PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 La proie [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Loevi Leroy
● University ●
avatar

Nombre de messages : 464
Age du personnage : 23
Habitation : Londres
Occupation : Dissimulée
Signature : Loevy
Avatar : Zyn
Date d'inscription : 16/11/2007
Coup de coeur : 29
Gallions : 7110

MessageSujet: Re: La proie [PV]   Mar 2 Juil 2013 - 21:45

Elles étaient seules, désormais. Seules face à un danger implacable qui les pétrifiait de terreur. Leurs témoins s'étaient enfuis tels des oiseaux effrayés par le prédateur - sans faire preuve de la moindre bravoure sorcière, terrorisés par la démonstration de pouvoir de l'homme masqué d'un voile noir comme le néant. Tétanisée, le souffle court, Loevi gardait les yeux rivés sur lui, incapable de réfléchir, de seulement penser. Elle sentait confusément qu'elle devait réagir, faire quelque chose, à commencer par sortir de cette léthargie anesthésiante et faire un geste, un seul, qui entraînerait le reste à sa suite... mais rien. Cette peur primale qu'il avait réveillée en elle lui engourdissait les sens, transformant tant son esprit que son corps en baguette de plomb.

Il lui sourit, la glaçant littéralement d'effroi, avant de se redresser, oubliant sur l'instant l'existence de la pauvre Mickaels prostrée à ses pieds, immobile. Quand avait-elle... Quelle importance ? Le prédateur s'approchait d'elle, menaçant, moqueur, avec dans ses yeux bleus, seul partie de son visage visible derrière le voile d'insondables ténèbres qui le recouvrait, la lueur malicieuse, cruelle, du félin qui commence à jouer avec sa proie, savourant d'avance le mets délicat dans lequel il s'apprête à planter les crocs. Il pencha la tête sur le côté et l'Héritière songea brièvement, non sans un frisson d'horreur, que, cette fois, si elle esquissait le moindre geste... la traque serait lancée, sauvage, cruelle, sans pitié.

Cet homme pouvait les tuer toutes les deux d'un simple claquement de doigts, elle le sentait.

Il posa la main sur sa joue et elle frissonna de nouveau, parcourue par une vague de terreur glacée qui laissa derrière elle une insupportable sensation de brûlure. C'était pire encore que lorsqu'elle perdait le contrôle. Le contact de sa peau était plus désagréable que les piqûres que sa propre magie lui infligeait autrefois, lors de ses plus terribles crises émotionnelles. L'expression de ses yeux bleus, tachetés de pointes d'argent froid et perçant, plus dérangeant que le regard inexpressif que Wyndham posait toujours sur elle, quoi qu'elle ait fait, quoi qu'elle détruise sur son passage. Elle avait envie de vomir. De pleurer. De hurler. De frapper.

De mourir.

Il connaissait son nom. Son nom, son influence, tout ce qu'elle était sur et sous le masque vert et argent des tyrans. Pire encore : il connaissait la nature de sa magie destructrice, il savait la puissance qu'elle représentait, le danger, l'insoumission... et la peur viscérale que la jeune fille éprouvait à l'égard de sa propre force. Une peur qu'elle n'avait jamais avouée à quiconque - pas même à elle-même.

Ses yeux s'écarquillèrent malgré elle, ses poumons se serrèrent à l'en étouffer... Elle perdait tout contrôle d'elle-même, de son corps et de sa pensée, tétanisée par cette angoisse sourde qui n'avait aucune raison d'être. Elle était forte, tant en puissance magique qu'en volonté - mais tout cela, à cet instant précis, était oublié, enfoui sous les décombres d'une conscience qu'un seul individu, d'un chaos magique, avait fait vaciller. Elle crut étouffer enfin, sombrer dans le havre bienvenu de l'inconscience, quand tout chavira une nouvelle fois.

Un feulement furieux s'éleva derrière elle avant qu'une fine silhouette immaculée ne bondisse sur son épaule, se servant d'elle comme appui pour se jeter sur le visage vaporeux du prédateur en chasse, toutes griffes dehors.

Ce fut comme la décharge d'un éclair dans le ciel - Loevi s'ébroua en reculant d'un pas, soudain parfaitement maîtresse d'elle-même. Elle prit à peine le temps d'observer l'improbable scène qui se déroulait sous ses yeux : un chat blanc comme neige s'était agrippé à la tête de l'inconnu, feulant et crachant sans discontinuer sans lâcher prise malgré la détermination de l'homme à se débarrasser de lui. "
Muguet ?" fut la seule pensée à peu près cohérente qu'elle parvint à formuler.

Elle n'avait pas de temps à perdre en conjectures, il était temps pour elle d'imiter les lâches qui les avaient abandonnées à la merci d'un fou et de s'éclipser au plus vite. Se reprenant, elle contourna la bataille en courant pour rejoindre Mickaels, toujours immobile au sol - et faillit pousser un gémissement de dépit : l'étudiante était tout bonnement inconsciente, et la secouer ou lui administrer quelques claques douloureuses restait sans effet. Un drôle de fracas derrière elle la fit se retourner brusquement - comme un bruit sourd à quelques mètres d'elle. Le chat blanc gisait contre un amas de chaises renversées... et l'inconnu la fixait de ses yeux rendus sombres par la colère.

La jeune fille se força à rassembler tout son courage malgré la peur qui revenait, sournoise. Elle avait échappé à l'influence paralysante de leur agresseur mais elle restait désarmée - où était cette foutue baguette ?! - et sa magie refusait de répondre à ses appels désespérés. Elles étaient mal.

Mais elle ferait honneur à son nom, pour une fois. Elle résisterait.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4818

MessageSujet: Re: La proie [PV]   Lun 8 Juil 2013 - 13:07

Ma si chère sœur couchée à terre, totalement inerte, me donnait un sentiment de puissance exacerbé. Je n'avais plus revu ces boucles blondes depuis quelques années déjà. Alors la revoir maintenant, en ce lieu pour le moins commun, me rendait heureux. Je n'étais pas de là à sauter de joie à la revue non moins intéressante de ma très chère sœur cadette.
J'avais mieux à faire. Il y avait bien une personnalité plus sympathique à mes yeux en ce moment précis. Loevi Leroy BloodDust. Une des plus grandes familles sorcières connues à ce jour. Une Dynastie décadente et grandissante, que mon père Brett Mickaels, s'était mis en tête d'anéantir. Dans l'ombre. Au sein de l'Opposition, il voulait destituer Patrick Leroy, de son rôle de bras-droit aux côtés d'Antarès. Mais pour ma part, privilégiant toujours l'action aux mots, j'avais décidé d'agir.
Miss Leroy BloodDust, je l'avais entrevue une fois aux côtés de son très appréciable géniteur. Mais elle ne m'avait pas remarqué, trop occupée à briller par sa présence manifeste.

Et là, je la détestais.

J'avais pris mon mal en patience, pour ne pas la tuer si facilement. Alors j'y avais préféré la traque, la soumission, l'horreur. J'étais passé par les pires bassesses afin de la retrouver. Et là, tout était parfait. L'attente avait été admirable. Deux âmes meurtries pour le prix d'une. Mais l'une était bien mieux que l'autre, il fallait l'avouer.
Face à moi, il y avait cette femme. Jeune femme qui possédait un pouvoir incommensurable mais qui ne s'en servait pas. Ou plus. Je lui souriais, caressant ses cheveux couleur chocolat. Si je la tuais maintenant, père Leroy ne serait pas très content. Mais cela, pour tout dire, je m'en foutais.
Mais je n'eus pas le temps de tergiverser sur la question qu'une autre entité avait pris place dans notre charmant trio. Un petit prédateur, tout comme moi et aussi blanc que la neige, faisait de mon visage son charmant terrain de jeu.

Avec feulements, crachats, et griffes assorties.

Je n'avais pas de temps à perdre avec ce stupide félin. Ce dernier se retrouva à embrasser les chaises avec un miaulement étouffé. Et selon ma chère comparse, il se prénommait Muguet. Jetant un dernier regard sur le pauvre hère qui avait défendu la Belle Leroy, je vis cette dernière s'approcher de ma sœur.
Ma Colère grandissante par l'assaut de Muguet et par le fait que cette Héritière toucha à ma sœur, par un claquement de doigts, je la ramenais vers moi, souriant. Les plaies orchestrées par le minet blanc étaient déjà en train de se retirer. Immense pouvoir, oblige.
Enserrant la gorge de la jeune femme lentement et doucement, je lui susurrais ces quelques mots près de ses fines lèvres :


- Si je te tue maintenant, papa Leroy sera moyennement content, non ?

Effleurant la peau aussi fine que la soie, je pouvais à loisir la détailler, la sentir, la toucher.
Et Merlin, elle avait une peur bleue de moi ...
Il n'y avait pas plus jouissif, comme expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Loevi Leroy
● University ●
avatar

Nombre de messages : 464
Age du personnage : 23
Habitation : Londres
Occupation : Dissimulée
Signature : Loevy
Avatar : Zyn
Date d'inscription : 16/11/2007
Coup de coeur : 29
Gallions : 7110

MessageSujet: Re: La proie [PV]   Dim 14 Juil 2013 - 13:06

La fureur était visible sur son visage abîmé et pourtant indéfinissable. Le voile noir se moulait comme une seconde peau, avec ses traits méconnaissables et ses plaies béantes - qui se refermaient à vue d'œil. Loevi frissonna, terrifiée par les pouvoirs prodigieux de l'homme. Par l'intérêt qu'il manifestait à leur égard. A son égard. Que lui voulait-il ? Pourquoi cette hargne dans son regard bleu argenté lorsqu'il la regardait ? Pourquoi ce sadisme évident sur ses lèvres étirées en un rictus inquiétant ?

Elle sentait la puissance de sa magie sur sa peau, jusqu'à l'intérieur d'elle-même, écho dénaturé de sa propre magie lorsqu’elle échappait à tout contrôle et s'évacuait en salves destructrices hors d'elle-même. Il y avait quelque chose de semblable entre eux, malgré toute la maîtrise qu'il démontrait, comme si l'aura de leurs magies se ressemblaient, se reconnaissaient - se complétaient. Et cela l'horrifiait. La pétrifiait d'angoisse.

Elle ne voulait rien avoir en commun avec ce prédateur vicieux.

Il n'eut qu'à claquer des doigts pour l'attirer à lui tel un aimant surpuissant. En aurait-elle eu la volonté qu'elle n'aurait pu échapper à cette poigne de pouvoir qui l'enserrait dans ses griffes. Les yeux écarquillés rivés aux siens, elle ne pouvait une fois encore que subir la supériorité de cet inconnu sur elle. Impossible de lutter. Impossible presque de seulement penser. Réfléchir. Planifier. Ses mains se refermèrent lentement sur sa gorge et elle se vit déjà mourir, étranglée par elle ne savait qui, au milieu d'une école réputée pour sa sécurité.

Finir sa vie ici, maintenant, de cette façon ? Sans jamais avoir retrouvée sa précieuse cousine disparue, prouvé à Wyndham et à tous les autres qu'elle pouvait le faire, qu'elle pouvait dompter ses pouvoir déficients, déviants ? Mis à terre son propre géniteur dans un dernier geste de victoire sur cette dynastie damnée qui l'avait engendrée ?

Elle ne voulait pas mourir. Et aucune de ces raisons ne le justifiait réellement - ce n'étaient que des excuses pour tromper son entourage. Elle voulait vivre. Pour elle-même.

Si je te tue maintenant, papa Leroy sera moyennement content, non ?

La colère l'envahit comme un souffle dévastateur, gonflant ses veines d'un fluide brûlant et vivifiant, teintant son regard brun d'une fougueuse étincelle de fureur. En une fraction de seconde, elle se sentit soudain vive et puissante, comme une flamme brusquement avivée. Elle sentait déjà sa magie se remettre à courir sous sa peau, sur sa peau, de minuscules arcs électriques lui hérissant les poils sur les bras. Comme avant la catastrophe.


-Moyennement, c'est le mot, s'entendit-elle dire avec sarcasme.

Pour l'heure, la haine qu'elle éprouvait envers son père, et envers cet homme qui osait prononcer son nom devant elle, tenait à distance la peur qu'elle ressentait d'elle-même. Sa magie pouvait se déchaîner - elle ne s'en souciait pas.


-Tu ne crois quand même pas qu'il va pleurer la disparition d'un jouet, n'est-ce pas ?

Elle leva le bras, tendit la main vers la gorge de l'homme au visage d'ombres et serra à son tour, lentement, sans ciller. Calquant son sourire en coin, avec la même lueur de dérision.

-Un jouet par ailleurs parfaitement capable de se défendre par lui-même...

Elle sentit plus qu'elle ne vit Muguet reprendre conscience derrière elle et se hérisser de tout son long, menaçant. Elle se rappela également où reposait sa baguette - au fond de son sac de cours, quelque part sous la table fondue qu'elle occupait quelques minutes plus tôt avec Mickaels. Il lui suffisait d'un mot, et son allié félin bondirait à nouveau. Un mouvement de la main, et sa baguette finirait au creux de sa main.

Il était puissant, mais elle pouvait encore espérer s'en sortir. Résister.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La proie [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La proie [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le chasseur est la proie du prédateur | Nuit d'Orage|
» Ma proie ne m'échappera pas. [PV Coeur Sauvage]
» Lorsque le piège se referme sur la proie idéale ... (PV Evy & Gabie)
» Chasseur ou proie ? [Rang B : Pv Gecko Shin]
» L'Ombre et la Proie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Extérieurs du château :: Café Magic Campus-
Sauter vers: