PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Bal de Poudlard Uni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jolene Letrade
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 5082

MessageSujet: Bal de Poudlard Uni   Lun 25 Juil 2011 - 1:07







Bal de Poudlard

Il se déroule le Samedi 22 Juin 2013 à partir de vingt heures trente, dans la Salle des Fêtes du château. Le Bal a été réclamé et organisé par le Bureau des Élèves, actuellement dirigé par Demeter Jackson. Le Bureau s'est occupé de toute la direction de l'évènement, depuis les invitations à la décoration en passant par les problèmes liés à l'animation et la restauration. Le thème arrêté est "les seventies"
- mais bon, avec une marge d'erreur correcte, ça vous laisse aussi des costumes des 80s. C'est dur de trouver des images pour les costumes, on va essayer de ne pas trop être chatouilleux là-dessus.

Durant toute la durée de la soirée, l'accès aux couloirs, aux salles, aux cachots est bien entendu interdit et toute personne trouvée dans ces lieux s'exposent à des représailles. Seuls la Salle de Fêtes, la Grande Salle, les couloirs reliant les deux pièces, les salles communes, l'Atrium et la cour seront ouvert à tous. Mais tout élève - ou personne - qui sera attrapée aux alentours de ces lieux sans invitation sera reconduit dans son dortoir - pour les élèves - ou dehors - pour les intrus. Et ils ont intérêt à avoir une bonne excuse pour être là.

Afin d'assurer la sécurité de tous et veiller au bon ordre de la soirée, les professeurs feront des rondes dans le château ou resteront dans la Salle de Fêtes, et toute personne remarquant quelque chose de suspect durant le bal est tenu d'avertir un professeur ou un élève du Bureau sur-le-champ.

Les invités sont limités au nombre de deux et sont l'entière responsabilité des élèves les aillant invités. Les élèves de troisième année sont tenus d'expliquer clairement les règles, le déroulement et les restrictions de la soirée à leurs invités, en cas de débordement de l'un d'entre eux, il sera en partie tenu pour responsable et le contrevenant s'exposent à de sévères représailles.

Pour l'occasion, les sorts Repousse-Moldu levés tout autour de l'enceinte ont été levé afin que les familles des Nés-Moldus puissent, elles aussi ,assister à l'évènement.
Afin de faciliter l'arrivée des invités de l'extérieur du campus, toutes les cheminées de Pré-au-lard ont été réquisitionnée pour l'occasion. Ainsi que le Poudlard Express dont le départ est prévu de King's Cross à Londres dans la matinée (arrivée sur le campus prévue pour le début de soirée, largement avant le début de la fête prévue). Le trajet de retour par train s'effectuera le lendemain matin à neuf heures précises. Les auberges de la ville ont été réservées à l'avance pour les éventuels invités qui n'auraient pas la possibilité de rentrer chez eux en transplannant.
Par mesure de sécurité, les règles de restriction de tranplannage restent inchangées : il est toujours impossible d'arriver directement dans l'enceinte de Poudlard.

Une tenue vestimentaire correcte et en accord avec le thème de la soirée est exigée
- même si les sorciers ne s'y connaissent pas vraiment en mode moldue, ils ne sont pas non plus complètement idiots, n'essayez pas de venir en leggings et en slim.


© Merci pour l'illustration à Sham Alasdair McBrashen



Salle des Fêtes ~ 20h 17


Jolene détourna cinq secondes son attention de ce qu'elle était en train de faire - diriger une équipe de bras cassé, pourtant remplis de bonne volonté - pour écouter la personne qui triturait son costume depuis au moins dix bonnes minutes. Une de plus qui n'était pas fichue de résoudre un problème sans demander de l'aide à Jolene, Demi ou Rex, les trois Grands Responsables du Bureau es Élèves et donc, par extension, de l'organisation.

- Quoi, quoi, quoi ? Idris ! Qu'est ce que tu veux bon sang de bon soir ! Je t'ai demandé d'aller voir si les Elfes étaient prêts ce n'est pas compliqué pourtant ! siffla t-elle.

Il ne restait plus qu'une dizaines de minutes avant la demi, les hordes d'élèves réquisitionnés couraient partout en panique, prenant encore plus de temps à faire les choses qu'il en faudrait en temps normal, rendus maladroits par le stress et les hurlements des organisateurs excédés. Les nerfs de Demeter et de Lena étaient à rude épreuve après tout. Mais il fallait les comprendre ! Elles devaientr répondre à des questions de plus en plus idiotes et la jeune femme n'en était qu'encore plus irritable qu'en temps normal, ce qui n'empêchaient les élèves de deuxième année de venir les questionner à tord à travers.

Mais la jeune Idris, qui avait apparemment très bien rempli sa mission venait de se faire souffler dans les bronches alors qu'elle ne faisait que transmettre un message pour tous les troisièmes années qu'il restait dans la salle des fêtes, les autres étaient déjà partis depuis longtemps pour écouter un discours qu'un élève élu major de promo devait faire dans la Grande Salle avant le début des festivités. Jolene était bien contente qu'elle n'ait pas été choisie, faire des discours, ce n'était pas son truc, faire un discours pour ses camarades avec la main gauche en grande partie à l''état de bouillie - merci les résistants- l'était encore moins. Elle avait déjà eu assez de mal à se dégoter un costume avec un gants et à appliquer tout un tas de sortilèges pour qu'il cache le plus gros de la brûlure au regard des autres, pas la peine en plus de se faire souffrir en s'exposant au regard de trois promotions d’étudiants en les imaginant les voir dévisager d'une manière insistante ce qu'il lui restait de main.

Bref.

Idris était juste venue pour dire à Demeter et à Jolene que le discours touchait à sa fin et qu'elles devaient se magner pour y aller, pour au moins écouter la fin du discours, montrer qu'elles n'étaient pas complètement désintéressées de l'avis de la communauté qu'elles s'apprêtaient à fréquenter pour la dernière fois.
En passant devant le buffet pour rejoindre la grande Salle, où Rex Ryan, un élève de deuxième année, accessoirement trésorier du Bureau des Élèves et préssenti pour hériter de la Présidence du Bureau l'année prochaine, était en train de s'assurer que tout était bien en place avant l'arrivée des autres.

- Rex ! On revient ! Au fait, t'es chargé de la surveillance des boissons. Si j’apprends que tu as laissé un petit malin verser du whisky pur feu là-dedans, je te jure que j'aurais ta peau et que je jetterais ta tête à une bande d'acromentulas affamées !

Les menaces, il n'y avait que ça pour s'assurer qu'on soit écouté. Et elles marchaient d'autant plus quand les gens savaient parfaitement qu'on était sérieux. Non que la jeune femme ait déjà jeté la tête d'un élève à une créature classée dangereuse au niveau quatre ou cinq, mais elle avait déjà mise à exécution quelques unes moins mortelles.

Il opina du bonnet et les filles gagnèrent la Grande Salle au pas de course pour assister à la toute fin du discours d'un gars qui avait largement dépassé l'âge d'être étudiant. Demi soupira en réalisant qu'elles avaient couru pour rien et que maintenant, elles pouvaient se taper le retour à la même cadence pour arriver avant les autres. Et c'était vachement dur de courir avec d'immenses chaussures à talons, des colliers de perles en plastiques qui vous étranglaient à moitié à chaque mouvement et les cheveux dans les yeux à cause du traitement qu'on leur avait imposé - tout gaufrés et colorés de couleurs flashys à certains endroits.

- Ils arrivent ! , chantonna Demeter en refermant la porte de la Salle des Fêtes derrière elle. Tout est bien près ?

Puis elle ajouta dès qu'elle eut la confirmatio, par un élève qui tremblait un peu en entedant le vacarme de l'autre côté de la porte que Jolene et son amie essayait tant bien que mal de garder fermée encore un petit peu.

-Ok, alors on y va ! s'exclama t-elle en riant et en se dégageant pour laisser les gens derrière ouvrir la porte. Bienvenue à tous et bonne soirée !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6341

MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   Mer 27 Juil 2011 - 22:49







A peine plus tôt ~ Grande Salle de Poudlard

- [...] et l'avenir nous sourira.

*Peut-être.*

Je terminais sans pour autant en lâcher mon sourire:

- Et souvenez-vous: Draco Dormiens Nunquam Titillandus et bonne soirée à tous.

La majeure partie de l'assistance (ceux qui avaient connu le Poudlard de Dumbledore) s'égayèrent à mon clin d'œil. Draco Dormiens Nunquam Titillandus. Ces quelques mots avaient salué le discours de notre toute première soirée au château. Il était normal qu'ils en concluent la dernière.
J'esquissais un salut (essayez donc d'avoir l'air digne dans un costume funky et pourtant, j'avais choisi le moins pire dans tout ce que m'avait dégoté Andrew) et la foule bigarrée (c'était vraiment le moins qu'on puisse dire. Ce thème "seventies" allait tous nous rendre aveugles avant l'heure) s'éparpilla en direction de la salle des fêtes.

En dépit de ma nervosité et de mes doutes quant à la santé mentale de ceux qui m'avaient désigné comme major de promo, à qui incombait la lourde tâche de prononcer LE discours d'ouverture de la soirée, je m'en étais plutôt bien tiré. J'avais planché dur dessus. Je m'étais escrimé à choisir des termes simples et sans complexe, décrivant la réalité de l'être étudiant de l'époque actuelle. J'avais parsemé le tout de quelques bons mots et de vagues pointes d'humour pas trop intellectuel. Les uns et les autres avaient réagi avec bonne humeur, s'esclaffant au bon endroit, sans montrer tropd e signes d'ennuis. J'avais conscience que mon ton était légèrement trop guindé - j'avais pourtant passé l'après-midi à répéter avec mon amie Emmy - mais 'javais compensé avec un enthousiasme communicatif.

Mon discours n'était désormais plus qu'un morceau de parchemin froissé dans la poche de mon jean.

*Bien. Comme on dit: ça, c'est fait!*

Et j'avais des heures devant moi à ne consacrer plus qu'au plaisir de ma petite personne.
De loin, je suivis le mouvement de foule, évitant les encombrements à l'entrée par un peu de patience.

20h33 ~ Salle des Fêtes

Une fois à l'intérieur de la Salle des Fêtes, je fus bien forcé d'avouer que le Comité d'Organisation avait vraiment fait du bon travail. En cours d'Etudes des Moldus, je m'étais bien gardé de prendre l'option "Design & Fashion", de sorte que j'ignorais complètement à quoi pouvait bien ressembler une soirée moldue façon seventies mais une chose était certaine, à peine franchi le seuil, nous étions plongés dans une sorte d'univers parallèle à l'atmosphère festive et aux lumières éclatantes. Voilà qui ressemblait à une véritable soirée d'adieu. Mieux, en tout cas, que celle de l'an passé où ma mauvaise humeur m'avait empêcher de profiter de la fête. Ça ou ma certitude de passer une année supplémentaire dans ce château pour cause d'échec scolaire.

Je guettais un coin pas trop à l'écart mais pas non plus au centre de l'animation, et surtout, qui soit libre. Je pris place, attendant que l'effervescence du "T'as pas vu Mickaël?" - "Non mais moi, je cherche Liza." - "OMG! Tu as vu sa robe! Comment elle ose se pointer avec...?" - Et bla et bla et bla.
Je surveillais la foultitude de visage jusqu'à en dénicher un qui me soit familier. Léo devait me rejoindre avant de débuter les festivités. Ou peut-être était-ce moi qui devait le retrouver? Toujours était-il que je le cherchais... sans vraiment le trouver.

Oh! Et puis, zut! C'était ma dernière soirée! J'allais me montrer sociable, serviable et souriant. Accoster des inconnus, avec ou sans "e". Je me tournais vers la table jouxtant la mienne, enclenchais le mode "affable" et saluai mes voisins du hasard:

- Bonsoir...

*Félicitations Mr McBrashen, vous avez gagné l'attention de tous. Si seulement vous aviez quelque chose à leur dire...*

Hum.

- Vous connaissez ce groupe?

Quelques jeunes gens (c'est-à-dire, jeunes en comparaison de mon âge canonique de presque trentenaire) s'étaient lancés à l'assaut de la scène et s'étaient mis en tête de tirer quelques notes de leurs instruments à l'apparence étrange.
Je bougeais la tête vaguement en rythme. Comme si j'y connaissais quelque chose...


Dernière édition par Sham Alasdair McBrashen le Lun 5 Sep 2011 - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Arkeley
● University ●
avatar

Nombre de messages : 57
Age du personnage : 19 ans
Habitation : 28 Black Prince Road, Londres
Occupation : Rock star amateur, photographe amateur, étudiant amateur
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : Donley
Date d'inscription : 16/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4880

MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   Mar 9 Aoû 2011 - 23:50

Si, dans la salle, le silence était tombé net juste avant l'ouverture des portes, en backstage c'était la folie. L'hystérie des organisateurs avait fini par contaminer les coulisses en la personne de la douce et gentille Jolene Letrade - toute ironie dans cette phrase n'est pas totalement involontaire... - qui était venue nous hurler ses recommandations de dernière minute avec tout le tact dont elle était capable. Du coin de l'œil, j'avais vu Brett faire un effort surhumain pour se contenir face à la folle furieuse qui entendait lui mener la vie dure. Si elle avait su...

-Relax, Max, on gère, lui avais-je lancé avec mon fameux sourire en coin, espérant calmer le jeu avant que l'un des deux ne craque.

Mais pour le coup elle avait bien failli me lancer un sort et je n'y avais échappé que parce que pour l'instant elle avait absolument besoin de ma voix et de ma belle gueule, de préférence en parfait état - peut-être aussi à cause d'un regard de psychopathe de Brett, mais ça, je ne le saurais probablement jamais.

Les conversations allaient déjà bon train de l'autre côté du rideau. Encore deux minutes et c'était à nous. Deux toutes petites minutes de rien du tout... A côté de moi, Jem's sautait dans tous les sens en fredonnant n'importe comment une de nos chansons de la soirée, essayant dans le même temps d'accorder manuellement sa basse ; j'eus du mal à me contenir de lancer un sortilège d'accordement pour remettre les choses d'aplomb. Deux pas plus loin, Brett frappait l'air de toutes ses forces avec des baguettes invisibles - de toute façon, elles étaient réellement invisibles.

Quant à moi, bah... Je paradais comme un jeune coq, mais j'en menais pas large. J'étais surexcité - au moins autant que Jem's qui semblait monté sur ressort - mais aussi hyper angoissé. Je renouais avec le trac de nos premiers concerts. Le plus flippant, dans l'affaire, c'était qu'on tenait là notre plus grand public depuis nos débuts. Et ça, c'était vraiment cool.

On avait répété tout l'après-midi comme des bêtes, menés par un Zonard au meilleur de sa forme - et de sa tyrannie, il avait terrifié une partie des organisateurs - pour que tout soit parfait. J'avais défini notre répertoire grâce aux conseils avisés de ma petite sœur, contactée de toute urgence dès l'annonce du thème. C'était elle aussi qui nous avait donné l'idée des costumes... Brillant, clinquant : il fallait qu'on soit les rock star du bal !


-En scène, les artistes !

Aaaaah ! Je bondis sur place, sursautant à l'appel que j'attendais avec impatience, me cramponai à mon micro magique - qui servait plus à faire joli et branché qu'à vraiment augmenter ma voix - et déboulai sur la scène, suivi de près par Jem's qui couinait presque de joie, et plus sagement par Brett et notre nouvelle recrue, Léo le guitariste sympa. Quelques secondes plus tard, le rideau s'ouvrait enfin et je braillai mon premier cri de guerre de la soirée, noyant les premières notes de mes comparses.

-WOOAAA !!!


Stayin' Alive - Bee Gees:
 
Revenir en haut Aller en bas
Danny White
● University ●
avatar

Nombre de messages : 8
Signature : Me
Avatar : Me
Date d'inscription : 09/08/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4487

MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   Ven 12 Aoû 2011 - 19:33

    Le bal de fin d’année. Déjà. L’année semblait avoir défilé pour le jeune White. Il ne s’était pas fait d’amis, il avait acquit énormément de connaissances, suivit ses cours avec beaucoup d’assiduité, lu des bouquins à en perdre l’esprit, ce dernier qui était d’ores et déjà suffisamment torturé. Mais pas un seul confident, pas un seul flirt, rien.
    Aussi, le brun aux yeux clairs n’avait pas réellement fait en sorte qu’il en soit autrement, il fuyait semblerait-il les gens comme la peste. Surtout les filles, il n’en avait pas peur à proprement dire, mais il redoutait leur simple présence. Et ce, depuis l’âge de quinze ans. Cinq ans après, rien n’avait changé, personne pour le ramener à une réalité moins sordide, personne pour lui faire comprendre que les choses pouvaient s’arranger, personne qu’il pouvait croire…

    A quinze ans donc, Danny avait connu son premier véritable amour, une demoiselle nommée Léa, une française. En effet, les parents de Danny, tous deux sorciers appréciaient les voyages à l’étranger, tout comme les moldus qui habitaient également dans tous ces pays. Danny suivait ses parents sans rien dire, mais au fond de lui son sang ne faisait qu’un tour. Comment pouvaient-ils donc fréquenter ce genre d’individus ? Ils ne possédaient aucun pouvoir, pas même dotés d’une once de pouvoirs magiques, inoffensifs, faibles et arrogants malgré leur capacité à être idiot !
    Hélas… Contrairement à son dégoût des non-sorciers, le jeune White tomba sous le charme d’une sorcière née de parents moldus, une sang-de-bourbe comme lui et ses petits camarades de Serpentard aimaient les appeler.
    Cela lui était tombé dessus sans qu’il ne puisse le contrôler, la voir lui soulevait le cœur, son parfum l’enivrait, sa voix le berçait, son allure l’enchantait. C’était la plus radieuse de toutes les filles que l’on puisse trouver au monde, sa peau de nacre, ses cheveux d’ébène, ses lèvres cerises, une reine réincarnée.
    Il aurait tout fait pour elle.

    En revanche, la bien-aimée ne le regardait même pas. Elle fuyait son regard comme la peste, le prenait de haut, le traitait en moins que rien.
    Chaque brimade lui enfonçait un pieu dans le cœur, chaque jour un peu plus. Il aurait aimé lui parler, non, crier son nom, hurler à quel point il l’aimait, comment il se donnerait à fond pour elle, à tel point qu’il pourrait lui donner sa vie plutôt que son cœur.
    Mais il ne fit rien, deux longues années passèrent à la regarder fréquenter une ribambelle de garçons, les prétendants couraient à ses pieds, avec de bonnes ou mauvaises intentions. Alors que le brun au regard océan dépérissait de plus en plus.

    Si bien qu’il cessa de s’alimenter, voulu attenter à ses jours et se retrouva à Sainte-Mangouste. Ses parents, au lieu de l’aider, de le réconforter, l’enfoncèrent encore davantage. Ils lui dirent qu’il n’arriverait jamais à rien dans la vie, qu’il était une contradiction de la nature à lui tout seul, qu’il était sinistre, doué uniquement à ressassé des faits passés dont tout le monde se fichait.

    Danny quitta le nid familial un an plus tard afin de s’installer dans un petit appartement de Londres. Ce n’était pas miteux, mais point du grand luxe. Ce qui comptait, le jeune homme y était à son aise, il ne subirait plus de reproches, plus d’humiliations. En revanche, de nature renfermée et solitaire, les choses ne s’améliorèrent pas. Il devint une espèce de post-adolescent dépressif et malheureux. Peu social, pas plus amical et toujours plus seul.


    Soit, ses premiers mois à Poudlard University ne furent pas plus concluants, au moins il se préservait des personnes susceptibles de lui faire du mal. Surtout, il étudiait un certain nombre de matières qui lui plaisaient.
    Il s’était tout de même fait une connaissance, une fille de troisième année à Moon Shadow, qui lui refilait quelques tuyaux de temps en temps, Kiara O’Connell, une véritable tornade irlandaise. D’ailleurs, c’était elle qui l’avait invité à se rendre au bal. Elle y allait déjà avec un groupe d’amis, mais elle lui avait dit que c’était sans doute l’occasion pour lui de se faire un peu connaitre.
    Danny avait accepté à contrecœur. En plus, le thème de la soirée était les seventies. Pas vraiment fan du disco, Danny opterait pour un look plutôt punk rock, après tout le mouvement punk avait immergé en soixante-dix sept.

    Cela donnerait dans ce genre :

    Spoiler:
     

    Danny se dirigea tant bien que mal vers la salle de Bal, sa motivation frôlait le niveau zéro, mais ses taux de stress et d’angoisse bâtaient des records.
    Il franchit la porte d’entrée, vit qu’il y avait un peu de monde et alla directement se faufiler contre un mur de la salle. En se retournant, il aperçut Jolene Letrade. Il ne la connaissait pas personnellement –tout comme quiconque d’ailleurs-, mais il savait qu’elle se chargeait des préparatifs du bal.
    Il l’observa quelques instants, sa peau semblait parfaite, ses cheveux aussi, son costume seventies était original, il lui plaisait bien… Oh… rien que le fait d’évoquer tout cela le rendait nerveux et si ce fut possible, encore plus stressé. Il détourna donc le regard et se dirigea assez maladroitement vers la table des boissons, un bon remontant, voilà ce qui lui fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Willem Wyndham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 153
Age du personnage : 45 ans
Habitation : Cardiff
Occupation : Enseignant
Avatar : W.
Date d'inscription : 12/02/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4941

MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   Lun 5 Sep 2011 - 22:28

Le regard de Wyndham se détacha de la silhouette arborant une veste en cuir, titubant à moitié jusqu'à la table des boissons.

*Sans commentaire.*

La soirée commençait à peine et le Gallois en abhorrait la moindre micro-seconde. Ca n'était pas tant qu'il détestât les fêtes (quoi que) mais surtout que chacune de ces micro-secondes en suspend le rapprochait des calamités qui arriveraient, sans doute aucun, avant que le bal ne touche à sa fin. Débauches encouragées par une consommation d'alcools illicites, accidents magiques suscités par les duels, défis et autres orgueils mis à mal, larmes et crises d'hystérie qui naissaient invariablement dès que le stress était en chute libre, sans oublier les divers incidents qu'une foule rassemblée en un seul et même lieu ne manquait jamais de provoquer (dégâts matériels, blessures physiques et accrocs en tout genre). Et si, parmi ses collègues, quelques uns étaient enclins à un certain laxisme, ça n'était pas son cas. Il ne laisserait passer ni entorse au règlement, ni tentative de bagarre, ni manquement au respect minimum entre êtres humains normalement constitués. Quitte à passer pour un rabat-joie.

Et, pour entrer d'emblée dans la rabat-joie attitude, W. n'avait bien évidemment pas souscrit au dress code de la soirée.

*Les seventies, et puis quoi encore?*

Il avait connu, il avait vu. Les années 70, merci pour lui. Ca n'avait pas exactement été sa période préférée dans son histoire personnelle. Et il était absolument hors de question qu'il déambule dans le château affublé d'une chemise aux couleurs criardes ou d'un pantalon extra-flare.
Non. Non. Certainement pas.
L'enseignant arborait donc un costume sombre, à la limite du noir, qui lui permettait de se fondre dans un espace déserté par les lumières aveuglantes qui semblaient être au goût des décorateurs en herbe du Bureau des Etudiants.

Soupir.
La soirée allait être longue.

*Au moins, la musique n'est pas post-apocalyptique.*

Quitte à perdre l'usage de ses yeux, il aimait autant conserver certaines facultés auditives et ne pas devenir complètement allergique à tout ce qui faisait une bonne soirée aux yeux (et oreilles) de la jeune population de Poudlard. Sa propre jeunesse semblait l'avoir déserté des années plus tôt.

Dans l'espoir de se distraire un instant de son ennui (les péripéties ne commenceraient probablement pas avant une bonne heure, songeait-il, doigts croisés au fond de l'une de ses poches), Wyndham porta son regard sur la scène où commençait tout juste à se produire un groupe inconnu de lui (ce qui n'était pas un si frêle exploit: tout groupe postérieur aux Beatles lui était étranger).

- Donovan?

Combien de fois Joleen lui avait-elle parlé des ambitions musicales de son chien fou de fils? Apparemment, pas assez souvent.
W. conserva le silence le temps de trois morceaux consécutifs. De l'avis général (mesuré à l'applaudissomètre), les Dandies n'étaient pas si mauvais. Et de son avis particulier, il avait certainement entendu pire. Peut-être ce garçon finirait-il par faire quelque chose de sa vie.

Soustrait à ces pensées familiales par un remue-ménage infime qui ne manqua pourtant pas d'attirer son attention, le Gallois quitta la scène des yeux pour se précipiter à pas lents (discipline sportive excellente pour l'endurance) vers un groupuscule d'étudiants dont il était certain que la moitié n'avait ni l'âge légal ni les autorisations de se trouver ici. Et dont le plus minuscule des sept garçons possédait un... objet absolument illicite. C'était à se demander ce que James Gardens, concierge, faisait de ses journées.

- Messieurs? veuillez me suivre, je vous prie.

Le ton était poli, mais, sous couvert d'invitation, aucun de ces jeunes gens ne s'y trompa: mieux valait obtempérer sans discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Jolene Letrade
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 5082

MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   Mar 6 Sep 2011 - 13:14

Jolene courait dans tous les sens depuis le début des festivités. Elle ne s'était pas arrêtée une seule seconde, et elle s'était jurée qu'après ce soir, elle ne porterait plus jamais de chaussures de plus de treize centimètres en soirée.
Ni de faux cils.
Ni de perruque blond platine.

Alors qu'elle avait pensé pouvoir quand même s'amuser un peu, parler avec son frère de ses soucis personnels et surtout de ses prévisions concernant ses notes qui se révéleraient très sûrement être catastrophiques. Oh non, elle ne se faisait pas d'illusions, si les excellentes notes qu'elle avait eut lui avait assuré l'obtention d'un diplôme, elle savait parfaitement qu'elle n'avait réussit que celle de potion : elle s'était ruée dans sa chambre prise de douleur pour la métamorphose et s'était presque évanouie pendant celle de défense contre les forces du mal.

Au final, elle passait sa soirée entre surveiller sa meilleure amie qui avait réussit à se faire servir de l'alcool et qui commençait sa soirée ronde comme un tonneau à glousser bêtement et s'assurer que tout se passait bien du côté du Bureau, que personne ne venaient embêter ceux qui étaient chargés de surveiller la table des mets … ou par exemple distraire celui qui était censé s'assurer que personne ne dopait le punch par exemple …

- Reeeeeeex ! Je vais t'arracher les yeux avec une petite cuillère ! vociféra t-elle.

Le tout en tirant Olivia qui voulait s'arrêter pour essayer d'embrasser tout ce qui passait à la portée de ses lèvres, une vraie calamité cette fille. Rex était déjà en train de siphonner avec sa baguette ce qui restait dans le saladier avec des gestes paniqués. Olivia se mit à gloussailler et se jeta dans les bras de Rex en lui encerclant le corps avec ses bras, rendant son travail encore plus inutile et désordonné. Avec un immense soupir pour ne pas se mettre à lever les yeux au ciel, ou par exemple se mettre à jeter des sortilèges dans tous les sens pour lui apprendre à faire son boulot correctement.

- Tu peux la reprendre s'il te plait ? demanda t-il avec une touche désespérée dans la voix.
- Mon copain ! ricanna t-elle en réponse en se collant son visage dans le cou du jeune homme.

A ce point là, même Jolene ne pouvait plus regarder ce spectacle et se sentait obligée d'intervenir, elle ne pouvait pas se permettre de laisser Rex endurer ça, si grave soit sa faute. Olivia était une sorte d'anaconda humain quand elle était bourrée, sous prétexte de venir vous faire un calin, elle se mettait à vous serrer jusqu'à vous en étouffer presque. C'était très désagréable et très traumatisant.

- Est-ce que tu pourrais me dire comment se fait-il qu'une bonne partie des invités soit bien imbibée ? demanda t-elle avec un grand sourire pendant qu'elle desserait les bras de sa meilleure amie pour lui faire lâcher prise.
- Je te jure que je ne sais pas qui a fait le coup, je me suis baissé trente secondes pour récupérer du citron. Mais je m'en suis rendu compte quand Jenny Brodmencap est montée sur la table pour chanter du Celestina Moldubec. Je la connais depuis l'enfance, et elle peut à peine regarder sa meilleure amie en face.

Pour une raison inconnue, Olivia se remit à glousser bêtement comme si ce qu'il venait de dire était la chose la plus drôle au monde. Ce n'était pas non plus comme si Jolene n'avait pas l'habitude avec elle, de toute façon, quelque soit la soirée à laquelle elle participait - beuverie, réunion de potes, rendez-vous chez sa mamie - elle finissait irrémédiablement par rouler sur le trottoir. D'une manière ou d'une autre.

- Ah … Nan mais ça c'est moi ! fit-elle en ricanant. J'ai vidé une bouteille de whisky pur feu pendant qu'il avait le dos tourné.

Jolene leva les yeux au ciel avec un immense soupir, elle demanda à Rex de régler le problème, par exemple en filant le saladier aux elfes pour qu'il le remplissent de nouveau. Pendant qu'elle escortait son amie jusqu'à la sortie, même si cela lui brisait le cœur de le faire, cependant, c'était la même loi pour tout le monde, et elle bouta Olivia hors de la salle en lui promettant de faire pleins de photos pour elle.

Et dire que l'empoisonnement du punch avait été fait alors que la fête n'était même pas encore vraiment commencée … Demeter allait sûrement être furieuse quand elle l'apprendrait, sans parler des professeurs, ils allaient sûrement se prendre un vrai savon. Pour se débarrasser de cette sombre perspective, elle récupéra une caisse de boites d’appéritifs vide qu'elle devait déplacer jusqu'à la table où des élèves du Bureau prenaient le relai pour la ramener jusqu'aux cuisines.

En revenant, elle entendit une discussion qui portait sur le groupe de Donovan, elle ne put s'empecher de lacher un commentaire.


- Ce groupe ? C'est les dandys, le chanteur est un peu une sorte de glandeur professionnel …
Revenir en haut Aller en bas
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6341

MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   Lun 24 Oct 2011 - 23:11

Au son des morceaux de plus en plus endiablés des Dandys, la soirée suivit son cours. Quelques groupes tentèrent une première expérience scénique, avec plus ou moins de succès. Personne (hormis les quelques grincheux d'usage) n'aurait eu l'idée de trouver à redire de l'organisation, de la décoration ou même de l'ambiance. De fait, ce bal de Poudlard Uni, promo 2013, était plutôt une réussite.

Du moins, était-ce le cas avant que le taux d'alcoolémie ne grimpe en flèche.
Avant que quelques esprits frappeurs britanniques ne viennent ajouter leur grain de sel.
Et avant qu'un étudiant, devenu la proie simultanée des deux éléments ci-dessus, ne soit le déclencheur d'un accident magique d'échelle moyenne.

Mais reprenons.
L'augmentation notable du nombre de boissons alcoolisées, et ce, en dépit des interdictions formelles des autorités pensantes, avait pour origine un esprit de contradiction chevillé au corps, un soupçon d'attitude-rebelle et le sentiment que nous n'étions plus des gamins irresponsables mais des jeunes gens désormais au seuil de leur vie adulte. Or, le premier imbécile venu, titulaire de ses ASPICs, était à même d'effectuer un banal Sortilège de Nazareth. Et nous n'étions pas des imbéciles. Il nous suffisait d'un rapide mouvement du poignet pour changer l'eau en vin. Voire même en whisky pour les plus doués d'entre nous. Au temps pour le taux d'alcoolémie.
Parallèlement, Peeves, trouvant sans aucun doute qu'une fête de fin d'année devait receler un peu plus de piquant, avait organisé une sorte de réunion des Esprits Frappeurs Anonymes, recrutant tout ce que le Royaume-Uni comptait de poltergeist et autres calamités vaporeuses. Les idées durent fuser et, bientôt, ce furent cakes et muffins qui se retrouvèrent parfumés au Philtre d'Agitation ou à la Poudre de Cataclysme. Avec les conséquences que l'on imagine.
Peter Peterson (qui devait sérieusement maudire le sens de l'humour de ses parents), jeune diplômé de Hawk Wing, mélangea et le whisky et les petits fours détonnants. Comme quoi les neurones ne protégeaient pas totalement des imprévus de la vie. P.P., pour les intimes, choisit précisément ce moment pour tenter d'épater la galerie. Défaillances et piètres tentatives magiques. L'ensemble des couverts à portée de main (et ils étaient nombreux, étant donné que le jeune P.P. se trouvait à proximité du buffet) fut pris d'une véritable frénésie. Les fourchettes semblaient déterminées à parer les chevelures de coiffures alambiquées, les couteaux évoluaient en ballets barbares et les petites cuillères cherchaient à se frayer un chemin sous les vêtements des victimes qui passaient à portée de manche.

Autant dire que l'ambiance était au rendez-vous, tandis qu'un obscur girl-band s’égosillait sur scène.



23h02 ~ Salle des Fêtes


De mon côté, je tentais de résister aux assauts d'une paire de cuillères jumelles qui semblaient décidées à s'en prendre à une partie sensible de mon anatomie. Et les classiques magiques n'y pouvaient rien. Sachant que j'hésitais à me résoudre à un bon vieux Lashlabask, je voyais mes chances d'ajouter quelques individus à la lignée McBrashen se réduire à vue d'œil. En désespoir de cause, je pris la fuite, tentant de percuter le maximum de jeunes gens dans ma course éperdue (quand l'alcool lui-même ne provoquait pas la moitié des collisions). Avec un minimum de veine, mes assaillantes seraient séduites par les charmes de Suzie McPherson ou le charisme discutable d'Edham Rosebury, capitaine de l'équipe de quidditch étudiante à ses heures perdues.

* Bloody F***ing Hell !*

De toute évidence, j'aimais les soirées mais les soirées, elles, ne m'aimaient pas outre mesure.
La dernière en date m'avait légué un mal de crâne à entrer dans les annales, mais, au moins, elle m'avait permis de faire la connaissance d'Alix Twain. Désormais, je ne pouvais même plus boire outre mesure pour oublier un peu. J'avais l'acool bavard et bravache. Plus fort que moi. Incapable de résister à l'envie de me répandre en fanfaronnades. A chacun ses petits défauts de caractère. Mais, désormais, il me fallait à tout prix dissimuler mon statut d'agent double, plus encore que mon appartenance initiale à l'Opposition. Et, je me connaissais, pour peu que l'on me prêta une oreille attentive, je n'aurais aucun mal à me répandre en explication sur la difficulté de jouer un double-jeu ou à me lamenter sur le fiasco généralisé des missions qui m'avaient jusqu'à présent été confiées.

Poursuivi, donc, des assiduités de cuillères sans pudeur, je me ruais vers le plus gros amas humain à portée de bras.

- Letrade ! O'Brian ! Cullen ! Worpel !, rugis-je, interpellant tous mes camarades de promo se trouvant dans mon champ visuel, prêt à rejeter la faute sur qui en voudrait bien, ou à remettre mon sort à qui se sentirait l'âme charitable. Je ne demandais qu'à sortir entier de l'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Jolene Letrade
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 5082

MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   Dim 26 Fév 2012 - 21:49

" - Mais bon sang de bouse ! Ils sont où les professeurs quand on a besoin d'eux ? C'est pas possible ça !

La phrase rugie venait du bunker de fortune où était réfugiée Jolene et quelques élèves qui avaient eu la bonne fortune de se trouver là au moment où Rex avait eut le réflexe heureux d'assembler chaises et tables pour empêcher le mobilier de leur porter préjudice comme c'était le cas pour les autres élèves à l'extérieur. Elle-même c'était faite attaquée par un trio de fourchettes qui s'étaient amusées à jouer des caracas avec sa tête. Et en essayant de les arrêter avec sa mauvaise main, elle s'était très vite retrouvée aussi efficace qu'un nourrisson, pliée en deux sur son poignet, tellement mal en point qu'elle ne s'était pas à peine aperçue que les trois fourchettes continuaient leur stage de batterie dans ses cheveux jusqu'à ce que Rex surgisse d'on ne sait où, sûrement de la porte où il tenait Olivia en retrait et l'avait relevée -trainée en fait- jusqu'à leur retraite de meubles qu'il avait réussi à construire en quelques coups de baguette.

Là, elle avait quand même réussi à reprendre un semblant de contenance, bien obligée si elle tenait toujours à sa réputation. Et elle ne voulait pas qu'on se rappelle d'elle comme celle qui avait été capable de rien lors du désastre de la soirée qu'elle avait organisée. Avec tout le mal qu'elle s'était donnée depuis sa première année pour tourmenter, faire chanter, embêter, ignorer, et encore ses camarades, âges et maisons confondus. Non, ça jamais. Alors avec un effort purement mental, elle avait retiré toute la douleur de son bras en se poussant à la retrancher derrière un mur dans sa tête. Il ne tiendrait pas longtemps, ça elle le savait, mais si ça le temps qu'elle puisse rétablir la situation, autant le faire.

Seulement …

Bon sang qu'elle n'aimait pas les sortilèges. Si toute la magie s'était résumée aux potions, elle aurait été infiniment bien plus heureuse comme ça, mais les sortilèges … elle les connaissait et tout, la théorie surtout. Mais la pratique, elle était capable de le faire, mais elle avait toujours beaucoup de mal, comme si un élément se mettait toujours de travers pour que ses sorts se retournent contre elle.


" - C'est quand même leur boulot, on ne leur demandait que ça, râla t-elle en se calant un peu, observant à travers une fente entre une chaise et une table ce qu'il se passait dans la salle. Elle était pourtant certaine d'avoir vu le professeur Wyndham à un moment dans la soirée. Alors combien de temps avant qu'un autre ne passe ?

Un de ses camarades de promotion débarqua dans son champ de vision, méchamment harcelé par des petites cuillères. Ah mince … C'était quoi son nom déjà ? Il était en train de faire le discours qu'elle avait raté tout à l'heure. Bon tans pis. Lui semblait connaître le sien en tout cas, et appela d'autres personnes en plus d'elle.

Avec un soupir, elle rompit d'un geste de baguette la protection du bunker pour sortir hors de son doux havre, se jeta dans le désastre et pointant les cuillères, elle s'exclama d'une voix forte, espérant que cela marcherait, un Imobilus retentissant. Avec une grande joie, elle les regarda retomber inanimée sur le sol quelques instants. Avant de se réanimer et de se jeter sur elle cette fois ci.


" - Qui est l'intellectuel qui a eu la bonne idée d’ensorcelée ces saletés ?! C'est un génie mais ce n'est pas un complment.
cria t-elle en jetant une des cuillères qui prétendait s'introduire dans son haut.

Avec une nouvelle inspiration, elle visa de nouveau les fourchettes. C'était simple comme tout, et même si elle doutait que cela marche, tellement c'était enfantin, mais dans le cas autant tout essayer.

" - Finite Incantatem.

Et a sa grande joie, les cuillères tombèrent sur le sol et ne se relevaient pas. Oh bonjour la publicité, toute une promo de troisième année de Poudlard Uni, harcelée par des couverts, incapable de sortir une formule à la portée de première année, voilà qui démontrait à quel point l'alcool rendait intelligent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bal de Poudlard Uni   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bal de Poudlard Uni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Intérieurs du château :: Salles des fêtes-
Sauter vers: