PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Bonne Année

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5366

MessageSujet: Re: Bonne Année   Mer 12 Jan 2011 - 15:24


RESTAURANT VIANEY

Elle considéra son soumetteur d'un regard critique en se retenant à grand renfort de volonté d'acier de lui dire qu'il était était bien bête pour croire cela. Etant donné qu'elle essayait depuis le début de la soirée de bien se comporter avec lui pour essayer de pouvoir négocier sa peine, une malheureuse phrase de ce genre aurait bien pu annihiler tout espoir. Mais d'un autre côté, elle pouvait retourner la situation à son avantage. Pour deux raisons, elle ne pouvait pas chercher Dolores dans la foule, à chaque fois qu'elle avait fait deux pas de plus que Sham, il l'avait rappelé ou tirée par le bras comme si elle n'était qu'un vulgaire toutou. Ensuite, si elle l'aidait à se sortir de ce mauvais pas, elle trouverait peut-être une occasion de plus pour qu'il l'écoute réclamer d'arrêter de lui demander des rapports sur les moindres de ses faits et gestes. Sophia était certaine qu'il le faisait rien que pour la narguer. Elle avait inventé de A à Z tout ce qui se passait dans ses prétendues journées et pourtant il continuait à lui en demander, il se moquait d'elle, il n'y avait pas d'autres explications. Elle réfléchit à toute vitesse sur la manière de convaincre son soumetteur.

-Je peux le retrouver. On se sépare, le premier qui retrouve Andrew appelle l'autre. Et s'il est toujours dans la peau d'une sangsue, je peux toujours le calmer avant qu'il attaque quelqu'un d'important. Ce ne serait pas la première fois que je fais ça.

Elle avait quand même servie de buffet vivant pour deux trois fêtes de Damien Mustang. Heureusement qu'elle avait un système sanguin à toute épreuve qui avait comme petit plus la faculté de veiller à ce qu'il y ait toujours plus de six litres de sang frais dans son organisme, et ce même si trois vampires affamés vous déchiquetaient la jugulaire. Oh, et le fait de cicatriser en moins d'une minute était aussi un avantage non négligeable dans ce genre de situation. La jeune posa donc une main sur sa hanche en dévisageant Sham.

-Par contre, vous me trouvez quelque chose à boire parce que je serais loin de ma plus grande forme après coup, et vous me devrez aussi quelque chose, ajouta t-elle dans un immense sourire. Mais on en parlera peut-être plus tard. D'abord retrouvons Andrew.

Elle attendit qu'il lui donne son consentement et se dirigea vers la porte vers laquelle Sophia avait vu Andrew sortir. Elle n'était point bête la Soumise.
La fin justifiait les moyens.


LA SERRE EXOTIQUE


Retrouver un homme-sangsue n'était pas bien dur. Surtout qu'il ne faisait pas le moindre effort pour se montrer discret. Si bien qu'après deux-trois "avez-vous vu un homme qui pense être un vampire", Sophia avait vite repéré Andrew dans la grande serre exotique. D'un certain côté, c'était plutôt logique, au moins, il pouvait surprendre ses "victimes". Elle s'approcha de lui, il était penché au dessus d'un mini palmier, épiant un couple de jeunes Opposants semblant réfléchir sur lequel niaker en premier. Sophia le tira d'un coup sec par la manche au moment où il commençait à se pencher dangereusement sur le jeune homme.
Il semblait affamé, elle serra les dents et tendit le cou pour l'inviter à mordre en sortant son téléphone portable de sa pochette. Elle devait maintenant appeler Sham, et dans tout ça elle n'avait pas trouvé Dolores.
Bouse !
Elle avait vraiment besoin d'elle. Mais au pire, si Sophia ne la trouvait pas ce soir, elle pourrait toujours essayer de l'avoir au téléphone dans la semaine, vu le temps qu'elle avait déjà passé avec le problème dont elle voulait se débarasser, à savoir sa culpabilité pour tous ses actes entre le 18 mai 2011 et le 23 Decembre 2012, elle pourrait toujours vivre une semaine de plus avec.
Elle composa fébrilement le numéro de son soumetteur en s'accrochant comme elle le pouvait à la nuque d'Andrew qui semblait avoir décidé soit de la vider de son sang (très probable) soit de se fondre dans sa gorge par tous les moyens (également très probable)

-Trouvé, articula dans l'appareil. Serre exotique. Vous me devez une gorge !




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Charlotte de Lansley
La Mimoune à Sacha
avatar

Nombre de messages : 1112
Age du personnage : 23 ans
Habitation : New-York, Tour Antarès
Occupation : Epouse, mère, actrice & more
Signature : Fatal†Error
Avatar : Fatal†Error
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 59
Gallions : 8514

MessageSujet: Re: Bonne Année   Jeu 13 Jan 2011 - 1:24

MEZZANINE ANTARES
- C'était qui ?

~† Eneas la rejoignit au moment où Kelly Macbeth et son Soumis les quittaient. Elle n'avait pas pu s'empêcher de lancer un petit sourire amical au jeune Raphaël. Après tout, ils étaient dans le même pétrin. Il était à peine plus jeune qu'elle et était lui aussi Soumis. C'était comme si un lien invisible les reliait tous ce soir. Les Soumis. Ceux qui n'avaient pas le choix. Ce soir ils se voyaient, se reconnaissaient et se soutenaient silencieusement, espérant tous qu'Antarès tiendrait bientôt parole et les libérerait. Quant à Kelly, son regard clair s'était fait plus perçant et attentif lorsque Yann le lui avait présenté. Ainsi, c'était lui. Il était le Shaula qui allait s'occuper de sa grossesse. †~

" Un médicomage. †~

~† Et comme elle tournait ses yeux vers ceux de son cousin, celui-ci comprit. C'était tout récent, tout neuf. Les décisions n'avaient pas été prises depuis deux jours qu'il était déjà là, devant elle. Et les choses devenaient réelles. Elles prenaient de la consistance. Dans moins de deux semaines, elle vivrait ici, à New-York. Et hormis Kelly et Eneas, personne ici ne le savait. Son regard toujours plongé dans celui de sa cousine, Eneas se rendit bien compte du trouble qui l'envahit. Il glissa discrètement sa main jusqu'à la sienne et la serra en un geste confiant. Elle le remercia d'un sourire.
Yann surprit ce moment de complicité entre les deux cousins et, lorsqu'elle releva ses yeux vers son Soumetteur, Charlotte n'aurait pas su définir l'expression sur son visage. Harponné par une Shaula qui voulait discuter affaires avec lui - et espérait certainement plus si on considérait la manière dont elle croquait des yeux l'Opposant anglais -, Yann fut entraîné un peu plus loin.
†~


" Je vais aller m'asseoir un peu Ene. †~

~† C'était que son ventre commençait à peser et qu'elle n'était plus à l'aise debout très longtemps. †~

- Je viens avec toi. Oh attends, regarde !

~† Elle suivit des yeux la direction que son cousin lui indiquait et se retrouva le nez en l'air. Une branche de gui était suspendue et cette découverte fut ponctuée d'un baiser sur sa joue droite. Charlotte eut un petit rire, parce qu'elle ne s'était pas attendue à voir quelque chose d'aussi joyeux dans ce lieu. Elle ne s'était attendue à rien du tout en fait et, si on exceptait l'hôte, cela aurait pu être une charmante soirée à laquelle elle aurait apprécié s'amuser.
Cherchant des yeux son nom sur les tables, elle le trouva finalement près du balcon, avec une vue directe sur le restaurant qui s'étendait sous eux, ainsi que sur la scène opposée sur laquelle des acrobates faisaient un numéro de feu. Charlotte fixait les danseurs, les enviant de pouvoir se mouvoir aussi facilement. Le regard d'Eneas fouillait le restaurant, et une petite ride était apparue au milieu de son front, signe de sa réflexion.
†~


- Je ne pensais pas qu'il y aurait autant de monde. A ton avis, sur 100, combien sont là de leur plein gré ?
" Aucune idée. Tu peux déjà nous retirer. Et si tu comptes un Soumis par gradé... Je ne sais pas, je dirai un peu plus de la moitié. †~
- Je reconnais même des visages qui étaient à Poudlard en même temps que nous. C'est dingue.
" Tu serais surpris... Je commence à avoir faim. On ira visiter un peu les alentours après ? †~

~† Eneas acquiesça, certainement aussi curieux qu'elle de voir les surprises que leur réservaient les lieux. Observant un peu la salle pour faire passer le temps, elle avait beau regarder attentivement les invités de cette Mezzanine, elle n'en connaissait pas le quart. Son regard s'attarda sur Kelly, pour mémoriser son visage. Puis elle se figea brusquement et son coeur manqua plusieurs battements. Victor, le vampire avec qui elle avait conclu un pacte, venait d'arriver. Elle agrippa avec force le bras de son cousin et se leva pour l'entraîner vers la sortie. Dîner ou pas dîner. Soumise ou pas Soumise. Elle voulait quitter cette Mezzanine, maintenant. †~


Dernière édition par Charlotte de Lansley le Ven 14 Jan 2011 - 1:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Toni Scheffer
● University ●
avatar

Nombre de messages : 111
Age du personnage : 18 ans
Habitation : Poudlard Uni - Phoenice Zone
Occupation : 1ère année, Phoenice Zone
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 13/01/2010
Coup de coeur : 115
Gallions : 5985

MessageSujet: Re: Bonne Année   Ven 14 Jan 2011 - 0:43

THERMES AQUAZEN

J'essorai mon visage, amenant mes cheveux en arrière pour que l'eau ne coule plus dans mes yeux. Je les frictionnai doucement en souriant et, quand je rouvris les yeux et que j'eus soufflé pour recracher l'eau au bord de mes lèvres, je découvris que Jörgen était déjà remonté à la surface. Il se tenait stoïquement devant moi et son visage avait une de ses expressions sérieuses et solennelles qu'il a quand quelque chose d'important va arriver... expression quelque peu compromise par je ne savais quoi de sûr de soi, de fébrile néanmoins et de terriblement tendre à la fois.

Puis sa demande est tombée. Je veux me marier avec toi. Ce n'était pas le traditionnel "veux-tu m'épouser ?" ou "acceptes-tu de devenir ma femme ?" parce qu'il devait bien savoir que je le voulais. Ce n'était pas une question qu'il voulait me poser mais des certitudes qu'il voulait partager. De toute façon, sérieusement, qui d'autre pourrais-je épouser ?

"Cap' ou pas cap' ?" La seule question. Il ne me posait pas la question dont il connaissait la réponse. Ce qu'il voulait, c'était un "maintenant". Parce que cap ou pas cap, c'était toujours dans l'immédiat. Pas juste une pensée.

Je crois que la première chose que je me suis dite tout de suite après avoir écarquillé les yeux devant la soudaineté du défi était "Il est quand même buté mon mec". Nous en avions déjà discuté et je lui avais dis que rien n'était pressé. La situation alors était différente. J'avais l'impression que sa précédente demande était un déguisement visant à me protéger de ce que Bruno aurait pu me faire. Elle m'avait paru survenir pour de mauvaises raisons.
Je ne m'en irai vers nulle part sans lui et encore moins vers quelqu'un d'autre. Cela a toujours fait partie des quelques certitudes que j'avais sur la vie. Jörgen était à moi. Si les Etres de l'Eau ne souffraient pas la possession dans ce qu'ils appelaient l'amour, ou l'E'kin, moi je la ressentais plus forte que tout, cette possession. Ce besoin d'appartenance. J'avais besoin de Jörgen, je n'étais qu'à lui et je ne pouvais concevoir qu'il en soit autrement pour lui. Je voulais être à lui comme un don qui allait au-delà de ce qu'on peut accorder habituellement : une médaille, une claque, un pourboire, une peine de prison, un spectacle... je voulais me donner moi.

Alors oui, s'il m'avait demandé "veux-tu être ma femme ?" j'aurais répondu "évidemment, espèce de troll, de qui d'autre penses-tu que je pourrais être la femme ?" Mais ce n'était pas la question.

J'ai souris d'un coup. Un sourire un peu diable mais charmé. J'ai avancé vers lui pour l'avoir contre moi :

- You bloody know that I am yours forever and ever. You don't have to ask. You got me from the start… you got me even before everything's started.

J'attirai sa main pour me glisser dans ses bras et entendre son coeur qui battait. Sous ses airs de maîtrise, son cœur me disait que l'exercice était plus compliqué qu'il n'y paraissait. Il devait craindre que j'implore encore le temps et plus de sagesse avant de se lancer dans le mariage. Parfois, on a beau savoir, on ne sait pas attendre. J'aurais pu attendre encore... mais.

J'enlaçai son corps. J'avais besoin d'être contre lui. Je ne parvenais pas à me départir d'un sourire quiet qui retroussait mes lèvres avec malice. Je trouvais que j'étais étrangement pondéré. Plus jeune, quand je rêvassais au jour où un garçon me demanderait en mariage, j'imaginais que je serais totalement hystérique et abasourdie ; que ça serait le plus beau jour de ma vie. L'instant se produisait pour la seconde fois et je me trouvais copieusement paisible. Les plus beaux jours de ma vie étaient nombreux depuis que j'avais croisé la route de Jörgen. Je comprenais difficilement ce que je le mariage changerait à ce que nous avions déjà...

...Jusqu'à présent. Jusqu'à l'eau, à son regard, au silence, à mon besoin de dupliquer cet amour à l'infini (mais, please, on avait dit pas des triplets) et à la béatitude de me sentir unique en ce moment. L'Opposition ne me faisait plus peur. Que nous le voulions ou non, nous étions une partie de cet immense ensemble qui croissait de mois en mois. J'étais sa Soumise et j'aurais abattu d'une remarque quiconque aurait critiqué cette demande en mariage. Et si Bruno venait à refuser cette union à Jörgen, je me chargerai moi-même d'en débattre avec lui.

- Tu triches. Tu sais bien que je suis toujours cap', souris-je. Et là, je suis cap' plus que jamais. Rien ne se trouve sur notre chemin... alors ce n'est pas moi qui nous barrerais la route.

C'est à cet instant que l'hystérie est montée subitement. J'avais trop joué la retenue. Un peu pour faire flipper Jörgen qui n'avait jamais été aussi chou, un peu pour savourer le moment. Je crevais d'envie de hurler ma joie. Alors, j'ai hurlé de joie. Oui, c'était un cri. Il a raisonné dans tous les thermes. Je me suis jetée sur lui, mes jambes l'ont encerclé à la taille et nous sommes tombés à la renverse dans la tiédeur de l'eau pure des thermes.

De nouveau à la surface, j'ai retrouvé sensiblement mon calme :

- Cap' dès ce soir. Cap' quand tu veux. Nobody is going to break us off.


Spoiler:
 




18 ans - 1ère année Phoenice Zone
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 10/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 7277

MessageSujet: Re: Bonne Année   Ven 21 Jan 2011 - 0:56

PROMENADE GOYA

- Je ne vais pas devenir insupportable! Je me sens bien alors fichez moi la paix, les trois trolls! Profitez de ma bonne humeur dès que le cookie sera digéré je risque de déprimer a nouveau! répondit Jezabel à la cantonade. Elle passa son bras gauche à à celui d’Ulysse et le droit autour de celui de son père. Quand elle avançait, elle était pratiquement en train de sautiller. Si elle n’avait pas été si bien vêtue, on aurait pu croire que trois hommes promenaient leur grand couffin.

Le cookie lui donnait une énergie sidérante. Elle trouvait tout ce qui l’entourait magnifique. La quiétude de l’allée l’enveloppa dans des dispositions artistiques et elle se prit à parler art et architecture avec Ulysse.

- Bah t’en sais des choses toi! éclata-t-elle de rire après l’explication qu’il lui donna sur la raison pour laquelle les grecques peignaient ou sculptaient tout le monde à poil.

Elle essaya de communiquer sa bonne humeur et son positivisme à son père mais celui-ci restait toujours bourru. Adam avait bien réussi à dédramatiser la situation, de plus c’était vraiment Ulysse le plus à plaindre dans toute cette histoire :

- Dis, papa... Tu vas pas nous faire cette toute la soirée. Quand minuit va arriver, je voudrais croire que 2013 sera différent de tout ce que j’ai vécu jusqu’ici. Si je vois ta tête, ça va me déprimer.

Christopher posa sa main sur celle de sa fille et força un petit sourire qui était presque une grimace.

- Tu peux mieux faire, sourit Jezabel en étirant sur la moitié de son visage un sourire ultrabright. On aurait dit un manga sur pattes tellement elle avait tout à coup des expressions toutes élastiques sur le visage.

En voyant la grimace de sa fille, le père n’eut pas d’autre choix que de rire. Jezabel sauta sur place, les lâchant tous les deux. Elle se mit à marcher en reculons pour les avoir tous les trois en face d’elle.

- Si vous êtes mes trois cavaliers, dit-elle dans son euphorie, je veux la première danse avec mon frère, le premier bisou de minuit avec mon père et le reste de la nuit avec Ulysse.

Christopher s’arrêta net comme si un camion allait passer entre elle et eux. Il tourna la tête vers Ulysse et le mitrailla de son regard. Son père ressemblait parfois à un faucon en plein vol qui recherchait une proie. Enivrée par la sensation que tout était possible, Jay ne comprenait pas qu’elle avait perdu tous les filtres usuels qui permettaient d’éviter ce genre de révélation sans pudeur. Adam de son côté avait un petit sourire réjoui, il avait l’air d’attendre de l’action. Adam était parfois un sacré fouteur de merde. Il laissa Ulysse répondre à la supplication silencieuse de leur père.

- Je commence à avoir faim, je crois... il vaudrait mieux qu’on ne mange pas trop prêt d’Antarès sinon je sens que papa va faire une connerie. Zappons le Vianey et tentons de trouver une place dans l’un des autres restaurants ! proposa Jezabel joyeusement qui ne se rendait pas compte du froid qui perdurait entre son paternel et son Soumis.

Elle contourna la belle statue de marbre au seins dévêtus qui bordait l’allée et fit demi tour, en tête de cortège pour se diriger vers les salles. Elle allait beaucoup mieux ! Beaucoup, beaucoup mieux !

Comme elle sentait qu’ils ne suivaient pas, elle refit volte face et les interpella en balançant sa main dans les airs comme s’ils auraient pu louper la petite blonde de noir vêtue qui était pile poil en face d’eux, à trois mètres.

- Bah quoi? Vous venez!
Revenir en haut Aller en bas
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6451

MessageSujet: Re: Bonne Année   Lun 24 Jan 2011 - 15:20

Une gorge elle avait eu.
Nous procédâmes alors à un échange. Un Andrew en pleine hystérie sanguinaire versus un bon litre de jus d'orange. Quoi? L'orange a des vertus stimulantes et booste votre taux de vitamine C. Sophia faisait donc le plein tandis que mon colocataire tentait de me faire le vide. J'en fus pour quelques gouttes de sang. Le temps pour moi de récupérer un autre des fameux cookies et de le glisser dans la bouche d'Andrew, dans l'espoir idiot que la vertu du gâteau annihilerait les effets du précédent. Le résultat ne fut pas des plus concluant. Certes, le cookie sembla avoir les mêmes vertus qu'un filtre de confusion mais, de ce fait, notre compagnon éprouvait quelques, hem, difficultés à nous reconnaître. Si son amitié pour moi l'avait jusque-là mené à tenter de contrôler son instinct vampirique (sans grand succès, avouons-le), il n'éprouvait désormais guère plus de retenue à nous considérer (quand je dis "nous", je pense plutôt "je", Sophia étant pourtant, à mon sens, plus appétissante que moi pour quelqu'un comme Andrew).
Bref. La demi-heure qui suivit fut particulièrement éprouvante. Oui. Une demi-heure à nous coltiner un suceur de sang.
Après quoi, Andrew qui semblait être devenu accro aux friandises, vida l'entierté de ma boîte de cookies (sans que je m'en plaigne vraiment: mon enthousiasme initial s'était muté en un scepticisme teinté de méfiance). Intenable. L'un des gâteaux semblait être blindé d'Amortentia et il se découvrit une flamme toute neuve pour une demoiselle aux cheveux blonds et aux yeux vairons, qu'il réussit à convaincre de le suivre jusqu'à l'Impedimenta.

DISCOTHÈQUE IMPEDIMENTA


Sophia, boostée par sa vitamine C, me tanna pour les suivre et c'est ainsi que je me retrouvai à me déhancher en rythme (grand malaise) au gré des derniers tubes de 2012. L'atmosphère était étrange. On avait l'impression d'y flotter et je n'étais pas certain d'adorer le manque de contrôle que cette sous-pesanteur provoquait.

'McBrashen, tu n'es rien d'autre qu'un vieux grincheux.'

C'était le dernier soir de l'année et je trouvais à redire sur tout. Sophia, qui pourtant avait nettement plus de raisons de se plaindre que moi, paraissait s'amuser. Ou bien, elle était une excellente actrice. L'un ou l'autre. Peut-être la perspective du service que je lui devais la réjouissait-elle au point d'oublier vraiment nos mésententes. Peut-être la pesanteur réduite rendait-elle ses pensées moins lourdes.

Comment faisait-on pour se détendre?
Il me semblait que j'avais oublié le mode d'emploi il y avait une éternité de cela.
Tout le monde semblait y parvenir, ça ne devait pas être si compliqué.
J'hésitais entre me jeter un Sortilège d'Allégresse ou emprunter un cookie à la boîte de Sophia, quand un vieil air me rappelant mon adolescence remplit l'atmosphère. La musique était entraînante et suave et je me surpris à sourire véritablement, au point d'entraîner la jeune femme dans la danse... au moment fatidique des douze coups de minuit. Je surpris son regard affolé. Je ne devais pas être beaucoup mieux. J'esquivai à gauche, elle esquiva à droite. Nos nez se croisèrent mal.

- Ouch!

Je finis par l'embrasser rapidement sur la joue mais la gêne était restée. Le choc nous avait envoyé rebondir contre un mur et tout semblait se passer au ralenti. L'étreinte lâche de la danse se détendit un peu plus et nous dérivâmes dans deux directions différentes. J'en profitai pour m'esquiver furtivement. Andrew, qui en avait terminé de gazouiller avec sa blonde, rejoignit Sophia pour lui présenter ses voeux et réclamer son embrassade de coutume. Occupé à filer, j'en oubliais de regarder devant moi et ce qui devait arriver arriva... le bam de la rencontre fortuite. Je m'apprêtai à me confondre en excuses guindées, sans même avoir jeté un regard à l'inconnu(e?) quand une explosion détourna mon attention. Par l'une des fenêtres de l'immense couloir que j'avais rallié, les premières gerbes du feu d'artifice fleurissaient dans le ciel.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alix Twain
● Humaine ●
Americain boulet
● Humaine ●  Americain boulet
avatar

Nombre de messages : 123
Age du personnage : 32 ans
Habitation : Londres
Occupation : Chômeuse à temps partiel
Signature : Jugette
Avatar : BardaDoll
Date d'inscription : 26/02/2010
Coup de coeur : 43
Gallions : 5764

MessageSujet: Re: Bonne Année   Lun 24 Jan 2011 - 23:33

DISCOTHÈQUE IMPEDIMENTA

Alix se frotta le front et le nez en marmonnant des insultes au vent puis elle ramassa les morceaux de ses pensées éparpillés partout sauf dans sa propre tête. Elle venait de rentrer droit dans un sacré mur. Un mur qui n’avait pourtant rien à faire sur la piste de danse. Un mur qui faisait dans les deux mètres de haut et qui portait un parfum agréable.

Elle avait les yeux qui pleuraient tellement le choc lui avait fait mal. Par réflexe, elle leva le visage en l’air. Si son nez se mettait à saigner, elle ne voulait pas fiche en l’air les efforts d’Agnès B. C’était sa petite protubérance nasale qui avait la première rencontrée ce mur qui avait le visage de Sham... le Soumetteur de sa pote Sophia.

- Berde ! Vous êtes Shab AlashouBbacBiabbiab... Enchandée, je m’abbelle Alix Twaid. Je vous ai déjà bu à l’Abbbahaye... La vache ! Vous êdes sacrébent plus grand de près !

Tout en parlant Alix gardait le pouce et l’index contre sa narine sans se soucier d’avoir l’air ridicule. Soudain, elle se souvint qu’elle avait du monde sur les talons.

Oust ! Vite ! Ils vont b’attraber.

La Soumise, sans jamais baisser la tête ou cesser de pincer son nez, contourna Sham et s’en servit comme paravent. Elle utilisa sa main libre pour le tenir à la taille et le faire pivoter sur lui-même le temps que ses assaillants se perdent dans la foule de danseurs. Il s’agissait de trois armoires à glace qui avaient à leur tête un Opposant Colombien avec une grosse tache de Bloody Mary sur la veste. La tache c’était Alix. Enfin, Alix n’était pas une tâche mais elle était la cause de celle qui était sur la veste du monsieur. Fallait-il vraiment développer cette anecdote ? Elle serait à consigner dans la longue liste des bouffonneries et autres maladresses de miss Twain.

Depuis le début de la soirée, Alix s’était dit qu’elle ne s’éloignerait de Shawn sous aucun prétexte pour qu’à minuit pile, il soit celui qu’elle embrasserait. A cause de cette idée fixe, entre 22h30 et 00h00, il y avait eu un amoncellement de clowneries sans nom, à commencer par le bref instant où Shawn s’excusa avant de quitter la table. Alix s’était excusé à son tour auprès de Fei avant de suivre Shawn, dès fois qu’il ne soit pas revenu pour minuit. Elle l’avait suivi confuse jusqu’aux toilettes. Il l’avait viré en rigolant mais Alix était restée rouge de honte. Au moment où elle allait enfin pouvoir embrasser Shawn, il était 23h59. Elle le tenait au bras pour ne pas le perdre bêtement dans la foule de la discothèque où ils avaient fini par échouer après les activités du cirque et le repas. Il dansait avec Fei et Alix depuis une bonne vingtaine de minutes. Alix était très concentrée. Sur les starting block, en concurrence directe avec Fei qui ne se doutait pas du plan d’Alix. Elle prévoyait de lui sauter dessus dès le début du décompte. Soudain, Shawn avait regardé sa montre et s’était penché sur Alix. Alix avait cru que c’était le signal, que minuit était arrivé, et qu’elle avait été super bête de faire toutes ces simagrées puisque Shawn venait finalement à elle. Tu parles !

« — Alix, lui avait-il dit à l’oreille pour que sa voix ne soit pas absorbée par la musique, j’emmène Fei dehors. Je voudrais voir le feu d’artifice et être seule avec elle. On se retrouvera dans la chambre. A plus... ne fais pas bêtise. Bonne année à toi. »

Shawn avait immédiatement disparu en emmenant Fei, éberluée, avec lui.

Alix s’était prise un sacré vent. Elle lui avait d’abord couru après, bien déterminée à avoir son baiser. Mais ce type avec son Bloody Mary se tenait sur son passage. Alix n’avait pas fait exprès de le bousculer mais le costume blanc, ça pardonnait pas. Elle était si énervée qu’au lieu de s’excuser elle lui avait jeté :

- Quoi ? Vous n’êtes pas un sorcier ? Vous ne pouvez pas faire disparaitre votre sauce tomate comme un grand ? J’ai un garçon à embrasser moi !
- Je ne suis pas sorcier ! Je suis Pietro Almodovar Gonzalves de la Cardoza.
- Et alors ? Je dois avoir peur parce que vous portez un nom que je ne retiendrai jamais ?!
L’homme vit rouge. Si Alix lisait un peu plus les journaux, elle aurait très vite remis le visage du très craint chef de gang d’un cartel sud américain. Trois types avec des lunettes noires et des oreillettes s’avancèrent soudain près d’Alix et l’encadrèrent.
- Attrapez-moi cette ----a.
- Hein ?

Il dit un mot qui terminait en « a ». Alix n’avait jamais été bonne en espagnol. Elle ne comprit pas le mot mais, dans l’intention, elle comprit très bien que si elle restait là une seconde de plus, ils n’allaient pas lui faire du bien. Elle avait filé entre les gens du plus grand et hop ! Paf dans Sham.

Les quatre hommes étaient arrivés au bout de la discothèque et entreprirent de revenir sur leurs pas. Les embrassades des danseurs et la joie de tout le monde autour d’eux les ralentirent.

- Saloperie de portugais ! dit Alix qui n’y connaissait rien aux accents, toujours cachée derrière Sham. Ils m’ont gâchés mon baiser de minuit.

Elle était dépitée. Mais miss Twain avait toujours une idée dans sa caboche. Avant que les quatre espagnoles ne reviennent, elle sauta littéralement au cou de Sham, profita de l’effet de surprise pour nouer ses jambes autour de sa taille, ses bras autour de son cou et l’embrasser sur la bouche. Du coin de l’œil, elle surveilla les quatre hommes qui leur étaient passé à côté, ne l'imaginant pas être pendue au cou d'un cavalier soudain. Ils l’avaient perdue alors ils se résolurent à rebrousser chemin en direction du bar pour nettoyer la jaquette du monsieur.

Enfin certaine d'être à l'abri, Alix détacha ses lèvres de celles de Sham et lui sourit de très bonne humeur :

- Bonne année ! Et merci ! Vous venez de sauver ma nouvelle année ! Vous saviez que ce qu’on est en train de faire pendant les cinq premières minutes d’une nouvelle année détermine tout ce qui passera au cours de celle-ci ? Si j’avais embrassé personne... ça aurait été...

Une goutte de sang tomba alors sur l’épaule du costume de Sham dans les bras duquel elle était toujours. Alix ferma les yeux, exaspérée d’elle-même et de ses maladresses qui s’accumulaient plus vite que le sable dans le désert. Yeux fermés comme une gamine sur le point d'être punie et prête à prendre la rouste.

Oh, non... encore une gaffe" pensa-t-elle déconfite en amenant le dos de sa main sous son nez. Elle rouvrit les yeux, le regardant désolée.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/t694-la-theorie-des-contraires
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5366

MessageSujet: Re: Bonne Année   Jeu 27 Jan 2011 - 0:06

DISCOTHÈQUE IMPEDIMENTA

Minuit sonna, baisers elle donna.
Après un échange de vœux assez ... brutal avec son soumetteur, Sophia flotta gaiement en frottant son nez un peu amoché, surtout pour s'éloigner de Sham et ouvrit grand les bras vers Andrew qui, quand il n'était ni vampire, ni sous Amortentia se montrait extrêmement peu loquace et perdue, certes, mais très agréable compagnon de soirée.
Il semblait viser sa joue, mais il était hors de question qu'elle commence son année sur des embrassades amicales (dont une pour le moins ratée). Elle attrapa donc l'homme par la nuque avec un immense sourire et posa ses lèvres sur les siennes. Elle recula et rit en voyant Andrew piquer un fard à cause de ce contact. Elle s'aida de ses épaules pour prendre appui et tourner pour voir si elle avait sous la main un Opposant canon et libre pour recevoir ses vœux de 2013 avec toute la fougue dont elle était capable.

Ainsi elle vit son amie Alix cramponnée à son soumetteur comme un koala accroché à son eucalyptus préféré. Elle s'élança pour les rejoindre quand une main attrapa son poignet. Allelujah ! Son souhait avait été entendu là-haut, un Opposant canon aux allures hispaniques la ramena vers lui. Sophia, ravie d'inspirer de telles actions, et immensément flattée aussi, ferma les yeux et tendit les lèvres pour recevoir son baiser. Mais loin de poses les siennes sur celles de Sophia comme cette dernière le croyait, il s'approcha de son oreille pour surpasser le bruit causé dehors avec les feux d'artifices au dessus de Mlle Liberté pour lui hurler quelques chose avec un accent espagnol, qui, d'après l'espagnol pus qu'approximatif de Sophia, sonnait muchas caliente ...

-Hermosa Sumisa, je cherche oune juvena blonde qou aurait offensé mon patrono, il décrivit la tête et la robe de la fugueuse, qui même si elle ne comprit que quelques mots, reconnus immédiatement la personne recherchée.

Elle dut insister pour se débarrasser de l'homme et qu'elle n'avait pas vu celle qu'il recherchait pour qu'il parte, non sans avoir remercié Sophia d'un baiser qui faillit faire fondre les genoux de la jeune femme, heureusement que la pièce la faisait flotter les gens parce que sinon, elle se serait sûrement écroulée par terre après la liquéfaction de ses jambes.
Raigaillardie par ce baiser, elle se sentit d'une humeur joyeuse qui allait particulièrement bien avec les situation présente. C'était toujours plus sympa de faire la fête en se sentant de bonne humeur qu'en faisant la tête ou en aillant l'air d'avoir un balai dans le postérieur comme semblait l'être Sham en arrivant dans la discothèque. Mais après ça, elle lui avait découvert un autre aspect quand il l'avait entraîné danser sur la piste de danse en entendant une chanson que Sophia n'avait, elle, jamais entendu auparavant. Mais sa culture musicale était plus que très nulle étant donné qu'elle avait été gavée par Celestina Moldebec pendant son enfance et que la seule chose qu'elle avait entendu après étaient les chansons étendues lors de l'année écoulée. Sa culture hors des livres était limitée. Genre vraiment limitée.

Malgré cette constatation, son moral ne descendit pas pour autant, au contraire un immense sourire apparut sur ses lèvres quand elle se dit qu'elle n'avait qu'à trouver quelqu'un pour remédier à ce manque flagrant de connaissance musicale. De plus, la seconde chose qui aurait pu la mettre de mauvaise humeur : à savoir qu'elle devait parler à Dolores et à Penzà d'une chose très désagréable à aborder, ne lui effleura même pas l'esprit. Mais les embrassades toujours pas terminées, elle tomba dans les bras de la personne la plus proche d'elle et lui fit la bise sur les deux joues.
Remise de ses émotions fortes, elle se rappela qu'elle avait quelqu'un a sermonner. Elle se dirigea à petits sauts dans leurs directions, ses pieds talonaiguillés touchants à peine le sol et prit le ton le plus normal qu'elle possédait sans son répertoire pour se genre de situation :

-Alix ! lança t-elle d'un ton mi-outré, mi-amusé. Veux tu bien descendre de Sham, je te prie !

Mais son cri se perdit dans les hourras des gens dans la discothèque et Sophia ne fut même pas certaine qu'elle l'ait entendue. Elle ne put même pas s'approcher parce que, pour la seconde fois depuis une dizaines de minutes, quelqu'un attrapa son poignet pour la faire voltiger vers lui. Penzà. Elle lui offrit son plus grand sourire et comme à son habitude quand elle le voyait, elle jeta et crocheta ses bras autours de son cou. Il lui rendit son sourire et l'embrassa pour lui souhaiter une bonne année. Décidément, cette année serait une année à baisers !




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Dim 6 Fév 2011 - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Charlotte de Lansley
La Mimoune à Sacha
avatar

Nombre de messages : 1112
Age du personnage : 23 ans
Habitation : New-York, Tour Antarès
Occupation : Epouse, mère, actrice & more
Signature : Fatal†Error
Avatar : Fatal†Error
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 59
Gallions : 8514

MessageSujet: Re: Bonne Année   Mer 2 Fév 2011 - 16:55

PROMENADE GOYA
" Tu veux essayer un cookie ? "

~† Elle en avait gardé quelques uns, entourés dans un mouchoir de papier qu'elle avait glissé dans son sac à main. Le reste, elle l'avait laissé aux vestiaires avec sa cape. †~

- Non merci Cha'. Si ça se trouve ils sont empoisonnés.
" C'est vrai. Mais on le saura pas si on n'essaye pas. "

~† Petit haussement d'épaules. Ce n'était pas sérieux. Ce n'était pas prudent non plus. Mais elle aimerait n'être pas venue à cette soirée uniquement pour faire bonne figure. C'était ce qu'elle avait fait jusque là et cela ne lui avait pas trop réussi. Elle aurait aimé profiter, rien qu'un peu. Et ce n'était pas en restant assise dans la Mezzanine Antarès à la table de Yann qu'elle avait pu s'amuser.
Elle n'avait pas réussi à s'échapper avec son cousin. Yann l'avait rattrapée in extremis pour lui murmurer un
"
Pas ce soir Charlotte" qui lui était resté en travers de la gorge. Ils étaient retournés s'asseoir à leur table et elle avait gardé les lèvres serrées et closes, empêchant un flot d'insurrection de s'en échapper. Elle avait soigneusement évité Victor et le repas avait été servi. Au moins la cuisine était-elle délicieuse... Ils étaient restés là encore une heure, Charlotte ne parlant de manière brève que lorsque l'on s'adressait à elle. Pour rattraper le silence de sa cousine et ne pas la mettre dans une situation embarrassante, Eneas discuta plus qu'à l'accoutumée. Elle le remercierait plus tard.

Plus tard était arrivé et Yann l'avait enfin libérée de ses obligations de Soumise, pour quelques temps. Eneas et Charlotte s'étaient donc levés et avaient quitté la Mezzanine pour aller visiter un peu les environs. La Promenade était charmante.
Sortant un biscuit de son petit sac, elle l'observa une ou deux secondes avant de croquer dedans. Elle attendit un peu, mais rien. Eneas la sonda du regard et elle lui offrit une moue dubitative. Elle ne sentait pas de différence. Sauf...
Sauf qu'elle n'avait plus mal. Nul part. Comme si le bébé avait disparu de son corps. Elle baissa un regard horrifié mais son ventre était toujours bel et bien rond. Il était toujours là, au chaud. Mais il ne pesait plus et elle se sentait particulièrement légère.
Elle partit d'un grand rire. Il était rare que cela la prenne aussi spontanément. Après avoir vérifié d'une caresse que son enfant était effectivement toujours en place, elle attrapa la main de son cousin et se mit à courir en riant. Cela faisait des mois qu'elle n'avait pas couru, qu'elle n'avait pas senti cette pointe de liberté lorsque tout le corps est trop occupé à synchroniser les mouvements pour aller toujours plus vite, si bien qu'il ne pensait plus à rien d'autre. Ils bousculèrent un couple au passage, mais ils étaient déjà loin lorsqu'ils s'excusèrent.
†~


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

BEACH VIEW
~† Après avoir bousculé encore quelques personnes, s'être fait insultés et avoir opéré une petite course à celui qui était monté dans l'ascenseur le plus rapide, ils arrivèrent essoufflés et hors d'haleine dans les étages. Ce n'était pas parce qu'elle était mariée et future mère qu'elle était devenue sage. Elle n'avait que 22 ans, il pouvait lui arriver d'être encore totalement immature. Ou peut-être était-ce ce cookie qui avait fait s'envoler tous ses soucis morales comme physiques pour ne laisser la place qu'à une joyeuse béatitude.
Dans le couloir, à travers les vitres, ils avaient vue sur la mer sombre et endormie. C'était très joli. Avec une pointe de tristesse, elle se dit qu'elle aurait aimé partager ce moment et cette vue avec Sacha. Et comme elle se faisait cette réflexion, elle sentit son dos qui recommençait à la tirailler de manière progressive, ses jambes s'alourdir. L'effet du cookie s'estompait. Elle désigna deux transats côte à côte à son cousin et ils s'installèrent. Deux minutes plus tard, les premières explosions et lueurs du feu d'artifice illuminèrent leurs yeux. Il était minuit. Et le feu d'artifice surplombant la statue de la Liberté était grandiose.
†~


" Bonne année Ene. "
- Bonne année à toi aussi. J'espère qu'elle sera plus calme, mais avec le poupon qui arrive j'en doute.

~† Elle le remercia d'un sourire. Elle espérait sincèrement que les seuls troubles de cette année seraient provoqués par les nuits incomplètes du bébé qui les réveilleraient, elle et son mari endormis. Mais elle n'y croyait pas tellement.
Les deux cousins restèrent encore une bon quart d'heure à contempler le paysage, en parlant de tout, et de rien. Surtout de n'importe quoi. Des bêtises. Des remarques moqueuses d'adulescents qui ne voulaient pas penser au pire ce soir-là. Puis Eneas se leva et lui proposa d'aller voir les concerts qui avaient lieu au rez-de-chaussée, il y avait des groupes connus qui se produisaient. Elle accepta d'un hochement de tête.
Direction le cabaret.
†~
Revenir en haut Aller en bas
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6451

MessageSujet: Re: Bonne Année   Ven 25 Fév 2011 - 19:11

Aux alentours de la DISCOTHÈQUE IMPEDIMENTA


2013 allait être parée de drôle de couleurs.
Si je devais réviser ces cinq premières minutes... j'avais dansé, esquivé, mal croisé, embrassé, rebondi, fui, bousculé, été embrassé... et resté baba. Pour conclure mon année résumé, j'avais été baptisé de quelques gouttes de sang, bafouillé, esquissé des présentations ("Sham Alasdair McBrashen, oui. Enchanté, Alix Twain", le style en moins, les hésitations en plus), répondu à des interrogations muettes ("Ne vous en faites pas. Tout le... plaisir était pour moi.") avant d'être rejoint par ma propre Soumise qui s'offrit en spectacle, pendu au cou du bellâtre de service.
Je défie quiconque d'être à même de me dresser le portrait de ce qu'allait être cette nouvelle année au vue de ces prémices disparates.

Sans avoir vraiment conscience d'avoir une Twain encore coincée dans les bras, je laissai le feu d'artifice exploser dans mon dos et mettais bonne humeur et frivolité dans mon ton. Je n'avais pas très envie d'un 2013 grincheux et renfrogné. Je tapais sur l'épaule du bellâtre avec ma main libre et:

- Je ne me souviens pas d'avoir eu l'heur de vous être présenté...

Oui, quand je mettais mon caractère de côté, j'y gagnais un style ampoulé et un peu désuet. Personne n'est parfait.
Le bellâtre se retourna et je reconnus ce type que Sophia nous avait présenté en début de soirée. Si on attendait de moi que je me souvienne du pedigree de chacun des invités de cette soirée, c'était sur-estimer mes capacités. Enième boulette de la soirée. Je n'étais plus à ça près. J'esquissai un sourire un peu niais. Quitte à passer pour un imbécile, autant passer pour un imbécile un peu éméché. On pardonnait plus facilement aux effets secondaires de l'alcool. Mon sourire lui disait que je le reconnaissais, qu'on n'était pas à ça près et, voyons, pourquoi ne pas passer à autre chose? Autre chose qui, par pitié, n'avait rien à voir avec la boîte de nuit.

'A-t-on dépassé les cinq minutes déterminantes?

Sinon, j'étais encore bon pour une année pourave.
D'un ton détaché, je suggérai de nous réunir autour d'un café pour faire plus ample connaissance. A moins qu'ils ne souhaitent rejoindre une terrasse pour y admirer la fin du spectacle pyrotechnique. Quant à moi, j'étais ouvert à toutes les propositions pour peu que notre situation retrouve un semblant de normalité et que je sache comment me comporter.
Dans mes souvenirs, il me semblait retrouver le nom d'Alix Twain. Soumise d'un Opposant dont j'avais oublié le nom. Amie de ma propre Soumise. Et Penzà Truc, apparemment très proche de cette même Soumise. Que ce réveillon marque mes tentatives de sociabilisation. Si je ne pouvais pas profiter de cette soirée pour me faire un peu mieux voir de Keeblyn, quand le pourrais-je? Pénétrer un peu son univers pour m'y sentir moins étranger.

C'est le moment qu'Andrew choisit pour nous rejoindre.

"Bien le bonsoir, chers amis!"

Et de solliloquer à propos de je-ne-savais quoi. Selon les apparences, il avait croisé la route de quelques bouteilles depuis qu'il s'était séparé de sa blonde-de-la-demi-heure. Faisant fi, il nous embarqua tous en direction de ce qui s'avéra être le cabaret. Illustration pour ceux qui auraient du mal avec la géométrie de l'espace: Andrew m'attrapa par un bras, tandis qu'il attirait Sophia de l'autre. J'embarquais moi-même Twain dans mon sillage sans trop savoir pourquoi, tandis que Keeblyn restait accrochée à son bellâtre. Vous voyez le tableau? Une belle brochette hétéroclite.
Revenir en haut Aller en bas
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5366

MessageSujet: Re: Bonne Année   Mer 2 Mar 2011 - 22:23

Sophia sourit à Andrew quand il la prit par le bras pour les emmener vers le cabaret. C'était bien un choix typiquement masculin ça ! Il y avait plusieurs dizaines de salles dans toute la tour, et Andrew décidait de les traîner là-bas. Elle ne put s'empêcher d'étouffer un sourire, et remarqua qu'elle s'amusait vraiment, et cela sans prendre d'alcool, c'était bien. En plus elle était entourée de personnes sympa qu'elle appréciait (Andrew, Alix et Penzà) plus ou moins bien (Sham). Il fallait au moins reconnaître qu'il n'avait pas encore prêté de motif pour qu'elle puisse le détester cordialement, mis à part l'interruption de ses souhaits de nouvel An à Penzà, mais elle ne lui en voulait pas trop puisqu'il avait l'air à moitié saoul.
Mais étrangement, il n'avait absolument pas l'air éméché quand il avait détourné le regard de Penzà. Ce qui l'amusa encore plus, il s'était presque rendu ridicule, le presque était important, mais aussi très amusant, c'était un peu une sorte de vengeance envers lui.

Elle sentit la main de son coéquipier s'enrouler autour de sa taille blessée, elle grimaça mais il la déplaça juste avant qu'elle ne râle pour lui demander de la virer de là. Elle lui jeta un regard interrogateur, il désigna un endroit dans la salle de cabaret et la jeune femme trouva Dolores Sheeran assisse, entourée de ses habituels équipiers que Sophia avait déjà rencontrée à Belfast. Elle s'excusa auprès des autres et se rua dans leur direction.
La réaction fut assez immédiate, ils se levèrent tous d'un bond pour porter leur main à leurs armes à feux. Sophia s'arrêta dans son geste et leva instinctivement les mains en l'air. Elle savait que ça faisait mal de recevoir une balle, alors elle préférait éviter de se prendre une balle. Surtout qu'elle était déjà blessée, d'une blessure qui semblait refuser de se soigner et qui court-circuitait en plus le sort qui la guérissait. Youpi ! Elle n'arrivait même plus à soigner correctement une simple égratignure, alors autant dire qu'une balle n'allait pas guérir en un claquement de doigt.

- Baissez vos armes, ordonna t-elle d'une voix sèche. Salut Kaz !

Sophia haussa un sourcil en entendant ce surnom qu'elle n'avait encore jamais entendu auparavant.

- Hé Kamikaze ! Ce n'est pas moi qui me suis jetée sur un poignard, commenta t-elle avec une moue d'amusement.

La jeune femme leva les yeux au ciel et tira par la main sa récente nouvelle amie, puisque sa cousine avait disparu avec les Résistants peu après que Sophia soit rentrée chez elle à la suite du désastre d'une mission. Elle jeta un regard à la table où s'étaient assis les autres, Penzà lui renvoya son regard avec un clin d'oeil et un geste réconfortant du pouce. Elle lui avait parlé de son plan pour parler à Dolores, et son rôle était de garder son soumetteur assis et qu'il ne cherche pas à la retrouver le temps qu'elle puisse parler à son ami.

- Bon alors, quoi de neuf la cinglée ? Tu voulais me parler de quelque chose ?

Dolores était vraiment dure avec elle, Sophia n'avait absolument rien fait pour mériter ce surnom. Elle lui avait tout de même sauvé la vie ! Un peu plus de reconnaissance ne l'aurait certainement pas tuée. La jeune femme soupira, et posa sa sa main sur sa hanche non-blessée. Et regarda que leur conversation allait rester entre elle. Et elle lui expliqua son problème. Tout depuis le début, elle ne pouvait pas lui cacher le moindre détail étant donné qu'elle n'aurait pas tout compris et qu'elle n'aurait pas su à quoi s'en tenir un peu plus tard. De la trahison au problème de son bracelet de soumise brisé depuis la mission foireuse.
Mais sa résolution était prise, et Lori avait une dette envers elle. Elle était obligée d'accepter, d'autant plus que ça lui apporterait beaucoup d'aide.

- Tout ce que je te demande c'est de me prendre dans tes rangs, je veux t'aider.

- Tu as déjà essayé de trahir l'Opposition ! Je ne peux pas compter sur toi !

Sophia soupira profondément en levant les yeux au ciel, elle savait qu'elle allait avoir du mal à la convaincre mais elle se surprit à espérer que Penzà avait fait le plein de distraction et d'inventivité pour garder Sham sur sa chaise.

- Une seule fois, et j'avais de bonnes raisons !, s'offusqua t-elle. De plus je te signale que tu me dois la vie et j'ajouterais aussi que si tu me prends je te serais entièrement dévouée et à la cause que tu sers. Quelle qu'elle soit. Je te promets que tu pourras toujours compter sur moi, quoi que tu me demandes. Et … même je … si tu le fais, tu me sauves la vie, je te devrais une dette.

L'argument fit mouche, la jeune femme avait très vite compris que ce qui marchait avec Dolores était la notion de dette. En effet, elle sembla vraiment réfléchir avant de se retourner vers elle.

- Tu es au courant que si j'accepte il va falloir que tu abandonnes tout ce que tu as ici pour venir à New York, ton lieu de résidence et tes activités. J'ai entendu dire que tu étais une très bonne joueuse de Quidditch. Et tu vas devoir subir une formation et crois moi, les plus endurcis des soldats abandonne souvent au bout d'une semaine. Cela va durer plus d'un mois.

- Lori, j'ai choisi. Je veux être comme toi et t'aider.

Elle accepta de réfléchir à sa proposition. Pour la forme. Son regard disait " Bienvenue dans nos rangs". Sophia sourit joyeusement et retourna dans le cabaret où un spectacle avait déjà commencé. Elle se baissa afin de ne pas déranger les autres spectateurs et elle suivit du regard Dolores qui retournait à sa table. Elle s'assit entre Andrew et Penzà et se servit un verre de champagne en jetant un regard accompagné d'un sourire complice pour annoncer silencieusement à son coéquiper le succès de sa requête. Elle esperait qu'il n'avait pas trop eu de mal à retenir Sham.

- Alors Alix, et si tu nous parlais de ton nouveau soumetteur ? Il est comment ? Mieux que l'ancier j'espère !

Elle jeta un regard à Sham.

- L'ancien soumetteur d'Alix m'a retenue pendant une semaine dans la cave d'un hotel cinq étoies, précisa t-elle, ne sachant pas s'il se souvenait ou pas de cet évènement qu'elle lui avait déjà raconté sans entrer dans les détails.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bonne Année   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonne Année
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bonne Année
» Bonne année 2011 à tous !
» Souhaitons une bonne année à sa majesté Bling-bling
» Bonne Année !!!!
» Bonne année 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: RP Express :: RP Express Officiels-
Sauter vers: