PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Les McEwan contre-attaquent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8585

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Dim 20 Fév 2011 - 13:41

C'était pas juste de chez pas juste!
La spécialiste ès gourmandise, c'était malgré tout elle, n'en déplaise aux nombreuses branches de la famille McEwan (elle qui songeait au temps où elle avait créé son personnage en fille unique de parents uniques pour être tranquille côté généalogie...) et c'était Emreis, le plus abstinent des estomacs qui s'y collait.
C'était pas juste de chez pas juste!

Mélusine s'en alla donc bouder dans son coin, après avoir servi sa ration de bisounours aux cousins en tout genre. Fallait pas pousser la mémé dans les orties non plus. Les bisounours, c'était vachement essentiel à la survie du moral. Une joue sans bisounours, c'était comme un potager sans citrouille.


"Et pourquoi les Frenchies mettent du beurre dans leur épinard, il y a pensé à ça, hein? Je suis sûre que non. Pis, d'abord, les croissants à l'huile, ça doit pas être bon. Y a que la peinture qui puisse être à l'huile et être vraiment sympa... quoi que pas très comestible. Les Français ont-ils essayé la peinture au beurre? Ca doit être curieux. Mais après tout, la peinture à l'eau, ça existe aussi. Pis d'abord, chacun met ce qu'il voulait sur ses tartines, c'est tout l'intérêt des tartines. Manquerait plus qu'il y ait un amendement à la constitution française pour dire à la population quoi mettre sur son pain frais. Ah, j'aime le pain frais français! En fait, j'aime la France mais juste pour la gastronomie... Sauf les escargots. C'est pas bon les escargots. Et pis, c'est trop bizarre..."

Dixit celle qui adorait le haggis, a.k.a. la panse de brebis farcie.

'Tu crois que les français mettent du beurre dans leur panse de brebis?'

Aucune idée. Il faudrait aller checker ça. Quel dommage! Elle allait devoir voyager encore un peu pour aller découvrir si...

"Mam! Qu'est-ce que tu fais là? On est à Poudlard ici!"
- Et tous les chemins mènent à Poudlard, c'est bien connu.
"Ah scratch ?"
- C'est une expression, Zyn Rolling Eyes .
"Ah Very Happy ."
- Oui.
" Comme il ne faut pas manger pour vivre mais vivre pour manger Ange ?"
- Si on veut Humpf .
" Ou citrouille bouillie sauve la vie. Ou encore "Année de citrouilles oranges met le sourire sur la bouche".E t aussi "prendre le dragon par les cornes", "citrouille en janvier...""


Et cætera.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Emreis McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 28 ans
Occupation : Ebéniste
Avatar : Mélusine's
Date d'inscription : 22/03/2010
Coup de coeur : 6
Gallions : 5627

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Jeu 24 Fév 2011 - 21:14

A peine arrivé, j'étais déjà ailleurs.
Même Mélusine et ses bisounours ne parvinrent pas à me remettre les pieds sur terre. J'avais des images exotiques devant les paupières, prêtes à défier la réalité grise et fade du ciel écossais... ou des murs de notre bon vieux château. Poudlard et ses alentours ne pourraient jamais rivaliser avec les couleurs et les lumières de "ailleurs". J'étais parti dans mon propre tour d'horizon, celui-là même qui ne tolérait pas d'accolyte. Impossible de faire partager ses images mentales et ses visions personnelles. Mes oreilles associaient des sons à ce que mes yeux imaginaient et j'étais complètement plongé dans ma propre escapade, insensible à ce et ceux qui m'entouraient. C'était ma façon à moi d'être libre.

Zoroastre avait beau m'interroger, nous n'étions plus vraiment sur la même longueur d'onde.
En vérité, je ne crois pas avoir jamais été sur la même longueur d'onde que quiconque. Il me fallait trop longtemps pour ajuster mes fréquences à autrui, et trop peu de temps pour sauter quelques GHz.

Morgane avait, depuis toujours, fait office d'intermède.
Une fois de plus, elle ne dépara pas dans son rôle.


- E.

Du bout d'un doigt, elle effleura ma jugulaire en murmurant le seul prénom qui pouvait me ramener à la réalité.
Je lui adressai un regard perdu.


- Pourquoi les Français mettent-ils du beurre sur leur tartine?

Perplexe, je restais muet deux secondes avant de faire l'effort de mettre en activité mes cordes vocales. Elles étaient plutôt du genre à prendre de longues vacances.
Dans ce genre de jotues Opposant les McEwan, une trop longue réflexion entraînait automatiquement une discalifiquation. Pas que je sois un amateur de première mais... le fond d'orgueil que tout un chacun entretient...
Il ne fallait pas se perdre à chercher une réponse sensée mais plutôt répodnre la première chose qui vous passait par l'esprit, pour peu qu'elle ait un lien avec le sujet. Du moins, était-ce ainsi que j'avais saisi les règles de ce jeu étrange.


- C'est pour répondre à l'appel de l'équilibre. Gras et mou pour le beurre, versus sec et craquant pour la biscotte. Le monde fonctionne par la dualité.

C'était ce que j'avais retenu des français: ils adoraient le pain grillé.
Morgane para à mon silence pour embrayer sur la question suivante, sans lui donner de destinataire:


- Qui des Dyodes ou des êtres humains étaient là les premiers?

L'imagination de qui était à la base du fonctionnement du monde?
Revenir en haut Aller en bas
Zoroastre McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 99 nimbus
Habitation : Scotland
Occupation : Inspecteur, Ceigneur, Baroudeur, Em****eur
Signature : Me, Myself & MMMMM (le gif)
Avatar : MMMMM
Date d'inscription : 06/02/2011
Coup de coeur : 27
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Dim 27 Fév 2011 - 21:38

Xaël fit son apparition, déliant ses grandes jambes sous son corps. En deux trois enjambées, il rejoignit le groupe qui s'était formé.

- Une réunion McEwan ? Cool !

Un coup d'oeil à la scène lui permit d'évaluer la situation : Emreis était dans la lune, Mélusine boudait dans son coin, Morgane se tenait tranquille et discrète, fidèle à elle-même et enfin, Zoroastre se la pétait, fidèle à lui-même aussi...

Il fallait remédier ça !

S'il ne comprit pas la question précédente - le bruit de ses pas l'ayant étouffée pour ses oreilles - il entendit celle d'Emreis.

- C'est toujours la question de l'oeuf et de la poule !




Heureusement que je décidais d'intervenir, sinon l'arrivée de McEwan boy risquait de me piquer la vedette.

- Tout à fait Thierry !
"D'ailleurs, si j'en crois bien mes sources -intarissables, soit dit en passant- l'avatar de notre première dyade était une poule. Et comme tout le monde sait par la Tantra Genèse que les dyodes étaient deux (d'où le terme di-, élément à taire mon cher Watson) mais que l'un n'enfanta pas l'autre (même si les dyodes sont souvent infantilisants) ; conclusion l'oeuf est le premier sorcier : "Aakembla". Et comme tout un chacun sait que Krishna est sorti de la côté de Leela (oulàlà...), il ne nous reste plus qu'à résoudre l'ultime question :
MAIS où est passé L'Ombre ? En vérité, je vous le dis, ce n'était pas l'ombre de l'oeuf ni de la poule mais plutôt le sain d'esprit qui permit la fécondation in vitro...


A mon grands désarrois, je crois bien que j'avais perdu l'attention de l'ensemble de mes auditeurs...

- Je résume ! En gros : La Rose est une poulette et elle aime bien les sorciers parce qu'elle a besoin d'oeufs...
Quant à LOmbre, on l'arrose quand il passe !
Mais avouez qu'il y a quand même un paradoxe... L'Ombre doit malgré tout être plus grand que La Rose car avec tout les tapis qu'il contient, il faut que son coffre soit immense (tout ces gens tapis dans l'ombre...).

- Voilà le mystères résolus des sorciers et Dyodes !




Ce à quoi Xaël répondit :

- Ode.

Et Morgane de renchérir :

- Moi j'ai une question. Pourquoi parle-t-on de fille au pair ?
"Et jamais de fils ?"



Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8585

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Lun 7 Mar 2011 - 23:37

Zoroastre avait dû encore sniffer de la térébenthine avant de se pointer (oui, Mélusine était l'hôpital et Grand Z. la charité) parce qu'il s'était mis à confondre les PJs et PNJs de Mélusine, qui en profita donc pour marquer son grand retour, traînant Gwen derrière elle.

"Pfff! Trop facile, Zoron! Pour la simple et bonne raison que les fils sont à l'impair."

Le ton était un chouïa mordant, juste pour le fun. Ou pour que personne ne risque de l'oublier. Zoroastre avait une telle personnalité qu'il avait parfois tendance à éclipser Mélusine qui surenchérissait alors à grands coups de boucles rousses, de kilts tourbillonants et de pensées grandiloquentes à exprimer à voix haute. La preuve en image. A Emreis, Morgane ou Xaël qui la regardaient les yeux ronds, elle tenta une explicitation:

"Bah voui! Le fils à l'imper! Comme l'inspecteur Gadget. Tous ces types un peu louche qui se trimballent ce machin de moldu qui bave mieux qu'un Impervius. Vous croyiez que les hommes venaient de Mars et les femmes des Venus... Tss tss. Nos différences ne viennent pas de là. Les gars sont des un, des trois, des cinq. Tandis que les filles vont par deux, etc. Z'avez jamais remarqué que les filles vont toujours par deux aux toilettes?"

Autre phénomène de société qui avait toujours relevé du mystère.
Un pas en retrait, Gwen se contentait de sourire doucement.


- Mais alors... un homme et une femme ensemble, qu'est-ce que ça donne, selon toi?, lança-t-elle avec cette nuance d'amusement toute maternelle.

Et bien, ça donnait... ça donnait... Flûte! Sa mère la connaissait trop bien.
En théorie, ça donnait des nombres décimaux... Un garçon plus une fille, ça valait 1.5. Ou alors, fallait-il additionner? 1+2 qui nous faisait trois? Mais tous les garçons et toutes les filles avaient-ils et elles la même valeur? Que faire d'un garçon 1 et d'une fille 8?

"Ca donne une bonne migraine Very Happy ."

Hop! Ca, c'était fait. Elle pouvait aller la giguendélire.

"Zyn! Tu oublies la question?"

Bah, tant qu'elle emportait la réponse, tout allait bien. Elle leur faisait généreusement don de la question en échange.

"La prochaine question du challenge."

Ah. Certes.
Euh scratch ...

"Pourquoi les Chinois mangent-ils avec des baguettes? Ou plutôt, plus logique, pourquoi pas nous? Pourquoi la fourchette? Et le couteau?"

Voilà. Ca, c'était fait. Au dodo la McEwan.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Zoroastre McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 99 nimbus
Habitation : Scotland
Occupation : Inspecteur, Ceigneur, Baroudeur, Em****eur
Signature : Me, Myself & MMMMM (le gif)
Avatar : MMMMM
Date d'inscription : 06/02/2011
Coup de coeur : 27
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Dim 13 Mar 2011 - 12:55

Foi de Zauron, le sixième mousquetons, je sentais que la manche m'échappait...
C'était bien sûr le problème lorsqu'on était filiforme...
Dur de trouver des habits qui ne soient pas tombant.

Tout ça pour dire que les baragouinations de ma petite arrière et rousse cousine me laissèrent moultement perplexe.

Quant à sa question...
Trop facile ! Bah Nan

- Parce que les chinois sont ambidextres of course !
"Personnellement je ne me sépare pas de ma baguette pour manger...
"Toute la question est de savoir pourquoi les chinois ont deux baguettes et pas juste une !
"A bien y réfléchir, c'est plus logique : s'il en casse une, il leur reste l'autre !"

Et hop une baguette au beurre pour McEwan le vieux, et une !



Xaël ne s'estima pas convaincu par la réponse de l'aïeul et décida de donner sa propre version des faits :

- Moi, je crois plutôt qu'on ne mange pas avec des baguettes vu que nous, nous sommes des gens propres.
"Les chinois, par contre...
"Imaginez que vous aez de la sauce tomate sur votre baguette quand vous voulez lancer un Expelliarmus , à votre avis, ça donne quoi ?
scratch

- Non, franchement, moi je préfère manger avec des fourchettes et des couteaux
...



Je tapotai le crâne de ce petit vaurien de Xaël.

Le brave garçon ! Décidément, il voyait la vie d'un regard bien tendre et naîf...


- Si je ne m'abuse c'est à moi de poser la question !
"Grande question s'il en est !
"Tadam... : Pourquoi parle-t-on de dessous de table ?"

- Vous avez déjà vu le slip de votre table de séjour, vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8585

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Mer 15 Juin 2011 - 19:39

Mélusine, qui était toute à ses cogitations de son prochain duel, où, bien évidemment, elle aurait pris soin de se nourrir de poulet tikka masala, débordant de tikka, avec sa baguette, cela allait sans dire, et où elle aurait son adversaire à l'usure de ses vêtements, il suffisait de bien choisir sa cible après tout, une fille tirée à quatre épingles pour qui la moindre tâche se hissait au rang de quatrième guerre mondiale (par ordre chronologique à défaut d'importance) et qui devrait donc mettre ses maléfices en pause le temps de s'administrer quelques Tergeo et autres Javeldoz, oui, voilà, il fallait savoir choisir sa cible...
Mélusine, toute à ses cogitations donc, mit quelques temps à répondre à la question (d'aucuns -quelques mauvaises langues, ces d'aucuns- diraient même qu'elle avait le cerf-volant...

'Tu as déjà vu un cerf qui vol, toi? Un dragon, certes, mais un cerf...'

Et la fin de sa parenthèse, alors? Elle en faisait quoi sa petite voix? C'était pas parce qu'on était dans un Nawak qu'il fallait envoyer valser sa syntaxe!
Reprenons...
Mélusine, toute à ses cogitations donc, mit quelques temps à répondre à la question (d'aucuns -quelles mauvaises langues, ces d'aucuns- diraient même qu'elle avait le cerf-volant) mais quand elle le fit enfin, elle le fit bien:

« Bah vouais. »

Le tout lancé du ton de l'évidence même.

« T'as jamais jeté un coup d'œil sous ta table, toi? »

Il fallait quand même être un peu curieux dans la vie, sinon, on s'arrêtait au bout de son nez et, à moins d'avoir été extraordinairement gâté par la nature (ou pas du tout, selon les points de vue), l'aventure n'allait pas bien loin.
Zoron était peut-être un peu trop prude pour la chose, bien qu'elle en soit un peu étonnée. Mais étonnement était source de... bof, elle savait plus. Qu'à cela ne tienne. Elle allait être sa marraine en chose de la vie. Leçon numéro une:


« A partir du moment où quelque chose a des pieds, tu peux être certain que ce quelque chose a une culotte. Ou un boxer. Ou un string. Enfin, c'est selon les goûts. »

'Et sauf les Ecossais. C'est bien connu que les Ecossais, sous leur kilt...'

Shhhhhhhhh! C'était pas parce qu'elle était la seule à s'entendre qu'elle devait penser trop fort. Il y avait peut-être encore quelques âmes innocentes dans ce bas-monde qui ignorait cette tradition ancestrale.


« Bref... Puisqu'une table a quatre pieds... elle a juste une culotte à quatre trous. »

Baguette à l'appui, elle attira à elle la première table qui passait à sa portée (parce que oui, quand on a des pieds, on peut aussi marcher! Surprenant, isn't it?), lui souleva la nappe d'une main et:

« Tadan! »

Des magnifiques dessous en dentelle noire.
Mélusine sourit, ravie de sa chance d'être tombée sur un si beau spécimen.
D'un geste de la main, elle renvoya la table à ses occupations et se retourna vers Zoron, captant au passage le regard ébloui de sa mère. Eblouissement et scepticisme avaient comme un air de famille ces temps-ci.


« Voilà Grand Z. Tu te coucheras moins troll ce soir... »

Mélusine adorait rendre service à la communauté.
Sans viser personne (et surtout pas Zoroastre qui devait encore être sous le choc de la révélation), elle enchaîna sur la question suivante:


« A votre avis... le fil de l'eau a-t-il plus de valeur que le fil de l'épée? »

Histoire de ne pas se faire rouler la prochaine fois qu'elle entrerait dans une mercerie.
A savoir jamais.
Mais un peu de culture n'avait jamais tué personne. La preuve, Grand Z. semblait tout ragaillardi.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon


Dernière édition par Mélusine McEwan le Dim 26 Juin 2011 - 13:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zoroastre McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 99 nimbus
Habitation : Scotland
Occupation : Inspecteur, Ceigneur, Baroudeur, Em****eur
Signature : Me, Myself & MMMMM (le gif)
Avatar : MMMMM
Date d'inscription : 06/02/2011
Coup de coeur : 27
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Dim 19 Juin 2011 - 20:46

Des dessous en dentelle noire ? Voilà qui était fort indécent pour une table ! Je méditais un instant sur la vanité d'une telle chose. Quel mauvais goût ! Du noir et des froufrous ! Non mais vraiment. Mieux valait des tables rases pour ne pas avoir à supporter cet indicible blasphème...
Quoique, en étant bien honnête avec moi-même, je devais bien admettre que la raison profonde de mon énervement venait qu'avec le reste du clan, je ne me serais pas vu soulever ces amas de dentelles pour voir ce que ces dessous protégeaient.

Impudique ? Voyeur ? Comme vous y allez !
Ce ne sont que des tables après tout. Osez donc dire que vous n'y avez pas pensé !
Ah non ! Hé bien figurez-vous que mon esprit est plus curieux que le vôtre et mon ségrégaire. Certains seraient prêts à faire de-même avec les jupes des femmes, d'autres avec mon propre kilt - attention, je ne suis pas farouche mesdames ! mais messieurs, s'abstenir ! - moi, je me contente des tables... pour le moment au moins.

Quoi qu'il en soit, je brûlais de retrouver une intimité avec les meubles de Poudlard pour se livrer à un examen minutieux...
Hé quoi ! Je suis bien inspecteur des créations magiques !



Xael, qui se remettait tout juste juste de telles révélations, commença à réfléchir au questionnement de Zyn.

'Fil de l'eau, fil de l'épée, fil de fer, filon, filiforme, fil lipe' , filial, fifi brin d'acier - ah non, rien à voir... - filou, filet du diable, filentropy, filarmonyk, filgja, file-moi une idée et vite, fils de coton...'

- A mon avis, ce n'est pas tant de savoir si le fil de l'épée a plus de valeur que le fil de l'eau... On sait déjà tous que l'eau est plus ancienne que l'épée... Mais ce qu'on ne sait pas, c'est si l'âme de l'épée est plus noble que celle de l'eau...
"Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années."


Ce n'était pas vraiment une réponse à bien y regarder. Mais une fois n'était pas coutume, Xaël faisait étalage de sa science - du genre infusée depuis deux bonnes heures... ce qui correspond, pour les non-initiés à la tisannerie, à un breuvage... intéressant.
La petite tisane attend...



Alors que j'écoutais les veines explications de mon petit fils, je cherchais de façon tout aussi veine une manière de faire déguerpir la smala qui résultait de mes folles erreurs de jeunesse... Bon des erreurs pas si désagréables que ça, je le concède et une smala parfois attendrissante... mais je brûlais d'effaroucher les tables des environs. Et foi de Zoroastre, cela ne pouvait plus attendre !

Il me fallait donc trouver la réponse évidente à la question aiguë de ma lointaine petite cousine - qui n'était qu'à quelques enjambée... curieux paradoxe - et achever le tout par une énigme insalubre - euh, non, insoluble... indissolvable ? Enfin bon ! vous avez compris ! - afin d'envoyer tous ces chers bambins méditer dans un ashram retiré...

- Tout à fait mon petit ! Tout à fait ! Point ne valeur s'il est valu ce n'en faut !
"Car comme le disait mon bisaïeul ce qui n'est perçu de la crainte a la valeur du perclu qui n'est feinte !
"Moralité dix et dix font douze, vous ne pouvez le niez !"


Ils n'ont rien compris ? Tant mieux ! On ne paraît jamais aussi intelligent que lorsque l'on maîtrise quelque chose d'inaccessible aux autres. Tout l'art de la supériorité se tapi dans la capacité à faire croire aux autres que l'on n'est pas conscient de sa supercherie... Vous avez besoin d'un décodeur ?
Ah ?
Non, je posais juste la question pour la forme...
En vrai, je ne me trimbale jamais avec un décodeur sur moi, ce n'est pas très sexy...

Je décidais de profiter de l'opportunité que je m'étais offert en achevant l'assemblée par une devinette impossible à résoudre :

- Alors les jeunes, puisque cette question est décemment réglée, je vous propose de passer à la suivante que voici :
"Pourquoi parle-t-on uniquement des Fées comme des créatures féminines ? Où sont les hommes, les mâles ? Elles ne se reproduisent que par clonage ?"


A peine je venais de prononcer ces mots, qui m'avais échappé force est de l'admettre, je m'aperçu que mon énigme n'était pas aussi mystérieuse qu'elle le semblait dans ma tête. A la lumière du jour et de l'extérieur, elle ne paraisslait plus aussi poussièreuse...
Tant pis, advienne que peu !

Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8585

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Dim 26 Juin 2011 - 23:00

De toute évidence, Gwen s'amusait beaucoup à l'idée d'être ralliée au groupe des «jeunes», au gré d'une lubie soudaine de Zoroastre. Elle eut un sourire indulgent à l'égard de ce dernier avant d'émettre un avis d'un ton docte, empli de pince-sans-rire:

- Tes années d'étude font figure d'antiquité, Z....

Tout le monde alentour se tut. C'était toujours quelque chose de voir Gwen toucher à l'humour... surtout quand Grand Z. en était la victime pas si innocente.

- On dit "une fée" comme on dit "une girafe".

'Pas sûre que ça éclaire sa lanterne...'

-... bien qu'en vérité, les fées sont plus proches des papillons que de ces dames de la savane.

La remontrance était légère et la leçon d'animagie discrète à l'extrême mais Mélusine ne put s'empêcher de sourire. A sa façon, sa mère avait remis Z. à sa place tout en lui dispensant quelques informations sur les moeurs des fées. A savoir que les fées pouvaient très bien être de sexe masculin... et qu'elles pondaient des œufs. Zoroastre n'avait donc jamais tendu l'oreille aux cours de Wyndham? Ah. Certes. Wyndham stagnait encore à l'état de nourrisson baveux quand Z. parcourait le monde en séducteur impénitent. Charmante image...

Mais l'heure n'était pas aux vérités véridiques.
Sans ça, le défi n'avait rien d'amusant. les grands discours savants étaient réservés à ceux qui avaient des neurones, ce qui les excluait, tous autant qu'ils étaient... sauf peut-être sa mère. Bref.
Tout sourire, et pas le moins du monde impressionnée par le discours grandiloquent de son grand oncle (devait-on en déduire qu'en tant que petite-nièce, ses discours à elle étaient du genre petiloquents? Beuark! C'était pô cool d'être petite!), Mélusine contre-attaqua. Elle était en train de remonter dans les scores et n'avait pas le moins du monde l'intention de s'arrêter là:

«Pourquoi les fées sont-elles dépeintes...»

'Wow! Rien que pour avoir employé ce mot, tu devrais gagner 5 points de plus!'

«... comme des créatures féminines? Mais c'est pour mieux te plaire, mon grand-oncle!»

Et Mélusine de pondre son air le plus niais et le plus innocent. Si elle avait été vingt fois plus petite, elle aurait ressemblé... à une fée, justement.

«Quant au clownage... Tant qu'il y a du rire, il y a de l'espoir. Et comme que tant qu'il y a de la vie, il y a aussi de l'espoir... Eh bien, tant qu'il y a du rire, il y a de la vie! Voilà pourquoi les fées se reproduisent par clownage... pour faire rire, pour vivre et entretenir l'espoir.»

Vous n'avez rien compris? Vous pouvez sortir! Cette joute orale n'était pas pour les âmes sensibles.
C'est le moment que choisit Morgane pour se manifester...:

"Moi, la question que je me pose depuis toute petite, c'est quand même... quand tombe vraiment la St Glinglin? Parce que ce jour-là, mon père a promis de m'amener à Pétaouschnock! Et j'adorerai voir Pétaouschnock une fois dans ma vie! Il paraît que là-bas..."




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Zoroastre McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 99 nimbus
Habitation : Scotland
Occupation : Inspecteur, Ceigneur, Baroudeur, Em****eur
Signature : Me, Myself & MMMMM (le gif)
Avatar : MMMMM
Date d'inscription : 06/02/2011
Coup de coeur : 27
Gallions : 5049

MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   Jeu 7 Juil 2011 - 18:22

Mélusine, dans sa petiloquence venait de me moucher comme bonne maman le faisait dans mon jeune âge. Cette petite irrévérencieuse ne perdait rien pour attendre ! Foi de Zoroastre. Si je mens, je meurs jusqu'à que je sois mort (quand le temps sera venu, s'il vient un jour, bien entendu !) !

Cette idée de clownage était sans conteste le meilleur atout que ma descendante (mais elle ne m'a pas encore descendue, rassurez-vous !... avez-vous noter ce que disent les moldus ? "l'homme descend du singe, le singe de l'arbre" Si Mélusine descend de Zoroastre, même indirectement, tirez-en les conclusions nécessaire) gardait dans sa manche depuis le début de cette bataille spirituelle. Pour l'occasion, mes plans de courtiser le mobilier du château tombèrent à l'eau. Je n'avais plus le choix, il me fallait en finir une bonne fois pour toutes !

Et mon ultime opportunité restait dans la question finale...

- Très bonne question Morgane ma petite !

N'oublions quand même pas d'asseoir notre autorité ! Tout le monde sait que les jeux de société reflètent tant les interactions sociales chez les primates que les rivalités hiérarchiques... à moins que non...

- Je suis allé à Pétaouschnock à trois reprises dans le passé et je peux te confirmer que ça vaut le détour.
"J'y suis allé la première fois quand les poules ont eu des dents
"La deuxième quand le bateau est venu
"La troisième quand Mélusine est sorti avec monsieur Alhambra."


Bref, il fallait que j'abrège les explications, sinon on aurait pu croire que je cherchais à noyer le poisson...

- Mais pour savoir quand est la Saint Glinglin, il faut connaître son histoire et comprendre ce qu'est devenu ce grand homme ! Sans vous faire un dessin, je vais vous raconter la passionnante vie de ce Saint.

"Or donc mes amis, naquit en Panzanie à Kömleu-koonô Stocquë, le bienheureux Gustave Lionel Ignace Norbert Gontrand de la Liquette Immaculée Nestlé.
"Tant à l'école que pour le ministère magique de la Panzanie orientale, on s'aperçut rapidement qu'il était plus facile de le dénommer par ses initiales. Ainsi Gustave Lionel Ignace Norbert Gontrand de la Liquette Immaculée Nestlé devint Glinglin."


Pause.

- Mais pas Barjot, je vous rassure, c'est son ami, Bertand Adolphe Rudolph Jeannot Omer Thibault (oui, il était de l'assistance publique, là-bas aussi on a de l'imagination) qui le devint...

Nouvelle pause.
Silence respectueux.

- Glinglin devint Saint lorsqu'il rata son internat de médecine - à cause d'un réveil-matin mal réglé selon la légende. Ne pouvant prétendre au titre de médecin, il devint Saint, en tout humilité.
"On parla bientôt de lui à tous les coins de la terre et Saint Glinglin devint le patron des paresseux... des gens qui savent prendre du bon temps.
"Sa réputation devint telle qu'on lui voua un culte. Plusieurs jours de l'année furent considérés nécessaires pour lui rendre l'hommage qui lui était dû. Il y a donc plusieurs St Glinglin à fêter : lorsque la Lune bleue tombe un Vendredi 13. Lorsque la Lune rousse tombe un 29 Février et lorsqu’un gnome unijambiste fait du naturisme dans son jardin... Mais ça, c'est plus compliqué à prévoir...


Ultime pause avant d'achever ce merveilleux récit.

- Enfin, il est dit que Saint Glinglin reviendra parmi nous pour nous prêcher la bonne détente. Certains prétendent même qu'il aurait déjà repris un corps humain.




Xaël avait écouté, fasciné, l'histoire de son aïeul. Zoroastre aurait du être professeur d'histoire, à la place de Binns !
Il manqua rater le coche lorsque celui-ci déclara que le valeureux Saint se serait réincarné depuis quelques temps.
Ce fut alors que, mû par une inspiration, Xaël se mit à genoux devant son grand-père et proclama :

- Saint Glinglin, je te délivres de ta prison humaine !

Comme on pouvait s'y attendre, rien ne se passa.

Mais un elfe de maison fit son apparition et s'adressa à Xaël :


- Mais non, c'est pas comme ça qu'il faut faire Xaêl McEwan monsieur ! Il faut faire mieux que ça.
"C'est comme ça..."

L'elfe vint aux côtés de Zoroastre. Celui-ci se pencha et la créature magique lui murmura à l'oreille :

- Saint Glinglin...
"Je te délivre...
"De ta prison humaine".

Il y eut un silence.
Puis Zoroastre se mit à parler un mélange de Huth et de chanteur de métal.
Puis il y eut une explosion et un millier de petites limaces jaillir de feu le corps du sorcier.

Celles-ci se mirent à ramper nonchalamment et se dispersèrent dans le château.

- C'est tout ?, fit Morgane, déçue.

Xaël jeta un coup d'oeil circulaire et acquiesca :

- Oui...
"Pour le moment."


Tous les McEwan ne s'avouaient jamais vaincus. Il y aurait bien sûr de nouveaux défis et de nouvelles batailles spirituelles... Mais pour le moment, toutes ces questions et ces efforts intellectuels lui avait donné faim. Xaël raccompagna l'elfe en cuisine et chaque McEwan reprit ses occupations de la journée comme si de rien n'était.





The End

Aka

A suivre Firts
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les McEwan contre-attaquent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les McEwan contre-attaquent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Inscription à la partie 83 - Les microbes contre attaquent
» Partie 83 : Les microbes contre-attaquent
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 83 : Les microbes contre-attaquent
» Les Filles contre-attaquent ! ? LILY
» Tactique gobelins contre nains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Le coin à papote :: Le Café Nawak-
Sauter vers: