PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Promenade bucolique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5412

MessageSujet: Promenade bucolique    Dim 7 Nov 2010 - 23:57

Sophia avait demandé à son patron de lui accorder quelques jours de congés. Il avait accepté, sûrement par pitié. C'est vrai qu'elle avait une tête à faire peur, Galiena le lui avait une fois de plus remarquer le matin-même. "Sof', ne va pas travailler, on dirait un cadavre, je te jure !". Sauf que ce que Galy ignorait, c'est qu'elle n'allait pas travailler, elle s'était levée comme pour y aller mais au lieu d'y aller, elle avait pris le métro pour Waterloo d'où elle avait réserver un billet pour la station la plus proche de son ancienne ville. Il faisait plutôt beau ce jour-là, et Sophia était contente. Le ciel était nuageux mais c'était clair qu'il n'allait pas pleuvoir. Et pour une fois, Sophia se surprit à sourire.

Elle prit le métro, les gens autour d'elle étaient plongés dans leur petit monde, et vivaient en évitant le contact des autres. Ce comportement étonnait toujours Sophia, elle qui avait toujours vécu dans un monde où les gens se soudaient pour vivre et empiétaient d'ailleurs toujours un peu sur l'espace vitale de l'autre. La première fois qu'elle avait pris le métro, elle avait été choqué par cette indifférence, elle avait même vu un jour un homme se faire agressé sans que personne n'interviennent. A cette époque, les gens vivaient dans la constante peur de l'autre, et une telle société était absurde. Mais avec le temps, Sophia s'y était habituée mais elle, elle ne pouvait vraiment ignorer les gens comme le faisait les autres, alors quand elle prenait le métro elle distribuait des sourires aux gens qui la regardaient ou essayait toujours d'aider les gens quand elle le pouvait. Un jour elle avait filé un pansement à quelqu'un qui s'était ouvert l'arrête du nez en se cognant, et elle s'était sentie nettement plus légère. Et ce jour-là, malgré son immense fatigue, elle avait une raison de plus pour être heureuse et distribuait de plus en plus de sourire qu'à l'ordinaire. Elle avait réussi à joindre Anna Limp, l'ancienne cuisinière de la villa Keeblyn et elles avaient prévus ensemble de retourner à la villa. Sophia était très contente de retrouver son ancienne demeure, même pour seulement quelques heures ... mais elle avait une certaine appréhension à l'idée de revoir le salon. Elle n'avait aucune idée de l'état dans lequel elle retrouverait la scène qui avait abrité le spectacle macabre datant déjà de plus d'un an. Anna et Ultan Limp n'avaient rien pu faire puisque ce n'était pas leur maison, et Sophia n'avait pas eu les moyens pour la faire réparer et elle n'aurait pas pu retourner s'y installer ...

Sophia arriva à Waterloo et dix minutes plus tard elle était dans le train qui la conduisait vers Mark Beech. Il fallu presque deux heures pour quitter la capitale et Sophia remarqua avec amusement que les habitations se faisaient de plus en plus rares quand on s'éloignait de Londres et remarqua que la campagne entourait Londres comme une barrière de végétal. C'était la nouvelle attraction du moment, partir à la campagne pour respirer la nature. Beaucoup de gens dont Eva, la collègue de travail de Sophia partaient très loin pour respirer l'air "pur" alors qu'en fait la campagne était à une heure en train de Londres, il faudrait que Sophia fasse la remarque à Eva quand elle en aurait l'occasion.

Elle arriva finalement à Mark Beech, elle n'y était jamais allée, la gare se contentait d'une plateforme au milieu de la place centrale du village avec un petit abri où étaient affichés les horaires du train et les tarifs des billets. Sophia prit son sac de provision sur son épaule et prit le chemin de son ancienne maison. Elle traversa la forêt pour aller plus vite, puis les champs des cultivateurs voisins et retrouva sans peine le chemin de terre qui conduisait à la villa. Elle retrouva avec joie les grands arbres qui le couvraient du soleil et marcha ainsi pendant un quart d'heure jusqu'à ce qu'elle voit l'immense demeure se dresser au bout. Elle fit les derniers mètres au pas de course et se jeta dans les bras d'Anna qui attendait devant le portail de fer forgé. Anna n'avait presque pas changé, elle était toujours aussi rondelette, elle avait peut-être pris quelques cheveux blancs mais sans plus. Elle lui parla de son mari et de leur fille Juliet, elle s'était mariée le mois dernier à un ébéniste du coin. Sophia pria Anna de lui faire parvenir tous ses voeux de bonheur et elles entrèrent dans la maison.

Les fenêtres du salon avaient été barrés avec du tissus et du scotch, il régnait le même bazar que le soir où elle avait vu sa famille massacrée. Les meubles jonchaient le sol, n'avaient pas bougés, elle aurait même juré que les baguettes des autres trainaient encore sous les fauteuils, même celle de sa mère, cassée et piétinée.
Elle sentit la main d'Anna se poser doucement sur son épaule puis sa voix :


"Que s'est-il passé ici, mademoiselle ? Quand nous sommes revenus de nos vacances, les fenêtres étaient brisées et dans le salon, il y avait une horrible odeur de décomposition et nous avons trouvé votre famille. Nous avons immédiatement appelé la police mais quand nous avons demandé ce qui les avait tué et qu'est ce qu'il était advenu de vous, on nous a demandé d'oublier cette histoire.

-Si je t'en parlais, Anna, je te mettrais toi et ta famille en danger, alors il vaut mieux que tu fasse comme ils te l'ont dit et que tu oublies tout simplement cette histoire.

Le regard d'Anna trahissait son chagrin et sa déception mais elle ne dit rien et quitta le salon pour laisser Sophia. Sauf que celle ci, revit les évènements qu'ils s'étaient produit dans le passé comme si elle revivait et elle ne put bientôt plus rester dans cette salle tant l'émotion l'empêchait de respirer.

Elle sortit en courant, demeurant sourde aux appels d'Anna et s'en alla dans la campagne sans avoir aucune idée d'où elle allait. Elle courut longtemps, dans la forêt à présent. Elle essayait d'éviter les racines mais à un moment, son pied se prit dans l'une d'elle. Sophia s'affala brutalement et entendit un craquement sonore avant de tomber par terre. Elle hurla quand la douleur arriva jusqu'à son cerveau. Elle se retourna pour voir ce qu'elle avait et vit que son genou avait pris un angle bizarre : elle se l'était tordu méchamment. Et elle savait d'expérience que ce n'était pas une des blessures qui guérissait grâce au sortilège de sa mère. Seules les entailles et fractures guérissaient. Tout ce qui était froissement ou entorse, guérissaient avec le temps.

Elle était trop enfoncée dans la forêt, personne ne s'y aventurait à cette période de l'année, et elle était immobilisée par sa blessure. Elle allait mourir ici et sa mère serrait morte pour rien. La douleur l'aveuglait, elle se mordit la lèvre pour ne pas hurler de nouveau. Aujourd'hui, on ne savait pas sur quelle créature magique on pouvait tomber après le vol du Calice, surtout dans les forêts.






Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Dim 5 Déc 2010 - 1:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Lun 8 Nov 2010 - 20:28

Thelma aimait la forêt. Elle s'y sentait comme chez elle. Non, elle y était chez elle. Après tout elle avait commencé sa vie en tant qu'arbre, comme tous les esprits sylvestres. Elle s'y rendait souvent, nourrissant le secret espoir de rencontrer l'un de ses congénères, lové dans un arbre à l'attendre. Bien sûr cela n'était jamais arrivé. Son espèce était au bord de l'extinction.Tout ça à cause de ces maudits humains. Sans eux, la Nature serait toujours belle et forte!

Perdue dans ses pensées, elle sursauta en entendant un cri. Elle s'élança sans réfléchir, courant aussi vite que son faible corps humain le lui permettait. Je préférais la vie de chat. Eux au moins sont rapides et agiles. Dommage que leur espérance de vie soit si courte... Elle s'arrêta, aussi silencieuse qu'un souffle et risqua un regard entre les branches. Thelma cru tout d'abord que ce qu'elle voyait était un animal, mais en regardant de plus près, elle constata que c'était un être humain qui se tordait sur le sol.

Son premier élan fut d'aller l'aider. Elle fit même un pas, avant de s'arrêter. C'est un humain. Il mérite de mourir. Ils méritent tous de mourir. C'est de leur faute si la Nature agonise. Ils nous ont détruits. Elle fit un pas. Tues-le. Un autre. Il le mérite. Puis un autre. Ils ne savent que détruire! Elle s'arrêta près de lui. Ou plutôt près d'elle, comme elle le remarqua bientôt. Pas étonnant qu'elle l'ai prise pour un homme avec ses cheveux en bataille et son visage couvert de terre! Seule ses courbes délicates la trahissaient.

"Aidez-moi!"

Thelma leva les yeux vers son visage et plongea son regard dans le sien. Tant de douleur!

"Cassez-moi la jambe"

Elle crut avoir mal entendu

"Pardon?
-Cassez-moi la jambe!"

La colère céda la place à la plus grande perplexité.

-Tu veux que je te casse la jambe?
-Nan mais t'es sourde ou quoi?! Casses-moi cette putain de jambe!!!
-Ton genoux forme déjà un angle improbable avec ton corps et tu voudrait en plus que je le casse?
-JE VIENS DE TE DIRE QUE OUI!
-Tu ne veux pas plutôt que je te soigne?
-Faites quelque chose! N'importe quoi!
-Je peux te donner mon sang, il te guérira. En revanche il a quelques effets secondaires: il te rendras...
-Je m'en fiche! Aidez-moi!
-Bon... Ne me reproches pas d'avoir tenté de te prévenir..."

Elle tira un couteau suisse de sa poche et s'écorcha le poignet, puis l'approcha de sa bouche.

-Ta blessure n'est pas très grave, tu ne devrais pas avoir besoin d'une grande quantité... Hey! Stop, ça suffit!


Elle dû la tirer par les cheveux pour l'éloigner de son poignet. Déjà son genoux reprenait sa position normale.

-Ouaouh, je me sens super bien! Même plus que bien... Invincible!
-Ne te fies pas trop à cette sensation. Tu seras plus forte pendant quelques jours, mais pas invincible...
-Plus forte pendant quelques jours? Pourquoi donc?
-Parce que tu as bu mon sang
-C'est génial ça! Je peux en ravoir un peu?
-Non, tu risquerais de devenir dépendante. Et à mon avis, tu n'as pas envie de te retrouver à ma merci...
-Dépendante? Vous ne m'aviez pas parlé de ça!
-J'ai bien essayé pourtant. Mais tu étais trop occupée à me crier dessus pour m'écouter.
-Vous auriez quand même pu essayer! Ou alors me casser la jambe comme je vous l'ai demandé!"

Ah! Ces humains! Elle venait de donner son propre sang pour guérir cette malheureuse qui se tordait de douleur sur le sol d'une forêt où jamais personne ne passe, et la petite ingrate lui criait dessus parce qu'elle ne lui avait pas cassé la jambe! Ils sont fous ces humains...

"Bon, et bien de rien et au revoir"

Sur ce, elle tourna les talons et s'enfonça dans les bois. Elle croyait être à nouveau tranquille, mais c'était sans compter sur cette enquiquineuse d'humaine qui la rejoignait, en perturbant la paix environnante à la façon d'un éléphant dans un magasin de porcelaine.

"Attendez! Attendez je vous dis!"

Elle se retourna, excédée.

"Quoi encore? Tu vas me reprocher de ne pas t'avoir tué et massacré tes ami et tes parents?"

L'expression de la jeune fille se ferma. Tiens tiens...

"Je voulais simplement m'excuser et vous proposer une tasse de thé."


Thelma ne put empêcher la surprise de s'afficher sur son visage.

"Une tasse de thé... Pourquoi pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5412

MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Mar 9 Nov 2010 - 19:48

La terre autours de Sophia en pâtit sérieusement, la douleur était intolérable. Elle lui parvenait par vagues, c'était vraiment horrible. Elle n'y avait pas pensé depuis longtemps mais, pour une fois elle pensa à la mort et espéra que celle ci se présente relativement vite.
Sophia savait qu'elle ne pouvait pas se permettre de hurler, car elle ignorait sur quoi elle pouvait tomber. Alors pour se contenir, elle se mordit les lèvres, mais n'arriva pas à les entailler. C'est la qu'une idée germa dans son esprit embrumé par la douleur, à chaque fois qu'elle avait été guérie, c'était parce qu'elle s'était entaillé ou même, un jour elle s'était cassé le doigt au travail. Et il avait guérie. De même que lorsqu'elle s'était pris une porte dans l'épaule, au final elle avait réussi à guérir.

Donc, techniquement si quelqu'un la découvrait, à condition qu'on la retrouve évidement, il faudrait que quelqu'un la retrouve au beau milieu de la forêt, et ça, ce n'était vraiment pas gagné. Mais, pour continuer le raisonnement, si quelqu'un venait à la trouver il aurait fallu que quelqu'un lui entaille la peau ou lui casse quelque chose. Quoique à choisir, ce serait sans hésiter la jambe puisque de toute façon elle allait avoir mal à cette jambe.

Mais un visage apparut entre les arbres, une jeune fille, une adolescente presque une adulte. Sophia avait besoin d'aide, elle le demanderait à la première personne qu'elle croisait même si c'était une gamine


"Aidez-moi!"

Sophia voulait lui demander de l'aider, peut-être qu'elle allait avoir un couteau suisse sur elle, et elle pourrait l'aider mais quand l'adolescente plongea son regard dans le sien, elle remarqua que ses yeux, n'étaient pas ceux d'une jeune fille de son âge mais de quelqu'un de plus vieux, nettement plus vieux. Elle comprit que la jeune fille était une créature non-humaine. Peut-être un vampire, qui sait ?

"Cassez-moi la jambe"

Mais la jeune fille, ou ce qu'elle était, ne semblait pas comprendre ou avait mal entendu, elle lui redemanda si elle avait bien entendu. C'est vrai que ce n'était pas ce qu'on disait généralement comme première phrase dans une rencontre mais bon.

"Tu veux que je te casse la jambe?
-Nan mais t'es sourde ou quoi?! Casses-moi cette putain de jambe!!!

-Ton genoux forme déjà un angle improbable avec ton corps et tu voudrait en plus que je le casse?
-JE VIENS DE TE DIRE QUE OUI!
-Tu ne veux pas plutôt que je te soigne?
-Faites quelque chose! N'importe quoi!
-Je peux te donner mon sang, il te guérira. En revanche il a quelques effets secondaires: il te rendras...
-Je m'en fiche! Aidez-moi!
-Bon... Ne me reproches pas d'avoir tenté de te prévenir..."

Sophia avait vu juste, la jeune fille avait bel et bien un couteau sur elle. Alors elle abima sa peau et l'approcha de la bouche de la jeune femme. Sophia sentit l'odeur du sang avant de l'avoir eu dans la bouche et étrangement, ce n'était absolument pas le goût du sang normal. Tellement plus savoureux tellement plus ...

-Ta blessure n'est pas très grave, tu ne devrais pas avoir besoin d'une grande quantité... Hey! Stop, ça suffit!


Sophia la regarda et l'entendit, mais elle ne voulut pas l'écouter, son sang était tellement différent, d'un goût nettement meilleur que le meilleur des vins, alors pourquoi cette fille voulait qu'elle arrête, c'était tellement égoïste ! Mais l'adolescente la tira par les cheveux pour la faire arrêter de boire.
Sophia se sentait, tellement forte, tellement puissante. Elle avait l'impression que la vie animait et faisait vibrer tous ses muscles.


-Ouaouh, je me sens super bien! Même plus que bien... Invincible!

-Ne te fies pas trop à cette sensation. Tu seras plus forte pendant quelques jours, mais pas invincible...
-Plus forte pendant quelques jours? Pourquoi donc?
-Parce que tu as bu mon sang
-C'est génial ça! Je peux en ravoir un peu?
-Non, tu risquerais de devenir dépendante. Et à mon avis, tu n'as pas envie de te retrouver à ma merci...
-Dépendante? Vous ne m'aviez pas parlé de ça!
-J'ai bien essayé pourtant. Mais tu étais trop occupée à me crier dessus pour m'écouter.
-Vous auriez quand même pu essayer! Ou alors me casser la jambe comme je vous l'ai demandé!"

L'adolescente fusilla Sophia du regard et tourna les talons en lui balançant ses cheveux dans le visage.

"Bon, et bien de rien et au revoir"
"Attendez! Attendez je vous dis!"

La jeune fille se retourna d'un air vraiment excédée en la fusillant du regard de plus belle. D'accord, Sophia l'avait cherché, elle ne s'était pas vraiment comporté de manière polie, alors elle comprenait sa réaction mais de là à se faire ignorer.


"Quoi encore? Tu vas me reprocher de ne pas t'avoir tué et massacré tes ami et tes parents?"

Comment savait-elle cela ? Et pourquoi l'utiliser contre elle, s'était vraiment méchant ça ! Elle faisait forcement partie de l'Opposition pour savoir cela, et être plutôt haut gradée car Sophia savait de Sham que son histoire n'avait pas trop été ébruitée. Donc elle était importante. Mais il fallait quand même qu'elle se montre polie, car la jenue fille venait de lui sauver la vie quand même. Sinon elle aurait mis des semaines à guérir et n'en serait pas morte à cause du sortilège mais au moins bien souffert.

"Je voulais simplement m'excuser et vous proposer une tasse de thé."

Le visage de la jeune fille refleta son étonnement et Sophia crut qu'elle allait refuser. Cependant ...

"Une tasse de thé... Pourquoi pas?"

Sophia lui offrit un immense sourire et lui demanda de la suivre. Elle ne lui adressa pas la parole pour se contenter de lui montrer le chemin à travers la forêt qu'elle avait déjà traversé une première fois. Elle arriva devant sa maison, où Anna l'y attendait en la regardant d'un air inquiet.


"Mademoiselle, je me suis inquiétée, cela fait presque une heure que vous avez disparu. Où étiez vous allée ?
-Je me suis perdue, Anna, euh ... est ce qu'il y a de quoi faire du thé dans la maison ?
-Bien sûr, mais ne vous installez pas dans le salon.

Sophia acquiesça et entraîna la jeune fille à sa suite. Elle la fit s'asseoir avec déférence et prépara du thé à l'ancienne. Sans magie, avec une bouilloire et du gaz.


"Au, fait je m'appelle Sophia et toi ? Ceci est ma maison, qu'est ce que vous faisiez dans les bois ?

Puis une autre question lui vint en tête mais elle ne pouvait rien en dire devant Anna qui était une simple moldue.

"Anna, il nous reste de cette herbe à thé dans le jardin ?
-Surement mademoiselle, je vais voir.

Sophia sourit à la proposition et fit comme si de rien n'était jusqu'à ce que l'ancienne cuisinière disparaisse de son champ de vision. Et adopta un ton nettement moins amical

"Vous faites partie de l'Opposition, je me trompe ? Que savez vous de l'action qui s'est déroulé ici ?






Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Dim 5 Déc 2010 - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Mar 9 Nov 2010 - 20:24

La demeure était probablement magnifique. De grands espaces, des plafonds hauts et beaucoup de lumière… Typique d’une famille riche. Une famille qui n’existe plus.

Elle se souvenait, environ un an plus tôt avoir lu un dossier sur une certaine Sophia Keeblyn. Brune, la vingtaine, la majorité de la famille assassinée… Pas étonnant quand on savait que ça mère était un membre plus qu’actif de la Résistance. Le dossier qu’elle avait lu était sur la pile « nouveaux Soumis » Il lui semblait se souvenir que l’Opposition avait pression sur elle en utilisant sa cousine, le membre de sa famille encore vivant auquel elle tenait le plus. Sur le coup, elle n’avait pas compris pourquoi une jeune femme qui semblait si pleine d’avenir s’était laissée emprisonner pour une personne qui n’était liée à elle que par le sang. Mais vu la réaction de Sophia face à l’évocation de sa famille, elle comprit que c’était des êtres auxquels elle était très attachée. Son sacrifice lui parut tout à coup moins absurde. Elle est comme moi, elle ferait tout pour les gens qu’elle aime.

-Je n’aurais jamais dû te dire ça dans la forêt tout à l’heure. Je te demande pardon. Et je sais de… l’action qui s’est déroulée ici ce que j’en ai lu dans un dossier. C’est-à-dire peu de choses.

Elle avait faillit dire « massacre », mais s’était rattrapée à temps. La jeune fille avait évité de dire ce terme, en en choisissant un plus distant, plus neutre. Tant qu’elle ne se déciderait pas elle-même à briser le tabou, ce serait toujours « l’action ». Thelma respectait sa douleur, et la comprenait. Elle savait l’effet que produisait la perte d’êtres chers…

Attention Edité par L'Ombre. Tu es limite en terme de nombre minimum de lignes... Attention.
Revenir en haut Aller en bas
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5412

MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Mar 9 Nov 2010 - 21:08

Sophia était vraiment en colère, si la jeune fille était au courant pour le massacre de sa famille, elle se sentait obligée de la détester cordialement, même si elle lui avait sauvé la vie et qu'à cause de ça, elle lui était quand même redevable. La bouilloire siffla et Sophia la retira du feu sans même y jeter un regard.

Mais à sa grande surprise, la jeune femme semblait alors mal à l'aise, voire même très désolée de ses paroles. Sophia hocha la tête en regardant ses chaussures pour lui montrer qu'elle acceptait ses excuses. Elle sortit des tasses du placard et souffla dedans pour enlever le plus gros de la poussière, elle les passa ensuite sous l'eau pendant qu'Anna revenait du jardin, les mains remplies de feuille. Sophia fit signe à son ancienne cuisinière de les passer sous l'eau et les mit dans chaque fonds des trois tasses. Elle déposa sucre et lait sur la table et s'assit en face de l'adolescente.

Il fallait qu'elle recommence à jouer la comédie maintenant qu'Anna était revenue.

"Je te suis énormément reconnaissante de m'avoir aidé à retrouver mon chemin dans la forêt. Mais j'ai bien peur de ne pas avoir retenu ton nom. Moi c'est Sophia et voici Anna.

La jeune femme lui sourit chaleureusement même si elle cherchait secrètement un moyen de lui faire dire plus d'information sur ce qu'elle savait, parce qu'elle avait vraiment l'air de quelqu'un de très vieux. Et généralement, à l'Opposition, très vieux était synonyme de haut gradé. Mais il ne fallait pas qu'Anna ne se doute de quoi que ce soit.

"Je suis un peu tête en l'air, excusez moi.

Anna sourit à Sophia en guise de compréhension avant de se resservir du lait.

"Voulez vous du lait ? Du sucre ?, demanda t-elle à la jeune inconnue.

Sophia lui tendit la boite de sucre et fit glisser le pot de lait vers elle.






Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Dim 5 Déc 2010 - 1:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Mar 9 Nov 2010 - 21:35

Thelma se servit en sucre et en lait et goûta le thé.

"Délicieux... Cela faisait longtemps que je n'avais pas bu du vrai thé"

Cette Anna n'était pas dans le secret de la guerre, vu la différence de comportement de Sophia en sa présence.

"Thelma. Vous pouvez m'appeler Thelma"

Elle sourit à Anna, de ce sourire angélique qui proclamait "je suis jeune et innocente". Le genre de sourire que j'ai dû affiner à travers les siècles. Paraître inoffensif peut s'affairer un réel avantage. Elle stoppa net cette pensée. Tu es en train de boire du thé dans une maison charmante en compagnie de deux charmantes personnes et tu es toi-même une personne charmante. Cesses un peu de penser stratégie! A la vue du regard que lui lança Sophia, elle compris que ses pensées avaient dû apparaître d'une façon ou d'une autre.

Elle avait perdu l'habitude de se conduire en société. Règle numéro 1: Ne jamais montrer ses émotions. Elle avait acquis cette habitude après avoir passé quelques temps parmi les humains. Ceux-ci, quoi qu'ils pensaient affichaient toujours une cordialité feinte et utilisaient la moindre faiblesse contre vous. Même Sophia portait ce masque en présence d'Anna. En revanche, depuis les premiers instants de leur rencontre elles avaient été honnêtes l'une envers l'autre. Bien que cette honnêteté ce soit exprimée à travers des cris et des insultes... C'était pour elle une bouffée d'air frais. Même au sein de l'Opposition les gens faisaient attention à ce qu'ils disaient en sa présence.

Anna jeta à œil à sa montre. Ce qu'elle vit sur le petit cadran parut l'affoler.

"Excusez-moi les filles, mais ma famille m'attends. Sophia, tu sais comment ils sont, ils ne trouveraient pas la cuisine! Alors, j'y vais, Sophia n'hésite pas à m'appeler d'accord ?"

Elle sortit un trousseau de clé de sa poche et le posa sur la table en les faisant tinter. Puis elle déposa un baiser rapide sur la joue de la jeune fille et s'en alla.

Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer
Revenir en haut Aller en bas
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5412

MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Mer 10 Nov 2010 - 21:52

L'adolescente s'appelait donc Thelma, c'était un nom pour le moins ... non pas commun mais relativement normal chez les sorciers et les Moldus. Et elle ne donnait rien à suspecter pour quelqu'un qui ignorait que le pire des démons pouvait de nos jours se cacher sous le visage des plus innocents.
La supercherie marchait, Anna ne semblait se douter de rien ce qui était préférable pour elle. Sophia aimait tendrement son ancienne cuisinière et le reste de la famille Limp, pour rien au monde elle aurait voulu qu'il leur arrive malheur à cause d'affaire qui ne concernait que les sorciers et qui se serait produit à cause d'une mégarde de sa part. Elle avait suffisamment causé la mort comme ça.

La jeune femme ne quitta pas cette Thelma des yeux, elle avait l'air vieille, très vieille, donc certainement puissante. Les sorciers puissants étaient dangereux pour les moldus, ils arrivaient à jeter sort juste avec la force de leurs esprit. Et la fourberie s'affichait sur le visage de l'adolescente, elle dut le remarquer parce qu'elle passa en mode "petite parfaite" au même moment où Anna se levait après avoir vidé sa tasse d'une traite. Elle jeta un regard affolé à sa montre et sortit un trousseau de clefs qu'elle posa devant Sophia en déclarant d'un ton pressé :

"Excusez-moi les filles, mais ma famille m'attends. Sophia, tu sais comment ils sont, ils ne trouveraient pas la cuisine! Alors, j'y vais, Sophia n'hésite pas à m'appeler d'accord ?"

Sophia était un peu déçue que l'ancienne cuisinière parte si vite et que leur entrevue soit écourtée à cause du reste de la famille Limp et ce qu'elle soupçonnait être un coup de pouce de l'autre sorcière présente dans la salle sans néanmoins en avoir la preuve formelle. Anna déposa un baiser sur sa joue et quitta la salle en remettant en place le pot de sucre. Sophia jeta un regard à Thelma et regretta finalement qu'Anna soit partie même si cela permettait à son ancienne cuisinière de rester sauve. L'adolescente avait l'air d'une prédatrice qui avait l'air bizarrement elevée malgré son apparence juvénile.

"Je me nomme Sophia Roselina Serapis Keeblyn, je suis soumise à l'Opposition par le sargas Sham Alasdair MacBrashen, débita t-elle en regardant sa tasse d'une toute petite voix. Puis-je vous demander votre grade et votre mission ?
-Thelma Ashwood, Dschubba. Je peux savoir ce que tu faisais toute seule dans les bois ?

Ainsi, Sophia avait raison, elle était élevée, plutôt même. Elle faisait partie des plus puissants et des plus anciens des membres de l'Opposition. Et dire qu'elle lui avait crier dessus tout à l'heure dans la forêt. Si ca se trouve c'était un assassin très expérimenté. Mais elle avait l'air tellement innocente et pure ! Comment avait-elle pu rejoindre l'Opposition ?

"Je m'excuse vraiment de vous avoir crié dessus tout à l'heure.
-Tu t'excuses parce que tu le penses ou parce que je suis Dschubba ? retorqua t-elle d'un ton ironique en se refermant soudainement
-Parce que vous êtes Dschubba, répondit Sophia sans réfléchir. Et aussi parce que ce n'était pas poli, vous veniez juste de me sauver d'une mort lente et douloureuse. C'était la douleur qui me faisait parler. Je ne vais pas avoir de problème, dites ?

L'adolescente poussa un profond soupir et posa son menton sur ses mains en la contemplant d'un air assez étrange, Sophia s'inquièta vraiment. Il y avait toutes sortes de rumeurs qui circulaient dans L'Opposition : la menace de finir dans une forêt d'Etat pour haute trahison, celle qui dit qu'Antarès éliminait les membres traitres lui-même par les plus horribles tortures ainsi que d'autres de pis en pis. Sophia n'avait ni envie de terminer dans ce genre de foret ni de se faire torturer, comme il en était pour tous les êtres vivants avec un cerveau normal.


"Non, tu n'auras pas de problèmes parce que tu as été honnête avec moi.

-Je suis désolée si je n'avais pas ma place dans les bois, je ne me sentais obligée d'être loin de cette maison soudainement.
-Je comprends. Moi aussi je ...

Mais elle ne termina pas sa phrase car un objet vibra venant de Thelma et elle fouilla ses poches et en sortit un portable auquel elle répondit.






Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Dim 5 Déc 2010 - 1:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Jeu 11 Nov 2010 - 0:00

Kyrian attendait, comme à son habitude au point de rencontre qu'on lui avait donné. Aujourd'hui, c'était un petit pub, à la limite de la ville, non loin de la foret.
Stelmaria était en pleine promenade, sa communion avec la nature, elle rendait visite aux siens et il avait parfaitement appris à comprendre ce besoin avec le temps.
Tout était comme d'habitude, à ceci près que la promenade durait plus longtemps que d'habitude. Stelmaria aurait dut le retrouvé il y a déjà plus de 45 min et cela l'intrigait.

"Pas d'inquiétude", Pensa t-il. "dans cette vie c'est une sorcière et elle sais se défendre".

Cependant par expérience, quand un imprévu arrivait, il valait mieux réagir vite. Kyrian se leva de sa chaise, laissa un billet en payement des biscuits apéritif qu'il n'avait pas touché et parti sans attendre.
Il faisait beau et Kyrian ne fut pas mécontent de n'être qu'à 700 mètres de la foret car il n'eut à affronté le soleil qu'une seconde entre le auvent et le couvert des arbres. Il avait toujours apprécié ce grand parasol naturel qu'est une foret et partageait, de façon plus modérée certes, l'amour de Stelmaria pour la nature, mais aujourd'hui, il devait d'abord s'assurer de la sécurité de son amie avent de profiter de l'ambiance de la flore.
Bien entendu, il n'eut aucun mal à repérer la trace de son odeur et à la suivre à grande vitesse entre les arbres. Un très court instant plus tard, il sentit une nouvelle odeur... Une odeur humaine à n'en pas douter, une femme sans doute à en juger par son parfum et... Blessée. Ce n'était pas le sans de sa camarade. Elle avait du rencontrer une femme dans son territoire et s'en occuper... mais pourquoi n'y avait il pas de cadavre? et pourquoi cela l'aurait il empêchée de le rejoindre à l'heur?
Une rapide inspection des environs lui appris qu'il n'y avait eu personne d'autre dans les parage récemment et que son amie était partie du coté de l'odeur humaine...
Désireux d'une réponse rapide, il jugea bon de décrocher son téléphone, au moins, il saura si il y avait lieux de s'inquiéter. Il appuyât sur la touche du numéro pré enregistré et porta l'appareil à son oreille. On répondit à la quatrieme tonalité et la voix de Stelmaria répondit.

-Oui?

-Thelma? Tout vas bien?

-Très bien, je prend le thé chez une fille rencontré pendant ma promenade.

"Une minute. Elle aurait rencontrée une humaine en foret et serait aller prendre le thé chez elle bien tranquillement?" La connaissant il y avait peu de chances pour que ça ce sois vraiment passé comme ça. Si elle n'était pas libre de ses mots elle aurait utilisé un code, et il l'avait compris.

-Je peut peut être venir à ta rencontre si tu veux?
Demandât il avec un ton dans la voix suffisamment prononcé pour qu'elle comprenne ses intentions.
C'est après un court soupir qu'elle répondit.

-Si ça peut te rassurer... Et elle raccrocha.

Se serait il trompé?Était elle vraiment en pleine conversation mondaine avec une humaine, à manger des petits gâteaux? De toute façon, il se mit en route en suivant l'odeur. Dans le pire des cas, elle le traiterais pour la eigneme fois imbécile trop protecteur et ça lui allait: Kyrian préférait agacer un peut que de risquer qu'il arrive quoi que ce sois à son amie. Après tout même si elle avait vécue plus longtemps que lui, elle était actuellement dans un corps humain, fragile, et de 16 ans qui plus est, mieux valait prévenir que guérir... Bien entendu, il était parfaitement conscient qu'il se ferait incendié si elle apprenait que pendant les enfances de ses corps d'empreints il la considérait comme faible, mais comme c'était le cas, quoi qu'elle en dise, il gardait ses pensées tut, et agissait, c'était le plus importent et au diables les vexations si elle le trouvait collant.

Sa course pris environ 4 à 5 secondes pour arriver en vue d'une petite maison. A partir de là il parcouru la distance à vitesse humaine, arriva à la porte en quelques instants et sonna.
C'est une gamine (enfin, il supposa, ayant un peu de mal avec les physique humain, entre 18 et 20 ans d'après lui) qui lui ouvrit. Il reconnut instantanément l'odeur de la piste. Son premier réflexe fut comme à son habitude de se demander si il avait affaire à une ennemie et la vrillât du regard pendant un fragment de seconde avant de se rappeler qu'il devait d'abord évaluer la situation et changea son expression facial en un masque on ne peut plus amicale et séducteur, le visage qu'il réservait aux humains classique pour s'intégrer. Il tendit à la fille une main engageante en la brulant de ses pupilles vert émeraude pour tenter d'engager de bon rapport, après tout son ton agressif n'aurait pas pu être vu par un humain tant il avait duré peu de temps.

-Enchanté, je suis Kyrian, soumis de Dame Thelma Ashwood.


Il avait mis toute la sincérités de 400 ans d'expérience de vie dans ses intonations et resta quelques secondes immobile avent de baisser sa main, comprenant qu'elle n'avait pas l'intention de la lui serrer.
"Rien d'étonnant", pensa-il, "elle à du reconnaitre que je ne suis pas de son espèce". Il regarda l'intérieur de La maisonnée depuis l'endroit où il était et y vit enfin sa "soumitrice". Ne pouvant pas encore entrer, il ne comptait pas faire d'esclandre pour ne pas causer plus de problèmes qu'il n'en résoudrait de par sa présence et garda son visage amicale tout en pensant simultanément à cinq plants dans le cas où il devrais intervenir.


Dernière édition par Kyrian Kalahan le Lun 22 Nov 2010 - 23:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5412

MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Jeu 11 Nov 2010 - 1:19

Thelma décrocha son téléphone en sourcillant avec une expression proche du mécontentement voire de l'agacement et porta l'appareil à son visage. Sophia se leva pour essayer de ne pas embarrasser sa supérieure avec un appel et fit mine de ranger le pot de lait, les feuilles pour le thé qu'il restait sur le plan de travail en sirotant son thé. Néanmoins, elle ne rata absolument rien de la conversation expéditive que Thelma prononça.

-Oui? Très bien, je prend le thé chez une fille rencontré pendant ma promenade.

Apparemment, l'adolescente parlait d'elle avec un interlocuteur que Sophia ne pouvait absolument pas connaître. Elle se retourna à la mention de son nom et vit Thelma pousser un profond mais court soupir en levant les yeux au ciel. Elle sembla réfléchir un peu puis lâcha :


-Si ça peut te rassurer...


La jeune fille raccrocha et se retourna vers Sophia en portant sa tasse de thé à ses lèvres sans la quitter des yeux. La jeune femme eut l'impression de passer sous la vision d'un scanner et se sentit soudainement étrangement nue. Elle se retourna pour échapper à son regard mais elle sentit toujours les yeux de Thelma lui vriller le dos.

-Mon soumis arrive, dit-elle comme si elle annonçait qu'elle n'avait plus de sucre. Ça ne te dérange pas ?

Sophia se retourna une énième fois vers Thelma, celle ci la dévisageait de son étrange regard clair et haussa un sourcil interrogateur mais sa question n'avait pas l'air d'une question, juste une simple formalité, elle annonçait juste à Sophia qu'elle avait invité quelqu'un à se joindre à leur "thé party" et que Sophia n'avait pas son mot à dire. Ce qui était le cas, elle n'avait pas son mot à dire.

-Non, est ce qu'il se joindra à nous pour prendre le thé ?

C'était juste une question de politesse, et aussi pour dire :" Ok, il arrive j'ai compris, je ne rechigne pas et j'accepte tout, mais vu votre grade, vous devez sûrement savoir que je ne peux pas refuser". Sophia sortit une autre tasse du placard intacte et ressortit aussi les feuilles pour le thé.

-Il n'est pas du genre à prendre le thé.


Sophia médita cette mystérieuse phrase en se demandant ce qu'elle avait bien voulu dire quand la sonnerie de la porte d'entrée résonna jusqu'à la cuisine. Elle se demanda qui cela pouvait bien être puisqu'elle n'attendait personne, peut-être qu'Anna avait oublié quelque chose ? Mais elle savait que ce n'était absolument pas le cas, avant même d'avoir ouvert la porte sur un jeune homme qui se présenta immédiatement.

-Enchanté, je suis Kyrian, soumis de Dame Thelma Ashwood.

Encore un membre de l'Opposition. Chouette ! A croire qu'elle les attirait tous. Sa mention de soumis aurait pu faire en sorte que Sophia s'identifie à lui et partage sa détresse mais il avait annoncé ça comme si c'était le plus grand des honneurs que cette Thelma Ashwood pouvait lui faire. C'était louche, très louche, il y avait anguille sous roche et Sophia le sentait venir de loin.

Le jeune homme lui tendit la main mais Sophia n'avait absolument aucune intention de la lui serrer, ça, même pas en rêve. Il sembla le deviner car il baissa sa main et tendit le cou pour entrapercevoir quelque chose. Sophia en profita pour le détailler. Il était un peu plus grand qu'elle, les cheveux étonnamment blancs. Elle avait déjà vu des gens si blonds qu'ils en paraissaient blancs mais blancs pour de vrai alors qu'il était encore jeune. Ça c'était totalement nouveau. Apparemment il s'inquiétait pour sa Soumettrice et était seulement venu pour s'assurer qu'elle n'avait rien. Pourtant Sophia avait entendu leur discussion, Thelma avait bel et bien dit qu'elle "prenait le thé avec une humaine" en quoi cela pouvait-il être menaçant pour elle ? C'était assez bizarre, mais bon.


-Sophia, je suis soumise à Sham Alasdair Mc Brashen. Entrez, et ne faites pas attention au bazar, ajouta t-elle en désignant les fenêtres vitrées par de simples vieilles nappes puisque personne n'avait eu les moyens de payer pour les refaire. Voulez vous du thé ?






Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Dim 5 Déc 2010 - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Promenade bucolique    Jeu 11 Nov 2010 - 12:21

-Sophia, je suis soumise à Sham Alasdair Mc Brashen. Entrez, et ne faites pas attention au bazar, ajouta t-elle en désignant les fenêtres vitrées par de simples nappes. Voulez vous du thé ?

L'invitation à entrer était ce qu'il attendait et ne se fit pas prier. Mais cette invitation à prendre du thé était curieux: sois c'était très ironique de sa part, sois il s'était trompé sur son compte et elle n'avait pas remarqué sa condition de non mort.

-Non merci, je n'ai besoin de rien et je ne voudrais pas déranger. Dit il avec son même aire aimable. "Dans le doute", pensa-il.

Kyrian se rendit à la cuisine, peut être un peu trop rapidement pour être vraiment naturel, mais c'était subtil et s'installa proche de Stelmaria.
"Au moins, si elle révoque son invitation, je pourrais la prendre avec moi en sortant."
Puis, il remarqua le regard agacé,de son amie. Il "dialogua" avec elle par regards (quand on a passé autant de temps avec quelqu'un, ça devient facile de se comprendre sans parler) et compris, qu'une fois de plus, il avait encore eut une réaction excessive. Elle était belle et bien en conversation mondaine, et sans danger. cette idée le détendit suffisamment pour afficher une expression amical sincère envers son hôtesse (la différence ne devait pas se voir à l'œil nu selon lui, mais l'importent c'est les sentiment, après tout, non?).

-Combien de fois faudra-il te dire que je ne suis pas une petite chose fragile?
Demanda elle.

Ça, c'était sa version, du point de vue de Kyrian, même si elle avait plus d'expérience que n'importe quel humain, avec un corps d'enfant, y faudrait peu de chose pour la capturer, mais il s'était attendu à cette réaction et pour cause, ce n'était pas la première fois.

-Je le sais, fit-il, l'innocence incarnée, je voulais juste te rejoindre. (Il se doutait bien qu'elle n'en goberait pas un mot, mais elle comprendrait ai moins que ça partait d'un bon sentiment).

Kyrian tourna la tête vers l'autre fille. Elle le regardait avec un aire de soupçon et de reproche qu'elle pensait dissimuler à la perfection sous une expression qui se voulait neutre... Raté pour elle d'être tombée sur quelqu'un qui connaissait bien ce genre de choses. Chose amusante: elle avait l'aire de faire partit de la poignée d'humains que Kyrian n'arrivait pas à embobiner avec ses atouts physique, mais qu'importe, sa réaction avait été outrée et il voulait se rattraper un peu.

-Sophia,c'est ça? Pardon d'avoir dérangé, je ne voulait pas m'imposer. dit il, toujours en souriant, mais sincèrement cette fois. Après tout elle avait l'aire très convenable comme humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenade bucolique    

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenade bucolique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Promenade avec minidou
» Une Promenade sous le clair de Lune [PV Evangeline + Elyane]
» Petite promenade pour se détendre (libre)
» Promenade de digestion. (Pv Samia)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: U.K. Insiders-
Sauter vers: