PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Ca faisait longtemps...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 519
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12555

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Lun 17 Sep 2007 - 19:27

"Tu es Iccam"

Isis sortit de la salle sans dire un mot. Elle parcourut le château sans voir ce qui était autour d'elle. Elle marchait tête baissée avec pour seule vision cette chambre close.


"Iccam Umbrès, assieds-toi."

pense : "Non, ce ne pouvait pas être possible."


"Nous n'avons pas commandé que vous soyez nos Iccams"

Elle retient un cri intérieur.


"Vous grandirez et puis comprendrez en temps ce que vous êtes"

pense : " Je ne suis que moi, avec mes défauts mes qualités mais juste moi."


"Iccam Umbrès, tu es devenu Umbrès"

pense : " Egon n'est que lui "


" 'Un coffre' pour... pour nos vies"

pense : " Des pantins "


" Sans laisser d'héritiers ou de traces"

pense : " Des choses qu'on jète... pire que de rester enfant à tout jamais "


"Votre équilibre me tient en vie... de même que le nôtre vous tient en vie".

pense : " Quel équilibre ? "


"Iccam Rosà Ton histoire te meurtrie, comme la mienne me tue petit à petit"

Une larme coula le long de sa joue.


"Connaissez-nous et vous vous connaîtrez."

Une porte claqua derrière elle. C’est elle qui les faisait s'abattre dans un bruit sourd.


"Connaissez-nous et apprenez à vous connaître."


- Mademoiselle Kitlee, je suis heureux de vous revoir. Je dois dire que vos chats nous ont manqué avec Nick, ils nous amusent beaucoup.

Mais elle n'écouta pas le moine fantôme de son ancienne maison. Elle le traversa sans même remarquer qu'il se trouvait là.


"Vous aurez les réponses aux questions que Shalimance a éveillé en vous."

" Isis... accepte"

"Tu es Iccam"


"Il faut nous connaître avant de refuser notre requête"

"tu dois le convaincre"

" Tu es devenu Umbrès quand tu as laissé ton cœur s'ouvrir "

"Votre équilibre me tient en vie... de même que le nôtre vous tient en vie"

"Acceptez de rester nos miroirs... nos Iccams"

"Tu ne peux guérir car tu n'es pas malade"

" Faire grandir tes pouvoirs"

"Ttu dois la protéger comme Ombre me protège"

"Iccam Rosà, tu es mon Iccam"

" Tu dois le convaincre "




Elle était arrivé face à un mur.
Une barrière qui se dressait devant sa course folle pour fuir ce qu'elle venait d’entendre. Pour fuir ce qu'elle ressentait. Pour fuir son futur.
Elle voulait retourner dans son passé. Rayer de sa vie le 2 octobre date qui annonçait la condamnation de sa liberté.

Les larmes aux yeux, sa tête pleine de colère. Elle l'extériorisa en frappant le mur jusqu'à ce qu'elle ne sente plus son poing qui était en sang. Cette barrière physique ne pouvait s'abattre tout comme celle dans son esprit. Elle se sentait cloîtrée dans un chemin où elle ne pourrait pas choisir. Prisonnière d'un sentier tracé où seul l'intérêt comptait et où les envies, les désirs, ses envies et desirs n'avaient pas leur place. Elle était enchainée à une Rose sans l'avoir voulu.


Elle s'agenouilla en pleure, la tête appuyée contre les pierres froides du bâtiment.
Rhidow l'avait suivit durant sa course folle. Il courait derrière elle car elle avait marché très vite. Il hurlait sans arrêt le 'Iccam Rosà' dont elle était dorénavant baptisée.
Le petit garçon était très triste de la voir dans cet état, il vint lui caresser les cheveux avec tendresse


- Iccam Rosà, pleure pas

Fiche-moi la paix, fiche le camp. Sors de ma vie.

Elle l'avait déséquilibré en se retourna brusquement et le foudroyait de ses yeux rouges encore humecté de ses larmes. Elle lâcha une partie de sa colère sur le petit homme qui se mit à pleurer. Il se releva apeuré pour aller se réfugier dans les bras réconfortant de l'Iccam Umbrès.

Elle se releva mais resta appuyé au mur.


Il faut nous connaître avant de refuser notre requête.

Comme s’ils nous laissaient le choix. Ils nous l'imposent, ils nous dictent ce qu'on doit être. Mais je n'ai pas envie d'être leurs pions, comme les enfants de Shalimance le sont.


Elle bouillonnait à l'intérieur. Les phrases continuaient de fuser dans sa tête comme une ritournelle agaçante et continue.

Le coffret à thé se mit à léviter entre elle et Egon qui tenait toujours Rhidow en pleure dans ses bras.


Etre leur marionnette

Elle prit le thé qui alla se casser aussi sec sur le mur à sa gauche. Le bois du coffre tomba en mille morceau et les précieux sachets de thé étaient éparpillés aux quatre coins du couloir où ils se trouvaient.

Jamais. Jamais.


Je ne peux pas avoir les personnes que je veux autour de moi. Ils sont morts, ils ont disparu et maintenant... maintenant on me demande de renoncer à ce que je veux être pour préserver quoi. Un monde qui va mal, qui change de dingue dès que le précédent meurt. Après Vous-Savez-Qui... Antarès... et les moldus sont pas en reste.

Il n'est pas question que je devienne un lieu de stockage. J'abrite déjà suffisamment d'entité comme ça. Je veux au moins choisir ce que je suis sans qu'on me l'impose


Elle tomba en larme

Juste être ce que je veux, c'est trop demander.

Au bas du mur, la tête penché, elle fixait les échantillons de thé hors de leur écrin. Sans avoir aperçu qu'elle se trouvait à coté de sa future maison, Clover Spring.

" Permettre de disparaître... s... sans laisser d'héritiers [...] la mienne me tue petit à petit"


La Rose était en train de mourir. Isis le savait, elle le sentait. Elle savait aussi que malgré son ressenti, elle aidera sa Mère.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8260

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Mar 18 Sep 2007 - 22:07

Kitlee. Je suis si heureux de te revoir...
Heureux que cette fois-ci, ce soit à mon tour de te trouver en train de chouiner, assise par terre, dans un couloir de l'école.


Sacha sortit de l'ombre, s'adossa au mur et se laissa coulisser le long de celui-ci pour se retrouver agenouillé à côté de celle qui resterait à tout jamais La Poufsouffle. Il se souvint des quelques fois où il avait pu croiser Isis. Une réunion des Ombres. Une funèbre aurore parfumée d'orchidée. Un TP de Botanique où La Poufsouffle avait l'air aussi ravi que si on venait de lui annoncer qu'on devait lui couper une jambe. Cette fille avait toujours été une telle souffrance et il ne l'avait pas revu depuis sa sortie de prison. Alors mettez vous dans la peau de ce vétéran de la maison de Salazar Serpentard:

"Elle m'insupporte. Elle est en larmes. Elle est vulnérable. Elle est toute seule. Et nous sommes en pleine période de bizutage. Que Merlin bénisse le hasard et Kitlee Isis."

Ce n'est qu'après sa première réplique que l'étudiant de Unicorn remarqua la présence d'Egon tenant un enfant dans ses bras. Plusieurs questions se firent une joie malsaine de venir perturber les projets de Sacha, certes joueur mais loin d'être con. Il se leva assez vite comme pris sur le fait et entreprit quelques pas vers Egon afin de le saluer. D'expérience et roi de l'embrouille, de Lansley pouvait renifler une situation conflictuelle à plus de 3 miles à la ronde, or il se sentait à quelques mètres d'un puits d'emmerdes.


Qu'est-ce que tu fous là? Sonda-t-il, on ne peut plus intrigué.

La soudaine lourdeur qu'il ressentit, incita Sacha à se raviser complètement sur son intention de bizutage.


"Dommage. Elle aurait été splendide avec des dents de quarante centimètres... La lapine sauteuse."

Egon ne répondait pas à sa question mais serra la main tendue devant lui d'un air lugubre.

//Un problème?//
Sacha se tourna vers Isis. Puis, vers Egon.
//Lève la tête. Regarde-moi... Tu crains. Qu'est-ce qu'il se passe?//
Egon détourna ses yeux de Sacha.
Sacha se gratta la tête. Curieux.

Egon savait que Sacha pouvait piocher allégrement dans son esprit tous ses souvenirs les plus proches.

Sans surprise, Sacha le fit, buvant des histoires à l'eau de Rose et d'Ombre.

Mais trop peu pour reconstituer l'ensemble.

Il avança d'un dernier pas vers son camarade de la Résistance. Sourcils arqués en deux accents circonflexes rehaussant un regard incrédule. Mais il ne jugea pas et n'admit de laisser s'échapper qu'un sourire espiègle et enfantin ainsi qu'une remarque par télékinésie:

//Hum, hum... Fais pas cette tête là. T'inquiète... Je m'en suis arrêté avant le début du Kamasutra. //
"Tu fais bien."
//Tu rougis, attention...//

Un temps. Un mouvement. Les deux garçons se séparent.

Je te raconterai, mais pas ici.
Le môme? C'est qui? C'est ça Umbros?
Umbrès. Non, c'est Rhidow.
Salut, Rideau.
Rhidow!
C'est ce que j'ai dit.
Tu peux nous trouver un endroit au calme, s'il te plaît? demanda Egon en échangeant avec Isis un regard qu'il voulait rassurant et confiant.

Au sein de la Résistance, tous les deux étaient ce qu'on appelle des Informateurs. Outre cette fonction, Sacha éprouvait de la sympathie pour l'ancien préfet des Rouges. Il appréciait facilement les 'mentors', les vigoureux, les personnalités de caractère qui savaient rester clémentes, justes, honnêtes et aux pures intentions. Evidemment, puisque les autres, il aimait à les piétiner de bon cœur.

Pour son âge, Egon était l'un des meilleurs exécutants de leur ordre, cela parce qu'il semblait n'avoir jamais rien à perdre. De fait, il entrait dans tous les conflits avec une indifférence prononcée pour son avenir. Sacha lui devait au moins dix fois sa propre vie et comme, souvent, il est de rigueur de se montrer redevable des gens qui sauvent nos jours, The pride of de Lansley ne faisait pas exception: il devait à Egon dix vies.

Il se tourna vers Isis, talonné par Egon portant toujours Rhidow. Parce que fini de faire le cake, parce compris que la situation ne s'y prêtait pas, just un sourire sincère à la jeune fille. Il se retourna vers elle pour lui tendre la main et l'aider à se relever.



Je ne sais pas ce qu'il se passe entre vous deux... et votre enfant. Décidément... mais j'ai la vague sensation que vous avez besoin d'un coup de pouce... Si Miss Kitlee veut bien se donner la peine, je vais nous trouver un lieu plus tranquille.





Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)



Dernière édition par Sacha de Lansley le Lun 24 Jan 2011 - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 519
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12555

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Jeu 20 Sep 2007 - 14:14

De Lansley.
Ca y est tout était dit. Pas besoin de long discours philosophiques sur son cas, il ne le mérite pas. Tant qu'il montrera que sa gueule de con, il n'aura aucun intérêt aux yeux d'Isis.

Fallait bien entendu relativiser. Isis l'exécrait mais en même temps était très respectueuse de ce qu’il cachait aux yeux de tous à quelques rares exceptions : son fond.


Kitlee. Je suis si heureux de te revoir...
Heureux que cette fois-ci, ce soit à mon tour de te trouver en train de chouiner, assise par terre, dans un couloir de l'école.


pense : Amuse-toi, tu as bien ta réputation à tenir, non ?

Désolée, je ne sais pas créer d'orchidée, autrement j'aurai été heureuse de te l'offrir.

Un murmure à peine audible.

Mais il changea. Lui foutre la paix, non. Ce n'était pas lui, il aurait été trop heureux de la bizuter. Il l'appréciait autant qu'elle. Autant dire que le baromètre était dans les abysses des négatifs.
Elle s'en foutait complètement de sa prestation digne d'un acteur. Qu'il dégage. Tant mieux.

Il se passa un temps indéterminé. Justes quelques minutes mais Isis avait perdu la notion du temps. Elle était là, immobile et silencieuse, dans ses pensées.



Si Miss Kitlee veut bien se donner la peine, je vais nous trouver un lieu plus tranquille.

Elle utilisa sa main comme appui pour se relever. Un sourire en prime. Seule chose sincère chez lui, l'aide qu'il apporte à autrui.

Elle s'était calmée. Egon en était pour beaucoup. Un simple regard suffit.

Sacha les dirigeait vers un endroit plus sur. Elle s'était avancée vers Egon et


Rhidow, excuse-moi. Je... je suis désolée de t'avoir fait du mal tout à l'heure.

Pour toute réponse, Isis eut droit un magnifique sourire et un bisou sur le front. Autant dire qu'il jouait au cascadeur pour lui faire. Malgré ces 101 ans, il était un enfant de 5 ans avec toutes ses caractéristiques. Elle était pardonnée depuis longtemps.

Iccam Rosà, j'aime pas te voir triste.

Silence sous un sourire en coin, génée.
Revenir en haut Aller en bas
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7859

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Ven 21 Sep 2007 - 2:07

Sacha avait la très mauvaise manie de résoudre ses interrogations par des incursions dans l'esprit de ceux qui refoulaient leurs réponses. Au-delà de ce qu'il put apprendre de la relation d'Isis et Egon, ce qui demeurait le plus important pour le sorcier réincarné était d'avoir un allié dans cette école et dans cette histoire où il commençait à perdre pied. Il avait besoin d'une personne en qui il avait confiance malgré qu'on lui répétât plusieurs fois de se méfier de Sacha. Enki lui avait fait confiance le premier. Lui-même avait suivi son instinct. Sans compter que la légilimancie les avaient aidé plus d'une fois à se sortir de pas difficiles. Mais, bon, Egon regrettait de ne pas avoir appris l'occlumancie: "Qu'est-ce que t'es indiscret quand tu t'y mets" lui glissa-t-il à l'esprit quand ils atteignirent le couloir d'Unicorn. Sur le chemin, ils croisèrent quelques regards qu'il avait connus avant d'être diplômés. Regards étonnés de voir l'ancien préfet dans les murs de l'école. Tout ce qu'il espérait était de ne pas croiser Jonathan. C'était son seul souhait.

Sacha les mena jusqu'à son habitat étudiant et ferma aussitôt derrière eux, après avoir insonorisé la pièce. La chambre était très grande et Egon en fit la remarque. Leur hôte expliqua qu'il avait dû procéder à des aménagements l'année précédente pour pouvoir loger son fils Noah dans la chambre d'à côté et permettre à Elinor de le voir aussi souvent qu'elle voulait.

Egon s'assit sur le lit et laissa Rhidow sortir de ses bras. L'enfant centenaire resta contre lui et contempla tous les objets, les alentours, Sacha représentant tous ces jeunes adultes qu'il avait croisés. On voyait clairement qu'il avait dû mal à réaliser. Il n'avait connu que Miwa et Délos, Rosà et Umbrès en dessin puis Isis et Egon... tout à coup, il en voyait partout. Sa joie, ses questions et ses appréhensions lui causaient un assortiment d'expressions qui le rendaient plus que jamais proche de l'âge qu'il avait physiquement.

Rideau, t...
Rhidow!
Oui, c'est ce que j'ai dit, tu veux te reposer dans la chambre d'à côté?

D'un regard qui cherchait le consentement, l'enfant consulta Isis puis Egon. Recevant une double bénédiction, il hocha la tête positivement. A l'intention de son collègue, Sacha désigna la chambre de son fils pour l'instant inoccupée et resta quelques instants avec Isis, le temps qu'Egon aille coucher Rhidow qui s'endormit presque aussitôt que sa tête touchât l'oreiller.
- Oh, que oui, c'était une dure journée ça...

De retour dans la chambre de Sacha, il y eut un très grand silence. Egon commençait à respirer plus sereinement, à émerger de ce qui l'avait abasourdi lorsqu'ils étaient dans la chambre de La Rose. Il marcha jusqu'à Isis sans essayer d'expliquer à Sacha ce qui se tramait autour d'eux ou de le consulter. Impulsion nouvelle. Il la prit seulement dans ses bras, la serra. Un tantinet, il se recula, la regarda et l'embrassa plusieurs fois. Le front, le front, le front, la bouche, la bouche, le coin de la bouche, la pommette, le front, la bouche encore. Arrêt. Il la serra à nouveau.
- Ca va? demanda-t-il sans que cela soit une vraie question. Il sentait bien que ça n'allait pas. Il ignorait par contre le passé commun d'Isis et Sacha. Viens...
- L'avant veille de la rentrée, et déjà dans une situation prêtant au dilemme. Pour le peu que j'ai compris - avant de poursuivre - vous avez un choix à faire tous les deux, alloua très justement Sacha, prenant place dans une grand fauteuil en bois aux coussins de velours vert.

"L'avant veille?" réfléchit Egon, "on est seulement le 5 octobre...? nous ne nous sommes en allés que 24 heures..."

- Quelle heure est-il? demanda-t-il, toujours avec Isis dans ses bras, en se tournant légèrement vers Sacha.
- Il doit être dans les 23 heures minuit...

Egon attira doucement Isis vers le lit du jeune père et s'assit dessus, la faisant suivre à côté de lui.
- Isis, qu'est-ce que tu veux? lui demanda finalement Egon... si tu me dis que tu veux rester à Poudlard, poursuivre ta vie sans jamais essayer de savoir, je te comprendrai... j'ai moi-même envie de tout foutre en l'air, d'aller auprès des enfants de la Maison et de voir Natacha... Iccams... D'un autre côté, il y a cette partie de moi qui veut savoir la vérité. Je veux savoir ce que c'est d'être Iccam avant de le rejeter. Mais je peux pas protéger TASKS et La Rose en même temps.
- Pour faire les choses en même temps, il y a une solution assez simple... émit Sacha avec mystère.

hj: écrit en accord avec SDL.




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8260

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Sam 22 Sep 2007 - 2:45

Sa proposition s'était introduite entre le couple comme un espoir de tout arranger. Non. Il n'arrangerait pas tout mais il pouvait leur faire gagner du temps puisque tout était affaire de Temps maintenant. Il ne comprenait pas tout. Mais dans le puzzle qu'il s'était vaguement constitué de la situation, il sentait bien que ces deux-là devaient poursuivre leurs destins... peut-être même qu'ils avaient un très grand rôle à jouer dans l'avenir sorcier. Pour ça, ils allaient avoir besoin de quelques adjuvants.


Nous avons le bon vieux Polynectar, préconisa Sacha. Il ne marqua qu'une courte pause pour ne pas être interrompu autrement que par des sourcils froncés. Oui, oui, ça va, on sait: le Polynectar met du temps à être concocté blablabla et en plus, il faut mettre la main sur les ingrédients blablablabla, et pour conclure, ce système implique qu'on use d'autres personnes qui prennent l'apparence d'Isis et Egon blabla.

Sacha avait beau suivre une filière juridique et administrative, il n'en restait pas moins que sa passion était la nature et les plantes. Il y avait même peu d'élèves de Clover qui l'égalait dans certaines connaissances sur les posologies, les amalgames et les décoctions occultes de potions à base de plantes. Là, on peut le dire, il s'envoyait des fleurs non seulement parce qu'il adorait les fleurs mais aussi parce que c'était pas Kitlee qui allait le faire à sa place. On n'est jamais mieux complimenté que par soi-même.



J'ai une petite version améliorée du Polyjuice. Prête et sous le coude. Mais je n'en ai peut-être pas assez pour tenir deux personnes plus de cinq ou six jours - 144 heures - au quel cas, je devrais en refaire si vous parvenez à me prévenir.

Le principe est assez bête en apparence mais cossu dans les règles du jeu: vous buvez le Polynectar amélioré et le décompte commence. Il vous donnera le don d'ubiquité pendant six journées maximum.

Mais - il y a toujours un mais sinon la vie serait trop belle et tout le monde s'ennuierait - votre double resté ici qui aura votre mémoire, vos mimiques, votre attitude... sera toutefois traversé par les émotions les plus fortes vécues par les modèles initiaux. Vous deux. Ce que vous ressentirez ainsi que vos pensées les plus intenses seront liés à ce qu'ils ressentiront eux ici et ce, quelle que soit la situation qu'ils seront en train de vivre ou les actes qu'ils seraient en train d'accomplir. Ca les fera déconnecter momentanément de ce qu'ils font.

Un exemple... au hasard... hum...

Admettons qu'Isis prenne un pied d'enfer.

Quoi, ben faites pas ces yeux, c'est un exemple.

Isis Un est donc en plein orgasme. Pour une raison que je ne détaillerai pas. Il y a des chances que son double, Isis Deux, arrête net toute activité pour se laisser traverser par la même sensation. En cours ou à table, à la bibliothèque ou avant de dormir... quoique fasse Isis Deux, elle s'arrêtera de faire ce qu'elle était en train de faire pour se laisser traverser par l'orgasme d'Isis Un.

Tant que vous êtes zen là où vous êtes, vos doubles se fondront dans la masse et tout le monde n'y verra que du feu. Looping mises à part. Isis Deux peut prendre la place d'Isis Un dès ce soir. Et Egon Deux peut rentrer à TASKS dès maintenant.

Vous-mêmes saurez ce qu'ils vivent ici à certains moments; dans les instants proches de l'inconscience, par exemple, l'endormissement... vous pourrez même interagir avec mais je vous le déconseille.

Une dernière règle... à noter. Si vous mourrez, ils meurent. Si vous êtes malades, ils seront malades. Si vous êtes tristes, ils seront tristes. Vos émotions et vos états s'additionnent aux leurs... donc si vous vous blessez, ils seront blessés. Ils sont vos miroirs intelligents. Ils ressentent leurs propres émotions plus les vôtres selon l'intensité.

Vous signez avec le diable?


Resté à distance du couple mais face à eux, Sacha souriait de pouvoir tester une nouvelle fois cette potion sur quelqu'un d'autre que lui. La première fois qu'il l'avait utilisé, il... il... il vaut mieux qu'il ne dise pas pour quoi c'était. Mais cela avait fonctionné.

En tout cas, vous pouvez prendre vos décisions sans soucis d'apparence et de temps. Et il est évident que je veillerai sur vos doubles.





Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 519
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12555

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Sam 22 Sep 2007 - 20:23

Même avec ça, sans les...

Thés. La boite reconstituée, qu'Isis avait passablement mis en miette dans le couloir, venait d'apparaître sur la table à coté de Sacha.

Plus de problème d'absence, de temps et de moyen de transport. De ce fait, plus d'excuse pour empêcher au bon déroulement de la vie de Rose et Ombre.



L'Avarice
Venise ou les protecteurs des jeunes Iccams



Elle ignora Sacha et son polynectar amélioré. Main dans celle de son amant, elle l'embrassa. Lui dire qu'elle n'allait pas bien mais qu'elle était calmée, qu'elle allait mieux avec lui à ses cotés. Lui avouer par un simple geste, sans un florilège de mot mis bout à bout dans l'espoir que cela refléte ce qu'elle ressentait.

Avarice.

Mot qu'elle souffla à quelques centimètres de ses lèvres encore humidifiée par le baiser.

Elle acceptait le voyage. Sa curiosité avait pris le dessus rassuré par Egon, son amant. Elle savait également que tant qu'elle n'affrontera pas les barrières dressées devant elle, elle tombera une fois de plus dans un engrenage de dépression plus ou moins importante. La dernière était allée jusqu'à sa tentative de suicide sauvée in extremis par... Jonathan.

pense : Jonathan.


L'avarice, j'aimerai commencer par celui-ci.

Pour quelle raison, Isis l'ignorait elle-même. Enfin elle savait que c'était celui qui la terrifiait le moins.
Un dernier baiser avant de se retourner vers le diable et son pacte qui lui permettait de créer durant l'espace de 6 jours un aperçu de ce à quoi elle aspirait. Deux vies, deux Isis, un dédoublement qui lui permettait de vivre pleinement avec Egon et Jon, Jon et Egon... certes avec des contraintes de tailles, mais cela se rapprochait beaucoup de son utopie.


Merci de ton aide Sacha.

Merci et Sacha dans la même phrase. Isis avait mit beaucoup d'eau dans son hydromel. Il ne fallait pas non plus qu'on noit ce monsieur dans un bain de remerciement ou compliment, son ego savait très bien le faire de lui-même.


Il y a juste un autre point à régler avant de partir. Rhidow peut aller à La Maison ? Que le Egon deux s'en occupe et vieille sur lui ? Il ne peut pas voyager avec nous. J'aurai aimé le garder avec moi, mais... mais il sera mieux à TASKS.

Isis attendit l'accord ou le refus d'Egon avant d'aller dire au revoir au mini lapin nain. Elle avait un petit pincement, non un gros pincement au cœur de le laisser là. "Mais c'est pour sa sécurité", fallait bien qu'elle se rassure comme elle le pouvait.
Isis ne voulait pas d'enfant pour l'instant, ça ne lui avait jamais parcouru l'esprit, mais le petit Rhidow avait évolué cette réticence.
Revenir en haut Aller en bas
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7859

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Lun 24 Sep 2007 - 10:30

Egon inclina la tête en signe d'affirmation. Il serait bien allé voir les enfants de ses propres yeux. Octobre, Ethan, les jumelles, Natacha, Leigh et tous les autres lui manquaient. Il y avait aussi un soupçon de culpabilité de déléguer à un second Lui la tâche qui lui incombait de cœur. Contrairement à Isis, le jeune homme était loin d'apprécier l'idée d'un duplicata qui pomperait sa vie, qui se ferait passer pour lui, qui tisserait des liens ou prendrait des décisions à sa place. Même si son double était parfait. Cela l'alarmait. C'était l'orgueil.

Le tatouage sur l'épaule le picota légèrement. Il n'y prit pas garde. Cela était de plus en plus courant depuis qu'il était avec Isis. Dans sa salle de bains à Londres, après sa douche, il avait remarqué que les contours se redessinaient progressivement avec plus de netteté... Voilà une seconde chose qui l'ennuyait. Les présages les précipitaient tous les deux dans une sorte de course folle où les paysages défilaient à toute allure et où les cœurs battaient sans oser se poser la question: jusqu'où suis-je attaché à l'autre?

Apprendre à connaître l'Ombre. Apprendre à connaître La Rose. Que devaient-ils remarquer?
- Avarice...

Egon se tourna vers Sacha:
Tu es certain qu'il n'y a pas d'effets secondaires dont tu ne nous aurais pas parlé? C'est pas comme si j'étais certain de pouvoir t'envoyer un hibou où qu'on soit. Le lieu que tu as aperçu en moi, n'avait aucune relation avec le monde extérieur...
Non. Pas que je sache. Si tu découvres des effets secondaires, tu seras gentil de me les répertorier pour que j'arrange mon article sinon je ne ferai jamais agréer ma potion.
Tu te moques de moi, j'espère?
Oui. Mais tu as raison de souligner que la potion peut réserver des surprises. Je l'ai testé sur moi. Je n'ai pas eu de surprise.
Il alla chercher une grande fiole au bec allongé. Deux autres vides. Plus petites. Sépara le tout en deux flacons égaux en contenu. Flacon gradué d'à peine 15 centimètres de hauteur. Il en donna un à chacun, ainsi qu'un baluchon en cuir.
Tenez. Selon l'heure à laquelle vous allez ingurgiter la potion pour la première fois, chaque jour à la même heure, toutes les 24 heures, vous devez boire une dose pour assurer la continuité des effets. Si vous oubliez ou ne pouvez pas le faire, dans les quinze minutes, votre double commencera a s'effacer... ça fera assez bizarre aux gens qui les entoureront. Veillez à ne pas oublier.
Merci, dit Egon en prenant la sacoche dans laquelle il enfonça la boîte de thé après en avoir extrait le sachet Avarice.

Ellipse.


La potion de chacun et le sachet de thé étaient posés entre Isis et Egon. Le couple était assis sur le lit. Face à face. Sacha les avait laissé passer la nuit ici en leur donnant ses dernières recommandations et en promettant de vérifier que le double d'Egon amenait bien Rhidow à l'association.
Je vais aller dormir dans la chambre de Charlotte. Vous pouvez rester et vous organiser comme vous le souhaitez. S'il y a le moindre problème, je suis au couloir B de Moon Shadow.
Pour la lettre?
Arrête de penser à ça. Je crois que tu as quelque chose de très important à réaliser... et comme avant "ça", je ne t'avais jamais vu... aussi... euh... fringuant, dirons nous, je crois que cette quête est importante non seulement pour La Rose mais aussi pour toi, en tant que homme. Apprendre à vivre. :-)
Sacha prit la lettre et la mit dans sa poche intérieure, côté cœur, en tapotant dessus.
Ca sera remis.

La lettre était pour Natacha. Egon tenait à dire la vérité à Natacha. Il ne voulait pas la tromper en lui faisant croire qu'il était ce qu'il n'était pas. Elle avait un double de lui pour l'aider à la Maison, ce double n'était pas complètement lui. Il écrivit donc une missive qu'il avait confiée à Sacha pour la lui apporter.

Le château était calme. Egon passa affectueusement sa main sur la joue d'Isis.
- Il faudra me dire pourquoi l'Avarice... on y va? Tu ne veux pas te reposer et qu'on parte plus tard dans la matinée?
Non, laisse tomber, ce sont mes hormones qui parlent... ils veulent me faire profiter de toi,
sourit Egon pour détendre l'atmosphère qu'il trouvait pesante. La situation n'était pas commune, ils devaient s'en accommoder l'un et l'autre et trouver de nouveaux repères.

hj: désolé, pour aller plus vite et faire les choses bien,
on est obligé d'attendre de se croiser avec Théo pour faire des posts cohérents.
Désolé du délai pour ce week-end.




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 519
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12555

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Lun 24 Sep 2007 - 19:32

hj : 1 journée c'est pas un délai lol. Quand tu ou vous mettrez 2 semaines à répondre là je pense qu'on pourra considérer qu'il y a un délai.
Désolée pour la longueur.



Un léger sourire au coin de sa bouche apparu à la fin de l'énoncé. Egon, voulait et avait toujours ce qu'il désirait. Son mode d'emploi, rien de plus banale. Cela se faisait en 3 leçons :

Leçon 1 : Tendresse. Petits gestes affectueux envers la proie pour la mettre dans ses filets. Une caresse, un baiser, un regard charmeur ou un simple sourire. Le but, attiré l'attention dans une douceur infinie.

Leçon 2 : Avouer ses désirs. Il faut souvent employer le ton de la plaisanterie, la petite blague qui fait "cool". Le petit truc qui fait que la situation reste légère pour bien ficeler la proie à ses filets.

Leçon 3 : Non. Dire non, faire le négatif à la suite de la demande. Faire semblant de laisser le choix à la proie dans les filets alors qu'en faite, le piège c'est complètement refermé sur elle.

Sur ces 3 principes, la proie fait invariablement ce qu'il attend d'elle. Il l'a met en confiance, puis l'invite dans ses désirs pour en fin de compte dire non "C'est toi qui choisis mais tu sais ce que je veux, et je serais heureux".


Isis, était la proie dans les filets d'Egon à ce moment là. Et elle s'en fichait bien. Elle désirait la même chose que lui, alors à quoi bon jouer à savoir lequel fera le meilleur numéro de charme à l'autre. Qu'il s'amuse à être le pécheur de leurs péchés. La luxure était au bout de leur voyage, autant s'entraîner auparavant.


De baiser voluptueux de ses lèvres à ceux plus éparses sur son corps, Isis avait délesté de ces habits son Iccam. Elle s'abreuvait de son ambroisie* autant que de la moindre parcelle de peau à sa portée. Aidée de ses mains pleines de tendresse, elle commença à se déshabiller prenant beaucoup de temps entre deux baisers lascifs qui maintenaient leur désir en éveille.

Désir qui fut coupé en un instant par


- Iccams, vous... Oh ! Je suis désolé

La porte claqua, et la voix tout d'abord tendre puis complètement affolée de Rhidow la refroidit dans la seconde qui suivit.

Elle s'affaissa sur son amant, resta quelques instants dans ses bras encore. Et après un baiser, lui murmura


Je vais voir ce qu'il voulait.

Elle remit sa robe et se dirigea vers le petit garçon en larme qui s'était terré dans un coin reculé de la pièce. Isis le ramena sur son lit et essaya de le calmer.

- Je suis désolé Iccam Rosà, j'aurai pas dû... je suis désolé, c'est ma faute, j'aurai pas du venir avec vous... je suis désolé, Iccam Rosà tu ne m'en veux pas, je suis vraiment, je savais pas, j'aurai pas du venir, je veux pas... vous me garder toujours avec vous, Iccam Umbrès est pas fâché, je veux pas qu'il soit fâché... vous allez

Chut, calme-toi. Ce n'est pas grave, et tu n'as rien fait de mal

- Si, j'ai interrompu...

Rien. Tu arrêtes de pleurer Rhidow. Je t'ai dit que cela n'était pas grave. Sèche moi tes larmes. Tu restes avec nous.

- Sur ?

Sure.

- Merci Iccam Rosà.

Le petit Rhidow s'était précipité dans les bras de "sa belle dame", les yeux remplis d'étoiles scintillantes de bonheur après celle de tristesse. Sa moue chagriné disparu pour orner d'un sourire de soulagement et de bonheur sa bouille ronde.

Egon et moi allons continuer notre voyage. Et pour qu'il ne t'arrive rien, tu vas rester dans notre monde, ici.

- Vous allez me laisser ici ? Tout seul ! Tu m'as dit que... que vous allez me garder avec vous.

Isis posa ses mains sur le visage du centenaire petit homme et essuya les larmes qui venaient de se déversait dans la seconde qui suivit son désespoir.

Oui, je te le confirme, tu vas rester avec nous. Tu vas aller à La Maison, c'est un endroit où il y a plein d'enfant. Egon il travail là bas. Tu y seras bien. Et tu te feras plein de copain. On veillera sur toi et on s'occupera bien de toi, on te protégera toujours.

- Mais tu as dit que vous allez continuer le voyage avec les drôles de sachet de feuille.

Oui, mais il y aura toujours une image de nous avec toi. Egon, tu le verras souvent, tous les jours même. Moi... dès que je pourrais venir te voir, et je ferais tout mon possible Rhidow.

- Sure ?

Oui, sure.

Il s'assit sur son lit. De ses mains il frotta ses petits yeux rouges de tristesse et renifla très bruyamment retroussant son bout du nez.

Tu voulais nous demander quoi ?

- Si vous voulez bien me garder avec vous.

Oui, n'en doute pas.

- Et...

Et ?

- Tu veux bien me chanter une chanson ?

« Dans la montagne, au couché du soleil
Les feuilles d’érables deviennent toutes merveilles
Grenouille et lézard se disent bonsoir
Il va bientôt faire nuit »


Isis lui chantonna une comptine que Pirate lui avait apprise. Et elle attendit que Rhidow soit endormi avant de repartir voir Egon. Ce qu'elle ignorait était que Rhidow voulait demander quelques choses d'autre à Isis et Egon. Mais ils le sauront bien plus tard.



Il s'est endormi. On devrait partir, ça serait plus sage. Quoique...

Mais Isis resta raisonnable, elle prépara les infusions pour plonger dans l'avarice.

J'ai choisis l'avarice, parce que c'est celui qui me fait le moins peur. Il ne me correspond pas, le seul endroit où je pourrais succomber à ce péché est au restaurant où je t'ai emmené. Cette île au-dessus du chemin des Traverses. Je ne suis pas attirée par une quelconque richesse qu'elle soit palpable ou philosophique au point de ne le garder que pour moi. J'ai sûrement choisit celui là pour ne pas me mettre en danger.
Je préfère que tu le saches avant d'y être.


Elle l'embrassa et lui confia sa fiole. Elle regarda l'heure.

3h05. Espérerons qu'on ait pas de décalage de temps comme sur l'île.

Egon et Isis Deux apparurent le temps qu'Egon et Isis Un aient disparu suite à l'absorption de l'Avarice.







Comme depuis maintenant deux essais, l'univers autour des deux Iccams changea en un instant. Maintenant à la place d'avoir Egon en face d'elle, Isis avait un mur de pierres noires imbriquées les unes aux autres qui formaient un obstacle. Egon se trouvait derrière, il ne fallait pas chercher bien loin. Elle détesta cette séparation.
Elle aurait bien voulu crier pour faire savoir à Egon où elle se trouvait mais rien ne sortit. La faute à la main gantée qui s'était immiscée devant son ouverture orale.


- Je ne ferais pas ça si j'étais vous.

Elle tira sa baguette qui ne fit pas le sort qu'elle souhaitait.

- Votre baguette, rangez là, elle ne vous servira à rien ici.

Des bruits de pas se firent entendre. Isis espérait que leur auteurs allaient pouvoir la sauver des mains de l'inconnu. Mais ce dernier l'embarqua avec lui dans sa fuite loin des nouveaux arrivants. Un mur s'ouvrit et laissa apparaître un escalier en colimaçon. Le nouvel arrivant y jeta Isis si bien qu'elle en perdit connaissance.



En l’an 1415, l'Avarice ouvrit la porte du Carnaval de Venise aux Iccams de Umbrès et Rosà. Isis se trouvait aux mains de Marius Anafesto. Riche aristocrate et doge respecté qui se trouvait être le gardien de la Tantra genèse.




La Renaissance fut une grande période artistique et littéraire. Mais elle fut également une époque ponctuée de réforme religieuse dans le monde moldus. Ces réformes avaient pour but de redéfinir le canon* de la bible catholique, genèse de moldus.

En cette période, les sorciers avaient oublié leur Tantra Genèse. Ils n'en avaient jamais entendu parler. La majorité d'entre eux ignorait la signification même de la genèse et dédaignait les cultes des moldus a diverse entitée supérieurs. Il ne comprenait pas l'importances de ces vénérations pour les non-sorciers.


La Tantra Genèse vivaient toujours à travers les arts. L'histoire de Rosà et Umbrès fut dessinée et racontée sur des parchemins à travers le monde. Les créatures magiques qui partirent de Thiam Phucci* avaient propagé leur naissance à travers le monde. Des sculptures représentant Umbrès en train de chasser ou Rosà en train d'enfanter. Des peintures représentaient l'île et ses créatures. Des fresques imitaient la Cuarto Istorica*. Des parchemins tenaient lieu de journal de bord retraçant leur parcouru hors de l’île. Toutes ses reliques étaient dispersées à travers le monde, oubliées des sorciers. Seul Thiam Phucci, berceau de l'histoire de Rosà et Umbrès, les gardait en mémoires et leur offrait un culte.


Au XIVème siècle, un sorcier italien du nom de Pierro Fistorel passionné d'art fit l'acquisition d'une partie de la fresque reprenant la Tantra Genèse. Intrigué, il passa sa vie à rechercher tout ce qui avait une référence à ses deux êtres divins. A force de découverte, il reconstitua la Tantra Genèse dans son intégralité.
Pierro Fistorel créa par la suite un sanctuaire où il y logea tous les trésors liès à la conception de monde sorciers. Son unique but était de les préservers des prèmises du temps. Il s'entoura de sorcier de confiance pour l'aider dans sa quête. Ils se nommèrent Gardiens au fil des années.

Fistorel voulut faire partager sa découverte, mais les sorciers étaient hermétiques à cet prétendu conception du monde. Alors il décidé d'aborder le sujet avec les moldus qui vouaient un véritable culte à genèse. Pierro philsophait souvent sur les ressamblences et différences de chaque Genèse du monde moldus et de celle qui découvrit, taisant le fait qu'elle soit sorcière.
Mais il comprit très vite son erreur. qu'elle soit sorciere ou non, cette Genèse n'avait aps de culte. Cette notion ne lui était pas familière et il avait du mal à cerner le danger de son partage. Des hauts représentants de l'église eut vent de cette Tantra Genèse et décréta qu'elle était un danger pour l'humanité et leur croyance. Les heutes instances religieuses mirent en place un groupe appelé les Veritas. Celui-ci avait pour but de détruire tous les arts représentants ces Rosà et Umbrès. Au fil des siècles, Fistorel puis après leur autres Gardiens cachèrent leur butin de ces saccageurs d'oeuvre d'art. Les Veritas étaient pour la majorités des moldus mais quelqu'uns, les 'chefs' était des sorciers. Certains moldus étaient dans la confidences mais même ces derniers ne savaient pas ce que ses sorciers faisaient dans leur rang. Mais en 1415, Marius Anafesto avait une idée très arrêté sur le sujet.




Spoiler:
 


Dernière édition par le Mar 16 Oct 2007 - 23:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7859

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Lun 8 Oct 2007 - 0:39

Et tandis qu'Isis avait été enlevée par Anafesto et ses disciples désireux de protéger l'histoire et les œuvres liées à la Tantra Genèse, Egon était resté de l'autre côté du mur... assimilé malgré lui à Lucio, le petit fils de l'ancien doge Giovanni Delfino. Sans même avoir le temps de protester ou d'appeler Isis, Egon fut emmené par Valentina dans une histoire alambiquée à destination de ce que la jeune fille appelait Le Repère de l'Arengo.




- Ne parle pas, Lucio, Anesfesto est de l'autre côté... lui imposa-t-elle en collant sa main sur sa bouche.

Egon écarquilla les yeux en regardant cette grande brune aux cheveux bouclés qui parlait une langue qu'il ne connaissait pas. Elle portait une magnifique robe et un masque vénitien, relevé sur son front. Elle semblait être en embuscade, regardant suspicieusement au bout du mur devant lequel ils étaient, puis de chaque côté, à l'affût du moindre mouvement. La seule chose qu'Egon avait comprise, était le prénom par lequel la jeune femme l'avait nommé. Lucio? Mais Lucio ce n'était pas lui.

Après trois minutes ainsi confinés sans bouger ni parler, dans l'ombre d'arcades longeant le quai d'un canal, la jeune femme consentit à retirer sa main, satisfaite d'un Merlin sait quoi qui laissa Egon dubitatif. Parce qu'il ne savait pas dans quoi il était tombé et qu'il ne savait pas si être Egon valait mieux qu'être Lucio, l'ancien Gryffondor jugea que le quiproquo était peut-être une bonne protection le temps qu'il comprenne mieux où il était et qu'il trouve une façon de savoir où Isis avait pu atterrir. Les premiers indices tombèrent assez vite.

Valentina tourna le dos à Egon quelques secondes de plus, le temps de contrôler une dernière fois en se penchant un peu, ce danger qui semblait les menacer derrière le mur où ils étaient postés. Il en profita pour se frapper d'un antique sortilège de traduction que Deneb lui avait appris à l'époque où il passa ses premières vacances à Septenmille, l'île natale de sa petite amie, où les habitants parlaient un dialecte qui lui était occulte. L'enchantement permettait de comprendre et de donner l'illusion à ses auditeurs qu'on parlait leur langage. Aussitôt fait, il cacha sa baguette et attendit les instructions de l'étrangère. Elle se tourna vers lui, lui prit la main en souriant avec légèreté, remit son masque sur son visage et commença à marcher le long du canal éclairé par des torches et vivifié par des musiques, des rires et des allées et venues triviales provenant de toute part.
- C'était le Doge illégitime! Marius Anafesto. J'en suis persuadée... je ne sais pas ce qu'il voulait à cette heure-ci à cette étrangère mais je suis contente d'être arrivée au bon moment pour t'empêcher de le suivre encore! C'est lui que tu suivais, n'est-ce pas? Oui! Tu savais! Tu devais bien savoir que c'était lui... Ton obsession finira par te porter préjudice. Qu'est-ce que tu ferais si je n'étais pas à te surveiller? Tu vois bien que je ne suis pas seulement une petite aristocrate sans cervelle! Je peux t'être utile, Lucio, admets-le une bonne fois pour toute! Lucio a besoin de sa Valentina!

Egon esquissa une sorte de sourire indéchiffrable. Et pour cause, il ne savait pas s'il avait envie de sourire ou de crier. Que répondre? La jeune femme semblait le connaître... Elle parlait d'un certain Anfesto qui était avec une étrangère... Isis?
- Où tu m'emmènes... Valentina?

Egon eut l'impression de poser la mauvaise question. Son accompagnatrice s'arrêta d'un coup et se tourna vers lui. Elle le gifla et se remit en marche visiblement vexée. Egon la suivit en accélérant le pas et l'attrapa par l'épaule pour la retourner.
- Qu'est-ce qu'il y a? Qu'est-ce que j'ai dit?
- Tu as oublié!
- Oublié quoi?
- Tu es impossible, Lucio! D'abord, tu t'enfuis de la fête en m'abandonnant, ensuite, tu changes de costume pour porter ces étranges vêtements! Je n'ai rien contre mais le carnaval se veut un peu plus élégant... où as-tu eu ces vêtements par ailleurs? Pourquoi joues-tu ces mystères? Néanmoins, j'ai l'habitude de tes extravagances... tu es un Delfino, après tout! A quoi bon s'alarmer?! Tu disparais deux heures et quand je te retrouve enfin, tu es dans les couloirs du Dulce, à errer à la poursuite du Doge et de sa nouvelle maîtresse alors que tout le monde t'attend au Repère de l'Arengo... on avait dit que 'ça' se ferait cette nuit à trois heures... et pour une fois, j'en serai aussi... pourquoi tu veux absolument m'écarter des Veritas? J'ai envie d'en faire partie! Je veux combattre avec vous!
- Les Veritas?
- Oh, ne fais pas l'idiot, je préfère que tu noies le poisson de façon plus accorte au lieu d'essayer de me semer ou de jouer l'éberlué quand je te rappelle ton devoir!
- Mon devoir?! Mais de quel devoir tu parles?
- Oh, non. Non, non, non... Lucio... Marciano va te tuer! Ne fais pas l'idiot devant Marciano. Tu as l'esprit dément ce soir... allons te changer pour commencer.

Valentina pesta tout le long du chemin qui les mena vers une splendide demeure au cœur de Venise. Egon n'osait plus rien dire mais à force d'écouter la jeune femme, il comprit petit à petit qu'il était à Venise, au mois de février durant le Carnaval. De fil en aiguille, il finit aussi par réaliser que les Veritas était d'une façon ou d'une autre une sorte de secte liée au destin de Rosà et d'Umbrès. Valentina voulait devenir Veritas, le Lucio pour lequel elle le prenait, était un des chefs des Veritas, Marciano, un autre chef. Anesfesto? Mystère. "Isis, où es-tu?"

Chez Valentina, ils croisèrent beaucoup de monde qui semblait être à son service malgrè l'heure tardive. Elle emmena Lucio dans une pièce où elle lui tendit des vêtements qui étaient exactement à sa taille et un masque pour le carnaval.
- Je me demande pourquoi le Doge a enlevé cette jeune femme... je ne l'avais jamais vu avant... sans doute une roturière, se demanda Valentina à haute voix en ajustant le col de son Lucio.
- Où tu penses qu'ils sont allés? questionna Egon, en jouant le jeu.
- Je ne sais pas... mais nous avons de grandes chances de le voir demain soir au Conseil. J'espère que tu agiras avec moins de fièvre que cette nuit... je ne sais jamais si tu te rends compte des risques que tu encours. Fais profil bas en ce qui concerne Anafesto. Il a plus de pouvoir que vous... vous ne pouvez pas percer son mystère en le filant indéfiniment. S'il voulait, il pourrait vous faire enfermer avec Marciano! Aller, on y va... prenons l'air en marchant vers l'Arengo, tu sembles complètement déboussolé mon pauvre Lucio...

Bras dessus et bras dessous, les deux jeunes gens sortirent. Egon resta à l'écoute des indices qui s'accumulaient petit à petit afin de retrouver Isis. "Avarice? Pourquoi l'avarice?" La réponse viendrait sans doute bientôt... n'était-ce que les richesses qui les entouraient? Etait-ce dans le cœur même de l'aventure qui se profilait?
- En tout cas, j'ai eu très peur quand Augustina m'a dit qu'elle avait vu les soldats emmener un homme qui te ressemblait comme deux gouttes d'eau... ça fera un nouveau pendu au matin.
- Pendu? Au matin!... me ressemblant?
- Je me demande ce que le pauvre homme avait fait. Peut-être un autre conspirateur... qui sait. Ce n'est rien de grave tant que ce n'est pas toi qu'ils pendent, sourit Valentina sans savoir que celui dont elle pressait le bras était un imposteur alors que celui qu'elle croyait avoir en face d'elle était quelque part à l'aube de sa mort.

"Vite! Trouver des solutions maintenant!!"




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 519
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12555

MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   Sam 13 Oct 2007 - 18:21

Une odeur nauséabonde caressa ses narines et lui fit reprendre connaissance. Isis se sentait vaseuses. Il lui fallut un peu de temps pour reprendre ses esprits. Assommée, toujours… ca commençait à devenir une fâcheuse habitude. Mais là, à son réveil, il n’y avait pas Egon pour la rassurer.


- Je vous ai confisqué votre baguette. Mais rassurez vous je ne vous veux pas de mal.

Laissez-moi en douter.

Isis examina la salle pour voir s’il y avait une issue possible. La pièce était une cavité souterraine aménagée. Elle était richement décorée et éclairée par diverses torches posées un peu partout. L’abondance de tableaux, statues ou autres reliques ne semblaient pas à leur place. Ces œuvres auraient du être dans un musée ou un riche palais. Au fond se trouvait une bibliothèque remplie de toute sorte de parchemin et de livre. Un bureau se dressait devant cet amas de lecture et lui-même ressemblait à un refuge de bricoles. A l’opposé de la pièce, une gondole était amarrée. Le canal était à première vue la seule issue possible.
Le canal, de l’eau… Isis ne s’y risquerait pas.

La jeune femme était allongée sur un sofa et menottée à celui ci. Elle le remarqua quand elle avait voulu se relever, et cette action lui fut impossible. Anafesto vit le regard de sa prisonnière qu’elle porta à son poigné lié.


- Pour plus de sécurité... mais dès que je suis sur que vous me ferez aucun mal, je vous détacherai, Iccam...

Isis ne dit rien mais ne put cacher son étonnement.
Anafesto prit une chaise et la plaça juste à côté de la captive. Il avait une lueur dans les yeux qui ne lui disait rien de bon. Un mélange d'admiration des Shalimancyans qu'ils éprouvaient devant Isis et Egon et une espèce d’envie malsaine.


- Je me présente. Marius Anafesto, Doge de Venise. Je suis également Gardien. Votre Gardien en quelque sorte.

Isis ne dit rien et détourna la tête du Doge.

- Vous ne devriez pas essayer de vous détacher. Vous allez vous blesser à tortiller votre poigné comme vous le faite. J'en serais peiné. Très peiné.

Je ne me blesserai pas si vous m'aviez pas kidnappé et menotté.

- Kidnappé ?! Non, absolument pas, vous vous trompez sur mes intentions. Je vous l’assure.
Pour vos liens, comme je vous l’ai précédemment avoué, je tiens à ma vie.


Pense : que je lui fasse du mal… il ne tourne pas rond. Merlin, je suis un lapin nain.

- Un lapin nain ?

Vous lisez dans mes pensées ?

- Vous ne dites rien, je m’inquiète pour vous. Je ne me le pardonnerai pas s’il vous arrivait malheur.

Vous me tenez prisonnière, c’est aberrant.

- Je le conçois.
- Donc vous ne savez rien des Gardiens…. Ni des Veritas.


Arrêtez de lire dans les pensées.

Ne vous inquiétez pas, je ne peux pas rentrer dans votre tête, juste quelques pensées. Votre esprit est trop… alambiqué pour que je le comprenne.

Pense : Il est complètement malade… après les monstres court sur patte, j’ai un malade mentale. Egon, tu es où, vient me sauver, je t’en supplie.

- Egon ? ! C’est le deuxième Iccam ? Je suis de votre coté. Je vous assure. Vous êtes septique. Pas besoin de lire dans votre esprit, vos yeux parlent pour vous.
Je vais vous expliquer où nous sommes et qui je suis. Après, je vous aiderai si tel est votre désir.


Et si je ne le veux pas.

- Nous n'en sommes pas là.

Marius expliqua à Isis la découverte de Pierro Fistorel. La naissance des Gardiens et leur but, protéger la Tantra Genèse contre les Veritas. La création des Veritas du à un blasphème qui au fil des années s’est transformé.

- Maintenant, les Veritas ne sont plus composés exclusivement de moldus qui lutte au nom de leur Dieu unique. A leur tête se trouve Marciano, un sorcier. Il se cache parmi les moldus car il a beaucoup de problème dans notre monde. On le dit adepte de magie noire de surcroît… et je pense que ces ragots sont pures calomnies. Par contre, je suis sur qu’il travail pour quelqu’un d'autre. Une personne préparant un mauvais dessein pour l’humanité.

Marius, se leva de sa chaise et alla prendre un lourd livre, fragile et ancien. Sa reliure était en cuir brut et les pages tenaient grâce à des coutures grossières. L’écriture était illisible et aléatoire. D’après Isis, personne aurait pu déchiffrer ne serait ce que le premier mot.

- C’est un journal écrit par un centaure. Un très vieux centaure qui est parti de Thiam Phucci tandis que Rosà et Umbrès régnait toujours sur leur enfant. De nos jours, il vaut mieux taire cette information à ses bestioles, elles sont irrespectueuses et tueraient pour détruire ce précieu cadeau.

Et qu’est ce que cela à avoir avec votre histoire…

- Tout. Ce carnet relate le parcours de ce centaure. Pas de son voyage mais de ses prémonitions. Les centaures ont toujours été à l’écoute du moindre signe pour entrevoir le futur… ce cheval les a posés sur le papier contrairement à ses compatriotes. Et il a parlé de vous, constatez par vous-même.

Isis laissa son regard examiner l’écriture qu’elle ne déchiffra nullement. Cela ressemblait à des boucles infinies et non à des lettres. Même les hiéroglyphes sont plus faciles à lire.

- Il raconte qu’il a vu dans les étoiles un Danger planer sur la vie de Rosà, une catastrophe. Il prédit la venue de ses protecteurs, ses Iccams. L’hybride parle également de porte qui s’ouvrirait en des lieux clés. Et l’une d'elles se situe dans une période d’oublie de la Tantra Genèse et d’heure sombre sur celle-ci.

Et ?

- Et je vous ai trouvé. Vous êtes Iccams, je le sais, tout coïncide à votre venue.

Comment ça ?

- Cela serait trop long à expliquer et nous avons perdu assez de temps. Vous êtes Iccam et vous allez sauver la Tantra Genèse de ces Veritas.

Pense : Le centaure ne donne pas le mode d’emploi par hasard ?

- Je m’excuse mais je n’ai pas bien saisi votre remarque.

Marius, ferma le livre. Se leva rangea le livre en lieu sur et fit les cents pas devant Isis.

- Le problème est que les Veritas sont déjà à l'attaque. Ils ont prévu un événement dirons-nous. La seule chose de sur est que cela touchera directement les Gardiens. De ce fait l'histoire de l'humanité sorciere et moldus. Je ne sais ni l’heure, ni le lieu, ni ce qui va se passer. Quoi que cela sera surement à l'Arengo, c'est leur repère.

- Vous êtes une Iccam. L’Iccam de Rosà. Vous pouvez tout arranger. Il ne faut pas que les Veritas détruisent les reliques de la Tantra Genèse. Comprenez bien que les sorciers l’aient oubliés certe et le cout de cet affront coutera cher. Mais les divinités sont primordiales pour notre monde. S’il arrivait malheur à une des deux comme le prédit cet animal, le monde des sorciers sera en péril.


Je comprend, plus que vous le pensez... mais je suis censée faire quoi ?

- Delfino

Qui estce ?

- Peu importe. Il a craché que l'évènement des Veritas se passerai dans peu de temps. Très peu de temps. Vous allez m’accompagner à son exécution demain.

Exécution ! !

- Oui, il va être pendu. Je l’ai arrêté aujourd’hui. Il est accusé de conspiration contre la République vénitienne.

Il a fait…

- Rien. Outre le fait qu’il soit l'un des Veritas, rien. Mais entre sa vie et la Tantra Genèse, le choix est tout trouvé.

Sauver de reliques au détriment de la vie.

- Bien entendu.

Si je vous aide à sauver vos précieuses œuvres… il aura la vie sauve.

- Si vous le souhaitez, il en sera ainsi. Mais pour le sauver, il va falloir qu’il parle. Et vu qu’il n’en démord pas. La torture ne lui a pas délié la langue.

La torture ! Si je lui fais dire ce que vous voulez, vous le laisser en vie ?

- Vous avez ma parole.

Je veux le voir.

- Bien Iccam. Suivez moi. Mais si vous me faussez compagnie, je vous concidérerait comme impropre à votre rôle et je vous tuerez.

Isis fut détachée et emmenée sur la gondole vers la prison de dénommé Delfino.


Dernière édition par le Lun 15 Oct 2007 - 20:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ca faisait longtemps...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ca faisait longtemps...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ça faisait longtemps... [Rei]
» Sa faisait bien longtemps qu'on s"tait pas vu [feat Christopher& Helena]
» 05. Ca faisait longtemps.
» Ça faisait longtemps... [Pv Barrane]
» Ca faisait longtemps... [PV Olaf & Elly] [abandonné]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Habitations & jardins-
Sauter vers: