PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Coopérer avec une cible, c'est rare.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Sam 19 Juin 2010 - 19:55

Après deux jours à rien faire, je pris une décision. Je voulais entrer dans la Résistance. Je savais qu'ils acceptaient les humains normaux. Mais je devais faire attention, l'Opposition n'allait surement pas me laisser tranquille. D'ailleurs, un homme restais devant mon garage en permanence. N'ayant donné aucun signe de vie, il devait penser que je n'était pas chez moi. Je me preparais. Je prenais mon petit arsenal et le mettait dans mon coffre. Mine de rien, j'avais accumullé un sacres matos depuis toutes ces années. Je fit le tour de ma maison, je cherchais quelque chose à emporter. Finalement je ne pris rien d'autre. Je me mis au volant de ma voiture. Un avantage ce 4X4 était silencieux. et ma porte de garage bien frêle. Je demarais et defonçait cette porte, tout en passant sur le corp de l'inconnu, qui fut d'après moi mort sur le coup. Je pris rapidement la direction de mon ancienne cible, tout en respectant les limitations de vitesse. Ce n'était pas le moment de finir au poste.
Les deux tiers du voyages se sont bien passés. Des policiers avaient mis un barrage. Je fut acceullit par l'habituel : Papier du véhicule Svp!
Ho, les papiers étaient en régles mais le contenu du coffre un peu moins. Heureusement pour moi la file d'attente qui se trouvait derrière moi fit accelerer les procedures et je pu passer tranquillement. Àprès un dizaine de kilomètre, je compris qu'une voiture me suivait. Pour avoirs faire beaucoup de filature, je savais en reconnaitre une. Mais j'avais la solution au problème. Une idée bien disons viclarde que j'ai du subir. Mais voiture étant modifiée une trappe se trouvait à l'arrière. On pouvait y glisser quelques grenades dans la route discretement. Mais, j'ai preferé y jeter des poignées de clou. Le resultat se fit très vite sentir : la voiture c'était arretée avec au moins deux pneus crevés.
J'arrivais finalement vers la maison. Je cachait la voiture où je l'avais mis la dernière fois. J'avançais prudemment vers la maison. Il n'y avait pas de garde. On voyait quel était habité. Une bougie était allumée. À dix mètres de la porte j'entendit quelqu'un derrière moi.
Ne faites rien de stupide. Retournez-vous et donnez moi votre arme.
N'ayant pas le choix, j'obtenperais. Le sorcier pointait sa baguette vers moi. Je lui donnais mon arme. Il me fit signe d'aller chez lui. Arrivé dans son salon, il parla le premier.
Alors, on est venu finir son travail ?
Non j'ai annulé le contrat, quel est votre nom on me l'a pas dit

Citation :
Quelqu'un pour jouer le sorcier
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7688

MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Sam 19 Juin 2010 - 20:59

Il fallait admettre que je n’étais pas de ceux qui pouvaient prétendre avoir servi leur patrie ou leurs idéaux au péril de leur vie. J’étais un membre de la Résistance somme toute assez discret, eut égard pour mes colocataires, pour lesquels l’aventure s’en arrêtait à des menues missions qui n’étaient jamais d’ordre prioritaire. Ainsi étaient traités les plus jeunes de la Résistance: les pupilles de la nation devaient être conservées pour les dernières lignes, pour un ultime recours. Lawrence, ma sœur, Winnie, et moi n’étions que des exécuteurs et nos services auprès de la Résistance ne se faisaient qu’à petite échelle. Du moins était-ce le cas jusqu’à la semaine dernière.

Personne n’aurait jamais pu imaginer qu’une simple histoire de filature se terminât par un tel drame. J’étais l’exécuteur chargé de surveiller un homme soupçonné de fournir des armes de poings à l’Opposition. Initialement ma mission ne consistait qu’à réaliser un tatouage sur la peau d’un sorcier de la Résistance chargé de l’affaire de la filature puis de la neutralisation du sujet. Ce tatouage devait servir de boussole pour repérer n’importe quel moldu portant le tatouage des Opposants.

Trois jours après avoir réalisé ce tatouage, trois sorciers étaient venus me rendre visite à la boutique pour m’expliquer que l’homme que j’avais tatoué avait subitement disparu sans laisser aucune trace. Ils venaient me demander si le tatouage magique que j’avais réalisé pouvait me conduire à lui d’une manière ou d’une autre. C’est à ce moment-là, j’imagine, que j’aurais dû dire « non », c’est-à-dire mentir. Mentir dès que mon intuition me dicta que j’allais m’aventurer dans une histoire pas possible.

J’avais répondu « oui ». Il me fallait seulement être en contact avec un objet appartenant au sorcier disparu. On me conduisit alors dans sa maison où, par flashs interposés, je commençai une enquête par le biais de sphères proches de la médiumnité. Je déterminai ainsi que l’homme était encore cette maison deux jours auparavant. C’était son porte-manteau qui me l’avait soufflé par une série d’images où je le vis mettre sa robe de sorcier pendue à la patère. Dans ces images, l’homme que j’avais tatoué n’était pas seul. Il était accompagné d’un moldu et je me rendis compte, ou plutôt je ressentis ce qu’avait du ressentir le sorcier que j’avais tatoué en quittant son domicile. Le tatouage que j’avais dessiné sur son avant bras avait réagi. Puis, la porte avait claquée et la réminiscence du porte-manteau prit fin.

On me colla sur l’affaire puisque j’étais le seul à pouvoir retrouver ce Résistant. Le lendemain fut l’un des plus actifs de ma vie. Je dessinai un portrait robot de l’Opposant qui accompagnait Irving – l’homme que j’avais tatoué et dont on m’appris enfin le prénom – pour le distribuer à une petite équipe de sorciers chargé de me soutenir dans cette mission. Nous retrouvâmes très vite l’inconnu mais trois heures plus tard, il avait tout bonnement tiré et tué deux des sorciers qui m’accompagnaient. Une longue course poursuite s’étaient engagée, à l’issue de laquelle je perdais mon dernier compagnon. Je pus coincer l’Opposant qui ne me lâcha rien d’autre qu’un nom et un métier: 'Kevin Lannic, tueur à gage...' Acculé, l’homme dirigea son arme contre lui-même et se tira une balle dans le cou. Malgré tous les soins que j’essayai de lui promulguer, l’homme déglutit une gerbe de sang avant de rendre son dernier souffle. J’étais écoeuré. En rentrant, je n’en parlai pas à Winnie et Lawrence.

Et enfin, hier, quand je fis mon rapport auprès de Sacha de Lansley, on me demanda si cela me dérangeait de poursuivre la piste du réseau d’armes vendues à l’Opposition et d’obtenir un maximum d’information sur l’identité de ce Kévin. Qui était-il et que voulait-il? Pourquoi son nom avait été le dernier que prononça cet homme? Etait-il un Opposant, un Résistant, un Neutre...? Etait-ce un client, un détaillant ou un maillon du réseau d’armes qui alimentait l’Opposition?

Je n’eus pas à chercher très loin pour retrouver ce Kévin. Un bottin. Un antiquaire. Un antiquaire mais pas un tueur à gage. Et depuis que j’avais obtenu ces informations, je suivais discrètement cet homme que le hasard avait mis sur ma route dans l’espoir de mettre enfin un terme à cette mission qui me mettait mal à l’aise depuis le début. J’avais malheureusement l’impression que l’homme n’était pas seulement un antiquaire moldu... après l’avoir discrètement filé depuis 28 heures, je me rendais compte qu’il avait beaucoup de choses à cacher. A commencer par l’arme dans son holster.

Le voilà qui s’était arrêté devant une maison où éclairée à la bougie. C’était le moment d’agir. Je sortis de mon ombre pour aller l’intercepter avant qu’il ne commette un autre crime. Son coffre recelait déjà de bien déplaisantes découvertes et je n’avais rien pu faire pour l’en empêcher au risque de trahir ma couverture un peu trop tôt. Voulait-il à présent assassiner les propriétaires de cette villa et conclure le contrat pour lequel on l’avait commissionné un peu plus tôt? Impossible de le regarder faire sans agir. Je voulais rentrer le plus vite possible chez moi mais avant, il fallait mettre fin à ce parcours sanglant. Je décidai d'entrer dans la maison par derrière pour en faire sortir l'habitant sans lui expliquer la raison de mon intrusion. Pour aller plus vite, je le ligotai et le cachai dans son sous-sol. Etrange... l'homme était un sorcier et il avait à peu près mon âge.

Puis, je ressortis aussi discrètement que j'étais entré pour aller à la rencontre de Kévin.

- Ne faites rien de stupide. Retournez-vous et donnez-moi votre arme. Vous êtes venu finir votre travail? l’interrogeai-je sans réellement savoir si sa présence ici avait lien avec son contrat.

Je n’avais pas envie de toucher l’objet qu'il me remit et la laissai tomber à terre. Les armes étaient un de ces objets typiquement moldus qui m’indignaient. Elles me rappelaient le Combat Blanc.

Je le regardai sans bouger. Sans me présenter. Sans réagir à sa question... il était clair qu'il me prenait pour le propriétaire de la villa. Pour l'instant, le mieux était de lui laisser croire que j'étais cet autre. Tant que je ne savais pas plus de choses sur lui, ma langue n’avait rien d’autre à lui servir. La baguette dirigée vers son visage, je me tenais à quelques mètres de distance et observais l'intérieur de la maison que je faisais passer pour la mienne.





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Lun 21 Juin 2010 - 22:10

Je n'ai jamais voulu me mettre dans des histoires de sorciers car je ne connais pas les sortilèges qu'ils utilisent pour tuer. Et me voilà, coincé par un sorcier. Malgrès ma condition je sentais qu'il répugnait ce qu'il faisait. Il avait refusé à toucher mon arme, par dégout. Nous sommes entré dans salon.
Sa baguette ne tremblait pas, c'éétait ses yeux que l'on lisait la jeunesse. Je repris confiance et m'asseyais sur un fauteuil. Il ne dit rien. Je le regardais en souriant, ça n'aurais pas été un sorcier je l'aurais déjà tué. Mais je n'étais pas la pour celà. Je voulais entrer dans la resistance et ce sorcier était mon seul contact. Et le mini pistolet acroché à ma cheville me serverais d'assurance-vie.

Alors on ne veut pas me répondre ? On a perdu sa voix ? En tout cas, sachez que je ne veux plus vous tuer. Je n'était pas chaud pour ce contrat, mais on m'a forcé la main. L'Opposition, vous connaissez ? Moi, je ne connait que se que l'on en dit. Mais un resistant doit en savoir un peu plus. non ?

À la fin de mon discours, je croisait les jambes et regardais le sorcier avec un sourire et lui faisait signe de s'asseoir en face de moi.
C'était simple comme si on interrogeait un petit délinquant. Si il devait corriger une partie de son attitude, ce serait ses yeux. Ils l'ont trahi plusieurs fois. Je savais qu'il était un resistant. Mais une chose m'intriguais, il n'avait pas réagit quand je lui avait dit que je ne tuerais pas. N'a-t-il pas peur de la mort ? On alors, mes tentatives étaient futiles, je n'aurais même pas pu le tuer.

Ça me rappellais un contrat, où j'avais du tuer un puissant parrain de la mafia. Il étaitintrouvable, un de ses subordonnés m'avait tout dit rien quand lisant dans ses yeux. On pouvait y lire le mensonge.
Mais ce n'était pas le moment d'être nostalgique. Le sorcier avait l'air d'avoir repris la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7688

MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Mer 30 Juin 2010 - 2:22

Non. Le sorcier n’avait pas repris la parole. Le sorcier en question, c’était moi Adel et quiconque me connaissait un tant soit peu aurait su que si j’alignais six mots, c’était presque un miracle... Six mots en une semaine. Cela allait sans dire. Or, j’avais explosé mon quota en l’invitant à me suivre dans la maison. A présent, je n’avais pas grand-chose à dire de plus. Il jouait les grands chefs parce qu’il était clairement plus âgé que moi. N’avait de cesse de parler à la troisième personne du singulier quand il conjecturait les gestes, les pensées et les paroles que je ne proférais pas. Derrière ma façade impassible, j’admettais que je ne savais pas si j’avais envie de rire ou de pleurer.

* Qu’est-ce que c’est que cette caricature de bandit... yalalala, les moldus sont tordus. *

J’étais déconcerté. Toutefois je devais passer à la vitesse supérieure parce que moi aussi j’avais des théories à formuler pour situer le cadre dans lequel je m’étais fourré. Il avait lâché pas mal de choses.

Mais un Résistant doit en savoir un peu plus. Non ?

Je haussai les épaules de l’air de ne pas comprendre où il voulait en venir. Je devais réfléchir un peu à tout ce qu’il venait de dire. D’abord, il n’avait plus envie de me tuer. Je devais peut-être lui dire merci. Je m’abstins. Je me méfiais autant de l’humour des moldus que de leurs armes quoi qu’il fût largement moins efficace que ces dernières en ce qui me concernait. Il ne m’avait jamais été donné de mourir de rire à cause d’une blague moldue. Bref. Ensuite, il parlait d’Opposition et de Résistance, présumant - à la troisième personne de singulier, pronom indéterminé - il s’agissait peut-être de moi -, présumant donc que j’étais un Résistant. Enfin, je dis « moi » mais, me faisant passer pour l’habitant de cette maison, il devait s’agir de l’autre. Donc, l’homme que je venais d’enfermer dans sa cave était lui aussi un Résistant. Et qui d’autre qu’un Opposant voudrait tuer un Résistant?

* Alors ce type est forcément un Opposant. Ou un Neutre. *

Je ne voyais pas la chose autrement avec le peu d’éléments qu’il m’avait donné car je ne connaissais aucun Résistant qui soit à ce point traitre à son camp.

Je me décidai à m’assoir en face de lui. Comme je n’avais strictement aucune idée de l’endroit où le propriétaire de la maison cachait son alcool, je lançai un sortilège informulé pour que, où qu’ils fussent, verres et bouteille d’alcool nous parviennent. Je ne buvais pas d’alcool mais mon hôte trentenaire me rirait à la figure si je lui proposais un jus de citrouille.

La bouteille d’un vieux brandy et deux verres nous parvinrent. Je le servis sans parler et fit flotter le verre jusqu’à lui. Mon verre resta vide. J’y fis seulement couler de l’eau par le biais de ma baguette.

- Opposant? Demandai-je.

Attention, C’était le grand retour vocal d’Adel. Parler. Quelle sinécure! L’homme devait comprendre que je lui demandais s’il était un Opposant. Je restais paisiblement assis dans le fauteuil en face du sien. Je le regardais sans une once de peur. Je n’étais pas inconscient, j’étais seulement un grand impassible et je n’anticipais jamais les situations ou ce que je devais ressentir avant de le ressentir vraiment. Si je devais avoir peur à un moment donné, ce moment arriverait. Pour lors, à quoi bon flipper? Ce n’était qu’un moldu qui n’avait plus envie de me tuer. Restait à savoir pourquoi. Restait à savoir qui avait lancé un contrat sur la tête du propriétaire. Restait à savoir ce qui me valait la clémence soudaine de cet homme. Restait à savoir ce que je fichais là, à boire un verre d’eau au lieu de plaquer Kévin Lannic à ma semelle pour obtenir des renseignements sur les réseaux d’armes à feu que l’Opposition avait acheté. Restaient beaucoup de choses prédisant que je devrais parler et poser des questions à un moment ou un autre. Pour l’instant, je n’étais pas pressé et mes semelles pouvaient attendre.





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Mer 30 Juin 2010 - 23:27

Et bien non. Mon muet preferé n'allait pas ce decider à parler. Il s'assis juste sur le fauteuil dans face. Il pointait toujours ça baguette sur ma tête. Il l'agita mais je ne ressentit rien. Mais deux verre et une bouteille sortirent d'un placard et volèrent en direction du sorcier. Il vida le contenu de la boueille dans un verre. Il le flotter vers moi. Je l'attrapais et le sentais, je ne savais pas ce qu'il contenait mais ça avait une bonne odeur. Le sorcier avait l'air de bouder la boisson, il se serva de l'eau avec sa baguette. Ce coup m'avait impressionné, faire apparaitre d'un coup de l'eau c'était pratique. J'ai presque faillit lui demander de faire apparaitre des petits gateaux, mais celà aurait été légerement déplacé.

Et enfin, un miracle se produisit, le mage a parlé. Bon un mot, mais celà s'approchait de l'exploit venant de sa part.

Opposant ?

Je me mis à penser que pour avancer dans ce dialogue, il fallait jouer carte sur table. Mais celà n'empecherait pas de m'amuser.

Ha une bonne question non ? Oposant ou resistant ou neutre. Nous avons le choix. Mais vous voyez, je n'ai pas eu le choix. Mes compétences ont fait de moi une pièce utile dans cette échiquier. Et les Opposants ont des moyens de pression qui sont malheuresement très efficace. Le kinaping de la famille par exemple et après le meutre. Ma sœur si vous voulez savoir. Et généralement, j'ai un esprit de vengance après celà. Et je pense que la Résistance pourrat m'aider. Et le seul resistant que je connais c'est vous. Maintenant, je vous comprend si vous ne me croyer pas, verifiez et vous verez que je vous dit la vérité

Ma tirade fini, je buvais integralement mon verre et regarda le sorcier. Est-ce qu'il alllait réagir ? Et je me demandais bien comment.
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7688

MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Mar 6 Juil 2010 - 18:55

La définition du problème manquait de clarté mais je tentai de rassembler les pièces du puzzle. Kévin avait une sœur que l’Opposition avait enlevée et assassinée. S'il œuvrait pour eux, ce n’était que dans le but de se venger. Pour ce faire, il avait besoin d'aide et il était venu jusqu’ici, dans le trou de cul de la France, afin de rencontrer le sorcier qu’il devait initialement tuer et lui demander son appui... en échange de sa vie.

* Enfin, ça, j’imagine. Il ne met pas le contrat à exécution si le sorcier l’aide. Et désormais, le sorcier en question, c’est moi... *

La cible devait-elle collaborer avec son bourreau?

En tout cas, je comprenais qu’en l’aidant, j’évitais, uno, de me servir de ma baguette à des fins meurtrières, deuzio, de salir mes semelles. Tertio, nous pouvions éventuellement venger le meurtre sa sœur – je détestais jouer les justicier, j’allais détester cette partie là du contrat – et enfin, quatro, j’obtiendrais peut-être en chemin des informations sur le réseau militaire de l’Opposition.

Je hochai la tête pour lui signifier que je comprenais la situation. On m’en ferait probablement le reproche plus tard mais je décidai de le croire sur parole plutôt que de perdre du temps en verbiage et en démonstration. S’il mentait, mes semelles se feraient un plaisir de laisser leurs empreintes sur le visage du français et je conclurais la session par un doloris. What else?

Restait à savoir ce que j’allais faire du propriétaire. Visiblement, si Kévin n’avait pas réagi en me rencontrant, c’était qu’il ne connaissait pas plus le visage du vrai propriétaire que son nom. Je pouvais donc prendre totalement la place de ce dernier en continuant de me faire passer pour lui.

* Par contre, je ne peux pas le laisser attacher à la cave. Va savoir dans combien de temps je pourrai revenir... il va falloir que je me débarrasse de Kévin un instant pour prévenir les autres Résistants de venir le délivrer... *

Je me levai et testai la fiabilité de Lannic... en lui rendant son arme. Je la fis voler jusqu’à lui comme le verre de scotch auparavant. S’il tentait de me tuer, j’aurais vite eu fait d'évaluer le niveau de confiance que je pouvais lui accorder. De plus, si j’avais ma baguette, le moldu devait avoir son révolver. Chacun ses armes pour se défendre et je n’avais pas envie de le baby-sitter en cas de problème.

- Vous savez comment vous désirez procéder? Demandai-je en marchant vers la porte pour lui montrer, au-delà de toute explication, que j’étais prêt à collaborer. Sans lui dire si je le croyais ou non. Je n'avais pas encore décidé.





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Mer 7 Juil 2010 - 20:46

Je ne savais pas si le sorcier allait me croire ou non. Moi même, je ne savais pas si je m'aurais cru. Un type qui voulais vous tuer, vous racontait ceci c'était suspect. Finalement, il se leva et me rendit mon arme, en la faisant voler comme le verre. Décidemment il ne voulait pas toucher à mon arme. Il se dirigea vers la porte et, fait rare, il me demanda quelque chose.

Savez vous comment vous desirez proceder?

Sa question en disait long. Tout d'abord, il me croyait ou faisait croire qu'il me croyait. Mais après m'avoir rendu mon arme je pense que la première hypothèse était la bonne. Ensuite il voulait m'accompagner et m'aider dans ma tâche. Ceci m'étonnait, je pensait avoir comme réponse un "je dois en parler à mes superieurs. Comment je vais proceder? Tout simplement par un "nettoyage" Mon interlocuteur qui ne voulait pas toucher à des armes n'allait pas être déçu.

Je n'avais employé qu'une seule fois cette technique. Mon ami mafieu, voulait tuer un clan rival qui c'était caché en Russie. On tira tellement de balles sur leur demeures que pour moi les lances roquettes de la fin étaient tout à fait inutiles. "Pour le fun" m'avait expliqué mon ami.

Comment je vais faire. Je vais aller vers leur plan. Pour y deverser du gros voire du très gros calibres. Jusqu'à qu'il ne reste plus de survivant. Le seul hic c'est que je ne sais pas si cette technique sera très éfficace contre des sorcier, donc si vous avez une meilleur idée, je veux bien vous entendre. Ha, oui je ne connais toujours pas votre nom.

C'était vrai je ne connaissais pas le nom de
mon interlocuteur. Ce dernier ouvrit la porte. J'y vu un signe comme quoi je devai. sortir. Il faisait frais cette nuit, les nuages qui patrouillaient dans le ciel n'avaient rien de menaçant. Sortir de l'air étoufant du salon pour se retrouvé dans la fraicheur de la nuit faisait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7688

MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Mar 13 Juil 2010 - 20:01

Si Kévin pensait sérieusement que j’allais participer à une vendetta sanglante, il se mettait le gun bien profond dans... l’œil. Qu’ils soient sorciers ou des humains ordinaires, l’être humain ne devait pas céder à l’appel du sang. Même pour une vengeance. J’avais perdu ma mère dans des circonstances insupportables et, malgré cela, je trouvais l’idée abjecte. La mort était une idée abjecte.

Mes idées étaient peut-être par trop romanesques mais je voulais procéder à ma façon. J’ai froncé les sourcils pour seul signe de mon désaccord.

- Alexis.

Je lui au donné mon nom de code. Le prénom avec lequel on baptisait tous les Résistants qui agissaient sur le terrain pour diverses missions.

Nous avons marché jusqu’à sa voiture. Je voulais qu’il me conduise par les voies moldues à la planque dont il parlait. Je me suis dit que je réfléchirais sur le chemin à une manière moins arriéré de l’aider à assouvir sa vengeance tout en restant dans ses petits papiers le temps d’obtenir les renseignements qu’il me fallait. Et ça commençait maintenant.

Je lui ai laissé prendre la place du conducteur. Autant j’avais mon permis de transplaner, autant me déplacer avec un véhicule moldu, je ne savais pas faire. Mon enquête commençait maintenant.

- J’ai entendu parler d’un réseau militaire qui distribuait des armes à l’Opposition...

Ma remarque n’est pas une question mais je la lui ai balancée comme telle. Je la laisse en suspend pour qu’il réagisse avec les informations qu’il connaissait. S'il en connaissait.

La nuit était épaisse, les phares éclairaient à peine la chaussée à dix mètres.
Sérieusement, j’aurais pu être à la maison, à déprimer pour Jo, pour ma mère, pour Muse, pour tout... mais je suis là, à bord d’une voiture avec un fou de la gachette, la baguette frileuse et en route pour une vendetta incroyable. L’adrénaline me gagne. Pour une raison inavouable, je ressens de l'excitation. J’ai envie d’y être. Frôler la mort. La rencontrer peut-être. Me battre. Me défouler... mais pas tuer. Pas fou à ce point. Juste oublier ma vie.

Pendant un instant, ma mission disparait de mon cerveau. Il ne reste plus que cette excitation malsaine. Ca craint. Je me rends compte que je ne ressens aucune peur. Muse avait raison, sans doute... c’est parce qu’on a peur qu’on fait attention, qu’on évite de faire des bêtises. Sans peur, que va-t-il advenir de moi désormais? Je n'ai pas peur de mourir. Je suis prêt pour cette aventure.






Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Jeu 15 Juil 2010 - 2:13

Le sorcier arriva derrire moi, son air après mon explication me disait que selon lui ce ne serais pas une bonne idée. Et enfin il me dit son nom :

-Alexis

Il me fit signe que l'on allait prendre ma voiture. Je pensais que les sorciers pouvaient voler mais, Alexis semblait ne pas vouloir étaler tout son savoir magique. Après une rapide descente, nous arrivions vers la voiture. Je montais à la place du conducteur, je ne savais pas si mon coéquipier savait conduire. Avant de demarré le sorcier prononça tellement de mots d'un coup qu'il a du exploser son quotas pour une heure.

- J'ai entendu parler d'un réseau militaire qui distribuait des armes a l'Opposition...

Sa phrase en disait long. J'aurais du le deviner, on a rien sans rien. Alexis a du penser que si je l'aidais il m'aidrait en retour. Ensuite ma vendetta ruinerait ses investigations. Je pris finalement la decision de l'aider.

- Militaire dites-vous ? Pour acheter des armes dans le coin, il y a 3 fournisseurs, la mafia, un type qui habite à grenoble je crois qu'il est avec un douanier qui laissent passer ses armes. Et des anciens combattants de l'armée, je sais qu'ils suptilisent à l'aide de taupes des armes. En pus il peut vous livrer en très grande quantité. Ce qui doit correspondre aux besoin de l'Opposition. Si vous voulez on peut aller les voir ce n'est pas loin d'ici. Mais on y rentrera pas comme ça, sauf si on se fait passer pour des acheteurs. Alors ?

C'était maintenant si on allait voir tout le courage et le cran du jeune sorcier. Je lui offrait une chance unique d'aller voir de près ces vendeurs d'armes. Mais cette opération était dangeureuse : au moindre faux pas c'était la mort assurée.


Celà me faisait rire, j'assais toujours en solo car ou le type était trop vieux et n'arraitait pas de me dire des conseils. Ou il était trop jeune et manquait d'éxperience, et dans mon metier l'hesitation c'est signez son arret de mort. En fait la seule personne avec laquelle je pouvais travailler était mon amis mafieu.
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7688

MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   Ven 23 Juil 2010 - 9:32

Trois filières pour acquérir des armes? Je me disais que l'homme de Grenoble devait être un petit distributeur sans grand intérêt. La mafia. Je préférais ne pas m'y frotter. De plus, leurs agissements ne me concernaient pas. Mais la troisième option me semblait correspondre à ce que je cherchais. Kévin me proposait de nous y rendre. Il me le demandait comme s'il s'agissait d'un petit crochet de rien du tout qu'on faisait en chemin. Ce type aimait la bagarre. Je crois qu'il aurait donné n'importe quoi pour décharger son arme dans n'importe quoi pourvu que ce fût Opposant. Je décidai de saisir la perche qu'il me tendait et de faire d'une pierre deux coups: se rendre auprès des anciens combattants en nous faisant passer pour des acheteurs, obtenir des informations sur les autres clients qu'ils fournissaient et, pourquoi pas, laisser Kévin tirer dans le tas. J'acceptais donc sa proposition.

J'expliquai ensuite mon plan à Kévin pendant qu'il conduisait. Comme à mon habitude, j'utilisai mes mots avec circonspection. Le strict nécessaire pour qu'il saisisse l'idée.

A la suite de quoi, il ne me manquait plus qu'un lien à faire pour organiser ce qui allait se passer: en admettant que nous nous en sortions vivant et que nous obtenions des informations sur la distribution d'armes aux Opposants, est-ce qu'ensuite, Kévin savait comment retrouver le ou les types qui avaient assassinés sa sœur? Et surtout, cet ordre lui convenait-il? D'abord aller dans le nid des anciens combattants et ensuite trouver les hommes dont il voulait se venger?

Quelque chose me disait que d'une manière ou d'une autre les deux affaires seraient liées. Ceux qui avaient vendus les armes connaissaient forcément le type que Kévin recherchait et ceux que Kévin recherchait avaient certainement un jour ou l'autre eu affaire aux anciens combattants.

Nous prîmes par une petite route sombre qui menait à un entrepôt se situant à trois kilomètres d'une grillage cadenassée et parée de sigles biohazards. Je sortis ma baguette tandis que la voiture ralentissait tous phares éteints jusqu'à la grille. Je n'avais aucune idée de l'endroit où nous étions.

En conclusion de notre discussion, je lui demandais des précisions.

- Alors? Questionnai-je impassible. On commence par l'histoire d'une vengeance ou par la symphonie pour un 9mm un soir d'été?

En clair: que souhaitait-il faire en premier et, par là même, où nous avait-il conduit?





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coopérer avec une cible, c'est rare.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coopérer avec une cible, c'est rare.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Atelier Céleste ♥ >C'est ouvert!< en coopération avec Nuage du Nénuphar
» Stephg63 (coupable) T.O.P (traité de coopération avec le Languedoc)
» L'Atelier des Souvenirs[en coopération avec Mimosa] Ouvert
» >Nouveau Atelier de Color ! (en coopération avec Trèflou ! ♥) [0/3]~
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Countries and landscapes ● Résistance-
Sauter vers: