PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 La diable s'habille en Gucci

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Solace
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 84
Age du personnage : 325 ans
Habitation : Bâton Rouge - Louisiane
Occupation : Vampire est une grande occupation en soi
Avatar : Opium
Date d'inscription : 31/01/2010
Coup de coeur : 30
Gallions : 6375

MessageSujet: Re: La diable s'habille en Gucci   Mer 20 Oct 2010 - 21:18

- « Ce n'est pas la peine de me faire ces yeux là, vous m'aviez gagné quand vous avez dit que vous ne vouliez pas qu'il l'apprenne par moi. Ce que je conçois complètement. Je suis un vampire, pas une demeurée. »
Je réfléchie au problème appuyée contre le mur de la cabine. S’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que Grant, d’une manière ou d’une autre, est si curieux de savoir ce que nous tramons, qu’il n’a certainement pas hésité à nous fouiller l’esprit. Sinon pourquoi serait-il aussi calme depuis qu'il est revenu ?
- « Graaaant ? Humpf lui fais-je d’une voix qui annonce l’orage. Qu’est-ce que tu fais ?
- J’attends.
- Tu écoutes.
- Oui, aussi.
- Que ferais-tu à ma place ?
- Je ne dirais rien à Sacha », répond mon apprenti vampire sans réfléchir.
Car il n’y a pas à délibérer. Il ne faut pas que mon petit Amiral l’apprenne pour mille raisons dont les deux premières sont celles mise en avant par sa femme : c’est à elle de le lui apprendre et, surtout, en ce qui m’intéresse le plus, ça le distrairait de ses récentes affaires. Il n’a pas besoin de ça.

Comme pour répondre à une de mes pensées, Grant, de l’autre côté du rideau, ramène sa fraise et joue l'avocat du Diable :
- « Si. Il a besoin de ça, dit-il. C’est une mauvaise raison que vous mettez en avant, les filles. Quel homme sur Terre, quelle que soit le merdier de sa vie, n’aurait pas besoin de savoir qu’il attend un heureux évènement alors que tout lui paraît si dur en ce moment ? Ca t’a jamais traversé l’esprit, Solace (je demande mais je le sais, ah ah), qu’il était déprimé parce qu’il ne croit plus dans sa cause et qu’il a oublié pour quoi il se battait ? »
Non, ça m’a jamais traversé l’esprit. Mais bébé vampire a raison.

Comme Charlotte est habillée, nous sortons. Je la regarde pour évaluer la tension. Il faut qu’elle se calme sinon elle va nous pondre son polichinelle chez Dolce Gabbana. Mais peut-être que ça serait un mal pour un bien. De la même façon qu’un enfant a des billets gratuits à vie quand il a été mis au monde dans un avion, peut-être que l’enfant de Charlotte pourrait voir le jour dans un magasin Dolce Gabanna. Le mieux serait dans un magasin Gucci. Le ventre n’est pas assez rond pour imaginer qu’elle va accoucher maintenant. Je dis n’importe quoi. Néanmoins, je garde l’idée de côté pour l’emmener faire des courses, voire, pour l’emmener camper dans une boutique Gucci, quand elle arrivera à terme. Ca sera le mioche le mieux habillé de la planète.

Revenons-en à nos poupons. Si Grant se risque à parler comme ça de ce que Sacha a dans la tête, c’est sans doute qu’il essaye d’étancher la soif de Charlotte au sujet de l’état d’esprit de son mari. Des fois qu’elle ne soit pas une rapide, je lui précise :

- « Grant est un vampire qui n’est pas ordinaire - en dehors du fait qu’il considère qu’une paire de chaussettes n’a pas besoin d’être lavée tant qu’elle n’a pas été portée quatre fois - BRRRR -, il a le don d’entendre les pensées des gens.

Je me tourne vers Grant :

- Est-ce que ce sont des suppositions ou ce sont des choses que tu as entendues dans sa tête ?

Il hésite à me répondre. Je me concentre pour ne penser à rien. Je ne veux pas qu’il sache si la réponse va m’énerver ou non. Je veux qu’il réponde franchement. Il comprend que j’ai zippé mes pensées et baisse les bras :

- Oui... des fois, quand je prends ta relève, la nuit, je l’entends penser. Il se questionne. Si vous pensez que vous le protégez en lui cachant la vérité, moi je vous dis que je n’en suis pas si sûr. Certes, con comme il est, il viendra la voir même s’ils attachaient Charlotte sur les genoux d’un Sphinx. J’en suis persuadé... mais oui, encore plus, il a besoin de savoir pour quoi il se bat... et en ce moment, il ne sait plus.
- Tu m’énerves, Grant. Je déteste quand tu es intelligent. Néanmoins, le problème est plus compliqué. Ce n’est pas juste un homme qui va être père. C’est lui. »
J’avais l’impression d’avoir résumé en un pronom tous les problèmes que ça comportait d’être Sacha de Lansley. Pourtant, je ne disais rien de plus que ce que nous savions déjà tous. Autrement, nous ne serions pas là à nous poser ces questions comme trois abrutis. De toute façon, nous étions tous d’accord pour dire que ce n’était ni à Grant à ni à moi d’apprendre la nouvelle au père. Quant à la moralité liée au délai de l’annonce de cette grossesse, ce n’était pas à moi d’en porter le poids mais à Charlotte. C’était sa vie, son ventre, ses cas de conscience et, moi, ça m’empêcherait pas de dormir.
- « Bon. On ne va pas camper devant la cabine. »
Je retourne en cabine prendre la robe déchiquetée et nos affaires. Nous retournons vers le magasin et je constate que Grant a bien fait son travail de glamouring. Les vendeuses sont complètement perchées. On dirait qu’elles ont fumé six joints.
- « Tu as y a été un peu fort, Grant... mais c’est bien, dis-je en estimant que c’est une bonne chose de l’encourager de temps en temps.
- On ne paye pas ? demande-t-il.
- Si... C’est la tournée de Nate ! »
Je paye, même la robe détruite, et nous sortons avec tous nos sacs. Au passage, je me suis offert (Nate m’a offert), une robe d’hiver, une paire de bottes, une chemise en soie blanche, une mini-jupe noire et un sac à main doré. Je lui en ferai profiter dès notre prochain rendez-vous.

Sur le trottoir, je n’ai plus envie de faire les magasins. Je me concerte avec les deux autres :
- « Que fait-on ? Moi, ce je vous promets, dis-je à Charlotte, c’est de ne rien dire. Par contre, je doute qu’à l’Opposition, ça ne finisse pas par leur donner de mauvaises idées cette histoire d’enfant... Le temps que vous désirez garder le secret, je veux m’occuper de protéger ce ventre. S’il arrive quelque chose à ce bébé, je ne me le pardonnerai jamais. Mais j'aimerais, si vous pensez que c'est possible, que vous me promettiez qu'il l'apprendra avant que vous accouchiez... Il a déjà raté la grossesse de Noah... c'est égoïste de le faire passer à côté de celle-ci. Sans vouloir vous faire la morale. C'est un grand bonhomme, s'il a envie de prendre des risques pour venir vous voir, c'est un choix qu'il doit faire lui-même... sur ce point, j'ai l'horrible regret d'admettre que Grant a raison. »
Revenir en haut Aller en bas
http://dp-alternatif.pureforum.net/galerie-de-portraits-des-pers
Charlotte de Lansley
La Mimoune à Sacha
avatar

Nombre de messages : 1112
Age du personnage : 23 ans
Habitation : New-York, Tour Antarès
Occupation : Epouse, mère, actrice & more
Signature : Fatal†Error
Avatar : Fatal†Error
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 59
Gallions : 8406

MessageSujet: Re: La diable s'habille en Gucci   Jeu 21 Oct 2010 - 2:36

~† Ce n'était même pas du soulagement. Elle avait pensé qu'entendre Solace lui assurer qu'elle ne dirait rien à Sacha, appuyé par l'avis de Grant de surcroît - enfin au début -, l'aurait en quelque sorte soulagée et détendue. Mais, si c'était effectivement le cas pour une partie d'elle, l'autre était déçue. Parce que, oui, elle aurait aimé qu'il sache. Elle n'aimait pas lui mentir mais s'y voyait contrainte. Alors, même si elle préférait lui apprendre elle-même la nouvelle, si une vampire se dévouait pour le faire, au moins n'aurait-elle plus à lui cacher la vérité... Merl... Non. Seigneur (?), pourquoi fallait-il que tout soit toujours si compliqué ?! Elle s'était déjà imaginée, dans ses moments de déprime allongée sur son lit, avoir une vie paisible. Ils vivraient encore à la Mansion. Il n'y aurait pas de Résistance ni d'Opposition. Sacha serait rentré un soir du travail et elle lui aurait simplement dit qu'ils allaient bientôt avoir un mini-Sacha ou une mini-Charlotte, comme elle l'avait déjà fait une fois par jeu, il y a fort longtemps, lors d'une pièce de théâtre... Il n'y aurait pas de drame, juste des rires, et de l'amour...

Mais la vérité était beaucoup plus compliquée, beaucoup plus noire, beaucoup plus triste. Et, si elle doutait déjà un peu de ses choix, Grant n'arrangea pas les choses en expliquant son point de vue... Selon lui, Solace ne devait rien dire mais, pour autant, ce n'était pas pour cela que Sacha devait rester dans l'ignorance. Il s'avérait que le jeune vampire pouvait lire les pensées - pendant une seconde, Charlotte se demanda avec effroi s'il avait lu dans les siennes plus tôt -, et il savait que si Sacha n'allait pas bien ces derniers temps, c'était parce qu'il était à côté de ses pompes. Il ne savait plus pour quoi il se battait... Indéniablement, apprendre qu'ils allaient bientôt être parents le remotiverait, même si elle lui passait les détails tragiques qui n'auraient fait qu'augmenter sa haine et son engagement. Et Merl... Et elle avait vraiment besoin qu'il croie en ce qu'il faisait et qu'il parvienne à son but. Elle en avait besoin sinon elle, ils ne seraient jamais en paix. Et le pire était qu'elle ne pouvait même pas lui expliquer tout cela...

Rongée par les doutes, elle s'enfonça dans sa bulle silencieuse après avoir remis sa cape et repassé son sac à main sur son épaule, dans lequel elle avait enfoui ses anciens vêtements. Elle suivit Solace sans grand enthousiasme jusqu'aux caisses. En attendant que la vendeuse passe tous les articles, elle jeta un regard à celles qui s'étaient faites hypnotisées. Et Merl... ...!!! Elle espérait bien ne jamais avoir à subir ce genre de traitement. Son attention de nouveau vaguement portée sur la caisse, elle confirma l'aperçu qu'elle avait eu : Solace aimait la mode et aimait la porter. Les sacs qui attendaient sagement d'être empoignés en étaient la preuve. Charlotte se saisit de celui qui contenait le manteau que Grant avait été cherché pour elle, et sortit du magasin accompagné par les deux vampires.

Dehors, elle ne savait toujours pas quoi faire ni penser. Solace lui promit qu'elle ne parlerait de rien à Sacha mais, là encore, cela ne la réconforta en rien. Donner des mauvaises idées à l'Opposition... ? Si elle savait. Ils les avaient déjà eu, les mauvaises idées. Elle revoyait encore Yann qui lui tournait le dos, son regard la priant de faire le bon choix. Cette arrière salle ténébreuse dans laquelle Victor et Ethan l'observaient. Les mots de Victor, que son esprit n'arrêtait pas de se répéter, et qui la hantaient... Se rendant compte que Grant pourrait bien lui voler ces informations, elle se mit à penser à ses retrouvailles de la veille, avec son cousin. Ces deux vampires en savaient déjà suffisamment, il ne manquerait plus qu'ils soient au courant de ce qu'elle avait accepté... Solace disait vouloir protéger l'enfant, mais elle ne savait pas que le mal était déjà pratiquement fait. Il n'était juste pas encore scellé...

Dans toutes ces pensées confuses et embrouillées volontairement, elle n'arrivait plus à songer droit et à réfléchir. Elle ne pouvait pas prendre une décision maintenant, mais elle entendait bien la requête de la vampire : prévenir Sacha avant l'accouchement. Elle avait raison. Ils avaient raison, dans tout ce qu'ils disaient, mais elle ne pouvait se permettre d'accepter de tout lui dire comme ça, sur un coup de tête. Il lui fallait réfléchir à ce que cela pouvait entraîner, les conséquences. Néanmoins elle avait entendu ce qu'ils disaient. Évitant le regard de Grant, de peur qu'il ne s'intéresse de trop près aux souvenirs récents qui la tourmentaient, elle resta concentrée sur Solace et préféra une porte de sortie qui ne lui fermait aucune possibilité.
†~


" J'ai... besoin de réfléchir. Je ne peux pas prendre une telle décision sur le moment.
Auriez-vous un moyen pour que je puisse vous contacter sans délai si...
"


~† Elle n'arrivait même pas à formuler clairement la phrase. Tout était trop nouveau, trop d'un seul coup. Elle ne s'était pas préparée à tout cela. Toutes ces possibilités, toutes ces informations. Elle avait besoin de temps pour bien réfléchir, peser le pour et le contre. Jusque là, l'idée d'annoncer la nouvelle à Sacha n'avait rimé dans son esprit qu'avec une distraction fâcheuse pour lui. Mais aujourd'hui, les deux vampires lui avaient fait envisager autre chose. Cela pouvait être bénéfique. Même si elle ne pouvait pas lui dire la vérité toute nue sur ce qui se tramait dans l'Opposition, elle pouvait peut-être au moins lui annoncer qu'elle attendait leur enfant... †~

" ... si je décidais de lui apprendre la nouvelle.
Vous appeler pour vous donner une lettre à lui transmettre, par exemple.
"
Revenir en haut Aller en bas
Solace
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 84
Age du personnage : 325 ans
Habitation : Bâton Rouge - Louisiane
Occupation : Vampire est une grande occupation en soi
Avatar : Opium
Date d'inscription : 31/01/2010
Coup de coeur : 30
Gallions : 6375

MessageSujet: Re: La diable s'habille en Gucci   Mer 3 Nov 2010 - 19:05

Grant et moi nous regardons ébaubis. C’est une grande question, ça !

Madame de Lansley nous demandait quelque chose de bien difficile à réaliser mais j’aimais tellement être dans le secret et ça ferait tellement plaisir à Sacha d’apprendre une pareille nouvelle, que je voulais m’investir dans cette histoire pour qu’elle ne termine pas en eau de boudin. Grant m’avait convaincu que la meilleure chose à faire était de le dire à l’Amiral dès que possible. Au début, j’avais quelques réserves mais sous l’angle avancé par ma progéniture, je voyais l’affaire différemment. On pouvait protéger la vie de Sacha mais on n’avait aucun droit de le protéger de sa vie.

Après un silence, nous ramassons notre air ridicule et j’attrape Grant par le col du manteau pour le traîner à l’écart. On doit discuter et se mettre d’accord. Je viens d’avoir une idée mais ça ne va pas enchanter le nouveau-né. De toute manière, c’est moi la chef, c’est moi qui commande.
- « Lâche-moi ! Je ne suis pas un clebs, commence-t-il à se plaindre quand nous sommes à une quinzaine de mètres de Charlotte.
- Grant ! J’ai une super idée !
- Malheur ! Non ! je refuse !
- Bah, j’ai encore rien dit.
- Oui mais dès que tu as des « supers idées », c’est toujours moi qui trinque.
- C’est faux.
- La dernière fois, avec les deux pompiers, me remémore-t-il circonspect et grave.
- Ah ! Ce n’était pas de ma faute. Tu étais supposé les attacher solidement. Je n’ai pas eu le choix...
- Et ben, même ! C’est non.
- Elle a besoin de nous. Je voudrais que tu... »
Je lui murmurais mon idée ce qui le mit dans une colère folle. Je garde mon calme et je le regarde s’étrangler de rage. Au bout d’un moment, je n’en peux plus. C’était son idée. Il n’avait qu’à pas nous révéler que Sacha perdait confiance en lui. La rage me gagne à mon tour et je lui coupe la parole en le saisissant subitement et violemment à la gorge. Sa tête cogne contre le mur derrière nous. Des passants sursautent en nous voyant. La tête de Grant a laissé un minuscule cratère entouré de fissures sur la brique. Je ne le lâche pas pour autant. D’une main, il tâte le derrière de sa tête. Il saigne. De l’autre, il m’attrape le poignet pour m’empêcher de serrer plus fort au risque de l’étrangler pour de bon :
- « Grant, c’est fini les gamineries. Si tu vois une autre solution sans mettre personne en danger, dis-le-moi, sinon, on s’en tient à mon plan.
- Je ne suis pas ton larbin ! »
Les deux passants effrayés traversent la rue pour aller à la rencontre deux policiers piétons qui s’avançaient sur Bond Street. J’entendais les murmures autour de nous. Tout le monde s’inquiétait. Quelle était cette femme qui pouvait tenir un autre aussi massif au respect par la poigne d’une seule main ?

« Il faut intervenir, demandent les deux passants soucieux au policiers, ou elle va le tuer ! »

Les policiers traversent en notre direction. Je ne me retourne pas. Je sens le danger rien qu’en regardant la pupille de Grant qui dévie sur le côté et regarde derrière-moi. Il attend que les flics nous rejoignent. Enfoiré ! Je serre encore plus sur sa gorge. Je ne perdrai pas face à son obstination :
- « Grant, accepte. Je te le revaudrai...
- Je n’ai pas envie de te quitter, Sol. Trouvons une autre idée... essaye-t-il d’articuler difficilement pour gagner du temps en attendant que les deux officiers de police aient fini de traverser pour nous interrompre. Je ne me laisse pas impressionner.
- Grant... je t’en prie.
Il ne dit rien. Sa pupille dévie encore une fois vers les policiers qui ont fini de traverser et nous interpellent :
- Hey ! Vous là-bas ! Ca va ? Qu’est-ce qu’il se passe ?
Je ne bouge pas. Ne change pas de position.
- Tu en es capable. Ca ne te coûte rien... c’était ton idée, pas la mienne. Grant... s’il te plaît. Pour la Résistance, pour elle, pour Sacha...
- Je m’en fous de tout ça !
Les flics sont à cinq mètres de nous. Ils ont pressé le pas.
- Pour ce que tu veux... mais décide-toi vite. Si ces flics me touchent, je les saigne en pleine rue, Grant. Tu sais que j’en suis capable...
Grant me regarde. Son visage change d’expression. Il est en train de céder. Il ne supporte pas le meurtre. En tout cas, c’est ce que je m’imagine quand je le vois changer d’avis. Dans un murmure étranglé, il finit par dire :
- D’accord, mais ce n’est pas pour ces deux flics que je le fais.
- Merci », dis-je en le lâchant immédiatement.
Je le laisse contre le mur et me soustrait très rapidement aux deux policiers qui arrivent vers Grant et commencent à l’interroger pour savoir si tout va bien. Grant me regarde, plein de fiel, mais je suis déjà loin.
- « Madame ! Madame ! Revenez ici ! dit l’un des flics.
- Non, ça va... ça va... dispute d’amoureux, ment le nouveau-né. Elle est redoutable. »
Ils continuent de parler tandis que je suis de retour près de Charlotte :
- « On ne peut pas risquer d’échange postaux et, vos bestioles à plumes de malheur, je n’en veux pas. Je ne suis pas une fée, je n’ai pas de turlututu magique dans ma casquette Gucci. Donc la seule solution, c’est que je vous laisse Grant.
Je regarde du côté de Grant qui est toujours en train de s’expliquer avec les flics qui ne donnent pas l’impression de le croire ni d’avoir envie de se frotter à moi.
- Il est d’accord, poursuis-je, il ne sera jamais très loin de vous tout le temps que durera votre grossesse. Il a de bonnes oreilles et vous avez vu qu’il est capable d’entendre les pensées. Si vous êtes en danger, entourée de monde ou que c’est pressé, il vous suffit de crier son nom par l’esprit. Sinon, comme je l’ai fait tout a l’heure dans le taxi, si vous l’appelez par une fenêtre, où que vous soyez et quoi que vous soyez en train de faire, il rappliquera le plus vite possible. Grant vous entendra par la pensée, même si vous êtes dans un rayon de plus dix kilomètres... par la voix, ça réduira le champ à une deux kilomètres environ... ca dépend de ce qu’il trafiquera. Il ne va pas rester là à vous regarder toute la journée. Il vivra sa vie et viendra en cas de besoin. S’il ne le fait pas et qu’il arrive quelque chose, je le tue de mes propres ongles. Vous lui délivrerez vos messages et il viendra me les rapporter... je les transmettrai à Sacha. »
Je m’approche de Charlotte et lui parle d’une voix moins maîtrisée, sans même m’en rendre compte. Est-ce de l’inquiétude ? C’est mon nouveau-né, j’y suis attaché. Mon attitude est on ne peut plus normal, me vois-je en train de me justifier.
- « La seule chose que je refuse, c’est que Grant s’approche du QG de l’Opposition tout seul. Si dans vos déplacements vous deviez vous y rendre, dites le lui... par les mêmes moyens. Il saura qu’il peut vous suivre mais qu’il doit garder ses distances.

Un silence. J’entends que Grant arrive. Je m’empresse de finir avant qu’il puisse entendre :

- « Par contre Charlotte... je tiens autant à Grant qu’à l’enfant que vous portez. Il vous aidera quelle que soit la situation mais ne vous mettez pas idiotement dans une situation qui l’obligerait à intervenir... je parle de Victor et son clan. Je ne veux pas que Grant soit tenté de faire une connerie. Si ça vous va... tout va bien. »
Grant a entendu la fin. Il reste silencieux quand il arrive à notre petit conciliabule. Il me dévisage mais je fais un grand effort pour l’ignorer. Ca m’énerve qu’il m’ait entendu. Derrière moi, les policiers se sont en allés. Je m’attendais à ce que Grant nous fasse jouir de sa mauvaise humeur mais il est très calme. Il continue de me regarder en coin, sans rien dire.

Comme le silence devient lourd et que je ne compte pas le regarder, il finit par se gratter la tête en se remettant en marche à côté de Charlotte :
- « Bon, madame de Lansley, dites-moi un peu comment son les filles à Hammersmith ? Si je dois y passer, quoi ? Il vous reste six mois environ ?... si je dois y passer six mois, il va falloir que j’en profite. Ce n’est pas pour manger, c’est juste pour trouver de quoi m’amuser. Vous n’auriez pas une cousine célibataire aussi jolie que vous, par hasard ? »

Je les suis à deux mètres, songeuse et silencieuse. J’espère que cette solution sied à la femme du patron parce que je n’en ai pas d’autre. Il faudra que je retourne auprès de Sacha à un moment et je ne pourrais pas être à deux endroits à la fois en attendant qu’elle se décide.

Les courses ne m’amusent plus. J’ai envie d’étrangler Grant. Je ne sais pas pourquoi. J’ai envie de lui faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
http://dp-alternatif.pureforum.net/galerie-de-portraits-des-pers
Charlotte de Lansley
La Mimoune à Sacha
avatar

Nombre de messages : 1112
Age du personnage : 23 ans
Habitation : New-York, Tour Antarès
Occupation : Epouse, mère, actrice & more
Signature : Fatal†Error
Avatar : Fatal†Error
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 59
Gallions : 8406

MessageSujet: Re: La diable s'habille en Gucci   Jeu 11 Nov 2010 - 18:30

" Célibataire non. J'ai bien une cousine mais si je vous la présentais, ce ne serait pas pour des raisons très louables de ma part. Les histoires de famille, vous savez... "
- « Si je dois rester six mois dans vos parages, ce serait peut-être bien qu'on se tutoie, non ? »

~† L'espace d'une seconde, elle le dévisagea avec un air probablement idiot. C'était une question toute bête, toute simple. Pas comme s'il lui demandait si elle voulait bien lui donner son enfant quand il serait né, parce qu'il n'avait jamais goûté de bébé. Rien de tout cela, pourtant la question lui parut étrange. Insensée. Elle le fixa avec les yeux ronds pendant une seconde. Il lui souriait, et cela n'avait rien de malsain. Elle se gifla mentalement et décida de se reprendre, hochant la tête en détournant ses yeux vers la rue. †~

" Oui ! Oui bien sûr. "

~† Furtivement, elle lança un regard en arrière. Solace marchait à quelques mètres d'eux, un peu en retrait. Elle semblait plongée dans ses pensées et Charlotte décida de ne pas la déranger. Retour sur Grant. L'idée qu'il doive la veiller n'avait pas semblé l'enchanter beaucoup quelques minutes plus tôt pourtant il faisait bonne figure. A vrai dire, elle n'avait aucune idée de ce que pensait le vampire ni de comment il voyait la situation mais, d'un point de vue extérieur, la petite scène qu'il avait eu avec Solace plus tôt ne faisait aucun doute. Pour qu'elle l'empoigne comme ça par le col, c'était certainement qu'il ne voulait pas aller dans son sens. Elle pouvait le comprendre. Elle n'aurait pas non plus aimé servir de hibou humain. C'est pourquoi elle avait acquiescé à toutes les conditions de Solace : elle ne l'appellerait que si elle avait besoin. Il n'allait pas vivre dans l'attente qu'elle veuille bien se décider. De même, elle le préviendrait si jamais elle devait se rendre à l'Opposition.

Quant à Victor... Ma foi le mal était déjà fait. Que pourrait-il bien lui faire de pire que de lui imposer de soutenir à nouveau pleinement Antarès en élevant son enfant selon les principes de l'Opposition, sans en parler à personne puisque sous Serment Inviolable, sous peine de lui retirer l'enfant pour qu'il soit élevé par son clan de vampires ? Honnêtement, elle ne voyait pas comment Victor pourrait la mettre plus en danger, au point que Grant soit contrait d'intervenir... Ou si. A la limite si des vampires venaient l'enlever pour qu'elle passe enfin ce Serment, la faisant du même coup redevenir une Opposante à part entière, peut-être effectivement que Grant se sentirait forcé d'agir contre ce kidnapping. Autrement non, il y avait peu de chances. Que Solace se rassure... Elle remerciait ces vampires de lui laisser l'opportunité de pouvoir apprendre à Sacha la bonne nouvelle, mais d'un autre côté, elle n'était pas tellement enchantée de devoir toujours surveiller ses pensées pour éviter que Grant aille y piocher toute sa vie et ses réflexions.
†~

'Grant?'

~† Pas de réponse. L'entendait-il ? Pas de réponse pourtant il pivota vers elle, les sourcils froncés. Elle resta silencieuse, se demandant s'il s'était tourné vers elle parce qu'elle l'avait appelé ou par pur hasard. L'incompréhension s'était peinte sur le visage pâle du vampire, qui s'arrêta finalement sans la lâcher du regard. †~


- « Ouais, ben quoi ? »
" Rien. Je... testais. "
- « Bon, bah tu vois que ça marche. »

~† La sorcière lui offrit une petite moue désolée tandis qu'il la regardait bizarrement. Il devait la prendre pour une folle. Tant pis, elle voulait juste s'assurer qu'il l'entendait bien, au risque de le vexer. Pourtant la nouvelle ne la ravit pas. Elle ne voulait pas qu'il l'entende, pas tout le temps. Elle voulait garder ses secrets. Elle aurait dû apprendre l'occlumancie.... †~

" Vous... Tu entends toutes les pensées de tout le monde ou tu décides d'écouter ? "

~† La question sembla le laisser perplexe. Il prit le temps de réfléchir, quelques secondes, avant de hausser les épaules. †~

- « Je peux décider d’écouter mais je ne sais pas encore très bien trouver les pensées. Je récolte tout et n’importe quoi mais je m’entraîne à rechercher les esprits et les pensées qui m’intéressent. Sinon, c’est plutôt quand on m’appelle que j’arrive à repérer un esprit, même s’il est loin. Il suffit que tu aies vraiment l’intention de m’appeler. »

~† Voilà qui la rassurait encore moins... Et sincèrement, elle aurait préféré qu'il récolte n'importe quoi, plutôt que tout. Qu'arriverait-il s'il apprenait l'ultimatum que Victor lui avait posé ? Irait-il tout raconter à Solace, qui rapporterait à Sacha ? Et ensuite, si l'Opposition, Victor, découvrait qu'elle n'était plus la seule dans le secret, que se passerait-il ? Ca, elle le savait. Ils lui retireraient son enfant. Alors pour toutes ces raisons, il ne fallait pas que Grant espionne son esprit. Il dut sentir la gêne, ajoutée au silence qui s'était installé, puisqu'il lui lança un regard à la fois suspicieux et rassurant. †~

- « ... Tu as peur que j’entende des choses que je ne devrais pas ? Ne t'inquiète pas, il est tellement insupportable d’être dans l’esprit des autres et d’entendre toutes leurs pensées que j’évite. Je ne le fais que lorsque je ne comprends pas l’intention de quelqu’un ou pour comprendre une situation, un silence... Je ne suis pas voyeur. J’ai juste besoin de comprendre les choses. »
" Alors j'espère que tu n'essayeras pas de comprendre tous mes silences parce que tu vas t'arracher la tête. Ils se ramassent à la pelle. "

~† Un petit sourire ironique. Ses yeux qui roulèrent et se levèrent légèrement au ciel. C'était bête mais c'était vrai. S'il essayait de comprendre tout ce qu'elle ne disait pas, immanquablement, il allait devoir espionner la totalité de ses pensées. Si elle pouvait éviter... Et à lui aussi, ça lui éviterait des ennuis. Ce qu'elle avait dans la tête ne devait pas l'intéresser. Les yeux de la brune revinrent se promener sur la rue mais son regard fut accroché par deux silhouettes qu'elle connaissait. Bouse !!! Ils faisaient partie de l'Opposition. Danny et Gabryel. Elle les avait déjà rencontrés, avec Allanah. Que faisaient-ils ici ? Ils n'étaient pas en train de faire des recherches sur des légendes tordues ? Ce qui était certain, c'était qu'ils ne devaient pas la voir en compagnie de vampires autres que ceux du clan de Victor. Les rumeurs allaient vite, à l'Abbaye... Discrètement mais rapidement, elle poussa Grant dans le premier magasin venu, se retournant pour appeler Solace et lui faire signe de les rejoindre. Le magasin en question s'avérait être une bijouterie. Charlotte se posta stratégiquement, derrière une vitrine assez haute qui la cachait et lui permettait de voir la rue. Elle attendrait que Danny et Gabryel soient partis pour quitter l'établissement. Pour que les deux vampires ne la prennent pas pour une paranoïaque compulsive, elle expliqua en trois mots quelle mouche la piquait. †~

" Deux hommes... Opposition. "
Revenir en haut Aller en bas
Solace
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 84
Age du personnage : 325 ans
Habitation : Bâton Rouge - Louisiane
Occupation : Vampire est une grande occupation en soi
Avatar : Opium
Date d'inscription : 31/01/2010
Coup de coeur : 30
Gallions : 6375

MessageSujet: Re: La diable s'habille en Gucci   Jeu 25 Nov 2010 - 21:31

- « ... Tu as peur que j’entende des choses que je ne devrais pas ? Ne t'inquiète pas, il est tellement insupportable d’être dans l’esprit des autres et d’entendre toutes leurs pensées que j’évite. Je ne le fais que lorsque je ne comprends pas l’intention de quelqu’un ou pour comprendre une situation, un silence... Je ne suis pas voyeur. J’ai juste besoin de comprendre les choses.
- « Alors j'espère que tu n'essayeras pas de comprendre tous mes silences parce que tu vas t'arracher la tête. Ils se ramassent à la pelle. »

« Ces deux-là... » me vois-je m’offusquer sans trop comprendre pourquoi. Je les écoute d’un air de ne pas y toucher. Ils s’amusent bien ? Parce que moi, je ne m’amuse plus du tout. Cette situation me stresse et m’oppresse. J’ai très envie d’aller vers Sacha. Pas pour lui confier l’objet de notre après-midi, non, j’ai promis à madame de Lansley et tout cela est si important que je ne songe pas une seconde à m’écarter du plan que nous venons de mettre sur pied. Mais, soudainement, je n’ai plus envie d’être ici, à faire les magasins. J’ai envie d’être près de lui que je ne vois plus sous le même jour. J’ai de l’empathie pour Sacha. Il doit être dur d’être Lui.

J’en prends pleinement conscience maintenant. Quelque part, l’ignorance de sa paternité ne fait que reculer l’échéance d’un probable chamboulement de plus dans sa vie. Je n’aimerais pas être lui. Je n’aimerais pas avoir de décisions aussi difficiles à prendre, je n’aimerais pas être écartelé entre le devoir et la passion, le désir et l’amour, l’envie de tout claquer et celle de persister et d’endurer ce qu’il y a à endurer pour arriver peut-être au bout... un jour. Peut-être... pas sûr. Oh ! Non ! Je n’aimerais pas me sentir concernée par l’avenir du monde, je n’aimerais pas mettre ma vie en jeu pour un ramassis d’individus qui ne le méritent pas. Les gens qu’il veut défendre, ce merdier de personnes égoïstes, influençables et ignorantes, qui n’est là que pour exister. Ces mêmes personnes qui se plaisent, plutôt deux fois qu’une, à le salir, lire et dire des insanités à son sujet, dans la presse, dans la bouche d’autres personnes. Ces gens qui sont là, à sa portée, qu’il protège malgré tout, alors que, aveugles et s’accrochant à la surface rugueuse de son armure, ils se préfèrent tellement plus occupés à le discréditer. Je n’aimerais pas être lui, car je comprends maintenant que, sous l’armure qui paraît intouchable, inviolable, Sacha est recouvert de fissures et de plaies que personne ne peut soigner.

L’enfant à venir... il ne pourra pas en profiter.
J’ai de la peine. J’ai de la peine qu’il perde son temps au combat et que sa vie ne soit devenue qu’un certain gâchis.

Cet enfant est une joie et un coup de plus dans l’armure. Subitement, ce qui nous amusait et les ragots qui circulaient à son sujet ne m’amusent plus.

Je me souviens enfin la première fois que je l’ai vu et l’envie folle d’être près de lui. Je me rappelle de la raison qui m’a illuminé. Le lien fédérateur qui m’a uni à la Résistance n’était pas la sauve morale mais cet homme, jeune, fou, désinvolte et prétentieux qui se tenait juché sur une table à regarder la foule de Résistants autour de lui.

- « C’est toi Sacha ?
- Des fois oui, des fois non... »

Ce n’était pas une réponse qu’il me faisait. J’ai haussé les deux sourcils et m’approchant de lui. Je me suis assise à côté et j’ai regardé dans la direction de ce qu’il regardait. Il y avait des gens. Plein de gens. Des Résistants. Il avait l’air songeur et absent.

- « Et en ce moment, c’est plutôt oui ou plutôt non ?
- Ca dépend de ce que tu me veux.
- Je suis Solace, l’amie d’Amys... tu es supposé officialiser mon adhésion à la Résistance. Alors, tu es Sacha ou tu ne l’es pas ? »

Il n’a rien dit. Il m’a regardé, délaissant un instant la vision d’un groupe qui revenait par un Portoloin, visiblement heureux de l’issue de sa mission.

- Que puis-je faire pour un vampire ? « Je t’officialise », là, c’est bon ? Tu te sens plus Résistante ?

Je me suis regardé. Pas de poudre de perlimpinpin, pas d’incantation bizarroïde. Il se foutait de moi ou quoi ?!

- « C’est tout ?
- Tu t’attendais à quoi, Solace la vampire ? Après tout qu’importe ton camp, qu’importe le leur (il désigna les autres), ce qui compte est juste là, devant tes yeux... »

Il a pointé la foule qui accueillait chaleureusement les revenants. Je ne voyais qu’une bande de types soulagés et fêtant je ne sais quoi. Sacha me précisa en un rictus que je retrouvai souvent chez lui par la suite :

- « Les apparences... »

Je regardai encore une fois le groupe. Ils étaient heureux en apparences mais il y avait de la contrefaçon dans les sourires. De l’inquiétude, de la rage, de la haine et de l’incompréhension. Pourquoi être là, si heureux de revoir des camarades en vie ? C’est normal d’être en vie. Anormal était la très haute probabilité de la perdre pour une cause, qu’elle fut juste ou non. Pourquoi la risquer cette vie ? Ils préféraient être ailleurs... ils voulaient en finir. Les sourires n’étaient que de courte durée. Parce qu’au prochain retour, il en manquerait peut-être un. On était heureux que dans l’attente du prochain malheur... en attendant, on faisait bonne figure.

- « Alors, je peux être Sacha. Si ça signifie quelque chose pour toi. Ou n’importe qui d’autre. C’est du pareil au même. Résistant, Opposant, traitre, allié... tout n’est qu’apparence. »

Il était parti en me laissant devant ce tableau. Et je savais à cette exacte seconde que je serai dévouée à celui qui lisait à travers les lignes de l’humanité et qui ne se fiait pas à ce qu’il voyait ou voulait voir. Je me sentais presque plus en vie que lui. A cette époque, déjà, je savais qu’il était fissuré mais je ne savais pas à quel point.

Je veux partir d’ici.
Mes yeux posés sur lui ne le guériront de rien mais je le verrai.

Retour à Bond Street.

Madame de Lansley nous fait une crise de parano. Ses copains de l’Opposition ne lui disent rien qui vaillent. Elle a attiré Grant dans une bijouterie. Je reste sur le pavé.

« Il est délicieux ce petit blond !!!! »

Je sais qu’à cet instant de l’histoire, je suis supposée me cacher avec eux, me taire, la mettre en veilleuse, attendre qu’ils passent et, pour le plus grand bien de tous, raccompagner Charlotte une fois les deux zigotos en allés.

Dans la réalité, je suis déjà postée entre eux, je les attrape tous les deux par le bras et mes fragile petits Opposants se retrouvent sans trop comprendre comment dans une benne d’une ruelle adjacente. Je ferme derrière moi en empoignant solidement le fer de la benne pour le presser et le déformer au point de rendre impossible son ouverture.

Je rejoins mes deux camarades dans la bijouterie. Grant est à côté de Charlotte, il me voit revenir dans la boutique, un visage déconcerté. Je m’adresse à la femme du patron et choisis d’ignorer mon acolyte :
- « Madame de Lansley, que ce n’est pas sage de m’attirer chez Tiphany comme ça ! Nate va me détester...
Une vendeuse s’approche de nous. Je lève la main vers elle pour la saluer de loin :
- « C’est balot, j’ai oublié ma carte de crédit ! La prochaine fois ! Comptez-y ! Je reviens pour Noël !! »
Aux deux autres :
- « Dehors ! C’est fini, les courses. On rentre. J’en ai assez. »
Sur le pavé, nous entendons les deux prisonniers de la benne à ordure taper rageusement sur le métal de leur geôle. Quelques badauds estomaqués commencent à entourer perplexes les poubelles. Ils ont tous l’air débile à parler à une boite en fer. Avec un grand sourire, je tends la baguette du sorcier à Charlotte. Je ne vais pas garder ce trophée :
- « Vous en ferez ce que vous voulez... Si personne n’est parvenu à les délivrer d’ici deux heures, je reviens pour m’en faire un festin. »
Je hèle le premier taxi qui passe. Nous montons tous et je donne l’adresse de Charlotte au chauffeur. Cette fois, je m’assois devant et Charlotte et Grant se placent derrière.

Sur le chemin :
- « Charlotte, faites attention à vous... et Grant, tu... heu... bah... fais pas le con. »
Grant sourit d’un visage satisfait. S’il n’était pas si loin, je lui aurais collé une mandale. Par la pensée, Grant me dit :

« Solace, je crois que Charlotte ne nous a pas tout dit... je t’écrirai plus tard. Si tu vas voir Sacha, n’agis pas différemment des autres jours. Il n’a pas envie de parler, ne le force pas. »
« Dis ! Tu te prends pour Freud ou quoi ! »
« Juste un conseil... »
« T’inquiète... je veux juste être là. »
« Je sais bien... »

- « Dites, madame de Lansley, j'ai le droit de bouffer le petit blondinet dans la poubelle ?... »

Je ne pose la question que dans un but informatif... évidemment.



Revenir en haut Aller en bas
http://dp-alternatif.pureforum.net/galerie-de-portraits-des-pers
Charlotte de Lansley
La Mimoune à Sacha
avatar

Nombre de messages : 1112
Age du personnage : 23 ans
Habitation : New-York, Tour Antarès
Occupation : Epouse, mère, actrice & more
Signature : Fatal†Error
Avatar : Fatal†Error
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 59
Gallions : 8406

MessageSujet: Re: La diable s'habille en Gucci   Sam 27 Nov 2010 - 22:21

~† Ce n'était pas possible. Combien de chances sur mille y avait-il pour que se retrouvent dans la même rue qu'elle Danny et Gabryel, le même jour et à la même heure ? Non mais sincèrement ?! On pouvait savoir depuis quand les Opposants faisaient les boutiques sur Bond Street ? Elle n'en revenait pas. Elle se demandait ce qu'ils faisaient là, eux qui d'habitudes n'étaient intéressés que par les légendes étranges qu'ils pourraient percer pour le compte d'Antarès. Elle aurait été curieuse de savoir ce qui les amenait sur cette rue mais honnêtement, elle se voyait mal aller faire causette avec deux, un vampire Résistant à chaque bras. Pas vraiment crédible... Elle préférait rester cachée derrière ce présentoir - sur lequel se trouvaient soit dit en passant de superbes bijoux. Un coup d'œil dans le magasin l'informa que Grant et Solace... Hum ? Paniquée, elle se retourna, fouilla la pièce des yeux mais pas de Solace. Retour sur Grant qui semblait fixer quelque chose dehors, interdit. Elle se retourna elle-même subitement, juste à temps pour voir Solace entre les deux Opposants, puis plus rien.

Bouse, que faisait-elle ?! Pour s'éviter de pester contre mille Dieux, elle porta une main offusquée pour faire taire ses lèvres. Une seconde plus tard, Solace franchissait la porte de la boutique... sans les Opposants. Qu'en avait-elle fait ?! Elle n'avait quand même pas... Si ? Mais tout sourire, Solace se moquait parce qu'elle l'avait attirée chez Tiphany. Ah. Ceci expliquait donc cela pour la beauté des bijoux... Elle ne savait pas qui était ce Nate, mais c'était la deuxième fois qu'elle l'évoquait. Et étant donné qu'il semblait être le propriétaire de la carte de crédit qui avait payé les vêtements que la jolie blonde lui avait offerts, il faudrait qu'elle pense à le remercier si elle le rencontrait un jour. Quoique, s'il était lui aussi un vampire, ça ne la dérangerait pas d'attendre un peu. Trop de vampires tuent les vampires... Elle commençait à avoir sa dose, entre le clan de Victor et Solace et Grant, dont elle avait peur qu'il n'épie ses pensées. Ceci dit, les deux derniers, elle ne les remercierait jamais assez pour l'opportunité qu'ils lui laissaient...

Bref, peu importe puisque de toute manière, Solace les invitait à sortir, sans avoir rien acheté. Et Charlotte ne doutait pas que c'était un exploit. A quelques mètres de là, des coups sourds se faisaient entendre et un petit attroupement s'était formé. Entre les passants, la jeune anglaise parvint à apercevoir une poubelle déformée. Donc elle n'avait pas fait son quatre heures des deux Opposants, elle les avait simplement enfermés dans cette benne. En tout cas pour l'instant. Mais si d'ici deux heures... Stop. Elle ne voulait pas savoir. Quelque peu ébahie, elle saisit machinalement la baguette de Danny que Solace lui tendait. Oui et ? Elle n'avait pas plus qu'elle envie de récupérer un trophée. Que pourrait-elle bien en faire ? Arriver à l'Abbaye et lui tendre en lui disant qu'il avait égaré sa baguette près d'une poubelle ? Cela aurait été très drôle mais pas très intelligent si elle voulait éviter d'avoir des ennuis. Elle réglerait l'histoire de la baguette plus tard. Pour le moment, elle la rangea dans son sac après être montée dans le taxi.

Sur le chemin du retour. Le regard perdu dans les décors qui défilaient, elle ne réalisait pas encore vraiment ce qui venait de se passer. D'autres personnes étaient au courant pour sa grossesse et, pour une fois, ils n'étaient pas des ennemis mais des alliés. C'était étrange de dire cela alors que pourtant, théoriquement, ils étaient du camp adverse. Néanmoins, ils n'en voulaient pas à son bébé, eux. Et mieux même, ils s'étaient proposés pour l'aider à prévenir Sacha si elle le décidait. C'était bête mais cela lui faisait du bien de savoir que malgré tout, il y avait des personnes de son côté. Même si elle ne les connaissait pas vraiment. Et même s'il ne lui arrivait jamais de faire aussi facilement confiance aux gens, elle le faisait quand même. Peut-être parce que Sacha se fiait à eux alors elle pouvait leur accorder ce crédit. La voix de Solace la sortit de sa contemplation. Elle lui demandait de faire attention... Mais elle ne faisait que cela... Ce n'était pas de sa faute si elle attirait les ennuis comme le miel les abeilles. Quant à Grant il ne devait pas... Hum ? Non, elle ne voulait même pas savoir de quoi il s'agissait. Pas le temps de retourner à ses songes, la vampire voulait savoir si... Quoi ?!
†~


" Euh... Danny... ? Euh... mais.. non. Non ! Non vous ne pouvez pas le.. "bouffer", c'est un sorcier ! Et beaucoup plus sympathique que son acolyte en plus. "

~† Alors ça, on ne lui avait jamais faite. Lui demander l'autorisation de tuer quelqu'un... S'attendait-elle vraiment à ce qu'elle lui réponde "oh oui, allez-y, ce n'est qu'un Opposant de toute façon" ? Non. Il était peut-être effectivement un Opposant, ce n'était pas une raison. Bien que, si Solace lui avait posé la même question pour des personnes desquelles Charlotte avait juré de se venger, sa réponse aurait certainement été différente. Passons. Fort heureusement pour elle, ils arrivèrent dans sa rue, ce qui l'empêcha certainement d'entendre Solace lui répondre "Alors je vais manger son copain, puisqu'il n'est pas sympa !"... Sortant du taxi, elle laissa la vampire gérer avec le chauffeur. Sur le trottoir, sacs en main, elle observa une seconde sa maison d'un regard pensif. Les trois personnes qui se trouvaient à l'intérieur lui étaient chères et pourtant, elles n'avaient aucune idée de ce qui se passait juste sous leurs fenêtres... Charlotte se retourna pour faire face aux deux vampires. Et maintenant que dire ? A la prochaine ? †~

" Solace... Merci. Grant... Je vous... Je t'appelle si j'ai besoin. Encore merci, à vous deux. "

~† Elle n'avait jamais été très douée pour s'exprimer. Que ce soit des remerciements ou des choses plus importantes. Alors, elle lui offrit un petit sourire, un vrai. Parce qu'elle ne pouvait pas faire mieux. Et pourtant venant d'elle, c'était déjà beaucoup. Elle les salua d'un petit signe de la tête, les laissant faire ce qu'ils avaient à faire, tandis qu'elle montait les marches de son perron avant de franchir sa porte d'entrée. Elle fut accueillie par un éclat de rire de son cousin, et une exclamation de dépit de son père. Probablement étaient-ils encore en train de jouer au Babyquid'. Comme quand elle était partie, rien n'avait changé. Rien sauf elle, sa situation. Un tout petit peu plus légère. Elle referma les portes et rejoignit ses parents, ainsi qu'Eneas. Celui-ci releva la tête vers elle, lui souriant avec tendresse. †~

- Alors tes courses ?
" Mieux que prévues... "

THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La diable s'habille en Gucci   

Revenir en haut Aller en bas
 
La diable s'habille en Gucci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le diable s'habille en prada. | Featuring ? Mack.
» Despina Nyx Braunstein ? Le Diable s'habille en Nyx [Finish]
» Corne du Diable = Psycopathe
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Habitations & jardins-
Sauter vers: