{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & AdministrationsPartagez | 
 

 Le froid qui se faisait sentir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: Le froid qui se faisait sentir...   Sam 30 Oct - 8:32

Edwina sortait de Ste Mangouste, ayant troqué sa blouse contre son manteau couleur bordeaux. Ses talons raisonnaient dans la rue, il se faisait tard pour les travailleurs, mais il était encore tôt pour les noctambules. Ces derniers étaient les rares inconscients qui, de la poudre plein les veines, semblaient oublier le climat actuel. Une fille marchait en zigzague, vêtue d'une micro robe au bleu électrique. Les cheveux parfaitement mis, maquillage fort mais tenace, elle ouvrait à peine les yeux, la chainette à son épaule balançant son sac dans tous les sens. Elle retint un haut le coeur, peut-être un rot, juchées sur ses talons de 12cm. Il y avait eut une époque où elle aussi avait été comme ça, la bonne époque, se saoulant plusieurs fois par semaines, sortant dans les clubs avec ses cousines ... être malade le lendemain. Elle se demandait encore comment elle arrivait à tenir dans ces robes si courtes et serrées par des temps parfois polaires ! Un sourire se posa sur son visage alors que la jeune fille manqua de lui tomber dessus. Elle la rattrapa avec douceur, l'aidant à se tenir debout de nouveau. La demoiselle la remercia avec une gentillesse sans retenue, ce qui fit sourire plus encore la sorcière.

Elle la suivit du regard, quand elle reprit son chemin, bientôt rejointe par deux trois copains. Elle aurait adoré retourner dans ses années folles, maintenant, ses cousines avaient peur d'elle, ayant découvert ses pouvoirs magiques. Il n'y aurait plus de sorties endiablées et sans se préoccuper des lendemains. Edwina s'était fait une raison, on avait toujours peur de ce que l'on ne connaissait pas, elle ne pouvait pas leur en blâmer, elle même ne faisait pas exception.

La jeune femme resserra le col de son manteau, elle n'avait pas prit son écharpe et le temps londonien se rafraichissait. Les frissons envahirent sa nuque, elle plaqua le tissu de son col contre sa peau et accéléra sa marche. Les vitrines étaient closes, fermées par des grilles métalliques, mais l'on pouvait en apercevoir les vitrines colorés d'oranges et de noir, citrouilles et chats noirs... certaines habitudes ne changeaient pas, c'était rassurant.
Ses pas la menèrent devant un pub, elle s'arrêta, fixa la devanture, une bien triste ambiance y régnait, elle s'en désola et passa son chemin, d'autres pubs lui tendaient les bras, mais elle les jugeait trop heureux, trop alcoolisés, bien trop vides ! Elle dû attendre un peu avant de trouver une ambiance qui lui plaisait. La devanture ocre était attirante, elle posa la main sur le bois de la porte et la poussa avec fermeté. La porte au bois solide était bien plus facile à pousser qu'elle ne l'aurait cru. Ayant mit trop de force, elle avait projeté le coin de cette porte en plein visage d'un inconnu qui ... peut-être sortait ?
Devant le bruit et la Résistance du bois, Edwina sursauta et s'affola, elle passa, lâcha la porte pour pouvoir s'excuser auprès de la malheureuse victime.


"Oh ! Est-ce que ça va ? Je ne vous ai pas fait trop mal ?"
Revenir en haut Aller en bas

Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●



Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 4770

MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Sam 30 Oct - 22:49

(Je prend la liberté de répondre, si ça ne te dérange pas)

Mike la secoua un peu trop violemment et Sophia émergea de son demi-sommeil. Cela faisait déjà la troisième fois que la jeune femme s'endormait à moitié sur son comptoir et que Mike, son patron la réveillait avant qu'elle s'effondre sur le sol du pub où elle travaillait depuis près d'un an. Elle n'avait presque pas pu fermer l'œil de la nuit, ses rêves étaient peuplés hurlements et de mauvais souvenirs qui semblaient revenir de plus en plus souvent ces derniers jours, des cernes profondes commençaient à devenir visible sur son visage et sa cousine le lui faisait remarquer chaque matin avant qu'elle parte faire son service au pub de Mike.

Heureusement, pour elle, Mike était compréhensif à son état, il se contentait juste de lui lancer un regard plein de reproche et de lui tendre une tasse de café brûlant. Sophia l'avala rapidement en se brûlant la langue au passage, fit une grimace en découvrant à quel point le café était amer et se remit au travail en époussetant le tablier qui protégeait une jupe que lui avait prêté sa cousine. Elle servit une bière en pression en découvrant un mal de tête qui commençait à pointer sous son crâne et fronça des sourcils. Eva, sa collègue et deux fois plus âgé qu'elle, posa sa main sur son épaule en lui demandant ce qui n'allait pas, Sophia lui répondit qu'elle était un peu fatiguée et qu'elle ne se sentait pas très bien et Eva l'enjoignit à aller à se passer de l'eau sur le visage. Elle accepta platement et suivit le conseil de sa collègue, elle n'en pouvait vraiment plus, cela faisait des jours qu'elle espérait avoir enfin une bonne nuit de sommeil mais elle faisait des rêves qui la réveillaient en sursaut et lui faisaient avoir des sueurs froides tout le reste de la nuit.

Elle sécha son visage et retourna dans la salle principale pour desservir et nettoyer une table qui venait juste de se vider. Elle ramena la vaisselle dans la cuisine et faillit la lâcher en sentant une partie de son cerveau se révolter et lui faire encore plus mal. Elle alla trouver Mike et lui annonça qu'elle prenait une pause de cinq minutes pour aller se chercher un médicament dans la pharmacie du coin et en profiter pour prendre l'air. Il accepta en lui proposant de prendre la journée si elle le désirait à condition qu'elle en profite pour dormir et rien d'autre. Elle lui répondit en souriant qu'elle pourrait toujours travailler dès qu'elle aura pris quelque chose pour son mal de crâne et posa son tablier à la patère réservée aux employés et récupéra son manteau. Elle s'excusa en sortant auprès d'Eva qui avait pris sa place au comptoir et se dirigea vers la sortie où quelqu'un essaya d'entrer en ... disons, en ne lésinant pas avec la force. La porte heurta l'épaule de Sophia et se retrouva par terre en protegeant son visage dans la crainte que la porte ait heurté son visage et le releva, incrédule vers une jeune femme qui se précipita pour l'aider à se relever en lui demandant si elle allait bien.


"Ca va, la rassura Sophia, plus de peur que de mal".

Elle se releva tant bien que mal en époussetant le dos de son manteau et en vérifiant que les vêtements que lui avait prêté sa cousine n'était pas abimés. Avant de dévisager celle qui l'avait fait tomber, elle semblait à peu près avoir son âge, peut-être plus âgée, les cheveux courts et le visage aimable. Ce n'était qu'un accident, pas la peine d'en faire une montagne et puis il n'y avait pas eu mort d'homme.

"Ce n'est pas grave, je crois que je n'ai rien"

Elle vérifia que le poignet sur lequel elle était tombé répondait toujours en tâchant d'ignorer les trois cicatrices en forme de lignes sur les dos de chacune de ses mains et qu'elle avait également sur le dos, la nuque et un peu en haut de ses genoux, cadeaux des membres de l'Oppositon. Puis reposa ses mains dans ses poches avant de se rappeler des leçons de politesse qu'elle avait eu plus jeune et ressortit sa main pour la tendre à l'inconnue.


"Je m'appelle Sophia"




Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Sam 4 Déc - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Dim 31 Oct - 16:44

(bien au contraire ! je suis ravie d'avoir eut une réponse !)

Edwina avait trop forcé sur la porte, certainement trop habituée aux portes battantes de Ste Mangouste ou bien celle qui donnait sur la boutique de fleuriste de sa mère. Le bois était similaire à la porte du Pub, cela devait en être la raison, Edwina avait toujours eut l'habitude de la pousser comme un troll les portes pour pouvoir passer avec d'immenses gerbes de fleurs. Elle n'en avait peut-être pas l'air, frêle comme elle était, mais ses petits muscles pouvaient se montrer surprenants ! Et une jeune femme venait d'en faire les frais.

La sorcière avait à peine eut le temps de se précipiter à l'intérieur que la victime de son acte était au sol. La panique l'envahit alors, elle l'avait littéralement projetée ! La voyant les mains sur le visage, elle s'imagina les diverses liaisons qu'auraient pu être administrées par un coup pareil. Cela allait du simple au double, du petit bleu à la fracture ouverte...
Elle s'accroupit, puis posa un genou au sol pour s'enquérir de la santé de la blessée. Quand elle enleva ses mains de son visage et lui signala qu'il y avait eut là plus de peur que de mal, le coeur de la jeune femme se calma, comme après une course éfreinée. Le soulagement s'empara d'elle, mais, prudente elle demanda de nouveau.


"Vous êtes sure ? Je ne vous ai pas fait mal ?"


L'inconnue se releva sans même solliciter l'aide qu'Edwina allait lui donner. Elle -même se releva peu après elle. A la voir épousseter son manteau et vérifier l'état de ses vêtements, elle ne semblait en effet pas le moins souffrante ! L'infirmière la regardait, encore un peu inquiète, elle n'avait pas de marque sur le visage, pas la moindre rougeur qu'on avait habituellement après un coup porté, par contre, son visage était marqué par la fatigue. Un détail que la jeune femme ne souligna pas, ce qu'elle faisait de ses nuits ou de son temps de repos n'était pas son affaire.
Et pourtant, ses lèvres brûlaient de curiosité, déformation professionnelle me dire-vous... Une curiosité qui fut d'autant plus attisée quand elle vit l'inconnue lentement tourner son poignet, comme pour vérifier que celui-ci fonctionnait encore. Sur sa peau d'albâtre, étaient clairement visibles des cicatrices. Un genre de cicatrice qui étaient tristement connues dans son domaine d'activité, puisque marques de l'Opposition sur certains prisonniers ou récalcitrants.

Edwina avait soignés plusieurs dizaines de ces personnes durant ses stages précédents. Maintenant qu'elle était infirmière à temps pleins, elle en voyait encore passer sous ses soins, elle revoyait encore leurs expressions frustrées ou furieuses... souvent bien attristées par ce qu'était devenu leur monde. Elle, était neutre, son métier l'exigeait dans une certaine éthique, elle soignait les Résistants comme les Opposants, et les neutres bien sûr... Une éthique qu'elle met en valeur pour cacher des raisons bien plus personnelles encore.

Elle serra donc cette main marquée, et sourit avec une maladresse charmante.


"Excusez-moi encore, je n'ai pas mesuré ce que j'envoyais à la porte ... Je me prénomme Edwina, ravie de faire votre connaissance Sophia, même si j'aurai souhaité que cela se déroule sous de meilleures conditions !"

Elle relâcha sa main avec douceur.

"Permettez-moi de vous offrir un verre, pour me faire pardonner."
Revenir en haut Aller en bas

Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●



Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 4770

MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Dim 31 Oct - 17:53

La jeune femme qui avait envoyé Sophia au tapis avec seulement une petite poussée de porte semblait vraiment assez inquiète et Sophia se sentit sourire devant cette sollicitude et l'assura de nouveau qu'elle n'avait rien et qu'elle n'était pas blessée. Sophia avait vu nettement pire lors des test que les sorciers de l'Opposition lui avaient fait et lui font toujours d'ailleurs, chaque semaine pour une quelconque raison obscure. Et bien que son visage semblait encore inquiet, elle serra chaleureusement la main que Sophia lui tendait avec un sourire assez maladroit qui fit agrandir le sourire de Sophia qui ne sentait déjà plus les élancements dans son épaule sous l'effet du sortilège qui habitait toujours son corps. Elle porta néanmoins la main distraitement à son épaule quand les picotements auxquels Sophia était habituée et qui se manifestaient après chaque guérison expresse.
La jeune femme, Edwina, se présenta à elle en regrettant que leur rencontre de fasse dans de telles occasions, ce à quoi Sophia acquiesça avec un sourire de nouveau grandissant.

Et elle proposa de lui offrir un verre d'eau, Sophia regarda l'enseigne de la pharmacie clignoter de l'autre côté de la rue et se rendit alors compte que son mal de tête avait alors disparut en même temps son épaule avait pris un choc. Ce sort lui réservait encore beaucoup de surprise, un jour il faudrait qu'elle essaie de voir si elle peut mourir ou pas. Et puis en testant ses limites, elle pourrait peut-être les trouver en se libérant de l'emprise qu'avait l'Opposition sur sa vie et rejoindrait ceux qui lui avaient été arrachés. Mais en attendant, il fallait qu'elle réponde à Edwina.


"Oui, je veux bien, allez vous asseoir, je reviens tout de suite"

Elle se dirigea vers le couloir qui menait à la cuisine, Mike semblait assez surpris et lui demanda si elle était allée se chercher un médicament pour sa tête et Sophia lui répondit que ça allait beaucoup mieux, et même s'il ne dit rien, il la regarda avec un regard lourd de sous-entendus qui signifiait clairement "parfois, tu m'énerves vraiment" mais elle n'en tint pas compte et reposa son manteau pour la deuxième fois de sa journée pour décrocher son tablier et le nouer autour de sa taille. Elle prit une des cartes qui trainait sur le coin du plan de travail et retourna dans la salle principale pour s'asseoir en face d'Edwina pour lui tendre la carte. Et se sentant un peu obligée de lui parler d'elle et de lui expliquer pourquoi elle avait un tablier et la carte du Pub même si elle n'avait pas prononce le moindre mot.

"Je travaille ici depuis près d'un an."


Oui, voyez-vous, j'en ai été contrainte par une bande d'hommes que vous ne voudriez pas croiser même en rêve, ajouta t-elle dans sa tête. Mais elle ne pouvait pas le dire à une simple moldue, Sophia était certaine qu'ils savaient que quelque chose d'obscur se tramait et pas qu'une guerre internationale menée par un certain Antarès. Ils avaient vu les jours durer des jours et les nuits des nuits ... Ils avaient vu des gens disparaître et des choses surnaturelles se passer, mais ils n'avaient pas changé leurs habitudes, et la normalité était le seul moyen de combattre la peur : faire comme si elle n'était pas là. Un peu bête, mais Sophia trouvait que les moldus s'en tiraient plutôt pas mal pour la majorité d'entre eux, du moins se qui ne s'alliaient pas avec les membres de l'Opposition.

"Qu'est ce vous voulez prendre ?"

Mais peut-être se trompait-elle, si ça se trouve, Sophia ne pouvait pas affirmer qu'elle était sûre de pouvoir dire qui était moldu et qui était sorcier. Ceux qui étaient ancrés dans les traditions et qui portaient des capes étaient faciles à reconnaitre mais les jeunes se fondaient dans la masse de moldus sans pouvoir être dissocié par quelconque signes. Pourtant, les sorciers se faisaient de plus en plus rare avec cette maladie qui les tuaient un à un, mais Sophia avait l'impression qu'à part les gens qu'elle fréquentait dans le pub de Mike, tous les gens, du moins le peu de gens qu'elle connaissait étaient tous des sorciers et sorcières.
Elle regarda de nouveau Edwina en attendant que celle ci fasse son choix en espèrent être capable de voir si elle était moldue ou sorcière rien qu'avec son regard.




Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Sam 4 Déc - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Dim 31 Oct - 19:40

Sophia la rassurait de nouveau, tout allait bien. Pourtant, Edwina ne pu s'empêcher de remarquer qu'elle porte la main à son épaule. Avait-elle été blessée à la tête ou à l'épaule finalement ? Devant le grand sourire de la jeune femme, elle ne posa pas plus de questions, elle était celle qui était en tort dans l'histoire, autant fermer sa charmante bouche en somme.
L'inconnue accepta sa proposition et lui demanda de s'installer dans le pub.


"Très bien."

Elle entra un peu plus dans le lieu, les gens qui s'étaient tournés vers elle un peu plus tôt étaient retournés à leurs discussions. C'était toujours ainsi, et on pouvait constater ce phénomène aussi bien chez les moldus que chez les sorciers, la curiosité était plus forte que tout. Et elle l'était d'autant plus lorsque l'évènement impliquait un accident ou bien un malheur. Une grande foule et personne qui ne venait réellement à l'aide. Un petit soupire s'échappa de ses lèvres, moldus ... sorciers... personne n'était mieux que l'autre finalement.
Une table libre l'intéressa. Elle était près du mur, avec une banquette accueillante. La lumière tamisée ne la laissait pas dans l'obscurité comme certains pouvaient le préférer. Ses doigts déboutonnèrent son manteau, elle le retira, le posant avec son sac de cuir sur la banquette où elle s'installait. Le confort du pub et sa chaleur l'envahirent. Elle se laissa aller contre le dossier, relâchant les muscles de son dos pour la première fois depuis qu'elle avait commencé son service, plusieurs heures auparavant.
Vêtue d'un pull long en cachemire violet, d'un jean et de bottines à bouts ronds, elle scrutait les environs attendant Sophia. La jeune femme était certainement allée aux toilettes, du moins c'était ce qu'elle pensait.

Ce fut habillée d'un tablier et munie d'une carte des consommations que celle qui avait été sa victime revint, à la stupeur d'Edwina. Elle était donc serveuse dans ce pub depuis un an.


"Ça explique tout." Répondit-elle.

La jolie serveuse lui demanda ce qu'elle désirait commander. L'infirmière rétorqua d'un air amusé.


"N'étais-je pas sensée être celle qui allait vous offrir à boire ?"

Elle se leva, gardant un sourire malicieux sur son visage.

"Pourquoi ne pas plutôt me dire ce que vous, vous voulez, je vais commander au comptoir."

Elle attendit patiemment sa réponse, ne cédant sous aucun prétexte. Elle était celle qui était redevable. Elle la laissa s'assoir en face d'elle pendant qu'elle se posa au comptoir, le gérant vint se poster devant elle, la mine aimable. Il était à l'image de son pub, chaleureux et accueillant. Avec un sourire charmeur, elle passa commande, attendit quelques instants avant de revenir à la table, les mains tenant leurs deux boissons.

"Et voici !"
Revenir en haut Aller en bas

Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●



Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 4770

MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Lun 1 Nov - 15:25

Edwina insista pour payer leur consommation alors que Sophia lui proposait de les ajouter sur sa fiche de paie, ce qui aurait été plus pratique pour toutes les deux, mais visiblement la jeune femme se sentait encore coupable d'avoir balancé une porte dans l'épaule de Sophia, ce qui lui aurait sûrement cassé ou déboité quelque chose si elle n'avait eu une particularité qui faisait rien ou presque ne pouvait la blesser de manière permanente. Néanmoins, Sophia se laissa faire et accepta de s'asseoir sur la banquette en face d'Edwina tandis que celle ci lui demandait ce qu'elle voulait boire, elle n'avait pas besoin de regarder la carte car elle connaissait toutes les boissons que Mike, son patron, vendait ici puisque qu'elle devait les servir plusieurs fois par jour.

"Je vais prendre une pression toute simple"

Et pendant que la jeune femme allait chercher leur boisson auprès du patron de Sophia, cette dernière la regarda en réfléchissant à ce qu'elle pourrait bien dire pour faire la discussion. Elle pouvait parler du temps qu'il faisait, mais c'était nul et il n'y avait pas grand chose à dire, on était à Londres le ciel était nuageux, comme tous les autres jours. Ou elle pouvait parler d'elle, demander à Edwina ce qu'elle faisait quand elle ne tentait pas de tuer de pauvre serveuse et où est ce qu'elle travaillait. Après tout, Sophia avait passé plus d'un an sans n'adresser la parole qu'à sa cousine et ses amis qui venaient de temps en temps chez elle, des sorciers de l'Opposition qui s'amusaient à lui enlever la peau sous forme de ligne un peu partout sur son corps, et les moldus qui travaillaient avec elle dont Mike et Eva, et elle en avait marre de parler toujours et encore au même personne, elle allait devenir folle si cela continuait. Et elle venait de rencontrer Edwina, et peu être qu'elle était très sympa, en tout cas elle allait passer un peu de temps avec elle et elles deviendront peut-être amies si cela se trouve, et Sophia pourrait faire des activités avec quelqu'un autre que ceux qui s'apitoyaient sur elle, qui travaillaient avec elle ou qui espéraient s'enrichir ou autre sur elle.
Edwina revint avec les boissons et s'assit en face de Sophia en faisant glisser sa boisson vers elle.


"Merci"

Sophia porta le verre à sa bouche et but une gorgée ou deux avant de le reposer pour regarder Edwina.

"Bon, j'ai dis ce que je faisais pour gagner ma vie, et vous, vous travaillez où ?"

Question posée en toute innocence, elle était vraiment juste curieuse, mais si elle l'envoyer valser en disant que ce n'était pas ses oignons, elle n'insisterait pas non plus, c'était aussi juste pour faire la discussion et connaître celle qui aurait pu mettre fin à ses jours à cause d'une porte trop bien huilée. Remarque qu'il faudrait faire à Mike quand elle en aurait le temps. La prochaine fois qu'il se chargerait de nettoyer les moindres surfaces de son pub, elle lui rappellera de ne pas tomber dans la bouteille quand il huilera la porte. Histoire qu'il ne soit pas impliquer dans une affaire de coups et blessures accidentelle qui mettrait sa porte magnifiquement huilée dans de sale draps.




Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Sam 4 Déc - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Ven 12 Nov - 17:18

En s'asseyant face à Sophia, Edwina fit glisser la pression sur la table tandis qu'elle posait son propre verre en face d'elle. Elle avait opté pour un café, le temps lui en avait donné envie. Délicatement, elle posa ses doigts froids sur la porcelaine de la tasse. La chaleur était un peu douloureuse au début mais petit à petit, ses doigts s'y firent, se réchauffant lentement. Elle soupira d'aise, elle aimait beaucoup rester dans les pubs, pour y lire un livre avec une tasse de thé, ou bien venir avec ses amis, sa famille, elle n'avait aucun mauvais souvenir lié à ce genre d'endroits.

"Je suis infirmière."

Dit-elle dans un grand sourire. Elle avait été diplômée en Juin dernier et avait réussit à intégrer l'Hôpital désiré, c'était certainement du fait qu'elle venait de commencer qu'elle semblait si fière de prononcer ces mots. Elle n'était plus étudiant, plus stagiaire... non, elle était infirmière. Elle avait intégré le poste qui l'avait toujours fait rêver.

"Depuis ... quelques mois maintenant."

Ajouta-t-elle amusée. Sophia semblait avoir envie de la connaitre un peu, ce qu'elle trouvait sympathique.

"J'ai quitté l'Université en juin, ..."

Elle se stoppa là, fixant la jeune femme, devait-elle déclarer qu'elle était sorcière ? La question la mettait plutôt mal à l'aise.

"... Ma mère en était fière comme un paon !"

Elle choisit de se faire passer pour une moldue. Le pub dans lequel elles se trouvaient était tenu par un moldu, et donc sa clientèle en était majoritairement. Elle voyait mal un sorcier travailler sous le service d'un moldu, et n'était pas non plus sure que Sophia soit sorcière. Elle avait assez souffert de la réaction de ses cousines quand elle le leur avait annoncé. Elle qui s'était fait une joie de le leur dire, on lui avait renvoyé cette même joie en plein visage, mais transformé en peur, en panique. Ses cousines, avec qui elle avait passé tant de temps et de bonheur... ne lui adressaient plus la parole, la fuyaient. Les moldus n'étaient pas tous prêts à être entourés par les sorciers, c'était la leçon qu'elle en avait tiré. Depuis, elle se méfiait tout simplement, préférant passer pour une moldue aux yeux des autres. Ne pas sortir du lot, avait toujours été sa devise, sortir du lot menait aux problèmes. C'était ce dont elle avait toujours été témoin.

"Sinon ... voyons. J'ai 23 ans , je suis originaire de Liverpool, mais j'ai du déménager pour pouvoir poursuivre mes études."

Elle porta la tasse à ses lèvres. La café réchauffa son corps de l'intérieur, délicieuse sensation. Ses yeux noisette se posèrent sur son interlocutrice, l'invitant à parler un peu d'elle à son tour.
Revenir en haut Aller en bas

Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●



Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 4770

MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Ven 12 Nov - 17:43

Edwina commença à raconter son histoire en laissant ses doigts contre la tasse, c'était un geste que Sophia avait vu des milliers de fois à force de travailler dans un pub. Et elle le comprenait très bien, il commençait à faire froid, le vent se faisait cinglant dehors. Les gens troquaient les cocktails d'été contre les cafés serrés bien chauds. C'était une réaction tout à fait normal, mais ce qui ne l'était pas c'était de réfléchir ainsi sur les gestes et habitudes des autres comme elle faisait, songea Sophia au moment où elle remarqua qu'elle le faisait.

Elle détourna son esprit de ce genre de réfléctions qui la prenaient de temps en temps. Avant elle fréquentait moins d'une dizaines de personnes et n'avait pas rencontré personne d'autre avant la mort de sa mère. Elle avait appris chaque tic et mimique des gens qui l'entouraient alors quand elle s'était mise à voir beaucoup de monde tous les jours, elle s'était prise au jeu et avait étudié chaque faits et geste des clients. Mais elle finissait par trouver ça étrange et s'était efforcée d'arrêter de fixer les gens.

Elle écouta donc Edwina dans un silence presque religieux, elle aurait voulu lui demander plus de détails. Sophia n'avait quant à elle jamais vu des gens de sa classe et avait appris des choses grâce à ses livres et aux cours de sa mère. Mais il n'y avait presque pas de doute que si elle se comparait avec quelqu'un de son âge, elle aurait de vrais lacunes. Son oncle lui avait raconté comment s'était passé ses études et ses récits l'avaient fait rêver de cette école où tous les élèves sorciers se rencontraient pour apprendre cet art qui les reliait tous. Elle n'avait jamais eu le courage de demander à sa mère de la laisser y aller, mais elle savait qu'elle aurait dit non. Quand sa mère lui avait raconté ses études, c'était pour lui dire qu'elle aurait autant pu apprendre chez elle parce que ça n'avait aucun intérêt. Mais Sophia connaissait sa mère, et elle était du genre solitaire alors que son oncle était quelqu'un qui cherchait tout le temps le contact humain.

Edwina avait l'air d'être très fière de son poste et de ses études, Sophia aurait voulu pouvoir en dire autant. Malheureusement elle ne le pouvait pas, et quand Edwina l'invita à raconter sa vie d'un regard, elle se creusa très rapidement la tête pour trouver quelque chose de palpitant quand elle eut une idée de génie.


-J'ai eu vingt et un an au mois de mai, j'habitais au sud de Londres encore l'année dernière. Euh que dire ? Je ne suis jamais allée à l'école, c'est ma mère qui m'a donné des cours à la maison.

Elle avala une gorgée de bière qui lui faisait de l'oeil depuis tout à l'heure avant de continuer.


-Je suis vraiment trop jalouse de toi.

Puis Sophia décida d'employer son idée, au pire elle pourrait toujours prétexter une bonne blague. Alors elle se pencha pour être seulement entendue de la jeune femme.

-Je suis une sorcière




Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Sam 4 Déc - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Ven 12 Nov - 19:14

Edwina écoutait la serveuse parler, attentive, tout comme elle l'était d'ordinaire lorsqu'elle rencontrait une nouvelle personne. Ses mains enfermaient sa tasse, gardant la chaleur pour elles-même, le bord de porcelaine encore collé à ses lèvres sans qu'elle ne boive pour autant. Le temps se rafraichissait, c'était l'automne, ses tempêtes de vent, sa pluie incessante mais en général, le froid humide qui s'immisçait partout, transperçant la peau au point de le sentir jusqu'à la moelle. La chaleur était le seul remède, même si elle brûlait la langue.
Le café était bon, chose importante, qui donnait envie de revenir en ces lieux.

Sophia était plus jeune qu'elle, de deux ans seulement, voilà qui les mettrait certainement sur la même longueur d'ondes ! Car malgré sa nature sorcière, l'infirmière avait des origines moldues, de par sa mère, née moldue mais étant devenue sorcière. N'ayant pas connu son père, elle n'a eut pour seule famille, celle de sa mère, constituée à 100% de moldus. Elle a donc grandit sous deux rythmes, le premier sorcier, puis le second, moldu. Cela ne lui avait jamais posé problème puisque sa mère lui avait toujours apprit comment faire et l'avait très bien guidée dans sa vie. Elles n'avaient eut qu'à prétexter une école privée pour Poudlard ... la serveuse n'avait visiblement pas eut cette chance. L'éducation à la maison, personne dans son entourage n'avait eut ce genre de vie. Cela devait être dur, car en permanence dans le même environnement.


"Ce n'était pas trop solitaire ? C'est l'image que je me fais de cette éducation, pardonne-moi si je suis indiscrète."

Elles étaient passées au tutoiement de manière très naturelle.

"Il ne faut pas ! Chacun marche sur son propre chemin, et il arrive que l'on croise celui des autres. On a toujours tendance à voir l'herbe plus verte dans le jardin du voisin, en oubliant que de magnifiques fleurs savent pousser dans le nôtre."

Elle était sincère, ne pensant pas que l'on puisse lui envier sa petite vie. En tant que sorcière, elle se faisait très moyenne, ne cherchant pas à sortir du lot, elle n'était pas très talentueuse, et ses années à Poudlard n'avaient été égayées que par une poignée d'amis et son meilleur ami. Sa vie amoureuse était un vrai désastre, et quand à son métier, il n'était pas d'une grande ambition. C'était sa vie, petite mais lui suffisant. Rien d'enviable en somme.

Sophia se pencha légèrement vers elle, consciente que ce qui allait lui être révéler ne devait atteindre que sa propre oreille, elle en fit de même, posant sa tasse sur sa soucoupe. Elle lui avoua être sorcière. Les yeux bruns d'Edwina fixèrent intensément ceux de la jeune femme. Visiblement elle disait la vérité. Les quelques secondes qui passèrent se firent dans le silence avant qu'elle même n'ajoute.


"Moi de même. Je suis à Ste Mangouste."

Elle scrutait la réaction de Sophia car même si elle se disait sorcière, elle pouvait tout à fait mentir. Comme si elle se préparait à une attaque moldue, elle attendait patiemment.
Revenir en haut Aller en bas

Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●



Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 4770

MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Ven 12 Nov - 21:37

Edwina n'arrivait pas à comprendre pourquoi Sophia enviait sa condition. Pourtant, si elle avait passé son enfance tout comme la jeune femme, elle aurait compris que lorsqu'on a huit ans et que l'on voit tous les jours la seule fille de son âge que l'on connait partir à l'école sans vous et de parler de ce qu'elle a fait avec ses amies dans la journée, ça devient vite déprimant.
Sophia à cette époque aurait donné n'importe quoi pour fréquenter des enfants, même s'ils l'avaient embêtés.


-Oui, c'était vraiment dur. Je ne connaissais qu'une personne de mon âge et elle était toujours occupée à faire quelque chose d'autre.

Mais Sophia ne pouvait pas en vouloir à sa mère, plus maintenant, avant elle avait longtemps râlé pour qu'elle l'envoie dans une vraie école avec d'autres enfants, mais aujourd'hui ... Et bien, on ne médisait pas des morts, ça ne se faisait pas.
Quant à sa révélation, Sophia crut qu'elle allait devoir prétexter une blague de très mauvais goût mais qu'au moins elle aurait marqué l'esprit de la jeune femme quitte à la faire fuir. Pourtant, à sa grande surprise, celle ci lui avoua avec une grande sincérité dans les yeux qu'elle était elle aussi une sorcière. Sophia la dévisagea avec insistance. Infirmière à St Mangouste, c'était un prestigieux hôpital sorcier, même elle en avait entendu alors qu'elle vivait recluse avec sa mère. Une fois encore grâce aux récits de son oncle et des nombreuses blessures qu'il avait du faire guérir dans cet hôpital quand il était plus jeune.


-Ce n'est pas une blague ?

D'accord, c'est elle qui avait commencé, mais peut-être qu'Edwina n'était pas vraiment une sorcière et qu'elle essayait de se moquer aussi. Pourtant, elle devait avouer que ce prénom en lui même n'avait rien de moldu.

-Tu es la première sorcière que je rencontre depuis très longtemps, dit-elle avec les yeux brillants.

Elle lui sourit chaleureusement. Certes ce n'était pas tout à fait vrai, mais Sophia préférait penser qu'elle n'avait rien à faire avec les autres. Et même si beaucoup de sorciers auraient désapprouvés sa conduite, mais la jeune femme préférait vivre avec les moldus qui étaient nettement moins dangereux que les sorciers. Et ça en tous points. Elle avait eu nettement moins d'ennuis en travaillant avec les moldus qu'en fréquentant des sorciers pendant à peine une semaine. Et puis, techniquement, les sorciers n'avaient rien à craindre d'eux, ils étaient beaucoup plus puissants.


-Je veux dire, ce n'est vraiment pas une blague ? Oh, c'est absolument génial !

Elle se rassit dans sa banquette en se passant la main dans les cheveux avant d'avaler une nouvelle gorgée de bière. Sophia envisagea alors tellement de possibilités qui allaient s'ouvrir à elle si elle devenait amie avec Edwina, et puis avoir une amie sorcière qui pouvait la comprendre et faire de la magie avec elle. Rien que d'y penser, Sophia jubilait déjà intérieurement.

-Est ce que tu connais d'autres sorciers ?




Dernière édition par Sophia R. Keeblyn le Sam 4 Déc - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Dim 14 Nov - 12:26

En effet, l'infirmière était bien loin de connaitre la vie torturée de Sophia, peut-être par ce que la jolie rousse ne montrait pas de signe sombres ou obscures. Au contraire, une curiosité l'habitait, comme si elle voulait tout découvrir de ce que la vie pouvait apporter. Dans sa naïveté, Edwina songea que la vie avait beaucoup à offrir... tout le bien qui rendait curieux, mais aussi beaucoup de mal. Elle était bien loin du compte, Sophia avait expérimenté des douleurs dont elle ne pouvait se douter.

"Tu n'as pas de frères et soeurs ?"

C'était vrai, elle en avait entendu parlé, les frères et soeurs avaient la manie de se chamailler ou bien de s'entraider, dépendant de l'humeur, mais apportaient beaucoup de vie dans une maisonnée. Edwina était fille unique, mais ses amis à Poudlard ou bien tout simplement à l'école, lui en faisaient des discours réguliers. "Mon frère est chiant ! Il a encore mangé tous les chocogrenouilles !", "Ma soeur est un calvaire, elle a fouillé dans ma chambre pour avoir je suis plus quoi !", mais parfois il arrivait que certaine expressions tendres sortent, "Tu touche ma soeur et je te fais cracher des larves !", "Heureusement qu'il était là ... il m'a sauvé la mise sur ce coup là !". Même si on lui enviait souvent le fait d'être fille unique, elle savait bien que les autres n'échangeraient pour rien au monde leurs frères ou soeurs.

Penchée en avant, elle fixait la serveuse, déstabilisée par sa question. Une blague ??? Par Merlin ! Etait-elle tombée dans un piège ? S'était-elle livrée trop tôt ? Non ce n'était pas une blague, mais la jeune femme en face d'elle par sa question agissait comme si elle avait dit ça pour rire et voir sa réaction. Elle avait été trop stupide sur ce coup là. Que faire maintenant ? Ses iris brunes glissèrent pour regarder la salle avec attention, sans bouger son visage. Personne ne semblait les avoir remarquées. Elle avait sa baguette dans son sac, à portée de main. Peu importait qu'elle soit franche finalement, sa main se posa discrètement dans son sac, effleurant le bois de sa baguette.


"Ce n'est pas une blague."

Elle scruta la réaction de son interlocutrice qui fut, encore une fois désarçonnante ! Elle semblait folle de joie ! Mais qui pouvait assurer que ce n'était pas encore un mensonge ? Peut-être qu'elle était moldue et voulait rencontrer des sorciers ou bien les dénoncer à certaines organisations ... Certaines unions moldues n'étaient pas une crainte étant donné que l'infirmière était neutre, mais d'autres ne regardaient pas cela, attaquant quiconque se statuait sorcier, c'était ce qui les rendait terrifiantes d'une certaine manière. Mais elle semblait si heureuse soudainement, extatique de rencontrer une personne comme elle... Edwina relâcha le bois de sa baguette et fouilla pour en sortir une montre. Elle regarda l'heure, ou du moins fit mine, puis reposa la montre dans son sac, feinte pour que Sophia ne pense pas qu'elle ait été sur la défensive à ce point.


"Je ne vois pas pourquoi je blaguerai sur un sujet pareil."

Dit-elle dans un sourire rassurant, avant de saisir sa tasse et de la porter à ses lèvres. Le café était encore bien chaud et lui brûla la langue. Habituée à ce genre de maladresse, elle ne grimaçait même plus.


"Bien entendu."

Répondit-elle dans un rire léger.

"Ma mère en était une, et j'ai fait toute ma scolarité depuis le collège dans des établissements réservés aux sorciers. Mon meilleur ami est un sorcier aussi. Par contre ma famille est moldue."
Revenir en haut Aller en bas

Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●



Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 4770

MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Dim 14 Nov - 15:58

"Non, j'ai eu une sœur, Roselina, mais elle est morte cinq ans avant ma naissance, et ma mère m'a donné son nom en sa mémoire.", expliqua Sophia avant d'avaler une nouvelle gorgée de bière.

Sophia aurait sûrement adoré avoir des frères et sœurs, au moins elle aurait du monde avec qui jouer dans la journée, mais celui qui était censé être son père avait disparu après avoir rencontré sa mère et bien avant la naissance de sa sœur. Mais elle ne se voyait pas expliquer à Edwina que techniquement elle ne pouvait pas avoir de frères et sœurs puisqu'elle était unique au sens figuré comme au sens propre du fait de son origine magique. Malheureusement elle ne pouvait pas avoir de frères et sœurs, oh grand jamais, et Sophia avait dû supporter toute sa jeunesse dans la solitude d'une grande maison. Même si elle n'était pas vraiment ce qu'on pourrait dire, puisqu'elle avait vécu entourée de trois moldus, de sa mère et occasionnellement les autres membres de sa famille dont sa cousine, Galiena.

Et Edwina était bel bien une sorcière, ce qui était absolument génial aux yeux de Sophia puisqu'elle ne connaissait pas d'autres sorciers que sa cousine et son compagnon ainsi que son soumetteur. Enfin, elle allait pouvoir parler magie, et peut-être qu'Edwina pourrait lui enseigner ce qu'elle ne connaissait pas de la magie puisqu'elle n'avait pas intégrer d'école de sorcellerie. Même si elle savait beaucoup de chose grâce à la théorie, mais elle n'avait pas eu le temps de s'exercer à la pratique de certains sorts. Elle n'avait pas eu le courage de demander à Sham de peur pour passer pour une faible et sa cousine était tout le temps occupée dans sa boutique de balais avec Emma Lewis et Meaghan Turner.

Et puis Edwina avait eu une mère sorcière, mais la pauvre avait vécu dans une famille moldue, elle compatissait, Sophia aurait préféré mourir que de ne pas pouvoir utiliser de la magie pendant son enfance.


"Moi, ma mère et tout le reste de la famille sommes des sorciers mais j'ai grandie avec des moldus. Ca doit être dur, ma mère demandait à ceux qui travaillaient pour nous de ne pas aller dans la partie ouest de notre maison où on pratiquait la magie, mais je ne vois pas comment toi tu as pu grandir de la sorte. Ca a du être éprouvant. J'aurais vraiment préféré mourir que de ne pas pouvoir faire de la magie à cause de simple moldus.

Elle hocha la tête en regardant le fond de son verre, elle voulait tant savoir comment était l'école de magie qu'elle ne put pas se retenir de poser les questions qui la travaillaient. Ce n'était pas très poli de noyer quelqu'un qu'on venait juste de rencontrer sous une avalanche de questions mais elle voulait pouvoir imaginer comment c'était.

"J'ai lu quelque part qu'il y a plusieurs maisons dans une école de sorcellerie. Comment ça marche ? Et comment est-on repartie ? Tu es allée dans laquelle, toi ? Est ce qu'il y a du bizutage ? Qu'est ce qu'il y a comme cours ? Comment déroulent-ils ? Oh pardon ... je suis d'une curiosité assez ... Enfin, pardon.

Elle jeta un coup d'oeil autour de leur table rapidement, ses questions avaient attiré le regard d'un vieil homme, un habitué du pub mais il finit par détourner le regard.

"J'aurais aimé faire des études dans une école, mais à vingt et un an, ca doit être trop tard je suppose.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le froid qui se faisait sentir...   Aujourd'hui à 1:19

Revenir en haut Aller en bas
 

Le froid qui se faisait sentir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il faisait trop froid, dehors. ||KELMARIA
» Monture sang-froid et homme lézard
» J'ai jeté un froid !!!
» ? Garde ton sang froid ? GROUPE II ? Event 2 ?
» Trop froid pour être dehors. [Autumn ]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & Administrations-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit