Forum de jeu de rôle par écriture alternée sur le thème de l'univers magique de Harry Potter de JKR pour adulte et jeunes adultes
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: U.K. InsidersPartagez | 
 

 Minuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Minuscule   Mer 2 Juin - 15:07

Le ciel se chargeait de nuages et l’air sentait la pluie. Des libellules volaient de travers à la surface de l’eau et des crapauds rêvaient qu’ils devenaient des princes. Une rose aux pétales grignotée par une chenille se courba sous le poids d’une première goutte et un tournesol tourna la tête vers le sol pour se protéger. L’herbe grasse se détendit et des scarabées murmuraient à la roche qu’il fallait leur laisser de la place. Une autre goutte de pluie, plus ronde que la première, attaqua sauvagement un cloporte qui se plaignit à son complice le coléoptère. Un escargot courut se mettre à l’abri, renversant sur son passage les rêveries de Stan qui ouvrit lentement les yeux et laissa s’échapper son dernier rêve.

De la pluie tombait sur son visage. C’était arrivé tout à coup mais il l’attendait depuis ce matin. C’était beaucoup d’eau pour un seul ciel. La pluie n’avait pas prévenue de son arrivée mais Stan avait su depuis l’aube qu’elle allait sortir de ses gros nuages. Il sourit et quitta le sol moelleux qui lui avait servi de lit. Il marcha tranquillement sous la pluie. La promenade humide dura longtemps. Il cheminait pieds nus à travers un petit sentier et il avait pris garde de retrousser le bas de son pantalon pour ne pas l’abîmer.

Il arriva sur une route plus grande. La forêt dans son dos lui faisait au revoir. Il était si occupé à sentir l’eau s’infiltrer dans tous ses vêtements qu’il ne s’en rendit pas compte et ne la salua pas en retour. La forêt ne s’en offusquerait pas car Stan était un homme distrait, un peu curieux pour un homme, mais très fidèle à ses virées champêtres. Ils se reverraient bientôt.

Sur le chemin qui lui tint la main jusqu’à un petit village qu’il venait visiter pour la première fois, il croisa deux sorciers qui se servaient de leur baguette pour se protéger de la pluie tandis qu’ils cueillaient des baies sur le bas côté. Stan les salua mais cette fois ce furent les sorciers qui ne lui rendirent pas son salut, les buissons verdoyants retenaient toute leur attention. S’ils avaient levés les yeux sur Stan, ils auraient peut-être pensé qu’il était fou. Qui se promenait pieds nus dans la boue avec le sourire aux lèvres ? Un vagabond, un bizarroïde, un aliéné, un extravagant.

Quand il arriva au village, il n’y avait personne dans les rues pour lui parler ou pour lui reprocher d’être nus pieds ou pour le prendre pour un fou. Les gens n’aiment pas la pluie. Pour lui, elle était essentielle autrement il lui serait difficile de supporter les journées de chaleur comme celles de ces derniers jours. Maintenant, il faisait jour et il faisait nuit en même temps. Le soleil avait été capturé par les nuages noirs. La lumière du tonnerre l’avait remplacé. L’orage et la foudre se mirent d’accord au même moment pour saluer Stan. Ca gronda, ça lui fit la fête, ça lui ouvrit un chemin lumineux jusqu’à un petit porche sous lequel quelqu’un se tenait.

Avec ses yeux étonnés - parce que Stan avait toujours un regard étonné sur tout ce qu’il regardait -, il scruta la silhouette un long moment sans bouger de dessous la pluie qui voulait le retenir avec elle. C’est normal. Il y avait si peu de personne qui aimait ses caresses trempées qu’elle se faisait pressante avec quiconque ne courait pas se mettre à l’abri.

Stan leva la tête pour prendre encore un peu d’eau que le ciel déversait sur ses épaules puis il s’engagea vers la personne qui restait au sec à contempler l’orage. Il allait faire une infidélité à la pluie mais c’était assez d’eau pour maintenant. Il se mit à l’abri à côté de l’autre.

Il ne parla pas. Il savait qu’il devait dire bonsoir, au moins, c’était comme ça qu’on lui avait appris. L’usage avait encore des vertus qui le mettaient mal à l’aise. Et si l’autre n’avait pas envie de lui parler ? Il n’y avait pas de buissons de baies par ici... rien pour distraire l’attention de l’inconnu qu’il était. Peut-être que... Juste un bonsoir ? Même pas. Stan s’assis simplement sur la petite terrasse protégée par le porche et contempla le village qui s’allumait et fumait par toutes ses cheminées.
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Jeu 24 Juin - 18:56

Elle avait toujours trouvé l'orage apaisant. C'était comme si toute la tension du ciel se déchargeait d'un coup. Comme si la folie du monde trouvait un exutoire à grands coups de tonnerre. Il suffisait de se laisser imprégner par toute cette fougue, de se mettre au diapason de cette violence sous-jacente pour se trouver libérée du poids qui s'accumulait sur ses épaules.
Petite, elle avait fait le désespoir de sa mère en restant des heures sous une pluie d'orage, désertant son lit en plein milieu de la nuit. Elle se contentait de sourire doucement, arguant que ça n'était pas un peu d'eau qui allait la rendre malade et refusait de rentrer tant que la dernière goutte de pluie n'était pas tombée. Gwen McEwan, en dépit de toutes ses qualités, n'était pas à même de lutter contre l'entêtement de sa fille et c'était tant mieux.
Les orages arrivaient toujours à point nommé, quand ça n'allait plus si fort et qu'elle avait besoin de se recharger. La foudre et les éclairs étaient aussi une formidable source d'énergie et se retrouver face à la pluie qui tombait dru lui donnait l'impression d'être à nouveau pleinement vivante, quand la vie faisait des siennes.
Aujourd'hui, elle se contentait de contempler.

Elle était venue ici sur un coup de tête, avec la vague envie de prendre un peu de temps juste pour elle. L'idée de rendre visite à Maude avait guidé son choix inconscient du lieu où elle transplanerait. Mais comme tout un chacun, son amie avait un emploi du temps qui n'était pas ajustable à volonté au sien et les trois petits coups à la porte de chez elle étaient restés sans réponse. C'était peut-être tant mieux. Il lui prenait la désagréable impression, ces derniers temps, d'une distance qui se creusait entre elle et les autres. Pire, elle se surprenait parfois à fixer ces gens qu'elle disait aimer, à les fixer jusqu'à ne plus les reconnaître. Qu'est-ce qui faisait que ces gens-là lui étaient plus importants que le premier venu?

Le type là-bas, juste à côté d'elle, par exemple. Qu'avait-il de plus ou de moins pour rester un inconnu en marge de sa vie? Est-ce qu'on choisissait ceux qu'on y laissait rentrer ou est-ce que le destin était supposé choisir pour elle? Mélusine s'était toujours targuée de faire ses propres choix. Elle aimait, haïssait, avec ou sans raison, mais elle s'en tenait à son premier choix. Ou bien n'était-ce pas un choix du tout?


'Est-ce que c'est vraiment si important?'

Bien sûr que ça l'était.
C'était toute la nuance entre être maîtresse de sa vie ou n'être qu'une marionnette dont on tirait les fils. Et les spectacles de marionnettes ne l'avaient jamais fait rire. Que ce soit façon moldue, tirées par des ficelles, ou façon sorcière, animée par une baguette. L'être humain y devenait toujours un pantin agité selon les désirs de quelqu'un de plus grand. Où était-on supposé rire?
C'était contraire à sa façon de voir la vie.

Le silence de l'inconnu l'enfermait dans ses pensées.
Non. Mélusine ne broyait jamais du noir, elle réfléchissait, c'est tout. Tonalité gaie, tonalité triste, ses cogitations variaient en nuance selon les humeurs. Ca n'était pas un crime.

Il s'assit et le regard de la jeune femme fut attirée par ses pieds nus. Et plein de boue. Son attention s'y fixa sans pouvoir s'en décoller. Et une mine songeuse prit sa place sur son visage.
Tout aussi muette que lui, elle retira ses chaussures l'une après l'autre et les envoya valdinguer au loin. Ses sacro-saintes chaussettes subirent un sort plus respectueux puisqu'elles atterrirent au fond de son sac, bien au sec. Sac qu'elle laissa s'échouer sur la terrasse avant qu'elle-même ne s'élance sous la pluie et dans la boue.
Elle fit trois pas en avant, vaguement hésitante. Sauta dans les premières flaques comme on se jette à l'eau. Oublia tout le reste et se mit à danser sous la pluie., à sa manière pas très gracieuse et un peu trop énergique. Elle s'offrit cinq minutes de plaisir, ce genre de plaisir que les autres appelaient folie et qu'elle considérait juste comme la vie.
Petite tornade tout en kilt rouge, chemise blanche et cheveux roux.
Avant de retourner à l'abri, elle tourna son visage vers le ciel et croisa au passage le regard du type-aux-pieds-nus.

Elle était trempée quand elle le rejoignit. Elle esquissa un sourire, se retrouva à deux centimètres de lui et l'embrassa sur la joue.


"Merci."

Elle vira au pivoine, comme d'habitude et reprit ses distances, comme d'habitude. A son tour, son regard se porta sur le village, sans vraiment le voir.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Jeu 1 Juil - 10:41

La pluie avait offert à Stan un joli spectacle. Devant lui, il y avait une fille qui dansait. Nus pieds, comme lui. Ses chaussures, comme deux épaves oubliées, s’enfonçaient dans la boue. Ses yeux ébahis par la seule âme qui vive, et qui vive vraiment, restaient vrillés à la silhouette longiligne qui tournoyait sous l’eau. Avec ses cheveux roux, elle ressemblait à une allumette qui combattait l’ondée azurée. Stan riait comme un enfant et ce rire fut tel les vibrations d’une musique assourdissante qui s’insinua à travers les gouttes pour venir battre la mesure tout contre la fille de la pluie.

Assis au bord de la petite terrasse, les genoux repliés et enlacés par ses bras, il finit par les décroiser pour frapper dans ses mains. On lui livrait un spectacle enchanteur, il chérissait l’actrice comme le plus fervent des admirateurs. Stan ignorait que cet instant était une rareté car chaque instant, à ses yeux et depuis qu’il avait quitté la Grèce, était un monde de découvertes et de nouveautés. Il avait peu d’outils de comparaison mais il savait au fond de lui que les gens d’ici ne faisaient pas ce genre de choses.

Quand il marchait dans la grande ville où il y avait une horloge mirobolante accrochée à la tour d’une église, les visages étaient contractés et gris et clos. Même le langage des insectes était inaudible. La nature, si ténue qu’il fallait ouvrir grand ses yeux pour la remarquer, cachée entre deux bâtiments en pierre, faisait prévaloir son ancienneté en de rares occasions, aux balcons des fenêtres, dans des parcs quadrillés, sur du bitume écartelé momentanément pour y faire pousser un platane, sur les fils électriques où quelques moineaux osaient piailler contre les klaxons des boîtes en fer qui roulent... Dans la ville, la nature avait très peu de place et les gens aussi. Ils étouffaient les uns contre les autres, ils se bornaient à marcher sur la chaussée toute petite alors que les routes étaient si larges. Mais les routes étaient réservées aux boîtes en fer qui roulent. A marcher ainsi serré, on se cogne beaucoup les uns aux autres, on se sent blessé, envahi, on se fâche, on se ferme et on finit par préférer rester chez soi.

C’était si agréable de quitter les cloîtres sans nature, les prisons de béton où les autres sont les barreaux de chair qui nous empêchent de sortir. Quitter les geôles pour venir danser sous la pluie. Un sentiment de liberté, n’est-ce pas ? L’immense disparaît pour ne laisser vivre que le minuscule, le détail. Tout se dissout comme le tissu blanc de cette chemise imbibée d’eau qui finit par faire baisser les yeux de Stan. Il ne releva la tête qu’après le bisou que la fille lui donna. Stan n’avait jamais été embrassé. Tout soudainement, il devint perplexe. Qu’est-ce que c’était que ça ?

Interloqué, il passa sa main sur sa joue pour vérifier que cela n’avait rien transformé sur sa peau. Peut-être essayait-il d’attraper la sensation que ça lui avait procurée ; la sensation agréable d’être lié à quelque chose à l’extérieur de lui. En l’occurrence, à une personne. Il ne trouva rien de palpable sur sa joue mais il écarquilla doucement les yeux en observant la fille allumette. Elle avait peut-être des réponses. En prime, elle lui donna un merci tout rouge qu’il prit et qu’il garda dans sa poche. La fille se rassit et contempla le village.

Son père d’adoption lui avait un jour appris qu’on semait ce qu’on avait récolté. S’il récoltait un remerciement, qu’avait-il donc semé, s’interrogea-t-il. Il paraissait aussi que si on nous donnait quelque chose, il fallait remercier en donnant quelque chose d’autre en retour. Elle lui avait donné un truc sur la joue et elle l’avait remercié... était-ce vraiment lui le premier qui avait offert quelque chose ?

Je ne lui ai rien donné mais elle m’a dit merci...

Stan pensa que la fille avait sauté une étape. Il devait se rattraper. Il se leva et fouilla ses poches. Dans sa poche droite, il n’y avait que le merci de la fille et de l’eau de pluie. Dans la gauche, il y avait de l’eau pluie et la clé de la maison dont il avait hérité et dans laquelle il ne savait pas vivre. Il pouvait lui donner la maison... Les gens d’ici aimaient les maisons.

Stan sortit la clé de sa poche et la tendit à la fille:

"Je suis désolé, je n’ai rien d’autre", lui dit-il.


Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Dim 4 Juil - 10:44

Un sourire flottait toujours sur ses lèvres, tandis qu'elle observait les petites lumières vacillantes qui se battaient sans grands espoir contre la noirceur du ciel. Peut-être était-ce typiquement humain de vouloir à tout prix s'opposer à la nature, quand bien même leurs efforts étaient vains. La pluie, qui tombait encore et toujours, avec force et violence, rendait dérisoires les tentatives de vouloir mettre un peu de clarté dans ces ténèbres. Magnifiques, aussi. Il n'y avait rien de plus beau que l'espoir, aussi idéaliste, aussi utopiste soit-il.

Malgré la violence des éléments, ou peut-être justement grâce à ça, Mélusine se sentait étrangement bien. Calme. Ca n'arrivait pas si fréquemment, ces temps-ci, de s'offrir un petit moment hors du temps. De s'autoriser à ne penser qu'à soi.
Et c'était bon.

Elle avait vaguement salué aux applaudissements de l'inconnu. Un peu surprise, un peu ravie, pas vraiment gênée. Et s'était abîmée dans sa contemplation.
D'ordinaire, le silence l'agaçait et la mettait mal à l'aise au point de vouloir y mettre un terme, à tout prix (et souvent au prix de trolleries plus grosses qu'elle). Là, ici et maintenant, elle trouvait ce silence, vide de tout et plein d'orage, apaisant. Juste assez long pour y goûter, pas assez pour s'en ennuyer.

Un bruit discret la fit sortir de son mutisme.
Un léger sursaut. Une crispation. Un soupçon d'inquiétude dans le regard. Les réflexes qui quittaient leur mode veille.

Le sursaut fut bref, la crispation se fit détente, l'inquiétude fut balayée et les réflexes jugés un peu stupides.
C'était juste une clef.


'Euh?'

Sans la prendre, Mélusine regarda le petit objet de métal qui luisait très faiblement sous la lumière des éclairs, avant de poser la question la plus stupide de toute la création:

"C'est pour moi?"

Comme une gamine à qui on faisait une surprise, elle oscillait clairement entre une gaieté pétillante et la crainte d'être victime d'une farce bizarre.

"Qu'est-ce que c'est?"

Une clef, certes. Mais... Pourquoi une clef?

"La clef des champs?"

Un petit artefact magique. S'en saisir en cas de danger et se faire partir, n'importe où, du moment que c'était loin.

'La clef du bonheur?'

Verrouiller à double tour, tout au fond de sa mémoire, les idées noires et les soucis, les pleurs et les peurs, pour ne garder que le meilleur. Mais, le cas échéant, où était la serrure?
La clef du mystère? Mais quel mystère? Le mystère de la folie du monde? Le mystère de la pluie qui tombe et du ciel qui se fâche? Le mystère de l'amour et de la haine? Le mystère des petits chagrins ordinaires? Le mystère de ce type qui la regardait avec un petit air tout... frais, presque innocent. Le regard d'un enfant. Le genre de regard qu'on ne pouvait pas supporter de décevoir.
Quoi que cette clef soit, elle la prendrait et la garderait.


"Ce que je voulais dire, c'est "merci"."

Elle s'en saisit du bout des doigts, en apprécia le contact froid qui tiédissait vaguement sous ses doigts, la forme ouvragée, belle de simplicité.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Lun 5 Juil - 14:12

La fille allumette était sceptique devant le cadeau que lui présentait Stan. Il ressentit une brève déception. Son cadeau ne devait pas avoir assez d'envergure. Il était loin de se douter que là où il voyait une villa, la fille ne voyait qu'une clé. Un vulgaire bout de fer. Les filles de ces pays là, se figurait-il, aiment ce qui brille mais le fer, la brique et le béton ne sont pas un de ces minéraux qui font rêver. S'il avait eu une gemme, elle n'aurait peut-être pas fait la moue et il n'aurait pas aussi honte de son cadeau. Il choisit néanmoins de ne pas se départir de son sourire car, même si le cadeau n'avait au premier abord pas l'air de la satisfaire, il songea qu'il n'y avait rien de pire qu'un cadeau qu'on donnait sans le cœur.

Elle l'interrogea sur la qualité du présent. Etait-ce la clé des champs ? Ne serait-ce qu'en sortant de l'océan pour fouler la terre ferme, il avait déjà constaté que les gens d'ici plantaient un enclos autour de leur potager ou des barrières pour délimiter leur propriété. Mais à son souvenir, il n'avait jusqu'ici jamais été question de clé. Et il n'avait jamais vu de porte devant les champs. Comme elle devait savoir mieux que lui et que ne pas savoir ne froissait jamais son orgueil, Stan la crut sur parole. Il devait exister quelque part autour de ces terres une porte à laquelle il n'avait jamais prêté attention auparavant. Une porte avec une clé pour protéger un domaine. Il l'avait appris à ses dépends quand il avait un jour essayé de manger une pomme cueillie à la branche d'un arbre et qu'un fermier l'avait chassé pour avoir volé le fruit de son labeur. "A l'intérieur de la clôture, l'avait admonesté l'homme, c'est mon domaine et tu ne prends pas ce qui m'appartient." Ce jour-là, Stan apprit la notion de propriété.

C'était formidable d'apprendre à chaque fois qu'une occasion nouvelle se présentait. La joie qu'on lui ait enseigné quelque chose aujourd'hui fut soudainement conjuguée à la jubilation qui se pendit à ses yeux grands ouverts lorsque la fille aux cheveux rouges changea d'attitude face à la clé. Elle disait merci. Elle acceptait donc le présent. Stan rayonnait. Le soleil devait le jalouser. L'orage aussi car il brandit un arc de feu qui vint illuminer un instant les deux silhouettes qui se tenaient debout sous le porche.

Transporté par la joie qu'elle acceptait ce don, Stan désigna l'horizon nuageux vers le sud et au bout de son doigt tendu il espérait que le ciel allait s'ouvrir pour tracer un chemin tout désigné vers la maison des Shield. Le ciel restait obscur comme une fin du jour mais Stan connaissait si bien le chemin pour s'y rendre que c'était un peu comme si la maison se dressait au bout de son doigt.

"Elle se trouve par-là, dit-il en présumant qu'elle avait compris qu'il parlait de la maison. Je ne connais pas l'adresse mais je sais y aller et je te montrerai. Il y a un elfe de maison qui y vit. Il ne veut pas partir parce qu'il craint pour moi mais il est gentil... il acceptera de partager la maison avec toi."

L'Etre de l'eau ne faisait plus confiance aux autres depuis que les Shield avait été assassinés. Il espérait seulement de tout son coeur que la fille allumette ne soit pas une mauvaise personne.

Comment peut-on être mauvais quand on prend la liberté de danser sous l'eau ?

Il lui décerna un regard lourd et brillant comme une médaille. Une récompense qu'il décernait qu'aux gens qui pouvaient conquérir son intérêt. Quand on regardait dans ses pupilles tachetées de pépites d'or jaune et irisées de bleu, on pouvait revoir le souvenir de la fille aux cheveux flammes qui dansait encore. Les cheveux flammes flamboyaient jusqu'à ce que la pluie eût tout éteint. Il cligna des yeux pour que la flamme vacille, comme pour jouer avec une dernière fois avant de tourner le dos à la fille. Il voulait reprendre la route de l'eau. Ses bronchioles en avaient besoin. Elles lui réclamaient. De nouveau sous la pluie battante, Stan regarda la fille :

"Je dois aller à l'eau mais je reviens et je te montrerai la maison. Tu veux m'attendre ?"
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Jeu 8 Juil - 19:27

Ou bien alors cette quatrième clef, que tout le monde cherchait (enfin, tout le monde, c'était relatif). Quatrième clef, clef du mystère ayant pris la clef des champs et qui, pourtant, était la clef du bonheur.

'Arrête.'

Elle arrêtait. Petite saute d'humeur personnelle.
Le petit bout de métal toujours dans le creux de sa main, Mélusine oublia ses sautes d'humeur et ses questions, la clef et ses mystères. Le Key-giver souriait à en faire fondre les nuages. Sans chercher à démêler le pourquoi du comment, spontanément et sans réfléchir, elle lui renvoya son sourire, juste parce que c'était bon.
Un geste de sa part vint reléguer l'instant au rang de souvenir.


'Quand le mage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt.

Preuve qu'il y avait encore de l'espoir.
Des yeux, Mélusine suivit ce doigt qui pointait le lointain. La pluie, les éclairs et le ciel. Il lui fallut un certain temps pour comprendre. Autant pour ses neurones. Son sourire s'affadit un peu, reprit de la vigueur pour reperdre un peu d'éclat au gré des pensées farfelues qui l'assaillaient. Elle. L'adresse. Y aller. Elfe de maison. Pas partir. Gentil. C'était complètement décousu et ça simulait son imagination. Il s'y dessinait des destinations improbables, des créatures étranges et des royaumes chimériques. Que pouvait-il bien y avoir de si particulier dans le ciel. Ciel. Ciel?


'La clef des cieux?'

Pour la première fois depuis qu'elle l'avait rencontré, Mélusine se demanda qui il était vraiment. Ca n'était pas important. Pas vraiment. Sa curiosité ressurgissait toujours n'importe quand. Et s'éteignait aussi sec pour peu que la surprise lui cloue le bec.

"Une maison. Tu me donnes une maison? A moi?"

L'instant était fragile. il était de ceux où on hésite entre le rire et les larmes tellement la réalité prend des allures étranges et oniriques.
Il lui donnait sa maison. Comme ça. Et il n'avait rien d'autre.
Rien d'autre...
Il y avait des moments comme ça, où l'on se sentait profondément et misérablement égoïste.
Elle songea à sa propre maison. Des pierres et quelques tuiles pour constituer un toit. La porte d'entrée sur laquelle elle devait appuyer la paume de sa main pour pénétrer à l'intérieur. Le rouge et l'or qui lui sautaient à la figure et l'enveloppaient dans leur chaleur dès qu'elle passait le seuil. Le feu qui brûlait dans l'âtre, été comme hiver. La petite cuisine et la chambre pas beaucoup plus grande. Ca n'était ni glorieux ni luxueux mais c'était son chez elle. Et malgré le sourire de son compagnon, malgré son calme et cet air qu'il avait au fond des yeux et qui donnait envie de faire n'importe quoi pour lui faire plaisir... n'importe quoi ne collait pas avec le don de sa maison à elle.
Elle ne savait pas si...
Non. Un refus le blesserait. Elle ne savait pas d'où lui venait cette certitude mais c'en était une.
L'instant était fragile et le moindre mot le blesserait. Une fois n'était pas coutume, Mélusine se restreignit au silence, dans lequel elle s'appliqua à distiller tout ce qu'elle connaissait de gratitude et de remerciement. Elle s'autorisa même un sourire grand comme le ciel dans lequel résonnait son incrédulité totale.
Une maison.
Les questions, elle les poserait plus tard. Quand l'instant serait passé, aurait grandi et gagné en force.

Pour le moment, déjà, son compagnon se levait, retrouvait la pluie et ses distances.
Si elle voulait l'attendre?


"Je veux venir avec toi."

Oui. "Tu". Simplement et spontanément.
Sa réponse était brutale. Mélusine était déjà sous la pluie.
Elle n'avait pas relevé le "je dois". S'était contentée d'avoir envie de le suivre. Elle aussi aimait l'eau. plus que de raison.
Sa réponse était brutale.
Elle nuança, un temps trop tard:


"S'il-te-plaît."

S'il-te-plaît. Merci. Deux mots qui ne faisaient pas partie de son vocabulaire. En temps normal. Mais les temps étaient-ils normaux? Non. Il pleuvait.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Lun 12 Juil - 20:39

Elle parla. Mais Stan ne répondit rien. Il avait bien entendu, ses oreilles fonctionnaient correctement, seulement il n’y avait rien à répondre. Il se contenta de lever le nez vers ciel d’eau cendrée en fermant les yeux, écartant ses bras comme s’il s’offrait à l’univers. C’était sa réponse en quelque sorte. "Je me livre tout entier à toi, Destin immense." Comme toujours.

Il baissa ensuite la tête et la dirigea vers la fille. Il avait rouvert les yeux et il acquiesça d’un signe des paupières avant de suivre le chemin qui courait jusqu’au lac. Le chemin courait plus vite qu’eux mais Stan ne se pressa pas pour autant. Il y avait trop de choses à faire en route, il fallait sentir les petits graviers chatouiller la plante des pieds, laisser la boue flasque damasquiner les creux entre ses orteils, écouter les Lissamphibiens élever leurs larves dans le ru qui serpentait avec les couleuvres vertes en direction d’un courant plus épais qui voulait rejoindre la mer. Stan était harponné à tous ces évènements. La marche avait des allures de flânerie humide, le pas était régulier, sans cadence. Dans cette promenade, il mettait moins de précipitation que le ciel. La pluie faiblit mais ne disait toujours pas son dernier mot, elle demeurait volubile, elle babillait des ploc ploc et flac flac dès qu’elle rencontrait un tronc, un feuillage, une pierre, une flaque.

En route avec la sorcière, il lui adressa de temps en temps un regard sans expression particulière. Il regardait. On ne regardait pas assez pour rien. Il fallait toujours des bonnes raisons de regarder. Mais Stan aimait faire participer ses cinq sens sans qu’ils dussent forcément détacher de l’intérêt pour la perception ou de la matière à jugement pour le cerveau. C’est parce qu’il devait toujours y avoir une bonne raison de regarder que les gens n’osaient plus regarder gratuitement. Autrement, on les questionnait: "qu’est-ce que j’ai ?""Un visage... et je le regarde parce que je le vois, tout simplement." Cette gratuité des sens, en jouir pour une utilisation inutile, fonctionnait pour tous. Il aimait regarder pour rien, sentir pour rien, ressentir pour rien, écouter pour rien. Le seul sens auquel il était plus difficile de donner libre cours sans être shunté par le plaisir était le goût. On ne goûtait jamais pour rien... on goûtait par curiosité, par gourmandise, pour faire plaisir au cuisinier. Ici encore, Stan avait appris à goûter pour rien. Un jour, il faudrait qu’il trouve le temps de partager cette sensation... faudrait-il encore qu’il s’en rende compte.

Durant tout le chemin, Stan n’émit pas une parole. Sentir la présence de la fille allumette à ses côtés, écouter la dissymétrie de leurs pas dans la gadoue, essayer de trouver son reflet dans la prochaine flaque, humer la variation de l’air quand elle le clivait à chaque enjambée avec ses longs membres allongés, tout ça était déjà une grande occupation ! Elle avait un rythme qui n’était pas le même que le sien. Il en écouta toutes les variations jusqu’à ce qu’ils entrevoient le lac au bout du chemin qui coupait par la clairière où il avait dormi toute la journée.

Ils arrivèrent au bord de l’eau. A trois mètres de la rive, tout en continuant d’avancer, Stan sema sa chemise en loque et ses vêtements sans aucune forme de pudeur. C’était sa vie d’Etre de l’Eau. La pluie redoubla d’intensité. Elle était devenue violente. Elle voulait retenir Stan encore un peu mais il était trop tard. Il appartenait à l’immensité. Il plongea. Il nagea sur plusieurs mètres sans s’arrêter, au raz de la vase. Dès qu’il fut immergé, que ses poumons s’emplirent d’eau et que son système respiratoire compris qu’il avait retrouvé son environnement naturel, l’espace entre ses mains et ses doigts de pieds se palma, ses jambes se recouvrirent petit à petit d’écailles argentées, la température de son corps tiédit. Les muscles de ses jambes se délièrent pour mieux se reformer, plus vigoureux, plus puissants, autour de son épine dorsale qui s’était allongée et avait engloutie ses membres inférieurs. Le tout était devenue une nageoire caudale à la forme hétérocerque, ample et translucide. La bichromie de ses iris s’effaça au privilège d’un magnifique bleu flore et ses bronches pulsèrent de nouveau comme il aimait.

Il nageait vite. Il se faufilait entre les algues marines enchevêtrées et jouait avec les courants chauds qui caressaient ses flancs nus. Au bout de quelques minutes, il était déjà à plusieurs miles de la rive où il ne pouvait plus voir la fille allumette. Pour lui faire signe qu’il était toujours là, il bondit hors de l’eau, en arc de cercle au-dessus de l'horizon, comme les dauphins pour saluer, et il replongea. Il s’empressa de revenir vers elle.

Il savait qu’elle était une sorcière et que les sorcières ne pouvaient pas nager comme les Etres de l’Eau. Mais pouvait-il lui faire partager cette sensation ? Il atteignit la rive mais ne garda que la moitié de son visage hors de l’eau. Il la regardait et même si sa bouche n’était pas visible, il n’y avait qu’à voir ses yeux pour deviner que sous l’eau sa bouche souriait.

Il avança lentement et vint s’accorder au rebord de pierre, près de la fille aux cheveux rouges:

"Tu veux nager ? demanda-t-il pour toute invitation. Je peux te faire faire un tour si tu n’as pas peur, pas peur de l’eau, de la vitesse... Pour le reste, il ne faut pas t’inquiéter des strangulots ou des sirènes qui habitent ici. Ils ne nous approcheront pas car je suis un Assassymbe."

Ca lui paraissait d'une telle évidence qu'il oublia de lui demander si elle connaissait cette ethnie d'Etre de l'Eau. Au lieu de ça, Stan recula et disparut quelques secondes sous l’eau avant de réapparaitre. Il jouait avec la surface martelée par la pluie. Dès qu’il était sous l’eau et qu’il la regardait en contre-plongée, elle était toute brouillée, ses cheveux rouges étaient devenus marron et on aurait dit qu’elle se dissolvait dans le ciel gris. C’était amusant. Les gouttes d’eau faisaient des petits pics à la surface. Le son, dans le monde d’En-dessous, n’était pas le même que sur la terre ferme. Le son était sourd et doux, chaleureux et symphonique. Moins symphonique que le son du vent mais autant qu’une caresse à la surface d’un pin parasol.

Il apparut de nouveau pour quérir sa réponse. Un jour qu’il avait emmené son père adoptif nager avec lui à la vitesse des dauphins, Stan avait failli le noyer. Désormais, il savait ce que le corps des humains pouvait tolérer ou pas. Il n’avait pas peur de la blesser. Le sourire qu’il lui adressait respirait la confiance: "J’ai déjà emmené quelqu’un qui n’était pas de l’Eau" pensa-t-il qu’il était bien de préciser pour la rassurer si elle avait des hésitations.

Il s’accouda à la rive, étendit ses deux avant-bras sur la roche et il y posa son menton pour la contempler, pas pour rien cette fois, mais pour espionner sa réaction.


Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Lun 19 Juil - 18:30

"Je n'ai pas peur."

Derrière elle, flottaient les vêtements de son acolyte qu'elle n'avait pu se résoudre à abandonner, gisant dans la boue (grâce soit rendue au Mobili Vestis) et elle avait encore les joues rouges de l'épisode retour-à-la-nature-nu-comme-au-premier-jour.

'Tu es ridicule, c'est juste un peu de peau exposée.'

Sous la pluie de juin, elle était passée par tout un nuancier d'émotions sans s'y arrêter vraiment. La gêne s'était évanouie, remplacée par une petite lueur au fond des yeux qui devaient un peu à la curiosité, un peu à l'émerveillement et beaucoup au défi. Son regard suivait la silhouette flou de l'homme qui filait dans l'eau comme elle n'avait jamais vu. Tout ce qu'elle trouvait à faire était de sourire un petit peu plus. Elle finit par lâcher les chaussettes et les chaussettes qu'elle avait tenu à la main depuis qu'elle avait quitté l'abri du petit porche, détacha son kilt et retira sa chemise. En marcel et shorty, elle entra dans l'eau. La boue qui fuyait ses chevilles les nimbait d'une auréole marronnasse qui se dilua vite dans la vase. C'était froid et vivifiant. Une inspiration et elle était complètement immergée. Elle fit trois brasses pour chasser la chair de poule qui recouvrait les bras avant de revenir vers son compagnon. La jeune femme nota des détails qu'elle n'avait pas remarqué jusque-là. Ses yeux, notamment, d'un bleu électrique, vif et perçant, qu'elle était sûre de n'avoir jamais vu jusqu'alors. A deux brasses de lui, elle tendit une main curieuse, presque révérencieuse, hésitant à la toucher. Son index resta suspendu, flottant entre deux eaux.

"Tu es..."

Mélusine émit un nouveau petit sourire, pour se donner contenance. Depuis leur rencontre, elle n'avait rien vu, rien senti, n'avait pas noté de petits détails qui lui auraient fait comprendre que... Elle ne se souciait jamais vraiment de ce à quoi les gens pouvaient ressembler. Comme elle le répétait au premier enquiquineur venu pondant une remarque sur son look improbable, le paraître ne servait à rien. C'était pas avec le paraître qu'on faisait avancer le monde et, jusqu'à preuve du contraire, le paraître ne rendait pas heureux. Aucun intérêt donc. Elle n'était pas non plus du genre à s'attarder aux petites différences. Son avis sur les gens naissait plus de ses préjugés et de ses humeurs que de la tête qu'ils affichaient. Et ça lui allait très bien dans cet ordre.
Rosissant à nouveau mais incapable de son empêcher, elle jeta un bref coup d'oeil vers le hem... bas, espérant ne pas passer pour une voyeuriste impudique. Mais elle était presque certaine d'avoir vu... quelque chose. Et pour cause, quelque chose il y avait. Ses yeux se relevèrent, cherchant les siens, en quête d'une sorte d'accord implicite. Sa main finit le chemin lentement et effleura sa hanche, l'endroit où la peau se muait en écailles. Elle ignora vaillamment son torse nu et toute autre implication physique malvenue et se contenta d'admirer comment son épiderme se nuançait et se métamorphosait.
L'instant d'après, comme brûlée, elle retira main et regard et bafouilla:


"Je veux dire... Tu.. tu es magnifique."

C'était ce qu'il devait sous-entendre par "être de l'eau".

"Tu..."

Se défendant d'être impressionnée, elle fixa son attention sur le large. Un éclair se refléta sur la surface du loch.

"Si tu es de l'eau, moi, je suis une fille de l'air. Je t'amènerai découvrir quelque chose, moi aussi."

A ces mots, elle se fit rêveuse. Imagina qu'en un geste, en levant les bras au ciel, mi-implorante mi-priante, sa peau se couvrirait de plume aux avant-bras, tandis que des ailes lui pousseraient aux omoplates. Son squelette se ferait léger et il lui suffirait de se jeter du haut d'une falaise pour s'envoler. Elle n'aurait plus qu'à suivre les courants aériens et se mêlerait aux oiseaux de toute sorte. Et elle inviterait son inconnu à écailles faire un tour dans les airs.
Ses paupières papillonnèrent et elle se fixa à nouveau sur lui.


"Euh... Je monte sur ton dos?"

L'idée même lui paraissait à la fois risible et terriblement tentante.
Là, dans l'eau, elle se sentait étrangement vulnérable, soudain, elle qui était pourtant la première à se jeter à l'eau pour la moindre flaque.


"Tu sais... quand tu as dit que tu es un Assassymbes..."

Elle n'avouerait pas qu'elle n'avait absolument aucune idée de ce dont il s'agissait. Pour une fois, elle ferait peut-être une petite entorse à la règle tacite qu'elle s'était fixée et irait faire un saut à la bibliothèque du Doxyham, le quartier sorcier d'Edinburgh.

"J'ai cru que tu voulais dire que tu étais un assassin. Et je trouvais que ça t'allait pas du tout."

'Qu'est-ce que racontes? Pourquoi tu...'

Elle s'abîma un moment dans le silence avant de reprendre la parole en fuyant son regard du mieux qu'elle pouvait.

"Moi, je suis une assassin."

'Et c'est reparti...! Tu as remarqué? Le mot "assassin" n'a pas de féminin.'

Non. Elle s'y était faite. Quelque part, elle devait être une femme à l'envers. L'idée de tuer lui était plus acceptable que celle de donner la vie. Pas que l'idée même, en soi, lui plaise. Mais pour atteindre un idéal...

"Tu veux toujours bien que je vienne avec toi?"

Le timbre de sa voix s'était fait fluet, peu assuré.
Est-ce qu'il était capable de l'accepter malgré ce qu'elle était, avec le bien et le moins bien? Parce qu'avec elle, c'était tout ou pas du tout. Le "je t'aime bien mais..." ou le "je n'ai rien contre toi, mais...", c'était merci mais non merci.



« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Jeu 22 Juil - 15:14

A aucun moment il n'envisagea de l'empêcher d'allonger sa main vers sa hanche. Il ne suivit pas la main des yeux. Il resta à contempler son visage. Sans bouger. Il n'avait pas besoin de fournir d'effort avec ses bras pour se tenir droit et immobile en face d'elle. Sa nageoire caudale se chargeait de battre l'eau pour le maintenir à flot. Il sentit les cinq doigts effleurer ses écailles, un peu en dessous de la ceinture pelvienne. Les doigts glissèrent sur quelques centimètres et s'enfuirent en emportant avec eux une sensation dont Stan ignora la nature jusqu'à ce que la sorcière dise qu'il était magnifique. On ne lui avait jamais dit ça. Il savait que dans la bouche des êtres humains les mots revêtaient souvent des sens cachés. Ils exprimaient moitié plus ou moitié moins que ce que la langue prononçait. Parfois, il avait la sensation de deviner ce que les mots cachaient mais pas cette fois. D'une nature optimiste, il décida que "magnifique" voulait dire "magnifique." Il n'avait pas besoin de s'inquiéter, elle n'avait pas l'air d'être dégoûtée par ce qu'il était. Ca n'aurait eu aucun sens, au fond de lui il se savait. Pourtant une crainte sourde s'était insinuée en lui à l'instant où il avait compris qu'elle voulait le toucher. Il n'avait jamais ressenti la peur d'être jugé auparavant. Il savait que cela n'avait jamais eu aucun sens de craindre la différence des autres. Cependant, si lui le savait, les autres le savaient-ils aussi bien que lui ? Cette question ponctua son doute. Il avait douté. Il n'avait jamais douté. Il ne s'était jamais réellement posé la question auparavant. Le visage tout entier de la fille allumette avait fini par lui seul à répondre à cette question. Il était à l'eau et elle à la terre... ou au ciel. Et c'était magnifique.

Il sourit à son invitation dans les airs. Ses pieds n'avaient jamais quitté le sol autrement que pour devenir une longue queue de poisson. Troquer ses écailles pour des plumes...
Aux yeux de Stan, à l'eau on était puissant, à l'air on était léger, à la terre on était équilibré. Son existance manquait peut-être de légèreté. Il devait sans doute essayer. La domination de l'attraction terrestre fascinait les humains. Ils ne se fatiguaient jamais de chercher des moyens de s'envoler. Ils ne savaient pas garder les pieds sur terre. Peut-être qu'en volant avec elle, il comprendrait enfin ce qui nourrissait cette idée fixe. Il agréa d'un clignement de paupières avant d'affecter un petit geste pour lui montrer la manière dont il faudrait qu'elle se tienne à lui pour que la course soit agréable pour elle. Mais elle l'arrêta par une révélation qui laissa Stan dans un état des plus dubitatifs.

C'était au moment où la pluie faiblissait. Elle n'était plus qu'un rideau gris d'évaporation qui planait à l'envers. La fille aux cheveux rouges flottait face à lui comme une île prête à couler si quelque chose qu'il aurait pu faire, ou quelques paroles qu'il aurait pu dire, n'avait pas été ce qu'elle attendait de lui. Il la dévisagea un moment assez long. Il y avait du flou, du bleu et du silence dans son regard. Il regardait avec des points d'interrogations bercés entre deux cils. Pendant qu'il la regardait, des poissons interloqués ravalèrent leurs bulles, une feuille de chêne qui voulait voyager amerrit près d'eux et s'en alla en tourbillonnant, une libellule zigzagua entre deux roches et s'envola, comme ivre, vers l'autre rive où la forêt ténébreuse murmurait au vent. Il y avait des mouvements partout, des microscopiques, des immenses, des battements d'ailes de papillon, des typhons d'amertume prêts à se réveiller. Mais Stan ne bougeait toujours pas. Il regardait l'assassin.

Après le long silence, il s'approcha d'elle et il commença à prendre délicatement, et sans la brusquer, un de ses bras pour l'attirer vers lui. C'était le bras droit. C'était un bras droit comme on voit souvent, avec cinq doigts au bout, parfaitement articulés, et de la peau dessus. Il plaça ce bras au-dessus de son épaule gauche. Le bras droit se plia et se posa derrière sa nuque. Puis, naturellement, pour finir de l'enlacer, il glissa son bras droit à lui au-dessus de l'épaule gauche de la fille allumette. C'était une épaule tout ce qu'il y avait de plus courant, arrondie comme une boule de glace à la pêche, avec de la peau dessus. Une peau douce. Pas comme celle des femmes poissons grippée par le sel de mer. Les deux mains de la jeune sorcière pouvaient maintenant s'enjoindre l'une à l'autre tout autour de lui, derrière son dos, juste en bas de sa nuque. Elle tenait un peu de biais par rapport à son propre corps mais cette inclinaison était nécessaire pour que les jambes de la sorcière soient du même côté de son flanc et n'empêchent pas sa nageoires caudale de battre.

"Si tu viens sur mon dos, dit-il en la regardant tout prêt de son nez, tu vas boire la tasse, tu risques de m'étrangler quand on nagera et moi je risque de te perdre en route. Si je voulais te promener dans la forêt, je t'aurais prise sur mon dos pour que tu vois devant toi... mais dans l'eau, avec la vitesse... je dois pouvoir te tenir sans que tu glisses."

Il passa doucement son bras gauche autour de sa taille et la serra pour qu'elle se cramponne. Il lui expliqua comment elle devrait garder ses jambes tendues à gauche de sa queue de poisson, parallèle à son corps, quand il avancerait. Quant à l'autre bras, il presserait suffisamment celui de la fille pour le bloquer si elle lâchait prise en cours de route. Ils étaient près.

Il commença à nager doucement. C'était comme danser allongés dans l'univers. De petites vaguelettes fredonnaient leurs clapotis audacieux sur leur passage. Les corps tressés de la sorcière et de l'homme poisson baignaient à la surface tel un vaisseau calme qui part à la conquête des eaux.

Comme elle se tenait, elle ne pouvait actuellement voir que le ciel où une percée de bleu et d'orangé essayait de contrarier les nuages de cendre. Le soleil voulait se coucher bientôt et il souffrait peu que les nuages cachent au monde le spectacle dont il était le centre. Sur les quelques mètres qu'ils parcoururent ainsi pour s'éloigner de la côte, Stan regardait devant lui. Il baissa un instant les yeux vers le visage de la sorcière en souriant:

"Une assassin, je ne sais pas ce que c'est comme ethnie. D'où que tu viennes, je suis avec toi, maintenant... pas hier... et pas encore demain... maintenant. On y va. Hold your breath."

Il plongea. Quand ils furent complètement immergés, Stan se retourna et nagea sur le dos pour que la sorcière puisse être à l'endroit pour regarder devant elle. Il prit petit à petit de la vitesse. Il lui avait demandé d'effectuer une petite pression sur sa nuque dès qu'elle avait besoin de revenir prendre de l'air à la surface. D'après le vieil homme, Stan devait éviter tant qu'il pouvait d'utiliser l'autre méthode pour l'oxygénation des humains. Frappé par cette interdiction sans grande explications supplémentaires, Stan avait longtemps pensé que, à long terme, cette méthode était probablement dangereuse et que le brave homme avait eu raison de l'empêcher de l'utiliser. Avec le temps et la fréquentation d'autres Etres de l'Eau, il avait fini par comprendre. La bouche était un endroit sensuel et intime du corps de l'autre. On ne devait pas la toucher à moins d'y être invité. Encore moins avec sa propre bouche. Il fallait donc mieux remonter à la surface.

Il conservait une vitesse relativement faible, restait à l'écoute de son corps. Dès qu'il lui semblait ressentir une crispation, il ralentissait. Quand elle se détendait, il reprenait progressivement de la vitesse, encore et encore. Arriva un instant où il lui demanda de garder sa respiration tenue le plus longtemps possible. Il piqua vers le fond à toute allure. L'eau leur faisait des caresses appuyées. Leur chorégraphie avait enfin des allures de courses subaquatiques. Les bans de poissons se scindaient et fuyaient sur leur passage. Il y avait d'autres créatures qui leur crièrent après dans leur langage inaudible. Ils étaient fâchés un peu, ils avait eu peur beaucoup. Stan n'écoutait plus rien d'autre que les battements du cœur de l'humaine contre sa poitrine. Il connaissait les rythmes cardiaques par cœur, comme une mélodie qui racontait la vie intérieure des gens. Il ne fallait pas perdre de temps, la sorcière ne tiendrait pas longtemps.

Les eaux profondes se métissaient de dégradés de colories vertes. Un mariage féérique qu'une silhouette de poisson, de poulpe d'eau douce ou de dauphin rose venait perturber de temps à autre. Des algues se dandinaient comme un jupon de danseuse du ventre et caressaient subrepticement leurs corps quand ils les survolaient. Plus ils s'enfonçaient vers le cœur des eaux, moins les fines percées du soleil leur parvenaient. Quand ils ne furent entourés que de ténèbres, la peau de Stan se mit à émettre une pâle lumière diaphane. La lueur provenait de son épiderme. Elle était reposante et rassurante, comme une veilleuse de nuit.

Il ralentit son rythme quand ils touchèrent le fond sablé. Ils étaient arrivés près d'un bosquet d'algues. Comme Stan et sa lumière pareille à une aurore boréale marine se tenaient devant le bosquet, les algues eurent soudain une couleur irisée de bleu et de turquoise. Tout, autour d'eux, se déclina en d'indéfinies chromatiques vertes. Il lâcha la sorcière mais garda sa main dans la sienne. Il lui désigna la plante. Un glaucus potamot. C'était une variété de bronchiflor. Les sorciers s'en servaient parfois pour que leur corps imite le principe de ceux des poissons. Il pensait qu'elle apprécierait plus la balade s'ils n'étaient pas sans cesse obligé de retourner à la surface. D'autre part, il n'était pas certain que l'humaine apprécie de prendre son oxygen directement à la bouche de Stan. Le vieil homme avait été intraitable sur ça et, même si ce n'était qu'en souvenir, Stan ne trahirait pas la seule éducation qu'il avait reçue et qui avait été bonne.

L'homme poisson dirigea son index vers une des branches du glaucus potamot qui se trouvait au coeur du buisson. Une très fine spirale électrique, blanche et discontinue, affleura de son doigt tendu. L'éclair s'élevait très lentement, comme un serpent charmé par une flute, puis il vint s'enrouler gentiment autour de la branche qu'il serra, puis finit par briser. Stan bougea sensiblement son index, l'éclair tourbillonna sur lui-même, emportant avec lui le maigre butin qu'il rapporta à son concepteur. Stan saisit la branche et se tourna vers la sorcière pour la lui présenter.

Il s'apprêtait à lui glisser une des feuilles entre les lèvres quand, derrière elle, il surprit une silhouette. Immédiatement, il attira la sorcière vers lui et se mit en garde. La feuille voleta sur un courant d'air froid et tourbillonna jusqu'à la bouche d'une carpe écossaise qui hoqueta en l'avalant.
Son bras dressé devant lui émettait maintenant dix fois plus de lumière que le reste de son corps. La lumière concentrée autour de son poing devint une sphère étincelante, une nébuleuse électrique qui crépitait dans un bruit sourd qui n'était perceptible que pour les peuples du monde d'en dessous. Une autre silhouette passa derrière un rocher. Ils étaient deux, songea Stan. Deux trappeurs. Quelle espèce ?

Il ne pouvait pas détourner ses yeux des ténèbres qui les environnaient de peur de laisser une brèche au danger qui les menaçait. Mais les ondes continuaient d'amener à ses oreilles et contre sa peau, la discrète pulsation du cœur de la fille allumette. Il n'avait pas le temps de se battre et puis, il avait promis qu'elle n'avait rien à craindre. Il ne lui volerait pas cette promesse.



Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Jeu 29 Juil - 16:07

Comme tout le monde (Merlin, quelle horreur!), Mélusine, enfant, s'était prêtée à ces paris stupides ambitieux du genre "je parie que je tiens plus longtemps que toi sans respirer" ou "même pas chiche de passer une minute entière sous l'eau". Elle était tombée dans les pommes, avait failli se noyer une fois ou deux, était devenue rouge ou bleue ou blanche, mais n'avait jamais eu à s'avouer vaincue. Son record ( une minute douze secondes) lui avait valu plus d'un regard envieux.
Elle n'avait jamais baissé les bras mais, à la vérité, elle n'avait jamais ouvert les yeux.
Cette époque-là était loin derrière.
Depuis, elle avait appris qu'un instant en valait un autre et que chacun de ces instants était le souvenir de demain. Tant qu'à aimer vivre, autant en garder des beaux flash-backs. Peut-être qu'un jour, elle prendrait le temps de les regarder. Et si, vraiment, le jour de sa mort, elle devait revoir sa vie en accéléré, autant qu'elle n'ait pas de regret et que la séance de projection soit agréable. Et surtout, surtout, n'avoir jamais à se dire: "là, là, j'aurais pu vivre mieux...", "là, j'aurais dû plutôt...".

Aussi, une fois acclimatée à leur drôle de posture et à avoir de l'eau plein les yeux, elle se tut et ouvrit grand les mirettes.

C'était au-delà de tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Un loch, au milieu d'une étendue sauvage, la belle affaire! Beaucoup d'eau et quelques poissons. Ca n'enlevait rien à son attirance pour les milieux aquatiques et à son imagination galopante qui lui créait des créatures fantasmagoriques et des royaumes immergés dans la plus petite flaque. Il n'empêchait. Il y avait une distance nécessaire entre les rêves et les réalités, elle était bien placée pour le savoir. Il n'empêchait, donc, qu'elle avait cette tendance à concevoir la vie d'un regard un peu simpliste et réducteur. Pour sa défense, une appréhension omnisciente de la richesse du milieu naturel terrestre demanderait sans doute quatre ou cinq siècles d'explorations intensives, de découvertes exhaustives et de péripéties inventives. Elle n'avait pas encore eu le temps, c'est tout. Et c'était une bonne raison pour rester en vie.

Loin du camaïeux de bleu attendu, c'était tout un univers de couleurs et de formes dans lequel ils évoluaient, tout en nuance et en subtilités. Elle avait adoré le bébé poulpe; avait sourit devant les bancs de poissons qui évoluaient en troupeau, comme des moutons aquatiques; s'était amusée de cet autre créature à écailles (très laid, même pour un poisson) qui, à trop vouloir les éviter, s'était pris le rocher suivant et était reparti en zig-zagant, un peu sonné.

De temps à autre, elle n'avait pas pu s'empêcher de battre des pieds, rompant l'harmonie de leur errance aquatique. C'était plus fort qu'elle, un réflexe bêtement humain, ou, plus vraisemblablement, bêtement mélusinien. Elle n'accordait pas sa confiance aussi rapidement, en temps normal, mais, quoi qu'il en soit, il lui était contre nature de se laisser aller à reposer son destin dans d'autres mains que les siennes. Il fallait qu'elle conserve au moins un semblant de contrôle. Battre faiblement des pieds, c'était se prouver qu'elle ne s'abandonnait pas, pas complètement.
Neptune-les-yeux-bleus eut la délicatesse de ne rien remarquer.

Puis, ils se jetèrent vraiment à l'eau. Au cours de la descente, Mélusine ne paniqua étrangement pas, alors que la lumière diffuse du couchant s'éloignait en même temps que sa réserve d'air. Si elle avait ressenti une gêne certaine due à la proximité physique au tout début, elle avait passé outre depuis longtemps. La curiosité et l'excitation de la nouveauté l'emportaient haut-la-main sur les questions bêtement pratiques. Elle avait toujours eu un ordre des priorités assez étrange.
La vérité, c'est qu'elle oubliait complètement de se poser ces questions tout juste terre-à-terre. Et, si la surface attirait son corps comme un bouchon de liège, sa volonté se laissait entraîner toujours plus loin vers les profondeurs. Enfin, ils atteignirent la région des camaïeux de bleu, là où l'obscurité aurait dû être total. Enfin, au moins pour ses yeux à elle. Sauf que...


'Ce type est un illuminé Very Happy !'

Neptune-les-yeux-bleus émettait une sorte de lueur multicolore et changeante, comme une sorte de dieu antique. Elle ne croyait en aucun dieu, mais...
C'était...
Elle avait...
Elle était... juste bien. Elle osait à peine se l'avouer à elle-même mais, à cet instant précis, au fond de l'eau et du silence, elle se sentait bien. Il lui semblait que ça ne lui était pas arrivé depuis une éternité et l'impression était aussi plaisante que dérangeante. Et si ses joues gonflées d'air l'empêchaient de sourire, l'eau ne parvenait pas à éteindre la flamme qui brillait dans ses yeux.
C'était typiquement le genre d'instant qui était aussi fulgurant que dilué dans le temps.
Mais les meilleures choses avaient une fin, qui venait toujours trop tôt.

Elle était maintenant tout contre le... euh... siren?


'Tiens. Sirène n'a pas de masculin.'

Contre l'homme-poisson, qui n'en avait pas fini de l'étonner.
En plus d'être Poséidon, ce type était Zeus, avec éclairs en guise d'auréole. Un rapide coup d'oeil alentour ajusta les pièces du puzzle pour lui faire comprendre la situation.
Des intrus.
Il ne lui vint pas une seule seconde à la conscience que, l'intruse, c'était encore elle. Elle sortit sa baguette de sa masse de cheveux, les libérant pour la première fois depuis qu'elle avait plongé. Ils volèrent devant ses yeux, formant un écran de boucles rousses. Ses poumons commençaient à râler mais elle ne leur accorda aucune attention. Le temps qu'elle écarte quelques mèches de devant ses yeux, elle était sûre que les deux... créatures s'étaient rapprochées. Elles lui paraissaient encore plus menaçantes maintenant.


'C'est peut-être dû à ta baguette?'

Sa baguette?

'Histoire de la Magie, cinquième année.'

Si elle croyait qu'elle écoutait en Histoire de la Magie,... elle avait plus intéressant à faire.
Oh.
Ca.
Les êtres de l'eau, les centaures, toutes ces espèces à qui on avait refusé le port de la baguette?


'Oui. On. Les sorcières et sorciers. Toi, en l'occurrence.'

Elle réagissait trop vite. Un an et demi dans la Résistance l'avait peut-être rendue trop méfiante.
C'était trop tard, non?
Mélusine serra sa baguette plus fort.
Mauvaise idée. Des petites étincelle, vite gobées par l'eau, en jaillissaient, amenant un air plus sévère sur les traits des deux... choses. La jeune femme eut un hoquet. Avala un peu d'eau. La recracha comme elle pouvait, sans trouver d'air pour remplacer. La plante que son compagnon avait...
Où?
Est-ce que seulement...?

Oh non! C'était vraiment trop nul de devoir mourir maintenant, comme ça.
Et Neptune-les-yeux-bleus... Elle ne pouvait pas lui faire ça.
Et puis... Tant qu'à faire, elle aurait préféré perdre le vie en mission. Sauver quelqu'un, quelque chose. C'était vexant de mourir pour rien.


'Arrête! Tu vas pas mourir!'

Si! Elle s'étouffait. La plante inconnu était à des lieues d'elle et ... et...

'Est-ce que tu vois Amba?'

Non. Dommage.

'James? Ta mère? Emreis, Xaël et Morgane? Jon et Maude? Ta vie ne défile pas devant tes yeux, pas vrai?'

Non. Par contre, elle voyait....
Aucune importance.

Si elle devait mourir, elle emporterait l'une des deux menaces avec elle.


'Tu veux vraiment lui montrer ce qu'est un assassin? La menace, c'est peut-être seulement toi.

Mélusine abaissa sa baguette.



« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Jeu 12 Aoû - 11:11

La sirène fronça son nez parfait pour marquer son dégoût en voyant la sorcière. C’était une sirène belle et gracieuse comme elles le sont toutes. Un visage dans les canons de la beauté universelle avec des prunelles améthyste transparentes et envoûtantes, un nez fin qui se terminait en pointe, légèrement retroussé ; des pommettes rondes et pâles comme un clair de lune, rehaussées d’éphélides olive ; une bouche océanes et charnue dont les crêtes de la lèvre supérieure formait un M parfait ; une longue chevelure verdoyante et ondulée, gonflée par l’onde telle la voile d’un bateau qui encadrait son visage ovale. Ses bras étaient recouverts d’un tapis d’écailles fines et argentées ; sa poitrine nue, bombée et enflée comme les dômes de la Cathédrale de l'Annonciation de Moscou, soutenait, sans pudeur et avec un air menaçant, une gorge élancée et blafarde. Les arrondis des lignes de son ventre, de ses hanches et de sa taille pirouettaient au rythme lent de sa queue allongée qui s’enroulait sur elle-même en une courbe strophoïdale au mouvement hypnotique. Au bout de ses doigts fins, dix ongles oblongs et saillants étaient recouverts d’une couleur olivâtre. Un de ces doigts était pointé vers la sorcière, menaçant.

La sirène désignait l’intrus et questionnait Stan du regard. Stan voyait ce doigt accusateur et le ressentit comme s’il essayait de percer son propre cœur. Pour répondre à ce doigt tendu, Stan attira la sorcière contre lui. Le geste signifiait qu’elle était avec lui, qu’elle était à lui.

La deuxième silhouette sortit de l’ombre. C’était une sirène enfant. Il ne fallait pas plus d’un regard pour relever la ressemblance physique avec la sirène adulte. Elle devait être sa fille. Elle différait d’elle de part l’inexistence de sa poitrine, sa petite taille et la couleur de sa peau. L’enfant avait une peau beaucoup claire que celle de sa mère. Une peau jeune qui n’avait pas encore été rongée par l’eau et les diatomées. L’enfant était timide, elle n’osa pas s’avancer. C’était la première fois qu’elle voyait un bipède, ses yeux exorbités qui ne se détachaient pas des membres inférieurs de la sorcière en témoignaient d’une façon assez comique. Elle n’avait certainement jamais rencontré d’Assassymbe non plus mais l’enfant ressentait moins d’attrait pour un cousin à nageoire que pour cet être étrange qui n’en avait aucune.

Stan entendait que dans le corps de la fille allumette, l’air commençait à manquer. Il fit un geste de côté pour se rapprocher du buisson mais le doigt tendu se raffermit et l’en dissuada. La sirène nagea vers eux dès que la sorcière abaissa sa baguette. Elle leur tourna autour pour les considérer. Elle était en train de juger de la faible menace mais ne comprenait pas qu’un Assassymbe accompagnât une humaine dans un environnement qui n’était pas le sien, et l’air manquait de plus en plus dans les poumons de l’humaine. Stan se fâcha. La boule lumineuse dans son poing faiblit parce qu’il ne pouvait se permettre d’être menaçant. Il fallait être sagace et avisé. L’air devint une denrée cruciale. Il fallait être rapide et adroit. Le temps passait plus vite qu’il ne devait. Une seconde sans air en paraissait dix de plus insupportables. Il le devinait.

L’Assassymbe tendit son bras libre devant lui pour montrer à la sirène qu’il allait bouger mais qu’elle n’avait rien à craindre. Il désigna le buisson au milieu duquel le glaucus potamot dansottait. Elle devait comprendre que Stan voulait en donner à la sorcière. La sirène sourit malicieusement et secoua sa tête :

« Not » dit-elle. Dans son langage, cela signifiait « pas question », « non », « jamais » quelque soit l’exactitude de la nuance, son mouvement négatif de la tête ne présageait rien de bon.

Stan attira la sorcière près de lui pour regarder son visage. Il ne pouvait plus attendre. Son geste fut rapide, il abandonna Mélusine le temps de se retrouver à côté de l’enfant sirène qu’il l’attrapa contre lui. Sous son visage enfantin, il fit luire un filet électrique. L’enfant ne bougeait pas. Elle reconnaissait le danger. Le visage parfait de la femme sirène se déforma en une grimace de haine, elle fila rapidement vers le buisson algueux et arracha sauvagement une feuille qu’elle apporta à Mélusine. Elle se retourna ensuite vers Stan. Sa voix, comme une mélodie sourde qui se battait contre la pression de l’eau pour émettre un son, vibra de rage :

« Ax binerra ! »

Elle ordonnait qu’on lâche sa fille.

Stan s’avança vers la sorcière sans lâcher l’enfant qui ne se débattait pas, étourdie par ce qui se passait autour d’elle et toujours irrésistiblement attirée par la vision étrange d’un être qui n’avait pas d’écaille. Il découpa rapidement une des branches et glissa la feuille dans la bouche de la sorcière. Un peu d’eau entra aussi, s’engouffra dans ses poumons mais l’œuvre de la plante agissait déjà. Les alvéoles devaient être en train de s’écarquiller chacune comme des fleurs au soleil. Le système respiratoire se modifiait et réclamait d’être alimenté par l’eau et non plus par l’air. L’Assassymbe n’avait pas le temps d’expliquer à la fille allumette qu’elle ne devait pas avoir peur d’ouvrir la bouche et de respirer désormais. Pour la forcer à respirer, il ne vit pas d’autre solution, il la regarda en souriant d’un air désolé juste avant de lui mettre un petit coup de poing dans le ventre. Courbée par le choc et la surprise de celui-ci, le corps réagirait instantanément et elle comprendrait qu’elle peut se laisser à aller. L’eau ne serait plus une ennemie.

La femme sirène profita d’une seconde d’inattention pour se faufiler en direction de Stan et lui arracher sa fille des bras. Elle s’apprêta à s’en prendre à la sorcière mais l’enfant sirène réagit plus vite que Stan et que sa mère. Elle s’interposa en criant : « né deska ayasté !! né deska ayasté ! » Ne lui fais pas de mal, ne lui fais pas de mal. Le geste de la mère resta suspendu. Elle observa sa fille qui avait enroulé sa nageoire caudale autour de la sorcière et qui tendait ses bras en croix devant elle, en bouclier.

« né deska ayatsé, si morlan fet’em allem deské »

La mère lui répondit quelque chose dans son langage, la fille répondit encore et finit par dérouler sa queue pour libérer la sorcière vers laquelle elle se retourna en souriant triomphante. Dans son langage, elle s’adressa à la sorcière tout en nageant autour d’elle pour la regarder sous toutes les coutures, elle toucha sa peau, effleurait ses jambes et ses mains. L’enfant sirène se tourna ensuite vers Stan pour le questionner à son tour :

« si néhérim astar depro lomné allem deské ? Ito né farlasa somini ghemna... »

Stan ne comprenait pas tout le langage mais quelques mots clés lui permirent de comprendre le sens général de la requête : elle voulait savoir si l’étrangère accepterait de venir voir sa maison pour discuter parce qu’elle n’avait jamais vu quelqu’un comme ça.

L’Etre de l’eau jeta d’abord un regard interrogateur du côté de la femme sirène. Il voulait être certain qu’il n’arriverait rien à son invitée. Elle ne paraissait pas particulièrement heureuse de l’invitation de sa fille et le bouda en s’en allant après avoir jeté une flopée de mots à l’intention de sa fille. Puis dans le langage de Stan, quand son corps était déjà hors de leur vue mais que l’aura des mots pouvait encore leur parvenir, elle dit : « S’il arrive quelque chose à ma fille, je vous tiens pour responsables. La Deux-Jambes n’est pas la bienvenue. »

Stan haussa les épaules avec amusement et se tourna vers la sorcière. Il ne pouvait s’adresser à elle que d’une manière dans l’en-dessous. Par la pensée :

« L’enfant t’invite à venir voir sa maison et ses frères. Quant à ce qu’a dit la mère, tu as dû le comprendre... je suis désolé pour le coup dans l’estomac... tu... tu veux qu’on aille visiter le nid des sirènes ? »


Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Ven 27 Aoû - 14:03

Le visage avait reflué à mesure que l'air affluait.
Mélusine se refusait à en conclure quoi que ce soit. Elle se força à oublier. Rien de plus facile. Occulter ce qui la dérangeait, elle faisait ça tous les jours. Ca reviendrait bien assez tôt à l'assaut de sa mémoire pour y faire un siège. De toute façon, le manque d'oxygène vous faisait voir n'importe quoi. Croire n'importe quoi. Il y avait même des gens qui provoquait ce genre d'hallucinations. A chacun ses trips. Elle préférait le jus de citrouille.

Mélusine n'avait jamais été très salade, pourtant, ce petit bout de verdure lui avait fait l'effet d'un passeport pour la liberté.
Certains en appelaient à un coup de pied bien placé pour se réconcilier avec la vie, il lui avait suffi d'un coup dans l'estomac.
On ne se rendait jamais compte combien il était bon d'exister, simplement et divinement bon, avant d'être sur le point de s'arrêter. C'était un privilège travesti en droit inaliénable. Les profondeurs du loch prenaient des airs d'Eden aquatique. Ses sens s'ajustaient, sa vue s'aiguisait, ses extrémités s'étaient légèrement palmées et elle n'aurait pas été surprise de voir ses boucles rousses devenues algues vertes. Son corps tout entier carburait à grands renforts de goulées d'eau. Il lui semblait avoir acquis une acuité généralisée au milieu aquatique. Même les deux sirènes lui paraissaient moins étrangères. Elle prit un temps pour admirer tous ces changements, pour sentir sa peau sur son cou s'ouvrir et se fermer au gré de ses inspirs, pour rêver un peu qu'elle resterait comme ça, une fille de l'air comme un poisson dans l'eau. Elle se sentait juste libre, plus libre que jamais. Jamais était connoté de manière très subjective chez Mélusine. Jamais pouvait vouloir dire "pas depuis ce matin" ou "il y a trois mois, cinq ans, quand j'étais petite". Il y avait les jamais qui étaient des dénis quand elle savait trop bien qu'elle voulait des toujours. Et puis, il y avait les jamais qui étaient des "différemment". Voilà. C'était un "elle ne s'était jamais sentie libre comme ça". L'eau n'était plus un univers dont elle était l'étrangère mais une amie qui se coulait contre elle. Il y avait des nuances, comme ça, qui vous changeaient tout un monde. Les poissons qui voguaient non loin d'eux avaient pris des airs plus intimes. Ils étaient du même bord désormais, pour un temps. Comme les oiseaux dans le ciel étaient ses égaux dès qu'elle enfourchait son balai. C'était une question de ressenti, d'expérience similaire, d'un elle-ne-savait-quoi qui n'était rien mais qui changeait tout. Elle aussi, elle pouvait évoluer à sa guise, sans emprise, sans attache. C'était un sentiment complètement différent de ce qu'elle avait ressenti plus tôt, dans les bras de Neptune-les-yeux-bleus. Elle était alors une invitée dans un monde aux allures de paradis et elle avait soudain gagné le droit d'en faire partie.
Elle ne s'était jamais sentie aussi libre.

Elle se raidit pourtant de manière soudaine, sortie de sa rêverie, aussi vite qu'elle s'était détendue en sentant l'oxygène lui éclaircir les idées. Ca n'était pas la petite fille à queue de poisson qui tourbillonnait autour d'elle. Ca n'était pas non plus sa mère, pourtant ouvertement hostile (ça, au moins, elle ne l'avait pas inventé). C'était la voix de Neptune infiltrée sous son crâne. Son instinct avait toujours été plus fort que tous les raisonnements du monde. pas d'intrusion dans son esprit. C'était la seule chose qui n'appartenait qu'à elle. Un refuge, une retraite, un univers à part entière où étaient entassés pêle-mêle ce qu'elle était, avait été, serait. Ses doutes, ses rêves et ses espoirs. N'importe qui y entrant pour déposer trois mots étaient à même d'y rester, de s'y balader et de piller ces petits riens qui étaient ce qu'elle avait de plus précieux. Son jardin secret était accessible par la troisième porte en gauche, en entrant. Le panneau "frapper avant d'entrer" était tellement petit qu'il en devenait quasi-invisible. Il n'y avait aucune sort pour remédier à cela. Ca n'était pas exactement le genre de lieu que l'on pouvait protéger par un
Anti-catimini ou place sous le sceau du secret.
Parce que c'était lui, la jeune femme se contenta de se raidir. Et de se refermer. Insensiblement. Elle réservait les attaques et les râleries à d'autres. Et puis, allez râler quand vous émettiez des
bloup bloup dès que vous ouvriez la bouche. Pas très crédible.

Au lieu de cela, elle regarda la petite sirène et un doute éclot jusqu'à flotter à la lisière de sa conscience. Ses yeux s'attardèrent sur la petite silhouette toute en entrain et en sourire, puis sur sa mère, pour finir par se poser sur Neptune-les-yeux-bleus. Sa femme? Sa fille? Sa maison à lui qu'elle allait visiter? La maison de la clef? Ils arboraient tous des écailles et il ne lui en fallait pas beaucoup plus comme certificat de paternité. Peut-être que les deux sirènes gagnaient des pieds quand elles regagnaient la surface.


'Oui. Bien sûr... Et tu prends ta propre fille en otage pour faire chanter ta femme...'

Certes. Evidemment que non.
C'était juste une idée de passage.


'Eh bien, laisse-la passer. pendant ce temps, tu prends tes distances sous prétexte que Neptune te sert d'interprète...'

Dans sa tête à elle!
Depuis quand
elle acceptait des visiteurs?

'Il t'a sauvé la vie.'

L'épisode lui revint à la mémoire. La honte la suivait pour lui tenir compagnie.
Pour elle, il avait sacrifié un peu de sa pureté sauvage. Il y avait des gens comme ça qu'on ne se sentait pas la droit d'abîmer.
Mélusine se tourna vers lui, voulut parler, s'excuser même, peut-être, mais ne réussit qu'à blouper de manière assez ridicule. Alors elle lui sourit aussi fort qu'elle put, avala une grande gorgée d'eau qui lui fit tourner la tête comme quand elle essayait de respirer toute l'atmosphère en une seule inspiration. Elle s'empara de sa main, la serra brièvement deux fois en articulant un "merci". Hocha la tête et reporta son attention sur la petite fille qui tirait sur son débardeur. Tout le monde était nu, ici, sauf elle et, pour la première fois, elle trouva _ça bizarre. Désagréable. Et resta habillée, sa pudeur en bandoulière. Elle esquissa l'ombre d'un sourire vers l'enfant sirène avant d'acquiescer. La gamine repartit dans son babillage incompréhensible, tout en trainant Mélusine derrière elle, elle-même trainant Neptune dans une drôle de farandole aquatique.

L'expression qui s'affichait sur la visage de la mère valait son pesant de chocogrenouilles. Rien que pour ça, la jeune femme se réjouissait d'avoir accepté la visite. Sans doute avait-elle même accepté pour cette raison-là. Elle n'avait jamais été très à l'aise avec les enfants. N'avait pas eu l'occasion de pratiquer depuis sa propre enfance. Elle ne savait plus comment faire. Comment être.

De temps en temps, la petite fille se retournait comme pour vérifier la tangibilité de son aventure. Et Mélusine se surprenait à afficher un air béat. Elle avait exactement la même expression émerveillée, teintée du doute affreux que tout ne soit qu'un rêve, qu'elle quand quelque chose tombait comme une étoile dans sa vie et que c'était trop beau pour y croire.
Sa maison ne ressemblait en rien aux habitations de la surface. Les algues qui s'y étaient greffées dansaient au gré des courants et lui conféraient une grâce un peu irréelle. La roche avait été taillée de façon à en faire oublier la nature, tout en révélant la beauté de la pierre jusque dans ses moindres perfections. C'était comme si le minéral s'était trouvé mis à nu, révélé, sublimé. Mélusine mourrait d'envie d'y toucher mais sentait que son geste provoquerait les foudres de madame-la-mère.
Au lieu d'entrer dans la maison, la petite fille tourbillonna pour l'entraîner (les entraîner puisque Mélusine refusait de lâcher Neptune) vers l'arrière. Elle y gagna le surnom immédiat de Tsunami. Parce que ça sonnait bien.
Et pendant que la jeune femme découvrait ce qui devait être le "jardin", Tsunami tripatouillait ses cheveux avec de grands sourires ravis. Elle s'attaqua ensuite à ses orteils qui semblaient provoquer chez elle une véritable fascination. Mélusine lâcha un rire qui se transforma en une volée de petites bulles. L'épiderme de la petite fille la chatouillait. Dans son coin, la mère montait la garde. Dans le coin de son champ de vision, Mélusine devina l'arrivée de nouvelles silhouettes. Une toute petite et une ou deux autres plus imposantes. Les frères, sans doute. Le tout petit glougloutait et même Neptune ne devait pas le comprendre. Il pataugea (même ce petit bout était plus gracieux qu'elle, sous l'eau) jusqu'à sa soeur pour s'accrocher à sa tailler avec un air gourmand. Ses deux aînés se montrèrent plus réservés. Pas aussi froids que leur mère, certes, mais ils toisèrent Neptune pour tenter de le jauger. Ils s'attardèrent à peine sur elle. Pas dangereuse. Elle avait l'habitude. Le chatouillis revint. La petite fille titillait la petite boule de son orteil entre ses doigts palmés.


'Tu sais ce qui est nul?'

Oui. Elle ne pourrait jamais lui rendre la pareille, lui faire découvrir la surface. Il n'y avait pas d'équivalent à la branchiflore pour les êtres de l'eau.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Mar 14 Sep - 17:04

Le beau était de prime abord évident. On évaluait sans difficulté la beauté des choses. C’était un exercice facile qui pouvait prêter à discussion mais il était impossible de confondre quelque chose ou quelqu’un qui était beau avec ce qui ne l’était pas. Dans l’ensemble le beau était beau et le laid était laid. Dans le particulier, quand on s’attardait sur les nuances et sur ce qui rendait beau le beau, on se rendait compte que le beau n’était pas toujours si global mais qu’il résidait dans une addition de menus détails qui faisaient appel à notre sens de l’observation et à notre culture. La beauté perdait son absolu mais se transformait en charme. On estimait, peut-être à raison, un déséquilibre dans le visage de tel ou tel individu parce qu’on son nez était trop long ou son front trop large, les yeux pas assez écartés ou les lèvres trop fines mais il suffisait que le sourire éclabousse les yeux de qui regardait ou qu’une façon de se mouvoir ou un reflet de les cheveux singularise typiquement un individu pour le rendre charmant. La beauté était un ensemble absolu et le charme un amoncellement de détails.

On pourrait penser que le beau, plus grand, plus raffiné et plus glorieux surpassait en terme qualitatif le charme qui se voudrait plus petit, plus discutable et plus subtile. Aux yeux de Stan, qui de ces concepts ne connaissait aucune nuance, le beau n’existait pas encore de même que le charme parce que pour que l’un et l’autre existe, il eût fallu que leur contraire aient un sens eux aussi. Or, laideur et petitesse lui étaient aussi vide de sens que leur envers. Cependant, il existait des sensations pour décrire la beauté d’une fille qui sourit, d’une maison extraordinaire ou d’une armée d’orteils assaillis par les chatouilles d’une enfant sirène. L’émerveillement et l’accomplissement. La sensation qu’on était arrivé au bout de l’essentiel et qu’il n’y avait aucun constat à faire au-delà de cette plénitude sur laquelle on évoluait à l’instant où nos yeux étaient frappés par cette beauté et ce charme.

Stan souriait et se sentait envahi par un sentiment inexplicable d’accomplissement et de fierté pour lui et pour la Deux Jambes.

S’il ignorait la notion de beauté et de laideur, tout comme ce qu’engageait celle d’être un homme ou une femme, il ne méconnaissait pas la différence qui existait entre l’appartenance ou l’intrusion à un groupe ou entre le danger et la sécurité. Ces deux dernières notions tenaient certainement plus de l’instinct que de l’inspection en bonne et due forme du contexte mais tel était-il : instinctif.

Quand les deux grand frères approchèrent, c’est d’instinct qu’il brisa le tableau qui le rendait si accompli et si paisible. Il serra un peu plus fort la main de la fille et il l’attira sans brusquerie contre lui comme il l’avait fait quand il avait décelé la présence des Etres de l’eau la première fois.

Une alerte sécurité résonnait en lui. Les deux enfants sirènes regardèrent la guirlande d’orteils s’en aller. Dans la ligne de mire du petit « Tsunami », la silhouette forte de ses deux frères se dessina.

Celui des deux qui paraissait le plus jeune avait les cheveux longs et dorés. Ce n’était pas un doré comme la blondeur de blé des humains de la terre ferme mais un blond de miel lumineux qui imitait les rayons du soleil avec la grâce d’une jonquille courbée au vent. Si cette couleur avait une odeur, elle aurait été sucrée et complexe. L’homme avait une charpente robuste et la peau recouverte d’écailles argentées. Son frère avait les cheveux courts et noirs. Ses sourcils étaient épais et ils surmontaient un regard au bleu pareil à celui de Stan mais les traits sombres de son visage et de son allure les rendaient plus profonds et plus inquiétants. Si l’on n’était pas déjà dans l’eau, c’était le genre de regard dans lequel regarder trop longtemps donnait la mesure de ce que serait une noyade aux confins des abysses.

Les deux enfants se montrèrent dociles à la présence des deux frères. La petite sirène s’en approcha doucement. Elle avait cessé de tournoyer et de s’extasier devant l’invitée de Stan mais, quelque fut l’autorité qu’ils avaient sur elle, elle ne se défit pas de l’engagement tacite qu’elle avait pris. Elle voulait que la Deux Jambes soit acceptée par les siens. Elle flotta jusqu’à la fille allumette et lui pris la main libre. Elle babilla quelques mots en direction du plus vieux de ses frères. Ce dernier ne lui adressa aucune attention. A son grand étonnement, quand elle suivait la ligne imaginaire qui liait le regard bleu électrique aux deux intrus, elle comprit que la présence de l’humaine lui apparaissait moins dangereuse sinon scandaleuse que celle de Stan.

Elle émit quelques phrases d’avertissement qui restèrent sans réponse. Le petit bonhomme à nageoire, insouciant, babillait toujours au grès des courants tièdes. Il s’était de nouveau approché de la fille allumette et continuait de jouer avec ses orteils.

S’ensuivit une discussion que Stan retranscrivait dès qu’il le pouvait et comme il le comprenait à son invités des profondeurs :

- Les Assassymbes sont des mers chaudes. Que fais-tu ici ?

- Promenade... je fais découvrir l’en-dessous à mon invitée.

Il avait de nouveau serré la jeune sorcière contre lui. Le plus âgé se refusait à lui adresser un regard mais le cadet l’avait toisé sans fin de la tête aux pieds. Un air de dégoût pointait sur son visage. Stan le trouva intolérable et injustifié mais toute son attention était dévouée à l’aîné.

- N’as-tu rien à voir avec ce qui se passe en haut ?

Stan ne savait pas de quoi son pair voulait parler. L’expression de son visage dût fournir un indice assez parlant pour que l’aîné poursuive l’interrogatoire sans chercher à obtenir une autre réponse.

- De quel clan es-tu ?
- Je n’ai pas de clan. J'ai perdu mon père. Je suis seul.

Plus personne ne bougeait une nageoire - ou un orteil. La tension se déliait mais subsistait une défiance de part et d’autre des deux camps.

- Comptes-tu te servir de tes pouvoirs ? interrogea encore l’Etre de l’eau.
- Je ne ferai rien pour défier mes hôtes.

Il regarda enfin la sorcière et désigna la baguette qu’il avait repérée lors du très bref regard qu’il lui avait adressé à leur arrivée.

- La Deux-Jambes est une sorcière. C'est ta femme ?
- Ma femme ?

C’était la première fois que Stan entendait ce possessif devant ce substantif qui ne lui semblait que générique. L’aîné laissa échapper un sourire qui finit de décontracter tout le monde mais il retint encore un peu l’éclat de rire que lui avait inspiré l’expression embarrassée de Stan :

- Oui, ta femme. E’kin, essaya-t-il de traduire dans le langage de Stan.

E’kin était le mot Assassymbe qui désignait l’âme qui résultait de l’union spirituelle, charnelle et matérielle de deux êtres. On ne parlait jamais de possession mais de partage dans le langage Assassymbe. Il n’existait aucun mot dans le langage humain pour traduire ce concept. E’kin n’était pas une personne ou la description de l’état d’une personne par rapport à soi mais le résultat de l’addition de soi à l’autre pour décrire une union. Il promit à la sorcière de lui expliquer plus tard ce que l’aîné avait demandé, ignorant que, quant à elle, l’expression « être la femme de » devait avoir un sens qu’elle avait déjà compris.

Stan fit un signe négatif de la tête :

- Non, c’est un assassin, dit-il.

C’était la seule chose qu’il savait d’elle avec certitude. Il se rendit compte pour la première fois qu’il ne lui avait pas demandé son prénom.

Alors que l’atmosphère s’était apaisée, Stan ne s’était pas attendu à la réaction que provoqua la révélation. D’un seul coup, la mère vint arracher les deux plus petits à leur jouet bipède, l’homme sirène aux cheveux longs sortit son trident et le pointa vers la jeune femme tandis que l’aîné avait pointé le sien sous le cou de Stan.

L’alerte sécurité se mit à résonner dans tout son sang et son cœur battit en trombe. En résultat l’illumination quasi instantanée de sa paume droite, celle qui ne tenait pas la sorcière. Il était en position de défense. L’aîné recula du halo de lumière électrique mais garda son trident braqué sous la gorge de Stan :

- Qui a-t-elle assassiné ! Comment peux-tu nous amener une sorcière qui pourrait nous ôter la vie ? Ne sais-tu pas que ceux d'En-Haut sont mauvais ?

Le plus jeune regarda la sorcière avec répugnance, il parlait sa langue. Déformée par l’absence d’air, les sons sourds se firent cependant entendre et une phrase se forma :

- Que veux-tu ? exigea-t-il d’elle en brandissant le trident vers son cœur. Es-tu des gens qui ont tué notre père ? Es-tu de ceux qui nous chassent pour notre sang ?

La mère et les deux enfants avaient disparu dans un sillon de bulles qui menaient vers l’entrée de leur nid.

Stan ne comprenait rien à ce qui venait de se passer. Il regardait la jeune fille en espérant une seule chose. Quelle que soit la réponse à ses questions, il espérait qu’elle ne fasse ou ne dise rien qui l’empêche de tenir sa promesse : la remonter saine et sauve à la surface.

"Qu’est-ce qu’un assassin ?"

Pour la première fois, Stan marqua un signe d’inquiétude.
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Lun 27 Sep - 19:38

De façon étonnante, au lieu de ressentir peur et culpabilité, Mélusine éprouva soudain un sentiment de soulagement. Un bémol cependant. Elle regrettait que Neptune ait à subir cette scène. Elle aurait voulu lui jeter un regard d'excuse mais ils faisaient front tous les deux face à la famille de sirènes. De sirens. Bref, d'êtres de l'eau.

La situation n'était pas vraiment confortable. Ce machin pointé sur sa poitrine ne lui plaisait pas du tout, et la contraignait à adopter une attitude encore plus réservée que nécessaire. Et pourtant, quelque chose en elle se dénouait, se détendait. Peut-être parce que pour la première fois depuis longtemps, on opposait une réaction sensée à ce qu'elle était. Une assassin. Pour son entourage, tuer pour une cause semblait tellement couler de source. Bien sûr, il fallait défendre sa propre vie et ses idéaux. Elle n'était pas des partisanes de l'autre joue. Se protéger était un réflexe bien plus fort que l'horreur même d'ôter la vie. Et elle avait tellement peur que ce réflexe lui devienne une habitude, un geste qu'elle accomplirait sans ne plus rien ressentir. Comment pouvait-on accepter de se regarder en face dans un miroir quand on devenait soudain capable de tuer en un tournemain, sans même battre des sourcils? Mais la force de l'habitude et l'instinct qui pousse chacun à se construire une armure qui s'immisce entre soi et le monde, entre le coeur qui souffre et le monde qui heurte, cette force-là n'était-elle pas plus puissante que le dégoût et les visages blafards qui dansent quand les paupières se ferment?
Personne n'avait critiqué ses actes, jamais ouvertement. Elle ne s'était pas confiée à grand monde, certes. Et ce petit bout de monde n'aurait rien dit pour ne pas susciter sa colère et ses répliques face à leur prétendue incompréhension. Elle ne pensait pas à ceux qui partageaient son combat mais à ceux qui se posaient là en spectateurs et qui auraient dû avoir in regard extérieur. Critique. Sa mère. Ou Xaël. Ou Jon. Ou n'importe qui. Quelqu'un qui lui remette les pendules à l'heure et qui trouve à critiquer, à remettre en cause, à condamner. Au moins un peu. Au lieu d'avaler ses récits avec les yeux grands ouverts, impressionnés ou dépités, mais désespérément muets. Quant aux autres... l'heure n'était plus aux procès et aux condamnations. Il y avait tellement de chances qu'une militante perde la vie au cours d'un combat, qu'il ne valait sans doute pas la peine de s'en occuper.
Enfin quelqu'un se dressait en juge. Pas pour les bonnes raisons, certes. Il n'empêchait...

Mélusine posa délicatement sa main sur le bras de Neptune (c'était fou comme il était plus facile d'être presque délicate quand il y avait de l'eau partout autour pour freiner ses gestes brusques et sa réactivité). Il était hors de question que sa lumière devienne agressive. Ce faisant, elle se plaça devant l'arme pointue qui était toujours dirigée vers lui.


'Je croyais que tu détestais être menacée...'

D'où l'importance de la nuance entre "être menacée" et "se placer sous la menace". Dans le premier cas, elle restait passive, dans le deuxième, elle était active. Pas besoin d'être un génie pour comprendre ce qu'elle préférait. Et puis Neptune n'avait rien fait. Rien de répréhensible. Protéger les innocents, c'était aussi dans sa mission. Plus ou moins. Disons, quand ce n'était pas elle qui se chargeait d'octroyer le statut d'innocent au feeling.

Le geste devait être suffisamment explicite -ou alors, elle leur faisait vraiment peur ('Et tu aimes ça, hein?'. Plutôt oui. Jouer les espèces en voies d'extinction n'avait jamais été son occupation favorite)- car les deux armes se concentrèrent sur elle. C'était presque mieux.
Elle redressa les épaules et s'éloigna légèrement de l'homme poisson. La pointe des tridents suivirent son déplacement.
Bien.
Elle osa enfin se tourner vers Neptune, pour affronter son regard. De toute évidence, il était le seul à ne rien comprendre à la situation. Mélusine songea avec regret que son voyage sub-aquatique tenait bel et bien à l'ignorance de l'hybride vis-à-vis de son statut d'assassin. Il ne s'était pas dépêtré de la situation par une légère boutade mais seulement par sa gentillesse teintée de naïveté.


'Je croyais que tu l'avais compris.'

Oui mais...

'Est-ce que ça change quoi que ce soit?'

Non mais...

'Bon. Alors?'

Alors... Alors elle allait devoir assumer ce qu'elle était, sans avoir l'assurance de conserver ne serait-ce qu'un semblant de la bienveillance qu'il avait eu pour elle jusqu'ici. Ce ne courrait pas les rues (ni les fonds sous-marins) des types comme lui. Elle le connaissait depuis peu mais avait déjà eu le temps de s'y attacher. Et elle n'était pas sûre d'être capable de supporter de lire de la déception, de la crainte ou de l'horreur dans le regard qu'il porterait sur elle.
Elle avait pourtant tenter de le prévenir, dès le début. Mais elle n'avait pas eu la force d'insister, d'entrer dans les détails. Par peur, par faiblesse. On finissait toujours par payer ses faiblesses un jour ou l'autre. Elle aurait préféré que ce soit l'autre.

Bon.

Allons-y.

Elle secoua la tête de droite à gauche, avant de prendre conscience que son temps de réponse en annulait tout le sens. Il allait falloir répondre depuis le début.


"Joupnoupasbloupé-bloublou..."

Ok. Elle arrêtait les frais tout de suite. Des grosses bulles d'air s'échappaient de sa bouche au lieu du "je n'ai pas tué votre père" qui aurait dû calmer le jeu le temps qu'elle parvienne à réfléchir à comment présenter les choses. Là, le premier venu pouvait mettre n'importe quel sens sur ses tentatives de mots. De "j'aime les chamalllows" à "oui, j'ai tué votre père, j'en suis fière et si on continuait la liste en commençant par le petit dernier" en passant par toutes les interprétations médianes: "à votre avis, quel est l'équivalent de l'orage, dans le monde sous-marin? Des milliers de bulles qui montent vers la surface? Ca doit être plutôt beau, ça aussi? Parce que bon, de l'eau qui tombe dans l'eau, ça ne doit pas vous changer beaucoup..." (le bloup pouvait tout à fait être de ces langues où un mot résume toute une phrase) ou bien "quand est-ce qu'on mange?" (en vrai, ça mangeait quoi des sirènes? Des algues? Bof. C'était pas beaucoup mieux que de la salade. Et pour le fish and chips...facile pour le fish, mais sans technique de cuisson quelconque, ça devait se révéler sacrément... cru. Conclusion? Les êtres de l'eau mangeait de la salade aquatique et des sushis. Bien contente d'être de la surface...).

'Hem...'

Oui. Bon. Elle n'avait jamais prétendu être d'un courage renversant. Enième preuve que le Choixpeau s'était planté.

'Tu plaisantes?'

Oui.
Bon. Encore. Si elle ne pouvait pas parler, il ne lui restait plus que le langage de signes.
S'ensuivit un épisode qui s'ajouterait à la longue liste de ses moments de honte. Gesticulant à qui mieux mieux, elle tenta d'expliquer son histoire. Les armes pointées sur elle n'aidait pas son ampleur de mouvement. Sans compter que l'incrédulité et l'énervement croissaient de manière exponentielle chez son auditoire d'un jour. Tsunami avait laissé échapper un petit rire silencieux (ce silence finissait par être vaguement angoissant) mais le reste de la famille poisson restait de marbre.

Dernière option...
Mélusine brandit sa baguette et crut, pour la deuxième fois en un laps de temps beaucoup trop court que sa dernière heure était venue. Elle n'avait pas pensé qu'ils pourraient percevoir son geste comme une attaque. Le problème était qu'elle avait vraiment besoin de son frêle ustensile de bois. A contre-coeur, elle retourna sa baguette contre elle-même, dans l'espoir de prouver qu'elle ne cherchait pas à s'en prendre à eux. Ses antécédents ne jouaient pas en sa faveur.
Quelle était la formule déjà?


"Scrloup!"

*Scribere.*

Ne restait plus qu'à penser très fort à ce qu'elle voulait leur transmettre. En lettres de fumée rouge, ses premières lettres apparurent face à sa poitrine. Ca fonctionnait. Prudemment, sans cesser d'"écrire", elle tourna sa baguette vers le fond marin derrière elle, ne visant ainsi personne.

Je jure solennellement que mes intentions ne sont pas mauvaises.

C'était peut-être un chouïa alambiqué comme formulation.
Un doute soudain. Sans papier, comment les êtres de l'eau pouvaient-ils apprendre à lire? En gravant des cailloux? Ca devait être fichtrement long! Est-ce qu'ils savaient seulement lire? Et quand bien même ils lisaient, il ne déchiffraient sans doute pas sa langue.
La jeune femme ferma brièvement les paupières et se résolut à se tourner vers Stan pour de bon. Dans son regard, elle essaya de faire passer sa demande. Traduire pour elle. Se faire son interprète. Elle n'alla pas jusqu'à lui demander de ne pas la juger trop sévèrement.

Je n'ai pas tué votre père.

Ca, au moins, elle en était sûre. A moins que leur père, comme son compagnon, soit capable de se balader sur terre comme dans l'eau. Auquel cas, elle avait un sérieux problème. Autant partir sur une base simple. Elle ne l'avait pas tué.

Et Neptune est innocent.

Innocent. Ca lui allait bien.

Je ne chasse personne pour son sang. Je m'en fous du sang. Je chasse pour les idées. On me chasse pour mes idées.

Quelque part, c'était peut-être ça. Chasser et être chassée. A armes égales, c'était au meilleur de gagner. Ou au mieux accompagné. Ou au hasard.

On est en guerre, là-haut. J'ai tué... quelques fois. Parce que... parce que...

Est-ce qu'il y avait une seule bonne raison pour tuer? Sur le moment, ça lui avait paru une évidence. Pas sûr, même qu'elle ait réfléchi. Il n'empêchait qu'elle l'avait fait et...


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Mer 6 Oct - 13:36

Il y avait Stan qui ne se souvenait plus à quel moment il avait lâché la main de son invitée marine mais la séparation avait eu lieu un peu avant qu’elle se décide à s’expliquer.
Il y avait Halo, l’aîné aux yeux bleus, qui tenait fermement son trident dirigé vers le flanc de Stan mais dont les yeux étaient rivés à l’écriture rouge qui se formait au gré de la baguette.
Il y avait Isodun, le cadet aux yeux jaunes, qui pour la seconde fois confirmait qu’il avait appris le langage des humains en traduisant pour son frère l’écriture anglaise.
Il y avait la mère, qui s’était enfuie et qui ne revenait plus, elle était prostrée dans une ombre de leur nid, tenant ses deux enfants dans ses bras écaillés et espérant de toute ses forces que dehors, personne ne tuerait ses deux fils.
Et il y avait cette fille qui lui apprit ce que voulait dire être un assassin.

Quand elle eut terminé d’écrire, le silence des profondeurs les enveloppa comme un linceul protecteur et apaisant. La tension était en train de mourir lentement. Les mains autour des tridents décidèrent de relâcher leur préhension. Les pointes, ramollies par l’égard, piquèrent du nez et se détournèrent de leurs cibles. Il y avait quelque chose dans ce qu’elle venait d’accomplir qui avait fait acte de foi sans qu’elle s’en rende compte mais Stan le savait. Elle avait tourné le dos à ses adversaires et, pour les Etres de l’Eau qui se battaient toujours de front, cela signifiait qu’on remettait sa vie entre les mains de son ennemi. Dans sa propre paume, le spectre lumineux s’était éteint pour que plus rien en lui ne représente ni menace ni justification intempestive insinuant qu’il avait voulu se défendre de quelque reproche qu’on lui faisait.

Après un moment où pas même un petit ban de poissons n’avait eut l’idée de venir animer cette scène figée, Halo baissa entièrement son bras et enfonça son trident dans le carquois d’algues qu’il avait dans le dos. Il invita son frère à l’imiter d’un mouvement de la main qui aurait aussi pu vouloir dire "assied-toi" si cela avait été possible dans les abysses. Son visage carré enrobé d’une aura magnétique et d’une force bienveillante apparut tout soudainement devant le visage de Stan qui n’avait plus bougé depuis longtemps. Le bleu regard ricochait sur tous les récifs de la fille. Sur le nez qui tombait jusqu’à la bouche retroussée sur un menton. Sur l’épaule nue attachée à une clavicule saillante qui surplombaient les premières côtes. Où les côtes disparaissent un moment le temps que la poitrine s’élève et se rabaisse pour rejoindre les flancs et la suite du jeu de côtes. Sur le ventre et l’os qui sort de la hanche, arrondissant l’angle du bassin. Où les genoux sont le trait d’union entre les cuisses et les tibias. Au bout des doigts refermés sur une baguette en bois. Dans les yeux clairs qui ont un langage qu’il a l’impression de ne plus savoir traduire. De ne plus comprendre.

"Elle m’a menti. Elle n'a pas eu confiance en moi", pensa-t-il pendant son investigation visuelle. Il se demandait si être un assassin était visible de l’extérieur. S’il avait pu s’en douter rien qu’en la regardant un peu mieux. Si "être un assassin" produisait naturellement des indices évidents sur le corps du tueur. C’était bien ça qu’il avait compris: assassin était tueur.

Il n’y avait rien qui pouvait laisser suggérer qu’elle était dangereuse pour ses congénères ou pour lui. Après la triste définition du jour, il apprit aussi qu’il ne fallait pas se fier aux apparences.

Le visage de Halo l’empêcha de la scruter encore. Stan finit par tourner ses pupilles vers celles de l’Etre de l’Eau. L’homme avait compris que Stan manquait d’une connaissance manifeste de certains concepts du monde d’En-haut bien que, contrairement à eux, il fût le seul à pouvoir le parcourir sur deux jambes.

Ce qu’il dit à Stan fut d’une générosité remarquable mais dont l’Assassymbe tarda à comprendre l’ampleur.

- C’est une guerrière, dit-il dans son langage à Stan, E’kellyn. Guerrière. Elle tue pour défendre son clan.
- Clan ? répondit Stan machinalement. Il avait tant de mal à ne pas dévisager la fille. Se yeux essayaient de contourner la tête de Halo pour atteindre la sorcière qui flottait plus loin. Il ne bougeait toujours pas. Il était pétrifié. Il ne savait pas que Halo essayait de les réconcilier en réparant la brisure que l’appréhension du concept d’assassin avait occasionnée chez lui. Halo avait de la compassion et ça faisait de lui une bonne personne.

Sur les traces de son frère, Isodun, les rejoignit, oubliant la fille et se prenant soudainement au jeu de l'empathie. Dans le langage des humains, il expliqua pour Stan et pour la fille allumette les comprenne:

- Tu ne sais pas pour quoi ils se battent en haut ?

Il n’eut pas besoin d’effectuer un signe de négation pour qu’ils comprennent qu’il l’ignorait. Isodun poursuivit :

- Elle est E’kellyn et iseddem.
- Guerrière et chassée ? répéta Stan sans comprendre.
- Oui, en guerre. Comme nous, elle doit se défendre. C’est sa vie ou la leur, c’est la loi du plus fort. Ils sont devenus des animaux... ils chassent et se défendent pour agrandir leurs territoires.
- Et l’Eau ? demanda Stan en se détendant, affecté par la douceur des deux hommes.
- Ils ne considèrent pas l’Eau comme un territoire à conquérir mais nos peuples comme des armes à manipuler.
- Qu’est-ce qu’il a notre sang ? Qu’est-il arrivé à votre père ?
- Ton sang, le nôtre, celui de tous les Etres de l’Eau est une arme pour neutraliser les vampires. Notre père a été attaqué par des Deux-Jambes magiciens il y a un an. Ils l’ont emmené sur leur bateau, ils ont drainé son sang et ils l’ont rejeté au lac comme s’il n’était rien. En haut, il ne faut pas qu’on sache que tu es un Etre de l’Eau, Assassymbe.
- Je m’appelle Stanislas Shield, je viens des Cyclades, murmura Stan la tête ailleurs. Ses yeux étaient de nouveau harponnés à la sorcière.
- Je suis Isodun et voici Halo.

Le frère hocha la tête en guise de présentation.

Stan flotta entre les deux hommes qui tournaient le dos à Mélusine en signe d’abandon des charges qui pesaient contre elle.

- Mais à quel clan appartiens-tu ?
demanda-t-il toujours choqué à la sorcière.

Isodun vint à la rescousse de la Deux-Jambes :

- Quel que soit le camp auquel elle appartient, ça ne change rien sur le fond. Si elle ne nous chasse pas, les idées qu’elle défend sont les siennes et les moyens qu’elle utilise ne seront jugés que par les siens. Reste en dehors de leur combat. Je t’en fais le conseil.

Ca ne suffisait pas à Stan mais il garda le silence. Il ne savait plus quoi penser. Il se sentait trahi par la réalité et ce n’était pas la première fois et ce n’était pas la dernière fois.

- Je t’ai donné ma maison, dit Stan. Elle est dans la ville qui s’appelle Londres. Je te la laisse parce que je n’ai qu’une parole. Je t’y accompagne mais après, je ne pense pas que je voudrais encore te revoir.

Halo et Isodun s’approchèrent doucement :

- Nous vous laissons... vous devriez rentrer à la surface.


Stan hocha la tête. Les deux hommes saluèrent la sorcière sans ajouter un mot et s’en allèrent vers le nid.

Stan reprit :

- Ce n’est pas que tu retires la vie à tes ennemis qui me... c’est... tu aurais dû m’expliquer et je t’aurais comprise.
Enfin... j'aurais essayé. Je ne comprends pas pourquoi les gens tuent les gens. Mais j'aurais essayé, je te le jure.


Finalement, elle était comme les Shield, le couple qui l'avait tenu captif. Elle profitait de son ignorance. Il se sentit bête. Le sentiment grandissait quand il la regardait alors il décida de ne plus la regarder dans les yeux. Stan comprenait aussi la raison pour laquelle les deux sorciers l'avaient enfermé ces deux années. C'était juste pour prendre son sang. l leur aurait donné s'ils avaient demandé et peut-être que l'elfe de maison ne les aurait pas... assassiné. L'elfe aussi était un assassin.

Il comprenait surtout qu'il devait absolument se défendre contre ce monde pour qu'on ne profite plus des lacunes qui subsistaient en lui.

Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●


avatar

Nombre de messages : 1004
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 184
Gallions : 8019

MessageSujet: Re: Minuscule   Lun 18 Oct - 19:32

"Tu me l'aurais demandé, je t'aurais expliqué."

Cela ne l'avait tout simplement pas effleurée que Stanislas-Neptune puisse ignorer la réalité de la condition d'assassin. Ou peut-être si, un peu. Mélusine avait juste préféré croire que son ellipse n'était rien d'autre qu'une sorte de délicatesse généreuse et rare. Ne pas appuyer là où ça faisait mal. Quelque chose comme ça. Voilà. Se convaincre elle-même que, merci bien, on pouvait passer à autre chose. Il était facile de se mentir pour peu que la situation occasionnée soit confortable. Elle n'avait jamais dit qu'elle était courageuse, du moins, jamais sérieusement. Un peu lâche, un peu fière et très imparfaite. Ca lui allait dans cet ordre. En général.

Mais les fonds sous-marins l'empêchaient toujours d'émettre une parole sensée.

'Ca n'est peut-être pas un mal...'

Il n'empêchait, elle se retrouvait là, face à lui, avec des mots qui lui venaient, par rafale, et qu'elle aurait oublié d'ici à son retour à la surface. Hors de question, bien entendu, de faire appel à son
'Scribere'. Une sorte de pudeur l'en empêchait. Ca n'était pas le relâchement qu'elle avait perçu chez Halo et Isodun mais l'impression certaine que cela ne les regardait pas. Leur opinion d'elle semblait faite, toute animosité évanouie. Elle les regarda regagner leur demeure. Regretta de ne pas pouvoir dire au revoir à la petite Tsunami, de laisser d'elle l'image de celle qu'il faut craindre. Dire qu'elle s'en serait enorgueilli quand elle était encore à Poudlard University...
Elle jeta un dernier regard, comme à regret, sur la petite maison et les silhouettes qu'elle y devinait. Définitivement, elle était une étrangère à ce monde. Une intruse. Et ça n'était pas une question de mains palmées ou de dialecte. Tout était redevenu calme. Les algues ondulaient au gré des courants sous-marins, des bancs de poissons formaient des ballets aquatiques. Les grosses bêtes coursaient les petites pour les manger tandis que les petites s'esquivaient à qui mieux mieux, répondant à cet instinct millénaire qui poussaient tous les êtres vivants à survivre. La règle du jeu était la même, qu'on soit une crevette ou un être humain. Naître. Manger. Se reproduire. Mourir. Et essayer de résister le plus longtemps possible. Pourquoi? Parce que. Sauf qu'à la différence des autres formes de vie, les hommes et les femmes se projetaient dans l'avenir, vers leur disparition, rationalisaient la mort ou en avait peur, comme elle. Ca devait sûrement changer quelque chose dans la façon dont on appréhendait la vie. Est-ce qu'on ne fuyait pas, parfois, au lieu de marcher au-devant? Parce qu'il en fallait du courage, et de la foi, pour continuer, certains jours.

Perdue dans ses cogitations, Mélusine était demeurée immobile, se laissant bercer par les mouvements subaquatiques. Un petit poisson vint gober les bulles d'air qui s'attardaient au sortir des pores de sa peau, la tirant de sa rêverie. Osant à peine jeter un regard sur Neptune, elle effectua quelques brasses en direction de la surface qui n'était pour l'instant qu'une tâche plus claire au milieu de tout ce bleu. Les bras tendus devant elle, les mains en coupe pour repousser tout ce liquide derrière elle, les pieds qui battaient la mesure. . Doucement d'abord. Puis frénétiquement. Ses gestes devenaient presque agressifs, si seulement le milieu l'avait permis, comme remplis d'une rage contenu.
Tout d'abord inaccessible, l'air frais s'approchait maintenant à toute vitesse.
Elle émergea dans un grand bruit d'éclaboussure qui lui parut fracassant après le silence d'
en-bas.
Pourtant plus à son aise qu'elle, Neptune l'avait laissé prendre les devants. Elle ne savait pas trop si elle devait s'en offenser ou s'en amuser.
Elle fit trois tours dans l'eau en attendant qu'il émerge.


"Je ne veux pas de ta maison."

Des points noirs dansaient devant ses yeux tandis que le monde tout autour devenait un flou magnifique. Ca ne lui avait jamais fait ça, même quand elle se mettait dans des états émotionnels pas possibles.
Il lui fallut un temps pour comprendre que les effets de la plante qu'elle avait ingurgité n'étaient pas arrivés à leur terme. Super. Il ne lui restait plus qu'à barboter dans l'eau, sous la pluie qui s'était remise à tomber, en attendant. Elle fit quelques brasses, de petites bulles se formant à chaque récrimination qu'elle proférait tout bas. Les bulles s'espacèrent progressivement jusqu'à disparaître complètement. Aussi, quand elle s'asphyxia à moitié en avalant une gorgée d'eau que son corps n'acceptait plus, elle était... Elle était quoi, au juste? Toujours un peu fière, toujours un peu sur les nerfs. Vaguement penaude et perdue.


"Je n'en veux plus parce que, maintenant, elle n'aura plus qu'un goût de regret."

Ce cadeau complètement fou, insensé.
Comme d'habitude, elle faisait tout dans le mauvais sens. Les idées sortaient pêle-mêle et les mots avaient du mal à les suivre.


"Si je te l'avais dit, tu ne m'aurais jamais emmenée là-bas."

Il l'aurait jugé, même sans le vouloir. Le regard qu'il portait sur elle en aurait été altéré. Elle avait aimé son sourire, le charme léger et poétique d'une rencontre sous la pluie. Elle avait juste envie que ça dure un peu plus longtemps. De croire que ça pouvait marcher. Que ça pouvait être aussi simple.

"Tu ne me connaissais pas et ça faisait du bien. C'était juste ça. Pouvoir échapper un peu à tout... à tout ça. J'avais juste envie d'oublier un peu. D'être moi. Juste moi."

En prononçant ces mots, elle prenait conscience de combien ils étaient naïfs, presque enfantins. Elle était comme une gamine qui avait peur des monstres et qui se persuadait qu'en pressant bien fort ses deux mains contre ses paupières, ils disparaîtraient.
Mais on était ce qu'on faisait. Ou bien était-ce le contraire?


"Je suis désolée."

Elle le lui aurait dit. Du moins, elle aimait s'en convaincre. Mais plus tard.
Elle avait juste eu envie de fuir la réalité.

Ramassant ses affaires, elle se tourna à nouveau vers lui, lui tendant la clef qu'il lui avait donné.


" Je m'appelle Mélusine."

Comme la légende. La femme-poisson.
L'ironie de son prénom lui sauta au visage.
Elle se détourna. La route serait longue jusque chez elle.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Stan Shield
● Non-Humain ●


avatar

Nombre de messages : 68
Signature : L'alternatif
Avatar : moi
Date d'inscription : 08/05/2010
Coup de coeur : 42
Gallions : 5161

MessageSujet: Re: Minuscule   Mer 20 Oct - 11:28

Stan Shield, qui n'avait jamais goûté sa maison, aurait plutôt pensé que sa maison avait un goût de pierre, de poussière et de la fumée noire qui s'étale à perte de vue au-dessus de la capitale. Il était néanmoins très respectueux du goût d'autrui qui se trouvait dans la nature avec tous les goûts des autres. Si Mélusine pensait que sa maison goûtait le regret, il ne l'aurait pas contredite. Cependant, il n'était pas d'accord avec la suite. Il acceptait volontiers qu'on prêta des goûts farfelus aux murs de sa maison mais il apprécia moins qu'on jugeât à sa place la manière dont il aurait reçu la définition exacte de l'assassin.

Il aurait été déçu, il ne pouvait pas le nier. Mais il l'aurait trouvé courageuse de lui donner ce secret, car il s'agissait d'un secret, pas d'une simple constatation, et il l'aurait trouvé gentille de ne pas profiter de sa naïveté pour lui en faire l'apprentissage. Pour la remercier, il aurait essayé de lui faire oublier ce fardeau parce que, après tout, ça ne le concernait pas tant qu'elle promettait que ce n'était pas à lui, ou à ses cousins d'En-Dessous, qu'elle ôterait la vie.

Après tant d'hypothèses qui renversèrent, pour de faux, tout le cours du temps, Stan se questionna de nouveau sur le goût de sa maison. Aurait-elle eu un autre goût si l'un et l'autre avaient décidé, dès de début, de mieux ouvrir ses oreilles et de mieux ouvrir son esprit ? Il était en faute, se gifla-t-il les doigts d'un coup d'œil aussi solide qu'une règle. Il aurait dû questionner le mot qu'il ne connaissait pas. Il avait tellement été persuadé que l'assassin était la manière dont on appelait l'habitant d'un certain pays sorcier qu'il n'avait pas mis sa curiosité à contribution. Il aurait pu lui demander où se trouvait le pays des assassins ou quelle était la monnaie de ce pays qu'il ne connaissait pas et, peut-être, il l'espérait, Mélusine aurait rectifié la mécompréhension en lui avouant qu'assassin n'était pas un pays et n'avait pas de monnaie ou de gouvernement mais que c'était l'état de ceux qui tuaient d'autres personnes. Alors, il aurait trouvé qu'un tel Etat était barbare et anarchiste, sans même connaître le mot anarchiste. Il se serait demandé si cet Etat se situait en Angleterre... et on n'y aurait pas gagné beaucoup en intelligence, et on aurait traîné à aller visiter l'En-Dessous, et la promenade n'aurait pas été si jolie.

En conclusion, Stan n'eut pas de regret et les murs de sa maison auraient toujours le même goût de fumée noire et de pierre et de poussière. Dans un sens ou dans l'autre, ils en seraient arrivés à ce point. Le plus important n'était plus de réécrire le temps déjà écoulé qui ne changerait plus mais de se concentrer à écrire un peu moins mal le temps qui s'écoulerait désormais.

Elle s'excusa, comme les gens qui ont fait une bêtise. Stan trouva qu'elle devait s'excuser aux gens qu'elle avait tué mais pas à lui qui était encore vivant. Il lui sourit. C'était évident ! Elle aussi avait des choses à apprendre !

Il prit la clé petite dans sa main grande. Les clés n'ouvrant pas les mains, il la mit dans la poche de son pantalon, qu'il n'avait pas encore sur lui, en attendant qu'elle puisse ouvrir la porte pour laquelle elle avait été conçue.

Stan, qui avait maintenant deux jambes et le bas de l'anatomie d'un homme humain comme les autres, s'habilla en souriant à chaque mot qui sortit de sa bouche :

- Mélusine. Moi je suis Stan et ceux qui m'ont accueilli chez eux m'ont donné un second nom : Shield. Ils sont morts et je crois que, maintenant, je peux dire qu'ils ont été assassinés. Mais ce n'est pas par toi, crut-il qu'il était bon de préciser pour la rassurer.

- La maison des Shield est à côté de la maison de la Reine de ce pays. Les gens donnent des noms à tout, même aux chemins... mais j'ai oublié le nom du chemin où ils ont placé la maison. Tu la reconnaîtras parce qu'il n'y a qu'une maison qui appartient aux Shield à côté de celle de la Reine. Elle est en face d'un parc et ses murs sont blancs, les fenêtres sont nombreuses, et les étages presque autant. La grille est noire et or, avec un grand "S" gravé dessus. Quand tu auras l'envie et le temps, reviens-moi pour m'apprendre comment ça fonctionne...

Il était habillé pour vrai. Des pieds à la tête mais sa tête était découverte bien que l'expression ne le prenne pas en compte.
Il écarta ses bras qui n'étaient pas assez grands pour lui montrer l'univers mais c'était bien de l'univers dont il parlait :

- Tout ça. Ton monde.

Stan comprenait que Mélusine était déçue. Quand il l'était, il n'aimait pas qu'on vienne voir dans sa tristesse, pelotonnée comme une vieille lionne blessée, pour lui demander si ça allait. Il avait l'impression qu'on y enfonçait des petits coutelas pour réveiller la bête. Il ne voulait pas blesser la déception de Mélusine. En général, cette bête-là s'en allait quand elle avait bien dormi et elle allait chasser ailleurs, loin de soi, jusqu'à avoir trouvé un nouveau gibier à ferrer. Ca ne restait jamais longtemps car il y avait bien trop de choses à vivre, de paysages sur lesquels danser, de musiques à caresser et de goût à regarder dans les yeux.

Pour qu'elle guérisse plus vite du regret qui peignait les murs de sa maison, il lui offrit un ultime sourire et des mots pour aller dessus :

- Minuscule. Je suis minuscule au milieu de ton univers. Dans le mien, je me sens grand. C'est peut-être qu'il faut savoir trouver le monde où nous nous sentons grands pour être heureux et ne pas se fâcher de ne pas tout y comprendre. Merci beaucoup de m'avoir accompagné, je me suis beaucoup amusé à te regarder nager.

C'était une blague gentille qui caresse. Pas une réplique méchante qui pique.

- Quand tu nages, tu es libre et plus grande que quand tu marches. C'est bizarre...

Au-dessus d'eux, le soleil qui en avait assez de se faire quereller par la pluie décida de sortir tous ses rayons comme des jambes qu'il avait très longues et qui touchaient sol. Il les suspendit au bord des nuages et les remua au grès du vent. Il avait bien mal choisi son moment pour sortir mais le soleil était parfois orgueilleux. Il aimait qu'on n'oublie pas qu'il commandait ici-bas et que la lune ne valait pas la moitié de la lumière dont il était capable. La lune, elle, cachée, veillait à faire sa sortie au bon moment. Elle prit son temps, car c'était l'été et elle paressait plus longtemps que d'habitude avant de se montrer. On pouvait la voir, mate et transparente, à l'autre bout du ciel. Dans une heure, gourmande, elle aurait englouti le jour et le soleil. Une chose extraordinaire que personne d'autre, même pas la pluie, était capable de réaliser sans vexer l'astre du jour.



No regrets, no tears.
Only a strange feeling,
slipping without falling.
I'll try another World
where the water is
not blue anymore,
another reallity.
Oh, my baby I love you,
My lady blue.
I'm looking for something
that I'll never reach.
I seek eternity.
No more sun, no more wind.
Only a strange feeling,
leaving without moving.
I'll try another World
and the sky slowly
fades in my mind.
Just like a memory.
No more reasons, no fears
Only this strange feeling,
giving without thinking.
Oh, my baby I love you,
My lady blue.
I'm looking for something
I'll never reach.
Baby, I love you
my lady blue.
I'm searching for something
that I'll never reach.
I seek eternity.


(Eric Serra, My Lady Blue)

Sur le chemin pour retourner vers le village, pour occuper la route qui n'avait pas changé de place depuis qu'ils l'avaient emprunté la première fois, Stan narra à Mélusine le conte qu'on chantait aux Êtres de l'Eau enfants. Il s'amusa à mimer toutes les voix comme on l'avait fait pour lui. On aurait dit que l'histoire avait la longueur exacte du chemin qu'il y avait à parcourir car ils arrivèrent au point final. Alors, Stan dit à Mélusine :

- Adieu, Grande Mélusine.


Fin

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Minuscule   

Revenir en haut Aller en bas
 

Minuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ludmilla ? Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...
» un tout petit minuscule cadeau .. [Ajouté]
» Catalogue du maître d'arme
» Entrainement des Loups des Cimes ! [PV l'équipe ! - TERMINE]
» Félicitation, tu es minuscule ? Hélénie & Illy
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: U.K. Insiders-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit