PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Les tords et les travers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yseult Sheridan
● Humain ●

avatar

Nombre de messages : 28
Age du personnage : 17 ans
Habitation : Londres Pension Kensington South
Occupation : Lycéenne
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 25/11/2010
Coup de coeur : 12
Gallions : 5042

MessageSujet: Les tords et les travers   Ven 15 Juil 2011 - 16:48

Yseult Sheridan a écrit:

Nom du responsable RP : Yseult Sheridan
Noms des participants : Yseult, Seth
Lieu(x) où se déroule l’histoire : Etats-Unis, N.Y.C.
Date(s) / Echelle du temps : juin 2013
Pitch du sujet au départ : Pour essayer d'impressionner Seth dont elle sent l'éloignement, Yseult a accepté une mission compliquée pour la Vème Colonne. Malheureusement, Yseult est sur le point d'être grillée et Seth qui a eu vent de son activité, intervient in extremis.
Chronologie : le sujet se situe après "Je t'attendais"
Avertissement : Standard [ ] Sexualité [X] Violence [X] Idées pouvant être choquantes [X]
MERCI DE NE PAS SUIVRE CE SUJET SI LES IDÉES DÉVELOPPÉES VOUS METTENT MAL A L'AISE

Raison de l’ouverture du RP Express : Approfondissement d'un aspect de la relation entre Seth et Yseult, et je dirais exploration des possibilités littéraires. On se demande jusqu'où peut-on aller trop loin ?
Administrateur ayant donné l’accord : Emmett AETERNA Bullet Accepté [X] Bullet Refusé [ ], en cas de refus, voici le motif invoqué : ...

Essayer de bien faire, c'est pas assez, lui disait sans cesse son père. Il faut bien faire. Essayer c'est pour les loosers.
Yseult a été élevée dans cette rigueur. Choyée, aimée, little princess de la maison, la bonne fille à papa, c'est vrai, mais pas pourrie gâtée. On ne pouvait pas dire qu'elle avait été élevée à la dure. Toutefois, elle avait grandi sous le poids de certains principes. Ses parents n'avaient jamais consenti à la laisser ignorer la difficulté de la vie. Pour avoir les choses, il fallait suer.

Alors ce petit précepte sans cesse édicté par son père pendant les entraînements sportifs avait ressurgi comme un leitmotiv tandis qu'elle remontait ce long couloir sombre et peu rassurant. Faut pas essayer, il faut faire. Sinon ça vaut pas le coup.

Seth arrêtera de me prendre pour une poupée fragile ou pour une écervelée, grommelait-elle en marchant derrière l'homme qu'elle venait de rencontrer quelques minutes plus tôt.
T'as dit un truc ? l'apostropha le type en se tournant brusquement vers elle, étonné d'avoir entendu résonner le filet de voix de la petite blonde dans la noirceur de ces couloirs.

Il lui jeta à la figure son regard d'encre et l'éclaboussa de tout le mépris que ce genre de type pouvait avoir pour le genre de fille qu'elle était. Elle était à ses yeux la jeune fille de bonne famille, le visage angélique auquel on ne sait pas dire non et à qui on donnerait le bon Dieu sans confession alors que lui et sa gueule de travers avaient toujours trimé pour avoir les choses. Ses habits étaient fripés et sales, il portait un bonnet noir assorti à ses cernes, il sentait la sueur, le rasoir, il ne devait pas connaître, le coupe tifs, n'en parlons pas, et une vieille odeur de tabac froid émanait de ses vêtements à chaque fois qu'il faisait un pas. Quand elle l'avait rencontré et qu'il s'était penché sur elle pour la dévisager avec son œil au blanc jaunis par l'âge et injecté de sang, elle avait pu sentir son haleine acide et lourde, comme de la pisse de rat dans les égouts. Au premier regard, elle avait méprisé sa laideur presque aussi instinctivement qu'il avait méprisé sa beauté.

Il fit soudain volteface et repris sa marche en la faisant passer devant lui, la bousculant maladroitement au passage. Quand elle fut bien dos à lui, il s'emporta soudain:

Tu leur ressembles pas, grogna-t-il. Tu parles même pas comme elles ! Faut pas me prendre pour un con !

Soudain, l'homme l'attrapa à bras le corps et l'encercla de ses bras. Il la souleva du sol, ses pieds ne touchaient plus terre, il posa une de ses grosses mains poisseuses sur la bouche d'Yseult et se mit à urger le pas vers le bout du couloir. Yseult essayait de se défaire de l'emprise de l'homme mais rien qu'avec un seul bras, il avait plus de force qu'elle. Elle avait beau gigoter, ses pieds battaient le vent.

Finalement, ils arrivèrent dans une immense pièce sombre. Le plafonnier de lumière tungstène tressaillait. Un goutte à goutte hypnotique résonnait dans toute l'usine abandonnée. A part le bruit des rats qui se chamaillaient dans tous les coins de l'usine et des voitures qui roulaient à toute allure sur le périph tout proche, la zone où ils se trouvaient paraissait abandonnée. Il la jeta par terre sans ménagement. Elle hurla de douleur quand ses genoux, puis sa cuisse et son bras gauche rencontrèrent le sol. Sa peau racla le ciment, une plaie se creusa sous sa veste en lin claire qui se déchira sous le frottement violent, noircissant de son sang l'épaule gauche. Sans même frotter pour se soulager les endroits qui avaient reçus un choc, elle se recroquevilla très vite contre le mur, loin de son agresseur:

Qu'est-ce qu'il se passe ? tremba-t-elle, je pensais que vous aviez besoin de personne comme moi !
Mais tu me prends pour un con ! J'en récupère des dizaines par semaine depuis deux ans des pétasses dans leur genre ! Tu crois que je sais pas faire la différence entre une Vélane et une petite conne d'espionne ? Qui t'envoie ? Vaut mieux que tu me parles à moi parce que si t'attends que le patron arrive, ça va chauffer sévère pour ta petite gueule d'ado... moi je tue personne, mais lui par contre, il a pas les mêmes scrupules, tu comprends...

Yseult tremblait de tout son soul. L'haleine fétide de ce mec lui parvenait jusqu'ici, elle avait encore sur sa bouche la poisse de la main qu'il y avait posé pour l'empêcher de crier, mélangée à un vieux goût de sueur salée et de cambouis. Elle avait envie de vomir tellement il la répugnait. C'était une super connerie, elle l'admettait maintenant... mais comme disait papa, elle avait fait plutôt que se contenter d'essayer. Sa tentative était misérable, elle se demandait à présent comment elle avait pu être assez naïve pour penser qu'elle assumerait toute seule une mission de ce type pour la Vème colonne. Démanteler à elle seule un réseau de trafic de Vélanes, c'était peut-être trop big pour une jeune humaine de 17 ans.

Mais comme t'es là, on va peut-être pouvoir s'amuser toi et moi, en attendant que le patron arrive, ajouta-t-il en s'avançant vers elle lentement. Sa grosse patte attrapa violemment Yseult à la gorge et détourna son visage contre le sol. Sa tempe cogna le ciment poisseux de l'usine. L'homme appuya sur sa nuque pour l'empêcher de faire un mouvement ou de tenter de se relever et il commença à inspecter sous ses vêtements, tâtonnant dessous plus qu'il y avait besoin de le faire, passant ses mains rugueuses sur sa peau délicate et écoeurée.

Pas de micro, par contre tu caches bien ton jeu, marmonna-t-il avec envie en savourant le désespoir et la frayeur que sa voix et ses gestes répugnants provoquaient sur Yseult.

Seeeeth! cria-t-elle de toutes ses forces, suffoquée par les sanglots et étranglée par la peur, consciente qu'il ne l'entendrait pas, où qu'il se trouve. Mais dire son prénom, hurler pour lui, c'était un peu l'invoquer et oublier les minutes sombres qu'elle s'apprêtait à devoir supporter.

Revenir en haut Aller en bas
http://glee-rpg.forumactif.info/forum.htm
Seth Cullen
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 224
Age du personnage : (17) (239) 22 ans
Habitation : Londres
Occupation : Etudiant à l'université moldues Charles de Gaulle de Londres
Signature : Isis
Avatar : HD
Date d'inscription : 03/01/2009
Coup de coeur : 34
Gallions : 8324

MessageSujet: Re: Les tords et les travers   Sam 16 Juil 2011 - 13:00

- Comment ça "elle a insisté" ?

La réponse ne venait pas. Et pour cause. La main de Seth ne pouvait s'empêcher d'enserrer le col de Jonathan Heckly, un Dschubba de 37 ans qui travaillait avec Sacha et lui au sein de la Vème Colonne. L'homme, soulevé d'une seule main et sans effort à vingt centimètres du sol, essayait désespérément de se débattre pour gagner un peu d'air mais le poing de Seth était refermé sur sa gorge comme un étau de fer. Abasourdi par ce que venait de lui apprendre le Dschubba, le vampire ne se rendait pas compte de la force avec laquelle il le maintenait au mur. Si Sacha n'était pas intervenu, Jonathan serait mort étouffé.

- Lâche-le, Seth... exigea Sacha pour la troisième fois. Pour la troisième fois, Seth n'avait pas entendu l'ordre.

Sacha dut recourir à un sortilège Lashlabask qui écarta violemment Seth du Dschubba, le projetant conte le mur opposé. Tandis que Jonathan, brusquement libéré, s'abattait sur le plancher du bureau de la Station Samarkand où ils se trouvaient, Seth disparut, sans demander son reste, dans une bourrasque de vent qui fit s'envoler toutes les feuilles disposées sur les tables.

Quelques secondes plus tard, Seth s'était engouffré dans un ascenseur de la Station. Impatient et survolté, il rejoignit le rez-de-chaussée de la Tour Antarès et il se mit à courir dans les rues en direction du lieu de rendez-vous que Jonathan lui avait indiqué. Le lieu où l'échange devait se faire.

Yseult et le Dschubba s'étaient mis d'accord pour jouer la marchandise et le vendeur d'un trafic de Vélane afin de s'infiltrer dans le réseau des trafiquants et d'en ferrer les têtes pensantes. Depuis plusieurs mois, la Vème Colonne était persuadée que ce trafic était initié par des Shaulas qui agissaient dans le dos d'Antarès. Le but aurait été de trouver des preuves et de révéler le trafic au grand jour pour ternir l'image d'Antarès. Si le Commandeur était incapable de surveiller ses proches, comment pouvait-il sérieusement gouvernement le monde ?

- Qu'elle idiote ! Pesta Seth avec inquiétude. Il atteignit la 678 au bout d'une dizaine de minutes. Il court le long de la voie jusqu'à Flushing Bay où il fut capable de traquer l'odeur d'Yseult depuis une petite marina. Puis la trace s'arrêtait brusquement au bout d'un ponton. Seth avait dès lors deux solutions : contourner LaGuardia Airport pour atteindre Rikers Island Bridge ou voler un bateau. Il opta pour la course à pied, ayant peu confiance en ses qualités de navigation.

Il mit près d'une vingtaine de minutes à retrouver la piste d'Yseult. Celle-ci croisait celle d'une autre personne. Seth sentit l'odeur âpre de la transpiration mélangée à l'acidité particulière des peaux brunes. Plusieurs mégots de cigarettes écrasées au même endroit indiquaient qu'une personne avait attendu longtemps son arrivée, or d'après Jonathan, Yseult avait dû arriver au rendez-vous avec dix minutes de retard. Les dix minutes qui lui avait fallu au bout du ponton pour le convaincre de faire chemin arrière et de la laisser y aller toute seule: "Je sais ce que je fais" avait-elle juré à Jonathan. Quel troll ! Comment avait-il pu la croire ? Comment avait-il pu laisser Yseult se jeter seule dans une telle mission ? Pourquoi, par toutes les Goules de Myr, avait-elle voulu s'y rendre seule ?

Le vampire s'engueulait dans toutes les langues. Il arriva enfin près d'une vieille usine pharmaceutique en cours de vente, d'après les panneaux suspendus aux grilles de l'entrée condamnée. Seth sauta par-dessus les hauts grillages et se faufila sans bruit jusqu'à l'intérieur. Plus il approchait, plus l'odeur d'Yseult s'affermissait dans ses narines aux aguets. Le lieu était sombre et humide. Les odeurs de dix années d'abandons venaient lui remplir le museau. Du moisi, de la rouille, des médicaments fermentés, les rats, la poussière, la terre, d'anciennes cuves de produits chimiques... Puis parmi tout ce concert malodorant, celle de la transpiration âpre d'un homme...

Sur ses gardes, Seth s'approcha, se réfugiant d'ombre en ombre. Il était à une quinzaine de mètres d'eux, longeant l'un des murs de cette immense pièce, quand il comprit ce que l'homme était en train de faire à Yseult.

Son sang ne fit qu'un tour...







Dellamore Dellamorte
Chi vive nella speranza, muore a stento

Revenir en haut Aller en bas
 
Les tords et les travers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prix du petrole a travers le temps
» A travers la montagne. [PV Peintre]
» Courant a travers bois
» « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux. L'un voit la boue, l'autre les étoiles. » - Dio ?
» La peinture à travers les âges.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: RP Express :: RP Express Liberté-
Sauter vers: