PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 L'Uruk à Frange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 519
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12553

MessageSujet: Re: L'Uruk à Frange   Mar 7 Déc 2010 - 0:58

Eden et Liam.
La métamorphose avorta les jolies phrases de soutient partagée entre réconfort et pitié. Ce qui, soyons franc, soulagea une Isis qui n’avait jamais aimé l’exercice même si elle le surmontait avec abnégation quand elle si trouvait confrontée. Alors elle considéra l’aveu comme elle pensait qu’il devait l’être. Une blessure trop importante pour qu’il puisse la cicatriser pour l’instant.

Avant de grimper sur lui, au plutôt sur sa bête, elle caressa doucement la fourrure entre les deux yeux, descendant lentement jusqu’au museau qu’elle emprisonna tendrement. Le but, lui permettre de plonger dans les prunelles étonnement humaines du loup. Lui murmurer par un regard qui se voulait dénuer de pitié ou tout autre sentiment négatif, pour lui faire comprendre sans mot « Je garde précieusement la confidence, et peu importe quand, où, comment, pourquoi, si tu en ressens le besoin, je suis là ».

Puis vint la chasse.

- maintenant, je ne veux plus que tu regardes... je n’aime pas qu’on regarde boire.

Non sérieux.

Pourtant aucune réplique ne fusa. Ce n’était ni le sérieux de la demande, ni son absence la seconde d’après. Son silence était du au simple fait que durant ce laps de temps, Isis se crut en train de contempler l’œuvre de Michel-Ange. David s’apprêtant à défier Goliath. Et comme dans son souvenir, elle se mit à rougir. A huit ans, quand on rougit devant la photo d’une statue représentait un bel éphèbe et tout nu dans un bouquin qu’on avait chipé discrètement à sa mère - alors qu’on lui avait interdit - et qu’en plus, on est pris sur le fait par son père un brin moqueur, peu se comprendre. Mais là, maintenant, rougir ça l’énerva. En réalité, c’est sa gêne qui l’énerva. A mois que ca soit le fait qu’elle ne la comprenne pas qui l’énerva. Bref, elle s’énerva pour rien, parce qu’il y avait pas de quoi s’énerver.


Alors pour décompresser, et pendant son temps d’attente, elle s’allongea de la manière la plus discrète possible, pour ne pas gêner le chasseur de marbre, pour contempler les étoiles. Elle repensa à la course effrénée qu’ils avaient vécue. Les sentiments éprouvés étaient partagés. Partagés entre l’allégresse du galop et la peur de la chasse.

Contrairement à son transport jusqu’au clocher, cette fois ci, elle ressentit un plaisir à galoper sur le dos de Seth. Elle avait déjà monté Benemoth et même si le sombral était bien plus rapide que n’importe quel loup-garou, Isis n’avait jamais éprouvé du plaisir à voler sur son dos. Pourtant, elle donnerait très cher pour remonter sur son ami.
Pendant la course, on aurait dit que rien n’aurait pu les arrêter. Comme si la végétation était un lac dans lequel ils avaient plongé, courant, esquivant, zigzaguant, se noyant dans les herbes hautes, les tapis de feuilles mortes, les arbres aux couleurs chatoyantes. La plénitude qui en découlait lui semblait irréelle. Isis ne s’était jamais autant sentit sereine. Entendre le vent siffler, sentir les brindilles la chatouiller, humer la terre mouillée la rendait complète. Complète c’est ça. Jusqu’à sentir la chaleur de sa magie au plus profond d’elle-même. Elle éprouvait sa puissance et pour la première fois depuis son parcours en Indonésie, ne fut pas effrayait par les possibilités qui s’offrait à elle. Plus important encore, elle la considéra comme sienne.

Devenir louve, pensa-t-elle.

Maintenant qu’elle était au calme, elle trouva sa pensée grotesque. Elle ne désirait pas devenir louve. Ce qu’elle désirait par-dessus tout s’était de pouvoir vivre tout sa vie dans l’apaisement que cette course lui avait procurée.

Pourtant non. Même pour ne faire plus qu’un avec la source de sa magie, la nature, cette forêt, Isis ne se ferait pas transformer volontairement en lycan. Pour plein de raison, la plus simple résidait dans la chasse.

Courir à perdre halène à travers les paysages avait un prix trop chère à ses yeux. La chasse ou plus généralement le danger n’était pas des moteurs dans sa vie. Elle les fuyait sans aucun remord. Ce n’était pas son essence.
Lutter pour attraper sa proie, échapper à des acromentules, être submerger par l’adrénaline du combat, par le plaisir, l’excitation, le jeu, très peu pour elle. Elle avait tenu bon, gardé son sang froid, s’accrochant plus que de raison à Seth, mais n’entrava pas la traque.

- Je peux ?

Parce qu’il en avait besoin.
Parce qu’il savait ce qu’il faisait.
Parce qu’il ne la mettrait jamais en danger. Il lui avait dit, il lui avait montré, il l’avait prouvé une fois de plus. Elle était indemne.

Isis se releva tranquillement, acquiesça, et lui tendit négligemment le sac. Quand elle releva les yeux vers lui, elle se mit à rougir. L’image de David lui revint en mémoire.
Mais maintenant, elle n’était plus énervée. Elle savait pourquoi elle était mal à l’aise. Parce que c’est la toute première fois qu’elle considérait Seth comme un bel homme. Oh elle savait qu’il était joli garçon, il avait été parmi les mecs les plus en vus des Bécasses mais son salut vint du faite qu’il était bien trop mystérieux pour qu’on l’enquiquine. Malgré tout, Isis ne voyait en lui, ou plutôt n’avait vu qu’en lui, un ami, et pas un mec avec qui elle aurait pu avoir une relation. Et ça, elle ne l’aurait jamais cru.

Pour éviter de s’attarder sur les muscles qui se dessinaient à travers la peau albâtre de l’hybride, Isis reporta son attention sur le sac. Elle examina les vêtements qu’il avait emportés pour se détacher de l’image du chasseur. D’abord la chemise, puis le pantalon, des chaussures… et là, ce fut La question qui lui sauta aux yeux.

Caleçon, ou pas caleçon ?

Hum… on va éviter la question.

Isis se releva, s’épousseta, tourna le dos à la scène de crime, et commença silencieusement à se diriger vers le sous bois. Elle tendit la main à Seth. De un parce qu’elle ne savait pas où elle se trouvait par rapport au Clocher, et qu’elle se serait perdu sans le moindre doute. De deux, parce que quand il lui prit la main, et récupère la besace, elle se hissa sur la pointe des pieds pour lui faire un baiser. Un remerciement pour la ballade car même si la chasse n’était pas sa tasse de thé. Elle avait beaucoup apprécié la sortie.

Maintenant il ne restait plus qu’à rentrer. Ses bâillements trahissaient sa fatigue. Et même si elle essayait tant bien que mal, elle ne pouvait pas cacher encore très longtemps sa fatigue.
Revenir en haut Aller en bas
Seth Cullen
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 224
Age du personnage : (17) (239) 22 ans
Habitation : Londres
Occupation : Etudiant à l'université moldues Charles de Gaulle de Londres
Signature : Isis
Avatar : HD
Date d'inscription : 03/01/2009
Coup de coeur : 34
Gallions : 8328

MessageSujet: Re: L'Uruk à Frange   Mar 7 Déc 2010 - 23:39

Il tendit sa joue pour aider les lèvres à accéder plus aisément à leur but. Son sourire était de fierté ; de pouvoir faire ce genre de chose sans éprouver de malaise. Mais aussi de plaisir. Il restait incontestable qu’un bisou flattait le nerf de l’amitié.

Seth fourra la main d’Isis dans la sienne et ils avancèrent à travers les frondaisons nocturnes. Il garda ses sens en éveil, près à en découvre avec les Acromentules qui devaient les attendre non loin de l’endroit où ils les avaient laissé. Pour éviter quelque malencontreux problème, Seth décida de faire un détour.

Après quelques bonnes minutes de marche et quelques bâillements d’Isis qui l’interpelèrent, il la souleva pour l’aider à se mettre sur son dos. Elle pourrait s’endormir malgré sa raideur. Elle protesta qu’elle n’était pas cul de jatte et qu’elle pouvait marcher. Il protesta à son tour, tout sourire, qu’elle lui semblait si fatiguée et si minuscule et que parfois il en oubliait que les simples humains, aussi Iccam soient-ils, savaient grimper sur le dos des vampires. Fatiguée ou non. Elle redoubla d’efforts pour le contredire de toute la mauvaise foi que Seth lui connaissait. Ses derniers arguments auraient sûrement eu plus d’effet si elle avait pu réprimer un bâillement en plein milieu. Les mimiques taquines de Seth eurent raison de sa fierté. Portée, elle lutta contre le sommeil, mais malgré la rigidité du dos vampirique, elle somnola.

Il ne courut pas. A peine accéléra-t-il le pas. Ils en avaient pour quarante minutes à vitesse humaine. Il attendit qu’elle soit complètement endormie pour filer à travers le bois. Il se força à être délicat et à éviter les virages surprenants.

Ils furent rentrés après quelques minutes de plus. Il poussa la porte du Clocher avec un de ses pieds, faisant habilement passer Isis de son dos à ses bras, et se dirigea vers la chambre de Liam. Il déposa Isis sur le lit puis alla allumer le feu dans la cheminée. Comme il était seul, que personne n’était là pour le dénoncer, il alla vers la petite boîte cachée derrière une étagère du salon pour en sortir sa baguette. Il l’utilisa pour garnir les braises et attiser l’âtre de la chambre.

Avec la même délicatesse, comme si elle avait été accueillie par une brise qui parcourait la chapelle, il retira son pull et la borda dans le lit. D’un autre coup de baguette raisonnable, il écarta les artifices de Liam, les robes, les magazines, les échantillons de beauté. Il remisa le tout dans la vieille armoire qui contenait déjà beaucoup des affaires de son frère.

- Il faudrait que je brûle tout ça... soupira-t-il.

Finalement, il n’y eut plus rien à remuer, plus rien à nettoyer ou à mettre en ordre pour améliorer l’hospitalité du lieu. Il songea qu’il aurait peut-être mieux valu qu’il emmène Isis près des siens mais il n’avait pas la moindre idée de la manière dont il aurait pu les contacter. Aussi se ravisa-t-il. Admettant, en outre, qu’il aimait l’idée de l’avoir pour lui tout seul encore un peu. Il la regarda dormir un instant, repensa à toutes leurs discussions de la soirée, à la partie de chasse, à sa main dans la sienne, au baiser. Il porta machinalement sa main à sa joue, à l’endroit où il avait accepté ce témoignage de grâce, et sourit.

Il attira à lui un des grimoires qui jonchait les lavabos et les étagères de la cuisine. Il l’ouvrit à une page et alla se caler près d’Isis pour lire, bercé par la respiration de l’Iccam.

Le lendemain, se dit-il rêveur, il lui demanderait sérieusement de quelle façon il pourrait rejoindre la Résistance. Il en avait envie. Il trouvait que sa rencontre avec Isis augurait un avivement spontané de sa foi dans un futur meilleur. Si Isis était proche de la Résistance, il y avait de grande chance qu’Egon en soit aussi... et si Egon y était :

- Amys y sera.


« Le lendemain, je lui fis ma demande.
Ne pouvant prendre sur elle d’inviter un étranger au cœur de « trois petits points » - elle ne termina pas sa phrase -, elle me fit attendre devant un chêne à l’orée de la forêt.
Quelques minutes plus tard, entre l’arbre et moi, Sacha de Lansley se présenta.
Visage fermé et pâle. Las. Calme. Loin de l’image combattive que j’en avais de par mes voyages dans le futur et des souvenirs ternis par les couches poussiéreuses des années que j’avais accumulées.

- Isis m’a dit...
- Et ?
- Tu es un ami d’Amys, n’est-ce pas? Si je recoupe ce que j’ai lu dans l’esprit d’Isis sur votre petite soirée – pas brillant de la faire crapahuter dans les bois alors que tu savais ce qu’elle représentait – et ce que je sais de l’histoire d’Egon, tu es le rejeton d’Amys.

- Oui, grinçai-je des dents. Je n’aimais pas qu’on m’appelât « rejeton » quand d’apparence on avait guère plus de quatre années que moi.
Ma mine sombre le fit sourire.
- Encore un fichu vampire.
Il avait décidé de se faire saigner ce matin. Je redoutais son verdict et il me déplut de comprendre que mon appartenance à la Résistance dépendait de lui.
Il eut le même sourire moqueur. Ou plutôt, dirais-je, amusé. Il se détendit et vint s'asseoir à côté de moi qui n'avais pas bougé.
- Amys n’est pas là. Je n’ai rien contre ton adhésion... je pense même que j’ai quelque chose à te confier qui pourrait te plaire. Mais pour qu’on soit réglo, il faudra remplir trois conditions.
J’attendis la suite sans moufeter.
- Un. Egon doit valider aussi. Deux. Amys doit valider aussi. Trois, Grant doit valider... aussi.

Je ne savais pas qui était Grant mais j’acceptai aveuglément ces trois conditions. Je ne voyais aucune raison pour laquelle on pouvait se méfier de mes intentions. J’avais confiance en moi aussi bien qu’en elles.

- Je m'occupe d'en parler à Egon, m'assura-t-il avant de transplaner. Ne me donnant aucune autre information sur la façon dont nous nous contacterions. Ce Sacha version 2012 avait avait beaucoup changé... Encore que. C'était le même homme de cynisme qui m'avait fait du chantage pour que j'accepte de sauver Isis le jour du Combat Blanc. Le même, en dix années plus vieux.

La première chose à faire était de retrouver Amys. Direction TASKS. »



Fin






Dellamore Dellamorte
Chi vive nella speranza, muore a stento

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Uruk à Frange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Chevaucheur de warg uruk-haï
» Uruk-Hai [500 pts]
» Shaman Uruk + Etre des Galgals
» Mon 2 eme uruk-hai de peint
» Uruk-Haï sauvage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Extérieurs du château :: Parc et Forêt Interdite-
Sauter vers: