Forum de jeu de rôle par écriture alternée sur le thème de l'univers magique de Harry Potter de JKR pour adulte et jeunes adultes
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


 L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Extérieurs du château :: Café Magic CampusPartagez | 
 

 Un samedi comme tous les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Un samedi comme tous les autres   Ven 22 Avr - 15:14



Jolene avait donné rendez-vous à Callie et Skandar devant le hall d'entrée de l'école. A son frère et sa soeur, les seuls qu'il restait encore sur le campus. Si elle avait eu d'autres options, nul doute qu'elle aurait invité plutôt ses ainés, Olympe et Manfred. Ils étaient beaucoup plus cool. Mais bon, ils n'étaient plus sur le campus depuis pas mal de temps maintenant. Et il ne lui restait que ses cadets si elle n'avait pas envie de trop s'éloigner. Ou de marcher jusqu'à Pré-au-lard pour pouvoir transplaner tranquillement.

Pas de chance, ses cadets étaient les plus space de la famille. Callie était hyperactive et Skandar et bien … il restait fidèle à lui même.

Mais bon, c'était un samedi, et la jeune femme avait juste envie de sortir un prendre l'air. Au lieu de rester à mariner dans ses livres pour ne rien faire du tout, ce qu'elle faisait tous les samedis et même tous les jours en fait. Elle avait envie d'innover.
En plus pour une fois, il faisait beau. Bon, on se gelait, mais au moins il y avait du soleil, ce n'était pas négligeable quand même.

C'est pour ça qu'elle était dans la cour, bonnet enfoncé sur ses cheveux fraichement reteint en roux, en train de taper des pieds pour ne pas se laisser transformer en bonne femme de glace. Nul doute que son corps transi de froid ferait une magnifique décoration, mais elle avait encore d'autre projet à faire avec celui ci, des projets concernant l'Opposition. Il valait donc mieux le ménager et le chouchouter. Mission pour l'Opposition rimait étrangement avec courbatures, foulures et détérioration.

Enfin, sa soeur et son frère apparurent, Callie sautillait presque tandis que son ainé traînassait des pieds en essayant de lire un livre tout en marchant. Jolene alla à leur rencontre au lieu de rester immobile dans le froid, ça elle l'avait fait pendant un quart d'heure, elle en avait marre quoi.
Sa soeur l'appercut et s'arrêta net en apercevant ses boucles qui dépassait de son bonnet. D'une main, elle pointa les cheveux de Jolene et de l'autre elle cachait sa bouche comme si elle était horrifié. Ce qui, réflexion faite, était très probablement le cas.

" - Jo … Mais qu'est ce que tu as fait à tes cheveux ? murmura t-elle en ouvrant des yeux comme des soucoupes.

Un autre jour, elle aurait lancé une repartie qui aurait fait rire sa sœur, mais là, ses doigts de pieds et de mains n'envoyaient plus aucun de signe de présence et Jolene était assez furax comme ça. Pas la peine que sa sœur en rajoute.

" - Je ne savais pas qu'on était là pour échanger nos points de vue capillaire, lança t-elle en foudroyant sa sœur. En fait, je croyais même qu'on devait aller boire un café. Il y a un quart d'heure, précisa t-elle en insistant sur le temps qu'elle avait passé dehors à les attendre

Celle-ci eut au moins la décence de paraître embarrassé et de jeter un coup d'œil à sa montre. Avant se lancer dans une diarrhée verbale pour expliquer à sa soeur en long en large et en travers à quel point elle était désolée (parce que Jolene "n'avait pas idée", à quel point sa sœur se sentait coupable, de les avoir retarder parce qu'elle n'arrivait pas à choisir quelle paire de mitaine mettre). Mais celle ci perdit vite son visage d'excuse avant de prendre la pose de peste que sa soeur connaissait bien pour dire avec un sourire moqueur :

" - J'espère que tu n'as pas eu froid, et que tu n'as pas été assez bête pour rester dehors dans la cour par ce froid. Ça aurait été très bête.

Jolene dut serrer les lèvres pour ne pas se jeter sur elle et lui faire bouffer des cailloux qui étaient par terre, et parfaitement gelés.

" - Géniale ton idée Sherlock, sauf que si tu savais lire comme il faut, tu n'aurais pas manqué le panneau qui signale qu'il y a un examen dans la Grande Salle et que pour cette raison le Hall est fermé.

Sa soeur leva les yeux au ciel et ouvrit la bouche avec la visible intention de la ramener, mais Jolene les poussa tous les deux en direction du Café Magic Campus, d'après ce que Skandar avait dit, un rare jour où il parlait, à cette heure ci, il ne devait pas y avoir trop de monde. Les élèves de Poudlard étaient encore en cours, sauf Callie qui avait séché, et les étudiants de Poudlard University dormaient encore après avoir fait la fête à Londres toute la nuit.

Et c'était nettement plus agréable de boire un café dans un endroit où on était pas serré comme des sardines. Ce n'était pas au gout de Callie qui ne pensait qu'à sa côte de popularité, mais au moins cela convenait parfaitement à ses deux aînés.

Callie insista pour qu'ils se fassent une partie de BabyQuidd, elle réussit à entraîner Jolene tandis que Skandar lui, partait chercher des cafés.

Du coin de l'œil, elle surveillait son frère, ou du moins que personne ne s'approche trop de lui, Skandar n'aimait pas trop qu'on l'ennuie, et il n'aimait pas dire à une personne qu'elle l'ennuyait de sa présence. Elle perdit plusieurs points bêtement et sa sœur crut qu'elle devait ses points grâce à son talent et n'aurait jamais consenti à dire que c'était juste parce que sa soeur essayait de regarder à deux endroits en même temps.

Un éclair blond attacha son regard, elle connaissait ses boucles blondes qui se dirigeaient vers le bar où se trouvait son frère.

" - Cal, excuse moi, je reviens je vais voir ce que trafique Skandar avec les cafés.

Elle posa une main sur sa hanche avec un sourire pédant.

" - Dis tout de suite que tu déclares forfait au lieu de te cacher derrière des faux prétextes.

Jolene ne répondit rien et se précipita vers son frère toujours penché sur son livre mais qui releva la tête vers la blonde. Apparemment, il l'avait remarqué, et Jolene vit ses prunelles s'illuminer d'une manière qui agaça la jeune femme au plus haut point tandis que son frère arrêtait la blonde en posant sa main sur son épaule.

" - Hey Sarah !, s'exclama t-il.

Jolene parcourut les derniers mètres en sprintant. Elle se pointa juste à côté de son frère et passa son bras sous celui de son frère pour attirer son attention sur elle en trouvant une excuse bidon pour l'éloigner.

" - Callie râle pour que tu joues avec elle, articula t-elle à toute vitesse avant de se retourner innocement vers la jeune fille blonde. Salut Sarah.

Son frère la regarda elle puis dans la direction de Callie qui se curait paisiblement les doigts.

" - Ouais deux secondes, je dois parler avec Sarah des devoirs de la semaine.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Ven 22 Avr - 16:57

Il faisait vraiment froid, j'en avais eu la certitude dès que je m'étais levée. J'avais détesté sortir des couettes pour me rendre en cours, en effet j'aurais largement préféré mon lit. Mais j'avais passé ma nuit sur ma disserte et bonne élève, je me devais de la rendre. Me connaissant c'était ainsi.
Bâillant devant mon miroir, je tentais de discipliner ma longue chevelure blonde, et de me redonner un semblant de féminité. Je n'aimais pas être maquillée tel un camion volé, oui je connaissais l'expression moldue, et je prônais le naturel. Tout comme ma mère, elle ne passait jamais du temps devant la glace et prenait souvent le premier habit venu. Elle aimait s'habiller en moldu, et rester la journée quand elle ne travaillait pas en ce que l'on appelle un "jogging" ne lui faisait aucunement peur. Pour cela nous nous ressemblions.
Mon frère quant à lui, trop actif de nature, n'aimait pas à traîner ainsi dans une tenue qu'il ne qualifiait pas de présentable ... Là par contre nous divergions. A cette pensée, je souris, il m'embousait toujours et ça ça me manque. Dans le miroir, je vis mon regard se voiler. J'étais encore en train de ressasser mes vieux démons. Encore et toujours.
Ce n'était pas une vie, c'était un supplice. Je me devais de sortir.

Après tout, je n'avais qu'un cours et je n'allais pas me priver pour sortir. Mes bonnes notes faisant foi ... J'enfilais mon slim de couleur noire, un pull moulant col roulé de la même couleur, et mes bottes toutes aussi sombres. Je pris ma veste et mon écharpe qu'il me tardait de mettre sur le chemin. J'avais pris mon sac en bandoulière où j'avais rangé consciencieusement ma dissertation. D'un pas rapide, j'étais arrivé devant la classe de mon professeur.
Un jeune professeur qui en faisait tourner des têtes et qui aimait saupoudrer nos week-end , de tendres devoirs à faire à la maison. Je l'en remerciais silencieusement de la perte de mon temps qui s'égrenait à chaque tâche qu'il nous donnait ... Du coin de l'œil, je le vis discuter avec une élève, toute souriante, mais pressée comme je l'étais, je fourrais ma dissertation avec un grand sourire dans sa main. Il me le rendit et s'apprêtait à me dire quelque chose mais j'avais filé tel le vent !
Maintenant la question se posait ... Où allais-je passer le restant de ma journée ?
Pas en ville non ! Il faisait bien trop froid pour penser éventuellement à faire les magasins, donc je déclinais ma propre invitation. Je savais après moultes hésitations où me rendre, Café Magic Campus là c'était tentant.

D'un pas assuré, je me rendais là bas, avec une envie non négociable d'un bon café, encore fallait-t-il que j'en choisisse le goût. Heureuse comme pas possible, je rentrais dans le dit Café, encore désert à cette heure ci. J'avais posé mes affaires près du comptoir mais néanmoins je sentais un regard assez pesant dans mon dos. Comme si on m'observait. Je n'eus pas le temps de me retourner que je sentis une pression sur mon épaule et que j'entendis prononcer mon prénom.
En effet, quand j'étais rentrée dans le café, il me semblait bien avoir reconnu des visages, mais j'étais bien trop préoccupée par la saveur qui allait prendre mon prochain café. Quand il s'agit de nourriture, j'oublie bien vite ce qui se passe autour de moi.
Mea Culpa pour ceux que j'ai reniés. Injustement.

Revenons-en à la main posée sur son épaule, me retournant, je n'allais pas tarder à en distinguer le propriétaire ... Skandar ? J'étais surprise de le trouver ici. D'ailleurs il a du me comprendre, vu le regard que je lui offre. Mais je le balaie vite par un de mes charmants sourires.


- Hey ! Skandar, salut ! Tu vas bien ? Lui demandais-je de ma voix douce, mais au moment d'ouvrir la bouche, il fut interrompu par ?

Jolene ? Ah oui ! Note c'était sa soeur, que j'avais rencontré lors d'une escapade matinale.


- Oh ! Jolene, salut !

Je vis Skandar regarder tout à tour Jolene et celle qui je le pense, doit être son autre sœur. Je ne pus que sourire, car mise devant l'accompli, Jolene et Skandar sont vraiment bien trop différents pour être de la même fratrie.

Skandar voulait parler des devoirs de la semaine. Soit.


- Ah Skandar, ce matin j'ai rendu le devoir maison à Mr Rockwell. Tu sais le devoir d'Economie des Arts Magiques, à rendre aujourd'hui dernier délai.

- Ah oui ! Je l'ai rendu la semaine dernière, pour être plus tranquille pour les autres devoirs qu'on a à faire. D'ailleurs, comme je l'ai demandé, on a quoi Sarah pour la semaine ?


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Ven 22 Avr - 18:35

Jolene leva les yeux au ciel en maudissant son frère. Non mais c'était vrai quoi : il jouait au roi du silence 364 jours sur 365 et le jour où il desserre enfin les lèvres, c'était pour parler à cette fille. Ce n'était pas que la rousse ne l'aimait pas, c'était juste qu'elle ne voulait pas la voir s'infiltrer dans son espace vital. À ses yeux, c'était la seule chose qui comptait, après la famille bien sûr, mais en tout cas, avant sa loyauté à l'Opposition. Parce qu'il y en avait eu des Opposants avec le nez cassé pour s'être incrusté dans son monde.

Elle ne dit rien pendant que Sarah répondait à son frère, ça aurait pris encore plus de temps si elle les avait interrompu, mais maintenant qu'il ouvrait la bouche pour reposer une question, elle ne pouvait décemment pas le laisser continuer. Or de question de le laisser blablater, s'il voulait lui parler, il n'avait qu'à le faire quand ils étaient dans leur salle commune ou pendant leurs cours. Jolene voulait son samedi matin tranquille. Et honnêtement, elle le méritait amplement après avoir passé une semaine à renifler les effluves de potions mortelles, de leur antidotes, des explosions obligatoires dans la fabrication des dites potions. Et puis ses doigts étaient presque en sang tant elle avait gratté du parchemin cette semaine. Non, vraiment, elle méritait de siroter tranquillement un bon café bien sucré, quitte à devenir diabète même.

" - Excuse moi, Skandar, mais Callie va se mettre à sauter partout comme un écureuil hyperactif si tu la laisse encore patienter,
inventa t-elle à toute vitesse.

Il laissa échapper un soupir exaspéré et se tourna pour regarder Callie. Là, Jolene aurait été mal s'il l'avait vu toujours occupée à se pomponner ses ongles, heureusement pour elle, Callie devait vraiment s'impatienter de ne pas avoir de quoi se réchauffer, parce qu'elle débarqua en sautillant, brûlant la rétine de sa sœur à cause de ses vêtements jaunes poussins.
Jo en avait vraiment marre des couleurs flashys que portait sa sœur, ça lui fichait un mal de crâne pas possible lorsqu'elle restait trop longtemps à la regarder. Est ce qu'elle ne pouvait pas être un peu normale pour une fois ? Faire comme toutes les adolescentes de son âge ? Piquer une crise de confiance en soi et essayer de faire tapisserie? Mais non, pas Callissandre Letrade, non, elle, il fallait absolument qu'elle déborde de confiance en elle et porte du jaune soleil !

" - Bon, vous trafiquez quoi là ?, grommela t-elle. J'ai soif moi !

Repérant les tasses derrière Skandar, elle se glissa entre ses deux aînés et chopa la tasse qui portait des vermicelles colorés sur la chantilly. Un truc comme ça, il n'y avait qu'elle qui pouvait commander des trucs comme ça, après tout. Y avait de la couleur, c'était presque sa signature quoi …

Jolene pouvait tirer la situation à son avantage, alors elle n'allait certainement pas s'en priver. Parce que tenter de faire ami-ami avec son frère, c'était absolument une atteinte à sa vie privée, bon elle passait par celle de son frère, mais cela revenait quand même pareil à la fin : elle et Jolene dans la même pièce. C'était inconcevable.

" - Tient, Callie, tu ne m'as pas dit que tu voulais jouer avec Skandar ?

Elle sembla y réfléchir en léchant pensivement la moustache de crème fouettée et de vermicelles colorés. Elle était adorable mais juste un peu relou sur les bords. Et ce n'était pas complètement de sa faute, être hyperactive ce n'était pas forcément un don.

" - Pourquoi pas, après tout, je t'ai massacré, alors si je fais pareil avec Skandar, on pourra dire que j'ai réussit ma journée ! réfléchit-elle à haute voix. Ouais ! Skandar ramène ta fraise !

Elle poussa sans ménagement son frère dans la direction du BabyQuidd, au moins, avec son hyperactivité, elle avait de la force à revendre, et puis Skandar était bien trop mollasson pour avoir ne serait-ce qu'une chance de ne pas la suivre. Mais au dernier moment, elle se tourna vers Sarah avec un grand sourire, comme si elle se souvenait d'une chose à faire.

" - Hey salut ! dit-elle en levant la main pour taper dans la sienne.

Un salut, faut-il le préciser, que Jolene avait parfaitement en horreur.

" - Je m'appelle Callissandre, mais tout le monde m'appelle Callie, précisa t-elle, je sais pas trop pourquoi. Mais moi aussi je m'appelle Callie en fait. Bref.

Elle était bonne pour partir dans un long monologue sur sa vie. C'était toujours pareil. Sauf que cette fois, elle s'arrêta toute seule. D'habitude, c'était Jolene qui devait l'arrêter, en général par des cris puisqu'elle était sourde tant que la voix qui essayait de lui parler était d'un niveau sonore inférieur au sien. Et elle parlait extrêmement fort.

" - Je suis désolée de vous laisser avec ma soeur, elle méchante parfois … en fait elle l'est presque tout le temps. Mais elle ne mord pas.

Elle se retourna pour rejoindre Skandar, mais sûrement en sentant le regard noir de Jolene dans son dos, elle s'arrêta pour ajouter quelque chose.

" - Enfin si, mais pas tout le temps, ajouta t-elle se voulant rassurante puis s'éloigna.

Avec un sourire poli mais froid, Jolene se retourna vers Sarah.

" - Alors … On est Samedi, et tu vas au café. C'est cool.

Bon, elle ne savait pas faire la conversation, mais elle n'était pas à blâmer, si ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Sam 23 Avr - 19:56

Vraiment étrange cette famille. Il y avait Skandar, que j'appréciais fortement vu qu'il était dans la filière artistique. Et il y avait Jolene, cette dernière, je la trouvais très étrange envers moi. Comme si elle ne voulait pas que son jeune frère me parle. Après tout, c'était lui qui était venu me parler en premier. Et les convenances exigeaient une discussion non ? Alors je lui avais juste répondu qu'elle était arrivée à toute vitesse ...
De mon regard grisé rehaussé d'une pointe de vert, je le vis se tourner vers son autre sœur et son soupir exaspéré me fit sourire. C'est avec un certain amusement que je vis débarquer la dernière de la fratrie, apparemment elle ne voulait pas être en reste et par corollaire, je n'allais pas tarder à lui parler ... Cette fille, débordante de jaune visiblement, adorait ce genre de couleur là, ce que j'abhorrais au plus profond de mon être. Mais je n'en ferais rien.
Juste que c'est assez moche en fait, mais ce n'est pas mon problème, du tout.

La nouvelle demoiselle, avait récupéré les cafés, et Jolene persiflait encore. Cette rousse était vraiment spéciale, je ne la trouvais pas si horrible que cela en fait. Comment dire ? Je m'accommodais de sa compagnie, enfin pour ce que ça en était de la compagnie. Elle ne m'avait pas sauté à la gorge malgré que nous soyons dans le même café, et ça, ça y était déjà pour beaucoup. Je souriais à Skandar quand j'entendis que celui-ci était réquisitionné. Le pauvre, ce n'était pas de tout repos pour lui. Mais j'irais le sauver, si vraiment ça devient horrible pour lui ... Seulement.
Je vis la fille se tourner vers ma personne avec un grand sourire auquel je répondis instinctivement par un sourcil arqué. Que me voulait-t-elle ? Avec les Letrade, je n'étais pas au bout de quelconques surprises.
Elle se présenta avec un salut peu conventionnel. Une tape dans la main ? Par réflexe j'avais tendu ma paume.


- Enchanté ! Fis-je avec emphase. Elle était débordante d'un trop plein d'énergie, qu'apparemment, elle n'arrivait pas à canaliser ... Et c'était le pauvre Skandar qui en faisait les frais.

Callissandre ? C'est joli. Je n'eus pas le temps de répondre que déjà elle s'évaporait. Elle me sortit une phrase qui me fit sourire, Jolene méchante ? J'en avais eu un aperçu. Mais pas si méchante quand même.
Jolene entame la conversation, et je ne pus m'empêcher de lui sourire aimablement et de lui répondre avec ma voix douce si caractéristique.


- Oui ! Je décompresse de ma nuit blanche passée sur ma dissertation. Et toi, tu es en famille. Tu en as de la chance.

Ma dernière phrase me replongeait dans une tristesse sans nom. J'en connais un qui se serait empressé de draguer la jolie Jolene, s'il avait été là. Mais il n'est plus, je dois me faire une raison. Je détourne le regard car je sens venir les larmes annonciatrices des mes tourments les plus sombres. Je me suis tournée vers Skandar, occupé à jouer avec Callissandre au BabyQuidd. Jolene a encore de la chance d'avoir un frère, même plus jeune qu'elle.
Mon sourire s'était éteint au profit d'un autre bien plus trouble, je soupirais non pas contre Jolene, mais contre moi même. Je n'arriverais jamais à en faire mon deuil. Jamais.
Je me retournais vers mon interlocutrice, qui déjà faisait un effort surhumain pour entamer une conversation, alors je n'allais pas l'arrêter en si bon chemin.


- Skandar est très gentil. Tu as de la chance d'avoir un frère comme lui.

J'avais dit cela comme un cataplasme sur ma douleur si récente. Oui, Skandar était gentil mais il n'était pas mon frère Gabriel. Mon grand frère Gabriel. Et cela c'est horrible ...
Tapant dans mes mains pour me redonner du courage, je souriais à Jolene, j'avais retrouvé un semblant de bonne humeur. Cela se lisait dans mon pâle sourire ...


- Jolene, as-tu commandé ? Moi je n'ai pas encore pu le faire, vu que Skandar m'a prise au dépourvu ! J'avais dit cela avec un léger rire, et je m'empressais de commander mon café arrosé d'un charmant sirop de chocolat blanc et de graines de citrouille. Je soufflais sur la tasse brûlante, et je vis Skandar qui s'était empressé de se détourner de moi, pour se reconcentrer sur son BabyQuidd.

- Sinon tu vas bien depuis la dernière fois ?

J'avais dit cela en apposant mes lèvres sur ma tasse afin de boire une gorgée de ce délectable breuvage ...
Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Dim 24 Avr - 9:19

Jolene éclata d'un rire sans joie. De la chance, avec les deux monstres qui partageaient son sang ? Apparemment leur avis divergeait complètement sur la définition de la chance. Bon, elle les aimait, après tout, ils étaient de sa famille, mais de là à avoir de la chance de supporter sans arrêt les caprices tous plus loufoques les uns que les autres de Callie, et les silences de Skandar qui faisaient passer le moindre soupir comme une tempête de vent …

" - C'est ça de la chance, malheureusement, j'en ai encore un autre à la maison. Mais il est moins pire que Skandar … quand il le veut bien.


Et c'était vrai, Manfred était normal si on le comparait au reste de la famille Letrade, mais si on le comparait au reste de la société, il était carrément space. Mais bon, là encore, il faisait partie de sa famille et donc elle l'aimait. En fait pendant les temps qui avaient suivis la mort de Louise, elle s'était interrogée sur l'importance qu'elle donnait à sa famille et l'amour qu'elle ne donnait pas assez à tous ses frères et sœurs. Elle s'était demandé si l'un d'eux venait à mourir comme son aînée, si elle se sentirait coupable de ne pas leur avoir dit à quel point ils comptaient pour elle, mais si la jeune femme ne le montrait pas en portant une pancarte "I love my brothers and sisters".

Sarah la sortit de ses tristes pensées en tapant dans ses mains d'une manière assez incongrue. Pour lui demander si elle avait déjà commandé. Jolene leva les yeux au ciel, est ce qu'elle était aveugle ou les deux tasses qu'il restait sur le bar étaient invisibles ?

" - Oui, j'ai déjà commandé en fait, rétorqua t-elle en s'en voulant immédiatement d'employer un ton aussi cassant avec elle. Et j'ai été servie, ajouta t-elle en pointant les tasses encore fumantes.

Elle porta son propre café à ses lèvres pour en boire. Délicieux. Ils avaient à merveille suivit les demandes de la jeune femme et avaient ajouté du caramel et de l'ambroisie dedans, la boisson glissait sur sa langue avec une légèreté incomparable et faisait exploser ses papilles. Mais elle dut s'arrêter de boire pour répondre à une question de parfaite politesse.

" - Oui, ça va.

C'était un peu court comme réponse lui fit remarquer une voix dans un recoin de son esprit. Et cette voix n'avait pas totalement tord. Jolene se creusa donc les méninges pour essayer de trouver quelque chose à dire pour allonger son temps de réponse.
Et puis, si ça pouvait l'aider, la jeune femme pouvait toujours imaginer qu'elle s'entrainait pour sa vie future, elle savait parfaitement que personne n'engageait la pire des peste même si elle était la meilleure d'entre toute.

" - Un peu occupé par les examens blancs qu'ils ont mis spécialement pour les élèves de Phoenice Zone, mais sinon ça va. J'attends toujours les résultats.


Mais pas la peine de croiser les doigts, elle savait parfaitement qu'elle avait rendu une copie sans fautes, avec des détails là où ils ne demandaient qu'une simple réponse et des anecdotes sur les sujets qui lui tenaient le plus au cœur. Et puis l'épreuve de potion avait été d'une simplicité déconcertante. Beaucoup d'élèves étaient ressortis en larmes ou presque, mais Jolene n'avait pas trop compris, puisqu'elle avait trouvé que même sa sœur qui était un désastre en potion aurait aisément pu le faire. Et vraiment, Callie était nulle comme pas permis.

" - Mais je pense que ça s'est bien passé, je devrais avoir mon diplôme facilement à la fin de l'année.

Il y avait quelque chose qu'elle avait vu dans le regard de la jeune fille quand elle l'avait rappelé à l'ordre qui l'avait vraiment intrigué. Comme un éclat de souffrance. Jolene pouvait aisément penser que c'était parce que celle ci n'avait aucun avenir dans cette université et qu'elle s'en rendait compte en côtoyant des personnes comme elle. Mais elle savait pertinemment que ce n'était pas du tout le cas pour avoir vu cette étincelle de tristesse dans ses propres yeux.

Et même si beaucoup de gens disaient d'elle qu'elle avait été élevée par des loups, ce qui n'était pas forcément faux, et elle leur donnait raison parce qu'elle n'ignorait pas que son caractère pouvait être exécrable, elle ne pouvait pas simplement faire comme si elle ne voyait rien.

Elle l'avait déjà fait à la mort de sa sœur Louise deux ans auparavant avec sa mère et aujourd'hui elle voyait bien le résultat : elle confondait tous ses enfants, elle vivait dans sa bulle, elle pleurait en dormant, elle avait des absences presque tout le temps.

Ok, Sarah était différente de la mère de Jolene. Elle était plus jeune et sûrement plus entourée que ne l'avait été Jolene. En y pensant bien, mais si elle ne savait pas si Sarah avait bel et bien perdu quelqu'un et si c'était récemment ou pas, mais elle avait avait son âge quand elle-même avait perdu sa sœur.

Et donc, elle ne pouvait pas s'empêcher d'intervenir, même si elle allait perdre sa réputation de louve solitaire et qu'elle allait peut-être être complètement ridicule s'il s'avérait que la lueur de douleur était bel et bien causée par la révélation de la perte de temps qu'était pour elle l'université.

" - Tu vas peut-être trouver ce que je vais te dire complètement déplacé, et tu vas peut-être me rétorquer férocement que ce ne sont pas mes oignons, ce qui serait complètement justifié …

Maintenant, elle était lancée et elle ne pouvait plus s'arrêter dans son élan. Elle soupira profondément puis prit une immense inspiration pour se donner du courage à ce qu'elle allait dire. Ce qu'elle nota au passage, comme un véritable comble : elle était mal à l'aise dès qu'elle devait parler à une fille de son âge alors qu'entrer dans l'Opposition, affronter des hommes et des créatures plus dangereuses, plus vieilles et plus mortelles semblaient être de la petite bière à côté, du moins à ses yeux. Sans parler des potions qu'elle adorait faire exploser quand elle en avait l'occasion.
Jolene adorait les explosions, et elle avait les mains moites à l'idée de parler à une fille qu'elle avait vu qu'une fois. C'était lamentable.

" - … Mais corrige moi si je me trompe en pensant que tu as peut-être perdu quelqu'un qui t'étais proche ?

Et voilà c'était dit, maintenant c'était à elle de réagir.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Lun 25 Avr - 10:14

J'entendis le rire de Jolene qui sonnait admirablement faux. Apparemment, elle ne devait pas être contente d'être entourée par autant de gens ou ... peut-être que c'était souvent la guerre à la maison ? Ou ... Non, en fait je n'en sais rien. Je souris maussadement à ce qu'elle me dit, moi j'étais intimement persuadée que de la chance, elle en était pourvue et qu'elle devait la choyer sa famille ...
La phrase qu'elle me sortit me fit assez sourire plus joyeusement cette fois, ainsi donc elle avait un autre frère. Et différent de Skandar ? Non, rectification, ça devait faire des étincelles dans la chaumière Letrade !


- Oh oh ! Skandar est assez mystérieux je dois dire, même si intimement je ne le connais pas. C'est l'idée que je m'en fais. C'était véridique en plus, en classe, il était assez discret mais féru d'apprendre, il ne se gênait pourtant pas pour bombarder le professeur, n'importe lequel en fait, de questions ... assez tordues. Mais, il me parlait souvent, mais je ne le dirais pas à Jolene.

J'avais été tellement prise par mes pensées obscures, que je ne m'étais pas rendue compte que Jolene avait déjà été servie. C'est sa voix assez froide comme le continent polaire, qui me rendit la raison. Je toussotais légèrement, fautive de ne m'en être pas rendue compte. J'avais été dans la Lune, ça me perdra ça. Tout comme la Curiosité. J'en suis certaine. Son café sentait si bon, qu'il enivrait tout mes sens, la vue pour la couleur attirante, l'odorat pour les senteurs suaves qu'il pouvait dégager, l'ouïe pour les petits crépitements que la tasse encore fumante pouvait rendre. Le toucher car j'aimerais que mes doigts effleurent ce délicieux et délectable breuvage ... Mais surtout le goût, qui serait l'accomplissement et la quintessence, j'aurais la saveur en bouche, et ça, ce serait magnifique.
Apparemment de son côté, ça allait. Sa réponse fut brève mais catégorique. Très bien, je n'allais pas entrer dans les détails, cela ne me regardait pas après tout. J'avais fait un effort sur moi-même pour ne pas m'étendre avec des questions embarrassantes. Le travail sur soi portait ses fruits visiblement !
Examens blancs à Phoenice Zone ? Outch ! Ah mais, elle était sûre d'avoir réussi ...


- C'est bien ! En plus Phoenice Zone est assez réputée comme étant la plus difficile des filières de l'Université. Et tu as l'air de t'y plaire ! Tu comptes faire quoi plus tard ? Auror, Langue-de-plomb ? J'aurais pu y aller, mais je suis trop artiste et ça ne m'aurait pas plus au final ...

Je continuais tranquillement à boire mon café, sans me soucier de ce qui allait arriver. Perdue dans mes pensées propres à ma personne, j'entendis néanmoins Jolene me dire quelque chose qui me figea sur place. L'intention y était, je n'avais pas dit cela, mais ... Avec appréhension, j'attendis et entendis ce qu'elle avait à me dire. Mon regard m'avait trahie, j'étais bien trop expressive ! Et me confier à elle, était la dernière chose que j'aurais voulu faire. Mais là, elle faisait preuve de compassion ... Si jamais c'était pour se moquer de la souffrance des autres, un Oubliettes et c'en était fini.
J'avais bu ma gorgée d'un trait après cela, me brûlant la gorge au deuxième degré, tant la température était élevée !


- Je ... Inspiration profonde et passage de main dans les cheveux, signe annonciateur d'un grand stress chez moi. Il y a quelques mois de cela, j'ai perdu mon grand frère Gabriel. D'une chute de cheval alors que nous nous promenions ... Et ça me hante, car il me manque et il y a tant de choses que j'aurais aimé encore faire avec lui ! Mais c'est trop tard ... C'est trop tard.

J'avais détourné mon regard, empli de larmes qui n'allaient pas tarder à se déverser sur mes joues diaphanes. Mon regard s'était porté sur la partie, toujours en cours de BabyQuidd. Skandar avait rencontré mon regard ... Je lui lançais ce sourire que j'ai coutume de faire quand tout va mal, mais qu'il faut rassurer les autres. Je le vis arrêter sa partie en cours et l'air soucieux se rapprocher de nous. Qu'ai-je donc fait ?

- Jolene ! Qu'as tu fait ?

Je lançais à Jolene, un regard contrit, que c'était de ma faute, que quand j'expliquais ce qui se passait, tout était chamboulé. Je reportais mon attention sur Skandar, mes larmes s'étaient taries d'elles-mêmes.

- Ça va, ça va, ne t'en fais pas. Je discute simplement avec elle. J'avais dit cela doucement, avec un petit sourire.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Lun 25 Avr - 14:30

Et voilà qu'elle l'avait fait pleurer. Au moins, elle pouvait toujours se consoler en se disant qu'elle ne l'avait pas préméditer, mais la jeune femme pouvait tout aussi bien s'enfoncer plus en se disant qu'elle
était foutue si elle voulait avoir une vie sociale. Heureusement ce n'était pas le cas, mais si elle en avait voulut, et bien elle ne l'aurait pas eu. Que ça l'énervait …
Jolene hésitait entre lui hurler dessus pour lui dire d'arrêter de pleurer comme une gamine et lui tapoter le dos pour la consoler. Heureusement elle n'eut pas à se décider, et c'étaient les hurlements qui auraient certainement pris le dessus si elle avait du faire ce choix. Elle se sentait suffisamment chauffée pour se mettre à hurler.

Et c'était Skandar qui allait en faire les frais.

Bah, d'abord, il n'avait qu'à pas la ramener pour l'accuser. Ok elle manquait de tact, mais elle n'avait jamais prétendue être Miss Popularité. Il n'ignorait pas qu'elle n'avait aucun talent pour les discussions, déjà avec les membres de sa propre famille ce n'était pas fameux, alors avec des quasi-inconnues, il ne pouvait quand même pas la blâmer !
Et puis, qu'est ce qu'il venait se la ramener en mode chevalier servant avec cette fille ? Ils étaient passés où ses discours sur "les études avant le plaisir" ? Jolene était contente qu'il se mette à voir qu'il n'était pas tout seul au monde, mais est ce qu'il ne pouvait pas s'en rendre compte quand il était tout seul ou au moins quand, elle, n'était pas à côté ?
C'était qu'il commençait à les lui chauffer ! Elle ignora royalement la tentative d'excuse de Sarah, elle savait parfaitement que c'était le genre de chose qui faisait que Skandar s'accrochait comme une sangsue à une cause plutôt que de le convaincre que tout allait bien dans le meilleur des mondes.

" - Non mais d'abord qu'est ce que tu viens ramener ta fraise dans MA conversation, rugit-elle.

Il abusait ! Sans ménagement, elle le poussa hors de son champ de vision. Usant de coups de toute la force physique qu'elle avait à sa disposition. C'est à dire bien plus qu'il n'en n'aurait jamais même s'il se mettait soudainement à faire des haltères et des entraînements de force intensif.
Ce ne fut donc pas une tâche si difficile que ça, sauf qu'il résistait en essayant d'amadouer sa sœur pour qu'elle arrête de le frapper. Mais évidemment, Callie devait elle aussi ramener sa fraise pour faire des remarques du style :

" - Tu sais que tu ne devrais pas le frapper ? Les lois sur la violence sur les enfants sont en vigueur dans les pays européen depuis presque six ans.

Ce à quoi, Skandar qui, même si sa cadette essayait d'intervenir en sa faveur pour que Jolene arrête de le pousser, ne supportait pas d'être traiter d'enfant, répondit :

" - Hey la gnome ! Tu sais qui est la plus enfant ici ?


Ce n'était enfin de compte pas si mal que Callie intervienne, au moins, maintenant, Skandar et Callie se disputaient entre eux et leur aînée pouvait tout simplement retourner à sa discussion en levant les yeux au ciel. Au moins, son envie de lui crier dessus pour qu'elle arrête de pleurer était passée. C'était l'avantage du recours à la force, en général ça vous vidait de toute envie meurtrière ou de hurlement. Et la jeune femme était nettement plus calme. Surtout qu'elle pouvait repenser tranquillement aux paroles de Sarah.

Et elle put se réjouir d'être en possession de ce cerveau qui la rendait juste géniale et qui lui faisait toujours avoir raison. Ce regain d'ego était du à la confirmation de son hypothèse. Mais elle s'arrêta en songeant qu'elle avait connu cette tristesse et qu'elle savait à quel point c'était dur de continuer à vivre en songeant à toutes les choses qui auraient pu se produire si les faits avaient différé. Mais c'était une vraie torture de se retourner en long, en large, et en travers toutes les chances que la personne morte allait rater. Et il fallait aller de l'avant. C'était vraiment très dur, très long et très pénible mais c'était la seule chose à faire.

" - Je sais à quel point ça peut être dur de perdre quelqu'un de proche. Et ça l'est encore plus quand cela ne fait pas longtemps que ça vient de se produire.

Elle parlait en connaisseuse. La jeune femme songea qu'elle pouvait peut-être se montrer un peu sympathique à sa voisine si elle savait qu'elle connaissait réellement ce que ça faisait.
Dans le passé, une des choses qui l'énervait le plus, c'étaient les gens qui disaient qu'ils savaient ce que ça faisait de perdre quelqu'un de proche alors que c'était manifestement pas le cas. C'était aussi à cette période que Jolene avait arrêté d'essayer d'être aimable avec les gens sans même les dédaigner complètement dès la première fois. C'était là que les rares personnes qui étaient ses amis avaient perdu leurs galons à ses yeux. La seule qui n'avait pas essayé de se mettre à sa place et qui ne lui avait pas servi du "Je sais ce que ça fait", mais qui avait agit vraiment comme une amie en lui serrant l'épaule ou en la prenant dans ses bras quand elle se mettait à sangloter comme une perdu, était Olivia. Et c'était la seule amie qu'elle avait aujourd'hui.

" - Je pense que la première chose à faire c'est de boire quelque chose d'un peu plus fort que ça,
ajouta t-elle en pointant le café tout fade de Sarah.

Sa boisson à elle était alcoolisée et normalement, elle n'aurait pas du en faire boire à Sarah qui, à son avis, était encore un peu trop jeune pour boire quelque chose comme de l'ambroisie. Mais en même temps, elle savait qu'elle avait la malheureuse tendance à rajeunir tout le monde. Il fallait qu'elle arrête.

" - Tiens, goute moi ça, en lui filant sa propre tasse avant d'en recommander une.

Elle attendit que Sarah commence à siroter un peu la boisson et qu'elle ait une nouvelle tasse avant de continuer. Elle paya le tout avec une grimace amer en réalisant que Skandar avait sûrement très bien calculé son coup pour que ce soit elle qui paye et non pas lui comme cela avait été décidé au départ. C'était lui qui devait inviter ses deux sœurs. Une simple raison à cela, les deux utilisaient leur argent pour des trucs futiles comme des vêtements flashys et des accessoires en tout genre (Callissandre) ou en kit d'ingrédients rares et bouquins d'alchimie (Jolene). Lui utilisait son argent deux fois par an seulement : dans le train pour s'acheter des chocogrenouilles. Autant dire que c'était le plus riche de toute la fratrie qui allait encore sur le campus de Poudlard.

Bon, les consommations payées, treize mornilles et quinze noises, elle réfléchit sérieusement à ce qu'elle pouvait bien dire pour essayer de lui remonter le moral en lui confirmant qu'elle savait ce qu'elle vivait. Elle prit une grande inspiration et se lança :

" - Moi, j'ai perdu ma sœur aînée. Louise. Il y a deux ans. Elle morte comme ça d'un coup,
expliqua t-elle. C'était pendant la période où des tas de sorciers commençaient à mourir sans la moindre explication. Et elle ne méritait pas de mourir. Elle était pleine de vie et avait encore un tas de chose à faire.

Elle soupira en songeant à combien elle avait aimé Louise et à quel point sa sœur lui avait manqué et à quel point elle lui manquait encore aujourd'hui. Et elle soupira une fois encore. Elle avala une gorgée de sa boisson. Encore une fois, elle remarqua à quel point elle aimait ce truc. Caramel et ambroisie, un mélange du tonnerre.

" - À sa mort j'ai eu mal. Très mal, il m'a fallut beaucoup de temps, mais ça a commencé à aller mieux. Je ne dis pas qu'un beau jour tu te réveilleras sans plus ressentir la moindre douleur, mais ça passera, et tu ne ressentirais plus que de la nostalgie en repensant à lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Sam 30 Avr - 18:36

Skandar allait s'en prendre plein la poire, et ce par ma faute. Je m'étais excusée, mais mes excuses étaient passées à trépas. Je me sentais mal à l'aise, mal d'avoir craqué devant une parfaite inconnue. Ok, je la connaissais un peu, mais je ne pouvais la qualifier encore d'amie. On était juste en bons termes ... Du moins de mon côté.
Alors quand je vis, les poings de Jolene s'abattre sur son jeune frère, je ne pus que réprimer un frisson. Elle était d'une violence extrême envers les membres de sa propre famille ... Je souris, habituée à le faire dans n'importe quelles circonstances, on devait me prendre un peu pour une simple d'esprit, mais rien n'y faisait, j'étais ainsi.
Gabriel me disait toujours que sourire c'était pour ceux dont la violence n'était pas une solution. En effet, en venir aux mains était pour moi un drame et tout ce qui se passe en ce moment me dégoûte. C'est pour cela que j'ai choisi la neutralité, par lâcheté peut-être ...
Mon frère, lui, j'en suis certaine aurait été dans la Résistance, toujours prêt à défendre les causes perdues. Par pur altruisme, un peu comme le petit frère de Jolene.

Je vis les deux frère et sœur se chamailler, nous laissant reprendre la conversation. Je n'étais pas certaine de le vouloir. Mais au fond de moi, je sais pertinemment, qu'oublier était bien mieux. Plutôt que de me dévorer de l'intérieur. La mort de Gabriel me hante, si j'avais été plus rapide aussi, plus proche de lui, rien de cela ne serait arrivé ... Non, il serait toujours à mes côtés et là nous serions en train de passer du bon temps au Café Campus.
A cette chaleureuse pensée, j'en fus tirée par Jolene. Cette dernière me parlait avec une certaine philosophie, comme si elle avait vécu un drame similaire ...


- Oui, je le sais bien. C'est dur ... J'y pense sans arrêt. J'avais dit cela d'un ton monocorde, absent. Rien n'était plus horrible que la douleur elle-même.

Surprise je l'étais encore plus, quand je la vis me proposer sa boisson. A l'odeur cette dernière n'était pas pour les mineurs ... Alcoolisée à souhait, mais elle sentait fichtrement bon. Je décidais de la goûter. A la première gorgée, celle-ci m'irrita la gorge mais la sensation était de courte durée, remplacée par la saveur inégalée du mélange. Jolene s'était empressée d'en recommander une pour elle, je n'oublierais pas de la rembourser. Je le note dans le coin de ma tête.
Toujours en train de boire la capitante boisson, je dévorais les paroles que Jolene venait de m'assener. Sa sœur morte ? Récemment. Ainsi donc, elle comprenait très bien ce que je pouvais endurer. Intérieurement, je la remerciais de s'ouvrir à moi.


- Désolée. Cela n'avait été qu'un pâle murmure, mais l'intention y était. Je sais très bien que des "désolé', elle a du en entendre. Des hypocrites, des sincères, des malsains, et j'en passe.

J'avais été Troll de formuler un simple mot aussi désuet, mais je l'avais dit, tout le sentiment y était. Mon regard se voila, et je me laissais aller à boire encore une gorgée. Je souriais à Jolene, un peu égoïste qu'elle partage mon fardeau. Les deux adolescents s'étaient arrêtés de se chamailler et je sentais bien qu'ils écoutaient. Je n'en avais rien à faire, mais je tenais quand même à ce que Skandar garde le secret au sein de l'école. Pudique et discrète, je n'aimais pas être le centre du monde. Qu'on vienne après s'apitoyer sur mon sort, ne me plaisait guère.
Alors je préférais tout encaisser en silence, un défaut familial semble-t-il.


- Je sais que le temps, il m'en faudra. Je sais que son image sera toujours présente, quoiqu'il arrive. Mais la douleur, elle persistera. Qu'as tu fait toi, pour aller mieux et panser tes plaies ?

Ma question ne traduisait pas la Curiosité maladive qui me caractérisait, je voulais juste savoir comment le Mal avait disparu. Je sais qu'elle doit souffrir encore, mais comment a-t-elle pu atténuer la "chose" ?
Mon regard doux se pose sur son frère et je lui souris. Je pose ma main sur celle de Jolene.


- Merci.
Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Dim 1 Mai - 10:48

Elle avait beau se sentir proche d'elle à cause de la douleur qu'elles avaient connu toutes les deux. Elle n'arrivait pas à se l'imaginer en amie, ni même l'envisager en fait. Peut-être parce que son petit frère semblait bien l'aimer et que son rôle était d'effrayer tous les amis potentiels de ses cadets. Ou peut-être parce qu'elle était bien trop gentille et fragile. Et qu'elle était le genre de personne que l'on aimait dès le premier regard, tout le contraire d'elle en fait. Lena avait entendu des tas de gens parler d'elle. On disait qu'elle était le croisement d'un Hyppogriffe et d'une Acromentula. Elle adorait celle là. Elle les avait bien fait rire à la maison. Callie avait faillit s'étrangler de rire avec son jus de citrouille quand elle le lui avait dit.

Et il y avait aussi autre chose. Mais elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus.

Alors elle se retourna vers Sarah pour essayer de se décider entre lui dire la vérité et lui dire ce qu'elle voulait entendre. A savoir les conneries habituelles : Le temps pensait les blessures, il faut juste que tu t'entoures d'amis qui t'aiment et manger de la crème glacée. Mais tout le monde lui avaient dit ça, et elle avait l'impression qu'ils s'étaient juste foutu d'elle. Lena avait guérit, plus ou moins, mais elle n'avait jamais écouté leurs conseils à deux balles. Elle avait envie de dire la vérité à Sarah, elle le lui devait bien après avoir ramené le sujet sur le tas.

" - Et bien honnêtement, c'est en m'occupant l'esprit et les mains que j'ai réussit à aller mieux. Les gens me disaient que si je faisais ça, je retardais juste la douleur de me rattraper et que lorsque je m'arrêterais j'aurais encore plus mal. Mais en fait, à force de prendre l'habitude de penser à autre chose, et bien ça a fini par me sortir lentement de la tête et à aller mieux.

Peut être que sa technique ne marchait qu'avec elle, mais pour quelqu'un qui en avait assez d'être triste et de se sentir coupable à cause de sa volonté d'avancer et de passer à autre chose. Et après tout, elle pouvait toujours tenté si ça la tentait, ce n'était qu'un conseil, elle pouvait en faire ce qu'elle voulait. Mais au moins, elle lui avait répondu honnêtement. Et son conseil valait ce qu'il valait puisqu'il avait marché avec elle. Elle était devenue première de sa classe et très douée pour concocter des potions. Peut-être que Sarah pouvait se trouver une occupation qui lui plairait. Jolene aimait travailler mais ce n'était peut-être pas le cas de la jeune fille.

Mais qu'est ce qui clochait au sujet de cette fille ? Elle savait qu'il y avait quelque chose qui lui rappelait quelqu'un en elle. Dans ses yeux ou quelque chose d'autres.

Elle faillit recracher sa boisson en trouvant ce qui clochait. Et elle se paya une bonne crise de toux qui dura une bonne dizaines de minutes. Puis elle se reprit en essuyant les quelques larmes qui avaient pointé de sous ses yeux.

Lena savait maintenant ce qui la gênait. Cette fille lui rappelait un gars qui était aussi à l'Opposition. Un gars qui avait beaucoup d'ambition, plus qu'elle, autant que c'était possible en tout cas. Il progressait bien plus vite qu'elle dans la hiérarchie. Et ce gars était vraiment spécial. En tout cas, Sarah lui ressemblait d'une manière hallucinante. A croire qu'elle avait un lien de parenté avec lui.

Mais elle ne dirait rien. En général, les gens n'aimaient pas qu'on les compare à des Opposants, ils le prenaient mal. Donc elle gardait les lèvres closes. Et essaierait de parler d'autre chose. Le plus vite possible de préférence. Si elle devait interroger quelqu'un, elle interrogerait ce gars directement. Mais leur ressemblance était vraiment troublante.

" - Ton frère avait quel âge quand il est mort ?

Elle se calmerait quand elle aurait la réponse, elle connaissait l'âge de ce gars, plus tôt elle serait convaincue qu'il n'avait rien à voir avec elle, mieux ce serait.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Mer 4 Mai - 14:03

Je passais tout de même un bon moment mis à part les douloureux souvenirs qui remontaient à la surface, tout se passait bien ... La compagnie de Jolene était tout de même appréciable et je ne m'en plaindrais pas. Sa famille était assez bien sous tous rapports, et moi, ça me plaisait.
Il est vrai que repenser à Gabriel, me mettait à chaque fois dans tout mes états, je ressortais toujours la tristesse au coin des yeux et malheureusement pour moi, ça se remarquait. J'avais été toujours nulle pour cacher mes émotions. Cela se voyait parfaitement bien quand on m'embousait, quand j'étais triste, trop heureuse ... Bref, on pouvait lire en moi comme dans un grimoire ouvert. Mon grand frère me mettait chaque fois en garde contre cela, que j'allais me faire avoir, que j'étais bien trop stupide pour ne pas cacher mes émotions à mes tiers. En même temps, lui était imperméable à toutes formes de sentiments.
Sur ce point là, nous étions diamétralement opposés. Et pourtant malgré l'apparence froide de Gabriel, on l'aimait quand même. Je comprenais mon frère et il me le rendait bien.
Et j'étais heureuse ainsi ...

J'avais demandé à Jolene, comment elle avait pu se sortir de sa douleur, comment elle avait pu faire disparaître cette dernière. J'écoutais avec attention sa réponse, toujours en train de siroter ma boisson quelque peu alcoolisée, qui me faisait avoir les joues rosées.
Elle me donnait des précieux conseils. M'occuper l'esprit et les mains ? Je le faisais déjà en noircissant mes cahiers d'illustrations ... Peut-être autre chose ? C'était si dur ... Ou travailler comme une damnée comme elle ? C'était ainsi, je pense qu'elle a pansé ses blessures elle ...
Mais je ne m'acharnerais jamais comme une forcenée. J'aime travailler sur mes cours, mais pas de là à en avoir l'envie de vomir. Je travaillais raisonnablement et mes notes étaient exemplaires. Que demander de plus ?
Trouver autre chose ? Je cherche. Je cherche.


- Je noircis déjà mes cahiers d'illustrations, vu que je me destine à une carrière artistique. Je vais essayer de trouver autre chose et voir si cela marche. En tout cas, m'évader en dessinant marche ... un peu. Ça me permet d'oublier un temps. Je te montrerais mes dessins à l'occasion. D'ailleurs j'en ai fait un après que nous nous soyons rencontrées, la première fois.

C'était tout moi ça. J'étais certaine que ça ne lui plairait pas de se savoir couchée sur le papier, mais c'était plus fort que moi, j'aimais dessiner les petites anecdotes, positives ou négatives, qui pouvaient m'arriver. Alors presque toutes mes connaissances scolaires sont crayonnées sur mes carnets.
Je souris à l'idée de retranscrire encore ce soir cette entrevue ... Oui, j'adore prendre du plaisir à dessiner ! Certains diront que c'est une perte de temps, un loisir des plus enfantins. Mais moi j'adore et j'y arriverais. Coûte que coûte !
Toujours dans mes pensées, cette fois-ci d'une future gloire, j'en fus sortie par une toux mémorable de Jolene. Mes yeux s'étaient écarquillés et je la regardais sans mot dire. Apparemment elle n'aurait pas de séquelles, mais elle m'avait fait sursauter.

J'attendais qu'elle reprenne ses esprits. Consciente quand même que ça allait bien mieux, je perdis mon sourire au profit d'un mutisme inquiétant. Elle venait de me poser une question, qui me troubla. Mon frère ? Mort à quel âge ? Pourquoi me demandait-elle cela ? Elle l'avait déjà rencontré ? Le connaissait-elle ?
Je la regardais attentivement, imperturbable avant de lui répondre. Prenant une grande inspiration, j'étais bien trop curieuse de pouvoir savoir ce qu'elle avait à me dire que je n'hésitais pas à répondre.


- Il est mort à l'âge de 21 ans. Pourquoi ?

Allait-elle éclairer ma lanterne ? Là je commençais douloureusement à flipper ...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Jeu 5 Mai - 17:42

Jolene transforma un éclat de rire en sourire amusé. Elle ne voulait pas lui montrer à quel point son activité la faisait rire. Elle ne se moquait, non loin de là en fait. Elle avait le plus grand respect pour les dessinateurs, après tout ils illustraient ces livres de potions et certaines étaient de véritables œuvres d'art. Mais elle resterait dans sa position qu'artiste n'était certainement pas un vrai métier. Ou que si c'en était un, il y avait trop peu de gens qui arrivaient à percer pour que ça vaille la peine de se lancer. Donc en général, quand quelqu'un lui disait qu'il ou elle voulait devenir artiste, elle riait à gorge déployée avant de lui conseiller de se trouver une nouvelle vocation de toute urgence.

Mais là ce n'était pas le fait que Sarah veuille devenir illustratrice qui la faisait rire mais plutôt qu'elle avait été représentée. Sans être non plus narcissique, ou juste un tout petit peu, mais elle aimait bien qu'on fasse des portraits d'elle. Et elle avait bien envie de voir ce fameux événement représenté.

Elle lui sourit franchement. Après tout, elle s’apprêtait à l'ouvrir pendant qu'elle parlait, ce n'était pas forcement une belle technique de politesse. Alors autant le faire avec un sourire.

" - J'aimerais bien voir ça, moi !


Sérieusement, quoi. Après tout ce n'était pas souvent qu'elle inspirait l'envie de dessiner à quelqu'un. Non en général elle suscitait une haine sans non. Voire l'envie d'envoyer des sortilèges. Mais dessiner ? Ça non jamais, ou jamais en bien du moins. C'était donc une grande première. Quand elle raconterait ça à sa meilleure amie, elle était pratiquement certaine qu'elle en entendrait parler pour encore des décennies. Au bas mot.

Et finalement, avec un air encore plus chamboulé, Sarah lui répondit à la question qui la taraudait le plus. Mais la réponse à sa question ne lui plut pas tant que ça. Tout simplement parce qu'elle aurait espérer que son frère n'ait pas le même âge que le gars auquel elle pensait. 21 ans, pourtant c'était bien le même âge. Elle plongea le nez dans sa boisson pour chercher quoi répondre.

La ressemblance était assez troublante entre eux deux, mais il s'agissait peut-être tout simplement d'une simple coïncidence. Il ne fallait donc pas trop s’inquiéter. Si ça se trouvait, elle inventait complètement cette ressemblance. Après tout, ce type, elle l'avait vu deux ou trois fois à peine, et plutôt de loin. Mais il fallait avouer quand même que c'était vraiment bizarre. Et quelque chose lui disait qu'elle ne devrait peut-être pas lui confirmer ses soupçons.

" - Non, non pour rien.


Oh, bravo pour la jolie phrase qui rend tout le monde plus suspicieux. Bizarrement, à chaque fois que quelqu'un lui disait ça à elle, elle n'y croyait pas deux secondes et essayait toujours de savoir ce que la personne lui cachait. Il fallait donc qu'elle trouve quelque chose à lui dire pour écraser tous ses soupçons dans l'œuf.

" - En fait, inventa t-elle. Je me disais juste que s'il avait le même âge que moi, il y avait peut-être une chance que je me souvienne l'avoir côtoyé … Mais ce n'est pas le cas.

Voilà, un bon petit mensonge ne faisait jamais de mal à personne. Elle médita sur ce fait en sirotant sa boisson
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Sam 7 Mai - 14:12

Mon passe-temps favori, c'était dessiner. Tout et n'importe quoi. Tout ce qui se présentait à ma vue, je le représentais sur papier, je le noircissais, pour en garder une trace. Après tout Donovan, faisait bien des photographies lui ... Alors moi j'immortalisais en dessinant. C'était aussi simple que cela. Il était vrai que je travaillais par la mémoire. Et justement le fait d'avoir représenté Jolene après notre "entrevue" était un exercice en soi.
J'avais dit que je le montrerais ce dessin, mais cela me sera dur car d'habitude et par pudeur je ne les montrais à personne mes carnets. C'était mon jardin secret ! Il y avait pas mal de monde qui avait tenté de s'aventurer à regarder ce que je dessinais. Mais je les en avais dissuadé.
Alors quand Jolene me dit qu'elle aimerait bien voir cela, je souris. Elle me sortira un avis objectif au moins, et là je verrais un autre avis que le mien ...


- D'accord ! Une fois j'amènerais tout. Pour te montrer ! Hop petit sourire en coin.

La question sur mon frère, je lui avais répondu ... Alors il fallait qu'elle se grouille le Chaudron pour me répondre. Oui, quand il s'agissait de mon frère, je voulais tout savoir. Honnêtement, je languissais qu'elle éclaire ma lanterne et qu'elle me dise ce que je voulais entendre ! Du coin de l'œil, je la vis, le nez dans sa boisson. Serrant les dents, j'avais envie de lui mettre mon poing dans le nez ... Elle ne se dépêchait pas assez à mon goût !
Sa réponse m'énerva au plus haut point. Je détestais quand on répondait ainsi, c'était évasif et cela disait trop de choses, trop d'indices à la fois. C'était trop troublant pour être honnête.


- Comment ça ?

Je n'eus pas le temps de m'acharner sur elle, car quand elle me répondit, toute chance qu'elle le connaisse fut rayée en une seule seconde ... Je déglutis, j'avais été trop confiante dans le fait qu'elle pouvait le connaître, trop confiante dans le fait qu'elle aurait pu lui parler et qu'ils auraient échangé des mots avant sa mort.
Trop confiante à la fois de tout et de rien ! Et trop bête aussi.


- Ah d'accord. Ce n'est pas grave.

Ouah, quelle répartie dis donc, tu peux en être fière ma fille. J'avais terminé la boisson que m'avait donné Jolene d'une seule traite et dans la foulée j'en recommandais une autre. J'allais être saoule avant l'heure.
Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Sam 7 Mai - 21:21

Elle s'en voulait de devoir mentir à cette gamine. Mais en même temps, elle ne pouvait pas non plus lui dire la vérité sur un inconnu qu'elle n'avait vu que quelques rares fois - et de loin - et qui ressemblait vaguement à cette fille. Alors non, elle refusait de faire ça : lui donner de faux espoirs de la sorte. Elle n'aurait jamais apprécié qu'on lui dise qu'on avait vu Louise pour découvrir que ce n'était pas elle. Bon, dans son cas à elle, ça ne risquait pas d'arriver puisqu'elle avait vu sa sœur mourir en lui tenant la main à St Mangouste. Elle avait sentit les doigts de sa sœur serrer les siens avant de perdre toute vitalité.

Mais elle ne pourrait pas se supporter sachant qu'elle avait peut-être donné de faux espoir à une jeune fille. Elle ne pourrait plus jamais se regarder dans un miroir. Et elle en avait besoin quand même ! Elle s'enfoncerait son crayon dans l'œil un nombre incalculable de fois. Ce n'était pas possible, ça. Lena avait besoin de ses yeux autant que de son miroir.

Elle voulut jeter un regard de profondes excuses à sa voisine blonde, mais elle resta là à la dévisager finir cul sec sa tasse de café alcoolisé. Et en recommander une autre. A ce rythme, elle allait rouler sous le comptoir dans cinq minutes. L’ambroisie était fort comme boisson, et ça ne se buvait pas comme du petit lait. Elle lâcha son verre en le reposant à toute vitesse et arracha sa tasse à sa voisine avant qu'elle ne la porte à sa bouche.

" - Oulà, on se calme sur la boisson !

Elle posa le verre, et la prit par les épaules pour la tenir en face d'elle. Elle la regarda droit dans les yeux tout en réfléchissant à toute vitesse sur ce qu'elle allait bien lui dire. Elle n'aurait pas du aborder le sujet de son frère, c'était une très, très mauvaise idée, et voilà qu'elle était triste maintenant. Et ce n'était pas forcément mieux.

Heureusement, elle fut interrompue par sa sœur qui lui attrapa la manche pour la secouer. Avec un soupir excédé, elle déplaça son regard sur Callie qui avait vraiment l'air paniquée. Un air qui lui octroya directement la première place sur la liste de ses priorités. Elle lâcha Sarah pour attraper à bout de bras sa petite sœur. Et où était Skandar ?

" - Quoi Callie ? demanda t-elle en ronchonnant. Dis moi ce que tu as encore fait ?

Callissandre jeta un petit regard sur le côté, regard que Jolene ne suivit pas. Il ne fallait pas lui en vouloir, sa sœur était douée en une chose : s'attirer des problèmes, mais elle ne savait pas les régler, et en général, c'était à un de ses frères et sœurs de le faire à sa place.

Devant son silence, Lena la secoua comme un sac à patate.

" - Ne crie pas ! C'est pas de ma faute, je te jure !
bégaya t-elle.

Elle reçut avec cette simple phrase, le reste de l'attention qu'elle n'avait pas encore. Dans toutes les langues imaginables, cette simple phrase voulait dire juste "Je suis coupable, j'ai merdé, aide moi !". Et Callie était sa sœur, Jolene était obligée de l'aider.

" - C'est Skandar ! Il m'a mit un but mais à la déloyale ! Alors j'étais en colère contre lui, et je lui ai envoyé un cognard sur lui

Elle avait du mal entendre.

" - Tu as fait QUOI ??!!

Elle baissa d'un ton en remarquant les regards des quelques clients qui s'étaient tournés vers elle. Callie la tira vers le babyQuidd, la trainant presque par le bras en fait. Et en effet, Skandar était là, adossé contre le mur, tenant son nez entre ses doigts. Pleins de sang les doigts bien sûr. Jolene posa ses mains sur ses hanches et éclata de rire. Un gars de presque 1m85 mit à terre par une petite chose ressemblant à cause de sa taille à un elfe de maison. Bon, ok, peut-être deux, mais ce n'était quand même pas glorieux pour autant.

" - Je rêve.

Elle ramassa le cognard par terre avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Mar 10 Mai - 12:07

Jolene, m'avait privée d'un futur excès de boisson. Et là je lui en voulais ! Mais pourquoi ? J'aimais bien sa boisson qu'elle m'avait donnée et oh, j'en avais recommandé une autre et ce pour moi ... Et je n'aimais pas qu'on me mette des bâtons dans les roues de la sorte.
Surprise, j'étais restée bien dix secondes à la regarder, sans l'empêcher pourtant, de prendre ma précieuse boisson. Hmpf. Comme lot de consolation j'avais connu mieux. Mais ma surprise dura encore un petit moment quand je sentis une pression sur mes épaules et le regard de Jolene rivé dans le mien.
J'arquais un sourcil, soucieuse de ce que je pourrais bien entendre, mais aucun mot ne sortit de sa bouche ... Car nous fûmes interrompues. Sa petite sœur s'était mise à secouer sa manche et Jolene me lâcha.
Moi j'observais, en même temps que faire d'autre ? Mais l'Ambroisie me faisait douloureusement de l'œil. Mais je ne faillirais pas. J'essayerais du moins.

J'écoutais la conversation, par pure et simple curiosité. Apparemment Callissandre avait fait des bêtises et s'en mordait les doigts. Sûrement quelque chose qui n'était pas répréhensible par la haute autorité Jolenienne. Ah mais si en fait, quand j'entendis le prénom "Skandar" et "cognard" s'immiscer dans une seule et même phrase, là je compris.
Du coin de l'œil je regardais Jolene, dont la colère s'était émoussée ... Un peu du moins. Callie tirait Jolene par le bras, mais moi je n'avais rien à faire dans cette histoire ... Ou si ? Maudissant ma Curiosité maladive à tendance légendaire je décidais de suivre le mouvement ...
Quand je le vis. Adossé contre un mur, et le nez en sang. Et sa grande sœur qui riait à gorge déployée. Je reconnais que la situation était un peu loufoque ou cocasse au choix, mais voir du sang, ça l'était un peu moins. Je passais devant Jolene pour me rendre près de Skandar le martyr.


- Skandar ? Fais voir ton nez. Je n'étais pas folle, je n'allais pas demander si ça allait, car manifestement ce n'était pas le cas.

Le jeune homme retira sa main qui cachait la plaie ensanglantée. Je lui souris et je lui effleurais la joue avant d'aller courir près du comptoir chercher des glaçons et un linge propre. Oui, car comme une Trollesse que j'étais, ma baguette était restée ... dans ma chambre. Très utile sur mon lit d'ailleurs.
Le barman me refila le petit attirail avec un grand sourire avant de retourner à ses occupations, et moi, bah j'appliquais le linge devenu glacé sur le nez du pauvre Skandar qui devait râler intérieurement.


- Ça va mieux ? Là, je ne pus m'empêcher de demander, c'était plus fort que moi !

Je regardais Jolene, un peu désolée d'avoir pris des initiatives surtout envers son frère ... Mais rien n'y faisait c'est comme si j'avais sauvé Gabriel en quelque sorte, même si la douleur était moindre.


- Désolée Jolene, mais c'est comme si j'avais aidé un peu Gabriel ...

Je baissais la tête, furieuse d'avoir agi ainsi et serrant les poings je ne pouvais que me haïr. Je ne l'oublierais jamais, pour preuve, même dans un contexte aussi banal que celui-ci, il était toujours présent.
J'entendis la voix de Skandar comme un murmure, et je souris ... Un peu.


- Merci Sarah.
Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Sam 14 Mai - 13:59

S'il y avait une chose qui énervait Jolene, plus que les élèves bavards pendant le cours de Poisons et Antidotes, plus que le lourdingue d'Unicorn Ring qui n'avait toujours pas compris au bout de dix sortilèges, douze marécages boueux dans son sac et une bonne centaines de répliques dégradantes et blessantes qu'elle ne le voulait pas dans son champ de vision. C'était les excuses à tord et à travers. Mais elle ne voulait pas lui faire une remarque, son égo avait déjà du en prendre un bon coup en se prenant un cognard par une fille qui avait deux ans de moins que lui et qui avait surtout quinze bons centimètres en moins. Elle préférait ne pas le rabaisser ici. Cela aurait été vraiment cruel, et il était de sa famille, donc elle devait faire preuve d'un peu de retenue si elle ne voulait pas se mettre à dos toutes les personne qui composaient sa famille.

Elle leva donc les yeux eu ciel pour museler son mécontentement du à sa condition de fille élevée par des loups des montagnes. Mine de rien, Jolene méritait quand même une médaille, aujourd'hui, elle avait plutôt bien réussit à ne pas trop se faire détester par les gens qui l'entouraient, c'était un bon progrès. Non, vraiment, elle la méritait sa médaille, ou au moins un chaudron rempli de nouveaux ingrédients pour faire des potions.

Quoique ça, elle pouvait facilement l'avoir en faisant chanter les personnes qu'elle tenait sous sa coupe à cause d'informations que ces dites personnes aimeraient ne pas voir divulguées. Au passage : merci Olivia, sa libido non refoulée, sa joie d'avoir une réputation sulfureuse et de s'en ficher complétement. Elle lui refilait toujours les noms des gens qu'elle avait eu dans son lit et qui l'avaient pour une raison ou une autre inspirée une haine sans nom. Elle avait déjà fait ça quand elle était encore dans la partie college de Poudlard, toutes les deux avaient réussit à rassembler beaucoup de gens pour leur club en les faisant chanter et en les terrorisant. C'était sympa, et les deux n'avaient pas pu s'empêcher de continuer arrivées à l'Université.

Les vieilles habitudes avaient du mal à partir, même avec le temps.

- Bon, la naine, je te préviens, je vais envoyer une lettre aux Vieux. Alors je te conseille de te préparer mentalement à te faire engueuler et à te faire humilier en même temps. D'accord ? Tu seras mignonne.

Elle posa une main sur sa hanche avant de continuer de parler, cette fois ci pour s'adresser à son jeune frère. La jeune femme se tourna vers son frangin avec un regard froid et destructeur. Le plus froid et destructeur dont elle était capable.

- Toi, Freak, t'as fini les excuses ?

Il hocha distraitement la tête. Distraitement, il faisait comme ci il ne l'entendait pas, mais Jolene était parfaitement au courant que Skandar l'entendait très bien.

- Cool, et si t'allais payer les consommations comme t'avais dit que tu le ferais ?

Jolene se tourna ensuite vers Sarah, mais elle avait abandonné son regard Delamortquitue. C'était quand même une fille qui avait prit la peine de la dessiner, alors elle ne pouvait pas tellement la considérer comme elle le faisait avec le commun des mortels. Elle se retourna sans sourire mais avec un regard sans animosité non plus.

- Heureusement qu'il s'en ait déjà prit des pires que ça, commenta t-elle simplement avec un haussement d'épaule.

Et oui, beaucoup de gens n'aimaient pas trop le fait que Skandar soit déconnecté du monde pratiquement 95 % du temps. Ils le prenaient personnellement et croyaient qu'il les snobait. Ce qui était loin, très, très loin d'être le cas. Il était juste trop occupé ailleurs pour s'occuper de ce qui l'entouraient. Et peu de gens savaient ça. Au grand détriment de son frère. Et en général, les personnes qui en collaient une à Skandar s'en recevait également une de la part de Jolene dans l'heure qui suivait, au plus tard une semaine. Mais jamais plus.

- Il s'en remettra, assura t-elle avec un sourire confiant.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Dim 15 Mai - 13:24

Heureusement que j'étais venue me distraire en buvant une boisson au Café Magic Campus, sinon je n'aurais pu assister à cela. Voir la fratrie de Jolene se disputer entre elle, Jolene crier, et Skandar se prendre un Cognard dans le nez. Non, heureusement que je n'étais pas restée sous mes couettes, j'aurais loupé cela !
J'aimais bien Jolene, malgré le fait qu'elle soit aussi sympathique qu'une porte de prison, mais le principal c'est qu'elle l'était avec moi. Alors que demander de plus ? Jolene ne m'avait pas encore lancée de Sortilèges dans la figure, donc cela était encourageant. Non ? Je pouvais croire que si.
Elle, c'était une jeune fille qui s'assumait et qui n'avait pas peur de marcher sur les autres, même au détriment de sa vie sociale. Et pour cela, je l'admirais. Devrais-je être aussi impitoyable qu'elle en Société ? Peut-être que comme cela, j'aurais moins peur de ce qui m'impressionne et je pourrais être imperturbable si besoin est.

Oh, je savais être invivable et détestable. Mais je montrais rarement ces facettes au monde alentour. Je restais la gentille Sarah, qui pourtant ne se laissait ni marcher sur les pieds ni berner si facilement. J'avais de la répartie et je savais m'en servir. Juste que mon apparence était trop douce pour être prise au sérieux. Et c'était toujours comme ça, même quand j'hurlais sur mon grand frère, il riait.
A cette stupide pensée, je lui en voulais farouchement. Lui, dès qu'il me regardait avec son regard désapprobateur à tendance méchant, je me calmais instantanément. Alors quand moi j'essayais de le faire, c'en était risible. Mais j'avais pris de l'assurance, et c'était tant mieux.
Il en serait fier ! J'en étais sûre !!

J'entendais Jolene crier sur tous, sauf sur moi, en même temps j'étais innocente, et j'avais "soigné" Skandar ... Donc, rien à me reprocher en fait. Je souriais au pauvre Skandar, qui pliait le dos sous les paroles de sa grande sœur. Elle ne devait pas être marrante au quotidien ... Moi, je ne la côtoyais qu'ainsi, mais je m'en faisais une idée. Et ce n'était pas joyeux.
J'avais l'envie de m'en aller aussi rapidement qu'Eole lui même, mais je me devais de rester. En plus je devais rembourser Jolene pour la boisson et par principe les dettes, j'aimais pas. Prenant la parole après l'altercation intra Letrade, je parlais avec le sourire sans animosité.


- Hum. Et si nous buvions tous un verre ? C'est moi qui offre la tournée ! Au moins comme ça, Jolene je te rembourse la boisson et ça me fait plaisir d'offrir aussi à Skandar et Callie. Sur ces belles paroles, je m'empressais de tirer les deux intéressés par le bras afin de trouver une table libre.

Skandar allait mieux, ça se voyait. Et là j'allais chercher Jolene par la main pour l'inviter à prendre place. Oh je sais qu'elle doit râler dans sa barbe qu'elle n'a pas, mais comme je l'ai dit, les conflits familiaux je n'apprécie pas et la famille est trop précieuse pour la voir se désagréger pour des bêtises.
Bon, après, j'irais dormir car la nuit blanche commençait à se faire sentir. Je commençais à être fatiguée, mais je gardais le sourire. Toujours.


- Qu'est-ce que vous prenez ?

Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Lun 23 Mai - 20:42

Jolene resta là presque bouchée bée - un instinct particulier, peut-être sa fierté qui l'y obligeait, la rendait impassible à toute sorte de surprise - en essayant de comprendre pourquoi est ce que la situation lui échappait totalement. Elle était passé où la bonne vieille époque où ses cadets ne faisaient rient avant qu'elle ne leur en ai donné l'autorisation ? On croyait rêver là ! Jolene resta donc plantée comme ça au milieu de la salle du café, le visage un peu renfrogné qui cachait une incompréhension des plus totales à regarder son frère suivre cette fille. Y venait de se passer quoi là ? Elle pouvait pas croire qu'il allait se laisser inviter comme ça ? Quel parasite non de Dieu !! Elle ne l'avait pas frappé pour qu'il profite des gens comme ça, si ? Au contraire, elle lui avait appris à être presque un esclave pour les femmes. Les servir ou du moins payer leur consommations ! En plus, il était friqué comme pas possible ! Il n'allait quand même pas faire ça !

S'il le faisait, elle le frapperait juste pour lui remettre les idées en place. Non mais ho !

Elle l'avait conditionné - si tant est qu'elle l'avait bel et bien conditionné - pour être un gentlemen !

Finalement, son air impassible dut se fissurer pour laisser place à son incompréhension puisque Sarah vint le tirer par la main pour la tirer vers une table près de la cheminée. Comme si elle était une sorte de gamine ou quelque chose de ce goût là. Ah non ! Elle avait sa fierté quand même. Mais elle n'avait pas non plus envie de blesser la jeune femme. Surtout en se souvenant qu'elle était dans une mauvaise passe. Et qu'elle n'aimerait certainement pas qu'on lui crie dessus. En tout cas, dans son cas à elle, si une personne avait osé élever la voix contre elle, il se serait prit un sortilège avant même d'avoir réalisé que ce n'était absolument pas la chose à faire. Donc, elle n'allait pas faire à autrui ce qu'elle ne voulait pas qu'on lui fasse à elle. Tel serait son credo tant qu'elle serait en la compagnie de Sarah.

Mais elle avait vraiment beaucoup, beaucoup, beauuucoup de mal avec les attentions physiques. Du genre lui prendre la main par exemple. Déjà, quand son voisin lui frôlait la main exprès pour la déconcentrer en cours de potion, sa première réaction était de lâcher une goutte de liquide urticant sur la main, et ce sans sourciller le moins du monde, et sans se déconcentrer de sa préparation. On disait de Jolene, qu'elle était sadique, psychopathe et trop travailleuse. Ce n'était ab-so-lu-ment pas le cas, du tout. C'est juste qu'elle aimait qu'on lui fiche la paix. Et qu'on ne la touche pas. Il n'y avait personne qu'elle ne laisserait approcher de sa peau. Ce droit était également refusé à sa famille. Parce que la seule personne par qui elle aurait aimé être touchée était sa sœur Louise. Les seuls bras dans lesquels elle avait envie de se blottir était enfermé dans une boite en bois, six pieds sous terre.

Elle se dégagea doucement de sa poigne pour s'installer aux côtés de sa sœur. En fixant ses mains, plus précisément, celle que Sarah avait attrapé, en aillant la désagréable impression qu'elle la brûlait encore. Alors que ce n'était pas le cas. Juste la chaleur humaine telle qu'elle ne l'avait jamais vraiment sentie depuis deux ans.

Elle avait touché des gens bien sûr, hein ! Mais il y avait toujours une voire deux couches de vêtements entre sa peau et celle de la personne qu'elle touchait.

- Euh … Je vais prendre une nouvelle ambroisie, murmura t-elle presque sans cesser de fixer ses doigts.

Elle releva finalement la tête vers les autres pour découvrir que Callie la regardait anxieusement, semblant hésiter à montrer de la compassion même si elle savait pertinemment que son aînée en avait horreur. Elle fusilla Callissandre du regard et celle ci retrouva presque instantanément un sourire artificiel.

- Hey moi je veux bien une Bierreaubeurre ! hurla t-elle presque de sa voix de crécelle.

Jolene hésita à lui foutre un coup de pied en dessous de la table pour qu'elle baisse d'un ton. Ou de deux. Ses oreilles n'allaient pas survivre à ce rythme là ! Mais bon, elle préféra lui apprendre les bonnes manières et lui fila un coup de pied. Qui vu la grimace que fit Skandar, n'arriva pas au bon destinataire. Quel dommage !

Sourire sadique en direction de ses cadets. Ils eurent un petit mouvement de recul qui, au fond d'elle même, lui offrit un grand sourire.

La vie était belle quand on terrorisait son entourage, on en recevait une impression de puissance hors du commun.
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Ven 17 Juin - 15:16

Assise à une table avec Jolene, qui comme je le pensais, n'aimait pas les contacts physiques, et intimider son petit monde, bah moi je l'aimais assez bien. Je n'avais pas encore vu sa fureur destructrice et je m'en gardais bien. Selon moi c'était une personne fortement sympathique et peut-être une future amie même si ça prendra du temps. Je la trouve agréable ... Il ne doit peut-être y'avoir que moi au final ! Mais je m'en contrefiche, j'aime toujours ce qui sort de l'ordinaire et son caractère en fait partie !
Face à Skandar qui me souriait j'attendais la suite, oh je n'allais plus me lever maintenant que j'avais posé mes fesses sur la chaise. J'hélais un serveur, qui arriva avec son carnet tout sourire. Il n'y avait plus que Skandar qui devait choisir.


- Alors une ambroisie, une Bièreauberre et pour moi un chocolat chaud avec de la cannelle ... Et toi Skandar ?

- Comme Callie, une Bièreaubeurre ! Fit le jeune homme avec un sourire alors que quelques instants auparavant, une grimace de douleur avait déformé son charmant minois. Ah ! Je commençais à avoir faim ! Le serveur finissant de noter la commande, je m'empressais de demander ce qu'il y avait comme dessert ...

- De frais aujourd'hui nous avons, le gâteau au chocolat avec un soupçon de whisky pur-feu, la tarte au citron avec de la meringue fraîche mais là aussi avec un petit peu d'alcool sorcier, la mousse de Chocogrenouille et en prime vous avez une carte grandeur nature avec autographe, la tarte à la citrouille rehaussée elle aussi d'une pointe de gingembre-cannelle ... Et je crois que c'est tout ! Alors ?

Hm. Comment dire ? Tout était bien tentant pour mon estomac averti. Pesant le pour et le contre dans ma tête, je ne pouvais pas n'en choisir qu'un seul ! Ce serait si dégradant pour les autres mets ... Soupirant légèrement je répondis au serveur que j'en prendrais une part de chaque ... Celui-ci repartit derrière son comptoir pour préparer les commandes. A cette table on devait me prendre pour une goinfre mais ce n'est pas grave, ils pourront tout de même goûter ... Être égoïste n'est pas dans mon crédo de jeune fille bien élevée !

- Vous pourrez goûter ! Je ne fais pas l’égoïste bien que je sois un estomac sur pattes ! Fis-je en rigolant. Du coin de l’œil, je regardais le serveur préparer la commande tout sourire, oui, dans son esprit il n'a jamais du penser qu'une jeune fille aussi mince que moi puisse ingurgiter autant de sucré sans tomber malade et surtout sans prendre un gramme ...

Au bout d'une dizaine de minutes que je qualifierais d'interminables, la commande avait enfin pris place sur la table ... Boissons et assiettes où était contenue la nourriture.


- Vous pouvez vous servir, c'est pas interdit ! En plus le serveur a mis des fourchettes à dessert en plus en prévision ...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jolene Letrade
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 121
Age du personnage : 20 ans
Habitation : BonnyBridge - Ecosse
Occupation : Alchimiste ~ Apothicaire
Signature : Roses.Lullaby
Avatar : Pomeline
Date d'inscription : 06/01/2011
Coup de coeur : 18
Gallions : 4724

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Ven 24 Juin - 10:53

Comme si sa dernière phrase était le top-départ que les deux goinfres qui lui servaient de fratrie attendaient, Skandar et Callissandre se jetèrent sur la première chose qu'ils pouvaient atteindre. Et la jeune femme du battre en retraite au fin fond de sa banquette pour que ses cadets ne la heurtent pas elle et sa main blessée dans leur attaque au camp pâtissier. Elle préférait ne pas être exposée au spectacle de la sauvagerie à laquelle ils accédaient quand leurs estomacs criaient famine. Si elle pouvait s'épargner ce spectacle de déchéance, elle le faisait. Même si elle n'était pas particulièrement contente d'avoir raté le Grand Repas de Famille des Letrade parce qu'elle était occupée à gambader dans la boue russe avec comme alliés un résistant et un vampire qui l'avait vidé au trois quart de son sang, Jolene était quand même soulagée de n'avoir pas du à endurer le spectacle de sa sœur se jetant sur "la tarte au citron avec de la meringue fraîche mais là aussi avec un petit peu d'alcool sorcier" telle une noyée sur une bouée. Il était peut-être temps d'intervenir là.

Attaquant sa sœur avec la cuillère qu'elle avait réussit à saisir malgré l'attaque de ses cadets, elle l'empêcha de reprendre de cette tarte alcoolisée.

- Callie, tu vas te calmer sur l'alcool, ma cocotte !

Sa cadette la regarda avec des larmes dans les yeux, comme un chien battu. Rhaa, Jolene détestait qu'elle fasse cette tête là, parce que dans la majorité des cas, elle craquait et lui accordait tout ce qu'elle voulait.
Toujours avec cette tête là, elle se rapprocha dangereusement de son aînée en donnant l'impression qu'elle voulait se transformer en chat et venir la coller comme un aimant.

- S'il-te-plai-euuh. Je peux en prendre ? minauda t-elle en posant sa tête sur l'épaule de Jolene.

La jeune femme préféra ne rien répondre du tout. Comme ça elle ne risquait pas de craquer, et reprit une gorgée de son ambroisie pour montrer qu'elle allait l'ignorer quoi qu'elle fasse ou dise. Mais sa sœur, qui était la plus maligne pour faire des conneries sans se faire choper et plus bête qu'une anguille quand il s'agissait de décrypter les signes criant "lâche ta sœur avant qu'elle ne te frappe !", frotta sa tête blonde contre son épaule gauche toujours avec ce même regard.

Et Skandar qui en profitait pour manger ce qu'avait commandé Sarah. Elle lui asséna un coup de cuillère sur la main quand il la tendit vers une nouvelle pâtisserie. Il croyait qu'elle ne l'avait pas vu ou quoi ?

- Crois pas ! le prévint t-elle. Tu viens de béqueter bien plus que ta part !

Mais quand elle se pencha pour ré-attaquer son frère à la petite cuillère parce qu'il avait jeté son dévolu sur la mousse de chocogrenouille, la tête de sa sœur plongea vers le sol et - grâce à son instinct de survie qui réagissait même lorsqu'elle ne comprenait pas pourquoi sa tête qui était sur un support stable quelques secondes avant plongeait à présent dans le vide - et elle se retint en agrippant son pauvre poignet blessé. Avec le cri digne d'une souris qui est en train de se faire écraser, la jeune femme se recula de nouveau dans son siège en serrant son poignet à un niveau qui n'était pas brûlé - brûlure qui était au passage bien cachée par : un onguent recouvert d'un bandage serré et de gants de cuir - et fusilla sa sœur du regard en serrant les lèvres pour que ne s'échappe pas un hurlement de douleur qui ruinerait sa réputation de dure à cuire.

- Haaan, la boulette, dit Skandar avant de battre en retraite en enfonçant son nez dans son verre de Bierraubeurre devant le regard noir de Jolene.

- Pardon Lena ! s'exclama t-elle en portant ses mains à sa bouche.

La jeune femme s'efforça de serrer les dents pour ne rien répliquer, ce qui entraînerait inévitablement l'évasion d'un cri de sa gorge des plus bestial - elle l'imaginait bien - et s’exhorta à respirer profondément pour garder son plus grand calme en comprimant - comme si ça pouvait avoir quel effet - les os au dessus de sa blessure en attendant que le tambourinement sourd dans ses doigts se calme. Heureusement que ses frangins étaient naïfs et ne connaissaient rien à la médecine moldue.

- C'est bon, continuez à manger, siffla t-elle entre les dents, bénissant les mèches de cheveux teints en roux qui cachaient son visage et les larmes de douleurs qui commençaient à poindre sous ses paupières. Je reviens, ajouta t-elle en se levant en direction des toilettes.

Elle du respirer plusieurs fois pour continuer à marcher droit et ne pas s’effondrer comme une masse près du comptoir. Et en arrivant à la porte des toilettes, elle entendit son frère se lancer - avec presque les même mots qu'elle avait employés - dans l'explication de ce qu'elle avait : "Et bien je me suis cassé le poignet il y a deux jours, ouais c'est ça le soir de Pacques quand je révisais à la Bibliothèque, suis tombée d'une échelle. Et je me suis dis que ce serait génial de voir comment ça faisait de guérir comme les moldus. Et ainsi tester ma patience. Si je tiens jusqu'à ce que ça soit guéris sans avoir eu recours à la magie, on pourra dire que je suis prête pour n'importe quoi."

Excuse qu'elle avait trouvé avec Manfred, son frère aîné, pour cacher la brûlure qui s'étendait sur sa main et son poignet gauche. Et le fait qu'elle n'ait plus la moindre sensation dans son auriculaire et son annulaire. Et elle tremblait à l'idée qu'elle ne puisse plus jamais s'en resservir à jamais. Mais elle ne pouvait pas se faire soigner ni à Poudlard ni à St Mangouste et elle ne faisait pas assez confiance aux Moldus. L'infirmière et presque tous les médecins de St Mangouste connaissaient un membre de la famille Letrade, et déjà que son père avait menacé de la renier si elle ne quittait pas l'Opposition, il risquait de la tuer de ses propres mains s'il apprenait en plus qu'elle avait perdu deux doigts et qu'elle souffrait (sa race de sa grand-mère) à cause d'une mission pour Antarès. Qu'elle n'avait pas été fichue de réussir au passage.

Elle s'écroula contre le mur des toilettes après avoir vérifié que toutes les cabines étaient bien vides et arrêta de faire des efforts pour avoir une respiration normale et mesurée. Et se mit à sangloter comme une perdue en serrant sa main contre elle. Jolene coinça en tremblotant sa baguette entre ses dents et entreprit de retirer avec milles et unes douceurs de retirer son gant, de défaire le bandage et de passer sa main sous l'eau froide en réprimant un frisson de dégout devant l'horrible apparence de la blessure. Elle avait été conne de laisser ça comme ça toute une nuit sans rien faire. Et de penser que de la boue calmerait sa douleur. Et que verser du poison dessus était une bonne idée pour éloigner Félix au cas où il voudrait de nouveau goûter son sang. À présent, la peau de ses deux plus petits doigts ressemblaient à du parchemin fumé et les pans de la brûlure étaient noircies et infectées.

Elle ne pourrait pas tenir comme ça. Et sa couverture de "l'expérience" n'allait pas durer éternellement, elle devait trouver quelqu'un qui ne connaissait ni de près ni de loin le nom des Letrade et qui pourrait la soigner efficacement. Et Jolene allait devoir supporter la douleur car elle ne pouvait pas venir en cours shootée jusqu'à la moelle avec des potions anti-douleur.

Pour le moment, la seule chose qu'elle pouvait faire, c'était passer sa main sous l'eau, trouver les recettes de fabrication de tous les onguents contre les infections et les brûlures qu'elle pouvait trouver à la bibliothèque. Et se dépêcher de refaire le bandage, prendre le temps de ré enfiler son gant sans se faire mal et retourner le plus vite possible dans la salle. Cette perspective la fatiguait rien que d'y penser.

Ou, elle pouvait toujours se ruer dehors à toute vitesse, et aller directement dans sa chambre pour récupérer les potions anti-douleur. Et c'était un plan vraiment génial en fait. Elle récupera ses affaires serra sa main contre elle et traversa le café à la vitesse maximum, snobant royalement la table de Sarah et de ses cadets. Elle ne s'arrêta que dans sa chambre et se vida deux potions.

Edité par le 10/07/2011
Revenir en haut Aller en bas

Sarah Mickaels
● University ●

avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4530

MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   Dim 19 Aoû - 19:57

Quelle famille ! J'en étais plus que jalouse en fait ! Jolene en avait de la chance ! Ses cadets avaient l'air vraiment gentils et ne se privaient pas pour exprimer ce qu'ils pensaient ! Je connaissais Skandar, et j'aimais bien comment il était.
Alors les retrouver tous ici à ma table, me comblaient de joie. Si Gabriel était là ... A cette pensée, je me figeais sur mon siège et je me sentis les larmes me monter aux yeux. Je ne devais pas montrer ma tristesse, j'étais en bonne compagnie et je ne voulais nullement attirer la compassion. Mais mon grand frère me manque, et savoir qu'il ne reviendra jamais me tue à petit feu.
J'étais perdue dans mes pensées, assise sur ma chaise. J'en fus tirée par l'excitation des cadets de Jolene, qui me firent sursauter en se jetant sur la nourriture. Et de toute façon, ils avaient bien raison ! Devant moi ma boisson, je la viderais presque d'un trait, tellement que j'avais soif.

Je regardais Jolene, elle était gênée de la situation. Puis, j'entendis un cri. Un léger cri, provenant de Jolene. Celle-ci se tenait le poignet, elle s'était fait mal en se rattrapant ? J'aurais du la saisir au vol ! Mais moi et la rapidité ça faisait toujours deux, et de toute façon, c'était survenu si vite que je n'avais presque rien vu en fait !
Elle avait l'air d'avoir mal et de souffrir, j'aimerais l'aider car je n'aimais pas voir les gens que j'appréciais souffrir. Mais cette fille, n'avait pas l'air d'apprécier la compassion et je la laissais faire. Du coin de l’œil je la regardais se lever, son état me préoccupait, mais je n'en faisait aucunement part à mes interlocuteurs. Je mangeais sans mot dire, inquiète.
Skandar me regardait, souriant. Peut-être essayait-il de me rassurer au final ? Par politesse, je lui rendis son sourire. Sourire qui n'était pas sincère.

J'avais envie de me lever. Pour aller voir ce qui se passe, toujours cette curiosité qui m'étreignait. Je me mordillais les lèvres, quand je la vis revenir. Toute souriante, je la regardais se diriger vers notre table quand ... sans un seul regard pour nous, elle s'en allait.


- Jolene ?

Alors là. Je n'y comprenais plus rien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un samedi comme tous les autres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un samedi comme tous les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une amitié pas comme les autres
» SAMEDI 08 OCTOBRE 2011
» Un matin comme tout les autres [Tout les poufsouffles]
» Waiting for the bus __ Amanda
» Léonor Fini
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Extérieurs du château :: Café Magic Campus-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit