PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 One for all [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7677

MessageSujet: One for all [PV]   Mar 16 Aoû 2011 - 22:32

18 Août 2014
Quelque part près de Grasse, Provence, France

De la rosière le ton monta et les cigales cachées dans l'écorce des pins du jardin se turent .

- Tu vois Elliot, c'est pour ça qu'il ne faut pas que t'ailles jouer là. C'est dangereux. asséna Noah de son ton le plus De Lansley.
- Mais toi tu y vas!
- Oui, mômie a confiance en moi.
- Menteur Noah! T'es qu'un menteur !
- Mêm' pô vrai.
- J'vais l'dire à maman !

Les tiges ponctuées d'épines se rapprochèrent sournoisement des jambes des deux bambins aveuglés par leur colère enfantine. Les gentillesses fusaient de part et d'autre tant et si bien que les deux demi-frères se retrouvèrent bientôt enfermés dans une prison de ronces prêtes à les laisser là, écumer leur rage jusqu'à ce que ce parterre de nature retrouve sa tranquillité. Mais c'était là sans compter sur l'esprit de fratrie qui sembla dissiper les broutilles ayant allumé la dispute et qui s'exprima par un cri commun.

- Mamaaaaaaaaaan !

Autour de la terrasse surplombant mer et jardins, Benedict De Lansley et Hadrien Redgrave se levèrent en même temps pour porter secours aux petits. Bien sûr de la part d'Hadrien, l'assistance ne serait que morale puisqu'il ne possédait aucune magie. Arrivé près du lieu du crime, il s'appuya contre l'une des deux statues aztèques et regarda Benedict renvoyer les plantes dans leur enclos. Deux phrases prononcées d'un ton froid suffirent à faire monter le rouge au visage des garçonnets. C'est cette aura, ce phrasé et cette distinction animant Benedict qui plaisaient tant à Elinor.

Elinor laissa faire Bénédict et se contenta de profiter de Rachel Après tout c'était son anniversaire. Un peu d'avance sur les réjouissances ne lui ferait pas de mal. Seul Sacha manquait autour de cette table. Sa nouvelle paternité avait considérablement changé la donne et pas seulement pour lui. Le monde avait basculé dans une nouvelle phase. La guerre aussi. Désormais l'Amiral obéissait à Antarès, en apparence. La paix avait été plus ou moins décrétée sur cette "victoire" d'Antarès qui avait soumis son rival de toujours. En apparence. En sous-main la Résistance poursuivait son œuvre pour lutter contre l'absolutisme du nouveau pouvoir. Elinor en faisait partie à travers la cinquième colonne, Sacha aussi. La mission était dangereuse mais nécessaire.

Noah et Elliot risquaient devoir disparaître leur mère. Mais c'était peut-être le prix à payer pour les voir grandir dans un pays libre...


- Elinor, un hibou avec un message.
- C'est Tuppence! précisa Rachel.



Elinor,

Rejoins-moi ce soir à Paris.

Il est arrivé quelque chose de grave.



Tupp'

-----------
Même jour
Knockturn Alley, Londres

La chaleur était de retour sur Londres et faisait ressortir les plus mauvaises odeurs de la rue pavée. Ajoutez à cela les vapeurs d'alcool dans lesquelles baignait la tête d'Ackroyd et vous le trouvez appuyé contre un mur exhalant les senteurs de pisse de chien rance. Antiochus Ackroyd profitait pleinement de ses vacances.

A moitié conscient de ce qui se passait autour de lui, il releva la manche droite de sa chemise blanche et laissa l'autre couverte. Il avança prudemment sans jamais trop laisser le mur loin de son flanc jusqu'à rejoindre une petite façade à la large porte noire.

Quelle sorte d'oncle état-il donc? Délaisser sa nièce déprimée pour se plonger dans les plaisirs rémunérés de la chair. Un sourire étira ses lèvres. Jamais il ne changerait, c'était sûr. Il avait beau être protecteur avec elle sur ordre de Sacha, il n'en restait pas moins lui, un salaud même pas gentilhomme.

Il poussa la porte.

- Où est Rosie? demanda-t-il sans se soucier des personnes présentes dans le hall.

Et puis il n'avait jamais été du style à écouter et à compatir. L'action pure comptait seule à ses yeux. Celle où il pouvait tout miser sur un coup de bluff dans son équipe d'auror. Seul Lannig Beresford pouvait canaliser son besoin d'adrénaline pour en tirer le meilleur résultat. Lannig. Un chic type. Poli, propre sur lui, jamais du genre à hausser la voix plus que de raison. Le genre de gars qui s'envoie en l'air une fois avec une moldue, qui se retrouvera neuf mois plus tard avec une gamine à charge et qui en assumera la responsabilité. Saint Lannig. Le seul mec qui a su le comprendre. Son seul ami.

- Rosie ! beugla-t-il.

Sa Tuppence il l'avait eue à Poudlard en DCFM. Il était facile de constater qu'elle était plus douée avec un crayon qu'avec son cerveau. Elle ne s'en était jamais cachée, ce qui facilita grandement pour lui le fait de lui coller des notes plus que moyennes. Néanmoins la gosse était attachante et fine observatrice. Comme son père elle ne jugeait pas, et ceci faisait d'elle une personne précieuse.

- Quand t'auras décuvé peut-être qu'on t'acceptera ici. Dégage.
- Je suis un client fidèle...

Un éclair rouge jaillit de la baguette de l'homme qui l'avait chaleureusement accueilli et un stupéfix l'envoya par terre au milieu de la rue. Pendant qu'il rassemblait le peu d'esprit qui lui restait un hibou vint se poser sur son épaule et lui piqua la joue.

- Toi aussi dégage sale piaf. Je suis en vacances. dit-il en se remettant debout avec peine.

Il sortit sa baguette et la pointa droit sur le volatile qu'il faillit avader lorsqu'il reconnut le petit dessin qui ornait l'enveloppe.

Antiochus,

Rejoins-moi à Paris ce soir.
Je ne te dérangerais pas s'il ne s'agissait pas de mon père.

Tupp'


Dernière édition par Elinor Redgrave le Dim 29 Juil 2012 - 11:08, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8401

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Dim 16 Oct 2011 - 13:43

Meghan,

Rejoins-moi ce soir à Paris.
J'ai besoin de ton aide.

Tupp'


Dans une petite boutique d’herboriste, « Chilsohlm’s », au centre de Dundee, une jeune métisse fut interrompue dans sa frêle tentative d’argumentation commerciale par un petit hibou, paillant et virevoltant, qui se frayait un chemin entre les étagères chargées de plantes et remèdes, pour venir se percher sur son épaule. Forçant un sourire pour gommer la grimace provoquée par les petites griffes acérées fouillant la chair tendre de son épaule, Meghan tenta vaillamment d’achever la transaction.

Le messager semblait lui envoyer des messages subliminaux d’urgence et d’exclusivité.

Une fois la cliente satisfaite et le calme revenu dans l’échoppe, force fut de constater que sa paranoïa légendaire n’était pas la seule en cause. Il y avait bel et bien urgence. Quant à l’exclusivité…

Un demi-carreau de chocolat plus tard, pour le courage, et Meghan s’aventurait jusqu’à la réserve, où officiait Carron Chisohlm. Le Chisohlm de « Chisohlm’s ». Grand patron et petit tyran à ses heures perdus.
Un bocal se fracassa, comme pour signaler son arrivée. Par miracle, il était vide.


- Cameron !!!!, rugit-il de toute la force de ses poumons.

« Reparo ! », répondit-elle d’un rapide coup de baguette.

Un silence, comme seul Chisohlm savait les provoquer, s’installa.
Peut-être aurait-elle dû pousser jusqu’au carreau entier.


« Hum… Monsieur Chisohlm ? »
- Mademoiselle Cameron ?
«En fait, il faudrait que je… est-ce qu’il serait possible que vous…»
-… finissiez mes phrases ? Parlez, Cameron. Vous perdez du temps. Et le temps, c’est des gallions.
« Il faudrait que je… je parte un peu plus tôt ce soir et je, euh… »
- Qu’est-ce qui se passe, Cameron… ? Vous avez attrapé un autre rhume incurable ? Votre grenouille a pris froid ? Votre grand-mère a égaré ses chaussettes ?
« Non, c’est juste que je… »
- Ca ira. Filez de ma vue, Cameron. Vous viendrez travailler dimanche prochain pour compenser. Filez ! Je vous vois mardi.


Meghan s’éloignait déjà tandis que Chisohlm se répondait en grommellements («Hypocondriaque», «bizarre», etc).

- Et soyez à l’heure ! 07 : 30 a.m. sans faute !

Le carillon d’entrée tintinula sur le départ précipité de Meghan.
L’entretien express s’était révélé moins pire que prévu, ce qui n’empêchait pas une petite boule d’anxiété de s’être logée au creux de son estomac.

Une autre barre de chocolat et deux transplanages plus tard, le panorama visuel de la jeune femme s'ouvrait sur l'église Saint Eustache. Encore quelques volées de marches, et les souterrains du monument la conduisaient tout droit au Boulevard du Souffle. Pourquoi ici ? Sans doute parce qu'il s'agissait du seul coin de Paris où se déroulaient quelques uns de ses souvenirs. Ici, elle avait traîné avec Eden, Tuppence et Léa en quête de quelques spécialités locales. Là, elle avait bu un jus d'œillet avec Shawn avant qu'ils ne...
Mais elle n'était pas à Paris pour passer en revue son album photo mental d'un séjour à Paris quelques années plus tôt.

Marchant d'un pas incertain, Meghan continua d'explorer les ruelles et devantures du Chemin de Traverse Parisien, sans vraiment savoir quoi chercher, où aller. « Rejoins-moi à Paris », c'était assez vaste. Même si, à peine cinq minutes plus tard, elle fut forcée de constater combien le monde était petit en reconnaissant une crinière rousse notable.




« Mélusine ?!?? »

Ladite Mélusine sursauta à l'appel de son nom.
Quiquequoidontoù?

'Quelqu'un, quelque part, à un moment donné. Peut-être.'

Mouhaha Humpf .
Dans le doute, elle envoya un bref signe dans la direction de la voix avant d'en revenir à la conversation qui était la sienne avant l'interruption.


« Il me faudra plus d'infos sur les niveaux -12 à -15. Vous pouvez me les obtenir d'ici à la prochaine fois ? »
- Je ferais mon possible.
« Parfait. On dit donc même heure même endroit ? »
- Oui.


Là-dessus, l'homme, qui avait pour nom Boxden Lindlay, Opposant de son état, se livra à ce curieux rituel qui s'appelait "prendre congé" et s'esquiva ensuite à grands enjambées rapides, renfonçant son chapeau sur le devant de son visage. Mélusine le regarda s'éloigner, pensivement. Ce ne fut que lorsque sa silhouette se fut entièrement fondue dans le paysage qu'elle se tourna enfin pour faire face à ... Qui, déjà ? Mustang ? Oui, du temps de Poudlard, elle l'appelait Mustang. Allez savoir pourquoi. Elle reprit l'interruption comme si de rien n'était.

« Salut. »

Ce seul mot constituait, à peu de choses près, l'intégralité de ce qu'elle avait à lui dire.

« Euh... Tu vas bien ? »
« Hein ? »


Les yeux de Mélusine avaient choisi ce moment précis pour tomber sur une silhouette, vaguement familière, qui fit se crisper son estomac et affoler son palpitant. Cheveux en vrac, démarche souple et... ça n'était pas lui. Evidemment que non. Stupide. Stupide. Stupide.

« Tu disais ? »
« Euh, je prenais, euh, juste de tes nouvelles. »
, balbutia-t-elle, sans que Mélusine puisse déterminer si c'était elle qui l'impressionnait ou si c'était juste la nature timide de Mustang qui paralysait sa conversation.
« Boaf. »

Et, oui, c'était une réponse.

Silence.

Oh. Mustang ne s'attendait tout de même pas à ce qu'elle lui fasse la causette ?
Apparemment si.

' Même que ça s'appelle de la politesse. '

Même que ça s'appelait de l'hypocrisie. Elle n'allait pas inventer un prétexte alors qu'elle n'avait rien à lui dire.
Ah si ?


« Alors... what about you ? »
« Tout va bien. »
« Formidable. »
« Oui. »


Super.
Et voilà ! Elle avait rempli son quota d'amabilité pour la journée. Elle pouvait désormais greffer un chouïa mélusinien dans leur échange. Eviter de tomber dans des platitudes abyssales. Un soupçon d'ironie pas vraiment mordant:


« Alors... Evans et toi, c'est toujours l'amour fou ? »

Référence implicite à la dernière fois où elles s'étaient croisées, en janvier, au fin fond de Poudlard. Mélusine ne put empêcher un sourire amusé de lui décorer le visage.
Déception, cependant: Mustang rosit à peine face au sous-entendu. Elle contre-attaqua plutôt.


« Alors ? De Lansley et toi, c'est toujours l'amour fou ? »

' Merdeuh § Depuis quand Cameron a du répondant ? '

Aucune idée, songea-t-elle, tout en perdant sourire et couleur. Rares étaient pourtant ceux qui pouvaient se targuer d'avoir cloué le bec à Mélusine McEwan.
Néanmoins, Mustang restait Mustang. Face au silence blafard de son ex-collègue Rouge-et-Or, elle se mit de toute évidence à paniquer, craignant la bourde diplomatique. Et de se répandre en excuses et explications bredouillantes.


« Enfin, c'était juste que tu n'étais pas réputée pour... enfin, tout le monde sait que vous ne vous... c'était juste un peu d'humour... Et je ne ... »
« C'est bon. Laisse tomber. Je suis juste claquée. »


Sans en avoir conscience, les deux jeunes femmes s'étaient mises à marcher de concert. Chacune perdue dans leurs pensées, à divers degrés de nervosité.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7677

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Mar 31 Juil 2012 - 9:21

- Antiochus?
- Elinor.
- Est-ce qu'elle t'a donné des précisions dans ton hibou?
- Apparemment pas plus qu'à toi.

Pas besoin de plus de mots. Antiochus n'était pas un grand bavard. Sa relation avec sa nièce il la construisait encore. Il y avait des sujets sensibles et des comportements que ne cautionnerait jamais Elinor. Son goût prononcé pour les bordels et l'alcool en faisaient partie. En le retrouvant sur la butte Montmartre non loin de chez Tuppence et Virginia, elle avait presque eu un haut-le-cœur à l'odeur qui se dégageait de son oncle. Ce mélange de répulsifs contre l'amour était atroce mais elle n'osa rien dire pour le moment. Entre eux les conversations tournaient toujours au jeu d'échecs. C'est ce qu'il appréciait chez elle: son économie de mots et l'habileté qu'elle avait à les utiliser au moment opportun avec élégance et finesse. Quelques fois il s'était laissé aller à dire que sa mère était pareille, et ces fois là elle s'était laissée allée à sourire. Elle savait qu'elle le laissait gagner ces fois là. Ces rares fois. Son oncle avait apparu soudainement dans sa vie et c'était l'une des seules personnes vivantes à avoir connu sa mère à Poudlard... Alors ça valait quelques sacrifices et quelques concessions comme la protection qu'il s'était mis en tête de lui apporter. Elle supposait que Sacha avait quelque chose à voir avec la ténacité qu'il affichait dans sa mission bien qu'elle n'en sut réellement rien. Et comme Sacha ne lui dirait rien...

Elle n'avait pas été surprise de le retrouver là. Après tout il était normal que Tuppence l'ait averti aussi vu l'étroitesse des liens qu'il entretenait avec son père.

C'était lui qui avait tiré Antiochus de sa vie de misère et qui avait réussi à lui redonner un but en lui faisant passer les examens pour qu'il devienne auror. A l'époque, sa rage contre son ancien clan des mangemorts avait fait le reste. Il était logique qu'elle lui ait envoyé un hibou également, d'où l'absence de question à ce propos dans l'entame de leur conversation. Antiochus avait lui même déduit qu'elle n'en savait pas plus que lui.

- Tu aurais pu te changer.
- Je suis en vacances.
- Peu importe que le monde ait à supporter tes odeurs.
- Mais je ne suis plus saoul.
- Virginia ne l'aurait pas supporté.
- Virginia est lesbienne.
- Ah oui, donc pas baisable, pardon j'oubliais.
- Gouine et en couple. Tu vois bien que la douche n'était pas nécessaire. Allons-y, nous perdons du temps.
- Tu sais, nous ne serons peut-être pas les seuls à avoir été convié.
- S'ils sont tous comme toi ça ne change rien.
- Et si elles ne sont pas comme moi ça change tout.
- Tu serais prête à me lancer un défi poids-plume?
- Et pourquoi pas?
- Rachel ne le supportera pas...
- L'ignorance ne fait pas souffrir.
- Belle morale...
- Un challenge ne veut pas dire coucherie. J'ai fait des erreurs. je ne compte pas récidiver. Nous mettrons les limites en temps voulu si nous décidons qu'il y a matière à défi.
- Tenu.

Tout en discutant ils avaient atteint l'atelier de Tuppence et Virginia. L'endroit était superbe même s'il ne payait pas de mine de l'extérieur. Une façade blanche dominait la rue pavée et ne laissait rien présager de la verrière ouvrant sur une petite rue bordée d'arbres. Après avoir sonné, Tuppence leur ouvrit. Elle paraissait plus grande et plus maigre que jamais. Il y avait du soulagement dans son regard. Mais ses yeux brillaient également de tristesse et d'inquiétude. Tuppence avait toujours été comme ça, un véritable livre ouvert d'émotions. Elle s'en était rendu compte lorsqu'elle avait habité chez elle quelques temps auparavant.

Derrière elle Virginia veillait, beaucoup plus énigmatique que sa compagne.

- Manque plus que Megan et Melusine.

Antiochus arqua un sourcil marquant ainsi sa déception.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8401

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Sam 4 Aoû 2012 - 23:10

« Quoi ? Quekiya ? »

Depuis un moment déjà, Mélusine sentait le regard de Mustang peser sur elle, un peu comme si elle avait voulu pénétrer direct dans sa tête pour trouver une information qui continuait de lui échapper. Oui, mais, pas de chance, sa tête à elle, c'était territoire privé. Elle avait bossé assez dur pour en arriver là. Heureux soit celui qui pouvait se permettre de s'y balader en toute impunité.

- Je... euh, je ...

Evidemment, ça aurait été trop utopiste d'espérer une réponse simple.
Merlin qu'elle était juste... fatiguée ! Peut-être qu'elle devrait s'empêcher de s'en prendre à d'ex-camarades de maison. Ne serait-ce que pour sauver sa réputation.

' Comme si tu te souciais d'avoir quoi que ce soit à sauver. '

No comment.


« Vas-y, balance ! Je suis pas cannibale. »
- Tu...


Je... Tu... Wow ! Deuxième personne du singulier. Dans un mois ou deux, elles en seraient peut-être au "elles". Ne pas perdre espoir. Ni patience. Sourire vaguement pour l'encourager à aller de l'avant. Elle n'était quand même pas si impressionnante, si ?

- Tu ferais encore un bout de chemin avec moi ?

Alors, celle-là, elle ne l'avait carrément pas vu tomber. Se faire engager comme escorte pour quelques pas dans Paris ? Du jamais vu, jamais imaginé. Pendant environ une minute trente-cinq, Mélusine ne trouva tout simplement rien à répondre à une telle demande. Bouche ouverte, figée en plein milieu de la ruelle, à se faire bousculer par des passants avares de temps et d'espace. C'était à la fois complètement surprenant et un peu banal, non ?

« Ne me dis pas que tu as peur du noir ? », finit-elle par balancer, incrédule. Et plus encore quand elle vit Mustang piquer un fard.

Non ? Si.
Et c'était le tour de Mélusine de dévisager son ex-collègue de maison à vouloir déchiffrer la moindre de ses expressions. A la regarder, quelques bribes de souvenirs lui revinrent en mémoire et elle s'inventa toute seule les pourquoi du comment d'une telle requête. Mustang avait toujours eu peur de son ombre, à ne pas oser franchir la moindre petite limite vers le fabuleux territoire de l'interdit, à rester sagement dans les rangs et à baisser la tête à attendre que ça passe. Était-ce tellement étonnant de la voir s'inquiéter à l'idée de se balader sans garde du corps dans une ville étrangère alors que la nuit jetait sur le monde son voile de ténèbres et de mystères. Pour certains, c'était l'heure de se mettre en chasse. Pour d'autre, celle de se camoufler quelque part à l'abri du danger.
Elle ne pouvait pas vraiment donner tort à Mustang quand on voyait comment tournait le monde, éjectant l'insouciance et la sécurité dans sa course folle. Un coup d'œil à la Gazette vous remettait derechef les pieds sur terre et la peur au ventre. Il n'y avait qu'à voir ette fille qui avait disparu en plein milieu de Londres pas plus tard que la veille et qui était loin d'être l'exception d'une règle où chacun aurait pu vivre sans angoisse. Le monde tournait carré, il fallait juste s'y faire et bien s'accrocher.

Face à son silence qui s'étirait en longueur, Mustang se mit à déblatérer tout et n'importe. Plus elle essayait de faire preuve de clarté, plus ses mots s'emmêlaient les uns aux autres. Et ça, c'était plus qu'elle n'était capable d'en supporter. Elle l'interrompit brutalement :


« Stop ! Juste... stop ! »

C'était à peine si elle s'entendait penser. Cette fille avait un débit impressionnant quand elle s'y mettait.

« Bon. Où tu vas ? »

Si elle se mettait à jouer les Saint Bernard, elle n'était pas sortie des Trois Balais.
Ayant décliné l'adresse de Tuppence d'une petite voix, Mustang attendit la réponse comme un inculpé d'homicide le verdict de sa condamnation à mort.


« Ok. let's go ! »

Et Mélusine s'empressa de repartir d'un bon pas, peu désireuse de recevoir des remerciements sous une forme ou une autre. Elle avait accepté plus pour elle-même que par une quelconque charité. Elle n'avait juste pas envie de rentrer chez elle. Où tout était vide. Où elle serait seule. Rien de prévu au programme du soir sinon traîner comme une âme en peine, sous des traits enthousiastes, au fin fond du Q.G. de la Résistance.
Toute en suivant Mustang dans son cheminement, elle revisita son idée première, qui avait été de tenter de rallier son ex-camarade à son propre mouvement. Pas d'heure et pas de lieu pour recruter bras et baguette. Et une ancienne Gryffondor pouvait toujours être utile. Sauf peut-être celle-là. Encore que, elle pourrait toujours faire dans l'aide à la personne. Sûre qu'elle devait avoir la patience et la douceur pour. Tout ce qui lui manquait à elle.

Finalement, après un bon quart d'heure à marcher en silence, Mustang marqua une pause devant une porte qui ressemblait à des dizaines d'autres et frappa trois légers coups contre le panneau de bois.
Bon. Il ne lui restait plus qu'à attendre que quelqu'un lui ouvre, l'accueille et l'entraîne dans la chaleur réconfortante d'un foyer et Mélusine aurait mené à bien sa mission du soir. Au programme de l'après ? Humph. A voir. Sans enthousiasme et sans attente.






« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7677

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Lun 13 Aoû 2012 - 23:24

Durant le trajet, Meghan avait eu le temps de prévenir Tuppence qu'elle avait trouvé un chaperon pour l'accompagner. Tuppence y vit une opportunité. Ce n'était pas faire injure à Mélusine en disant qu'elle était un peu tête brûlée et qu'elle était connue comme telle déjà du temps de Poudlard. La nouvelle lui réchauffa le cœur et pour une fois, Tuppence se trouva égoïste et espéra que la jeune femme se joindrait à eux pour les aider à retrouver son père. A cette pensée son visage s'assombrit. Virginia le comprit immédiatement et se chargea d'installer tout le monde dans le petit salon cossu. Elle offrit des rafraîchissements et profita de la conversation lancée par Elinor pour retourner auprès de Tuppence.

Du coin de l’œil, alors qu'Antiochus avait pris la parole, Elinor observa la scène. Avec beaucoup de tendresse Virginia prit Tuppence dans ses bras. Sa jeune amie avait beaucoup mûri au contact de Virginia. Il émanait une force incroyable de ce couple avec lequel seule la tendresse pouvait rivaliser. Dans un coin de son esprit, Elinor compara ce couple au sien. Elle avait l'impression que seules les disputes et les reproches rythmaient leur vie de couple. Leurs sentiments toujours inavoués étaient bien présents mais l'épuisement consécutif aux disputes les diluaient peu à peu. Elinor avait besoin de calme et de sérénité. Cela ne signifiait pas qu'elle avait envie de devenir barbante. Elle rêvait juste de normalité. Encore une fois. C'était récurent dans sa vie, elle l'avouait bien volontiers. Aussi se dit-elle que pour obtenir un résultat convenable, elle devrait peut-être apprendre à mieux choisir ses amantes, et que le pseudo défi lancé à Antiochus était peut-être moins innocent qu'elle avait bien voulu le faire croire, et qu'il ne faisait que traduire ce qu'elle ressentait depuis quelques temps...

Tuppence revint vers ses amis. La douleur durcissait ses traits. Pour la jeune femme la famille était essentielle, c'était son équilibre. Son père Lannig était sa force, son point de repère. S'ils étaient ici, c'était qu'il lui était arrivé quelque chose, ce que Tuppence ne tarda pas à confirmer.

- Il y a deux jours, mon père devait venir manger ici avec sa femme. Nous les attendions vers 20 heures mais ils ne sont pas venus. Depuis pas de nouvelles. Même mes frères et ma mère ne savent rien. Nous sommes morts d'inquiétude. Je vous ai demandé de venir pour que vous nous veniez en aide. Je sais qu'à Londres 'Pa n'est pas en odeur de sainteté. Même le Bureau des aurors n'a pas signalé sa disparition. Antiochus, peut-être que vous en savez quelque chose vous?

Le visage d'Antiochus blêmit.

- Qu'est-ce qu'on est censés faire Tupp'?
- J'sais pas. Me dire si à travers vos vies, vos relations ou autre vous savez quelque chose? M'aider à partir à sa recherche? Me donner le début du commencement d'une idée?

Un torrent de larmes dévala sur les joues de la jeune fille.

Ils étaient six dans la pièce. Six personnes différentes. Six possibilités d'obtenir des renseignements, de croiser des informations, de soutenir une amie. Six façons d'aider. Six moins une peut-être. Dans le groupe, une personne se trouvait un peu là par hasard: Mélusine McEwan. Virginia la considéra d'un œil curieux. Elle ne connaissait pas cette jeune femme. Tuppence ne lui en avait jamais parlé. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait là. Mais connaissant Meghan, elle se doutait que la jolie rousse avait dû jouer les chaperons.

Contre toute attente Antiochus fut le premier à se positionner par rapport à la demande de Tuppence.

- Il est évident que je vais vous aider. Laissez-moi quelques minutes, je reviens. Peut-être que j'en saurais un peu plus.

Tuppence le regarda se lever et sortir. Il allait certainement transplanner au Bureau des Aurors.

- Mélusine, si tu veux nous laisser tu peux. C'est gentil d'avoir accompagné Meghan. Je sais pas comment elle serait arrivée ici toute seule...

Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8401

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Sam 18 Aoû 2012 - 22:25

Tuppence aurait voulu convaincre Mélusine de l'aider qu'elle n'aurait su s'y prendre mieux. L'esprit de contradiction avait encore frappé. Histoire de garder, pour un moment encore, l'illusion d'une réputation, elle allait trouver une vraie raison de s'engager, là, maintenant, tout de suite. Oui, en direct live. Petite leçon d'improvisation :

« Ah, oui mais non. C'est-à-dire que je ... en fait, je préférerais rester. J'ai rien à faire ce soir. »

Au programme de la soirée, il n'y avait qu'un tête-à-tête avec elle-même et elle se sentait tout à fait d'humeur à se poser un lapin. Troquer ses heures de sommeil contre un peu de compagnie. L'inquiétude de Beresford avait touché une corde sensible (qui ne s'inquiétait jamais pour ses proches, ces derniers temps ?), quand bien même elle ne connaissait d'elle que ses exploits en tant que gardienne des Gadflies. La présence de Redgrave avait fait penché la balance : en tant qu'espionne au sein de la Vème Colonne, elle était son lien invisible avec le capitaine. Oui, il n'y avait pas de fond au pathétique.

« Bref, je... j'en suis. »

Elle n'osait poser son regard nulle part, ni sur le couple Tuppence/Virginia dont la tendresse sans équivoque la mettait mal à l'aise, ni sur Redgrave qui était en effective tout sauf sa meilleure amie, ni sur Ackroyd qui ne respirait pas franchement la sympathie, ni sur Mustang qui était tout occupée à piquer un fard suite à la petite moquerie de Beresford. Bref. Bel embarras oculaire en perspective.
Alors que Mélusine s'apprêtait à ouvrir le bouche pour suggérer un chocolat chaud qui ferait du bien à l'estomac, à défaut de réchauffer le moral, une pensée la traversa qu'elle s'empressa évidemment de formuler à voix haute, puisqu'il s'agissait à peu près de la seule chose utile qu'elle se sentait de formuler, ne connaissant Beresford père ni de Rosà ni d'Umbrès.


« Sa femme aussi a disparu, je suppose ? »

Tact et empathie : 0 / Mélusine : 1.
D'un autre côté, c'était tout de même un détail de taille.


- Ce que Mélusine voulait mettre en avant, c'est qu'un couple laisse sans doute plus de traces ou d'indices qu'une personne seule... et qu'il sera probablement plus aisé de les retrouver.

Ça n'était pas exactement ce qu'elle sous-entendait mais passons.
Le silence qui s'ensuivit était lourd de réflexion. Mélusine, quant à elle, se creusait consciencieusement la matière grise à la recherche du moindre quelque chose qui aurait pu aider à faire avancer les cogitations mais de deux choses l'une, elle avait non seulement une mémoire de poisson rouge qui carburait à l'affectif, mais elle était complètement perdue quand il s'agissait des intrigues et inimitiés d'autrui. Elle avait bien assez à faire avec les siennes propres. Néanmoins, parce qu'elle ne pouvait pas décemment rester les bras ballants, elle dégaina sa baguette, s'extirpa suffisamment de ses pensées pour se rappeler qu'elle avait du public et balbutia des excuses pour s'éloigner un peu à l'écart et au calme. Elle avait besoin de toute sa concentration pour envoyer un message via patronus à sa cousine Morgane qui lui servait d'aide-mémoire, de secrétaire et d'amie selon les heures et les occasions.

A son retour, chacune était de nouveau plongée dans ses pensées, or, Mélusine détestait les silences, surtout ceux de ce genre-là. Tout comme elle détestait stagner. Mieux valait faire un faux pas que rester immobile. Et là, les idées ne fusaient pas non plus à toute allure, pas plus que les bribes d'information que Beresford souhaitait récolter.
Le premier véritable pas en avant fut initié par une source inattendue. Mustang herself qui commença son discours par un baragouinage incompressible.


- J'ai peut-être entendu de quelque chose...

Cette fille détestait être le point de mire des regards. Mélusine la voyait presque guetter un trou de souris dans lequel se glisser. Le regard de la métisse se greffa sur Beresford et elle ne quitta plus son amie des yeux, comme si elle excluait mentalement tous les autres de la pièce.

- Je ne pensais pas que... Enfin, j'étais... j'étais à Londres, avec un ami dans un petit pub, le Ye Olde Cheshire Cheese, je crois. La soirée était bien avancée. Mon ami était allé régler l'addition et je ramassai mes affaires pour partir. Dans un recoin, il y avait deux sorciers qui parlaient à voix basses. Je n'écoutais pas mais... j'ai capté quelques mots, au petit bonheur la chance. Ils discutaient d'un dénommé Lannig... Je suis tellement désolée, Tupp, je n'ai tout simplement pensé qu'ils pouvaient parlé de... mais je ne... Il y en avait un des deux qui appelait l'autre Isid... non Isaurus. L'autre, je ne sais pas... C'était celui qui semblait le dominant... Ils étaient tous les deux très polis, ils s'étaient levés quand j'étais arrivée. Je ne peux pas te dire à quoi ils ressemblaient, j'ai juste pas fait attention.

Nouveau fard, nouvel air embarrassé. Mustang n'était de toute évidence pas habituée à livrer des comptes-rendus oraux. Si jamais elle réussissait à la faire rallier la Résistance, il faudrait la coacher là-dessus.
Alors que Mélusine était persuadé que c'en était fini des bafouillements pour cette fois, la métisse reprit la parole. Le front plissé sous l'effort, elle essayait visiblement de rassembler des bribes de souvenirs supplémentaires,


- Ils étaient sorciers, ça, par contre, je pourrais presque le jurer. Ils ont mentionné à plusieurs reprises le nom de « Hughenden Valley ». Je ne sais pas du tout ce que...

Le reste de ses paroles errèrent entre excuses et murmures inaudibles.
Une étoile filante argentée en profita pour s'immiscer dans leur petit cercle. C'était la réponse retour de Morgane. Son patronus avait la forme d'un petit singe malicieux.





« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon


Dernière édition par Mélusine McEwan le Sam 15 Sep 2012 - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7677

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Dim 9 Sep 2012 - 22:11

Elinor avait accueilli la nouvelle avec effroi. Fini les blagues vaseuses avec Antiochus sur un concours quelconque. Il s'agissait de Tuppence et de quelque chose de grave. Son hibou n'avait pas menti dans l'affaire. La réalité de l'horreur la ramena à sa triste condition humaine où la plaisanterie côtoie la peine d'un individu à un autre. Elle s'en sentit presque coupable. Ne pas avoir compris le degré de détresse de son amie... Il était loin pourtant le temps où elle manquait de discernement. Étaient-ce sa condition et sa nouvelle position dans la société qui l'avait rendue moins vigilante? Il faudrait qu'elle s'interroge là-dessus car son rôle d'espionne lui demandait une précision absolue dans sa conduite et ses réflexions.

De son côté, Tuppence informa les autres que sa belle-mère aussi avait disparu, mais que sa tendance naturelle à détester sa belle-mère avait annihilé tout sentiment d'inquiétude à son égard. Elle s'en voulait d'ailleurs maintenant. Elle s'en ouvrit d'ailleurs à Elinor qui posa une main apaisante sur son bras avant que Virginia ne la prenne dans les bras.

- Je crois que nous n'avons pas le choix. Il faut qu'on se rende là-bas. Meghan, peux-tu nous y conduire? Nous avons deux solutions: aller au pub tous ensemble pour essayer d'écouter parles les clients. La discrétion de Meghan a dû la rendre transparente il y a peu de chances qu'ils la reconnaissent. Soit on se divise en deux: deux qui partent au pub et deux qui vont directement à Hughenden Valley.

Elinor ne connaissait pas vraiment bien Meghan, ce d'autant plus qu'elle n'était pas du genre avenant ou extravertie. Son regard se fit circulaire pour demander l'avis de tout le monde. Il était évident que Tuppence et Virginia devaient rester ensemble et continuer à faire comme si tout était normal et attendre à leur maison. Quelqu'un pourrait finalement demander une rançon ou autre.

Une idée germa néanmoins dans son esprit. Rester liée à Mélusine pourrait éveiller des soupçons et des curiosités. Les deux jeunes femmes étaient plus ou moins connues et reliées à Sacha, chacune dans un camp différent. Se retrouver ensemble pour ce genre de mission pouvaient compromettre le travail de chacune. Elinor était certaine que Mélusine pensait exactement la même chose.

Comme personne ne répondait, elle interrogea son oncle.

- Antiochus, qu'en penses-tu?
- Se séparer me semble être une bonne chose. Quant à vous deux, dit-il en regardant Tuppence et Virginia, il est crucial que vous restiez ici.
- Je suis d'accord. Mélusine, Meghan?

La décision se dessinait et leur appartenait à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8401

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Dim 16 Sep 2012 - 14:23

Mustang s'était bien entendu empressée d'opiner du bonnet : elle pourrait les conduire sur place, l'endroit était gravé dans sa mémoire au fer rouge, aussi rouge que ses joues, mais elle n'était pas sûre de pouvoir emporter autant de gens en transplanage d'escorte. Aussi, pour elle, en quelque sorte, l'approbation de Ackroyd (qui avait dû être schtroumph grincheux dans une incarnation précédente) tomba à point nommé. Diviser pour gagner en efficacité semblait être sur le point de remporter tous les suffrages. Aussi, Mustang continua-t-elle de jouer à oui-oui docilement tandis que Mélusine était terrassée par une brève lueur d'espoir. Terrassée parce que la lueur s'évapora aussi vite qu'elle lui était tombée, lui laissant à peine de quoi jouer l'illuminée.
Evidemment que l'idée d'un binôme McEwan-Redgrave était une mauvaise idée, à tous les points de vue. Hors de question d'imaginer plus de deux secondes qu'elles pourraient s'apparier. Et échanger de nouvelles. De leurs connaissances communes. En faisant de ce pluriel un singulier. Elle s'attacha à chasser cette pensée avec conviction et rejoignit le bureau de vote en offrant à leur plan de bataille une belle unanimité. Parfois, même à reculons, même à contre-cœur, il fallait faire preuve d'un peu de sagesse.


« Je suis volontaire pour aller fouiner à Hugh Valley pendant que Mustang retourne au pub pour mener son enquête. »

Difficile d'échapper au regard suppliant de Mustang qui, de toute évidence, aurait préféré faire équipe avec elle que de se retrouver, disons, avec Ackroyd.

« Je me suis laissée dire que Ackroyd était un homme de terrain, aussi, je propose que ce soit Redgrave qui escorte Mustang au pub. », avait-elle enchaîné, décidée à mener à bien sa B.A. quotidienne. A chacun de faire les paires du qui avec qui via un petit exercice mental. Sans prendre le temps de vérifier que tout le monde validait sa proposition, elle poursuivit, en se tournant vers Tuppence : « Tu aurais un GMC ? »

Son seul et unique but était de dénicher une ou deux photos de la HughMachin Valley afin de pouvoir y transplaner sans encombre. Le sien propre prenait la poussière quelque part dans sa petite chambre. L'ex-gardienne des Gad' lui prêta obligeamment son grimoire et devança même ses besoins en lançant giggle earth, une application sorcière de géolocalisation. Toujours utile en vue d'un départ imminent vers une destination inconnue.
Lààààààààààààààààà ! Parfait :



Elle imprégna toute sa mémoire à court terme de l'image de cette abbaye qui cumulait les avantages d'être pas trop moche, facilement repérable et juste assez à l'écart du bled pour se permettre une arrivée tranquille. Surtout un lundi. A moins que les Hughvillois soient des adeptes religieux à moitié fanatiques, pas grand monde ne traînait aux abords d'une église (et d'un cimetière), passé le coucher du soleil. Surtout un lundi.

Sans un mot supplémentaire, elle tendit le GMC à Ackroyd pour qu'il se fasse sa propre empreinte rétinienne tandis qu'elle faisait un rapide inventaire de son sac. Humph. L'essentiel avait l'air d'être là.
Passant d'un pied sur l'autre, elle patienta une paire de minutes en dressant mentalement quelques plans d'action, en parallèle d'un sommaire de sortilèges utiles, histoire de ne pas passer pour une totale incompétente, certes, mais surtout pour essayer de survivre à l'épopée, si, d'aventure, les choses ne tournaient pas aussi bien qu'un optimiste un peu naïf pouvait espérer. Au terme de ces deux minutes, Mélusine tendit un bras à Ackroyd, en vue d'un transplanage à deux. Le contact éviterait de se perdre. Pas qu'elle raffole à l'idée de toucher ce type mais enfin... Aucune raison, en tout cas, de s'éterniser ici maintenant qu'une sorte de plan d'action avait été dressé.

De son côté, Mustang rassemblait ses esprits, ses souvenirs et son courage avec une détermination qui fit presque sourire Mélusine. Sa résolution avait quelque chose de charmant, en dépit de sa timidité et Mélusine oublia un instant qu'elle avait pu un jour la trouver pathétique.


« Bien. L'heure du grand départ a sonné. »

Et elle se retenait à grand peine de sourire. L'excitation liée à l'aventure, probablement.
Habituée des missions diverses et variées, elle suggéra :


« Un check général dans trois heures ? En personne ou via patronus, selon les avancées de chacun. »

Il paraissait évident que le point de ralliement soit l'appart de Beresford.
Et en parlant de patronus... et de Beresford, Mélusine se tourna vers elle pour ajouter :


« Je te fais savoir si j'ai des nouvelles... de mon côté. »

Ceci comme une petite pique à l'égard d'Ackroyd qui n'avait dit mot de sa petite excursion au Ministère. Autant bien commencer leur esquisse de relation.





« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7677

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Dim 30 Sep 2012 - 20:19

Cette personne était totalement étrange. Elle ne semblait absolument pas la même que celle qui avait séjourné à Poudlard quelques années auparavant. Bien sûr, l'âge et la vie faisaient que, mais à ce point, c'était incroyable. McEwan semblait remplie de rancœur contre le monde entier, ses mots étaient acides, ses traits avaient perdu toute candeur et innocence. La vie avait perdu McEwan et l'amertume avait envahi son cœur. Ce n'était certainement pas que l'état et la perte d'Alhambra qui l'avait rendue ainsi. Mélusine était entièrement dévouée à la cause de la Résistance. Mais à quel prix?

Chacun avait un prix à payer dans l'engagement, celui d'Elinor était élevé également. Quoi que put en penser Mélusine, Elinor la respectait énormément pour ça. Aussi accepta-t-elle la proposition qu'elle avait soumise, même si elle en déplorait la forme.

Pendant que le GMC circulait, Elinor s'approcha de son oncle et murmura quelques mots à son oreille. Il lui répondit d'un signe de tête positif et lui tapota sur l'épaule. Elle se dirigea ensuite vers Tuppence et Virginia.

- Je suis sûre que nous aurons vite des nouvelles. Tuppence, tu peux prévenir ma famille qu'ils ne m'attendent pas. Je leur enverrai des nouvelles quand je pourrais.

La jeune artiste accepta et laissa partir ses amis à la recherche de son père. Elinor alla aux côtés de Meghan en se demandant comment se déroulerait leur collaboration. Elle essaya de lui sourire pour la décoincer un peu. Si elles ne se connaissaient pas bien, Elinor connaissait la réputation de Miss Cameron, alors si elle ne détendait pas un peu l'ambiance, ce n'était pas gagné. Miss Cameron était connue pour timidité maladive. Ce serait donc à elle de mener les débats au pub, et il faudrait trouver une histoire cohérente à raconter pour amadouer la clientèle ambiante.

- OK pour check-up dans trois heures. A tout à l'heure. Allez c'est parti miss!

Elinor laissa Meghan faire le transplannage. Après tout, c'était elle qui était à l'origine de l'info. Lui laisser l'initiative du déplacement, c'était l(impliquer et lui donner un peu plus de responsabilité encore. C'était à pile ou face: soir elle comprenait qu'Elinor lui faisait entièrement confiance et qu'elle serait en mesure de remplir le rôle qu'on lui avait confié, soit elle se trouvait submergée par cette responsabilité et se refermait comme une huître, au risque de paraître suspecte dans le pub. Dans sa stratégie, Elinor misait sur les liens d'amitié qui unissait Tuppence et Meghan. Elle comptait que l'enjeu sublime les craintes de Meghan pour les aider. Au pire elle se débrouillerait comme elle avait l'habitude en mission.

---

The Ye Olde Cheshire Cheese pub.

Il s'agissait effectivement d'un petit pub dans le quartier de Hampstead, banlieue plutôt cossue et prisée de Londres. Elinor poussa la porte et découvrit les lieux avec un faux air enthousiaste. L'endroit était des plus classiques, au point qu'Elinor ne fut pas surprise qu'il fût fréquenté par Meghan: c'était l'endroit idéal pour ne pas se faire remarquer. Cependant ce soir, il faudrait qu'elles se fassent remarquer pour attirer à elles les confidences et les informations. Le but était d'en apprendre plus sur les deux personnes, notamment sur une qui s'appelait peut-être Isaurus. C'était maigre, mais c'était un début.

Elinor avait déjà pensé à une tactique qui s'était déjà révélée efficace dans le passé: repérer les moldus pur sucre habitués du pub pour pratiquer sur eux la légilimancie. Pour la suite, quelques bières et un peu de charme feraient le reste. Fin de journée, il y avait du monde sans plus. Des bureaucrates après leur journée de travail et apparemment quelques habitués sans costard ni cravate.

Avec un grand sourire, Elinor salua le tenancier et invita Meghan à s'installer au comptoir.

- Deux bières s'il vous plaît.

Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8401

MessageSujet: Re: One for all [PV]   Mer 10 Oct 2012 - 22:55

* Pour Tuppence. Pour Toupie. *

Peut-être qu'à force de se répéter ces mots comme un mantra, ils prenaient des airs de vérité. Juste assez, espérait-elle pour lui donner un peu de courage. Il était toujours plus facile de courir le danger quand c'était pour l'amour de quelqu'un. Pour elle-même, jamais elle n'aurait fait le déplacement.
Quand tous ces camarades Gryffondor auraient tué père et mère pour un semblant d'aventure, Meghan avait toujours détesté ça. Les enquêtes, les espionnages, les filatures... très peu pour elle. Non seulement elle s'estimait fort peu douée pour les arts policiers, mais elle redoutait surtout d'être tellement transparente que le premier imbécile venu serait à même de lire sur ses traits son véritable but. Là était son grand tort, puisque, lui assurait-on, elle était capable d'un hermétisme parfait pour peu qu'elle l'ait décidé. Depuis toute petite, sa sensibilité à fleur de peau avait exigé d'elle une protection, même dérisoire, entre elle et le monde, pour éviter de se faire bouffer. Il n'empêchait que ce même premier imbécile venu ne pourrait manquer de noter sa nervosité.
Aussi Meghan accepta-t-elle sans rechigner la bière commandée par Elinor et servie par le barman qui leur adressa une œillade discrète, quand bien même l'alcool la rendait téméraire. Elle avait bu, ce soir-là, aussi, avec Shawn, dans l'espoir de se montrer plus entreprenante que d'ordinaire. Dans l'espoir de ne pas le laisser filer une fois de plus. Elle se revoyait, dans le coin, là-bas, sur cette même banquette qui était aujourd'hui occupée par un autre couple. Elle repensa à Shawn qui allait et venait dans sa vie à elle au gré de ses envies à lui, et leva vers Elinor un regard où brûlait le souvenir de ces moments-là.

* Tu fais une piètre espionne, Cameron.*, se gourmanda-t-elle. * Concentre-toi un peu mieux sur ta tâche. Pour Tuppence.*

Elle avala une gorgée de sa bière, qu'elle trouva un peu âpre à son goût, prétexte parfaitement valable pour faire un tour d'horizon du bar. A la fin du parcours, elle n'avait rien noté de particulier. Si ce n'était ce type, là, qui ressemblait à... Oui ? Non ? Nouvelle gorgée, nouveau regard. Non, ça n'était certainement pas cet homme qu'elle avait remarqué l'autre soir. Trop enrobé. Au temps pour elle.

A ses côtés, Elinor paraissait beaucoup plus à l'aise qu'elle-même et lui envia, le temps d'un instant, son assurance. D'elle, elle ne savait que ce que les bruits de couloir colportaient, ce qui ne valait strictement rien pour se faire une idée de quelqu'un. Elle se contentait pour l'instant de noter que sa coéquipière d'un soir la traitait non comme un fardeau mais comme une égale. Ce qui avait renforcé la bonne opinion que Meghan se faisait généralement d'autrui, passé le premier coup d'œil. Difficile de lui faire mauvaise impression. Ce qui ne l'empêchait pas de prêter attention à tous ces petits détails, ces gestes, que les gens faisaient et qui valaient plus cher que leurs paroles.
Elle lui adressa un sourire, faible mais sincère.
Des quelques lignes directrices du plan esquissé par Elinor Redgrave, Meghan avait en premier lieu retenu la nécessité d'être naturelle. De passer inaperçues dans le paysage locale. Qui attireraient moins les doutes que deux copines en train de se raconter leur journée ?

La jeune métisse laissa échapper un soupir mélancolique, supposé marquer la fin de la journée et l'avènement du moment détente de celle-ci, avant d'avaler une nouvelle gorgée de bière. A ce rythme-là, elle serait saoule dans la demi-heure. Elle connaissait ses limites. Elle n'avalait que le nécessaire pour se désinhiber, pour s'offrir le luxe de se sentir presque comme tout le monde. Pour croire qu'elle pouvait être appréciée pour ce qu'elle était et que les regards qui pesaient sur elle étaient dénués de jugements désapprobateurs, il fallait boire bien plus que cela. Et perdre ses moyens. Elle se contenterait, ce soir, d'opter pour un juste milieu.
L'alcool se distilla dans ses veines et lui rendit un peu de couleurs. Elle jeta un coup d'œil en biais à Elinor Redgrave. Il suffisait de se convaincre que c'était Tuppence assise à ses côtés. Une Tuppence enjouée et malicieuse, une Tuppence sans souci pour lui écorcher le cœur et le moral. Une Tuppence avec qui elle échangerait les impressions de la journée et tous ces trucs que les filles pouvaient se confier devant un verre.
Trois, deux, un, elle se lançait : ...
Trois, deux, un, elle recommençait : ...
Trois, deux, un, cette fois, ça y était :

« Tu sais que Shawn n'a toujours pas montré signe de vie depuis ? », laissa-t-elle tomber comme si elle poursuivait une conversation entamée avant d'entrer dans le bar. Elle n'avait même pas eu besoin de déguiser sa voix pour y glisser un peu de rancœur.

En tout cas, c'était une chose qu'une fille était supposément dire à son amie, par un lundi soir. Non ?
Et qui leur fournirait le prétexte d'une discussion apparemment futile et leur donnerait le loisir d'étudier l'atmosphère et les clients du Ye Olde Cheshire Cheese pub. Et attirer, au hasard d'un coup de chance, les confidences du patron.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One for all [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
One for all [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Countries and landscapes ● Résistance-
Sauter vers: