PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Daphne de Longueville (Sorcière)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daphne de Longueville
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 61
Age du personnage : 17 ans
Habitation : Londres
Occupation : Etudiante
Signature :
Avatar : Ashley Greene
Date d'inscription : 20/08/2010
Coup de coeur : 9
Gallions : 5114

MessageSujet: Daphne de Longueville (Sorcière)   Dim 22 Aoû 2010 - 14:03

Daphne de Longueville naît le 01 septembre 1995 dans la demeure qui abrite sa famille depuis des générations, à Canterbury. Son père, Alexandre de Longueville, est un sorcier français sévère, qui ne jure que par le savoir-vivre, l'éducation et le paraître. Sa mère, Galatée Gallagher, est une femme soumise d'origine anglaise, qui a sacrifié ses ambitions et son intelligence sur l'autel du confort et de la richesse. Enfant, Daphne est sage, docile et obéissante, son père lui reproche toutefois son naturel solitaire, il déplore l'incapacité de sa fille à se mêler aux autres. Après avoir reçu l'éducation d'un précepteur, Daphne a le choix entre intégrer Poudlard et Beauxbâtons. Son choix se portera sur l'école écossaise, où elle rejoindra Serpentard, maison qui, indéniablement, contribuera à faire de Daphne ce qu'elle est aujourd'hui. Elle y apprend qu'on ne peut compter que sur soi-même, que les amis véritables sont rares et comprend enfin la devise des de Longueville, "Ardua Para Subire", qui signifie "Hâte-toi de t'élever." Ni populaire, ni rejetée, Daphne suit son chemin, réussisant ses B.U.S.Es puis ses A.S.P.I.Cs avec brio. Elle se lie vaguement d'amitié avec quelques personnes de Serpentard mais, au sein des autres maisons, sa réputation est exécrable, lui sont reprochés une répartie un peu trop acide et un goût un peu trop prononcé pour les coups bas. On ne lui connait aucune relation, les amourettes de ses camarades ne l'intéressent pas, elle travaille avec acharnement pour briller d'un point de vue scolaire. A l'âge de 17 ans, sa grand-mère décède, lui lèguant un petit appartement à Londres. Elle y emmènagera en attendant d'entrer à l'Université, où elle voudra apprendre le métier d'Auror. La vie de Daphne est réglée comme du papier à musique, ce dont la jeune fille se désole. Sa vie changera à tout jamais le jour où, alors qu'elle se promenait seule dans un parc la nuit, elle fera la rencontre de Samael Cain...


"Le premier coup qu’il me porta fut douloureux mais salvateur. Je savais enfin ce qui allait m’arriver.
La volonté qui m’habitait ordonnait à chacun de mes membres de se mouvoir et de s’unir pour sauver ce corps qui, autrefois, avait été le mien. J’offrais mon être à cet homme qui, malgré mes supplications déraisonnées, continuait de détruire sa plus récente acquisition : Moi.

Moi, Daphne. J’ai 17 ans et je suis minuscule. Le mètre cinquante sept et les quarante cinq kilos qui constituent ma frêle personne semblent faire de moi une créature docile, fragile et facile à abattre. Pourtant, cette morphologie inapte à résister à la violence qui me terrasse en ce moment m’a permis de développer une toute autre forme de force. Si mon corps cède bien vite sous la torture interminable infligée par mon bourreau, mon esprit, lui, ne capitule pas et résiste, puisant son énergie dans l’orgueil qui fait de moi une femme insupportablement hautaine. D’un regard brûlant d’une indicible haine, je fis savoir à cet homme que l’étendard qu’il brandissait fièrement au-dessus de mon corps meurtri ne clamait pas encore au monde sa victoire sur moi. Je me relevai maladroitement mais mes jambes, fines et tremblantes, se dérobèrent sous moi et c’est à terre que je du me résoudre à faire savoir à mon agresseur qu’il ne m’avait pas détruite.

Etrangement, il ne me tua pas et ne profana d’aucune façon le temps vierge et sacré qu’était encore mon corps à cette époque. Il s’amusait simplement du désespoir qui émanait de moi, alors que je tentais de conserver cette dignité qui, je le savais, me sauverait. Mais pour combien de temps encore ? L’éternité, complice de cette terrible nuit, avait transformé chaque seconde en minute et chaque minute en heure. Puis, soudainement, alors que tout annonçait ma longue et douloureuse agonie, je ne ressentis plus de souffrance nouvelle. Les coups avaient cessé de pleuvoir. Brisée et allongée sur l’herbe du parc, je pus enfin plonger mes yeux dans ceux de celui qui, après avoir été ma raison de mourir, deviendrait celle que j’avais de vivre.
Il disparu précipitamment, alors que je sombrais dans un sommeil que m’imposait mon corps, vidé de toute la force qu’il avait pu contenir. L’auteur des bleus qui ternissaient le teint de ma peau diaphane me laissa seule dans ce parc, où un passant me trouva le lendemain et m’amena à l’hôpital. Je ne répondis à aucune de leurs questions. J’étais trop fière pour me plaindre, juste assez responsable pour accepter d’être soignée.

C’est donc ainsi que je fis la connaissance de Samael. Je ne le savais pas encore, mais cette nuit dans le parc s’annonçait bien plus douce que tout ce que je m’apprêtais à vivre avec l’homme qui m’avait torturée et qui continuerait de le faire, jusqu’à la fin de ma vie. Quelques jours plus tard, je pus enfin sortir de l'hôpital. Bien qu'hors de danger, je conservais les traces de mon agression. Malgré les hématomes impressionants qui recouvraient certaines parties de mon visage, je conservais mes traits de petite fille, mon air candide et et innocent. Je semblais incroyablement calme, sereine et posée. Mais malgré cette quiétude apparente, je sentais monter en moi une rancune meurtrière, une soif de vengeance qui aurait détruit le monde si elle n'avait pas été abstraite et immatérielle."
Revenir en haut Aller en bas
 
Daphne de Longueville (Sorcière)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y'Shahinn Nehleän - Prime Sorcière
» Charles-Paris de Longueville {Entre amour et haine}
» Frida [Sorcière]
» Gwelaly Lothalia [Sorcière & Voyageuse]
» Conversations de Mlle de Longueville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Règles & gestion des personnages :: Les premiers pas dans le forum :: Galerie de Portraits-
Sauter vers: