{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & AdministrationsPartagez | 
 

 L'avenir nous le dira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Sarah Mickaels
● University ●


Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4470

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Jeu 23 Juin - 19:20

Décidément les confessions d'Ellias devenaient toujours plus intéressantes. Ainsi donc il n'avait eu aucune responsabilité au sein de Poudlard et se vantait même d'en faire le strict minimum. J'admire cet esprit là, car malgré tout il est assuré d'avoir un bon métier. Oh, je connais certains Serpentard qui sont allés bien moins loin dans les études que sa personne. Ils chahutaient et empêchaient les rares comme moi qui essayaient de travailler, mais je ne me gênais aucunement de les remettre à leur place ! Peut-être que l'insigne de Préfète y faisait pour beaucoup qui sait ...
Apparemment, lui aussi était fort solitaire, là nous avions un beau point commun. Il est vrai que je n'aimais pas traînasser avec ceux de ma Maison et rester discrète, c'était ce que je faisais le mieux. Oh, j'avais tout de même des amis dans ma Maison, mais nous n'étions pas comme les cinq doigts de la main. Ma meilleure amie est une Moldue que j'essaye de revoir pendant les vacances. D'ailleurs cela fait bien un petit moment que je ne l'ai pas vue. Mais je sais pertinemment que je la retrouverais toute sourire à m'attendre devant mon Manoir et nous prendrons une tasse de thé noir agrémenté d'un cupcake fait maison, par elle. C'est notre rituel depuis un petit moment déjà.
Oh, elle aimerait bien manger ce que je venais de manger, et boire surtout. Elle aussi était un ventre sur pattes, notre point fort c'est notre estomac et ce depuis toutes petites ! Ellias et Miss Meyer se sont disputés à propos d'un dessin, bah nous c'était à cause d'un cookie menthe-chocolat, le seul, qui restait dans la vitrine de notre pâtisserie préférée. Tout les mauvais coups étaient permis mais au final, nous nous entendîmes sur le fait qu'il fallait le partager. Et depuis lors, notre amitié est née ... Histoire peu banale en fait, comme celle de Miss Meyer et d' Ellias en l'occurrence !

J'attendais à ce qu'il s'esclaffe ouvertement quand je lui avais fait part de mes loisirs que je qualifiais moi-même d'inintéressants, mais rien ne s'était passé. Il n'avait pas l'air de trouver cela dénigrant, du moins c'est ce que je pensais. J'en eus confirmation avec sa réponse, quand il me dit que lui aussi par moments ne faisait rien. Oh ! Un autre point commun que nous avons là !Je lui montrerais bien mes vieilles bobines moldues à l'avenir ! Je le lui proposerais après tiens, mais pour une autre fois s'il est partant. Attentive comme pas possible quand il s'agissait de nourriture, il me dit qu'il avait l'art de bien cuisiner. Je ne vous raconte pas l'énorme sourire qui avait pris naissance sur mes lèvres. Là, c'était une valeur sûre ! Cuisinier c'était un métier honorable et si en plus il aimait créer ses plats, c'était encore plus admirable !


- Oh ! Cuisinier c'est intéressant ! Pour moi qui aime manger, ce serait le bonheur. Je sais cuisiner, mais bon peut-être pas aussi bien que toi visiblement ! Lui dis-je avec encore mon large sourire. Je sais faire quelques plats, mais pas tout, enfin je sais surtout faire des desserts ...

J'avais décidément toutes les tares de la Terre, curieuse et gourmande, manquait plus qu'envieuse, accroc à certaines choses charnelles, jalouse ... Enfin je m'égare du sujet. Distraitement je vis le serveur s'occuper de nos verres vides. La perspective de boire un autre milk-shake se faisait sentir, et peut-être aussi chez Ellias ! Je payerais cette tournée là, mais avant que je le propose, il me proposa quelque chose à laquelle il fallait que je réfléchisse au moins cinq bonnes minutes. Mon plat préféré ? Il y en avait tellement ! Le pauvre si je les énumérais tous là maintenant, il n'aurait pas assez d'une journée pour tous les concocter ! Je ne devais en choisir qu'un ! Et là honnêtement, c'était vraiment pas facile ! Je réfléchissais tout en le fixant, le regard dans le vague, qu'est-ce que j'aimais le plus ? Pfiouh, là c'était compliqué. Des pâtes en sauce, c'était pas compliqué ça, je devais trouver plus difficile afin de juger de sa prestation culinaire ! Hé ! C'était lui qui m'avait mise au défi ! Alors autant que j'en profite ! Le doigt posé sur les lèvres en guise d'intense réflexion, je me disais que j'allais trouver peut-être le plat qui allait être le challenge pour lui ... Ou pas. Qui sait.

- Mon plat préféré ? Autant dire que j'apprécie toutes les cuisines du monde comme on les appelle et j'aime ce qui est épicé. Mais ce que j'adore par dessus-tout, c'est le poulet tikka massala, si les épices sont bien dosées c'est un délice. Sinon c'est immangeable ! Mais peut-être que tu connais ! Et ce sera avec un grand plaisir que je viendrais à la Galerie goûter ce plat que tu me feras ! Fis-je avec un immense sourire.

Bon. J'avais encore soif, et Ellias aussi je pense. Je payerais ma tournée, comme je l'avais pensé.


- Je trouve que j'ai encore soif, là c'est moi qui offre, ça te va ? Et me fais pas le coup, mais non je t'invite ! Non ça me fait vraiment plaisir ! Alors tu reprends la même saveur ? Moi j'ai bien envie de prendre celle que tu avais pris ! Alors ? Et on ne dit pas non ! Lui dis-je en riant.

J'aimais vraiment bien sa compagnie mais il y avait quelque chose qui me titillait, est-ce qu'il avait une petite amie ? Au départ j'avais bien cru que Miss Meyer l'était. Et heureusement, ce n'était pas le cas. Et comment dire, je m'en mordais la langue de ne pas pouvoir poser la question ...


- Oh j'y pense, quand tu m'inviteras pour me faire tester tes talents, je veux bien te montrer ma collection de bobines de vieux films moldus ! Ça te tente ?
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4571

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Lun 27 Juin - 21:30

En fait, Sarah et le jeune homme avaient beaucoup de choses en commun. Et c'était des passions que se complétaient. Bon, dire que sa passion était de manger pouvait être marrant pour quelqu'un de normal mais aux yeux d'Ellias qui passait tout son temps libre à manipuler poêles, passoires et autres cocottes-minutes, c'était certainement la plus belle passion qu'il existait au monde. En plus, s'ils devenaient amis, elle aurait certainement fait une superbe cobaye. En tout cas, toute personne devait mieux faire le cobaye que son neveu. Lui ne mangeait rien d'autre que pâtes, bon maintenant, il mangeait des œufs, mais il avait fallut des semaines entières pour le convaincre.

C'était d'ailleurs désolant. Si sa sœur rentrait un jour, il l’engueulerait bien pour avoir fait de son neveu un enfant difficile, capricieux et gâté. Et incroyablement futé quand il s'agissait de reconnaître les vrais paquets de Chocogrenouilles des faux. Sans rire, il ne se laissait amadouer que par ces petites choses et il était capable de savoir quand son oncle essayait de l'avoir en lui refilant des contrefaçons moins chères histoire de moins blesser son porte-monnaie. C'était un génie du chocolat ce gosse.

• Cool alors ! répondit-il simplement en réponse à "l'acceptation" de l'invitation du jeune homme à la Galerie. Au moins, elle avait dit oui, et de cette manière, sous le couvert d'une séance de dégustation, il pourrait surveiller l'avancement de son travail et la voir de temps en temps. Ce n'était pas si mal comme projet.

Et il essaya véhément de la convaincre de le laisser payer, puisqu'après tout, qu'elle sorte de gentleman aurait-il été s'il n'avait pas quand même tenté de faire entendre raison à cette fille et de le convaincre de le laisser payer. Mais elle ne lui laissa même pas l'occasion de donner comme ses arguments, trouvés en quelques nano-secondes : le fait qu'il avait deux jobs en même temps et donc qu'il avait de l'argent, au contraire de la jeune fille qui allait encore à l'Université et qui y aller y rester pendant encore deux ans. Et comme il était hors de question qu'elle paie alors que lui avait de l'argent - qu'au passage, il préférait investir là dedans que dans des quantités astronomiques de Chocogrenouilles pour son neveu - à dépenser. Alors au moins, il pouvait essayer de discuter sur ce qu'elle allait payer.

• D'accord, d'accord, je veux bien te laisser payer ces deux verres mais c'est moi qui paye le reste. Cappichi ? précisa t-il en la regardant droit dans les yeux.

Non mais quand même. C'était lui qui avait eu l'idée à la base, et c'était en disant qu'il allait l'inviter qu'il l'avait peut-être entraîné là. Alors c'était vraiment la moindre des choses, et puis ce n'était pas tellement un sacrifice qu'il faisait là. Tout ce qu'il voulait lui, c'était lui faire plaisir, elle avait l'air sympa et assez spéciale pour ne pas fuir devant lui - et Victrolla - en hurlant et en prenant ses jambes à son cou. Sarah sembler valoir le coup de la connaître.

Alors quand elle proposa de lui faire partager sa passion, il acquiesça avec beaucoup de joie. Après tout, comme ça il aurait un nouveau point commun avec elle. Et puis, il aimait déjà bien le cinémagik - du moins les derniers films - mais aussi certains vieux films alors pourquoi pas les vieux films moldus ? Après tout, ils parlaient de la même chose, la seule chose qui changeait était les personnages, dans l'un, ils avaient une baguette et dans l'autre non. Alors pourquoi n'aimerait-il pas ?

Ellias ouvrit donc la bouche pour dire qu'il serait ravi de faire ça, mais dans sa poche, son téléphone portable, offert par Victrolla qui en avait ras-le-bol ne jamais réussir à lui parler, se mit à vibrer comme un malade. C'était assez embarrassant, et malpoli, sauf que par expérience, le jeune homme savait que les seules personnes qui appelaient sur ce téléphone étaient Victrolla et la professeur de son neveu qui passait son temps à le harceler si bien qu'il se défendait avec la magie et que tu coup elle le punissait pour avoir pratiqué de la magie dans une école de moldu. Sa vie était un cauchemars en partie à cause d'elle. Et son neveu lui faisait tout un caca nerveux pour ne pas aller à l'école à cause de cette femme diabolique. Bref, en gros il devait répondre. Et c'était vraiment très malpoli.

• Je suis vraiment désolé, mais il faut que je réponde, s'excusa t-il en sortant l'objet de son pantalon.

Il s'éloigna dans un recoin silencieux en reconnaissant le numéro de Vicky, il était mal s'il se faisait griller hors de la Galerie alors qu'il avait dit qu'il allait y rester. Autant mettre toutes les chances possibles de son côté pour réussir à la berner. Et berner une Miss Meyer n'était pas vraiment donné à tout le monde. Surtout pas à lui en plus, il n'avait jamais réussit à faire ça.

• Hey ! Vicks ! Qu'est ce qu'il y a ? demanda t-il d'une voix innocente et joyeuse.

• Figure toi que je viens juste d'arriver et je me suis rendue compte que j'avais oublié mon portable …

Bon, au moins elle était là où elle était supposée être, ce qui était pas mal, surtout si elle avait mit tout ce temps pour y aller, elle mettrait certainement autant de temps à revenir, c'était un bon point. Mais où est-ce qu'elle voulait en venir.

• Et je vois que t'es pas là.


Le sang du jeune homme se glaça dans ses veines.

• Euh Vicks, c'est peut-être une question débile mais … tu es où là ?


• A la Galerie, espèce de déserteur ! siffla t-elle.

Grillé Ellias ! Et là, il valait mieux qu'il se rende aux pompes funèbres avant de rentrer à la Galerie. Sa vie sur cette terre terminait maintenant. Il était si jeune ! Il ne méritait pas ça. Peut-être que s'il lui promettait de faire le technicien de service jusqu'à la fin de sa vie de martyr et qu'il sacrifiait son salaire du mois, elle serait clémente.

• Aie.


• Je ne te le fais pas dire, traître ! T'as interet à être là dans vingt minutes, si tu n'y es pas, je le saurais, et je te garantis que je te ferai souffrir lentement.

Psychopathe. Quelle espèce de purée de psychopathe !

Avec un soupir, il regarda sa montre avant de faire quoique ce soit. Il était à cinq minutes à pied, alors il pouvait rester un bon quart d'heure. Ce n'était pas si mal pour profiter de ses derniers instants sur Terre. Ellias referma son téléphone portable, le rangea et retourna s'asseoir à la table de Sarah.

• Ah ! Ils ont déjà tout amené !
constata t-il en attrapant son verre de milkshake.

Enfin, il ne voyait pas trop pourquoi il s'étonnait étant donné qu'il savait parfaitement qu'ils avaient le meilleur service au monde. Ah, il devrait penser à leur faire de la pub si Vicks le foutait à la porte.

• Au fait, est ce que tu as de la famille autre que ce Gabriel ?

Simple question. Simple curiosité. Mais il avait envie de s'intéresser à cette fille.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●


Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4470

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 2 Juil - 19:49

Décidément, je n'avais pas rêvé mieux pour cette journée. J'avais eu raison d'écouter mes rêves et de les concrétiser, enfin une partie. Oui, j'avais eu raison de me rendre à cette Galerie et d'affronter mes vieux démons. Et là, en ce moment même, je passais un agréable moment !
J'adorais comment cela se déroulait, pour l'instant c'était sans anicroches. On avait l'air de s'apprécier mutuellement et personnellement c'était tant mieux ! Bien qu'il me brûlait les lèvres de poser une question. S'il était en couple, je serais au moins fixée et nous nous ne serions que des amis. Enfin, j'aime sa compagnie et je compte bien le revoir à d'autres moments et d'autres occasions.
Il y avait bien le vernissage à la Galerie, là où je devais me trouver une tenue adéquate ... Peut-être m'accompagnera-t-il pour m'aider à choisir ? Car me connaissant, cela prendrait bien deux heures entières à scruter le moindre détail insignifiant sur chaque tenue, bien que je déteste les magasins. Je le lui proposerais bien, mais s'il n'apprécie pas, je ne lui infligerais pas ce douloureux supplice ! J'amènerais avec moi, une de mes camarades férues d'achats à faire en ville !

Là en ce moment précis, j'aimerais le dessiner, c'est aussi ce que j'aime faire, dessiner les gens que j'apprécie et que je rencontre aux coins des rues ! Je verrais, peut-être, je le dessinerais avant que nous nous quittions. Il n'avait pas l'air fort enchanté à ce que je paye une tournée mais comme je l'avais dit, il n'avait pas le choix, mais il me certifia en me regardant droit dans les yeux qu'il en payerait le reste. Je lui souris aimablement, et puis hé, il avait tout intérêt à accepter !
Par contre là où je fus la plus heureuse, c'est quand il me montra avec un certain enthousiasme pour partager ma passion pour les vieux films moldus ! Généralement quand je me mettais à en parler, on me lançait sur d'autres conversations, car selon certains cela ennuyait tout le monde ostensiblement. Alors pour ne plus subir les moqueries des autres, et par habitude d'être seule peut-être, j'en parlais le moins du monde autour de moi. Mais le fait d'en avoir parlé à Ellias avait été un grand pas effectué avec brio !
Étrangement, je sentis quelque chose vibrer, regardant autour de moi, je vis le Galeriste sortir son téléphone de son pantalon. Arquant un sourcil, je l'entendis s'excuser et je le vis s'éloigner pour n'être point dérangé lors de sa conversation.

Instinctivement, je sortis mon carnet de mon sac et un crayon bien affûté, le temps qu'Ellias termine sa conversation. A une table proche de la nôtre se trouvait un couple que je décidais d'immortaliser. J'essayais de rendre au mieux les regards amoureux qu'ils se donnaient. La fille était vraiment jolie et le garçon avait un charme certain. De temps en temps, je jetais un regard à mon interlocuteur toujours bloqué dans sa conversation téléphonique. Ayant fini le couple rapidement, je décidais de me concentrer sur autre chose.
Le décor, était une merveille lui aussi pour les yeux, que je décidais là aussi d'immortaliser à ma façon. Tout y passait, même les personnes qui servaient aux tables. Chose faite, je me tournais là encore vers Ellias, en grande discussion encore, et là, je me disais que je me devais de le dessiner. J'explorais du regard les moindres traits de son minois, j'essayais de rendre parfaitement la texture de ses cheveux sur le papier de mon carnet, j'essayais de le faire le plus naturel possible. Toujours dans mon croquis, je n'entendis par mon vis-à-vis reprendre sa place.
Sursautant, quand j'entendis sa voix, je renversais presque mon milk-shake que le serveur avait apporté quelques instants plus tôt.

Oups.


- Ah ... Euh. Ils sont rapides en effet ! Dis-je en claquant fermement mon carnet devant lui. Par pur réflexe. Malgré moi je suis certaine qu'il me demandera de lui montrer ...

Sirotant ma boisson, j'entendis son étrange question. Je lui souriais toujours, après tout j'avais été honnête tout le long de notre entrevue, je n'allais pas tout gâcher en une seule phrase.


- Bon, je t'épargnerais les secrets de famille sur toute la lignée, je ne vais te parler que de ma famille proche. Brett, mon père est parti du jour au lendemain, il me reste ma maman Geene, artiste sorcière. Et Ellen ma meilleure amie moldue que je considère comme ma sœur !

Bon, j'avais bien envie de lui montrer que je l'avais croqué rapidement quand il était au téléphone, alors lentement j'ouvris mon carnet de cuir noir à la page où j'avais laissé mon crayon et fis glisser mon précieux ouvrage vers sa personne. De ce fait, je n'attendis même pas qu'il me le demande ...

- C'est toi. T'en dis quoi ? Je t'ai dessiné rapidement, c'est pas du grand art je pense. Et toi ? T'as beaucoup de famille ? Tu t'entends bien avec ? Y'a pas d'histoires sordides dignes de grands polars ?

Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4571

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 2 Juil - 21:56

Ellias déporta son regard sur le carnet de la jeune fille avant de le tirer doucement jusqu'à lui pour pouvoir en regarder les moindres détails. Pour un truc fait à toute vitesse, c'était même particulièrement bon. Il s'appliqua à regarder la technique et les détails avant de regarder son portrait pour ce qu'il était. Le dessin était très ressemblant, en tout cas de ce qu'il avait vu dans le miroir ce matin là. De la profondeur de ses yeux à la texture de ses cheveux.
Et il était vraiment pas mal. Bon, dire ça comme ça, il avait l'impression d'être un incomparable narcissique, cependant s'il était vraiment comme ça dans la réalité … et bien, disons simplement que son égo venait juste de prendre un bon compte. Et à cette pensée, il dut faire un effort considérable et s'arracher la moitié de la lèvre pour s'empêcher d'éclater de rire. Parce que, étrangement, la seule chose qu'il ressentait à ce moment était de l'euphorie. Peut-être parce qu'elle l'avait dessiné lui, alors que la plupart des artistes qu'ils exposaient ou projetaient d'exposer se contentaient de se plaindre à lui ou de leur filer leur facture. Cette fois ci, ce n'était pas un bout de papier sur lequel était écrit le nombre d'argent que voulait tel ou telle personne mais un portrait, de lui. C'était en somme la plus belle chose que l'on pouvait lui offrir.

Il ne détourna le regard du dessin que lorsqu'elle lui renvoya sa question, et bien il fallait s'attendre à ce qu'elle le fasse de toute façon. C'était tout naturel, maintenant, il ne restait plus qu'à voir s'il était prêt à dire tout haut l'effroyable vérité sur sa vie de famille. Et le dire à une presque-quasiment-plus une inconnue. Quoiqu'il avait bien l'impression d'avoir abordé tous les points de sa vie avec la jeune fille. Et cela faisait vraiment un bail qu'il n'avait pas parlé comme ça de sa petite personne et entendu la vie de son auditoire en retour. Une discussion constructive. Un véritable échange. La toute dernière fois qu'il avait rencontré quelqu'un du sexe opposé, c'est-à-dire avant l'arrivée de Wesley, ce qui semblait remonter à un bail alors que ça ne faisait que quelques mois. Et bien la personne, une certaine Mabel, avait passé toute la soirée à parler d'elle-même en se plaignant de sa colocataire qu'Ellias ne connaissait ni d'Ève ni d'Adam.

• Et bien, soupira le jeune homme ne repoussant le carnet vers Sarah. Mon père Léopold et ma mère Tiffany vivent là où ils ont toujours vécu, là où j'ai grandi avec Vicky en fait. C'est un village à moitié moldu et à moitié sorcier. Et j'ai une sœur, Livia

Voilà qu'il allait avoir à aborder la vérité à propos de son aînée. Et de son beau-frère. Parler de cette belle paire d'idiot sans le moindre sans du risque pour aller avec leur dangereuse manie de toujours mettre leur nez où il ne le fallait pas. Et de toujours vouloir partir à l'aventure et d'aller là où aucun homme n'était jamais allé.

• Elle a toujours aimé l'aventure, elle avait un sacré caractère et personne ne pouvait l'empêcher de faire quelque chose quand elle avait une idée en tête. Pour ça elle était vraiment redoutable. Elle était allée même jusqu'à épouser un noble danois. Ils étaient aussi fous l'un que l'autre. Sauf qu'ils ont eu l'idée de partir en randonnée, sur l'Himalaya et ne sont jamais revenu. Ils avaient un enfant, Wesley, et maintenant c'est moi qui m'occupe de lui. L'année prochaine il rentrera à Poudlard, mais pour le moment, il va à l'école du coin. Sauf que sa professeur lui en fait baver parce que c'est un sorcier. M'enfin, il faut toujours ds idiots …

Il soupira profondément et attrapa son nouveau milkshake et but une longue gorgée en essayant de tourner et de retourner ses pensées dans sa tête pour tenter de trouver une formulation correcte pour exprimer ce qu'il ressentait vraiment à propos de sa sœur. Comment dire sans craquer ni ressembler à un enfant larmoyant que Livia lui manquait affreusement, qu'il ne savait pas du tout si elle était vivante ou morte. Si elle avait dégringolée le long de sa montagne pour tomber dans une rivière, le choc lui faisant perdre la mémoire, et si elle avait fini nonne dans un temple bouddhiste. Elle qui avait toujours détesté tout ce qui touchait à la religion. Et si le choc hypothétique lui avait fait perdre jusqu'à toutes ces petites choses qui la caractérisaient et qui faisait de Livia De Baenvol la chieuse incomparable qu'elle était ?

• La vérité est que je m'occupe de mon neveu sans même savoir si je pourrais un jour lui dire que ses parents vont revenir et ça me tue, dt-il tout simplement.

Il sourit, ou plutôt grimaça pour montrer à la jeune fille que de toute façon, il vivait assez bien avec ça malgré cela. Et qu'il restait un sorcier normal dans une ville à peu près normale. Et qu'il n'y avait pas à s'en faire. S'il pouvait éviter de se faire plaindre, il préférait tout tenter.

• Bon, je vais allez payer l'addition, il semblerait que Vicky à remarquer mon absence et que mon existence dans ce monde touche bientôt à sa fin. Tu n'as qu'à finir ton milkshake … et au pire tu pourras toujours le boire en rentrant à Poudlard.

C'était absolument et complètement nul comme phrase de changement de sujet, mais c'était apparemment le mieux qu'il pouvait faire dans ces conditions.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●


Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4470

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Ven 22 Juil - 19:30

J'écoutais son récit avec toute l'attention possible dont j'avais fait preuve jusqu'à présent. Au fur et à mesure de son histoire, je me sentais de plus en plus attristée et je m'en voulais, de l'avoir fait mettre à nu. Alors qu'en toute logique il ne me connaît pas ... Ou très peu.
Je m'en voulais d'avoir entraperçu ce mal-être et cette tristesse qui émanaient de ces beaux yeux bleus. Malgré qu'il avait tenté de me rassurer par cette ébauche de sourire, je me sentais mal ... Là, la Curiosité m'avait joué un sale tour et d'ailleurs avec mon indiscrétion maladive, il n'avait pas d'autre choix que de vouloir partir.

Je le comprends après tout. Baissant la tête, sur mon milk-shake, je l'entendis tirer sa chaise et partir au bar payer l'addition. Je n'avais pas envie qu'on se quitte comme cela ! Pas comme cela. Je sentais les larmes venir perler au coin de mes yeux, et d'un geste brusque je récupérais mon carnet afin de le remettre dans mon sac et de me lever assez prestement je dois dire pour me diriger vers le bar, là où il se trouvait ...
Au passage, j'avais récupéré mon milk-shake que je tenais dans une main, tandis que l'autre tremblait tout en s'approchant du bras d'Ellias. Son bras, je l'effleurais tout d'abord, puis prise d'une assurance nouvelle, j’exerçais une pression nettement plus forte pas de là, à lui briser les os, mais juste pour lui signaler qu'il devait tourner son regard vers ma personne.
Les mots restaient coincés dans ma gorge devenue sèche quand je regardais ces yeux bleus qui parvenaient tant à me troubler ... Rougissante au possible, je laissais ma main sur ce bras avant de prononcer ces mots dans un pâle murmure.


- Je suis désolée. Je suis tellement désolée, de t'avoir demandé des informations sur ta famille ! Et à cause de moi, tu t'en vas et je comprends ... Je suis désolée.

J'avais baissé mon regard car cette fois, je pleurais réellement. Je pleurais pour quoi d'ailleurs ? Je pleurais peut-être car je relâchais le trop de pression qui s'était accumulé au sein de cette journée ? Non, je pleurais car ... il souffrait et je ne pouvais pas l'aider du moins, je ne savais pas comment. Lui, m'avait aidée et je ne savais pas comment lui rendre la pareille ...
J'entendis la monnaie faire du bruit sur le comptoir du bar, ce qui signifiait qu'il avait payé l'addition. Et stressée, j'avais peur de ce qu'il pouvait me dire ...
La seule chose qui me permettait de me raccrocher à quelque chose de réel, c'était le fait que j'étais toujours en train de le tenir par le bras.

Car sinon, là j'allais encore m'effondrer sur le sol, toute tremblante que j'étais.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4571

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Mar 23 Aoû - 20:23


Ellias la regarda quelques secondes abasourdi. Quelque part au fond de sa tête, la voix de sa bosse résonnait comme un reproche : "Mais qu'est-ce que t'es encore allé dire de mal, Ellias ?". Mais là, même s'il l'avait eut en face pour pouvoir se défendre, il aurait été incapable de dire quoi que ce soit, il n'avait pas du tout compris comment était arrivé ce revirement.

Jusqu'à ce que la jeune fille s'explique. Enfin ce n'était pas vraiment un explication. Même pas du tout puisque ça s'apparentait plus à des excuses qui n'avaient pas du tout leur place là. Et elle se mit ensuite à pleurer. Mais pourquoi donc aurait-il eut envie de hurler. Les filles sanglotantes, peut-être parce qu'il n'en avait pas souvent côtoyé, il n'avait jamais su y faire avec elle. A chaque fois, il sortait une boulette et c'était la fontaine assurée. A la réflexion, il préférait peut-être être tyrannisé par des filles comme Victrolla, mais qui versaient quelque chose comme une larme tous les dix ans. Et encore, même après tout ce temps passé avec elle, il ne l'avait encore jamais vu pleurer. Et pourtant, il avait souvent été avec elle, à une époque ils passaient près de dix-neufs heures de suite ensemble, se quittant juste pour dormir. Et c'était souvent l'été.
Mais la compagnie de ces filles là étaient quand même rabaissante, l'idéal se trouvait certainement entre les deux.

En attendant, il préférait limiter les dégâts au maximum avec Sarah, surtout qu'il n'avait qu'un misérable sachet de mouchoirs, et il devait en rester à peu près trois. Et oui, il n'avait pas prévu qu'il devrait consoler une étudiante, sinon il aurait amener le paquet industriel.

Bon, action :

Ellias se débarrassa de sa poigne en lui retirant son bras de la main tout simplement. Mais pas par cruauté ou autre chose. Non, il attrapa la jeune femme par les épaules, resserrant sa prise jusqu'à ce qu'elle lève les yeux vers lui. Il la fixa droit dans les yeux et dit à mi-voix pour ne pas trop attirer l'attention dans le café, ce qui était déjà mal partit avec une jeune femme qui était en train de fondre en larmes :

• Sarah, ce n'est en aucun cas ta faute. Je dois partir parce que ma patronne est la réincarnation du Diable.


Maria et le patron commençait à regarder de leur côté. Il rafla leur boisson et l'entraîna dehors à sa suite en la tirant par le bras, en essayant de modérer sa poigne. Il n'avait pas envie de la blesser non plus. Ce qu'il voulait, c'était juste prendre le temps de tout lui expliquer correctement. Et pour avoir le temps de le faire comme il le voulait, elle devait le suivre pendant le retour jusqu'à la galerie. Et comme, il avait un pressentiment, quelque chose comme elle fuyant à toutes jambes loin de lui avant qu'il n'ait eut le temps de la détromper. Même si ce n'était pas ce qu'elle voulait faire, Ellias préférait quand même ne pas lâcher son bras.

• Et pour ma famille, je n'ai juste pas l'habitude qu'on me pose la question. En général, les gens pensent que Wes est mon fils,
ajouta t-il avec un sourire pour lui-même. Mais mes problèmes sont mes problèmes, et pas les tiens … Je suis touché que tu te sentes concernée par ça, mais ne va pas te mettre dans un sale état pour ça. Ma sœur savait ce qu'elle risquait, mais apparemment elle n'a pas écouté sa voix de la raison. Maintenant c'est triste, mais je suis certain qu'elle reviendra.

Il soupira mais se força à aborder un sourire plein d'espoir pour elle.

• Ce qui me ferait plaisir, c'est que tu arrêtes de t'excuser, que tu oublies cette histoire et que tu agisses comme si tu n'étais pas au courant de ça. C'est tout.

C'était la pure et simple vérité de toute façon. Alors en disant ça, il ne mentait pas. Mais si un jour elle devait rencontrer Wesley, pour une raison ou pour une autre, par exemple si la babysitter décidait de lui refaire le coup de la dernière fois au prochain vernissage, et bien ce jour, là il rajouterait son neveu dans ses volontés de la manière suivante : tu agis avec Wes comme si tu ne savais pas qu'il était maintenant quasi-orphelin.

Il s'arrêta au milieu du trottoir et se tourna vers elle. Il remonta du doigt le menton de la jeune fille et pencha la tête pour avoir ses yeux au niveau des siens et avec un petit sourire, il demanda :

• Tu peux faire ça pour moi ?
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●


Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4470

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Dim 12 Aoû - 16:30

Même quand mon frère était encore là, j'avais toujours pour habitude de pleurnicher dans ses bras. Il me disait tout le temps d'être plus forte, qu'au final il ne serait pas toujours là ... Et en effet, il n'était déjà plus là ! La Mort l'avait déjà emporté et même si ce n'était pas ma faute, je m'en sentais responsable ... Car au final j'avais été faible et je le suis toujours.
Face à Ellias, je l'étais, même si mes sourires étaient sincères, je restais toujours faible. Et le fait de pleurer comme une gourde ne devait pas jouer en ma faveur ! Je devais me ressaisir ! Car être comme cela au quotidien, ne m'aiderait en rien ! Surtout pas dans ce que je veux réaliser comme projets ! J'en étais là de mes pensées, quand j'en fus sortie par Ellias qui m'avait agrippée par les épaules.

J'étais face à ses yeux bleus qui me fixaient, ces mêmes yeux bleus légèrement rassurants que mon grand frère possédait ... Je buvais ces paroles littéralement et j'eus un léger sourire quand il me rassura, moi, la petite poupée blonde qui aura toujours besoin de repères ... Sa patronne est la réincarnation du Diable ? Je veux bien le croire, le peu que j'en ai vu, me l'a conforté ! Mais je suis heureuse, car au final, il n'est pas parti à cause de mon intrusive Curiosité ! Il doit partir, parce qu'il a des obligations à respecter !


- Ah d'accord ! Lui dis-je avec un petit sourire. Je n'eus pas le temps d'en dire plus car déjà je me retrouvais dehors, toujours tenue par Ellias. J'étais surprise, car il ne me lâchait toujours pas, pas que je m'en plaigne mais il devait encore avoir des trucs à me dire !

Et apparemment je vais le savoir rapidement à ce train là ! J'écoutais son discours sans broncher, attentive à la moindre phrase, et surtout attentive à mes moindres émotions ! Car suivant ce qu'il allait m'avouer, que je ne m'en aille pas encore pleurer comme une madeleine, même si je me suis promise de ne plus le faire !


- Je souhaite de tout cœur, que ta sœur revienne ! Pour toi et surtout pour le petit Wesley ! Dis-je avec un grand sourire ! En effet je devais rester positive pour lui et non pas revenir à mes anciens démons ! Je souhaite qu'elle revienne et là il sera, je pense, bien plus heureux !

- D'accord ! Je ferais cela.

Ellias s'arrêta en plein milieu du trottoir. J’arquais un sourcil, je ne comprenais pas. Mais quand je sentis sa peau contre la mienne, je ne pus m'empêcher d'avoir un frisson et les joues légèrement rosies, car ses yeux bleus étaient trop proches des miens ... Son petit sourire était charmant et mon cœur d'étudiante fleur bleue en prenait un grand coup. Me ressaisissant, en tentant de faire comme si de rien n'était, je lui répondis avec un grand sourire.

- Oui ! Promis ! Je ferais ça pour toi ! Tu dois retourner à la Galerie c'est ça ? Je peux te raccompagner ?

Bien qu'en disant cela, je l'avais déjà pris par le bras.

Et il n'a pas le choix.


- En tout cas, je suis certaine d'une chose, j'ai fait un grand pas en me rendant à la Galerie, moi qui suis d'ordinaire bien trop timide ! Avouais-je en regardant Ellias dans les yeux.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4571

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Dim 12 Aoû - 22:39

Sa situation familiale n'était certainement pas la meilleure, certes, mais pas la pire non plus, et puis, contrairement à Sarah et son frère, lui au moins avait l'espoir qu'un jour sa sœur et son beau-frère réapparaissent, revenant, un sourire aux lèvres, d'on-ne-savait-quelle aventure aux confins du monde civilisé. Ils pouvaient être vivants, ne pas savoir était peut-être plus angoissant, mais tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir, alors que la mort avait quelque chose de tellement définitif. Si l'un d'entre eux avait du pleurer sur le sort de l'autre, alors ce rôle aurait surement du revenir à Ellias, avec de beaux rubans dans une belle enveloppe cachetée. Ellias lui tendit poliment un de ses derniers mouchoirs, il préférait encore que ce soit elle qui les utilise, il se sentait un peu mal de la voir pleurer à ce cause de ce qu'il racontait. Mais se rasséréna en la voyant courageusement reprendre contenance. Il voyait qu'elle faisait des efforts et il lui en était grandement reconnaissant pour cela.

Il lui sourit en l'entendant, c'était avec ce genre d'attitude qu'il voulait la voir. Elle était gentille, elle était jeune, trop jeune pour ne pas encore profiter de la vie. Ellias espérait pour elle qu'elle soit restée hors du conflit mondial, qu'elle puisse profiter de ces dernières années à Poudlard, encore un peu d'insouciance ne lui ferait pas de mal, surtout avec les épreuves qu'elle semblait déjà avoir traversé.

• Merci Sarah, je l'espère aussi de tout cœur

Ellias lui lança encore un petit sourire à la fin de sa phrase. Il préférait la voir souriante, et on disait bien que les sourires étaient contagieux. Il acquiesça à sa question. Il retournait à la Galerie, certes, mais pas pour travailler non, il retournait plus à la Galerie pour y mourir. Victrolla allait lui arracher la tête, le mettre en lambeau et danser la lambada sur ses restes, mais il préférait ne pas faire part à Sarah des ses certitudes pour le moins plus que pessimistes. Mais après tout, elle lui avait promis une mort lente, et il était pratiquement certain que si elle ne le tuait pas - c'est qu'elle pouvait quand même avoir un peu besoin de lui, il faisait aussi tourner la boutique mine de rien - elle allait le faire payer douloureusement chacune de ses secondes de retard.

• Mais oui bien sûr que tu peux !

Bon il allait mourir, mais ce n'était qu'un vague détail, si elle se mettait sur le côté, pour échapper au passage de Miss Meyer, alors peut-être qu'elle pourrait s'en sortir sans le moindre bobo. Au pire, comme dirait la Sadique en Puissance, elle ne serait qu'un dommage collatéral, mais Ellias préférait lui éviter cela s'il le pouvait.

Et puis, de toute façon, il voyait mal comment il aurait pu d'une manière ou d'une autre refuser qu'elle l'accompagne si sa présence l'avait dérangé - ce qui était loin d'être le cas - après tout, il n'avait pas la moindre autorité sur elle. Il sourcilla à peine en la regardant lui prendre le bras et se laissa faire avec un petit sourire toujours collé aux lèvres. Mais la suite de ses paroles le fit hausser des sourcils, au début, il aurait bien voulut la croire, mais elle s'était considérablement ouverte depuis qu'elle avait passé le seuil de la galerie.

• Tu es timide d'habitude ? On ne dirait pas à te voir comme ça, il montra du bout du menton son bras qui tenait le sien. Je suis content de contribuer à ton ouverture, c'est bien …

Il sourit, plus pour lui même que pour elle. Il était bien content, lui aussi était d'un naturel timide, mais il réussissait de plus en plus facilement à s'ouvrir et y gagnait vraiment au change.

• Oui c'est bien … À ce propos, une question n'a pas arrêté de me trotter dans la tête, tu es venue spécialement de Poudlard pour nous montrer ton travail ou est-ce que tu avais prévu de passer toute la journée à Londres ?

Il posait la question en toute innocence.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●


Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4470

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Lun 13 Aoû - 9:55

Il était certain que je préférais être positive plutôt que de continuer à me morfondre sur mon propre sort ... Et visiblement cela avait porté ses fruits, car Ellias me souriait ! Décidément, j'entrevoyais mon frère à travers lui, la douleur m'était insupportable mais je devais me résigner, j'étais bien avec ce jeune homme. J'avais un peu retrouvé de ma candeur, et ça, ça m'allait parfaitement.
Discrètement, je le regardais, je détaillais chacun de ses mouvements, chacun de ses traits. Et de garder en ma personne ce si bon moment passé avec lui, à Londres. Bon, il était certain que j'en voudrais encore plus de ces moments là, à rester sereine, mais ça, l'avenir nous le dira.

Je lui avais proposé de le raccompagner, il acceptait sans rechigner, bon en même temps il n'avait pas eu vraiment le choix ! Et comme je persiste à le dire, sa compagnie m'enchante et j'aime vraiment bien en profiter ! Même si je me doute que dès qu'il aura passé la porte de la Galerie, sa mise à mort sera lancée. Peut-être qu'il faut que je m'explique avec cette dame pour dissiper un malentendu et pour ne pas qu'Ellias se fasse houspiller par sa patronne ... Même s'il me dit et me répète que ce n'est point ma faute tout ça, je me sens quand même responsable !
Je l'ai détourné de son travail ... Je lui en dirais quelques mots. Quand nous y arriverons, pas maintenant encore, je veux savourer chaque moment, chaque seconde passée avec lui ... Parce que je me sens bien et que je veux rester ainsi.
Il était certain que je m'étais mise quelque peu en avant, en le prenant par le bras, mais j'aime bien les contacts malgré ma timidité maladive ...

D'ailleurs reparlons-en de celle là ! Je lui ai avoué ma timidité et me voilà sans vergogne scotchée à son bras ! Il est certain qu'il ne devait plus rien y comprendre le pauvre ! C'est d'ailleurs ce que je venais de remarquer avec son léger haussement de sourcils. Ce qui déclencha par la suite, un petit rire de ma part, mais je tenais à m'expliquer sur la chose !


- Oui. Je n'ose jamais prendre la parole en public, je rougis dès que survient une situation gênante ... Comme à la Galerie par exemple. Rien que le fait de sentir des regards sur ma personne et mes croquis me rend malade ... Mais j'ai décidé de me prendre en main et d'avancer. Sinon je n'y arriverais jamais et je reviendrais à mon point départ, ce que je ne veux plus ! Alors, le fait de m'agripper à ton bras, c'est encore une petite victoire ! Lui répondis-je avec un grand sourire. Bon, c'était certain que je n'allais pas lui avouer la véritable raison de ce rapprochement.

Mais une chose était certaine, j'avais un peu "grandi" avec cette excursion londonienne ! Je souriais toujours comme une bienheureuse quand une question soudaine me rappela à l'ordre ... A vrai dire et pour être honnête, je n'y avais pas songé. J'étais partie de Poudlard sans trop me poser de questions et j'avais atterri devant la Galerie, c'était aussi simple que cela en fait. Mais bon il était certain que si Ellias devait reprendre son poste, il fallait bien que je m'occupe et la chose que j'aimais bien faire à Londres comme toutes les filles de mon âge, c'était du shopping ! J'aurais bien pris le jeune homme avec moi, mais déjà qu'il a une épée de Damoclès sur la tête avec sa patronne ... Je ne voudrais pas encore lui imposer cela et m'imposer !
Toujours souriante, je répondis avec la plus grande franchise à sa question saugrenue !


- En fait pour tout t'avouer, je n'y ai pas vraiment réfléchi. Je me suis dit que ce jour-ci, je me devais d'y aller et j'y suis allée. Après pour le restant de la journée, je pense que je vais un peu flâner dans Londres et faire des achats ...

Je continuais à marcher, toujours suspendue au bras d'Ellias, que malgré moi, je serrais un toujours un peu plus comme si inconsciemment je ne voulais pas qu'il parte ... Je sais que nos pas nous rapprochaient inexorablement vers le retour à la Réalité. Alors, j'appréciais chaque moment passé en sa compagnie !

- Dis ... Je sais qu'on ne va pas tarder à se séparer ... Mais cela te dérangerait-il que je revienne une autre fois à Londres pour voir ce que tu fais en fait ? Enfin je veux dire, ton travail ce qu'il en est quoi ... Tu n'es pas obligé d'accepter hein. C'est juste que ça me donnerait une raison de retourner à Londres ! Je terminais ceci avec un léger sourire, bizarrement le fard ne m'était pas monté aux joues, ma peau était restée pâle, comme un signe.

Ah mais il me semble que j'avais oublié le vernissage de Miss Meyer. Si j'étais toujours invitée, malgré ce que j'avais fait subir au pauvre Ellias, à savoir qu'il était, très, en retard et ce par ma faute ! Oh, mon aprem' londonienne, sera sûrement ma quête d'une belle tenue pour ce vernissage !


- Ah mais j'y pense j'aurais une autre occasion de retourner à Londres ! Pour le vernissage, si je suis toujours d'actualité ! Dis-je avec un grand sourire !

Je remarquais le coin de rue qui nous rapprochait encore plus de la Galerie, à cette pensée mon cœur se serra quelque peu mais je restais souriante car je lui avais promis.


- Nous sommes bientôt arrivés ... Veux-tu que je m'expliquer à Miss Meyer sur le pourquoi de ta désertion ? J'ai quand même une grosse part de responsabilité dans cette douloureuse affaire ...
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4571

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Dim 19 Aoû - 12:48

Il avait commencé à cheminer un peu avec Sarah quand la banalité de ce qu'il faisait le frappa. Ellias ne put s'empêcher de sourire. Ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas fait quelque chose de normal, de simple avec quelqu'un qui faisait partie de son propre monde. Sa vie à Londres était d'une banalité affligeante, certes, mais ce n'était pas banal de la même façon, sa vie à Londres ressemblait plus à de la survie qu'à autre chose. Il n'avait pratiquement pas touché de baguette magique depuis des lustres, en fait elle restait là sur son armoire à prendre la poussière, quand il ne s'en servait pas pour attraper des objets coincés sous son armoire. Ellias n'avait jamais été très doué pour la magie, mais en plus, c'était comme ci vivre parmi les Moldus l'avait encore plus éloigné de son monde, comme anesthésiant toutes ses capacités, et ce n'était certainement pas ses semaines de stage à St Mangouste qu'il aidait à utiliser la magie non, il restait en fait assis des heures à trier des fiches d'admission avec son binôme, à la main en général, parce que leur supérieur jugeait que le faire à la manière des Moldus ne pouvait que leur forger le caractère, et parfois, les deux se balançaient des petits trolls aux cheveux colorés à la tête. Là encore, sans magie. Quant au chemin de traverse, il préférait même pas en parler, il n'y allait qu'une fois de l'an avec son neveu pour acheter ses fournitures scolaires, et Ellias préférait quand ça allait vite et qu'il n'avait pas à trop trainer ans le coin. À croire que trop fréquenter ses semblables le mettait sincèrement mal à l'aise

Alors se promener comme ça dans les rues de Londres bras dessus bras dessous avec Sarah avait quelque chose de normal, même si ne l'a connaissait qu'à peine, ça ne changeait absolument rien au charme de la situation. Elle était d'une compagnie tout à fait agréable, beaucoup plu calme et charmante que toutes les personnes qu'il avait à fréquenter au cours de ses journées.

Il prêta donc une oreille intéressée à ses propos, vraiment concerné par ce qu'elle avait à dire. Il haussa un sourcil, vaguement amusé par ses propos.

• Et bien, je suis vraiment ravi de pouvoir contribuer à cela, glissa t-il avec un nouveau sourire. D'ailleurs tu t'en sors plutôt bien, si on met à part bien sûr le petit incident à la galerie que l'on peut plus mettre sur le compte de la faim que de la timidité, on ne le remarquais à peine.

Bon, il exagérait peut-être un peu, mais ce n'était qu'un pieu mensonge. Dans la galerie, il ne l'avait trouvé pas plus timide que n'importe qui. Peut-être un peu réservée, d'accord, et avec quelques rougeurs étalées sur les joues, mais au moins elle avait fait l'effort d'entrer dans la galerie pour venir présenter son travail, il ne pouvait qu'admirer le travail qu'elle avait fait sur elle, et donc comprendre pourquoi est-ce qu'elle considérait cet acte de socialisation comme une petite victoire. Ellias lui jeta un regard pour l'observer en coin et remarqua avec une pointe d'amusement son sourire content.

• Ah … Et bien si tu veux, je dois avoir quelque part une carte de Londres, une carte touristique avec tout ce qu'il faut visiter. Comme tout bon londonien qui se respecte je n'ai jamais rien visité, je ne sais même pas pourquoi je garde cette fichue carte, sûrement pour me motiver un peu pour y aller, mais je n'aurais aucun à regret à m'en séparer pour te la donner. Il y a aussi toutes les bonnes adresses pour faire du shopping, ajouta t-il avec une pointe d'humour.

Les filles toutes les mêmes, et si les adresses n'avaient pas été écrite noir sur blanc sur cette carte, ça ne lui aurait posé aucun problème car en fait, Ellias aurait tout à fait été capable de les retrouver les yeux fermés dans Londres, tellement Victrolla l'avait traîné avec elle pour servir de caddie, quand son petit copain trouvait une très bonne excuse pour se soustraire à cette épreuve épouvantable. Lui au moins avait toujours les excuses qui marchaient, Ellias devrait peut-être penser un jour à lui en emprunter une ou deux … au cas où.

• Non bien sûr que non ! Tu peux revenir quand tu veux !

Cela coulait de soi, tellement qu'il s'étonna même qu'elle ait à poser la question. Bien sûr qu'elle pouvait venir, et même là encore, comme pour la question de venir avec jusqu'à la galerie, il ne voyait pas trop pourquoi elle lui demandait, même s'il avait refusé, il voyait mal comment il aurait pu l'empêcher de venir lui rendre visite, même s'il n'avait pas du tout envie de la voir. Sûrement une question de politesse, cettz fille était vraiment géniale en fait.

• Si tu es toujours … ? Mais bien sûr, et essaie de venir, tu pourrais même en profiter pour parler à Alithéia Shelter, elle est très sympa et n'a aucun mal à communiquer avec les autres. Elle est assez directe, parfois c'est bizarre, mais elle est vraiment rafraîchissante

Le seul problème avec cette fille, c'était qu'elle était souvent accompagné d'un monstre à la fourrure orange, un vrai démon, un monstre en puissance qui était déterminé de soit détruire tous les bas de pantalons d'Ellias, soit le tuer tout simplement, c'était au choix. Mais pour le jeune homme, un chat qui buvait de la bière ne pouvait décemment pas être normal. Mas bon, la pauvre Ali en avait hérité, la seule chose qu'il ne comprenait pas, c'était comment elle avait put se lier d'affection avec cette créature infernale. Ellias réatterit en l'entendant parlant, une grimace apparut alors sur son visage, sa vie approchait très vite de son terme.

• Non surtout pas, si possible, j'aimerais bien que l'un de nous deux s'en sorte si possible, ce serait bien. Et puis j'ai l'habitude de me faire engueuler. Avec elle, avoir le droit à minimum une engueulade dans la semaine équivaut à une déclaration d'amour, fit-il avec sarcasme.

Ellias tourna au coin de la rue qui menait à la galerie, avec toujours Sarah accrochée au bras et traversa la petite place après avoir tendu sagement qu'un taxi londonien leur passe devant en leur jetant un regard de dédain. La galerie était de nouveau vide et silencieuse, seul le bourdonnement de la machine à café brisait un peu le silence, avec le bruit des quelques autos qui passaient devant, Eliias ne voyait pas ce qui était assez urgent pour qu'il ait à revenir comme ça, en pensant qu'il allait mourir, à qui est-ce que Victrolla voulait qu'il fasse la conversation ? Aux mouches ? Il n'y en avait même pas ! Miss Meyer apprit justement dans l'encadrement de la porte de la partie administration, il comprit tout de suite à son expression que quelque chose n'allait pas, elle était un peu vouté, la mine atterrée et elle n'avait même pas les bras croisés.

• Excuse moi Sarah je reviens immédiatement, tu peux … euh faire un tour dans la galerie si ça te dis, dit-il avec précipitation en voyant le teint de Vicky devenir encore un peu plus vert. Je te ramène une tasse de café ?

Mais avant d'avoir entendu sa réponse, il avait filé vers sa meilleure amie, l'attrapant par la taille pour la tirer dans les bureaux. Elle se laissa faire, Ellias ne s'en inquiéta qu'un peu plus, elle reprit néanmoins un peu contenance quand il essaya de la faire asseoir : elle le repoussa d'une main agacée en lui rétorquant qu'elle n'avait pas encore l'âge d'être traitée comme une mémé. Qu'est-ce qu'il y avait . Les Di Angelo, voilà ce qu'il y avait. Cette bande de bras cassés, manipulateurs, sadiques, entêtés et crétins dont la plus grande ambition dans la vie semblait être de détruire la galerie d'Ellias et de Victrolla au profit de la leur, quelques soient les moyens, tous ne paraissaient apparemment pas suffisant au regard des deux frères. À ce point de son récit, Victrolla haussa le ton, reprenant sa tonalité habituelle, elle se mit à hurler :

• Et cette bande de dégénérés ! Tu sais ce qu'ils ont fait ? Ils sont venus dans la galerie comme si c'était chez eux, et ils sont venus voir Mr O'Chreesta, pourquoi ? TU SAIS POURQUOI ? Pour leur raconter que nous n'avions apparemment aucun scrupules à exposer des toiles d'imposteurs, des toiles VOLÉÉS !

Ellias ferma les yeux en espérant qu'il n'y ait personne dans la galerie qui puisse entendre ses cris. Cette histoire avait été suffisamment pénible sans que ces deux crétins viennent non seulement leur rappeler mais aussi en parler à leur clients. Comment est-ce qu'ils étaient censé savoir que la toile de cet homme n'était pas la sienne et qu'il l'avait volé à un groupe d'artiste ? Encore une chance qu'Alithéia s'en soit rendu compte avant qu'ils ne certifient la toile ! Évidemment, les frères di Angelo s'étaient tout de suite emparés de l'histoire.

• Mais il était là, non ? Il le savait déjà ? Et il savait aussi que nous n'en savions rien !
• Ah ça oui, il le savait, ils les a envoyé de se faire foutre, sauf que ces deux enfoi*** l'ont dit assez fort pour que les autres clients l'entendent !


Oulà, elle scandait carrément chaque syllabe, la situation était grave. Ellias quitta la salle pour aller chercher deux tasses de café, Vicky qui ruminait encore ne s'était apparemment pas rendue compte de son absence. Mieux valait la laisser seule, il ne doutait pas un instant qu'elle était en train de créer un plan diabolique pour écraser les deux frères, et il préférait ne pas être là quand elle se rappellerait que, dans sa logique, c'était la faute d'Ellias s'ils avaient eu le temps de parler à leurs clients. Il retourna dans la salle, avec une tasse de café pour Sarah, au pire si elle n'en voulait pas, il était sûre que Vicky était partante pour une deuxième dose.

• Désolé. Et au cas où tu aurais entendu, c'était une totale méprise, nous n'étions pas du tout au courant de la situation et nous avons fait de notre mieux pour que toutes les victimes de cette histoire soient dédommagées

Il préférait avoir une chance de s'expliquer avant qu'elle ne tourne les talons et s'enfuient à toutes jambes chercher une autre galerie.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●


Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4470

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Lun 20 Aoû - 20:26

Sa compagnie m'était vraiment agréable. Comme je persiste à le penser, il me rappelait mon frère aîné Gabriel par ses attentions et même son regard bleuté. Mais à la seule différence, que pour Ellias, c'était étrange. Je le voyais comme ... Je ne sais pas comment l'interpréter mais je l'aimais vraiment bien, et cheminer avec lui dans Londres était plus que plaisant !
Chaque seconde passée à ses côtés me comblait d'aise, mais bon je savais pertinemment que toutes les choses avaient une douloureuse fin et bien évidemment, je m'y préparais. En tout cas, lui aussi avait l'air de bien apprécier ma présence et c'était tant mieux ! Je lui avais avoué que ma timidité avait été trop présente lors de mon entrée à la Galerie et qu'avec lui, je m'étais relâchée ... Du coin de l'oeil, je le voyais, il souriait. Son sourire était beau, je le garderais dans ma mémoire, et j'y penserais, les jours où le moral n'est pas là.
Mon regard se posait sur lui, je soupirais légèrement sans qu'il ne m'entende, j'étais bien. Oui, j'étais bien, et je ne me privais pas de le montrer par tout les sourires que je lui adressais ! Il me dit quelque chose qui me rappela ma chute idiote dans la Galerie ... Je fis une moue gênée, c'était vrai ça ! Moi qui mangeais comme quatre, je n'avais rien avalé ce matin, et je m'étais retrouvée à embrasser le sol glacé de la Galerie.

Heureusement qu'Ellias était là ...


- Oui merci de m'aider pour cela ! Fis-je avec un sourire des plus charmants. Heureusement que tu étais présent pour mon malaise dans la Galerie. Moi qui d'habitude mange comme un ogre, je me suis retrouvée la gorge nouée ce matin, et je n'ai rien avalé. Merci encore Ellias !

Je m'accrochais de plus en plus à son bras. J'aimais bien cette présence si chaleureuse. Je n'oublierais pas ce qu'il a fait pour moi, même s'il persiste à dire que ce n'est pas grand chose et que c'était normal. Suite à cette pensée, je souriais. C'était un garçon vraiment gentil et adorable, et beaucoup de filles doivent l'apprécier. A cette pensée mon moral se mina quelque peu, mais je fus vite sortie de mes petites idées noires par une phrase qu'il me dit.
Chouette ! J'allais avoir une carte de Londres ! Là je pourrais m'en donner à cœur joie pour faire les boutiques ! Bon évidemment, il m'avait dit aussi qu'il y avait des endroits à visiter ! C'est vrai qu'à Londres, je ne m'étais jamais attardée. J'y étais bien allée avec mes colocs, mais l'une s'était trouvé mal dans un taxi londonien, en même temps, elle s'était empiffrée chez Starbucks, et donc la conduite offensive du chauffeur n'était pas passée. Sinon une autre fois, nous avions voulu aller faire un tour sur la grande roue, mais là aussi je n'avais pas eu de chance ... L'une d'elle était tombée dans les pommes suite à trop d'émotions et nous avions fini notre soirée aux urgences, en sirotant un potage au poulet bien revigorant par un soir de grand froid.
Alors non, Londres, je ne l'avais pas vraiment visitée au final. J'embarquerais bien Ellias dans mon 'road trip' avec sa propre carte tiens !


- Oh super ! Merci pour la carte ! Car c'est vrai que je n'en ai même pas une sur moi en fait ! Vu que je suis partie comme une voleuse de Poudlard ! Et je dois t'avouer que moi aussi, je n'ai pas eu vraiment le loisir de m'attarder dans Londres car à chaque fois l'une de mes colocs se trouvait mal ... Alors bon, je n'ai pas fait grand chose ! On ira ensemble visiter des lieux si tu veux ! Ça me ferait plaisir ! Car toi, je sais que tu es robuste et que tu ne tomberas pas dans les pommes parce qu'un écureuil t'aura volé ton scone à la myrtille ! Cette évocation d'un évènement cocasse me fit rire. Maryweather, la pauvre les animaux et elle ça n'avait jamais été une grande histoire d'amour, s'était retrouvée nez à nez avec un charmant écureuil qui lui avait béqueté tout son délicieux gâteau ! Lui, s'était régalé, c'était certain mais elle ...

Elle s'était mise à hurler à plein poumons dans le parc, et s'était dirigée vers un abri très proche où elle en était sûre, les écureuils ne viendraient pas la dévorer toute entière. La pauvre ! Si elle savait, que j'en avais touché deux mots à Ellias, elle m'étriperait ! Ainsi donc, je pouvais revenir le voir quand je voulais ? Cette parole ne pouvait pas me faire plus plaisir ! Et en plus je pouvais parler à Miss Shelter ! Elle était un modèle pour moi, une véritable artiste dans toute sa splendeur ! Et mon rêve ce serait qu'elle devienne mon mentor, pour que ensuite je puisse exposer mes toiles dans la Galerie de Miss Meyer ! Ça ce serait mon rêve le plus cher et je me donnerais tout les moyens pour y arriver ! Foi de Sarah Mickaels !


- Ah oui ! Et comme ça on ira aussi visiter Londres ! Oh oui ! J'aimerais voir Miss Shelter ! Je languis de voir sa franchise ! Franchise qu'elle distille à merveille dans ses toiles ! Répondis-je avec un large sourire. Là décidément tout se passait à merveille ! Sauf qu'Ellias allait bientôt rentrer et qu'il allait se faire houspiller par la grande Dame. Je lui avais proposé mon aide, mais il l'avait déclinée. Je m'en doutais après tout. Je lui fis un aimable sourire et je resserrais légèrement ma pression sur son bras, pour lui faire comprendre que j'étais quand même là.

Nous tournâmes enfin au coin de la rue qui menait à la Galerie de Miss Meyer. J'allais avancer sur le passage pour piétons, quand un taxi londonien visiblement pressé arriva à toute vitesse. Alors sagement, je m'étais remise sur le trottoir. Attendant patiemment que ce fou bifurque à un carrefour, nous traversâmes Ellias et moi. Arrivée à la Galerie, je vis la patronne d'Ellias visiblement dépitée. Le jeune homme m'abandonna pour aller la voir, vu sa tête c'était assez inquiétant. J'espère tout de même que rien de grave ne s'était passé pendant l'absence d'Ellias. Absence, dont j'étais pas mal fautive quand même. Je n'eus pas le temps de répondre à la proposition d'un éventuel café qu'il s'était déjà évaporé !

Miss Meyer ne devait vraiment pas aller bien ! Du fond de mon cœur, j'espère que ça allait s'arranger, de toute façon ça ne servait à rien que je me rendre malade, Ellias me le dira peut-être ... Autant profiter un peu du silence apaisant de la Galerie ! Je savais où j'allais, mes pas me menèrent à la salle spéciale où étaient exposées les toiles de Miss Shelter. Je les regardais toute, une vision d'ensemble de prime abord puis après une profonde inspection toile par toile ! J'ouvrais mon sac en bandoulière et en extirpait un carnet d'écriture et un stylo noir, je décidais de noter chaque titre de chaque tableau et mes impressions ... Ce qu'elle parvenait à me faire dégager comme émotions, sentiments ... Et cette femme était très douée pour cela !
Concentrée sur mon travail, je notais tout ce qui me passait par la tête. Le silence était d'or, et je savourais chaque seconde, seule et tranquille en accord avec moi-même. Mais ... mon crayon ripa sur la feuille de papier que j'en fus moi-même surprise. En effet Miss Meyer venait de hurler, rompant ainsi le calme de sa propre Galerie. Que se passait-il ?

De là où je me trouvais, j'entendais des bribes de mots qu'assemblés ensemble, je ne parvenais nullement à comprendre. Di Angelo ? Ch ... ta ? Voler ? Je ne voulais pas céder à ma curiosité mais là, je devais avouer que c'était plus fort que moi. Mais malgré tout je ne cédais pas à mes pulsions. Patiemment, je me remis à mon petit travail de scribe et j'etendis par la suite une voix familière dans mon dos. Je me retournais, face à Ellias, qui avait une tasse de café pour moi apparemment. Je rangeais vite toutes mes petites affaires et me saisis de la tasse brûlante. Il venait visiblement de me mettre dans la confidence, même si par la force des choses, mon cerveau ne comprenait rien. Je soufflais sur ma tasse avant de prendre la parole. Et soudain, je me souvenais ! L'une de mes amies ou peut-être Ellias, je ne sais plus, m'avait parlé des frères Di Angelo, galeristes eux aussi.
Ces deux énergumènes n'hésitaient pas user et abuser de tout ce qu'ils pouvaient pour parvenir à leurs fins !


- Attends. Je pris Ellias par la main pour le faire asseoir sur un banc, juste devant une toile immense de Miss Shelter. Comme ça, on sera plus tranquilles.

En effet. Car j'aimerais bien savoir ce qu'il se passe. Il en avait trop dit et pas assez ... Je buvais encore une gorgée de ma tasse, et la posais à bonne distance de moi sur le banc. Je posais l'une de mes mains sur celle d'Ellias et je le regardais fixement.

- Pardonne-moi, mais j'ai un peu entendu votre discussion ... J'ai compris Di Angelo, et ce nom ne m'est pas totalement inconnu. Des amies m'en ont parlé quand je voulais démarcher des Galleristes. Et j'en ai aussi déduit, qu'ils voulaient vous pourrir la vie, à Miss Meyer et à toi. Que s'est-il passé ? C'est quoi cette histoire de dédommagement ? Je t'avoue que j'aimerais comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4571

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 25 Aoû - 23:42

Ellias éclata d'un grand rire, oui, il était pratiquement certain que ce n'était pas un malheureux écureuil qui pouvait se vanter de le faire tourner de l'œil pour un scone. Surtout pour un scone. Même à la myrtille. Au contraire, avec Wesley, c'était devenu une routine. Tous les dimanche pendant les vacances, lorsque son neveu rentrait de Poudlard et que le soleil était au beau fixe, Ellias l'emmenait dans St James pour le forcer un peu à prendre l'air, délaisser ses cartes de Chocogrenouilles. Il savait bien que c'était ses précieuses cartes qui permettaient à Wes de ne pas trop craquer depuis la disparition de ses parents, mais son oncle aurait préféré qu'il s'ouvre un peu plus, qu'il ne reste pas tout seul pour autant. Ne pas savoir ce qui était arrivé à Livia et Lucas était très dur mais la vie continuait, sauf que c'était plus facile pour un adulte de se dire ça qu'un enfant qui avait perdu les deux personnes qui faisaient son univers. Heureusement, la situation semblait lentement s'améliorer, Ellias avait été agréablement surpris lorsque, quelques semaines plus tôt, son neveu lui avait demandé d'aller au zoo avec une de ses amies, une petite sorcière aussi. Un seul-après midi, ce n'était pas grand chose mais c'était déjà ça mine de rien. Une petite victoire. Ellias secoua la tête en se reconcentrant sur la présente situation, cherchant quoi dire, peu désireux de laisser trop de blanc dans la discussion.

• J'adore les écureuils, dit-il finalement avec un sourire en coin.

Il acquiesça à chacune de ses phrases, pour ne pas paraître trop malpoli, surtout avec Sarah, qui était vraiment une agréable compagne, mais Ellias était toujours un peu préoccupé par Wesley, par sa sœur et son beau-frère, par la menace qui planait sur lui, où dans sa tête, une Vicky très ressemblante aux Walkyries romantiques l'attendait, un trident dans la main, un casque à corne sur la tête recouvrant de longues tresses de cheveux bruns. Voilà, il était pratiquement certain à présent que cette image allait venir hanter chacun de ses cauchemars jusqu'à ce qu'il arrête de travailler avec elle. C'était très certainement à ce moment et seulement à ce moment qu'il pourrait peut-être commencer par arrêter de la considérer comme une espèce de monstre lunatique à deux têtes.

Sauf que le monstre qu'il trouva en arrivant à la Galerie faisait plutôt pâle figure par rapport à la Vicky de d'habitude. Pas de quoi s'étonner si elle avait reçu, toute seule, la visite des démons qu'étaient la fratrie di Angelo. Ellias était pratiquement certain qu'ils arrêteraient peut-être de leur chercher des noises s'ils apprenaient un jour qu'Ellias était un sorcier capable de leur lancer mille et un maléfice. Surtout que la plupart des moldus ne savait pas du tout qu'ils existaient exprès, des lois qui normalement, interdisaient la magie sur leur petite personne. Mais celui ou celle qui avait rédigé et fait passé cette loi n'avait clairement jamais eu affaire aux Di Angelo. Ellias ruminait encore, imaginant dans sa tête tout ce qu'il pourrait faire à ses deux teignes si la situation avait été différente lorsqu'il retourna dans la salle principale de la galerie avec la tasse de café pour Sarah. Autant dire tout de suite qu'ils n'auraient plus leur tête d'ange.

Il se laissa tirer, toujours sombre, par la jeune femme qui l'entraîna sur un banc pour parler sans que les autres clients entendent ce qu'ils se disaient, en espérant qu'ils n'aient pas compris tous les hurlement de sa très chère collègue. Ellias sentait la fureur monter lentement en lui, il n'avait pas envie de la passer sur la jeune fille. Tout ce qu'il voulait, c'était rentrer chez lui, récupérer sa baguette et aller violer le code international de la magie, même si un petit malin l'avait déjà fait avant lui, laissant la chance aux sorciers comme lui de faire un peu de magie aux yeux de tous.

• Galeristes c'est vite dit, renifla t-il avec dédain. Crétins inutiles, jaloux et bons à rien serait peut-être plus juste pour décrire les deux énergumènes. Prêts à n'importe quoi pour espérer avoir ne serait-ce que des miettes d'attention, pour avoir une part du marché. À eux deux ils ont ruiné des gens, détruits des vies. Ce ne sont vraiment pas des personnes fréquentables et à vrai dire, signer un contrat avec eux revient à signer un pacte avec le Diable. Oh oui au début, tout s'enchaîne, les galeries, les mécènes … mais c'est un cercle vicieux dans lequel eux seuls s'en sortent.

Ce qu'il avait sur le cœur à leur propos sortait. Comment est-ce qu'elle pouvait vouloir affaire à eux ? Comment quiconque pouvait s'arrêter à leur nom, croire qu'ils étaient … bons ? Qu'ils pouvaient aider une toute jeune étudiante, une sorcière en plus. Ils l'auraient regardé avec leur sourire moqueur et dédaigneux qu'ils partageaient et l'aurait envoyé compter les écureuils à St James Park. Il fallait qu'il s'arrête, ce n'était pas du tout ça qu'elle avait demandé. Il serait peut-être bon qu'il se reprenne un peu au lieu de se laisser emporter par sa colère.

• Julian Cavendish. On l'exposait en Février, il se disait l'auteur de Avenirs et Destinées, une grande toile absolument magnifique, nous avons réussit à le faire exposer à la galerie mais cet abominable nabot a réussi à faire acheter son vol par un musée américain. Alithéia Shelter le connaissait, elle faisait partie du cercle de peintres ça laquelle la toile avait été volée, elle nous a appris qu'elle était en fait nomméeFragrances des temps futurs, et qu'elle ne lui avait jamais entièrement appartenu … Bref, pour faire court, il ne lui appartenait pas de décider de la mettre en vente … Elle appartenait à une école de peinture. Il était insupportable, ambitieux et vénal. Sans compter qu'il avait une haleine de rat crevé … une histoire de dents de sagesses

Si c'était bien ce que lui avait dit Ali, il avait du mal à se souvenir à présent. Cela semblait si loin toute cette histoire.

• Bref - décidément, il allait devoir revoir la méthode de communication que lui avait filé Vic' et apprendre à synthétiser - On pouvait bien sûr compter sur ces deux crétins pour ternir notre réputation à peu près partout, nous accusant d'être une espèce de receleur, de blanchisseurs pour voleurs de tableaux. Comme si on n'arrivait pas à se saboter tout seul comme des grands lorsqu'on pensait aider des types comme Cavendish.

Ellias grinça des dents, si jamais ils les chopaient ces deux crapauds …


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●


Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4470

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Lun 27 Aoû - 13:12

C'était certain qu'Ellias avait des ressentiments pour ces fichus frères. Je le comprenais aisément, rien qu'à l'entendre parler. Je me doutais bien, que contrairement à leur nom évocateur, ils n'étaient nullement des anges ! Bien au contraire ! L'idée m'avait traversé l'esprit d'aller leur rendre une petite visite, bien avant celle de la Galerie Meyer. Mais vu les échos que j'en avais eu, l'idée ne m'était pas restée en tête très longtemps !
Et Ellias me le confirmait par son mépris qu'il éprouvait pour eux deux. Pour ma part, je l'écoutais sans l'interrompre, sirotant au passage mon café encore chaud. Il me requinquait quelque peu et cela m'était bénéfique ! Peut-être que je n'aurais pas dû demander au jeune homme des explications ... Car je le sentais s'énerver de plus en plus au fur et à mesure qu'il m'expliquait le pourquoi du comment ... Mais à vrai dire, la curiosité m'avait rongée à cet instant précis, et ça me faisait du bien qu'il me le dise. Je me sentais à la fois concernée et importante.
Reposant mon café sur le banc, je repris enfin la parole, en souriant gentiment à Ellias, et en gardant ma main sur la sienne, tout en m'étant emparé de ses doigts afin de les serrer pour lui montrer que j'étais avec lui ...

Et que de toute façon, il pouvait compter sur moi, s'il le voulait !


- Personnellement, je n'irais nullement chez eux. Vu la mauvaise réputation qu'ils ont et que du coup ils entretiennent ! Je me doute qu'ils ne considèrent les artistes que comme des apports financiers pour leur Galerie et non pour ce qu'ils sont réellement ! Et j'avoue que pour cela, j'en suis écœurée ! Et en plus signer un pacte avec le Diable, ne se trouve pas dans mes prérogatives futures ! Fis-je avec un petit rire, qui est censé détendre l'atmosphère qui se trouve être un peu 'pesante' depuis que j'ai embrayé Ellias sur la fratrie diabolique ...

En parlant de Diable, j'imaginais les deux hommes parfaitement jumeaux, l'un étant le miroir de l'autre, souriant de toutes leurs dents dès lors qu'un pauvre jeune artiste tombait dans leurs filets démoniaques ! Et pour ce faire, j'imaginais la douloureuse signature, faite avec le propre sang du peintre, apposée sur un étrange parchemin, comme si finalement comme l'avait dit le jeune homme, l'artiste vendait son âme au Diable ... Et lors de la finition du contrat, j'imaginais les frères Di Angelo, rire à gorge déployée d'un rire à vous en glacer les sangs ! Je chassais cette sordide image de ma tête pour me reconcentrer sur Ellias et écoutait encore ce qu'il avait à me dire. Et ma foi, devrais-je dire, c'était de plus en plus intéressant ! Il venait à me parler, d'un Cavendish, j'en avais entendu des échos sur ce personnage il y a peu.
J'aurais aimé me rendre à son exposition, justement mais je n'avais point pu. Trop occupée à réviser mes partiels ! Mais ce qu'il m'avoua ensuite sur ce Julian Cavendish, me troubla un peu. Ainsi donc c'était lui le voleur ! Du grand n'importe quoi et je comprenais Miss Meyer et lui, qui en furent très déçus de cet artiste là ! Comment faire confiance après ? C'était vraiment aberrant ! Je me doutais bien, que le monde n'était pas si rose que cela, mais bon il y a des limites à l'indécence ! Intérieurement, j'en étais dégoûtée et énervée de surcroît.


- Du grand n'importe quoi ce Cavendish ! Dire que j'avais voulu voir son exposition ! Heureusement que j'étais en révision pour les cours ! Il ne méritait même pas qu'on jette un regard à ses 'toiles' ! Réponds-je en sifflant entre mes dents. Pauvre Miss Meyer et Ellias, ça avait dû leur mettre un fichu coup au moral, ça, déjà. Et en plus les deux autres zigotos qui mettaient leur grain de sel par après ! En effet, ils avaient bien terni la réputation de la Galerie de Miss Meyer ! Dommage ! Car eux, au moins, sont honnêtes envers les gens !

J'avais appris que dans la vie, c'était malheureusement toujours les plus vils et plus fourbes qui s'en sortaient avec les honneurs ! Et la fratrie Di Angelo, n'y faisait pas exception !


- Je comprends ton énervement ! Il faudrait leur rendre leur monnaie de leur pièce à ces deux idiots ! Personnellement, je ne m'abaisserais pas à leurs viles méthodes, mais j'aimerais trouver un moyen pour les piéger ! Même si je me doute, qu'ils doivent les anticiper les coups fourrés ces sales chiens ! Moi, je peux promettre une chose, si jamais je suis exposée ici, j'en serais très honorée et flattée ! Et surtout je vous resterais fidèle ! Je te l'ai dit, embrasser le Diable, me dégoûte.

Croisant les jambes, je regardais toujours Ellias. Et Miss Meyer ? La pauvre elle restait seule à son bureau avec un coup de déprime ! Même si quitter Ellias, m'était pénible, sa place était auprès de sa patronne, surtout après que les Di Angelo soient venus distiller leur venin ! Je terminais ma tasse avec un petit sourire en coin et la posais dans la main d'Ellias toujours avec ce petit sourire. Lentement je me relevais, et tendais ma main vers le jeune homme pour qu'il la saisisse.

- Même si te quitter, m'est pénible, je crois que ta place se trouve auprès de Miss Meyer. Elle en a peut-être besoin. En tout cas, faire ta connaissance c'était ce qu'il y a eu de mieux ces derniers temps ! Dis-je en plaquant mes lèvres sur sa joue.



FIN

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'avenir nous le dira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Loreena&Gideon ? L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe. ? [END]
» Ce que l'avenir nous réserve
» L'avenir dira le reste.
» Dana ~ il n'y a pas de destin, mais ce que nous faisons
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & Administrations-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit