PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Baring

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8372

MessageSujet: Re: Baring   Jeu 30 Sep 2010 - 20:40

Elle était belle perchée sur ses dix centimètres de talons. Il avança vers elle sans se presser pour profiter quelque secondes de plus du tableau adorable d’une femme qui l’attendait. Un instant, l’image de Charlotte se superposa à celle d’Elinor.

C’était sa femme qui était appuyée sur le pilier de pierre. Ses cheveux bruns tombaient en cascade sur sa poitrine généreuse, étouffée dans un bustier de satin noir, et animait la petite flamme coquine qui brillait dans son regard quand il la contemplait. Son regard bleu pirouettait avec exaspération sur les groupes d’étudiants qui allaient et venaient bruyamment. Ca le faisait le sourire, il aimait son mauvais caractère. En glissant vers lui, le bleu de ses yeux s’illumine. Son regard lui donne l’impression d’être le seul homme sur Terre. Il ne se sent unique que dans ces yeux là. Il regrette tous les secrets et tous les silences et quand il l’enlace, il lui dit moins qu’il l’aime qu’il n’est désolé que tout soit si compliqué.

Puis, comme il marche encore vers l’apparition de sa femme, un pincement au cœur le ramène sur terre. Elle n’est pas là. Ce n’est pas elle. Parce qu’il l’a laissé. Ils n’iront pas à l’opéra ensemble... Charlotte n’aime pas les opéras. Son image s’évapore. Il se détache de lui pour courir après elle et l’enlacer. Lui rappeler combien il l’aime. Qu’il reviendra. Son fantasme se noie dans les rires aigues d’une étudiante qui glousse trop fort. La parenthèse se ferme. Sacha sourit pour lui. Il la voit partout ces derniers temps. Charlotte. La culpabilité s’effacera peu à peu. Il n’a pas de regret. Il n’a que le vide. Le vide et ce sentiment de culpabilité. A quel moment sait-on que les choix qu’on a fait sont les bons choix?

Il arriva près d’Elinor et lui baisa le front en l’invitant à prendre son bras. Elle n’avait pas fini de s’y accrocher qu’ils avaient déjà transplané près de l’Opéra.

La foule l’exaspéra très vite. Il se sentait tendu à chaque fois qu’il sortait. Ce n’était pas le moment de sortir. Aller dans un lieu rempli de visages et d’yeux qui seront prompts à le balancer à l’Opposition pour une récompense hors norme. Mais Elinor voulait aller à l’opéra et Wagner comblerait un temps les trous noirs dont elle faisait l’objet.

Il transplana une seconde fois aux premiers sièges de la corbeille. D’un coup de baguette, il fit apparaître une affichette 'Réservé – Interdit au public'. Il fit asseoir Elinor, sans parler. Il garda ses lunettes de soleil durant toute la représentation. Il y eut bien un ou deux curieux qui, depuis les fauteuils d’orchestre, tournèrent leurs jumelles en sa direction pour chercher à comprendre la raison pour laquelle quelqu’un se parait de lunettes pour voir un Opéra. Sacha joua le rôle d’un aveugle, la tête penchée en arrière comme Ray Charles, un moldu talentueux. Les curieux l’oublièrent.

Ce fut la première fois qu’il n’apprécia pas un opéra. Sa tête voguait ailleurs. Derrière les verres fumés, il repensait à son parcours dans la tête d’Elinor, à la Résistance, à sa vie, aux contestations incessantes que lui jouait son cœur quand il pensait à Charlotte.

Il n’en dit rien. Ce qui à ce seul détail pouvait renseigner Elinor sur l’inefficacité que Tristan et Iseult avaient eut sur ses nerfs. Il était à cran et, paradoxalement, d’un calme olympien en apparence. Maîtrise.

Dès que le rideau se baissa, il n’attendit pas le rappel des comédiens pour se lever et tendre sa main à la femme de son fils.

- Viens, on y va.

Vingt minutes plus tard, ils étaient dans la salle du trône du château. Ils ne s’étaient pas changés. Sacha tenait fermement la main d’Elinor dans la sienne. Ils étaient debout, sur la passerelle en pierre qui liait la porte de la pièce royale au socle de marbre qui servait de trône à l’Ombre. Personne à Poudlard ne suspectait l’existence de ce quartier. En dessous de la passerelle, le vide. On n’en voyait pas le fond. La silhouette d’Amba apparut soudain, assise sur le trône, les jambes croisées sur un des accoudoirs. Il se tenait la tête. Affectait un air détaché.

- Bonsoir, dit-il sans bouger. Vous approchez?

Un couple de fauteuils louis XV apparut devant lui, à l’autre bout du pont. Sacha et Elinor avancèrent.

- Amba, je te présente Elinor. Elinor, Amba, les présenta Sacha en s’asseyant.

Amba rétablit une position moins familière et se tourna vers eux, les bras accoudés sur ses genoux. La ressemblance physique avec Umbrès et Rosà n’avait encore jamais autant frappé Sacha qu’en cet instant. Sans doute parce que pour la première fois depuis qu’il le connaissait, Amba ne se singeait pas. Il était calme et concentré. Il scrutait Elinor sans retenue. Silence.

- Sacha m’a expliqué, dit-il. Je n’ai jamais pénétré un esprit corrompu. Cela ne te dérange pas que j’extirpe tes souvenirs plutôt que je m’infiltre dans ton esprit?

Sacha roula des yeux. Elinor ne connaissait pas encore assez le personnage pour savoir que le Dyode était en plein délit de vanité.

- Dis, madame Irma, tu arrêtes de faire ton cinémagic. Tu fais ce que tu as à faire et tu lui fous la paix avec tes questions obscures.
- Aucune reconnaissance.
- Je te reconnaîtrai quand tu nous auras aidé.


A Elinor:

- Elinor, comment as-tu pu t’accoupler avec cet ingrat notoire?
- Comment deux divinités ont-elles pu commettre une bourde aussi grotesque,
répondit Sacha du tac-au-tac.

Amba sourit. Quoi qu’on en dise, leurs joutes verbales les amusaient tous les deux.

Amba se leva se son siège et vint près d’Elinor. Il lui prit la main. Le siège sur lequel elle était assise s’éleva lentement dans les airs. Il lâcha la main doucement quand elle fut à deux mètres du sol.

Sacha allait protester lorsqu’une lumière rouge se diffusa autour d’elle et se réverbéra en un faisceau puissant sur le mur de la salle du trône. Comme dans un cinémagic, les souvenirs d’Elinor prirent forme. Tous les trois voyaient défiler le film de sa vie.

Effectuant de temps à autre de grands gestes des bras, Amba faisait s’accélérer les passages qui ne les intéressaient pas. Dans les passages à vitesse accélérée, le vrac chaotique des images était illisible mais d’après les petits sourires amusés qui lui échappait, Amba pouvait visiblement visionner chacune d’entre elles. Après un moment, il ralentit de nouveau le film. La scène de la manifestation dont Sacha lui avait parlé se rejoua devant leurs yeux.

Cette fois, il n’y eut pas de trou noir. Lorsqu’Elinor se trouva en face de Mordred, ce dernier formula une incantation. Le tatouage à la forme de scorpion se mit à briller sur la gorge de Manoue. A la fin de l’incantation, le tatouage disparut et Mordred prit Elinor dans ses bras pour la presser avec affection:

- Tu m’as manqué, dit-il.

Elinor ne répondit pas. Elle évita tout sentimentalisme en allant droit au but:

- Qu’est-ce que tu vas encore me faire faire? Je perds tout si on s’aperçoit que je travaille pour l’Opposition.
- Ne t’inquiète pas. J’effacerai tout ce que tu as fait. Il faudra être Merlin lui-même pour parvenir à retrouver tes souvenirs.
- Je déteste ton chantage... tu tiendras parole? Tu me lobèreras quand tu auras obtenu ce que tu veux?
- On verra...


Amba eut un hoquet de forfanterie. Sacha lui balança un sortilège cuisant. La Dyode le bloqua sans même se détourner de son activité. Il continuait de faire défiler le film d’Elinor.

Elle accompagna Mordred dans une taverne. Sur le chemin, il lui expliqua ce qu’il attendait d’elle.

- D’après nos sources, deux Résistants se trouvent au Café des Ducs de Lombards. L’un deux est un ancien Opposant qui a changé de camp. Nous pensons qu’il a fourni des informations essentielles à la Résistance et nous aimerions savoir lesquelles avant de le supprimer. Ils s’attendent à avoir rendez-vous avec un infiltré Résistant de l’Opposition... qui sera toi. Ils ne l’ont jamais vu. Ils savent seulement que c’est une femme. Quand tu auras obtenu ce que nous voulons, je te retrouve rue Grenelle dans l’hôtel de la dernière fois. Tu n'as que trente minutes. La véritable infiltrée est supposée entre temps. Je m'occupe de la retenir.

Mordred ouvrit la porte de la taverne à Elinor et transplana avant que la porte ne se referme.

La suite de l’anecdote nous montra Elinor, sûre d’elle, cuisiner les deux hommes et esquivant leurs questions les plus gênantes. Sacha connaissait ces deux hommes. Ils étaient adjuvants de la Résistance française et, l’année précédente, lorsqu’il avait combattu près de Nice, André et David lui avaient prêté main forte. Grâce à André, Sacha avait pu regagner une cheminée menant directement à Sainte Mangouste alors qu’il était grièvement blessé. Jusqu’à ce soir, André était porté disparu... Mais, désormais, Sacha pouvait témoigner de ce qui lui était arrivé.

La scène suivante leur montra Elinor attirer les deux hommes dans l’arrière salle de la taverne et les abattre de sang froid... Avant de ressortir de la taverne, pleurant, elle alla commander deux whisky qu’elle but chacun d’une traite. La main de Sacha se crispa sur l’accoudoir du Louis XV. Amba avait retrouvé tout son sérieux.

Plus tard, Elinor regagnait l’hôtel dans hall duquel Mordred l’attendait. La manifestation avait rejoint le champ de Mars. Les clameurs retentissaient. Les citoyens français appelaient à la Résistance contre un gouvernement antarien.

Elle lui délivra les informations qu’elle avait obtenues des deux hommes. Ils prirent l’ascenseur pour aller vers les chambres. Dès que la porte de l’ascenseur fut fermée, Mordred se tourna vers Elinor et scanda une incantation qui plongea Elinor dans un demi-sommeil. Il la prit dans ses bras pour la retenir de tomber et la souleva pour la porter à travers les couloirs. Quelqu’un les croisa. Mordred sourit avec dérision:

- Elle est ivre... une bonne nuit de sommeil et une aspirine et tout va rentrer dans l’ordre, trouva-t-il comme excuse.

Il ouvrit une porte. La 447. C’était la chambre dans laquelle Elinor s’était réveillée quelques heures plus tard.

Amba fit cesser le film. Le fauteuil d’Elinor regagna le sol. Un silence lourd referma sa paume sur les trois sorciers. Étouffant, moite et chaud.

Sacha ne savait pas quoi penser. La séquence de la mort d’André le ravageait. Eux qui l’avaient cherché pendant des mois et qui avaient fini par penser qu’il avait trouvé refuge dans une quelconque partie du monde où ni Opposition, ni Résistance n’avait de poids se retrouvaient avec un meurtre sur les bras.

Ecoeuré. Malade. Brisé.
Sacha se leva et tendit sa main à Amba:

- Merci.

Il n’osa pas regarder Elinor. Il n’avait pas envie de la regarder.
Il lui fallait du temps pour assimiler cette cruelle vérité.

‘Et non. Je te promets que Mordred ne sera pas jugé... il n’y a pas de justice dans mon cœur. Il n’y a que vengeance.’





Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7865

MessageSujet: Re: Baring   Sam 23 Oct 2010 - 21:09

L'amertume ne la quitta pas jusqu'à ce qu'ils passent de l'opéra à Poudlard. Ils quittèrent la sublime salle avant que la foule ne se disperse en une fourmilière colorée et disciplinée. Elle s'était sentie seule durant tout le spectacle alors qu'elle était venue ici partager un moment unique seule avec son ami. Un nœud se forma au creux de son ventre. Il lui semblait qu'elle était en train de payer les fois où ils s'étaient rendus ici sans qu'elle s'implique vraiment auprès de Sacha. Elle recevait une nouvelle fois à la figure la lettre cinglante qu'il lui avait écrite en réponse à celle qu'elle lui avait envoyée, candide, pour son anniversaire. Déjà qu'elle était paumée au milieu de ces sordides révélations, elle n'avait pas besoin de perdre son point d'ancrage.

Ses propres turpitudes l'empêchaient de pouvoir deviner ce qui trottait dans la tête de Sacha. Ce qui faisait d'habitude sa force lui faisait maintenant cruellement défaut.

Elle avait simplement senti qu'il n'appréciait pas et que si physiquement il était là, mentalement, il était ailleurs. S'il n'apprécie pas, alors elle a échoué. En ayant choisi la simplicité d'un habituel plaisir commun, elle avait l'impression de l'avoir étouffé dans un exercice où il était simplement là pour lui faire plaisir. Ce n'était pas leur définition de la détente à tous les deux. Pour le coup, ils ressemblaient à un vieux couple moldu rongé par le poids de la routine. Elle devenait égoïste ce qui ne lui ressemblait pas. Se sentir exclue de Sacha hormis sa présence charnelle lui fendait le cœur. C'était lui qu'elle était venue voir, et il avait parlé de détente avant son quelqu'un qui pourrait l'aider. Au final, elle ne savait plus que penser. C'était à peine si elle se souvenait de la manière dont elle pensait d'habitude.

Sur le trajet elle ne pipa mot et consentit, sans abdiquer pour autant. Elle lui parlerait de ce spectacle au moment le plus opportun.

A Poudlard, Elinor se demanda où Sacha voulait l'emmener. Elle qui pensait qu'ils resteraient certainement à Londres, traversant une ruelle obscure et pénétrant dans un appartement miteux... Elle fut médusée de savoir qu'un lieu d'une telle beauté pouvait exister sans que quiconque n'en fût au courant. La main de Sacha était ferme. Elle devait le suivre.

Son regard balaya les lieux, émerveillé. Le marbre du sol était d'une beauté somptueuse et effaça à lui seul le tourment qu'avait provoqué la passerelle surplombant ce vide impressionnant. Mais au final, ce qui la surprit le plus, ce fut le paradoxe que formait cet être frêle à lui tout seul, mal assis sur ce trône trop grand pour lui. Cet irrespect choqua hautement la morale retrouvée d'Elinor, et provoqua sur son visage un léger rictus.

Dès qu'elle se fut assise, le jeune homme dénommé Amba reprit une posture un peu plus sérieuse, mais le mal était fait dans l'esprit d'Elinor qui craignait une supercherie quant aux mystérieux pouvoir du garçon. Si elle n'avait pas encore été sous le choc des révélations faites par le legilimens de Sacha, Elinor aurait volontiers collé une gifle à Amba à l'adjonction de l'adjectif corrompu à son esprit, et une autre quand il osa parler d'accouplement. Une sourde colère typiquement féminine et non contenue s'empara de la jeune femme qui avait grandement envie de connaître les deux idiots qui avaient bien pu mettre au monde un tel spécimen. " S'il en existe un autre il faut l'empailler! " pensa-t-elle.

Ses pensées fusaient, et les néologismes qu'elle était entrain d'inventer pour insulter Amba dans son esprit devaient certainement atterrir directement dans le cerveau de Sacha...

- Deux divinités? murmura Elinor.

Quand il lui prit la main elle se crispa. Deux divinités, la salle du trône... elle avait à présent peur de comprendre. Quand son fauteuil fut à deux mètre du sol... elle comprit qu'elle avait bien compris et ses joues se colorèrent à l'idée que lui aussi ait pu entendre ses noires pensées à son égard.

Le film de sa vie projeté à des yeux sentencieux... A sa fin, tous les muscles d'Elinor étaient contractés, son regard vide et sa respiration haletante. Il lui semblait qu'on ne pouvait entendre que ça résonner dans la pièce. Elle resta comme ça hébétée, sans aucune réaction. Elle n'entendit même pas le merci prononcé par Sacha...

- Pourquoi ai-je fait ça? demanda-t-elle dans un souffle. Je ne peux pas lui manquer, il me déteste. Et je ne travaille pas pour l'Opposition! hurla-t-elle en se levant.

Les battements de son cœurs s'accélérèrent pendant que ses cris revenaient en écho dans la salle du trône. Elle se dirigea vers la passerelle, s'agenouilla au bord et se mit à vomir, comme pour se purger de tout ce mal qu'elle avait fait. La tête commença à lui tourner. Son regard scruta les abîmes qui l'attiraient irrémédiablement. Elle se sentit perdre l'équilibre. Tout son être semblait plonger vers ce noir si mystérieux, jusqu'à ce qu'une lumière rouge vienne briser son emprise.

Elinor irradiait à nouveau, et un nouveau faisceau se projeta sur le mur pour provoquer une nouvelle séance. Mais cette fois, Elinor était consciente de ce qu'elle faisait sortir de son être. Un mur venait de tomber et libéra quelques souvenirs. Au mur se projeta l'enlèvement d'Elinor dans la Forêt Interdite alors qu'elle poursuivait des licornes avec Miss Raines. Son inconscience fut tintée de noir jusqu'à son réveil dans une cave humide. Elle se réveilla enchaînée par les poignets au mur. A mesure qu'elle révéla ces souvenirs, Elinor sentit ses sens en éveil. La mémoire des odeurs de souillures et de moisissures revenait, les douleurs des séances de torture qu'elle avait subies reprenait son corps et le secouait de spasmes. Tout son séjour d'horreur fut déroulé devant les yeux de Sacha et d'Amba, jusqu'aux dernières paroles, celles de l'ensorcellement qu'elle avait subi.

A l'issu de ces douloureux moments, Elinor se tourna et se remit à vomir dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8372

MessageSujet: Re: Baring   Ven 5 Nov 2010 - 8:45

La deuxième salve d’images fut d’une nature aussi insupportable que la première. Sacha et Amba se regardaient sans oser un mot. Le Dyode finit par se pincer les lèvres en signe d’impuissance. Il hocha la tête à l’intention de Sacha et s’en alla par la passerelle, effleurant au passage la tête d’Elinor en guise de soutien moral. Sacha n’attendit pas que le Dyode soit complètement sortit de la salle du trône pour se mettre à genoux à côté d’Elinor et lui tenir les cheveux en arrière, derrière la nuque, pendant qu’elle évacuait l’indigeste vérité. Patiemment, il retenait la chevelure et caressait quelques mèches rebelles qui persistaient à vouloir aller voir du côté de son visage.

Il attendit le temps qu’il fallait en réfléchissant à ce qu’ils venaient d’apprendre. Et lui qui s’était froissé qu’elle ne lui donnât pas assez de nouvelles.

Quand elle sembla un peu plus calmée, il fit disparaître les souillures et prit Elinor dans ses bras. Il la souleva sans peine. Elle lui paraissait amorphe. Rien d’anormal. Il faudrait encore du temps pour assimiler.

A son tour, il prit la passerelle pour sortir de cette salle. Il traversa les couloirs sans la lâcher, sans parler. Il ne voulait lui infliger aucune violence supplémentaire. Le visage impassible, il parcourut la salle Organza où se tenait une réunion entre Judicaël, Winnie, Adel et Adrian. Les quatre Résistants s’alarmèrent. Interrogèrent sur ce qui s’était passé. Est-ce qu’Elinor allait bien? Sacha ferma doucement les paupières pour faire cesser les questions. On respecta le silence et on le laissa passer en continuant de murmurer quand il atteignit le passage menant à Verdi. Dans les quartiers qu’il avait investis, la sérénité était intacte. Foley regarda son maître passer en se frottant les mains avec inquiétude. Est-ce que Sir de Lansley allait bien? Est-ce que Foley pouvait faire quelque chose pour monsieur? Il se dénigra de ne pas avoir de quoi aider le jeune maître et le regarda passer sans insister pour obtenir une réaction. Il porta Elinor jusqu’à sa chambre, ouvrit ses draps que les elfes de maison venaient de changer et de parfumer aux senteurs qu’il aimait. Puis il la déposa délicatement sur le lit. Il lui retira ses talons, les posa par terre. Il lui baisa la tempe et se releva pour aller lui chercher de quoi boire. Il revint avec un verre d’eau clair dans lequel il avait versé une potion pour délasser Elinor. Il posa le verre sur la table de nuit en vieux chêne qui venait d’être lustrée à en juger par l’odeur de cire d’abeille. Il lui caressa la joue puis se releva en lui murmurant qu’il revenait très vite. Elle devait boire le verre d’eau en l’attendant.

Il parcourut le chemin inverse, prenant soin de refermer la porte derrière lui pour qu’Elinor ne soit dérangée par personne. Solace s’enquit à son tour de ce qu’il se passait. Sacha lui donna sa soirée.

Il revint dans sa chambre une vingtaine de minutes plus tard. Il avait mis plus de temps qu’il pensait mais il avait récupéré la chose à deux jambes et au nez morveux qui redonnerait le sourire à sa mère.

- Mamaaaaan! Hurla Noah, hystérique, quand il aperçut Elinor.

Surexcité, heureux et ne pouvant supporter d’attendre deux secondes de plus qu’on le laisse enfin sauter aux bras de la femme de sa vie, il obligea Sacha à le laisser descendre pour marcher seul. Il courut vers Elinor et bondit sur le lit, attrapant sa mère de ses bras encore potelés. Il la serra jusqu’à l’étranglement. Sacha les rejoignit. Il culpabilisait tant de les avoir séparés mais chacun savait que c’était la meilleure chose à faire pour le moment. Il alla se calfeutrer derrière Elinor dans les bras de laquelle de Lansley junior s’était lové. Ils étaient restés allongés tous les deux. Sacha rajouta sa touche en les enlaçant à son tour. Ses bras auraient été assez grands pour embrasser le monde. Il s’en sentit la rage et la force.

Ainsi allongés, ils écoutèrent un temps indéfini les babillages ininterrompus du gnome. Elinor eut le droit au résumé plus qu’approximatif et anachronique de ses activités enfantines. Il y avait une histoire de ‘soussi’ - que Sacha traduisit pour Elinor en ‘sushi’ -, de goûter, de parcours du combattant, de papa qui ne savait pas bien faire la tarte à la citrouille comme maman. Sacha objecta. Il n’avait jamais cuisiné de tarte à la citrouille. Il n’avait même jamais cuisiné de sa vie. Ah, oui, c’est vrai que c’était pas papa, c’était la dame grande avec les petits yeux plissés.

Qu’il le fît intentionnellement ou non, qu’il comprît réellement la situation dans laquelle ses parents se trouvaient ou non, durant toute sa narration, à aucun moment Noah ne trahit ni le lieu ni les personnes à qui son père l’avait confié. Il utilisa de nombreuses figures de style dont même son père amoureux des lettres n’aurait su user pour décrire toute sa vie quotidienne et en partager les plus gros morceaux avec sa mère, sans jamais vendre ce qui ne devait pas être vendu. Mareva était ainsi ‘la dame longue avec les yeux petits’, l’hôtel particulier devenait ‘la grosse maison pleine de pièces’, Rhidow, Iman, Shaula, les jumelles et tous les enfants avec qui il passait ses journée étaient ‘mes z’amis’. Cette drôle d’entité ne semblait pas avoir d’identité propre. Ils étaient un tout: ‘Mes z’amis et moi, on a fabriqué des goûters nous-mêmes et le monsieur sérieux qui sourit jamais, il a été sali avec la farine. Tu sais faire les soussi, maman? Moi zé appris. Il faut pas mettre de la farine avec les soussi, c’est pas bon sinon. Z’en ai pas mis dans les miens mais avec la magie, j’ai mis dans celui de mon ami. Il a tout raté ses soussi, c’était déguoulasse.’

- Oh. Eh. De Lansley, junior. On ne dit pas ‘déguoulasse’. Tu auras le droit de dire des gros mots quand tu sauras conjuguer l’imparfait du subjonctif. Pour l’instant, c’est loin d’être le cas. Alors, on dit quoi?
- C’était dégueux?
essaya-t-il sans conviction.
- Non plus,
répondit Sacha en soupirant d'un désespoir exagéré et clownesque. Par Merlin, qui est-ce qui t’a fait? Ca, ça ne vient pas de moi, tu le tiens forcément de ta mère.
- Euh... c’était salure?
- Qu’est-ce que c’est que ça ‘salure’?
- Jé sais pas.
- Trouve. Tu l’as dit tout à l’heure.
- C’était pas bon?
- Oui, c’est mieux,
sourit Sacha en levant sa tête pour apercevoir la chevelure brune de son fils. ‘Immangeable’, c’est encore mieux.
Noah leva la tête pour sourire avec fierté à son père. Il reposa sa tête contre le sein de sa mère et conclut son explication:
- C’était immanzable, les soussi de mon ami, maman.


Les deux de Lansley mettaient beaucoup d’abnégation, et ce dans la plus grande pudeur et la plus grande discrétion, afin d’apaiser la femme qui était allongée entre eux.

Au bout d’un moment, Sacha s’effaça pour laisser à Elinor l’intimité dont elle pouvait avoir besoin avec son fils. Il alla se doucher, profitant de la coupure pour ressasser ce qu’il ferait à Mordred quand il lui aurait mis la main dessus.
Comment pouvait-il empêcher Elinor de subir l’influence de l’Opposition sans pour autant mettre la vie de la mère de son fils en péril? Rachel ne suffisait plus. En même temps, il ne se voyait pas déplacer un arsenal de défense autour de Manoue. Ca l’empêcherait de vivre sa vie.

‘Il faut attendre qu’ils essayent de nouveau de rentrer en contact avec elle...’ finit-il par penser.

Il revint dans la chambre Verdi et fut assailli par Noah et son air de conspirateur:

- Papa, est-ce que Noah il a le droit de rester dormir ici, avec maman?
- Oui.


Pas la peine de réfléchir. Mille fois, oui.
Manoue avait besoin de ça.

- Je vous laisse ma chambre. J’irai dormir chez Egon et Isis, ils vont adorer.





Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7865

MessageSujet: Re: Baring   Ven 12 Nov 2010 - 11:13

Laisser le temps se suspendre pour goûter aux plaisirs simples de sa vie, c'est ce qu'elle aimait par dessus tout. Depuis la naissance de Noah elle avait toujours su aménager de petits moments de plaisir comme celui-ci. Au fil des mois et des années, les moments à trois se firent plus rares et précieux. Celui-ci en ferait partie à jamais. Ecouter. Voilà ce qu'elle faisait. Elle aurait pu avaler toutes les couleuvres que son fils aurait bien voulu lui raconter en futur bon vert qu'il était. Elle aurait préféré mille fois avaler ces salades que de régurgiter les saloperies d'instants salis par les crimes qu'on lui avait fait commettre. Que se passerait-il pour Noah, Elliot et Rachel si un fil de la marionnette qu'elle était venait à rompre? Si au fond d'une nuit où elle disparaissait il n'y avait plus que les ténèbres pour abriter son dernier sommeil? Ses bras se fermèrent autour de Noah et le serrèrent encore plus fort qu'à l'accoutumée. Ces mauvaises pensées s'envolèrent. Après avoir subi le film oublié d'instants qui lui avaient été volés, elle chérissait l'idée que Sacha puisse retrouver Mordred, et là... Il n'avait rien d'un frère, ce n'était qu'un meurtrier.

Les doigts de la mère jouaient dans les cheveux noirs de l'enfant. De temps à autres ses lèvres s'étiraient, ses sourcils se fronçaient ou s'arquaient d'étonnement après chaque mot prononcé par le bambin. Si elle l'écoutait, ses pensées étaient uniquement tournées vers Sacha et regrettait amèrement ce qu'elle lui avait dit sur la justice concernant son frère. A présent elle ne doutait plus du sort qu'il devrait connaître et Merlin, si Sacha ne le faisait pas ... Elle s'en sentirait la force et le courage. Quittant un instant les cheveux de Noah, elle réussit à trouver une main de Sacha et la serra avec détermination.

- C’était immanzable, les soussi de mon ami, maman.
- Nous en ferons tous les quatre quand tu rentreras à la maison.

Le corps d'Elinor commença à se détendre. De bisous en chatouilles, mère et fils reprirent leurs habitudes sentimentales et taquines. Lorsque Sacha s'éclipsa, Elinor lui offrit un petit sourire valant bien des discours.

Noah se laissa aller à quelques questions à présent que son père n'était plus là. Pourquoi ne les avait-il pas posées avant? Elle ne le savait pas et ne le saurait pas. La peur de décevoir son père en interrogeant sa mère sur des personnes qu'il chérissait dans sa petite vie habituelle d'enfant de cinq ans? Probablement. Noah idolâtrait son père.

- Il va bien Elliot?
- Tu lui manques beaucoup, autant qu'à Rachel et à moi.
- Et Popy? Et Louis?
- Bien, bien. Ils sont chez mamie.
- Maman... lui glissa-t-il à l'oreille tout en nouant ses petits bras autour du cou de sa mère.

Il y a des gestes qui valent beaucoup de discours. Il était indubitable que Noah était bien ici. Mais...

- Je t'aime bébé.
- Moi aussi ze t'aime.

Noah était décidément bien courageux. Elinor ne pouvait détacher son regard de lui. Maintenant que ses cheveux avaient foncé, il ressemblait encore plus à son père. Heureusement que la couleur de ses yeux était la sienne sinon elle se serait posé des questions quant à la génétique. Qui aurait pu croire? Qui aurait pu croire cinq ans en arrière que la vie réserverait autant de pirouettes à cette jeune fille? Qui aurait pu croire que deux personnes aussi spéciales que Sacha et Elinor pourraient donner vie à un tel enfant? Coquin, joueur, manipulateur, soit! Mais pour le reste, c'était autre chose. Noah était étonnant par ses qualités d'adaptation, par l'amour qui meut chacune de ses actions envers ses proches, par sa sociabilité, par sa faculté à comprendre les choses des grands et leur implication sur sa vie. Tout cela rendait sa mère tellement fière que ses propres turpitudes n'avaient plus aucune prise sur sa conscience. Noah était sans doute ce qu'elle avait fait de mieux dans sa vie, et ça, personne ne pourrait jamais le lui prendre.

Il s'endormit dans ses bras et Elinor put ainsi réfléchir à sa propre situation de manière calme et rationnelle. Son esprit était apaisé et semblait avoir franchi un cap. Son travail au sein de la Résistance avait été bureaucratique. Collecter les informations, faire pencher la balance dans certaines négociations, bref, un travail qui épousait parfaitement ses capacités intellectuelles. L'intellect était tout ce qui comptait pour elle. Les mauvais sorts, les impardonnables, les subtilités de la magie noire, elle les connaissait pour les connaître, de manière théorique, et au cas où. Il ne lui serait jamais venu à l'esprit de les utiliser sauf en cas de danger imminent et encore. A présent, elle se sentait investie d'une force aussi puissante qu'impressionnante. On l'avait faite tuer. Elle en avait la capacité, l'expérience. Le fait de se voir tuer tout en étant extérieure à la scène lui faisait envisager les choses d'un autre angle. Le calme qu'elle avait affiché pendant les exécutions, la précision de ses gestes, la méticulosités mise dans le timing, tout était effrayant, mais terriblement excitant. Elle se sentait capable de le faire de manière consciente et encore, elle n'avait pas idée de la décharge d'adrénaline qui se propagerait dans son corps en voyant son jet de lumière verte s'enfoncer dans la poitrine de son adversaire, de la sensation grisante qu'elle aurait à sortir vainqueur de ce duel, de l'impression de pouvoir qu'elle ressentirait après avoir donné la mort.

La mort.

Mordred était un homme mort.

Mordred serait mort avant que Sacha ne le trouve.

Il lui faudrait juste s'entourer des personnes compétentes pour arriver jusqu'à lui avant qu'il ne rentre en contact avec elle pour en faire à nouveau son bras armé.

Que dirait Sacha? Faudrait-il le lui dire? Penserait-il de même? Avait-elle besoin de Sacha pour mettre son projet à exécution? Elle n'avait toujours pas trouvé de réponse à sa question le matin venu, quand elle s'en fut chercher son ami, Noah dans les bras.

- Tu restes maman?
- J'ai bien peur que non. Mais je reviendrai souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8372

MessageSujet: Re: Baring   Mer 1 Déc 2010 - 20:49

La nuit avait été génialissime! Pour Sacha du moins. Après avoir laissé son fils entre les bras de sa mère, prenant soin de protéger la chambre afin d'être averti de toute intrusion ou excursion, il était allé toquer à la porte des Iccams. Il régnait là-dedans un magnifique désordre. Emmett était plus rigoureux sur l'interdiction de sortie que sur l'obligation du ménage. Il devrait faire un tour dans ce capharnaüm.

'Il leur faut un elfe de maison rien qu'à eux sinon on va les retrouver morts étouffés par leur bordel.'

Sacha n'avait jamais imaginé que les Iccams eussent pu avoir autant de vêtements. En entrant sans frapper - pour être certain qu'il allait les déranger dans un moment des plus mal choisi -, il s'immisça dans la pièce. Sans gêne. Personne. Il se pencha et ramassa un soutien gorge d'Isis et inspecta le bonnet:

- J'en étais sûr... elle rembourre à mort! Very Happy

Egon était arrivé soudainement - Sans frapper. Ce qui était normal, rappela-t-il à Sacha, puisque c'était chez lui. Hum. C'était pas faux. - et il avait récupéré le soutien gorge de sa dulcinée d'un coup de baguette depuis le pas de la porte.

- Quel pervers tu fais! S'exclama-t-il avec une indifférence soupesée.
- N'importe quoi. J'enquête. Se défendit Sacha.
- Dans les soutifs de ma nana?
- Emmett dit qu'il ne faut rien laisser au hasard.
- Je doute qu'Emmett parlait de la lingerie de l'Iccam Rosà. Qu'est-ce que tu veux?


Egon avait avancé dans la chambre et avait repoussé tous les vêtements contre le lit d'un second coup de baguette. Le geste attira la critique de l'intrus.

- Ahh! affraid Tu ne peux pas les plier?
- Non. Je ne peux pas, Chérie. Tu es là pour me faire une scène?
- Non. Je cherche un endroit où dormir.
- Mmm. Et?


Egon avait cessé toute activité et il s'était tourné vers Sacha, un air daubeur sur le visage. Il attendait avec impatience que Sacha formule sa demande.

- Je peux squatter?
- Non. Discussion terminée. Décampe.
- Mon Amour, ne te fâche pas,
railla Sacha qui n'avait pas envie de finir entre Solace et Grant. Comment je peux te convaincre?

Sacha sut se montrer persuasif. Il négocia trente minutes avec Egon et obtint le gîte en échange d'un cours particulier sur les forces du mal et d'un combat sans retenue. L'Iccam voulait en savoir plus sur ce qu'on n'enseignait pas à Phoenice Zone. Et ceci dans la pratique. L'Iccam proposa en plus un duel à Sacha afin d'avoir la possibilité de se battre sans la contrainte de ménager ses effets. Il désirait améliorer son contrôle des pouvoirs du Dyode figés à l'intérieur de lui.

- Très bien. Et j'ai mieux que ça, dit Sacha.
- Je ne vais pas dans les bordels de l'allée des Embrumes avec toi.
- Comme tu me déçois! Comme tu me froisses! Je n'allais pas te proposer un telle chose.
- Mouais...
fit Egon méfiant.
- On emmènera Amba avec nous... révéla Sacha.
- Il va me défigurer.
- Mauviette. C'est quoi ce Gryffondor à deux noises?
- Ca se voit que tu n'as jamais vu Amba allumer un feu. Heureusement que Baten était là pour l'éteindre...


Une minute de silence quand le prénom de Baten surgit. Les deux garçons s'étaient souri avec pudeur.

- Pour les maisons closes de l'allée des Embrumes si tu veux, je p...
- Non.
- OK.


Ensuite, Sacha avait raconté ce qui venait de se passer avec Elinor et ce qu'il avait appris. Les deux garçons furent interrompus par Isis qu'il fallait à son tour convaincre d'accueillir Sacha pour la nuit. La chose fut plus difficile. Ils promirent l'un et l'autre de ranger leur chambre dès le lendemain matin. D'après Sacha, le rangement ne tiendrait pas deux semaines et le futur lui montrerait qu'il avait eu raison, néanmoins, il avait promis d'aider Egon à ranger.

Ils avaient ensuite prétexté une importante réunion pour la Résistance avant de filer en douce à la recherche d'Amba. Ils le trouvèrent dans un des cachots, en train de falsifier des bonds aux trésors. Sacha les brûla tous et ils purent discuter. Les trois garçons se mirent d'accord pour essayer de retrouver Mordred aussitôt que Sacha serait revenu de la mission qui était prévue à Ottawa dans quelques jours. Amba se chargeait de le retrouver et Egon, n'ayant pas le droit de sortir, se vit confier la lourde tâche d'entourlouper Emmett.

Les deux complices regagnèrent leur chambre, se disputèrent un peu car Sacha ne voulait pas dormir par terre, et trouvèrent une solution à l'amiable après que l'Amiral ait agrandi le lit de façon à l'accueillir.

- Pas de trucs coquins, les Iccams lapins... sinon j'envoie les photos à Witch Mag.

Après un grognement collectif, les lumières s'éteignirent et bientôt le matin frappa à la porte. Sacha se glissa hors du lit, redonna à celui-ci une taille traditionnelle sans omettre de jeter trois sortilège silencieux afin de contrevenir au pacte qu'il avait passé avec Isis. Le rangement. Quand le couple ouvrirait les yeux, leur chambre serait rangée.

Il croisa Elinor dans la salle des Vivres d'Organza. Elle avait Noah dans les bras.

Ils prirent le petit déjeuner tous les trois et le temps des adieux arriva vite.

- Tu restes maman?
- J'ai bien peur que non. Mais je reviendrai souvent.


Sacha prit le relais. Il embrassa Elinor sur le front et emmena Noah dans les dédales de couloirs. Il se dirigea vers la porte du bureau d'Emmett où un portoloin qui donnait un accès à l'hôtel particulier de Mareva était posé sur son bureau. Il s'agissait d'une photo animée du petit groupe d'amis au retour d'une mission en Asie. Assis par terre, devant tout le monde Enki la belle gueule, les deux bras tendus en avant et secouant les mains en faisant des "non-non-non", semblait dire au photographe d'attendre avant d'appuyer sur le déclencheur. Au-dessus de lui, il y avait Mareva, droite comme i et tenant solennellement son sabre à sa ceinture. Elle se tenait à côté d'Emmett qui souriait comme jamais, à moitié en train de se moquer de Mareva en imitant sa stature. A côté de lui, les bras croisés sur la poitrine et un sourire inexistant, il y avait Adel posté à côté de Lawrence, lequel faisait un "V" de victoire avec ses doigts tandis que Winnie lui faisait des oreilles de lapin. Derrière eux, le plus à gauche derrière Mareva, on pouvait voir Sacha, un sourire d'ange aux lèvres, qui maintenait la tête d'Egon, à moitié coupée en dehors du cadre. A côté de l'Amiral, Baten avait un sourire à dix millions et se tenait de profil, hilare par la torture que Sacha était en train de faire subir à Egon. Moins concentrée sur la photo que sur son partenaire, Berenice était en train d'essayer d'aplatir un épi de Judicaël qui, lui, tirait une tête pas possible. Et, tout au bord du cadre, à droite, Isis arrivait en retard et essayait de se faufiler vers Egon pour le délivrer de Sacha.

En voyant la photo, Sacha sourit. Ils avaient eu des bons moments. Quelle drôle d'idée Emmett avait eu de transformer cette photo en portoloin! Le Passeur accordait décidément beaucoup d'importance à la cohésion du groupe.

Il serra Noah dans ses bras et tous les deux apparurent chez Mareva. L'enfant adorait les portoloins et n'avait jamais vomi après un transplanage. Un génie, je vous dis. Comme ses parents.

A son retour, Sacha essaya de remettre la main sur Elinor. Il désirait qu'enquérir de son état moral et la relancer sur ce qu'elle désirait ou non qu'il fasse. Il lui cacha ce qu'il avait mis au point avec Amba et Egon.

Il l'amena vers Cool Paradise où ils trouvèrent un palmier à l'ombre duquel ils pouvaient parler tranquillement.

De but en blanc, Sacha finit par lui dire:

- Elinor, tant que tu seras attachée à l'Opposition de cette manière incontrôlée... c'est-à-dire, tant que tu ne seras pas fiable, je ne pourrais pas te laisser voir Noah comme tu veux. Mais je préfèrerais que ça soit toi qui t'en occupes. Lui aussi... mais, comprends que pour le moment ça ne soit pas possible. Depuis le 15 juillet, je suis soumis à une rigueur règlementaire. Je ne peux rien faire. Je suis poing et pieds liés. Et je dois... je dois...

Sacha se sentait abominable de lui infliger ça après ce qu'il avait vu de l'épisode avec Mordred:

- Je dois effacer tes souvenirs d'hier soir et de notre rencontre pour le moment... En outre, si tu veux retrouver la liberté et ton indépendance, il faut que tu acceptes... de quitter la Résistance.

Il laissa un silence de circonstance. Sa voix résonnait grave malgré l'espace infini qu'il y avait autour d'eux. Il trouvait son timbre caverneux et dur. Ce n'était pourtant que de l'assurance et de la force.

- Je ne vois pas d'autres solutions. Hier soir, j'ai discuté avec Amba. Il pense pouvoir te protéger du sortilège de manipulation auquel tu es soumise. Mais s'ils apprennent que tu as été désenchantée, il y aura certainement des représailles. Ce que je te propose, c'est de subir le contre sortilège d'Amba mais de continuer de jouer les ensorcelée pour Mordred... une sorte d'agent double pour la Résistance. J'ai besoin de quelqu'un que je connais personnellement au sein de l'Opposition et en qui je puisse avoir confiance. Si tu acceptes de t'y faire enrôler et de nous transmettre des informations, ça serait... important. Essentiel. C'est dangereux. Je n'ai pas le droit de te demander ça mais je le fais. J'aimerais que tu prennes ton destin en main.





Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7865

MessageSujet: Re: Baring   Lun 6 Déc 2010 - 15:13

Elle s'était contenue. Elle avait mordu sa lèvre inférieure comme toujours quand elle était furieuse, elle avait arqué un sourcil comme à chaque fois qu'elle était hors d'elle, elle avait serré les poings comme quand essayait à grand peine de contenir sa haine. Tout l'étalage de mimiques de frustration d'Elinor défila sur son visage. Jamais elle ne se l'interdisait avec Sacha puisque cela ne servirait à rien.

Elle s'était laisser emmener là en se demandant bien pourquoi.
Il y avait de la colère et même de la violence dans le regard d'Elinor. Une interdiction. Une fin de non recevoir, voilà ce qu'il voulait lui imposer. Et il transfigurait une promesse qu'elle avait faite à son fils en mensonge? Tout ça pour... Tout ça pour...

Elle se mit à bouger pour ne pas le gifler. Hors de question de revenir au temps où il l'avait embrassé dans cette salle Verdi et que sa joue avait porté la trace des cinq doigts de sa main parce qu'elle avait été incapable de réagir autrement que par la violence. Cette idée la révulsait. Y céder, ce serait revenir en arrière.

Cette séparation brusque sonnait comme un tocsin. Elle se sentait privée d'un bout d'elle-même. Son souffle se fit court, ses muscles se tendaient, se détendaient elle tourna sur elle-même, mit ses mains sur sa tête jusqu'à ce qu'elle trouve en elle la force de produire un discours glacé.

- Sacha tenant un discours hésitant? Ainsi donc tu éprouverais quelques remords à l'idée d'utiliser la mère de ton fils? C'est pourtant facile quand tu es présent et que je deviens peu à peu une étrangère pour lui. Tu crois que c'est normal pour lui que Rachel et moi ayons Elliot avec nous et pas mon propre fils? Tu crois que c'est normal pour Noah de me demander des nouvelles de sa famille quand tu as quitté la pièce où il se trouve? Tu crois que c'est normal qu'il ne pose jamais de questions sur ce qui se passe autour de lui? Ce n'est pas une vie pour lui.... pas une vie rajouta-t-elle tout bas presque pour elle. Je suis bien au courant de toute la pression qui t'incombe figure-toi, je suis pas ta Julie.

Merlin seul savait où il était allé chercher une idée pareille. Si la fracture avait était totale avec lui elle se serait presque demandé s'il n'avait pas voulu la faire définitivement sortir de la vie de son fils. Elle ne devait pas le croire, elle se l'interdit car elle savait bien au fond que ce n'était pas vrai. Rachel et Antiochus l'auraient traitée de folle à l'évocation d'une telle pensée. Pourtant, certaines ombres planaient toujours dans sa tête, et la colère ne s'évaporait pas. Petit à petit sa valse des hésitations céda sous le poids de pensées plus nobles et plus adéquates à l'état normal d'Elinor et à son rationalisme à toute épreuve.

- Ainsi donc tu as discuté avec ce demi-dieu et joué aux dés mon avenir personnel. Charmant.

En crachant ses mots sur Amba elle oubliait un peu vite les prodiges qu'il avait réalisés la veille et elle le savait. C'était la seule manifestation de colère qu'elle s'autorisa dans tout son discours.
Sacha lui offrait quand même un moyen privilégié de parvenir à ses fins avec Mordred et de jouer un rôle important dans le mouvement. Elle en était parfaitement consciente.

- Sois honnête, ce n'est pas mon destin que je prends en main mais celui d'une partie du mouvement de la Résistance.

Son coeur avait regagné un rythme normal et son regard tout son mordant. Ce sur quoi elle laissa s'épancher toute sa maîtrise diplomatique.

- Tu veux que je quitte la Résistance de manière officielle et que j'intègre l'Opposition? Très bien. Ce sera à mes conditions. Inutile de t'affirmer que je n'aurais aucun mal à y entrer.
J'ai trois conditions, et étant donné que je mets ma vie en jeu, tu dois me les accorder. Ecoute bien car c'est la première et la dernière fois que j'utiliserai autant de fois les mots "je veux" face à toi. Voilà le moment qu'elle choisit à son tour pour utiliser les vertus du silence dans la dramaturgie du discours.
La première de mes conditions est que Rachel soit mise au courant de ma situation et de ce que à quoi je m'engage. Il faut qu'elle quitte le mouvement elle aussi et qu'elle soit protégée. Je suis prête à faire un serment inviolable avec elle. Contrairement à toutes les déclarations qu'elle avait pu lui faire, Elinor aimait sincèrement son amie et partageait ses convictions les plus profondes. Elle ne pourrait lui cacher cela.

- La seconde est que tous mes souvenirs soient conservés dans des fioles pour pouvoir les récupérer un jour ou être lus dans une pensine. S'il m'arrive quelque chose, je veux que ces souvenirs soient montrés à Noah le jour de ses onze ans. Elle avait mal de dire ça. C'était la seconde fois qu'elle envisageait sérieusement sa mort. Et regarder en face ce qu'elle laisserait derrière elle lui déchirait le cœur. De fait, en prononçant ses paroles, son ton s'était fait de plus en plus doux et hésitant, jusqu'à ce qu'elle formule sa dernière volonté dans lesquelles éclata toute sa détermination: Enfin ma mission devra prendre fin à la mort de Mordred. Si j'en ai l'occasion je le tuerai moi-même Sacha. Et quand je l'aurais fait, je veux pouvoir tout arrêter.


Au-delà des modalités techniques qu'il leur faudrait définir ensemble, Elinor se laissa happer par un souvenir, celui de la soirée qu'elle avait passé avec lui sur les toits de Poudlard, le soir où elle avait plongé dans les enfers pour retrouver sa mère l'espace d'un instant. Sacha avait veillé à ce qu'elle revienne, il en avait pleuré... Ces quelques images suffirent à balayer les quelques doutes qui subsistaient quant à son engagement. Elle savait où elle allait, et qu'au moindre faux-pas, elle se retrouverait seule.

Elle reprit la parole d'un ton plus apaisé:
- Alors tu as vraiment confiance en moi et en mes capacités d'espionnage?
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8372

MessageSujet: Re: Baring   Jeu 9 Déc 2010 - 15:39

Il attendit la baffe mais la baffe ne vint pas. Il attendit, glacial, et l’écouta déverser sa rancœur comme une mélodie qu’il n’avait plus entendu depuis longtemps. La symphonie d’Elinor valait tous les opéras, en variation topiques et gloses délectables sur les déclinaisons de l’amertume. Parfois, il ressentait un plaisir immoral à surprendre le déficit d’indolence et de contrôle sur soi de son entourage quand, lui, se voulait inébranlable. Un sale côté. Un vieux penchant dur comme le fer et qu’il avait encore du mal à fourbir. Il ne le faisait pas au détriment d’Elinor mais dans une quête inexhaustible des curiosités renfermées par l’âme humaine. Distrait par sa fascination du ressentiment de sa meilleure amie, il se demanda si ce qu’il avait ressenti la veille à l’encontre de Mordred, lorsqu’il avait découvert ce qu’il avait fait subir à Elinor, était à la hauteur de ce qu’elle-même paraissait nourrir à son égard en cet instant. Beaucoup de haine. Se devait-il d’être flatté d’attiser une telle profusion d’émotions négatives?

Les raisonnements de Sacha comportait tant d’ironies et de cynisme qu’il se gifla intérieurement de se défendre à l’insu de Manoue. En effet, peut-être méritait-il qu’elle lui alloue autant d’antipathie, et sinon plus, qu’il n’en avait ressenti à l’égard de Mordred. Au bas mot, il ne valait pas plus que l’Opposant.

Sacha demeurait imperturbable. Il la laissa s’exprimer à sa convenance. Il ne s’était pas attendu à ce qu’elle le loue. L’idée était difficile à digérer et il en avait conscience. Il apprécia sa haine à sa juste valeur pour faire honneur à la laideur dont Elinor était affublée lorsqu’elle avait ce visage-là.

Quand elle en arriva au terme du décompte de sa tribu de ‘je veux’, il lui sourit pour détruire un soupçon la montée de tension qui planait au-dessus d’eux. Il n’avait aucune envie de se disputer. Pourtant, Merlin seul sait combien il aurait eu à répondre à la débauche de conneries qui avait proliférées tout près de cette langue délicieuse qu’il avait naguère tenue contre la sienne.

Sa figure était devenue toute détendue.
Son sourire arquait sa bouche d’une courbe irrésistiblement sarcastique.

- Validé.

Il se leva et lui tourna le dos.

Lorsqu’il atteignit la porte, il pointa sa baguette vers elle et lança en informulé un ‘oubliette’ si prompt qu’il ne vit, de la dernière expression d’Elinor, que les premiers signes de la surprise... même pas menée à bout.

Il revint sur ses pas et feignit de la voir pour la première fois depuis la matinée. Il se pencha sur elle et l’embrassa sur le front.

- Bien dormie? Questionna-t-il en se rasseyant en face d’elle. Amba est prêt à te rencontrer. Il va essayer de te libérer du maléfice de Mordred comme nous en avons discuté tous les trois hier soir. J’ai revu ma position sur son appartenance à la Résistance. Tu ne peux pas quitter la Résistance, comme ça... jouer la cinquième colonne ne remet pas en question ton appartenance au mouvement. Au contraire, il le renforce. Si tu le veux bien, tu seras en binôme avec Rachel. Vous infiltrerez toutes les deux l’Opposition... nous vous protégerons grâce à des sortilèges permettant l’intégrité de votre mémoire. Cependant, je crois qu’il serait mieux que tu continues de jouer les hallucinées pour Mordred autrement il va découvrir le poteau rose.
Est-ce que tu es certaine de pouvoir faire ça? Tu peux me dire non. Ca ne changera pas nos plans. Si ce n’est pas toi qui y vas, ça sera un autre Résistant.


La fin justifie-t-elle toujours les moyens? L'avenir saura.

Sacha respecta sa part du marché. Il avait saisi tous les souvenirs d’Elinor dans sa propre mémoire comme les talents de Juge Lara Impartial le lui permettaient. Il préférait servir de Pensine humaine plutôt que de laisser les précieux souvenirs de la mère de son fils dans une vulgaire fiole à la merci des aléas de la vie. Il les lui rendrait dès que possible. Si Elinor, délestée des souvenirs de ces douze dernières heures, acceptait l’arrangement une nouvelle fois, il expliquerait à Rachel les conditions exactes de leur infiltration, ainsi qu’à la famille d’Elinor. Agent double.







Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7865

MessageSujet: Re: Baring   Mar 28 Déc 2010 - 11:36

Ce baiser sur son front la sembla la réveiller à la manière de ce qu'aurait pu faire un prince charmant. Etrange. Ce n'était pas un prince, il n'était pas charmant, c'était Sacha. Fallait pas déconner.

Lorsqu'il s'assit elle fit quelques pas et s'étira longuement en baillant. Diantre, qu'elle se sentait bien! Elle ne s'était pas senti aussi fraîche et reposée depuis trop longtemps.
Les lits de Poudlard étaient-ils plus confortables que les bras de Rachel? En tous cas mieux valait ne pas lui faire part de cette remarque au risque de déclencher un cataclysme dans toute la maison. Ses vieux murs en tremblaient déjà assez souvent. Sacha commença à parler et les pensées intimes d'Elinor s'estompèrent.

Elle l'écouta patiemment et opina du chef les yeux brillants. Elle ressentait beaucoup de fierté d'être l'amie de cet homme et en même temps de la compassion pour ce qu'il faisait, pour la cause qu'il menait.

- Je le ferai. Pourquoi en douterais-tu, ne me connais-tu pas? demanda-t-elle exaltée. Je suis fière de le faire. Et puis il vaut mieux que ce soit avec Rachel. Je souffrirais de devoir lui mentir.

Elle s'agenouilla devant lui et prit ses mains dans les siennes.

- Si j'avais un quelconque pouvoir de persuasion sur le temps j'essaierai de le persuader de ses suspendre pour te laisser un peu profiter de ta vie, de ta famille, de ta femme. Il est tellement lourd ce fardeau que tu as décidé de porter. Même si tu es entouré toi seul en supportes la responsabilité...

Un de ses mains s'exila des siennes pour caresser ses cheveux. Elle déposa un baiser sur son front à son tour et le fit lever avec elle.

- Allez, trève d'appitoiements, tu détestes ça même si je suis sincère dans ma démarche. En tant que Sacha, tu ne m'en diras rien mais n'en penses pas moins. Allons donc voir ton demi-dieu.

Amba les attendait vautré dans ce trône sur lequel il détonnait. Son visage juvénile affichait une mine lasse et contrariée, le même type d'expression qu'il arborait déjà la veille, à croire que ce blasement était perpétuel chez lui. Elinor se contenta de le saluer et attendit patiemment une quelconque remarque mais il n'y en eut pas.

Quelques temps après, Amba commença son oeuvre auprès de la jeune femme qui se sentait toujours aussi légère. Il l'avait à nouveau faite asseoir dans un fauteuil rouge.
Durant l'office, Elinor ressentit qu'on essayait d'extraire quelque chose propre à son être, quelque chose qui s'accrochait. Son âme exprimait une déchirure à mesure que le la magie d'Amba progressait dans son entreprise. Il irradiait une onde de lumière prourpre de la mère de Noah. La chose se cramponnait toujours et refusait de lâcher prise, comme si la Résistance provenait directement de Mordred. Les muscles d'Elinor accompagnaient et soutenaient le maléfice contre la volonté d'élinor. Ses mains agrippaient les accoudoirs du fauteuil, ses doigts en pénétraient presque le velours. Puis une intense lumière rouge se projeta en une immense colonne sur la voûte de l'immense salle. Dans le cou d'Elinor, une improbable scène vit le jour. Le dragon tatoué laissa échapper de la fumée de ses naseaux et toute forme de magie vida ses yeux qui du rouge passèrent au turquoise.

Evaporé le sortilège, mais Elinor se sentit épuisé. Elle déclina toute envie de remerciements pour laisser place à toute sa détermination concernant sa nouvelle mission.

- Je suis prête. Dites-moi simplement ce que vous attendez exactement de notre infiltration. De quel genre d'informations avez-vous besoin?

Elle avait djà une petite idée de ce qu'elle comptait faire concernant la position de Mordred auprès d'Antarès. Mais il lui fallait des ordres précis.
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8372

MessageSujet: Re: Baring   Sam 5 Fév 2011 - 15:28

Il masqua son inquiétude tout le long de l'opération. Ses yeux vrillèrent un espace flou qui se trouvait entre elle et lui. Il regardait juste un peu en dessous de la ligne d'horizon pour ne pas risquer de rencontrer le visage d'Elinor ou, dans la même perspective, le visage d'Amba. Il maîtrisa son pouls et la nervosité concentré dans ses mains, se força à les détendre et à évacuer toute pensée de son esprit. Il en avait assez d'être à la merci de ses émotions. Il devait s'infliger un peu plus de dureté sinon il ne parviendrait jamais au bout de ces aventures.

C'était aberrant, pensa-t-il à la fin de l'office, il devait s'habituer à voir souffrir ses proches pour garder la tête froide et prendre des décisions qui ne soient influencées par ses émotions. Pour que les décisions soient meilleures. Pour que tout soit choisi en connaissance de cause, avec discernement et intelligence. L'émotivité et les passions brouillaient l'intelligence. Il fallait avoir du recul... accepter de faire souffrir un peu maintenant, pour guérir beaucoup plus tard.

Ses réflexions étaient-elles sincères ou essayait-il de rompre sa morale parce qu'ainsi tout était plus convenant?

Il n'en sut rien. Tout s'évapora d'un coup dès qu'Amba lui rendit Elinor saine et sauve. Il se propulsa de son siège mais se retint de faire un pas de plus. Il demeura debout face à elle. Spontanément - s'il ne s'était pas forcé à interrompre son élan -, il l'aurait prise dans ses bras, caressé la joue, les cheveux et le dos pour savoir si tout allait bien. Si elle était entière. Ses yeux, sa force, sa mémoire, son tatouage, tout était-il bien à sa place?
Mais il se contenta de rester debout en face d'elle et de la dévisager. De loin. De froid. De rigueur. De... leader?

Tout le monde avait plusieurs étiquettes. Elle n'était pas seulement la mère de son fils, elle était aussi un membre de la Résistance dont il était responsable et leader. Et maintenant, il en faisait un agent double. Il fallait faire confiance à ses capacités, au même titre qu'il faisait confiance à Enki, Adel, Berenice ou Kephren quand ils partaient en mission. Ce n'était pas parce qu'il était lié par l'amour à Elinor et Noah qu'il devait admettre de se comporter autrement avec elle. Certes, ce qu'il ressentait pour elle était différent de ce qu'il ressentait pour les autres. Il ne le niait pas. Mais ses sentiments ne devaient pas envenimer le chiche faisceau de solutions qui s'offraient à lui. De l'attention mais pas de favoritisme, et les Hippogriffes seront bien gardés.

Sacha se décontracta d'un coup. Il relâcha imperceptiblement ses épaules et les traits de son visage. Il recouvra sa nonchalance et son pragmatisme naturel et laissa de côté les enfantillages comme l'inquiétude et le remords. Le temps des remords viendrait plus tard.

- Ne fais rien qui diffère de l'ordinaire. Laisse venir. Ouvre bien les oreilles et, dès que tu peux, transmets au QG les informations que tu recueilles. Plus tu arriveras à t'approcher de Shaulas et Dschubbas, plus tu en sauras sur leurs machinations et leurs objectifs. Je voudrais avoir une personne fiable qui puisse m'aider à anticiper. La force de cette guerre, c'est l'information. Celui qui en saura le plus, pourra toujours avoir un coup d'avance.

Amba, resté derrière eux, fit un petit signe discret pour stipuler qu'il s'en allait. Il disparut sans faire de bruit après avoir recueilli les remerciements de Sacha par la pensée.
Quand ils furent seuls, Sacha dévia la conversation:

- Manoue, écoute-moi. Si tu sens que ça part en baguette, tu reviens sur le champ. Ne prends pas de risques inutiles. On a déjà beaucoup de monde qui les observe. Vraiment pas la peine de te faire tuer pour ça.

Il marqua un temps léger. Sourit faiblement.

- Je dois partir au Canada très bientôt... Si tu veux, reste avec Noah, à Verdi. Jusqu'à mon retour. Dès que je serai revenu, tu pourras commencer ton infiltration.

Dès qu'il sera rentré, les choses redeviendraient comme avant... ne précisa-t-il pas afin de ne pas enfoncer le couteau dans la plaie. Mais Elinor aura naturellement déduit cette évidence. Ce qui comptait était que Noah et elle puissent éventuellement ravir un peu d'intimité aux temps présents quand il serait absent.





Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baring   

Revenir en haut Aller en bas
 
Baring
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Intérieurs du château :: Couloirs, sous-sols etc.-
Sauter vers: