Forum de jeu de rôle par écriture alternée sur le thème de l'univers magique de Harry Potter de JKR pour adulte et jeunes adultes
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & AdministrationsPartagez | 
 

 L'avenir nous le dira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: L'avenir nous le dira   Dim 1 Mai - 18:04

Pour une fois, Ellias n'était pas en retard. Et n'était pas fatigué de ses activités de la veille, à savoir s'occuper des malades au département des Pathologies magiques. On l'avait laissé partir à la fin de son service pour une fois, et il avait pu quitter St Mangouste à onze heures. Bref, une bonne journée s'annonçait en perspective. Pour une fois, donc.

En plus son neveu, Wesley n'avait pas de scène au petit déjeuner parce qu'il n'aimait pas ce que son oncle lui préparait le matin, au contraire il avait étonnamment été silencieux et concentré sur son livre de mathématiques. Ellias ne s'en plaignait pas, loin de là. Cela avait été reposant et tous les deux étaient partis de bonne humeur. Ce qui changeait des matins où Wesley râlait parce qu'il avait du reconnaître que son oncle n'essayait pas de l'empoisonner et où Ellias ne passait pas tout le trajet à se demander ce qu'il avait pour que son neveu croit qu'il essayait de l'empoisonner.

Et puis il était arrivé à l'heure à la galerie. Son amie et patronne, dans cet ordre, amie avant d'être patronne puisqu’ils se connaissaient depuis l'enfance, Victrolla Meyer avait haussé un sourcil, surprise de le voir avant onze heures du matin. Mais du coup elle n'avait pas eu de prétexte pour lui crier dessus ou de lui confier une tâche bête et méchante pour lui apprendre la ponctualité. Une technique qui ne marchait pas, mais Ellias ne désespérait pas, elle s'en rendrait compte un jour ou l'autre … sauf si évidemment elle ne faisait, non pas pour lui apprendre la ponctualité mais juste pour le punir. Tout simplement.

Bref, Ellias se retrouvait à trier des prospectus dans la salle d'exposition de la Meyer's Mad Stars au lieu d'aller se taper toutes les réclamations des employés, mécènes et artistes mécontents, ce qui le changeait agréablement. En fait, il pourrait très facilement s'y faire, et même faire exprès d'arriver à l'heure pour continuer comme ça. En plus Vicky n'était pas d'une humeur massacrante. C'était bien. Il pensait un peu à tout et à rien. Avantage du boulot : trier de prospectus ne nécessitait qu'un quart de son attention, alors qu'écouter des plaintes nécessitait tout son cerveau et ses muscles mobilisés pour s'empêcher de bailler ou de les envoyer voir s'il était ailleurs.

Quand la clochette accrochée à la porte vitrée de l'entrée tinta pour signaler l'entrée de quelqu'un. Ellias releva la tête pour voir de qui il s'agissait. Une jeune fille blonde, assez âgée pour être encore à l'Université. Il reposa le dernier tas de prospectus pour se lever et aller à sa rencontre. Assez intrigué par sa présence dans leur galerie. En général les amateurs d'arts venaient le soir et en meute. Bon, en ce moment la galerie était presque tout le temps en effervescence depuis qu'ils avaient découvert les dessins d'Alithéia Shelter, et il était encore tôt, mais elle aurait du être avec quelqu'un si c'était pour venir regarder. Ellias songea au passage qu'il devrait aller voir comment Ali supportait son enfermement provisoire à St Mangouste. Elle devait rendre Ecrabe fou, tel qu'il la connaissait.

Mais en attendant, il ramena ses pensées sur la jeune femme. Il la laissa contempler la galerie avant de s'approcher d'elle d'un air aimable avec un sourire.

• Bonjour. Je peux vous aider ?

Il la regarda d'un air avenant. C'était ce que Vicky voulait et du moment que ça ne faisait pas fuir les gens de leur boutique, ça valait la peine qu'il essaie. Et puis au moins Vicky ne pourrait pas trop le blâmer de rien faire à longueur de journée.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Lun 2 Mai - 18:36

- Sarah ! Sarah ! Saraaaaah ! Tu y vas aujourd'hui ? Cette charmante voix appartenait à une brunette aussi petite qu'elle avait de caractère. Je savais très bien qu'elle ne me lâcherait pas et qu'elle me demanderait tant que je n'y serais pas allée ...

- Où ça ? Tu dois te rendre où ? Elle, c'était une grande rouquine aussi curieuse que moi avec un regard d'émeraude toujours rempli de malice. C'était donc Mayline et Elisabeth, mes camarades de chambrée. Pour ma part, et en ce moment même, j'enlaçais mon délicat oreiller pour ne plus entendre leurs indécentes questions. J'avais lancé une seule fois au vol, cette stupide idée et maintenant je me retrouvais là, dans mon lit à devoir acquiescer ou non la chose.

Je m'étais remise correctement dans mon lit et je regardais le plafond, j'étais bientôt rejointe par mes comparses qui réduisaient mon espace vital en s'asseyant sur mon lit. Une paire d'yeux bleus et d'yeux verts me fixaient inexorablement, mais rien n'y faisait, le plafond était trop intéressant. Je les sentais insister, trépigner d'impatience vu que je ne leur répondais pas. En même temps c'était une idée folle, mais cette dernière me trottait dans la tête depuis un bon moment déjà. En effet, me destinant à une future carrière d'Illustratrice, je l'espère du moins, je m'arrêtais depuis quelques temps déjà devant une Galerie d'Art. J'étais subjuguée par ce que j'entrapercevais. Mais trop timide, je n'étais jamais rentrée.

Alors aujourd'hui j'allais mettre un joli coup de pied dans les fesses de ma vilaine Timidité et pénétrer dans le Sanctuaire ! Je l'avais décidé depuis quelques jours et me connaissant je n'allais pas lâcher l'idée. Mais me connaissant aussi, j'étais stressée et d'ailleurs je n'avais pas dormi de la nuit. Les filles avaient du m'entendre me retourner et me retourner sans cesse dans le lit ... Super ! Je décidais de me lever enfin de mon lit, sous le regard désabusé de mes camarades de chambrée, déjà prêtes. Pour y aller, je ne savais pas quoi mettre. Rester classique ou inventive ? Paraître "normale" ou "artiste" ? Un peu "aware" ou "stricte chic" ? C'était parti, j'allais me creuser la tête pour trouver LA bonne tenue adéquate à ce genre de situation. Les filles qui me sentaient soucieuse, décidèrent de me venir en aide. Je ne les remercierais jamais assez.
Après des fouilles hasardeuses et minutieuses, j'étais enfin prête.

J'avais opté pour un jean slim noir, avec une marinière blanche et bleue, un petit veston noir auquel était accroché une broche de couleur marine. Et j'avais troqué mes baskets, trop négligées selon Elisabeth, pour ses ballerines noires à petits talons. Elles avaient voulu toutes deux me faire porter des talons, cela s'était soldé par une chute rocambolesque dans l'armoire ouverte ... Non, pas de talons pour moi. Jamais.
Ça faisait mal et on était pas vraiment sûr de son équilibre, je les laisse aux expérimentées. Pour le maquillage j'étais restée dans la sobriété, un trait d'eye liner noir, du mascara et un peu de gloss rosé. Mes mains aux ongles limés et entretenus étaient recouverts de vernis noir. Mes cheveux couleur de blé tombaient en cascade sur mes épaules ... Bon, on va dire que c'était good.
Sur mon bureau trônait mes carnets d'illustration où je couchais sur papier mes anecdotes passées ...

Je pris mon sac en bandoulière noir où j'y rangeais soigneusement mes précieux ouvrages et j'y allais. Les filles me souhaitèrent bonne chance. J'avais la boule au ventre, les mains moites, le cœur qui battait la chamade pendant que je parcourais la distance qui me séparait de l'endroit tant convoité.
Au coin de la rue, je bifurquais, et je la vis. La Meyer's Mad Stars, objet de tant de convoitise de ma part ... J'hésitais pourtant à y rentrer. Je restais cinq bonnes minutes dehors à peser le pour et le contre, et ce serait vraiment Troll si je partais ainsi sans faire d'efforts.
J'avais promis de faire valser ma Timidité et je le ferais !

Un grand soupir avant de pénétrer dans la Galerie, la clochette signalait ma présence, c'était bien trop tard pour reculer maintenant. J'étais dans mon élément désormais. Je pouvais contempler à loisir ce qui m'intriguait tant ...
Je me rapprochais des tableaux heureuse de ce que j'entreprenais. A savoir, être déjà rentrée ici pour regarder. Je souriais devant les œuvres splendides quand ...
Une voix, masculine, me fit sursauter. Génial. J'étais vraiment trop inquiète et trop stressée. J'étais face à un jeune homme, légèrement plus âgé que moi semble-t-il et il venait d'entamer la conversation en posant une question.

S'il pouvait m'aider ?


- Oui. Ouah Sarah, répondre par monosyllabes c'était pas à proprement parler un moyen de le faire rester.

Reprenons contenance, ce n'est pas la mort. Mais lui et cet endroit sont à la fois captivants et impressionnants.


- Oui, vous pouvez m'aider ... Repris-je de ma voix douce que je tentais de calmer. Cela fait un moment déjà que je voulais venir ici, voir les toiles de l'artiste.

Mets-toi en avant, ça va pas te tuer, ou sinon il partira et ce sera retour à la case départ sans toucher les 20000 Mornilles !

- Je ... suis étudiante en première année à Moon Shadow et j'adore tout ce qui touche à l'art en général ! Et d'ailleurs j'aimerais embrasser la carrière ... d'Illustratrice ...

Il y avait bien mieux comme approche, mais c'était un début. Je lui souriais aimablement, il m'avait l'air gentil de prime abord. Et au fond de moi, j'espère ne pas me tromper.
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Jeu 5 Mai - 21:01

Ellias lui sourit amicalement pour essayer de l'encourager à parler. La pauvre avait vraiment l'air assez apeurée. M'enfin quoi ! Il n'était pas aussi effrayant que cela quand même. Ou est ce que son neveu avait raison ? Bon, il lui avait quand même dit qu'il lui faisait peur dans le noir et qu'il avait la tête d'un troll des montagnes quand il venait juste de se lever, mais il pensait qu'il plaisanter, et pas qu'il était sérieux.

Mais que ce soit lui ou un autre détail de l'affaire dont il n'avait pas encore eu connaissance. Cette fille semblait assez nerveuse et surtout sur le point de quitter la galerie en courant les bras en l'air. Et il fallut qu'Ellias tende l'oreille pour entendre son dernier mot. Une illustratrice ! Ce n'était pas la première fois qu'il en arrivait ici. Bah après tout il s'agissait d'une galerie d'art quand même, quoi. Mécènes, peintres, critiques et amoureux de l'art étaient le quotidien de ce endroit. Ils traînaient ici pratiquement tout le temps. Alors une de plus, c'était bien, ça prouvait que la Meyer's Mad Stars gagnait tous les jours en popularité. Et les étudiants de Poudlard Uni la connaissaient, c'était rengorgeant, vraiment. Ellias était pratiquement certain que Vicky serait contente de le savoir. Même si elle considérait cette université comme une école de fou tous bon à agiter un bout de bois. Elle n'ignorait pas que l'école et l'université comptaient beaucoup de membres en élèves et en professeurs.

• Tient ! s'exclama t-il. Une sorcière !

Il sentit son sourire redoubler encore. Il ne côtoyait plus le milieu des sorciers depuis la fin de ses études. Enfin personnellement, bien sûr. Il travaillait à St Mangouste, alors des sorciers il en voyait à longueur de journée, mais le seul à qui il parlait vraiment était son binôme Terry. Alors que la dernière personne dotée de pouvoirs magiques à qui il avait parlé et vraiment parlé était son neveu de neuf ans. Autant dire que pour parler d'expérience avec lui, ce n'était pas vraiment gagné. La seule chose du milieu magique qui intéressait son neveu était ses cartes chocogrenouilles. Et c'était tout.

• Ça faisait vraiment longtemps que la dernière a passé la porte d'entrée !


Avec un sourire avenant, parce qu'il espérait ne pas être aussi effrayant qu'elle ne semblait le croire, il s'avança vers elle et tendit la main pour la serrer. Il se demandait quand même si elle venait vraiment pour voir les toiles d'Alithéia ou si c'était autre chose. Mais la meilleure chose à faire était de lui demander directement. Mais d'abord, il allait devoir faire face aux civilités d'usages.

• Je m'appelle Ellias McInerty, au fait
, dit-il en serrant les doigts de la jeune femme. Je dirige cette galerie avec la collègue.

Il s'éloigna pour retourner s'asseoir sur son bureau en serrant les bras. Est ce qu'elle était venue pour voir simplement les toiles, est ce qu'elle voulait essayer de les recopier. C'était assez étrange, en général, les gens n'annonçaient pas leurs attentions quand elles étaient aussi banales que ça. Sauf quand on était venu faire autre chose que ce qu'on disait venir faire. Et dans le cas présent, Ellias la soupçonnait de ne pas être venu pour ça.

• Et bien, une illustratrice, alors …
, dit-il. C'est bien comme travail. Il faut juste persévérer.

Durant ses propres années qu'il avait passé à Clover Spring, il en avait rencontré des artistes. Toute la filière de Moon Shadow. Des gens comme cette jeune fille en somme, sauf que peu d'entre eux étaient parvenus à avoir une vraie carrière, surtout dans le milieu des sorciers. En général, il y avait plus de travail pour ceux qui savaient mieux manier leur baguette que leur plume.
Et beaucoup devait abandonner leur passion, donc Ellias se faisait une grande joie d'aider ou du moins essayer les jeunes qui voulaient faire carrière dans l'art. Après tout, peut-être qu'un jour il choperait le prochain Van Gogh et s'il pouvait le faire avant les frères Di Angelo, se serait bien.

Rien que de revoir l'air suffisant qu'ils abordaient la dernière fois qu'ils avaient tous les trois assisté à une réunion de galeriste, sa baguette le démangeait de leur jeter un sort. Mais il était civilisé, alors il ne le faisait pas. Parce qu'il vivait dans l'espoir de pouvoir un jour leur rendre se sourire satisfait de lui. Et qu'il serait bien content de voir leurs mines déconfites.

• Donc … vous êtes venus voir les toiles de Mlle Shelter ? Elle est très douée. Nous n'avons que des croquis et des esquisses, mais son travail est vraiment remarquable.

Il se releva et avança à côté d'elle pour se tourner vers un des dessins d'Ali, un portrait de Wesley plus jeune. Il avait apprit qu'ils s'étaient déjà rencontré avant la disparition de la mère de Wes, la sœur d'Ellias et de son compagnon.

• Mais vous n'êtes pas venu que pour ça, n'est ce pas ? lui demanda t-il avec un sourire complice.

Ellias ne voyait pas pourquoi les gens n'aiment pas la franchise et le fait d'être direct. C'était tellement plus rapide et plus honnête pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 7 Mai - 13:48

J'aimais bien la voix de ce jeune homme. Douce et posée, elle me rappelait celle de mon grand frère et rien que pour cela, lui faire confiance était primordial. Il n'avait pas l'air si horrible en fin de compte mais j'étais toujours gênée et timide en société, ça ce n'était aucunement de ma faute. Et devant quelqu'un de "connu" c'était encore pire. Car dans l'enceinte de Moon Shadow on parlait de cette galerie comme un tremplin pour un futur proche, mais moi je me garderais bien de dévoiler que j'y suis allée. Mes camarades de chambre le savent mais je leur ai fait promettre de garder le secret jusque dans leur tombe ... Elles me l'ont promis mais j'ai dû utiliser LE regard inquiétant pour les dissuader de tout répéter.

Et d'ailleurs, elles m'avaient demandé si elles pouvaient m'accompagner. Non, merci, j'avais décidé de m'y rendre seule et si suite il y a, j'y retournerais encore seule. Le Galleriste me fit soudainement rire, cela faisait donc si longtemps qu'il n'avait pas vu de sorciers ? Ou était-il moldu ? Ou bien sorcier lui aussi ? Ou hybride ? Vampire ? En même temps vu les changements qui parcouraient notre monde, je n'étais à l'abri de rien désormais ...
Alors s'il m'avoue qu'il est un hybride sorcier doublé d'un vampire couplé à un lycan, je ne serais aucunement surprise. Enchanté même !


- Hé oui ! Et vous ? Sorcier ou Moldu ? Vous n'êtes pas obligé de répondre, c'est juste ma Curiosité légendaire qui refait tout simplement surface ... J'avais terminé ma phrase par mon rire cristallin. Et quoi ? Il devait être déstabilisé le jeune homme, car l'instant d'avant, j'étais prête à fuir la galerie manu militari et là, subitement, je me mettais à poser des questions indiscrètes. C'était tout moi ça, à changer du tout au tout comme ça !

Ainsi cela faisait vraiment un moment qu'une sorcière n'était plus venue ici ? J'étais heureuse de le savoir, non ce n'était pas ironique. J'étais encore amusée. Décidément, il m'avait mise rapidement à l'aise et pour cela je l'en remercie. Intérieurement évidemment, je n'aime tout de même pas me mettre en avant. Oui, mais être venue ainsi avec tout mon attirail d'illustratrice, c'était me vendre un peu non ? Je soupirais sans m'en rendre compte, il ne m'ennuyait pas au contraire, mais je ne savais plus que dire.
Heureusement, il a défié mon malaise qui faisait son intéressant pour se présenter. Ellias McInerty, Ellias c'était un joli prénom.
Il avait avancé sa main vers la mienne et s'était mise à la serrer. Pas fortement non, légèrement. Un frisson me parcourut l'échine et je ne pouvais me résoudre à la retirer rapidement. Alors j'attendis que les civilités d'usage se finissent pour l'enlever. Il me mettait à l'aise et même temps il m'intimidait. Étrange paradoxe ...
Oh ! Cela me faisait penser qu'il fallait que je me présente. C'était la moindre des choses et surtout ne pas passer pour une écervelée.


- Enchanté Monsieur. Pour ma part, je me présente : Sarah Mickaels. Hop ! Un petit sourire.

Je le vis s'éloigner pour reprendre place à son bureau ... Ben dis donc Sarah en moins de 5 minutes, tu l'avais déjà embousé. Chouette, seule chance d'avoir ne serait-ce qu'un avis sur tes travaux et pouf, tu l'avais laissé passer. Au profit de quoi ? De ta bêtise. Ma mine s'était assombrie, je pouvais repartir. Je m'étais présentée, et je l'avais ennuyé. Chouette bis.
Là encore je sursautais quand je compris que c'était encore à moi qu'il parlait ... Merlin, quelle Trollesse, je me fais pitié !


- Oui. Je veux en faire mon métier futur. Mais je sais que ce n'est pas gagné et qu'il y a une grosse compétition. Mais j'y arriverais ! Je suis déterminée ! J'avais levé le poing en souriant, signe d'une victoire future, du moins espérons-le ...

Outch. Les toiles de l'artiste qui exposait ... Oui, j'étais venue les voir et m'en inspirer. Je vais dire cela, mais en même temps ce n'était pas vraiment faux. Un petit mensonge, car le travail de cette femme était vraiment beau, et si un jour j'arrive à une telle renommée, j'en serais fière et je l'en remercierais car malgré elle, elle serait devenue mon mentor es peinture.


- Elle a un travail qui inspire. Si j'arrive à en faire autant au bout de quelques années, j'en serais fière.

Il se rapprochait ... Mais bouse, tu en as côtoyé des garçons non ? Alors pourquoi lui, il te fiche le moral comme une décérébrée ? Secouant ma tignasse blonde et reprenant mes esprits par la même occasion, je ne pus que sourire à sa question. En effet je n'étais pas venue pour cela.

- Non, en effet. Je suis démasquée. J'avais émis un petit rire. Non, je ... Ouh, le vilain fard qui allait colorer mes joues, et je m'étais vite employée à farfouiller dans mon sac en bandoulière pour en ressortir le pourquoi de ma venue.

Mes carnets. Précieux carnets tout de cuir vêtus. Rien que le fait de les sortir et de les lui montrer était un énorme pas. Je les tendais tremblante vers lui ...


- Voulez-vous bien les regarder ? Même si ce ne sont que les griffonnages d'une étudiante ?

Et voilà que je m'en mordais les lèvres de stress ... Bouse ! Vais-je en ressortir vivante de cette entrevue ?

Ou pas.

Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 14 Mai - 13:00

Cette jeune fille donnait l'impression d'être vraiment adorable, bien que peut-être un peu timide. Mais elle lui faisait un peu penser à sa sœur quand elle avait son âge. Ce n'était pas forcément un souvenir joyeux, Ellias avait encore mal après la nouvelle de la disparition de Livia, cependant cela commençait à s’atténuer et il pouvait commencer à repenser à elle avec nostalgie sans se mettre à avoir l'impression que son cœur allait se déchirer. Livia avait été timide de nombreuses années, presque tout le temps qu'elle avait passé à Poudlard, de onze à vingt et un an. C'est à dire beaucoup. Mais au final, elle avait finit par s'affirmer et était devenue l'équivalent d'une gueulante humaine.

Quoiqu'il en soit, cette Sarah semblait avoir une personnalité assez intéressante pour qu'on y regarde de plus près. Pour que l'on s’intéresse à elle et qu'on écoute ce pourquoi elle était venue. Donc Ellias lui octroya dans la seconde toute l'attention qu'il avait à disposition.

• Disons que je suis sûrement devenu le sorcier le plus moldu du pays. Au bas mot, répondit-il avec un grand sourire.

Et c'était la stricte vérité, sa baguette stagnait sur sa commode. En fait, elle l'était resté depuis sa sortie de Clover Spring, mais récemment, il l'avait récupéré en découvrant qu'il pouvait en avait encore l'utilité, surtout pour échapper aux foudres de Vicky, la co-propriétaire de la galerie. Bon, ce n'était pas comme ci Ellias lui effaçait la mémoire à chaque fois qu'il faisait quelque chose qui la rendait dingue, non ça n'était arrivé qu'à peine quelques fois. Et puis la dernière fois ne comptait ! S'il ne l'avait pas fait, c'était certain que Victrolla l'aurait tué à coup de mug à fleur. Elle n'aurait eu aucune pitié ! Ellias aurait été mort à l'heure actuelle s'il ne lui avait pas jeté ce sort là.

Il se retourna l'air nettement plus intéressé en entendant sa requête. Il avait donc bien eu raison de croire qu'il y avait quelque chose derrière sa timidité. Le jeune homme prit les carnets des mains tremblantes de la jeune fille avec un sourire encourageant. On aurait dit qu'elle pensait qu'il … quoi allait lui rire au nez parce à cause de ces dessins ? Il n'était pas du tout comme ça. Ça c'était plutôt le style des frangins Di Angelo. Et ça, jamais ô non jamais il ne voulait faire ça à quelqu'un qui s'était donné du mal pour faire quelque chose. C'était juste de la cruauté pure et dure.

• Bien sûr que je vais y jeter un coup d'œil ! ajouta t-il.

Les dessins allaient en s'améliorant à chaque fois qu'il tournait les pages. Et ils ne représentaient pas des sujets qui avaient un rapport entre elles. En fait, on aurait plutôt dit des souvenirs, des scènes de la vie quotidienne en tout cas. C'était joli, et elle avait vraiment du talent.

Ellias lui sourit en refermant le carnet et lui tendit.

• C'est du bon travail ce que vous avez fait là, commenta t-il en passant une main dans ses cheveux.

C'était vrai. Elle manquait un peu de technique, mais au moins cela ressemblait à quelque chose, ce qui n'était pas forcément le cas de tous les dessins qu'il avait tenu entre ses mains. Et il en avait eu des dessins entre ses mains, alors il savait parfaitement ce qu'il disait. Il avait de l'expérience, son regard était parfaitement formé à l'art. Enfin, parfaitement, cela aurait été abuser quand même. Personne n'avait un regard "parfaitement" adapté à l'art. Mais disons qu'il savait reconnaître quelque chose de prometteur d'une pure camelote.

• Vraiment. Je réitère mon conseil de persévérer.


Mais qu'est ce qu'il pouvait bien rajouter ? Il avait regardé les dessins de la jeune fille. Il avait donné son avis. Pourtant, Ellias savait parfaitement qu'elle voulait quelque chose de plus. On ne donnait pas à quelqu'un quelque chose à regarder quand c'était dénué d'arrière pensé. Mais, elle allait devoir le dire à haute voix si elle voulait quelque chose de précis, il avait beau être sorcier, il ne lisait pas non plus dans les pensées.

Il haussa donc un sourcil interrogateur dans sa direction.

• Mais qu'est ce que vous voulez vraiment entendre ? Je suis sûr qu'une étudiante de Poudlard à autre chose à faire en semaine que de venir à la capital pour avoir l'avis d'un galeriste. Non ?


Ellias avait été franc, même si d'après beaucoup de gens, faire preuve de délicatesse ne le tuerait pas. En tout cas, elle allait devoir être franche si elle voulait une réponse de la même trempe.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 14 Mai - 15:15

Il était gentil. Il me mettait sagement en confiance et moi malgré tout, j'étais toujours en mode overstressée ! Lui, n'y pouvait rien, j'étais ainsi. Je le regardais, je l'observais du coin de l'œil ... Rah, il m'intimidait quand même, je ne pouvais le nier mais j'aimais sa présence. Oh, il devait être ainsi face à tout le monde qui passe par ici, mais je me sens bien accueillie.
A cette idée, je lui souris. Je riais légèrement à sa réponse. Comme quoi, selon lui, c'était le Sorcier le plus Moldu du pays ? J'aimerais bien voir cela. Pas de baguette alors ... Du moins pas sur sa personne. En même temps, je n'ai rien à dire, la mienne est dans ma chambre, toujours cachée sous mon oreiller. Bien que je sois une Sorcière pure souche, je ne l'utilise pas souvent.

J'avais pris mon courage à deux mains et je lui avais tendu mes précieux carnets, la boule au ventre. De quoi avais-je peur ? Qu'il me rie ostensiblement au nez, en me disant que non, je n'aurais aucun avenir là dedans ? Probablement. Assurément même. Et qu'il en parle à tout ses collègues, qu'une étudiante n'ayant aucun niveau est venue se présenter à la Galerie en prétextant avoir ne serait-ce qu'une once de talent ? Et qu'ils se marrent tous autour d'un Whisky Pur-Feu en célébrant ma bêtise ?
C'était cela que je redoutais le plus, que même là tout seul, il ne puisse s'empêcher de ricaner. Je voyais bien ma sortie théâtrale, les larmes perlant au coin des yeux, et la reprise violente des carnets de ses mains en le foudroyant quand même du regard ... Et de ne plus revenir dans les parages, car ce n'était pas la première fois que je venais fureter. Mais c'était bien la première fois que j'y pénétrais. J'attendais avec horreur le verdict, qu'il me tombe vite dessus et que je sois au courant de ce qu'il pense.
Je me mordais les lèvres au sang quand j'entendis cette phrase qui fit tomber les barrières de ma perturbation.

Il aimait ce que j'avais fait ? Mes yeux s'écarquillèrent sous la surprise, et de suite après il pouvait être certain que je souriais grâce à lui. J'étais soulagée, heureuse. Je ne pouvais croire qu'il avait dit cela, juste par pur sadisme si cela s'avérait faux. Si c'était le cas, mon poing aurait rencontré sa figure ! Oh il n'aurait pas eu mal avec ma force de mouche, mais je l'aurais quand même amoché. Non mais !


- C'est vrai ? C'est vrai ? Vous êtes sûr ? Là, pour sûr, il devait me prendre pour une sale hystérique. Manquait plus que le hurlement dans les oreilles pour lui perforer les tympans et c'était gagné. Mais je décidais de remettre cela à plus tard !

Là encore, je ne pouvais qu'apprécier ce qu'il me disait. Le conseil était de persévérer ! Pour sûr que j'allais le suivre à la lettre. Entre temps j'avais récupéré mes précieux ouvrages que je feuilletais rapidement en souriant avec nostalgie. Des scènes de la vie quotidienne ... On voyait mon grand frère, dessiné en train de boire un verre à la table familiale. J'avais axé sur son regard, si triste en le regardant bien. D'ailleurs, je n'avais jamais fait vraiment attention. Mon sourire s'était subitement éteint, de voir mon frère me mettait chaque fois dans des états insoupçonnés.
D'un coup sec, je refermais mes deux carnets et je les remettais dans mon sac. Là par contre la phrase qu'il me dit, me fit pâlir ... J'étais venue dans un but bien précis, ça il l'avait deviné. Mais j'allais lui dire quoi ? Que plus tard, je comptais exposer ici ? Il ne voudra sûrement pas. D'un autre côté, à quoi bon lui mentir ? Ça ne me servirait à rien.
Alors autant être honnête non ? Cela m'avait toujours servi l'honnêteté, on verra bien si ça payera aujourd'hui. Ou si, pour une fois, je peux me tromper.

Il me trouble car je sens un regard insistant et dans cette phrase débordante de franchise, j'ai encore un peu la pression. Et je n'aime pas cela ! Vraiment pas.


- Non, en effet une étudiante de Poudlard a bien mieux à faire en semaine ... Non, je suis venue parce que je voulais un avis objectif, autre que celui de mes amis ... L'avis d'un professionnel qui s'y connaît. Car les amis, ça forge une idée, mais pour ne pas vexer, il se peut qu'ils ne soient pas honnêtes et mentent sur ce qu'on veut entendre. Alors, je voulais votre avis déjà ... Et euh.

Et quoi ? Tu vas la sortir la raison première de ta venue ici ? Ou tu n'as, comme toujours, pas le cran de le faire ? Et tu repartiras bredouille, en ayant dit, comme chaque fois, la moitié de ce que tu voulais réellement dire ! Allez du cran, il ne va pas te tuer, déjà que tu as eu un avis assez positif de sa part ... Mais la Peur paralyse mes lèvres et là je suis certaine qu'il me rira au nez et qu'il en parlera à ses collègues.
Mais autant avoir une gêne maintenant non ? Après tu pourras repartir avec de la fierté au coin des lèvres, car tu auras dit la vraie raison de ta venue ici ! Plus le temps de reculer !


- Je suis venue, c'est vrai pour avoir votre avis. Mais ma raison première, c'est que ...après mes études, j'aimerais exposer en ce lieu, et que vous soyez mon Mécène.

Voilà, c'était dit. Avec une petite voix à la fin, où il devait se pencher pour bien entendre. Puis hé, pourquoi ne pas le clamer haut et fort avec de l'assurance ! Car là, il pourrait croire que tu n'es qu'une dégonflée ! Non et non ! Je ne devais pas montrer cela, car comment ferais-je quand je serais confrontée à cela dans le monde du travail ? Je me ferais marcher sur les pieds comme une pauvre gamine qui n'aurait même pas sa langue pour s'assumer ?
Non. Hors de question.


- Voilà, quand j'aurais fini mes études, j'aimerais exposer dans cette Galerie qui me plaît tant et que je pensais inaccessible et j'aimerais aussi que vous soyez mon Mécène !

Voilà, c'était dit. Le peu d'assurance que j'avais pu glaner en prononçant ces mots, s'éteignit rapidement ... Pourquoi ?
Qu'allait-il répondre ? Dans mon esprit toujours rêveur, j'aimerais quelque chose d'optimiste.

Merlin, s'il vous plaît.


- Mr MacInerty, vous en pensez quoi ? Avais-je demandé de ma voix douce.

Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 14 Mai - 18:56

Sa réaction était plutôt inattendue. Comment dire ? En général, les peintres ou autres artistes qui venaient ici dans le but de se faire exposer savaient d'avance que ni Victrolla ni Ellias n'allaient le leur refuser, bien au contraire. Donc, il n'y avait pas d'effusion de ce genre après une signature de contrat. Juste un vague sourire joyeux et la demande d'une coupe de champagne ou d'un quelconque présent sur le compte de la maison ( à savoir le porte-feuille des gérants, qui déjà ne roulaient pas sur l'or). Il y avait bien entendu quelques exceptions, hein ! Ils n'étaient pas tous comme ça non plus ! Le dernier, Julian Cavendish l'était - mais bénis soient les dieux ! Il avait rejoint l'Amérique du Nord, le pays d'Antarès. Et franchement, bon débarras. Il était prétentieux, vaniteux, égocentrique, égoïste, chiant comme la plus, imbu de sa personne et avait l'haleine d'un rat crevé.

Bref, ce qui était aberrant dans la réaction de cette Sarah, c'était qu'il ne lui avait même pas annoncé qu'il acceptait de l'exposer. Il lui avait simplement dit qu'il aimait bien ses dessins. C'était une réaction amusante et … assez inquiétante en fait. Mais bon, tout le monde est différent, si elle voulait être exubérante à la moindre bonne nouvelle, et bien c'était son choix, et elle faisait comme cela lui chantait. Il n'avait pas de leçon à lui faire. Et si quelqu'un devait lui faire une leçon, quelle qu'elle soit d'ailleurs, Ellias serait bien la dernière personne sur la liste de ses professeurs potentiels.

Et puis, de toute manière, quelle sorte de leçon est ce que l'on pourrait lui apprendre ? A l'heure actuelle, s'entend. Ce n'était pas un crime de réagir plus passionnément que d'autres personnes. Par contre, on pouvait essayer de lui faire comprendre que c'était une qualité de savoir camoufler ses réactions, c'était un avantage de pouvoir ne rien laisser deviner lorsque par exemple on menait une affaire, une négociation ou que l'on était à la tête d'une mission pour la Résistance, et le cas était très certainement réciproque chez les Opposants. Faire preuve d'un sang froid à toute épreuve était un don, et ce n'était pas négligeable. Si le jeune homme devait revoir Sarah plus tard, et dans un autre contexte que celui où il se trouvait être le Grand-Homme-Qui-Semble-Faire-Peur, il pourrait peut-être se permettre de faire un commentaire à ce sujet.

Elle semblait sympa à connaître, alors le conseil passerait sûrement très bien. Enfin c'était une hypothèse et en général, il préférait ne pas s'écouter. Il était très fort dans l'art de faire des hypothèses qui se révélaient être très fausse en général. Genre, son neveu restait des heures devant ses cartes de chocogrenouilles parce qu'il avait des pitiponks dans les oreilles qui lui embrouillaient la tête ("Bah non tonton, c'est juste que j'aime bien les lire"), ou encore, son ami Flynn était en retard parce qu'il s'était fait attaqué par des maraudeurs sortis d'un plan parallèle maléfique ("Je vous dis pas la scène que m'a fait Kaitlyn parce qu'elle ne trouvait plus son nimbus !"). Sa vie était tellement ininteressante, et pourtant il était un sorcier, c'était un comble ! En attendant, ce n'était pas étonnant qu'il se fasse des films pour essayer de rendre son existence un poil plus existante. Le problème c'était qu'après ses hypothèses se révélaient toujours et irrémédiablement fausses.

Il préféra donc s'occuper du monde réel que celui qui bouillonnait sous sa tête et qui lui faisait faire des rêves vraiment spéciaux la nuit. Et c'était finalement une bonne résolution puisqu'il atterrit au moment où elle disait quelque chose de marrant. Lui, un professionnel, s'il n'avait pas été si touché, il en aurait éclaté de rire. Mais c'était la cravate, elle forçait le respect. Les gens pensaient toujours qu'il était le patron …ou en un expert dans le cas présent, dès qu'il prenait le temps de mettre un nœud au col de sa chemise.

• Et bien, vous n'auriez pas pu trouver pire comme professionnel,
expliqua t-il avec un grand sourire. Je gère plus la gestion que la partie art dans cette galerie. C'est plutôt ma collègue qui s'occupe de ça.

A ce propos, est ce qu'il devait aller la chercher pour lui montrer le carnet de cette étudiante ? D'un côté, cela ferait sûrement plaisir à la jeune fille de savoir qu'Ellias pensait assez bien de son travail pour en référer à sa supérieure. Néanmoins, pour une fois, Vicky était de bonne humeur. Alors la question était plus : est ce qu'il allait prendre le risque de la mettre en pétard ? C'était bien la première fois qu'elle ne lui offrait pas un regard noir le matin quand il arrivait à la galerie, et même qu'elle souriait. Même s'il soupçonnait que le fait seul que pour une fois il soit arrivé à l'heure en soit la cause, Ellias pensait plutôt que c'était à son nouveau petit qu'il devait sa bonne humeur.

Bref, il n'avait pas assez profité d'une journée sans avoir à supporter les foudres de Miss Meyer. Il préférait qu'on lui laisse encore quelques heures savourer le silence de la galerie où il entendait d'habitude les cris de son ami. Cris, qui en général étaient à son attention seule.

Non pas qu'il trouve que le travail de Sarah Mickaels ne soit pas à la hauteur de ce que pourrait attendre Vicky, loin de là, il avait été honnête en disant qu'il aimait son travail. Mais il préférait juste ne pas prendre de risque inconsidérés. Et il y avait une raison à son accès de lacheté : un artiste s'était bien beau, mais il préférait quand même travailler avec quelqu'un qu'il appréciait un minimum. il était hors de question qu'ils exposent par sa faute une dessinatrice prétentieuse et imbue de sa personne. Plus jamais il ne voulait revivre cet enfer. Donc le plan était d'échanger quelques mots avec elle avant de ne faire quoi que ce soit. Aller chercher Vicky par exemple.

• Mais bon, vous avez mon avis au moins.

Après tout, c'était ce qu'il avait cru comprendre qu'elle voulait. Et même s'il l'avait détrompé sur son statut de professionnel de l'art, un avis différent de celui de ses camarades de chambres qui avaient l'habitude de la côtoyer et qui adaptaient leur jugement à leur relation avec la dessinatrice : les amis disaient que c'était génial, et les ennemis disaient que c'était à se crever les yeux pour ne plus jamais à avoir à supporter cette vision encore une fois.

La clochette de la porte de la galerie tinta derrière eux, il se retourna pour voir l'un des habitués des soirées de la galerie et sa dernière conquête ne date apparemment, entrer avec un sourire. Et voilà ! Les premières personnes arrivaient dans la galerie, la période calme était révolue pour aujourd'hui. Au plus grand désarroi d'Ellias d'ailleurs.

Sa dernière phrase n'était peut-être pas forcément la chose à dire parce que sa déclaration suivante fut carrément inaudible, même pour ses oreilles à lui. Et son ouïe était vraiment très développé pour un être humain lambda.

Heureusement, elle du remarquer son air contrit d'avoir fait quelque chose qui lui avait interdit l'information qu'elle avait à lui communiquer. Pourtant, il ne s'était pas moqué d'elle. Il lui avait donné son avis, et il lui avait juste rappelé ce qu'il valait dans le milieu de l'art - à savoir pas grand chose, hé ! Il n'avait pas fait Moon Shaddow lui ! Ni aucune école d'art comme Victrolla ! - mais ce n'était pas le genre de chose qui fâchait, si ?

Et quand elle se décida à répéter - sûrement sensible à son pauvre air malheureux de perdu et (et son expérience en tant que perdu dans sa jeunesse lui avait appris deux choses : le fonctionnement d'une carte, maintenant il avait une boussole implantée dans la tête, et ce visage qui rendait les gens plus ouverts à l'aider à résoudre ce qui l'embêtait). En entendant ce qu'elle avait dit, il éclata de rire. Ce n'était vraiment pas un rire moqueur, et on songeant à ça, il essaya de toutes ses forces, et avec grand succès, d'arrêter de rire pour reprendre contenance.

C'était ce qu'elle avait dit qui était assez drôle, surtout lorsque l'on connaissait l'était du compte en banque du jeune homme. Heureusement qu'il cumulait deux jobs, parce que sinon les araignées auraient depuis très longtemps élus domicile dans son coffre-fort à Gringotts.

• Et bien, malheureusement, je suis loin d'être aussi riche que le plus pauvre des mécènes. Mais alors vraiment.

Et voilà qu'avec ses grands sabots, il brisait sauvagement les rêves d'une jeune étudiante. Il allait devoir dire quelque chose pour lui faire comprendre que ce n'était pas par méchanceté qu'il disait cela, c'était juste la pure et simple vérité. Il ne pouvait pas devenir mécène sauf s'il gagnait au loto moldu. Quatre ou cinq fois au moins.

Il posa donc sa main sur son épaule pour la faire pivoter distraitement vers les deux autres personnes présentent dans la salle. Le mécène et sa compagne. Faisant mine de la faire s’intéresser à un des dessins d'Ali, il lui chuchota à l'oreille.

• Vous voyez cet homme là-bas. C'est l'un des mécènes le plus présent de notre galerie. L'année dernière, il a entretenu deux des artistes que nous avons exposés pendant quelques mois, ils ont leurs propres studios maintenant.

Maintenant il lui faisait miroiter des trucs inutilement, et elle devait sûrement se demander pourquoi est ce qu'il lui disait cela s'il ne se pressait pas pour les présenter tous les deux. Ce qu'il n'allait certainement pas faire car il connaissait assez bine Mr. Kliven pour savoir qu'il détestait être dérangé avant midi, et il ne supportait déjà pas qu'on lui souhaite simplement une bonne journée, alors investir son espace vital pour lui présenter une étudiante en dessin n'était peut-être pas la meilleure solution pour s'attirer ses bonnes grâces. Et s'il voulait aider Sarah, s'attirer les foudres d'un des mécènes les plus influents de Londres n'était certainement pas la meilleure technique à employer.

Il tira donc la jeune femme vers son bureau où il farfouilla pour trouver de quoi écrire quelques renseignements qui allaient sûrement être utiles à la jeune fille. A savoir la date du prochain vernissage auquel étaient invités les noms les plus influents dans le domaine de l'art. Pour tous les artistes, c'était le genre de soirée qu'il ne fallait manquer à aucun prix.

• Et les gens comme lui qui ont assez d'argent pour croire même en le talent d'un cochon manchot viennent à toutes les soirées qu'organisent les galeries comme la nôtre par exemple. La prochaine que nous organisons est dans dix jours. Vous pourriez peut-être venir et faire connaissance dans la foule, conseilla t-il. Au moins, vous pourrez toujours dire que vous vous donnez les moyens de réussir.

Voilà, c'était sûrement le meilleur conseil de la journée qu'il lui donnait. Et en plus, il faisait en sorte qu'elle puisse le suivre. Franchement, Ellias était un saint certains jours, et les personnes comme Ali ou Sarah ne pouvaient pas dire le contraire !
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 14 Mai - 19:50

J'avais toujours en moi le sentiment d'être en dessous des autres et que ces mêmes autres étaient bien plus forts que moi. Mon frère, essayait toujours de me persuader du contraire, mais butée comme je le suis, je ne le croyais jamais.
Le manque de confiance en moi était quelque chose d'horrible, car on avait beau me dire que j'avais du talent, comme c'est le cas ici, je doutais toujours de moi. Ellias était gentil avec moi, ça je pouvais le remercier et surtout d'avoir de la patience, car je n'étais jamais facile à gérer. Mon frère aussi, ne savait pas comment jongler avec mes états d'esprit, et pourtant il y arrivait.
Et lui aussi, je le remercie pour cela ! Il me manque mais en même temps, je me dis qu'il aurait été fier de moi, d'avoir bravé mes propres interdits pour m'être rendue ici. J'aurais vu de la fierté dans ses prunelles bleues et cela m'aurait remplie d'un feu bouillant et nouveau. Mais il n'est pas là ! Mais je lui dédie ma potentielle réussite.
C'est lui qui m'a encouragée à poursuivre cette voie et c'est lui qui fut le sujet principal de mes croquis, juste avant sa mort.

J'étais repartie dans mes idées sombres et obscures, toujours à penser à mon grand frère dans des moments importants pour moi. Là, je suis désolée grand frère, mais j'aimerais que tu me laisses tranquille, cette fois ci c'est de moi qu'il s'agit. Chassant tout ce qui brouille mon esprit en secouant ma chevelure blonde, je regardais mon interlocuteur. Là il me faisait sourire, et douter dans la même minute. Il était professionnel, mais en même temps que gérant.
J'arquais un sourcil interrogative, mais j'avais son avis et c'était le plus important. Peut-être devait-il toucher un mot de ma venue au responsable ? Mais ce dernier, n'a aussi peut-être pas le temps pour une simple étudiante ... Je le conçois en même temps. Mais comme je l'ai dit, j'avais son avis et ça, ça me plaisait. J'aurais dans un futur proche celui du responsable. Qui sait ?
Je ne perdais pas espoir, ce n'est pas le moment de revenir avec mes vieux démons.

Je fus sortie de ma contemplation pensive par une sonnerie de clochette. Mais auparavant, je lui avais fait part de mon désir de l'avoir comme futur Mécène ... Et là, je stressais d'entendre sa réponse !
Je fus surprise d'entendre son rire ... Il riait ? De moi et de mes bêtises ? De mes fausses espérances ? Instinctivement je fronçais les sourcils, prête à dire quelque chose de fâcheux, mais juste à ce moment il se stoppa.
Et là ce fut le coup de grâce ... Mon regard se posa sur lui avant de se détourner de sa personne. J'avais été bien trop stupide, qu'est-ce que j'espérais ? C'était peut-être sa façon à lui de remballer les gens ? En douceur ?
Sursautant quand je sentis sa main sur mon épaule, et encore plus quand il me fit pivoter vers les deux personnes qui étaient rentrées quelques instants plus tôt.

Ainsi donc, c'était le Mécène et sa compagne ? Et moi, je ne pus m'empêcher de rougir quand il me murmura cette information à l'oreille ...
Et pourquoi s'il les connaissait, il n'allait pas m'introduire ? Pas le temps, et ce genre de personne haut placée ne voudrait surement pas être dérangée par les illusions d'une pauvre étudiante !


- Ah d'accord. Et euh, vous pensez que s'il a du temps à me consacrer, je pourrais éventuellement prétendre à une entrevue ? C'était peut-être une question en l'air et qui n'aurait jamais de réponse, mais qui ne tente rien n'a rien.

Pas la peine de se poser trop de questions, qu'il m'emportait déjà vers son bureau ... Et moi de rougir ! Je le voyais trifouiller et farfouiller dans des papiers, chercher des stylos pour m'écrire quelque chose. Et j'écoutais en même temps ce qu'il me disait, que si je venais à la prochaine soirée qui aura lieu ici, je pourrais éventuellement le rencontrer et faire connaissance avec d'autres personnes influentes ? Pour sur que je viendrais ! Pour rien au monde, je ne raterais cela !
Je lui souris, trop heureuse que peut-être, lors de cette soirée, je me ferais connaitre !


- Merci ! Merci ! Merci de m'aider ... Ellias ... ! Et voilà, en plus de rougir telle une Bécasse avec un grand B, je vous prie, je m'étais jetée dans ses bras, les larmes aux yeux. Le pauvre, il devait vraiment me prendre pour une folle à tendance fortement schizophrène et dérangée du chaudron.
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Sam 14 Mai - 21:58

Sa première question était justifiée, il n'avait pas vraiment prit le temps de lui expliquer pourquoi est-ce qu'il ne l'avait pas présenté à Kliven et femme. Bon lui savait que Mr. Kliven avait un jour frappé à coup de prospectus un des frères Di Angelo, pour le plus grand plaisir d'Ellias qui était alors présent et qui s'était réjouit de la mine déconfite de l'un de ses adversaires. Ce souvenir faisait partie du top t'en de ses meilleurs souvenirs et il n'était pas prés de bouger du classement avant un long et bon bout de temps. Mais elle avait donc raison de poser la question.

Et Ellias allait devoir lui expliqué patiemment qu'elle n'allait pas pouvoir s'approcher du Mécène au risque de se prendre la plante en pot dans l'entrée de la galerie. Ce qu'il aurait du faire avant de lui tendre le papier pour le vernissage. Il ne voulait pas la laisser penser qu'il était assez méchant pour faire exprès de ne pas la présenter à, encore une fois, une des personnes les plus influentes de la capitale anglaise. Et encore, le jeune homme était pratiquement certain qu'il avait ses invitations aux soirées à des endroits comme le Moma de New York ou d'autres musées prestigieux.

Il rajouta donc les horaires auxquelles elle devait arriver pour ne pas être ni trop en avance ni en retard. En général, Vicky était plus conciliante avec les gens qui n'arrivaient pas comme des fleurs au beau milieu de son discours de bienvenue où elle parlait de tous les évènements artistiques de la nouvelle saison. C'était déjà arrivé à un jeune sculpteur, deux ans auparavant. Il avait ouvert la porte en fracas en plus de ça ! Et il n'était ni rasé, et on aurait dit qu'il avait enfilé des vêtements qui avaient passé la semaine roulés en boule sous son lit. Étrangement, elle avait mit fin à son contrat dans la demi-heure. Depuis, Ellias donnait l'heure d'arrivée à environ vingt minutes avant le début du discours de sa collègue. Il préférait éviter le lynchage en public, surtout pour les plus jeunes et ceux qu'Ellias jugeait assez sensible pour être détruit mentalement par le venin de Miss Meyer. Elle pouvait se montrer plus cruelle qu'une gorgone quand elle avait quelqu'un dans le nez.

Entre de mauvaises mains, Victrolla Meyer saurait sûrement se révéler être une arme de destruction massive avec un potentiel destructeur d'au moins quatre vingt dix neuf pour cent. Au bas mot, vraiment. Elle avait le regard de Méduse, le Venin de Python, le caractère d'Achille, elle avait forcément été crée par les dieux grecs pour punir le commun des mortels. Qui sait, un jour, ils l'activeront peut-être pour réaliser leurs sombres desseins. Et ce jour là, Ellias espérait être très loin d'ici. Et en fait, il plaignait aussi son petit-ami, tout en se demandant comment il avait réussit à l'aborder sans se recevoir une poignée de cailloux.

C'était ce qu'Ellias avait du se prendre avant de pouvoir s'approcher de la gamine de sept ans qu'elle était. Il fallait quand même l'imaginer, une gamine teigneuse déjà dès l'âge de sept ans, cela promettait pour l'avenir. Elle l'était restée, teigneuse et peste au fur et à mesure qu'elle grandissait, laissant dans son sillage nez cassés, cheveux arrachés, perspective de carrière de castrat pour certains et présidente de club de gens traumatisés au lycée. Dans un milieu particulier, on parlait de requins et de géants pour définir ceux qui avaient réussit et qui se trouvaient en haut. Victrolla était les deux, c'était un requin - et elle avait vraiment déjà mordu des gens qui l'avait énervé, puis gagné les procès pour coups et blessures - et c'était une géante, comme elle le disait elle même : à quoi servait son immense salaire s'il ne lui permettait pas de s'acheter des chaussures aux talons si haut qu'elle pourrait entrer dans le livre Guiness des records. Cette femme était imposante et terrifiante. Sublime et effrayante et c'était aussi l'amie d'Ellias. Des deux, c'était lui qui avait le plus à gagner de cette amitié. Et il n'arrêtait pas de se le rappeler tous les jours où il devait la côtoyer.

• Oui bien sûr ! Mais pas ce matin, il est aussi sympa qu'un ours en hiver quand il est dix heures. Mais si vous venez, il sera nettement plus avenant dès qu'il aura bu quelques verres.

Il ajouta à sa déclaration un sourire joyeux.

Et le jeune homme aurait certainement du s'abstenir car la seconde d'après elle se jetait dans ses bras en le remerciant. Alors qu'il n'avait vraiment pas fait assez pour mériter que l'on remercier pour quoique ce soit. Il rétablit juste rapidement leur équilibre commun avant de reprendre la parole.

• Euh … De rien … Sarah.

Il lui tapota le dos maladroitement en s'appuyant sur son bureau. Si Vicky sortait de son bureau à ce moment là, Ellias était mal. Même plus simple que ça, il était juste mort en fait. Pas physiquement, elle avait encore besoin de lui - s'était ce qu'elle disait quand il demandait pourquoi est ce qu'il ne se débarrassait pas tout simplement de lui quand elle était vraiment en colère (elle oubliait par inadvertance les disputes les plus virulente) - mais mentalement, elle le descendait pendant au moins une semaine avant de se calmer un peu. De lui offrir un peu de répit pour qu'il pleure tout son saoul. Bon, il ne le faisait pas, mais il avait l'impression que ça la rendait joyeuse de croire qu'elle était capable de faire pleurer un sorcier.

Ils n'en avaient jamais parlé, mais si elle osait le narguer en disant qu'elle était capable de le faire pleurer, et si un jour elle le faisait vraiment pleurer, il prendrait une potion d'allégresse rien que pour la faire bisquer. Qui aime bien châtie bien, était bien un dicton moldu ? Et il allait parfaitement dans la situation présente. Il l'aimait et il la détestait comme elle le faisait en retour. Leur amitié était donc obligée de marcher. C'était cosmique.

Tellement cosmique que sa collègue avait du entendre l'appel aux dieux que faisait Ellias pour qu'elle ne sorte pas de son bureau à ce moment là. Elle avait du le capter avec ses antennes extra terrestres. Vicky avançait avec sa démarche de flamant rose coincée dans sa jupe de tailleur beige. Et elle avançait relativement vite sachant qu'elle avait les jambes coincée dans un truc aussi étroit. Quoiqu'il en soit, elle s'arrêta pour le regarder ébahie avant qu'un sourire amusé se dessine sur ses lèvres.

Ellias saisit la jeune fille par les épaules et l'écarta doucement. Il saisit derrière elle le regard allumeur de Compagne Kliven. Oh là la.

• Bien. Je pense que vous viendrez donc la prochaine fois, dit-il. Il faut une tenue de soirée digne de ce nom.

Victrolla décida d'arriver, repérable à des kilomètres à la ronde grâce au concert qu'offrait le duo de ses deux talons sur le bois du sol de la galerie. Elle posa son coude gauche sur l'épaule d'Ellias et tendit son autre main libre vers la jeune fille avec un sourire purement commercial.

• Bonjour ! Je suis Victrolla Meyer, co-proprietaire de cette galerie. Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Dim 15 Mai - 9:43

Je l'avais vu me rajouter les horaires sur sa petite feuille qu'il me tendit et que je m'empressais de ranger tel un précieux trophée dans une poche de mon sac. Évidemment si je devais venir, je devais soigner ma toilette et ne pas ressembler à une évadée d'Azkaban ... Je crois que je devrais refaire appel aux talons et oublier mes baskets. Il est certain que là aussi, j'avais un challenge à relever, bien m'habiller serait déjà une bonne impression pour mon précieux interlocuteur. Et je me devais de le faire !
Note pour moi-même : faire les boutiques, telle une jeune fille civilisée ! Il faudra que je prenne sur moi pour ne pas avadakedavrariser tout ce qui pourra traîner en ville. Le monde m'étouffe, ce n'est pas ma faute. Là parler en duo ça va, je me sens relativement bien, ce sera après que ça se complique.
Oh hé, en plus je pourrais peut-être voir l'artiste qui expose ses tableaux en ce moment et la rencontrer ... Je lui poserais une tonne de questions, la pauvre ... Et, je pourrais ... Non, rien. Voilà que je repartais dans mes affabulations débiles.


- Oui ! Je viendrais ! Je répondais à Ellias avec un grand sourire avenant.

Par contre pour la suite, je ne sus pas du tout ce qui me traversa l'esprit. En effet, trop heureuse et démonstrative, je lui avais sauté dans les bras. Juste le temps d'avoir un peu de cette chaleur "fraternelle" qui me manque atrocement. L'étreinte ne dura pas longtemps, mais il n'y mit pas fin brutalement, doucement même. Alors là, comment le regarder en face ? Je ne vous dis pas le fard rougissant qui envahit mes joues d'ordinaire si pâles à cet instant précis ... J'émets un petit rire nerveux avant de m'excuser d'avoir été trop démonstrative.
Mais j'étais soulagée, j'étais déjà rentrée ici. Un point pour moi ! Je lui avais montré mes carnets, un deuxième point ... Et surtout je pouvais peut-être prétendre à une entrevue prochaine avec le grand Mécène qui avait lancé pas mal d'artistes sur le marché. Après cette journée, je m'étendrais sur mon lit, le sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux ...
Je sentis sa main dans mon dos, me tapotant légèrement, j'eus un petit sourire gêné à son encontre. Je culpabilisais pour ce que j'avais fait quelques instants plus tôt.
Je regardais encore la Galerie, qui n'était plus si impressionnante désormais, car j'avais touché un petit peu, mon rêve du doigt. Ellias me sortit de mes pensées en me rétorquant quelque chose à laquelle j'avais déjà pensé. Pour la soirée, une tenue adéquate ... Je n'allais pas venir en jogging, mal coiffée et pas maquillée ! Même si je prônais le naturel au quotidien, je savais me vêtir pour les grandes occasions, surtout si j'étais en première ligne !


- Oui, j'y ai déjà pensé. Ne vous inquiétez pas. J'avais terminé ma phrase avec un autre sourire avant de me figer totalement. Qui était cette femme hautement perchée sur des talons démesurés ? Et vêtue d'habits hautement splendides ? Si Ellias était Gérant, elle devait être la Responsable non ? Mon fard aux joues était parti comme il était venu, impressionnée par cette femme au caractère sûre d'elle ! Ce serait à cela que j'aimerais ressembler quand j'aurais fait ma place en tant qu'artiste, mais le sourire en plus !

Elle dégageait une Aura d'une telle puissance, que j'en étais écrasée. C'était elle, que je devais avoir dans "ma poche" comme on dit. Car si je venais attifée telle un Épouvantail, je pouvais dire adieu à un potentiel vernissage de mes œuvres.
Je la vis poser son coude sur l'épaule d'Ellias. C'était sa petite amie ? Ils travaillaient en tant qu'associés ? Ou ce n'était rien du tout ? Sarah, ne fais pas attendre la Dame en beige ... Elle me tendit sa main, que je serrais. Pas fortement, ni mollement. Je dirais au juste milieu. Elle m'offrait un sourire qu'on offre par simple politesse commerçante, moi j'y répondais avec un sourire avenant et sincère.


- Enchantée, Miss Meyer, Sarah Mickaels en première année à Moon Shadow ! Quelque chose à ajouter en plus ? Car là, elle va te faire sortir de la Galerie car tu ne l'intéresseras sûrement pas.

- Ce n'est pas la première fois que je viens ici, enfin si, c'est bien la première fois que je pénètre en ces lieux ... Et je voulais montrer mes croquis à quelqu'un de plus expérimenté et ayant un regard critique sur l'Art. Je les ai montrés à Mr MacInerty pour avoir un avis. Ça va, jusque là pas d'hésitations, ni aucun bégaiements, bien qu'elle m'écrase toujours par ce qu'elle dégage ...

Elle devait les voir aussi mes carnets pour s'en faire une idée non ? Là par contre cela posait réel problème. Ellias avait dit que j'avais du talent et que je devais persévérer et elle, elle dira quoi ? "Ma pauvre fille, Ellias a été gentil pour ne pas que tu fuies, c'est tout !". Je me préparais à toutes les éventualités ! Toujours souriante, je refarfouillais dans mon sac, revérifiant au passage si je n'avais pas abîmé le papier qu'Ellias m'avait donné. Non, il était toujours là et en bon état. C'était déjà ça !
Je ressortais mes précieux carnets, en une seule journée, deux personnes ont pu les voir ! Grand exploit que celui-ci, dis donc ! Je les tendis vers la femme, cette fois-ci avec l'idée de n'avoir plus rien à perdre et d'accepter ce qu'elle aura à me dire.

Que ce soit bon ou mauvais, qu'importe, mais que j'ai son avis.


- Miss, pouvez-vous y jeter un œil je vous prie ?

Voilà, désormais ça passe ou ça casse ! Mais j'opterais plus pour que ça passe tout de même. Je souriais à Ellias, heureuse de la perspective prochaine de le revoir, enfin peut-être ...
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Jeu 19 Mai - 8:39

• Une sorcière ! Youpi super !, soupira t-elle en levant les yeux au ciel.

Vicky n'était pas raciste des sorciers. C'était juste qu'elle n'aimait pas tout ce qu'elle ne pouvait pas contrôler. Chieuse à tendance tyrannique ? Oui, on pouvait dire ça d'elle. Vicky n'en restait pas moins la meilleure patronne qu'Ellias n'avait jamais eu. Pour le peu qu'il en avait eu bien sûr.

Mais Victrolla et les sorciers, disons qu'Ellias était le seul qu'elle tolère à peu près. Enfin, elle restait poli avec les autres, une politesse froide et distante. Elle savait de quoi ils étaient capable et elle n'avait pas envie de faire les frais des mauvais côtés de la magie - les métamorphoses, les sortilèges de morts, les sortilèges négatifs et la mort bien sûr - ce qui l’intéressait dans la magie, c'était seulement tout ce qui pouvait l'aider ou lui faire de la pub. En fait, tout ce qu'elle pouvait se mettre sous la main pour accroitre sa réputation dans le milieu de l'art. Ce qui faisait d'elle un requin doublement dangereux. Du genre que s'il vous rate, y'a son copain le poisson-chat qui débarque pour récupérer sa proie d'un coup de baguette et la lui livrer directement dans la bouche. Le poisson-chat, c'était Ellias bien sûr.

Parce que lorsqu'elle n'arrivait pas à convaincre un artiste potentiellement exposable par l'assurance et l'autorité qu'elle dégageait, et bien elle envoyait le jeune les séduire par sa maladresse et son manque total de professionnalisme. Sa technique marchait en général, et c'était ça le pire.

• Son avis n'a pas du être très positif, vu qu'il n'a fait aucune étude en art dans son école de dingue, assena t-elle en tendant la main pour prendre les carnets.

Aoutch. Dans les dents Ellias. Il se dégagea de son coude avec un regard blasé. De toute façon à quoi bon répliquer, elle s'arrangeait toujours pour avoir le dernier mot. Elle était gentille d'habitude, et en plus, elle semblait de bonne humeur un quart d'heure plus tard. Qu'est ce que lui avait fait son petit ami entre temps ? Ou est ce que c'était la présence de deux sorcier dans la même pièce qui lui mettait les nerfs en pelote comme ça ? Elle était compréhensible de temps en temps. Elle avait pas eu sa dose de cawa ou elle refusait de s'alimenter pour protester sur le fait qu'il se soit servit de la magie pour réparer son mug préféré qui avait été pulvérisé au dernier vernissage ?

Il releva un visage compatissant vers la jeune fille. Vive l'image que sa patronne donnait d'elle quoi ! Puis il jeta un regard pour voir en était Vicky dans son observation du travail de Sarah. Et malgré le fait qu'il connaisse l'opinion de son amie sur son gout artistique, Ellias n'ignorait cependant pas qu'elle avait bien travaillé et que c'était vraiment du travail prometteur, et qu'elle n'avait pas à la ramener normalement. Au pire, une petite réplique acerbe comme elle le faisait tout le temps. Mais Sarah n'avait pas non plus eu une formation professionnelle si le jeune homme avait bien compris. Et Vicky ne pouvait donc pas critiquer sans prendre en compte ce détail, et même si elle n'aimait pas beaucoup les sorciers et les sorcières et même, Sarah n'avait pas l'air d'une ennemie féroce, même Victrolla ne pouvait pas se sentir menacée par elle.

• C'est pas mal, admit-elle difficilement. Il y a un manque de technique apparent.

Ah, la voilà la petite remarque acerbe, Ellias lui fit les gros yeux, mais elle ne releva pas le regard pour pouvoir bénéficier de ce reproche visuel.

• Encore quelques années de travail et on pourra t'exposer ! conclut-elle joyeusement en refermant son carnet et en le rendant à la jeune femme. Bon Elli, Jared s'est encore, ne me demande pas comment, engueulé avec sa sœur et il m'a demandé d'aller lui parler. Je vais m'absenter jusqu'à quatorze heures dans le meilleur des cas. Ca t'embête de rester là ?

Ellias soupira en levant les yeux au ciel. Mais il savait quel calvaire elle allait traverser, et c'était nettement moins pire de devoir rester grignoter son sandwich dans la galerie à l'attendre que d'aller parler à sa future belle-sœur qui la détestait cordialement et réciproquement.

• Mais vas-y ! répondit-il avec un nouveau soupir théâtral.

Un sourire digne d'une pub moldue Colgate éclaira son visage.

• Génial, je t'adore !, elle se retourna vers Sarah. Je ne sais pas si Ellias l'a fait, mais je vous invite à notre prochain vernissage ! Il va vous donner la date et l'heure à laquelle arriver. Sur ce, à plus !

Et elle s'éloigna en saluant au passage et de trèèès loin le mécène penché sur un portrait d'Ali représentant une de ses voisines.

• Je veux une augmentation ! cria t-il avant qu'elle disparaisse dans la partie administrative. Et ta vie serait plus facile si tu le larguais ! Simple conseil !

En secouant la tête devant l'ignorance la plus total de sa patronne sur sa dernière phrase, il se retourna vers la jeune fille qui, fort heureusement, n'était pas encore partie en prenant ses jambes à son cou.

• Bien, vu que même ma patronne est d'accord, vous devriez venir, hein !
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Ven 20 Mai - 17:11

Cette femme était tyrannique et faisait vraiment peur ... Sa phrase ainsi que sa mimique n'aidait pas en sa faveur. D'habitude, j'arrivais toujours à cerner les gens qui se trouvaient en face de moi ... Mais elle ? Il n'y avait bien qu'Ellias qui prétendait y arriver ! Et je voulais bien le croire s'il me confessait que ce n'était pas tout les jours une sinécure !
Le pauvre, c'était un dragon, sous lequel il avait des ordres. En même temps il était bien placé, Gérant ce n'était pas mal en l'occurrence. Moi, si j'avais pu, j'aurais pris les jambes à mon cou avant qu'elle n'arrive. Mais trop tard, je lui avais présenté mes carnets afin qu'elle les regarde, et par politesse et aussi par bienséance, j'attendais son avis.
Silencieuse je regardais Ellias, et mon regard s'attardait dans ses yeux bleus avant de retourner vers la Responsable, qui me terrifiait tel le Dragon, comme je l'ai dit.

Sa langue fourchue ne tarda pas à parler, en effet j'entendis la remarque vénéneuse qu'elle adressa à Ellias ... Mais elle valait un peu pour moi aussi non ? Si Monsieur n'avait fait aucune étude dans ce domaine ci, alors il ne pouvait en aucun cas me renseigner ? C'était ce qu'elle insinuait. Mon regard perdit un peu de son éclat ainsi que mon sourire ... Mais je retrouvais un peu de mon enthousiasme en sentant le regard compatissant d'Ellias envers moi. En même temps le Dragon ne m'avait pas encore tuée, j'avais, un peu, de chance !
Alors autant attendre, ce qu'elle a réellement à me dire. Ce qu'elle en conclut me figea sur place ... C'était pas mal et il n'y avait aucune technique ? En même temps, cela restait un loisir, les techniques picturales je les apprendrais avec le temps. Je me mordis les lèvres pour ne pas répondre quand je vis les gros yeux qu'Ellias lui faisait ... C'était ma foi assez comique, mais elle ne vit rien ! Évidemment !
Ce qu'elle me dit ensuite, me fit largement sourire. Dans quelques années, je serais exposée ici même ! Aux regards de tous et de toutes ! Toute souriante, je reprenais les carnets qu'elle me rendit et les rangeait précieusement dans mon sac. Ce serait leurs dernières sorties aujourd'hui.

La Responsable allait s'absenter, mais avant cela, elle se permit de m'inviter au prochain vernissage. Chose que je me gardais bien de dire, sous peine qu'Ellias se prenne des remontrances en pleine figure. Non, merci, je n'avais pas envie de cela.
J'en avais vu aujourd'hui ! J'étais parvenue à pénétrer dans cette Galerie qui me glaçait tant, j'avais montré mes carnets à deux personnes professionnelles dans la journée et là être invitée par la Responsable en personne, c'était l'apothéose !! Trop d'émotions ...
Et qui plus est, je n'avais rien avalé ce matin, l'estomac bien trop noué par cette future entrevue ... Et je sens que ça allait me porter préjudice, et très rapidement qui plus est. Les filles m'avaient mise en garde, de m'alimenter un peu, surtout que j'en éprouvais souvent le besoin ! Mais butée et têtue je n'avais rien écouté, bien trop heureuse d'y aller.

Ellias s'était retourné vers moi, et j'entendais à peine ce qu'il était en train de me dire. Ma respiration commençait à se saccader ainsi que mon cœur à palpiter ... Je sentais des fourmillements dans mes articulations, et ma vision n'était que trouble apparent. Je voulais répondre quelque chose, mais aucun son ne sortit de ma bouche. Il devait me trouver godiche, à rester là à le regarder, à sourire mais à ne pas lui parler.


- Je ...Ce fut le seul mot qui put s'échapper de mes lèvres closes.

Par la suite, je sentis mes jambes se dérober sous mon poids, et ma tête embrasser violemment le sol ... Ça m'apprendra à ne pas m'alimenter et surtout à ne pas gérer le trop plein d'émotions d'un coup.
Ah je devais être splendide, les cheveux blonds épars sur le sol, et mon regard grisé mélangé à du vert, totalement absent.
Il y'avait vraiment mieux comme première impression non ?

Surtout celle de ne pas tomber dans les pommes, devant son futur employeur par exemple.

En même temps, c'était trop tard ...

Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Ven 20 Mai - 22:06

Au bout d'un moment, Ellias commençait sérieusement à penser que cette galerie était maudite pour toutes les dessinatrices qui s'y présentaient. La première, une Cathy ou une Jane, qui était dans les tous premiers peintres qu'ils avaient exposé à l'ouverture de la Meyer's Mad Stars, était tombée d'inanition à la fin de la soirée d'ouverture. Elle avait bu un coup de trop. Vive la pub. Les frangins Di Angelo devaient encore en rire après tout ce temps passé. C'était l'événement le plus honteux de toute l'histoire de la galerie, alors aucune chance qu'ils l'oublient. Depuis cet évanouissement qui avait été précédé par un simili de striptease, Vicky avait particulièrement insisté pour qu'ils ne soient jamais plus, ô grand jamais invités aux soirées et aux vernissage. Une décision qui avait été très appuyée par Ellias. Le nom des deux frères étaient devenus tabou, personne ne le prononçait plus. Ni le pensait trop haut.

Pour résumer, Ellias était habitué à devoir s'occuper des gens qui tombaient dans les pommes dans sa boutique. Et sa formation en tant que médicomage aidait particulièrement. Bon évidemment, il savait quoi faire, ça ne voulait pas dire pour autant qu'il était capable de réagir comme un vrai professionnel. Hé ! Il n'était encore qu'un stagiaire quoi ! Et puis le jeune homme semblait bien le seul à se soucier du sort de sa future jeune dessinatrice, peut-être artiste phare de la galerie. Ça l'avenir nous le dira. Mais ni le mécène, ni sa jeune compagne n'avait détourné le regard en voyant l'étudiante s’effondrer sur le sol.

Il se pencha donc à toute vitesse pour lui relever la tête en essayant d'évaluer vite fait la situation. Elle s'était cogné la tête en tombant, mais ça ne semblait pas si grave que cela. Pas de sang, et dieu seul sait comment une petite écorchure sur le cuir chevelu pouvait saigner abondamment. Et est ce qu'elle pouvait avoir un traumatisme crânien en tombant de cette hauteur ? Ça, il allait devoir le vérifier dans ses manuels quand il retournera à St Mangouste.

Le jeune homme passa en douceur la main dans le dos de la jeune fille, l'autre sous ses genoux et la souleva comme une petite poupée de chiffon pour l'amener du côté de l'administration. Là-bas, et c'était d'ailleurs l'avantage, il y avait tout : de l'armoire à pharmacie au mini frigo où était rangé les menus diététiques que mangeait Victrolla. Et il y avait le placard aux trucs mangeables, c'est à dire là où on rangeait les courses que faisait Ellias. Le genre d'aliment que le commun des mortels pouvaient ingurgiter sans mourir de fin après - et donc de rendre la vie impossible à son entourage - comme s'était toujours le cas chaque midi. Le comptable et les quelques personnes qui travaillaient à la galerie piochaient dans son placard. Et à vrai dire, personne à part Victrolla ne s'approchait de ce réfrigérateur. Elle était la seule à réussir à avaler une de ses trucs sans devenir verte ou devoir prendre un congé maladie pour le reste de la semaine.

Il déposa la jeune fille dans son fauteuil, et c'était bien le meilleur fauteuil au monde : il tournait, il avait des roues que l'on pouvait bloquer et le must du must : il pouvait même s'allonger. Et Ellias ne pouvait plus compter le nombre de fois où cette fonction avait bien été utile après des nuits quasiment blanches due à ses services à l'hôpital.

Il se précipita assez maladroitement pour récupérer du jus de fruit multi-vitaminé et une chocogrenouille dans le kit de secours qu'il prévoyait dans un hypothétique séjour de son neveu dans le coin. Mais vu que c'était déjà arrivé une fois, ça pouvait très bien être le cas une nouvelle fois si Jessica, la baby-sitter et accessoirement la seule qui lui ai donné l'occasion d'exercer le métier de psychologue pendant ses heures libres, se remettait à disparaître de la surface de la Terre du jour au lendemain quand il avait particulièrement d'elle.

• Bon, buvez moi ça,
dit-il en lui tendant le verre de jus de fruit en resserrant ses doigts autour de ceux de la jeune fille au cas où elle n'aurait pas assez de force pour le tenir.

Victrolla ne supporterait pas qu'un de ses verres préférés soit de nouveau cassé et encore moins qu'il se serve de la magie pour le réparer. Et étant donné qu'elle n'allait certainement pas être d'humeur compréhensive dès qu'elle serait rentrée de son entrevue avec sa future belle-sœur, mieux valait mettre toutes les chances de son côté. Histoire d'éviter si possible les crises de hurlements et la séance de regards noirs.

Puis il s'accroupit à sa hauteur et prit sa main dans la sienne pour y déposer la grenouille animée en récupérant le verre de son autre main en réalisant que s'occuper d'elle lui faisait le plus grand bien et que pour une fois, il se sentait vraiment utile, bien plus qu'il n'avait l'impression de l'être quand il était de service à St Mangouste.

Et puis il avait l'impression de s'occuper de sa sœur quand celle ci était malade ou quand elle s'enfermait dans un mutisme profond après avoir subit un chagrin d'amour. Dans ces cas là, il n'y avait que la délicatesse et la patience qui marchaient. Et rien d'autre. Et avec n'importe quel malade, c'était également les deux seules vertus nécessaires pour être un bon médecin.

• Le chocolat vous fera sûrement le plus grand bien. Ensuite vous me direz peut-être pourquoi est-ce que vous êtes tombée comme ça. Vous n'avez pas mangé ou quoi ?

Puis il se retourna pour s'asseoir sur son bureau pour la regarder jusqu'à ce qu'elle se décide à dire la vérité sur cet évanouissement. Il n'avait pas envie d'exposer ni de donner le moindre encouragement à une jeune femme qui avait des problèmes d'ordres de dépendance ou psychologiques.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Jeu 9 Juin - 12:44

Spoiler:
 



Toujours dans les vapes et toujours sur le carrelage gelé de la Galerie, je voulais tout de même me relever. Mais incapable de faire un tel geste pourtant si facile en soi, je me disais d'attendre quelques minutes malgré l'Inconscience qui venait de me gagner. Je n'eus pas à me poser d'autres questions ... Je sentis qu'on me relevait la tête, et qu'une main douce venait d'effleurer mon dos et qu'une autre s'était emparée de mes genoux. Le problème de me relever était réglé ! Et j'étais trimballée comme une vulgaire poupée dégingandée.
Dans mon fort intérieur, je priais pour que ce soit Ellias, bien que j'en étais pratiquement sûre ! Je me doutais bien que ce serait ni le Mécène, ni sa compagne ou encore la Responsable qui auraient levé le petit doigt ... Seulement Lui, je parie. Soudainement, je sentis quelque chose de rigide où l'on m'avait posée ... C'était froid mais sécuritaire en même temps.
J'eus du mal à rouvrir mes yeux, et ce que m'apportait ma vision était quelque peu brouillé et chaotique. Je distinguais vaguement une forme et surprise je la vis se diriger rapidement vers moi sans rien que je puisse faire ...

Mais c'était Ellias ! Je sentis ses doigts sur les miens quand il me tendit un verre que je m'empressais de boire d'une seule traite. C'était du jus de fruit, et cela m'apporterait un peu de sucre dans l'organisme et surtout quelque chose dans le ventre, vu que j'avais fait mon âne bâté en refusant de petit-déjeuner, bien que les filles m'y avaient forcé ! Sortant de mes pensées, je le vis s'accroupir devant moi et déposer dans ma main une Chocogrenouille ... Je souris et n'en demandant pas mieux, je me mis à croquer la friandise chocolatée. Ce qui par ailleurs me fit le plus grand bien.
Gentiment il reprit mon verre, et là encore plus il me faisait penser à Gabriel ... Je lui souris, et j'émis un soupir d'aise. Merci pour tout.
Je me remettais tranquillement de mes émotions, quand je l'entendis me poser une question. Après tout, je me devais de l'informer, j'étais tombée dans les pommes dans sa Galerie, il venait de m'aider et donc il avait bien droit à quelques explications ...

Pourquoi n'avais-je pas mangé malgré que les filles ont insisté ? Le ventre noué car je savais que j'allais aller dans cette Galerie et montrer mes dessins ? C'était cela ! Pourtant j'ai toujours de la chance, je mange comme une Ogresse et je ne prends pas un gramme, les autres filles m'envient. Là, j'ai fait l'idiote, et on doit me prendre pour quoi maintenant ? Une Sorcière avec des troubles alimentaires !
En même temps je n'ai rien à lui cacher, c'est la stricte vérité. Je le vis s'asseoir à son bureau, comme s'il essayait de me jauger, c'était un peu cela tout de même, je décidais de me lever vu que j'avais englouti la Chocogrenouille, mais je ne tentais pas l'expérience, encore quelques vertiges étaient au rendez-vous. Alors je restais dans le fauteuil ma foi, bien confortable !


- Rassurez-vous Ellias, je mange d'habitude comme quatre ! Mais ce matin malgré que les filles m'aient forcée, je n'ai pas mangé ... J'étais bien trop stressée et l'estomac bien trop noué pour tenter d'avaler quelque chose, surtout que je venais ici ... Je suis désolée si je vous ai causé du souci, ce n'était pas mon intention ! Juste que j'aurais dû manger ce matin, mais je ne l'ai pas fait, j'étais trop tendue.

J'avais aussi omis de dire que c'était fréquent depuis la mort de mon frère, mes évanouissements. Bien que je mangeais à ma faim, voire plus même, il n'arrivait pas un court instant où je me retrouvais avec des absences passagères. Mais cela, il n'a nullement besoin de le savoir. J'en parlerais plus tard.
Mettant les mains sur les accoudoirs, je tentais une nouvelle fois de me relever, pas assez de force semble-t-il ... Je détournais mon regard de sa vision pour me remettre à penser et surtout fermer les yeux ...


- Merci du fond du cœur, Ellias.

Cette fois-ci, j'avais puisé assez de forces pour m'extirper de ce fauteuil salvateur, titubante, je me dirigeais vers Ellias. Arrivée à son bureau, j'y pris appui. Dos à lui et bras croisés, je lui confessais une chose que je m'étais promise de garder ... pour plus tard.

- Il émane de vous une gentillesse, semblable à celle de Gabriel mon grand frère mort récemment.

Ouh. Je sentais les larmes rouler sur mes joues blanches, ce n'était pas bon ça. Je ne me retournerais pas vers lui, quoiqu'il m'en coûte. Tentant de contenir les trémolos qui n'allaient pas tarder à arriver quand je commencerais à parler, je sortis une phrase d'un seul trait ...

- Désolée de vous ennuyer avec tout ça ... Et merci encore.
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Dim 12 Juin - 16:12

Spoiler:
 


Les remerciements, ce n'étaient pas vraiment sont trucs, surtout quand ses actions étaient dans le parallèle de son boulot. Bah quoi, Ellias était quand même médecin à la base, une fille s’effondrait devant lui et il n'allait pas la laisser par terre quand même. Quel piètre médecin il aurait fait sinon, imaginez un peu ! Surtout qu'en plus … enfin, ok, il les méritait un peu. Mais étant donné ce qui s'était passé avec Alithéia la dernière fois, il aurait quand même préféré faire en sorte que personne d'autre n'ait à le remercier au cas où il aurait une nouvelle occasion de s'humilier en s’aplatissant devant la menace d'un renvoi.

Le jeune homme n'était pas un héros, même bien loin de là, alors il ne méritait pas forcément d'être remercier.

Mais il avait arrêté de demander de ne plus le faire, depuis que son neveu lui avait fait remarquer qu'il semblait faire preuve de fausse modestie quand il le faisait. Or s'il y avait bien une chose dont Ellias n'avait pas envie d'être accusé, c'était bien de fausse modestie. Les phrases dans le style "Mais non voyons, je ne fais que mon travail", c'était très peu pour lui. En fait, quand il marchait dans les couloirs de St Mangouste et qu'au détour d'un couloir il entendait quelqu'un débiter ce genre d'âneries, il devait se concentrer pour ne pas jeter le moindre maléfice au fautif. Particulièrement quand c'était le Médicomage Fifrelin Ecrabe qui le disait. Et en fait, à la connaissance du jeune homme, il n'y avait que lui qui sortait des trucs comme ça.

Il se contenta juste de hausser vaguement les épaules, pas de sourire ni de gestes de la main qui lui aurait laissé croire qu'il était content de lui avoir épargné un séjour sur le parquet un peu sale de la galerie jusqu'à ce que quelqu'un décide de l'aider à se relever. Quelqu'un d'autre que lui s'entend.

• Bah, y a pas vraiment de quoi, répondit-il quand même, vaguement embarrassé. Je suis médecin, alors c'est un peu mon boulot en fait.

Et peut-être que justement, dans le cadre de sa carrière, il devrait peut-être lui donner deux trois cours sur comment avaler quelque chose quand votre gosier semble aussi resserré qu'un que le poing d'un lutin de Cornouailles furibard.
Il se servit lui-même un verre d'eau avant de se retourner vers la jeune fille qui se sortait difficilement de son siège à lui. Il aurait peut-être pu se précipiter vers elle pour la repousser là-dedans mais il n'avait pas fait attention à ce qui se passait dans son dos pendant qu'il s'hydratait. Finalement, il la laissa s'installer dos à elle sans rien dire en attendant juste de savoir ce qu'elle avait à raconter.

Et la seule remarque qu'il s'octroya pour souligner la révélation de la jeune fille fut :

• Oh.

Et il n'ajouta rien ensuite. Sa sœur à lui avait disparue avec son compagnon dans le fin fond de l'Himalaya, c'était pour ça qu'il avait la responsabilité de Wesley, son neveu, mais il n'aimait pas vraiment en parler, amis et inconnus compris d'ailleurs. Il n'aimait pas voir dans les regards des gens ce petit "Oh le pauvre ! Sa grande sœur a disparu et maintenant il doit s'occuper du petit". Et il savait bien que les gens qu'il croisait en général, des moldus en grande partie, n'aimaient pas Wesley, parce que le petit garçon était un sorcier, d'abord, mais en plus parce qu'il était assez solitaire et préférait rester avec ses cartes plutôt que d'essayer de se faire des amis. Mais avec une professeur qui semblait s'acharner sur lui, ce n'était pas vraiment étrange que le petit garçon se soit refermé sur lui.

Tout semblait aller bien jusqu'à ce qu'elle se mette à pleurer. Il n'était vraiment pas doué pour les larmes, et encore moins avec les jeunes filles larmes. Il dénicha donc un paquet de mouchoir pour le faire glisser vers elle sans se retourner, comprenant que la jeune fille ne semblait pas vouloir qu'il la voit pleurer. Et il la comprenait et respectait sa volonté.

Toujours sans se retourner, il posa sa main sur celle de la jeune fille pour serrer brièvement les doigts de la jeune fille dans les siens.

• Il devait être quelqu'un bien votre frère.

Il tourna juste un peu la tête pour regarder ses doigts sur ceux de la jeune fille en ce demandant s'il devait faire part de sa connaissance de la douleur de perdre quelqu'un ou juste la boucler en la laissant reprendre contenance.

• Vous ne m'ennuyez si c'est ça qui vous inquiète.

C'était la pure vérité. Cette jeune fille ne l'ennuyait vraiment pas. En fait, son histoire attristait beaucoup Ellias. Sarah était jeune, elle aurait du être pleine de vie et joyeuse. Ce genre d’événements n'auraient pas du se produire dans la vie de personnes si jeunes. Si c'était possible, cela ne devrait même n'arriver à personne. Mais personne n'était immortel. Et la mort, aussi triste qu'elle était, faisait partie du cycle de la vie. Même si aussi jeune, elle restait tragique.

Mais elle ne pouvait pas rester dans cet état. Ellias se retourna donc complètement et la contourna pour se retrouver face à la jeune fille et pour la prendre par les épaules.

• Bon, allez, est ce que vous voulez prendre un café ? Je vous l'offre.

Au pire, Maria pourrait tenir la boutique une petite heure sans que la Dingue ne le sache alors …
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Lun 13 Juin - 18:41

Je n'aimais pas pleurer devant les autres. Je n'aimais pas m'apitoyer sur mon sort, et surtout je n'aimais pas repenser à des choses qui me rendaient amère et triste. Mais c'était trop tard. Là, je pleurais devant Ellias, enfin je me comprends quand je dis cela ...
Pleurer, paraître faible, cela me dégoûtait. Mais par devers moi, je faisais toujours la forte mais il fallait bien que la carapace s'effrite quelque peu ... Et Ellias me faisait tellement penser à Lui. Chaque geste venant de sa part, me faisait repenser à Gabriel, et Ellias était si gentil et serviable que ça m'écœure en fait. J'aime comment il se trouve être avec moi, j'aime sa présence mais il me le rappelle !
Je me suis un peu livrée à lui, mes tourments intérieurs mis à nu, la disparition de mon frère, ce qui me tue de l'intérieur ... Et je le remercie de m'avoir aidée ...

Mais le fait de le sentir si proche de moi me fait là aussi ressentir le désert fraternel auquel je ne me suis pas encore habituée. J'aimerais qu'il me prenne dans ses bras, là maintenant, pour que je ressente un peu cette chaleur si humaine de ce frère que j'ai perdu. Il est vrai qu'après "ma confession", il n'y avait rien à dire, je n'ai pas envie qu'il s'apitoie sur mon sort ... J'ai juste montré mes faiblesses, un peu.
Les filles de ma chambrée, ne m'entendent pas pleurer, ou si c'est le cas, elles ne m'en font pas part. Je reste discrète, me fondre dans la masse est un atout et je m'y complais parfaitement. Je soupire, toujours en train de pleurer à chaudes larmes, ces dernières dévalant mes joues diaphanes et toujours dos au Gallieriste qui je l'espère, n'est pas vexé que je ne me tourne pas vers sa personne.
Là, je sentis ses doigts serrer brièvement les miens. C'était un peu de cette chaleur que j'avais oubliée malgré moi ... Et merci pour me la faire redécouvrir, juste un petit peu. Ce qu'il me dit me troubla, si mon grand frère était quelqu'un de bien ? Oui. Pour moi qui l'idéalisait je ne pouvais répondre que par l'affirmative.


- Oui.

Il n'y avait rien à répondre de plus en même temps ... Délicatement je pris le paquet de mouchoirs qu'il m'avait gentiment présenté quelques instants auparavant et en saisit un. J'essuyais mes larmes si disgracieuses et je soupirais. Par contre ce qu'il me dit par la suite me fit le plus grand bien ... Je ne l'ennuyais pas ? Un poids si lourd et présent dans mon cœur venait peu à peu de s'évaporer ... C'était ce que je redoutais le plus ... L'ennuyer ! En premier j'avais fait un malaise dans sa Galerie et ensuite là, je pleurais sur la disparition de mon frère ... Ce n'était assurément pas les choses à faire pour une première rencontre !
Je ne pus que sourire à ce qu'il venait de me confesser et de retrouver un peu de mon moral qui lui aussi s'était évaporé dans les limbes de mon inconscient meurtri ...


- Merci Ellias.

Je m'étais remise de mes émotions, du moins j'essayais encore, quand je vis le faciès d'Ellias devant le mien, rougeoyant. Je ne devais pas être si jolie à contempler ... Les yeux toujours imbibés de larmes, le nez rougeâtre et les lèvres tremblotantes ... J'aurais envie de détourner mon regard du sien pour ne plus qu'il voit cet immonde spectacle mais il me prit par les épaules. Donc pas d'échappatoire possible en vue !
Sa gentillesse n'était plus à prouver en fait, il m'invitait à boire un café et me l'offrait même ! Je ne voulais pas abuser de sa personne, il en avait assez fait ... Mais en même temps, je voulais profiter et me changer les idées ... J'étais tiraillée entre le fait de le laisser tranquille, oui, il avait eu sa dose avec moi ... Ou agir égoïstement et en profiter !
Peut-être que son invitation ne reviendra pas ... Allez Sarah du nerf, puis s'il te dit lui-même que tu ne l'ennuies pas, alors autant ne pas se priver !

Non ? Non !


- Volontiers ! Ce sera avec grand plaisir ! Vous avez un endroit de prédilection ? Moi, personnellement je m'en remets à vous, la capitale, je ne connais pas du tout pour tout vous avouer ...

Hé ! Minute ! Est-ce qu'il pouvait s'éclipser comme ceci sans se faire "gronder" ? Bien sûr, je veux de cette sortie mais pour qu'au final il se fasse houspiller par sa patronne, là n'est pas mon intention première !

- Dites ... Vous pouvez vous éclipser ainsi ? J'ai envie de ce café mais en même temps je n'ai pas envie que votre Responsable vous râle dessus. Ce n'est pas mon intention ...
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Jeu 16 Juin - 14:23

Un domaine de prédilection ? Non pas tellement, en fait, ça faisait un petit bout de temps qu'il n'avait pas passé du temps dans un bar, avec un ami ou une fille dans le cas présent. Et que ce soit pour une soirée ou dans la journée. En fait les seuls lieux sociaux reliés à la boisson et à la nourriture qu'il fréquentait était la cantine d'entreprise à laquelle Vicky avait réussi à faire inscrire les quelques employés de la Galerie. Mais il avait entendu sa patronne parler d'un endroit à quelques rues d'ici, c'était peut-être le bon moment pour tenter l'endroit.

Ellias hocha donc de la tête pour lui répondre. En plus, c'était une bonne idée. Un bon café ou un chocolat chaud lui ferait le plus grand bien, et en même temps ils pourraient parler de cette carrière dans le dessin et le milieu artistique. En somme tout le monde était gagnant. Parfois, il s'étonnait lui même d'avoir d'aussi bonnes idées.

• Je pourrais vous montrer le coin en allant là où nous devons aller. Le quartier est assez sympa à visiter.

Il ne restait plus qu'à demander à Maria de tenir la boutique. Bah, elle accepterait, après tout, elle était payée en heures supplémentaires même quand elle n'en faisait pas alors ça ne devrait pas trop lui poser de problème surtout s'il mettait en relief ce cas là. En fait, c'était de la convaincre de ne rien dire à Vicky qui risquait de poser nettement plus de problème.

Quoique …

Non, Maria était une femme charmante, et puis Ellias l'avait parfois dépanné en faisant le baby-sitter quand la sienne tombait malade. Et à chaque fois qu'il le pouvait et sans jamais râler. Pas une seule fois. On pouvait donc dire qu'elle lui était redevable. Elle ne dirait rien à Victrolla.

Mais c'était touchant de la part de cette jeune qui le connaissait à peine de s’inquiéter pour elle. C'était aussi très instructif sur l'image que Vicky donnait d'elle même aux personnes qu'elle rencontrait. peut-être que c'était pour ça qu'en général il fallait qu'Ellias aille supplier les artistes pour qu'ils viennent être exposé dans cette galerie : elle passait pour une tortionnaire et sans même le faire exprès. C'était grave quand même. En fait, ça faisait une deuxième raison au jeune homme de plaindre le petit ami de sa meilleure amie.

• Oh, elle a l'habitude, et puis elle était de bonne humeur aujourd'hui, je crois que ça me fait trop bizarre de toute façon quand elle est calme, ça ne lui ressemble pas.


Et puis c'était la vérité, elle était marrante à voir la Mère Meyer quand elle était furax, qu'elle ne lui crie pas dessus le dérangeait au plus haut point. Il aimait avoir droit à son engueulade du jour, il passait pour un martyr auprès des autres employés et il pouvait après leur faire faire n'importe quoi par la suite. C'était assez pratique (cf, Maria et les cachoteries à Vicky). Et puis elle croyait le punir en l'envoyant supplier deux trois personnes de venir jeter un coup d'œil dans la galerie, et ça Ellias adorait le faire puisque ça lui permettait de faire de nouvelles rencontres.

• Restez là, je reviens, dit-il en sortant de son bureau.

Maria était occupée à remplir les factures dans la salle commune des employés - elle porterait mieux la salle débarras ou la salle à café que salle commune mais Vicky trouvait que ce nom faisait plus conviviale - elle ne releva même pas les yeux vers lui. Il s'avança vers elle en jetant un regard à ce qu'elle payait au nom de la société par dessus son épaule. Ah ! Des trucs qu'ils auraient du payer deux mois plus tôt, heureusement qu'elle était là en fait ! Finalement, il avait bien fait de lui rajouter les heures sups imaginaire à son salaire : elle était plus contente alors elle travaillait mieux et en faisait plus. C'était limite diabolique comme technique.

Peut-être qu'il ferait pareil si Victrolla augmentait son propre salaire. Bien qu'elle refuse à chaque fois. Mais s'il montrait ce que faisait Maria avec cent livres de plus son salaire, peut-être qu'elle ferait pareil. Sauf si elle préférait l'engueuler pour l'avoir augmenter derrière son dos. Dans ce cas là il tendrait plus le bâton pour se faire battre qu'autre chose.

• C'est un vrai bordel votre livre de compte ! dit-elle en tournant son siège face à lui.

Ellias haussa les épaules en signe d'impuissance.

• C'est Vicky qui tient les comptes. Dites, vous pouvez surveiller la galerie pendant une petite heure ? … Et accessoirement ne rien dire à Victrolla ?

Elle pinça ses lèvres et finit par acquiescer devant le regard de chien battu du jeune homme. Il sourit et retourna dans sa salle où il récupéra sa veste sur son bureau et le cala au creux de coude avant d'offrir son bras à la jeune fille.

• Vous êtes prête à y aller sans tomber dans les vapes au moins ?


Attention ! Il ne se moquait pas !
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Jeu 16 Juin - 18:50

La perspective de me promener avec lui était plus qu'appréciable ... Et il me tardait de le voir en dehors de son "travail", savoir un peu comment il est en somme. Mais nous parlerons peut-être de mon futur avenir en ces quatre murs qui sait. J'étais enchantée, cela devait se lire sur mon visage, il m'avait redonné un peu de joie de vivre et je la démontrais en lui décochant un magnifique sourire.
Mes angoisses lourdes étaient passées, j'allais profiter du moment présent et de celui à venir avec délectation sans me préoccuper de choses négatives. J'allais savourer jusqu'à la dernière miette ce qui se passerait dans ce café pour me changer les idées. J'avais émis le fait qu'il ne pourrait peut-être pas s'extirper de son travail. Là, sérieusement, je serais déçue ... Je croisais les doigts mentalement pour que cela ne se produise pas.
Par Merlin non ! Les filles me verrait râler si par malheur l'invitation se voyait annulée ! Oh ça, je vais avoir droit à un interrogatoire dans les règles de l'art quand je rentrerais dans la chambre. "Bah t'en as bien mis du temps ?" "Où t'étais bon sang ? On s'inquiétait nous !" "C'était bien ? On t'a dit quoi ?". Et tout un tas d'autres questions, souvent indiscrètes les connaissant, viendraient ponctuer le restant de ma soirée. Personnellement, l'envie d'y répondre ne me tentait guère. Mais les filles avaient des arguments convaincants ...
Sortant de mes pensées par Ellias, j'entrevis une lueur d'espoir quant à notre escapade hors de la Galerie.

Merlin, ce serait magnifique ! Toute souriante, j'espère juste ne pas être trop idiote en cet instant précis, je restais plantée dans le bureau du Galeriste le temps qu'il aille faire ... ce qu'il avait à faire. Curieuse, je regardais ce qui m'entourait. Soucieuse tout de même de ne pas me faire remarquer, je ne déplaçais rien. Je regardais juste.
Mon regard s'était posé sur le fauteuil qui m'avait accueillie quelques instants plus tôt et je décidais de m'y rasseoir, pleinement consciente cette fois-ci. C'était certain qu'il était confortable et la perspective d'embrasser Morphée n'était pas à exclure. Mais je devais me relever, car l'appel de la sieste se faisait sentir dans tout mon corps. Bondissant sur mes pieds, j'attendais toujours le jeune homme qui je l'espérais n'en aurait plus pour longtemps.
Je remettais en place ma chevelure blonde souvent indisciplinée, et repassait avec la paume d'une main ma veste de tailleur légèrement froissée. J'avais remis mon sac sur l'épaule attendant la venue providentielle, du jeune homme aux yeux bleus.

Et, il ne se fit plus attendre ! Sursautant comme si j'avais été prise en flagrant délit, de rien justement, mais j'étais toujours ainsi, je le suivis du regard quand il récupéra sa veste. Surprise de ne pas le voir la mettre, je le fus encore plus quand il me tendit son bras. Réaction ? Je ne me fis pas prier et le pris avec enthousiasme et tout sourire. Je le regardais du coin de l'œil, un petit sourire malicieux au coin des lèvres. Ce garçon était gentil, serviable, attentionné, il m'avait "ramassée" sur le sol froid de sa Galerie, non sérieusement j'aimais ce qu'il dégageait ...
Ce qu'il me dit me fit sourire, bah en même temps si je tombais dans les pommes encore une fois, il serait encore là non ? Bon, ce n'était pas dans mes intentions premières !


- Promis, je ne m'évanouirais pas ! Lui rétorquais-je avec un sourire. Je me retournais prestement pour regarder si je n'avais rien oublié ... Oui, un de mes défauts conséquents, c'était de toujours vérifier n'importe quel truc, souvent anodin, 36 000 fois ... Et je ne mentais pas ! C'était plus violent depuis la mort de mon frère. Avant ce n'était pas autant, mais depuis son décès, ça augmente de plus en plus.

Toujours présente au bras d'Ellias, nous sortîmes ensemble de la Galerie. Cet établissement était vraiment beau, j'en étais encore plus convaincue depuis que j'y étais entrée ...


- Là, je vous suis, Ellias.

Mon ventre se mit à faire des siennes ... Malgré qu'il m'avait donné une collation, il n'y a de cela que quelques minutes, je commençais à avoir sérieusement faim. Plaquant ma main restante sur mon estomac pour le grondement ne soit pas conséquent, je regardais le Sorcier avec un léger sourire contrit.

- Un établissement, où on peut manger aussi ... Si possible.
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Jeu 16 Juin - 19:34

En sortant, Ellias ne put s'empêcher de songer que si Vicky l'apprenait, elle le tuerait. Enfin non, ce serait peut-être même pire que ça. Elle le déchiquetterait puis elle le passerait sous un train pour s'assurer que le jeune homme était bien finement haché menu et enfin elle jetterai ses restes aux coyotes qu'elle devait élever dans sa cave en prévision de ce genre d’événement par exemple. Ce serait une mort lente et douloureuse et le pire, c'était qu'elle risquait vraiment de s'en délecter. Après tout, elle avait l'esprit tordu. La première chose qu'elle avait fait quand elle avait rencontré Ellias fut de lui plonger la tête dans la boue. Le lendemain, elle le bombardait avec de la mousse végétale.

En fait, d'aussi loin que remontaient ses souvenirs, Vicky l'avait toujours torturé comme elle le pouvait et ce depuis son âge le plus tendre. Et le jeune homme ne s'était plaint que quelques rares fois quand elle dépassait les bords. Pourtant il ne s'était jamais rebellé contre la tyrannie de son éternelle amie. Qu'est ce que cela révélait sur lui ? Qu'il était faible face aux femmes ? Que Victrolla était un démon qui avait investi le corps d'une humaine ? Ou juste qu'il la savait comme ça et qu'il ne voulait pas qu'on lui change son monstre ?

C'était peut-être la troisième hypothèse la plus probable. Enfin, Ellias espérait que c'était ça parce que sinon, ça voulait juste dire qu'il aimait se faire souffrir, ce qui n'était pas très bien pour quelqu'un qui était responsable d'un gamin de neuf ans.

D'ailleurs, ça lui faisait penser qu'il allait devoir appeler Jessica pour qu'elle vienne le garder le mardi soir. Maria avait rejoint une sorte de club de lecture ou quelque chose comme ça et du coup c'était Ellias qui la remplaçait pour parler de l'état de leur compte en banque. L'adolescente allait devoir le garder plus tard que d'habitude puisque connaissant Vicky comme il la connaissait, Ellias se doutait que la réunion durerait très tard pour que tout soit réglé à la perfection. Et Jessica l'entuberait de plusieurs livres comme d'habitude. Elle finirait banquière cette gamine ! Elle négociait avec une telle facilité quand il s'agissait d'argent. Et c'était la seule chose qu'elle arrivait à négocier d'ailleurs, parce que lorsqu'il s'agissait de convaincre Wesley d'avaler des légumes ou d'aller au lit …

Ellias s'efforça de chasser cela de sa tête. Il devait se concentrer sur la jeune fille à côté de lui, calquer son rythme sur le sien et veiller à ce qu'elle ne parle pas dans le vide tandis qu'Ellias songeait à quel point il n'était pas assez payé pour se payer une baby-sitter apprentie trader et douée en affaires.

Il "revint du monde des songes où l'on pouvait trouver des éléphants verts à poix rouges à chaque coins de rue" pour entendre le ventre de la demoiselle gronder de fureur. Il était un peu tôt pour lui pour manger mais elle semblait en avoir le besoin, alors il allait faire en sorte que son état de santé s'améliore. Ellias se mit donc à sourire et entraîna Sarah vers un café londonien qui servait des crocs-monsieur à se damner. Il dégota une table près de la baie vitrée et installa Sarah avant de prendre place face à elle.

• Ils font les meilleurs milk-shakes du monde, dit-il tandis que le serveur apportait les cartes de commandes. Et j'en ai goûté des milk-shakes en vingt-quatre ans d'expérience. Croyez moi, ceux là sont vraiment les meilleurs.

Il laissa Sarah passer sa commande et commanda un milk-shake pour appuyer ses dires. Après tout, il risquait de se faire assassiner en rentrant si Victrolla arrivait avant lui, il méritait une dernière boisson tolérable avant de mourir. Et ce n'était pas avec le jus de chaussette qu'elle osait appeler café dans leur salle commune qu'il risquait de profiter de ses derniers instants sur Terre. Et si ça avait été le cas, il lui aurait foutu un procès aux fesses pour oser leur avoir mit cette horreur bruyante et incapable de faire la moindre boisson buvable. Comment est ce qu'on pouvait se concentrer quand il y avait une machine qui semblait imiter un bucheron en train de dormir.

• Alors. Qu'est ce qui vous a fait aimer le dessin ?, demanda t-il en tendant le menu au serveur qui s'éloignait pour transmettre leur commande en cuisine.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Ven 17 Juin - 14:48

Bon, je faisais confiance à Ellias, à son goût pour les bonnes choses ... Moi en matière de nourritures et de boissons, je n'aimais pas être déçue. J'espère juste que ce soit à la hauteur de mes espérances.
Mon ventre faisait encore des siennes, nullement discret celui-là ! Malgré que j'essayais par tout les moyens possibles de l'empêcher de crier, il récidivait. Alors impuissante, je lâchais prise ! Logiquement, je ne tomberais pas dans les pommes encore une fois, la boisson et la Chocogrenouille avaient regonflé mes batteries à 100 %. Pas d'inquiétude ! Hormis le fait que je n'étais qu'un estomac sur pattes, et que je ne prenais pas un gramme.
Ellias me sourit et moi, je suivais la cadence, impatiente de voir le lieu où il m’emmènerait ... Surprise je regardais le décor qui s'offrait à moi, je ne connaissais pas ces rues passantes, ni ses petites échoppes bien sympathiques. Je venais de repérer une bijouterie dans le coin de cette rue où il m'entraînait et j'aurais aimé y faire un tour ... Mais par expérience, je savais que les garçons n'aimaient en aucun cas les magasins, encore moins quand c'était des "trucs de filles" ! Alors, je laissais là, mes envies féminines et je tentais d'imprimer dans mon éminence grise le lieu de cette charmante bijouterie, pour y revenir ... plus tard.

Le Galeriste fut enfin stopper mon élan de Curiosité, car enfin nous nous trouvons devant le sacro-saint établissement où je pourrais à loisir me restaurer et étancher ma soif. Toujours tenue par Ellias, je le laissais choisir la place, chose faite et près de la baie vitrée ! Je pourrais regarder à loisir les passants marcher, encore une manie féminine ça, j'aime bien. Il était face à moi et je lui souriais, pour ma part, je déposais mon sac à terre, bien contente de m'asseoir enfin.
Il me confessa qu'il avait vingt-quatre ans et que cet établissement faisait des milk-shake à se rouler par terre ? J'aimerais bien voir ça. Et le serveur arriva à ce moment-là, apportant tout l'attirail pour commander, j'allais m'en donner à cœur joie mais sans le ruiner tout de même !
Bien que tout ce qui était inscrit sur la carte pouvait remplir facilement mon estomac affamé. Ellias, en fin connaisseur qu'il était, avait déjà commandé un milk-shake ... Pour moi cinq bonnes minutes seraient suffisantes pour analyser et en extirper mes deux coups de cœur. Autant en boisson qu'en nourriture !


- Hm, je prendrais le milk-shake noix de coco agrémenté d'une pointe de cacao et hm, votre croque monsieur chèvre-miel ! Commandais-je après mes petites minutes de réflexion.

La commande partie, mais j'espère qu'elle arrivera prestement à notre table tout de même ..., j'entendis que le jeune homme me posait une question bien intéressante. Qu'est-ce qui m'a fait aimer le dessin ? En signe de grande réflexion, je posais mon index sur mes lèvres, cherchant LA réponse adéquate ... Y'avait-il un élément déclencheur ? Ou bien depuis toute petite, j'aimais déjà faire cela ... Retranscrire la Réalité sur le papier.
Mon regard allait au dehors, toujours en grande pensée, un petit sourire venait de naître sur mes lèvres, et je me retournais vers lui. Pour fixer mon regard grisé teinté de vert dans ses yeux bleus ...


- Pour tout vous dire, c'est depuis toute petite que j'aime dessiner. Oh vous devez penser "encore une réponse toute faite", hé bien non, je pense que depuis que je sais tenir un crayon, je tâche des feuilles vierges ... Puis ça me plaît tellement, retranscrire des souvenirs, des rêves, ce que l'on peut voir avec différentes techniques picturales. Laisser notre trace dans ce bas-monde, même un griffonnage aussi petit soit-il, montre qu'on est bien présent et qu'on existe ! Qu'on s'affirme et que peut-être il y a du talent derrière. Mon père avant qu'il ne disparaisse, m'avait dit que le dessin était un don et qu'il fallait le préserver mais le faire grandir ...
Se perfectionner, essayer tout un tas de choses, et surtout aimer ce qu'on fait ! J'ai le regard qui pétille à la moindre trace de crayon sur du papier, à la moindre perspective de dessiner ! C'est ça je crois qui me fait aimer le dessin, me sentir exister car je fais ce qu'il me plait et ce qui est le mieux pour moi et y passer des heures ou une nuit entière ne me gêne en rien. Parce que c'est ce que j'aime au final ...
Voilà, j'y avais répondu avec les "tripes" à sa question, comme le dit l'expression.

Les joues rougissantes, je vis arriver le serveur avec notre commande. Merci, j'allais enfin mettre fin aux gargouillements incessants de mon estomac !


- Ah ! Je vois que Mademoiselle a grand faim ! Je vais y remédier ! Le croque chèvre-miel pour mademoiselle ainsi que son milkshake spécial et la commande de Monsieur. Vous réglerez tout ceci en partant. Bon appétit ! Fit le serveur avant de s'éclipser vers une autre table où des clients venaient de prendre place.

Toute souriante, je regardais mon assiette salvatrice, et me saisit de mes couverts avant d'attaquer le pauvre croque-monsieur sacrifié sur l'autel de ma diabolique gourmandise ! Mais où étaient donc mes bonnes manières ? Prenant le verre, froid, qui contenait ma boisson, je la fis s'entrechoquer avec celle d'Ellias, comme pour porter un toast !


- A votre santé ! Fis-je en sirotant une gorgée ... orgasmique ! Il avait raison, il n'y avait pas mieux ailleurs ! Vous aviez raison ! Ils sont à se damner !

Goûtons maintenant la nourriture, si c'est aussi bon que la boisson, je serais au Nirvana ! Prenant mon couteau et ma fourchette afin d'y couper un bout, je me délectais de ce que l'odeur dégageait déjà ... A savoir un florilège de bonnes choses ! Mettant le morceau tant attendu dans ma bouche, je ne pus qu'exprimer un soupir d'entière satisfaction. Là aussi c'était délicieux.

- Vous voulez goûter un petit bout ?

Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Ven 17 Juin - 21:36


Aucune surprise. Comme d'habitude le milkshake qu'il avait commandé était juste délicieux. Léger et à peine sucré. Juste comme il les aimait. Peut-être qu'avec l'habitude de le voir débarquer lui et les autres membres de l'équipe de travail, ils connaissaient la façon dont ils préféraient leur boisson. Ce serveur devait être nouveau, puisque les trois serveurs habituels, Rory, Ellen et Adam eux n'avaient même plus besoin de leur demander ce qu'ils prenaient. Ils venaient à leur table juste dire Bonjour! et vérifier que personne n'ajoutait un plat ou autre à la commande habituelle. Par exemple, Ellen arrivait avec un "Salut la compagnie ! Milkshake vanille-cerise pour Victrolla, Sorbet pistache pour Maria, Jus d'orange et crêpe chocolat pour Stanley et un milkshake fraise-cassis pour le tombeur". Ellen avait soixante ans passé, et elle trouvait que le jeune homme ressemblait beaucoup à son petit-fils qui collectionnait les conquêtes. D'où le surnom. C'était très amusant et en plus ça faisait bien rire les autres, l'idéal en somme pour commencer une soirée de détente après avoir supporter les lubies insupportables de certains artistes capricieux qu'ils exposaient. Pour n'en citer qu'un par exemple, disons Julian Cavendish.

Depuis qu'Ellias avait apprit par Alithéia que cet emmerdeur, en plus d'être un enfoiré sans pareil pour faire sortir Vicky de ses gongs étaient en plus un usurpateur qui faisait passer des toiles de génie pour ses propres créations. Quand même, heureusement que toutes les personnes qu'ils exposaient n'étaient pas comme ça. Sinon travailler avec Miss Meyer ne serait même pas envisageable. Deux mois ! Elle avait été d'une humeur de chacal galeux pendant deux mois ! Elle avait viré cinq livreurs en trois semaines sous prétexte qu'ils faisaient trop de bruit sous sa fenêtre, ils étaient trop en avance, ils étaient trop en retard, sa tête ne lui revenait pas, leur camion l'avait empêché de se garer en arrivant et leurs formulaires étaient trop compliqué. À présent le nom de Victrolla Meyer était dans le milieu des livreurs l'équivalent de celui de Lucifer dans celui des croyants. Et Ellias pouvaient les comprendre. Sauf que maintenant ils ne voulaient traiter qu'avec lui, et s'entretenir avec eux, superviser leur travail … Ca lui prenait un temps fou, et avec toutes les tâches folles et cruelles que lui rajoutait Vic à longueur de journée, il n'en voyait jamais la fin.

Heureusement, et vraiment, il se devait d'insister sur ce point, qu'il y avait des artistes qui n'étaient pas Cavendish et qui étaient attirés par autre chose que par le gain de l'argent des pauvre galeristes crédules. Et qui, comme Sarah, aimaient l'art pour ce qu'il était.

Parce que pour lui faire une réponse telle qu'elle lui avait fait, il fallait vraiment qu'elle aime ça. Il n'y avait que des passionnés qui étaient capable de sortir des réponses aussi enthousiastes que celle que venait de faire Sarah. Travailler avec elle serait reposant et sûrement très agréable. Comme avec Ali en somme.
Boarf …
Il en fallait bien des comme ça, pour compenser les râleurs qu'ils exposaient la majeure partie de leur temps. Les petits gribouilleurs qui se prenaient pour des Van Gogh et qui réclamaient que leurs toiles soient encore plus mise en valeur par un tas de nouvelles techniques coûteuses, chiantes à installer et qui dégradaient les toiles qu'elles mettaient en relief.
Ellias avait gagné beaucoup d'argent en pariant le nombre de temps que Vicky tiendrait avant de remettre Truc Muche ou Bidule à sa place. Maria était bien trop gentille avec sa supérieure, elle la croyait infaillible quand il s'agissait de garder le contrôle, ou alors elle n'avait toujours pas compris que Vic n'était rien d'autre qu'un requin sans cœur ni scrupules quand il s'agissait de sa galerie et de la réputation de celle-ci. Ou elle croyait tout simplement qu'un jour, Vicky apprendrait leurs paris et déciderait volontairement de faire perdre Ellias. Quitte à devoir se priver d'engueuler les "empotés envahissants" qui faisaient mal leurs jobs dans SA galerie. Le déterminant possessif était très important. Comme il lui plaisait à le rappeler, la galerie portait son nom à ELLE. Meyer's Mad Stars. De toute façon, il n'y avait qu'elle pour inventer un nom pareil.

• A votre santé aussi, se contenta t-il de répondre en espérant que le serveur avait entendu le compliment pour son milkshake.

Bien sûr qu'ils étaient à se damner ! Ellias ne se serait jamais permis de perdre autant d'argent par semaine pour des boissons imbuvables. Malgré ce que disaient Maria et Vicky, il était sain d'esprit et tenait beaucoup à réfléchir à ce dans quoi il investissait son salaire durement gagné.

Il rapporta son attention sur elle quand elle entama son truc au fromage de chèvre-miel. Elle devait vraiment être affamé pour manger un tel truc à onze heures et demies. Lui était calé. Comme d'habitude, Wesley avait fait le difficile pour son petit déjeuner. Sauf que contrairement à la coutume, il n'avait pas réagit ni aux menaces ni aux promesses d'un nouveau kit de cartes de chocogrenouilles. Il s'était contenté de regarder son oncle le supplier et le menacer avec de grands yeux innocents et les mains plaquées sur la bouche. Finalement, il n'avait bu qu'un grand verre de jus d'orange et un yaourt, laissant à son oncle le soin de manger sa portion d'œufs brouillés au safran. Refuser de manger ce délice sous prétexte que ça ressemblait à la dragée surprise de Bertie Crochue goût poubelle sur lequel il était tombé la dernière fois. Comme si son oncle allait mettre des déchets dans son petit déjeuner ou tenter de l'empoisonner !

• Non merci, j'ai bien déjeuné ce matin, mangez votre plat !,
répondit-il pour décliner l'invitation.

Et sur ce avala une nouvelle gorgée de son milkshake fraise cassis en la regardant manger. C'était assez étrange de parler avec une vraie sorcière, enfin dans la mesure ou celle ci avait apprit à contrôler la magie et ne faisait pas exprès de faire léviter sa maîtresse sous prétexte qu'elle ne voulait pas la laisser montrer ses cartes de chocogrenouilles.
Et encore plus étrange, le fait de ne pas parler de choses touchant à la magie pendant qu'il tenait une sorcière sous le coude. Bon, il travaillait à St Mangouste, mais son job consistait à remplir des fiches d'admission et la seule personne à laquelle il parlait était son binôme Terry qui était plus proche d'un Vulcain que d'un sorcier puisqu'il arrivait à esquiver les trolls à cheveux fluos qu'Ellias lui envoyait quand il avait le dos tourné et se sans se retourner. Ce qui continuait à impressionner le jeune homme d'ailleurs, même après tout ce temps d'ailleurs !

Parler de vraies choses magiques avec une personne magique. Et puis, il commençait à oublier Poudlard, elle y étudiait là-bas, même s'il aurait préféré ne pas l'interrompre pendant qu'elle se remplissait l'estomac, Ellias avait envie de savoir ce que devenait ce lieu qui avait marqué quand même dix ans de sa vie au moins.

• Est-ce que tu veux goûter ma boisson ? proposa t-il en passant naturellement au tutoiement en espérant qu'elle l'imiterait. D'après les serveurs habituels, ce n'est pas un mélange habituel mais je trouve ça plutôt bon. C'est au cassis et à la fraise.

Il ne savait pas trop pourquoi il venait de lui proposer cela. Après tout, elle semblait être une gentille jeune femme et il n'avait pas besoin de l'amadouer pour qu'elle lui parler de Poudlard. Et en fait, il n'était même pas sûr du fait d'avoir tenté de l'amadouer. Est ce que c'était vraiment ce qu'il venait de faire ? Ça n'y ressemblait pas tellement. Un acte pour tenter de lier une amitié était plus probable

• Alors, que devient Poudlard ? Comment sont les gens qui étudient là-bas ? Avec tout ce qui s'est passé dans ces murs ? J'ai vu que tu en avais dessiné quelques uns. Ils sont dans ta filière. Est-ce …


Il coupa sa diarrhée verbale en collant la paille de son verre dans sa bouche. Bon Dieu ! Son but n'était pas de la noyer sous autant de question ! A ce rythme là, il allait la mettre vraiment très mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Dim 19 Juin - 18:25

J'étais heureuse de terminer ma journée ainsi. Dans un Café où la boisson et la nourriture étaient des merveilles ! Ellias ne pouvait pas mieux tomber avec moi, immense gourmande ... Bon, je devais me tenir car bientôt j'aurais englouti tout le croque-monsieur en seulement deux bouchées ! D'ailleurs c'était bien pour cela que j'avais proposé un morceau au jeune homme, pour me déculpabiliser de le terminer en une nano-seconde.
Il déclinait mon offre ? Hé bien tant pis, j'en aurais plus pour moi ! Non mais. Ayant englouti la dernière bouchée, oui, je dis bien englouti, je m'empressais de tout faire passer avec une gorgée de mon milk-shake salvateur. Chose ainsi faite j'étais aux anges. Et ... Il venait de me proposer de goûter à sa boisson ? Et en me tutoyant ? Je fus légèrement surprise mais j'acceptais de faire de même. Puis, il n'était pas si vieux en fait.


- Oh merci, je veux bien ! Dis-je en m'emparant de son verre si gentiment proposé. L'alliance des saveurs étaient là aussi un délice ... C'est délicieux ! Vo ... Tu veux goûter la mienne ? Après tout ce n'était pas aussi facile que je pensais, de passer de la distance des convenances à une approche plus ... directe.

Mais j'y arrivais alors j'allais bien continuer. Lui rendant le verre avec un grand sourire, je me disais intérieurement que la prochaine fois que je passerais en ces lieux, je prendrais son choix. C'était magnifiquement savoureux et si je m'écoutais, je terminerais son verre là tout de suite et sans hésiter. Je le détaillais quelque peu en espérant qu'il ne se sente pas mis à nu par un simple regard ... Justement c'était son regard qui m'interpellait le plus ! Il avait de beaux yeux bleus.
Je fus tirée de ma contemplation par une question. Il me demandait comment était devenu Poudlard. C'est vrai qu'il avait été là-bas ! Honnêtement j'ai eu tendance à l'oublier, vu qu'il travaille avec une Moldue. Moldue bien pire qu'une Sorcière, je dirais même ! Poudlard ... J'aimais cette école, le Collège avait été témoin d'une chose horrible que peu de personnes racontent. Le Combat Blanc est encore tabou pour certains. Peut-être a-t-il été au courant ? Les informations circulent vite visiblement ...
Poudlard je m'y suis plue au Collège chez les Verts et Argent et là, à l'Université c'est encore mieux, Moon Shadow est la filière qui me sied le mieux. Tortillant la paille de mon milk-shake entre mes doigts, je me rends compte qu'il attend peut-être une réponse rapide ...


- Poudlard est merveilleux, Il se relève peu à peu de ce qui s'est passé en ces murs. Ah tu es peut-être au courant du Combat Blanc ... J'ai failli y être, mais ma mère m'a rappelée à la dernière seconde pour l'aider. Ensuite elle m'a confessée avoir eu une intuition maternelle et que rester à Poudlard serait dangereux ... Mais j'ai appris par mes amis, ce qui s'était passé ... Alors oui, Poudlard est rempli de personnes formidables mais qui ont du mal à faire le deuil de leurs camarades. Oh, tu devrais voir les filières de mon institution c'est superbe ! Et les cours donnés aussi ! Dis, tu étais réparti dans quelle Maison au Collège ? Et à l'Université ? Pour ma part au Collège, j'étais chez les Serpentards !
Maison agréable remplie de personnes attachantes malgré le mauvais côté qu'on attribue aux gens de mon ancienne Maison. Oui, je dessine ceux de ma Maison et ceux des autres Maisons que je peux croiser dans le parc. Et toi, comment c'était Poudlard quand tu y étais ? Plus sécurisant je suppose non ?


Merlin, j'étais trop curieuse ! Le pauvre assailli par autant de questions en un temps record, il avait jamais vu ça je parie ! J'étais super curieuse et c'était mon gros défaut. Mais ça n'allait pas s'arrêter là. Pauvre Ellias, victime de ma Curiosité maladive ...

- Dis ... Pourquoi tu t'es dirigé vers un emploi Moldu ? Enfin, je ne dis pas du tout que c'est inintéressant ! D'ailleurs qu'est-ce qui t'a poussé à faire cela ? Enfin, pardon, si je suis trop intrusive et que je parle trop ...

Oh, le joli fard que voilà ! Et rien pour se cacher en plus ! Le serveur avait repris les cartes et la seule chose susceptible de me cacher à la vue d'Ellias serait mon verre ... Bon, restons naturelle. Du moins essayons ! Merlin, mon frère me disait toujours que je parlais beaucoup trop et que c'était un défaut à corriger ! En même temps lui, c'était un ermite, alors on se complétait admirablement en fait !
Bon, je n'aimais pas les blancs dans les conversations ... C'était toujours synonyme d'ennui. Ma compagnie l'ennuie peut-être ...


- Dis-moi, si je parle trop ... A toi de poser des questions, si tu veux ... Lui dis-je avec un grand sourire et le regard pétillant de malice.
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Mar 21 Juin - 12:03

Bon, l'avantage, c'était qu'elle n'avait pas vraiment eu l'air gênée par le début d'avalanche de question qui avait menacé de la submerger. Puisqu'elle s'était fait une joie de répondre à toutes ses questions sans en snober ne serait ce qu'une seule. Mais ce n'était pas forcément pour donner les meilleures nouvelles de son ancienne école. En général, et sachant que c'était Poudlard, on aurait plutôt pu s'attendre à quelque chose comme : ils ont fait reconstruire la tour Nord parce qu'elle fuyait depuis des années ou ils ont alloué une nouvelle salle au club de potion depuis qu'ils ont fait explosé l'ancienne. C'était ce qu'on attendait, mais ce n'était pas du tout ce qui s'était passé.

Et tous ces pauvres gens qui pleuraient leurs camarades, songea t-il en goûtant le milkshake de Sarah.

C'était un mélange que Ellias n'avait jamais encore testé, chez lui ou ici d'ailleurs. C'était vraiment délicieux, sauf que c'était également le cas d'à peu près tous les mélanges dans ce café, et puis il aimait vraiment son mélange à lui. Il les avait à peu près tous testés, excepté celui de Sarah par exemple, et c'était bien celui là qui le caractérisait le plus.

Puis il fut tiré de ses songeries culinaires par les questions aussi nombreuses que les siennes à lui. Décidément, ils étaient tous les deux aussi curieux. Ce n'était pas forcément plus mal. Quand Ellias commençait à poser un tas de questions, il était rare qu'on lui réponde, ou qu'on ne batte pas en retraite devant lui. Alors, il était agréablement surpris qu'elle ré-attaque en questions. Questions d'ailleurs, auxquelles ils se feraient un grande joie de répondre. Pas forcément dans l'ordre malheureusement, mais dans la totalité. C'était une garantie ! Mais d'abord, il était forcé de réponde à la question qu'on lui posait le plus souvent. Parce qu'il avait une réponse pré-faite. A force de la répeter, elle s'était presque incrustée sur sa langue. Mais pourquoi pas ne pas en faire une différente pour une fois ? Surtout que la jeune fille avait semblé faire preuve d’honnêteté ce qui différait des personnes qu'il venait juste de rencontrer et qui ne répondait jamais vraiment aux questions d'Ellias.

• Non c'est bon ! J'aime bien qu'on me pose des questions, ça me donne une excuse pour raconter ma vie. Bon, la fameuse question. Et bien en fait, je travaille à St Mangouste, je suis en stage là-bas, en fait, c'est ma dernière année, après je serais reconnu un médico-mage. Je suis pour la Galerie ce qui se rapproche le plus d'un consultant même si avec Miss Meyer, je possède plus de la moitié des parts de marché. C'est elle et moi qui en avons eu l'idée quand on avait … allez quoi, Dix ans ? On s'était dit qu'on le ferait, alors on l'a fait. On a grandi ensemble, dans le même village. Sauf que moi je suis allé à Poudlard et qu'elle a suivit un autre cursus. Elle a finit première de sa promotion, du coup les gens qui nous ont aidé à démarrer avaient beaucoup plus confiance en son potentiel. Quand on était petit, on ramassait tous les dessins de nos amis et on les bricolait pour pouvoir ensuite les montrer à nos parents, c'est comme ça qu'on s'est rencontré : en ce battant pour un dessin.

Et elle l'avait eu en le bombardant de petits cailloux, déjà à l'âge de neuf ans, Vicky avait été une sauvageonne quand il s'agissait des affaires. Son destin était tout tracé en fait. Elle avait fait sa scolarité dans un collège puis était allée dans un lycée d'art, et finalement fait une école de commerce.

Mais elle avait été la seule au courant de sa spécialité du à son état de sorcier. Les autres au village pensaient qu'il était allé dans une école privée, mais Vicky avait été la seule à connaître la vérité de but en blanc. Et elle l'avait plutôt bien tolerer. Elle avait passé tous ses étés avec lui.

• Ah, les Serpentards …, dit-il en se souvenant de ses années du Collège qui remontaient tellement qu'il avait l'impression d'être un vieux papy, Je me souviens que lorsque j'y était, ils n'arrêtaient pas de se disputer avec un peu tout le monde qui n'était pas dans leur maison. Leur réputation, ce sont eux qui se la sont faite. Peut-être que ça a changé avec le temps. Moi j'étais chez les Pouffsoufles, on était un peu plus calmes et ouverts, mais comme partout, il y avait des querelleurs. Je ne te vois pas vraiment chez les Serpentards, commenta t-il avec un haussement de sourcil d'étonnement. Ce n'était pas vraiment sécurisant. Enfin, comparée à ton année, si. Mais entre les cours, il fallait courir si on ne voulait pas être prit entre deux sortilèges

Heureusement que ce n'avait pas été tous les jours comme ça, et que de temps en temps, les surveillants faisaient leur boulot et remettaient les trublions à leur place. Les rares fois où ils étaient là, si un sortilège avait le malheur d'être jeté, c'était tout le couloir qui se prenaient des heures de colles. Même les innocents. On pouvait penser que c'était injuste, mais au moins les couloirs étaient calmes pendant au moins deux semaines. Parce que les gens étaient dans les salles pour faire leurs heures de colles au lieu de traîner dans les couloirs pour jeter tout et n'importe quoi.

• Bon et ensuite, je suis allé à Clover Spring pour faire med-mage, comme tu l'auras deviné.

Il lui sourit et avala une nouvelle gorgée de milkshake. C'était maintenant à son tour de poser des questions comme ça ? Qu'est ce qu'il pouvait bien lui demander ?

• Et bien, à part le dessin, qu'est ce que tu as d'autre comme passe-temps ?
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Mar 21 Juin - 13:29

Mon milk-shake avait l'air de lui plaire. Pour sûr qu'il était délicieux ! Entre-temps le serveur était venu débarrasser mon assiette vide, l'envie d'en recommander un autre m'effleurait l'esprit, mais non, je n'abuserais pas ...
Alors comme cela, il était Médicomage, enfin en formation ? Ceci expliquait donc le fait qu'il m'ait "soignée" dans sa Galerie sans paniquer. J'ai toujours admiré ce métier-là, peut-être même plus que les métiers artistiques eux-mêmes. Je ne sais pas, l'Inconnu, le fait de sauver des personnes, de les aider du mieux qu'on le puisse. Mais surtout d'être à l'écoute au final ! Il l'avait été avec moi et avait même été fin psychologue du coup !
Son métier, enfin futur, était vraiment enrichissant de découvertes. Pour ma part, je ne tiendrais pas même une journée à Sainte-Mangouste ... Je détestais autant les hôpitaux moldus que sorciers ... J'avais une sacro-sainte peur de cela, et je trouvais que ça sentait la Mort dans les couloirs, une drôle d'impression me saisissait à la gorge quand je devais me rendre dans des lieux ainsi. Pas pour ma personne, mais quand même ...
Or, c'était bien pour cela que je le félicitais intérieurement, il fallait du caractère pour travailler dans des institutions pareilles et de la douceur aussi. Je pense à juste titre qu'il devait faire preuve des deux ! Ouf, il avait répondu à mes questions, et n'avait aucunement fui devant l'adversité !

J'étais attentive à ses réponses, toute souriante. C'était un Sorcier très intéressant. J'attendis la fin de sa tirade pour parler de ma voix douce et posée. Ça y'est j'étais enfin à l'aise, il m'en a fallu du temps, mais Ellias y était pour beaucoup. Sa délicatesse et son amabilité avaient fait tomber mes plus rigides barrières.Je me sentais bien avec lui, mais je savais que ça ne durerait pas, il n'avait bien qu'une seule heure de pause à m'accorder, mais je ne m'en plaignais pas ! Au contraire !


- C'est une formation admirable je trouve. Bien que cela doit être stressant ... En même temps, je panique pour un rien donc ... Ah donc vous vous connaissiez tout petits déjà ? Et là je trouve encore plus admirable d'avoir su monter une affaire et d'être restés en bons termes encore des années plus tard ! C'est touchant comme histoire. J'aime bien. Dis-je en le regardant. C'est vrai que c'était bien comme histoire, ils avaient touché du doigt leur rêve petits, et l'ont concrétisé étant plus vieux.

Merlin que j'aurais aimé faire ça. Bon, là, j'avais eu toutes les chances de mon côté aujourd'hui. Je m'étais rendue dans cette Galerie, j'avais été montrer mes carnets à Ellias en premier et à Miss Meyer, nettement plus impressionnante ! Mais je ne m'étais pas démontée, malgré ma grande timidité, et cela c'était le plus beau ! Et là, je me retrouvais à faire la conversation à une personne qu'il y a bien un petit mois, je n'aurais même pas approchée. Non, là, je me sentais bien. C'était parfait.
Je reprenais une gorgée de mon délectable mélange, là aussi, j'aimerais que ce verre n'ait pas de fin. Oh tiens, il vient de me dire que chez les Blaireaux, il avait été réparti ? Moi j'aurais vu plus Serdaigle ... Et que ça lui semblait bizarre que pour ma part Serpentard m'ait accueillie ... Là, je ne sais pas, je suis toujours partie du principe que le Choixpeau ne se trompait jamais donc ...


- Oh tu étais chez les Jaune et Noir ? Comment c'était à ton époque ? Attention hein, je ne dis pas que tu es vieux ! Lui affirmais-je avec un petit rire. Je veux dire par là, est-ce que vous vous mélangiez par Maisons ? Ou bien est-ce que vous étiez sectaires ? Ou encore est-ce que les Non-Sorciers ont déjà été mal considérés lors de ta scolarité ? Hé ! Chez les Serpents, je m'y sentais à mon aise malgré que j'étais discrète ! J'ai même été Préfète. Ah, à ce que je vois, les Serpentards ne brillaient déjà pas par une fameuse réputation ...
Pour mon cas, je pars du principe que le Choixpeau n'a pas droit à l'erreur, alors malgré tout j'avais ma place là-bas. Et je me la suis faite ... Ça me manque un peu d'ailleurs.


Clover Spring, là aussi j'aurais aimé entamer mon cursus dans cette filière là, mais Moon Shadow, comme je l'ai dit et comme je le pense, me sied à merveille. Oui, pour sûr que j'avais deviné qu'il aurait terminé par là.

- Et c'était bien ? Les cours ? C'était pas trop difficile ? Voilà, que je me remettais à l'étouffer de questions, alors que je lui avais bien dit que c'était à lui d'en poser. Bouse !

Je répondis à son sourire et entendis sa pertinente question. Qu'est-ce que j'aimais faire à part dessiner ? Est-ce que j'allais lui dire que je passais mon temps souvent seule à rêvasser, assise sur un banc, ou en train de lire un livre me prenant aux tripes ? Il allait sûrement rigoler de ma personne ... C'est vrai que je n'aime pas passer ma vie dans les magasins à perdre mon temps. J'aime me relaxer, écouter de la musique et rester des heures durant allongée dans l'herbe en tentant de reconnaître quelle forme le nuage tente de prendre en cet instant précis.
Je n'avais pas de passe-temps normal, ah si ! Je suis passionnée par le vieux cinéma Moldu et je peux venir seule voir un Cinémagik, cela ne me pose aucun problème. Bon, autant être honnête, vu que je l'ai été, depuis que j'ai posé le pied sur le sol de sa Galerie ...


- Ce que j'aime faire à part le dessin ? Hé bien ... Je n'ai pas de loisirs super palpitants, enfin pas comme ceux de mon âge je dirais. J'aime rester des heures durant à contempler un cours d'eau, à rester couchée dans l'herbe tout en regardant les formes cotonneuses s'amoncelant au-dessus de ma tête. J'aime aussi rester seule à rêvasser sur un banc ou bien en train de lire un bouquin. Me relaxer en écoutant de la musique et en faisant quelques exercices de Yoga ...
Ah et je suis aussi passionnée par le vieux cinéma Moldu, mon grand-père maternel m'a légué sa précieuse collection de bobines ... Et j'adore tout autant le Cinémagik ! Y aller seule ne me dérange pas.


Bon, maintenant attends-toi à ce qu'il s'esclaffe ... Et qu'il te laisse planter là, telle une godiche. Reprenons légèrement contenance, je me devais de lui retourner la question !

- Et toi ? Qu'aimes-tu faire d'autre à part être dans ta Galerie et à Sainte-Mangouste, s'entend ?
Revenir en haut Aller en bas

Ellias MacInerty
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 4631

MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   Mer 22 Juin - 20:18

Ellias se contenta d'un sourire en réponse au commentaire de la jeune fille sur son amitié longue durée avec Vicky. Ça n'aurait pas du la rendre admirative, mais plutôt la faire courir le plus loin possible d'Ellias dans un timing assez court. Le fait qu'il soit encore ami avec elle après toutes ses années ne prouvaient que deux choses : qu'il aimait souffrir d'une part et ensuite qu'elle était assez dangereuse pour retenir n'importe qui malgré sa sauvagerie et son manque flagrant de don en socialisation telle une araignée mortelle.

Donc, ça n'aurait pas du la réjouir de l'avoir vu réussir son rêve. Mais bon, elle ne semblait pas se moquer ou feinter histoire de mieux réussir à lui fausser compagnie dès qu'il tournerait la tête pour demander l'addition. Il n'était pas du tout pessimiste, il retenait juste les erreurs faites du passé, et il était arrivé souvent qu'une fille disparaisse le temps de dire "je veux bien ton numéro" après qu'elle ait été confrontée à Victrolla. À croire qu'elles la prenaient toutes pour sa sœur délurée, son ex ou même carrément sa petite amie ! C'était déjà assez chiant de se la coltiner pendant les horaires de boulot sans lui arracher les yeux pour ne pas l'avoir en plus sur le dos quand ce n'était pas forcément nécessaire. Le problème, c'était qu'après, Ellias avait l'impression d'être un moins que rien incapable de rester avec une fille plus d'une semaine. Et Wesley qui en rajoutait toujours une couche avec ses "Pourquoi toi t'as pas de maman pour être avec toi ?". Certains soirs étaient plus durs que d'autres. Et les pensées du jeune homme les lendemains étaient dignes des plus grands films d'horreurs, surtout quand Vicky était sur son dos toute la sainte journée. Dans ces jours là, il préférait être envoyé visiter des hangars dans Canary Warf et dépenser des fortunes pour que la babysitter s'occupe de Wesley le temps que son oncle ait eu le temps de se saouler chez son meilleur ami Flynn.

Heureusement que ça n'arrivait pas tous les soirs. Sinon, il rentrerait éméché pratiquement tous les soirs de la semaine. Et Jessica serait devenue très riche depuis très longtemps, surtout avec ses honoraires hallucinants.

• Ah ouais ? Moi je n'ai jamais eu de responsabilité, réagit-il en entendant l'ex-préféte. Il ne devait pas vouloir d'un préfet qui bossait que le stricte minimum et qui s'en vantait dès qu'il le pouvait. De plus, je n'étais pas vraiment dans les personnes les plus populaires à l'époque, j'aimais rester dans mon coin. Je préparais des trucs capables d’intéresser Miss Meyer. Avec elle si tu ne transformais pas le plomb en or, ce que tu faisait n'était pas jugé digne de son intérêt. Je me souviens que les autres Pouffsouffles aimaient bien faire ami-ami avec un peu tout le monde, mais il y a des exceptions comme dans chacune maison d'ailleurs. Mon meilleur ami et moi restions toujours dans notre coin, on se suffisait amplement. Mais l'ambiance était plutôt bonne, les gens d'une même maison ne restaient pas qu'entre eux, et parfois dans une bande d'ami, il y avait toutes les maisons, bien que les Serpentards aient beaucoup de mal à s’intégrer …

Ellias avait un peu l'impression de se répéter sur la fin. Mais c'était vrai, par exemple, dans sa bande d'amis, il y avait Flynn et lui qui étaient tous les deux à Pouffsouffle, Klara, une Serdaigle, Éric et Grégory qui étaient à Gryffondor. Tous les Serpentards restaient entre eux. Les seuls contacts qu'ils avaient eu avec des élèves de cette maison là - et les heures de cours exceptées s'entendait - avait été avec sa seule petite amie du Collège en … cinquième année. Elle s'appelait Daphné, était à Serpentard et accessoirement sa partenaire de Potion. Et à part pour réclamer une excuse ou jurer, il n'avait jamais parlé à d'autres Serpentards qu'elle lorsqu'il était encore élève.

Ça ne l'avait pas tellement dérangé en fait.

Ellias écouta Sarah en focalisant toute son attention sur elle. Ainsi, c'est à dire en sirotant distraitement son fond de milkshake, il apprit qu'elle avait des passes temps géniaux et singuliers. Parce que ce n'était pas tout le monde, dans le monde sorcier pour être précis, qui s’intéressait au vieux cinéma moldu. Il ne connaissait personne qui était passionné par cela d'ailleurs. Même parmi ses amis moldus, c'était pour dire quand même. Et son admission à Serpentard restait toujours un grand mystère pour lui. Elle était ouverte d'esprit, tous les Serpentards qu'il avait rencontré se pâmaient pour avoir un sang plus pur que celui de n'importe quel sorcier sur Terre. Vraiment infernaux à vivre à la longue. Pourtant, ce ne semblait pas être son cas. Loin de là même.

Le jeune homme se contenta de hocher de la tête pour mon montrer son appréciation. Après tout, il avait fait exactement le même genre d'activité quand il avait son âge. Alors il ne pouvait pas tellement critiquer ni dire autre chose. Et puis, il n'y avait rien à dénigrer.

• Dans ce cas, moi aussi je ne rien de très palpitant, répondit-il. Parce que je fais la même chance quand j'ai du temps pour moi, ce qui est assez rare en fait. Et honnêtement, j'aime bien aussi ne rien faire du tout. Au moins le temps à l'air de passer moins vite.

Il s'arrêta pour la laisser parler en regardant le fond désespérément vide de son verre avec l'envie d'en recommander un. Même s'il savait que ce n'était vraiment pas raisonnable. Ni pour lui, ni pour son budget, surtout qu'avec tout le bol qu'il avait, son neveu réussirait à lui extorquer une nouvelle quantité astronomique de chocogrenouilles qu'il ne mangera jamais.

• Je cuisine bien d'après certaines personnes, dit-il avec un sourire en coin. Travailler avec la nourriture me détend et me donne l'impression d'être un grand créateur, en tout cas, il est clair que je suis plus douée avec une louche qu'avec ma baguette.

Et c'était fichtrement vrai. Peut-être que cela était du au fait qu'il ne s'était pas servi de la magie depuis très longtemps aussi. La dernière fois fois qu'il avait voulut allumer la cigarette de Flynn avec sa baguette, il avait faillit le tuer.

• A une époque, je voulais devenir cuisinier, ça ne m'aurait pas déplu de travailler avec de la nourriture, au moins elle n'est pas aussi bavarde et autoritaire que Miss Meyer.

Le serveur profita de cette occasion pour revenir. Débarasser Sarah de son assiette vide et Ellias de son verre. Le jeune homme attendit qu'il ait terminé de faire son travail pour continuer leur discussion. Ce n'était pas comme si elle était d'une importance capitale pour la sécurité nationale, mais il n'aimait pas que des oreilles inconnues traînent quand il parlait, une question d'habitude, tous les résistants devaient avoir cette manie d'attendre que tous corps étrangers aient quitté le périmètre d'écoute.

• Tiens d'ailleurs. Quel est ton plat préféré ? Quand tu reviendras à la galerie, je pourrais toujours te faire ça. Ça sera agréable et puis tu pourras toujours juger sur mon "talent culinaire". Qu'en penses-tu ?

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'avenir nous le dira   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'avenir nous le dira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Loreena&Gideon ? L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe. ? [END]
» Ce que l'avenir nous réserve
» L'avenir dira le reste.
» Dana ~ il n'y a pas de destin, mais ce que nous faisons
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & Administrations-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Univers connus