refroidir.

Sa semaine s'était déroulée sans incident. Sans surprise, également. Cinq jours aux allures de routine. C'était à se demander s'il parviendrait à survivre à une année entière. Il peinait à supporter les neuf dixièmes des élèves, trouvait l'organisation interne de l'école trop laxiste, n'accordait que peu d'intérêt à la plupart de ses collègues et avait des fourmis dans les doigts à force d'inaction. Ce dimanche serait l'occasion de se délester un peu de la névrose qui le guettait à s'empantoufler dans ce château écossais. Il cèderait à l'appel de la forêt et ressentirait peut-être à nouveau, enfin, un véritable rush d'adrénaline en se sentant exister. La Forêt Interdite regorgeait de créatures, dont quelques spécimens particulièrement intéressants, qui n'avaient bien évidemment pas leur place à proximité d'une école. Mais c'était tant mieux. Il était devenu nécessaire que quelqu'un prenne en charge les incohérences biologiques dont la forêt s'était fait le théâtre privilégié.

D'un regard attentif qui se dissimulait sous une nonchalance savamment étudiée, Wyndham effectua un tour d'horizon du « By the Way » et de sa clientèle. Comme souvent, le pub n'était plein qu'à un tiers par des individus avant tout attirés par la qualité du service et la discrétion qui y régnait. On y voyait rarement se tenir un enterrement de vie de garçon. Un petit groupe de gobelins marmonnaient dans leur langue guttural autour d'une choppe de bierraubeurre tandis que deux grands gaillards avalaient du haggis dans un silence pourtant amical. L'ambiance était plutôt masculine, ce qui était reposant en soi, après les heures passées à composer avec les hormones en ébullitions des troupeaux d'adolescentes qui pouffaient et potinaient comme si leur vie en dépendait.

Non, tout ça n'allait certainement pas lui manquer, quand il poserait sa démission en fin d'année scolaire, pour retrouver liberté et indépendance au service du Ministère.

Avec un retard savamment calculé, juste assez court pour passer pour hasardeux et ne pas s'attirer une diatribe bien senti, juste assez long pour que le visage de W. se soit ombré d'un masque de mécontentement prononcé, Donovan fit son entrée. De toute évidence, sa semaine à lui avait été plus légère et agréable que celle de son oncle. Ou bien la pensée de le tourmenter un peu plus le réjouissait-il d'avance.
Toujours était-il qu'il semblait avoir gardé aucune séquelle du sortilège de Manullegra que Wyndham avait maintenu en activité un peu plus longtemps que nécessaire. Qui aimait bien châtiait bien. A moins que ce ne soit le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4988

MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    Sam 8 Sep 2012 - 22:46

C'était pas ma faute !

Bon, ok, on fait mieux comme défense mais, à ma décharge, pour une fois, c'était vraiment pas ma faute ! Trop content de bénéficier d'un incroyable traitement de faveur de la part d'un oncle carrément plus intransigeant que ma mère (à défaut d'être plus têtu) et de pouvoir du coup traîner mes guêtres en ville en toute impunité alors que les copains étaient coincés au château avec une pile de devoirs assomants (et c'était rien de le dire) j'étais en fait parti hyper en avance. Eh oui, en avance ! Dingue, isn't it ? Comme quoi tout arrive.

Sauf que voilà, j'avais fini par faire la connaissance du célèbre concierge de cette école, la fameuse institution Gardens dont tout le monde me rebattait les oreilles depuis mon arrivée. Et il faut bien avouer que tous les deux, bein... on s'en souviendrait longtemps. En voilà un qui n'avait pas usurpé sa réputation ! Ouais et apparemment, moi non plus. Le gus, il connaissait déjà tout mon CV, l'américain autant que l'écossais. Dur. De là à croire qu'il cousinait avec l'espèce de barge qui tenait lieu de maton à Meltingpot, y'avait pas loin.

Enfin bref, il m'avait regardé m'approcher de la grille avec un sourire franchement creepy, façon Gargamel qui savoure à l'avance l'application d'un nouveau plan génial pour attraper les pauvres Schtroumpfs, voyez ? Avec moi dans le rôle de l'innocent Schtroumpf (farceur, bien sûr). J'avais eu aucun mal à l'imaginer se frottant les mains d'un air satisfait à l'idée de choper un élève en faute, histoire de lui faire subir ses idées tordues sous couvert de punition... (j'avoue, j'ai une dent contre les règlements, mais en général j'évite de me faire choper... en général. Là, j'envisageais de faire mieux) Anyway, j'avais senti l'embrouille. Et l'embrouille m'était tombée dessus.

Je vous passerai les détails, épiques, certes, mais alors quel bordel ! Une espèce de sermont sans queue ni tête, où tout ce que j'avais pu comprendre, c'était que le type m'avait dans le colimateur, et pas qu'un peu. Déjà, il avait pas voulu croire qu'un prof aussi réglo que Willy ait filé une autorisation de sortie un à trublion (c'est son terme) dans mon genre, un dimanche soir en plus. Je le comprenais, notez bien, j'étais moi-même toujours aussi surpris de l'invitation, mais enfin quoi ? Le tonton l'avait bien prévenu, quand même... non ?

En fait oui, mais l'énergumène voulut pas l'admettre avant de mavoir répété cent fois, de différentes manières et sur différents tons qu'il me faisait pas confiance et qu'il m'avait à l'œil et qu'être le neveu chouchou d'un prof me sauverait pas les fesses. Awesome.

C'est donc un peu moins content que je filai en direction de Pré-au-Lard. Mais comme il en fallait heureusement beaucoup pour saper mon moral (et que le sourire d'une jolie fille ça fait remonter décidément n'importe quelle pente), c'est avec un large sourire que je finis par entrer au By the Way, après des tours et des détours impossibles dans presque toutes les rues du village, avec en tout et pour tout sept magnifiques minutes de retard. Vu toute la poisse que j'avais accumulée ce soir-là et le don inné du tonton pour vous dégoter les lieux les plus discrets et paumés dans les endroits les plus improbables, c'était plutôt respectable.

Bien sûr, j'allais pas essayer de lui expliquer tout ça, à Willy, je doutais franchement qu'il me croie. Et puis bon, pour quelques minutes, hein, franchement...


-Hey ! Salut tonton ! lançait-je joyeusement à travers le pub en agitant le bras pour attirer son attention. La pêche ?

Oui, bon, vu sa tête, j'allais me prendre un nouveau sermont bien senti (c'était la journée). Bah, ça serait pas la première fois (et pas que de la journée...)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harmonia nectere passus    

Revenir en haut Aller en bas
 
Harmonia nectere passus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank]
» Présentation de Naturale Harmonia ~
» Inezia Harmonia
» Ketsueki Kaguya : Harmonia, direction la capitale! [jour 2 à 3]
» Harmonia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Extérieurs du château :: Parc et Forêt Interdite-
Sauter vers: