ConnexionConnexion  PortailPortail  AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 L’Indonésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 518
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12312

MessageSujet: L’Indonésie   Sam 24 Avr 2010 - 16:55

Epilogue



La porte se referma dans un claquement sourd. Le geôlier invita l’auror à sortir, la dernière navette allait quitter cette île incartable. Tiara hocha la tête et sortit de ce sinistre endroit.


Recroquevillée, les yeux fixés dans le vide, elle redoutait les prochaines heures, autant que les prochains jours. Les lumières s’éteignirent une à une, laissant les cellules éclairées par la pleine lune. Le silence se fit une place de maitre, seules les vagues qui échouaient sur les murs du bâtiment se rebellaient contre son autorité.
Un sourire amer apparut sur le visage pâle.
Le centaure avait-il prévu que l’iccam serait emprisonnée à Azkaban pour sorcièricide?






I. La destination


Chevauchant à vive allure Benemoth, l’iccam s’éveillait doucement.

La monture guidait sa protégée au travers un brouillard persistant, résidus de la colère du double de sa maitresse. Le sombral galopait au rythme des indications imprécises de sa cavalière. Patient et calme, il s’occupait de l’amener à bon port, brouillant du mieux qu’il pouvait leur trace.

Isis avait du mal à trouver les indications dont elle avait besoin. Outre le faite que fouiller des souvenirs ne lui plaisaient guère, sa peine entremêlée de colère la distrayait de sa tâche.



Elle connaissait sa désapprobation. Elle s’attendait à son refus. Elle craignait avec une angoisse dissimulée son mécontentement. Elle épiait son humeur. Elle le savait orgueilleux. Elle fut servit.

Elle ne l’avait jamais ressentit aussi fâché. Elle en était avertit avant même qu’il sorte de cette chambre pour faire on ne sait quoi, finir dans la piscine, pour revenir si distant. Mais ce n’était pas son comportement qui la blessa. C’est ce qu’il taisait. Son absence de confiance, sa défiance, son putain d’ego à la con.

Fâché était trop faible. Elle était en colère.
S’il y avait peu de chance pour qu’elle abandonne son idée, il n’y avait plus rien pour l’empêcher de faire ce qu’elle voulait. Juste pour le faire mentir. Le faire chier. Le blesser. Le blesser autant qu’il l’avait froissé.



Grisée par de nouvelles sensations, sa magie enfin retrouvée, elle referma sa peine pour se concentrer sur sa tâche. Le sombral piqua vers le sol, s’engouffrant dans un trou noir, transplaner, et se retrouver en territoire ennemi.

Benemoth s’arrêta au milieu d’un cours d’eau. Il sentit la crainte d’Isis qui s’accrochait avec vigueur à sa crinière. Il marcha tranquillement jusqu’à la rive. Tranquillisé, la jeune femme sauta de sa monture. Elle flatta le flanc du sombral avant de prendre la marche. Ils marchèrent quelques temps dans l’orée d’un bois avant d’apercevoir sa destination finale.

Au premier abord, cela ressemble à un petit village de pêcheur oublié des touristes au cœur de l’Indonésie. L’Indonésie, ces paysages, sa mer, ses nouvelles créatures magiques et son marché aux Êtres de l’eau. Le village de pêcheur, une façade pour dissimuler le plus grand marché noir du l’Océanie.
Les affaires très juteuses alléchaient le groupe terroriste qui avait prémédité le meurtre de Mallhou. Des contrats devaient être signés incessamment sous peu par le contact d’Harold. Malheureusement, les souvenirs de cet assassin n’étaient pas assez précis.

Maintenant, il lui fallait un plan pour découvrir où se terrait ce contact et comment l’approcher.


- Où te caches-tu Blaise ?
Revenir en haut Aller en bas
Tiara Thomstorn
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 42
Age du personnage : 23 ans
Habitation : The Lodge
Occupation : Attachée au MLE
Signature : summer_fade
Avatar : FDN
Date d'inscription : 20/01/2010
Coup de coeur : 15
Gallions : 5445

MessageSujet: Re: L’Indonésie   Dim 16 Mai 2010 - 20:06

Warning: Coarse langage

II. Cubadak


- Tu es vraiment obligée d'y aller ?


Tiara soupira, fit une nouvelle tentative pour plier correctement le t-shirt qu'elle tenait entre les mains mais échoua. Elle ne répondit rien et se contenta de balancer le reste des vêtements qu'elle avait préparés dans son sac sous le froncement désapprobateur de sa mère.

- C'est juste que je n'aime pas te savoir si loin. L'Indonésie… J'ai entendu tout un tas de choses terrifiantes sur ce pays.


- Maman… Nous en avons déjà parlé maintes fois. Cesse d'insister. Je pars ce soir, c'est tout.


Frustrée, Tiara vida pour la énième fois son sac sur son lit et entreprit de replier rageusement les quelques affaires qu'elle comptait prendre avec elle. Sentant que sa mère allait se lancer dans un nouveau palabre pour tenter de la dissuader de partir (comme si elle avait le choix !), elle interrompit son pliage, vint s'assoir à côté de sa mère sur le lit et lui répéta calmement ce qu'elle avait pris l'habitude de lui jurer avant chaque départ en mission :

- Maman, écoute. Je sais que tu t'inquiètes mais je te promets que rien ne va m'arriver. Ce n'est pas comme si je partais seule en plus. Et ce n'est ni la première fois, ni la dernière que je suis envoyée sur un autre continent.

- Tiara…,
commença sa mère d'un air triste en lui prenant la main.

- Non, maman, n'insiste pas. S'il te plait. Tiara la supplia du regard de ne pas persister. Et puis, cela me fera du bien de changer de décor un temps. L'ambiance ici est si… écrasante. Depuis que la Directrice de Sainte Mangouste s'est faite assassinée, c'est la folie au Ministère.

- Cette pauvre femme…
regretta Esmé en secouant la tête d'un air accablé.

Constatant que l'attention de sa mère se portait ailleurs que sur sa personne, Tiara reprit plus sereinement son rangement.

- J'ai reçu une lettre de ton grand-père…


*Et c'est reparti…*

- Ah oui ? lança-t-elle indifféremment en enfonçant son vanity dans un coin de son sac.

- Lui aussi s'inquiète pour toi. Il parait que tu n'as répondu à aucun de ses hiboux. Il s'est passé quelque chose pour que tu t'obstines à l'ignorer ainsi ?


*Saleté de vanity, tu vas rentrer, oui ?!*

- Non, répondit-elle un peu plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu. J'ai été très prise ces derniers temps, c'est tout.

- Justement. J'aimerais bien savoir ce que fait ma fille de ses weekends. Tu pars le vendredi matin pour ne revenir que le dimanche soir. Et ne me dis pas que tu vas chez Fédriana, j'ai déjà vérifié auprès d'elle.


- Tu m'espionnes maintenant ? s'indigna Tiara en refermant brutalement son sac.

- Non. Mais je sais quand ma fille me cache quelque chose. Tu sais, si tu as rencontré quelqu'un et que…


- Non, il n'y a personne, la coupa-t-elle en ensorcelant son sac pour qu'il ne pèse rien avant de le rétrécir. Maintenant, si tu en as fini avec ton interrogatoire, j'ai un portoloin qui m'attend.

Cette conversation n'est pas finie,
rappela sévèrement sa mère en acceptant tendrement l'étreinte de sa fille qui lui déposa un baiser sur la joue. Fais attention à toi ma chérie. Je t'aime.

- Je t'aime aussi m'man.

Un dernier câlin plus tard et Tiara referma la porte du Lodge derrière elle.

Like a Star

Après deux jours d'un voyage éreintant, ils arrivèrent enfin dans le petit village de Carocok où leur contact, un dénommé Sukarno, devait les attendre à l'orée d'une forêt. D'après leurs informations, dans trois jours exactement, une faction de l'Opposition située au Royaume Uni avait prévu de signer un accord important avec une organisation spécialisée dans le commerce d'Êtres de l'eau, très prisés pour leur sang. Il était question d'un contrat de plusieurs millions de gallions qui devait se conclure quelque part sur l'île de Cubadak. Leur mission ? Faire capoter le projet.

Tiara leva les yeux vers son coéquipier, Anthony Bradlock. A son arrivée au Ministère de la Magie, il avait été désigné pour être son mentor pendant la période réglementaire d'un an. Au bout de 6 mois de mentorat, ils étaient devenus partenaires. Âgé de 32 ans et divorcé depuis peu, Anthony avait le physique du batteur d'une équipe de Quidditch. Brun, le cheveu ras, les yeux bleus et la mine renfrognée. Mais sous ses larges épaules se cachaient un cœur tendre et un grand romantique.

- Putain,
grommela-t-il. Qu'est-ce qu'il branle ? On s'les gèle ici.

*Un poète, aussi.* songea Tiara amusée mais se retint de tout commentaire.

- Monsieur Bradlock ? Madame Thomstorn ?


De concert, ils se retournèrent vers la voix qui les avait interpelés si timidement. Tout comme il s'était décrit, Sukarno était un homme de petite taille et d'une cinquantaine d'années. Il portait des lunettes cerclées d'argents qui dissimulaient des yeux sombres et des sourcils grisonnants. A la manière qu'il avait de se tenir, on pouvait facilement en déduire qu'il se sentait mal à l'aise. La nuit était déjà tombée et les rues désertes étaient seulement éclairées par la faible lueur de la lune.

- Vous êtes en retard, Sukarno,
menaça Anthony en s'approchant de lui d'un pas lourd.

- Pardonnez-moi Monsieur Bradlock.
Sukarno sursauta avant de se confondre en excuses et en courbettes devant l'agent du Ministère. Vous comprenez, il me fallait attendre…, je n'étais pas sûr que…

- Nous comprenons, intervint doucement Tiara en assénant un coup de coude à Anthony. Pouvez-vous nous conduire à notre cabane ? Le voyage a été long et nous souhaiterions nous reposer. Nous avons aussi à parler.

- Bien sûr Madame Thomstorn.
Après un regard inquiet vers Anthony, Sukarno tourna les talons et s'enfonça à petits pas rapides en direction des habitations.

- J'le sens pas ce type,
marmonna Anthony d'un air sombre.

La nuit promettait d'être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 518
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12312

MessageSujet: Re: L’Indonésie   Mer 23 Juin 2010 - 19:22

III. Le partage involontaire


Isis errait dans Carocok dissimulée sous une vieille cape décrépie. Elle l’avait emprunté sur le premier établit sans surveillance, une minable échoppe vendant un large choix de poisson en voie de disparition. La large capuche lui permettait de passer inaperçu dans ce hameau où les personnes encapuchonnés de la sorte était monnaie courante, beaucoup moins les sorcières occidentales.

Mué par une assurance qu’elle ne se connaissait pas, elle se faufilait dans le décor, gravant les plans de la ville dans son esprit. Son instinct lui dictait que ça lui servirait, ou plutôt la dyade lui dictait que ça lui servirait. Toutefois la divinité restait en retrait connaissant trop bien le caractère réfractaire de son iccam.

Ses pas la menèrent dans le quartier des affaires. L’endroit correspondait plutôt à une ruelle d’une dizaine de baraques où se côtoyait des échoppes de créatures surnaturelles, des maisons closes et des bars malfamés. La plus intrigante se nichait au milieu de la rue. Le lieu aurait pu passer inaperçu aux yeux d’un non initié, mais on pouvait difficilement passer à côté des gardes. A première vu, deux d’entre eux étaient des vampires, leurs peaux translucides semblaient jaillir sous des rubans de cuirs noirs qui faisait office de vêtement mais qui avait la décence de dissimuler ce qui devait être dissimulé. Cela aurait put rendre ses suceurs de sang de 2 mètres de haut très efféminé si leur proéminences n’indiquait pas le contraire. Ils étaient accompagnés par un troisième garde, bien plus petit, d’origine asiatique, vêtu d’un simple pantalon de toile surmonté d’un obi. On le penserait inoffensif au premier abord mais l’iccam sentait que s’était une façade. Il puait le danger à des kilomètres à la ronde et ce n’était pas seulement dut à sa balafre magique à travers son visage.

S’était Mallhou qui lui avait appris à différencier les mutilations magiques des moldus. Un pincement au cœur et elle retient ses larmes. Il fallait qu’elle se reprenne. Se reprendre.

La Galléa était assez petite pour se faufiler à travers la marée sorcière sans se faire repérer. Un vagabond parmi les autres. Malheureusement, elle n’avait pas trouvé le moyen d’entrer dans la forteresse gardé par les gorilles sortit tout droit du dernier club bondage à la mode. Les contrats devaient être signés dans cette baraque par Blaise. Elle le présentait plus qu’elle le savait. Encore un savoir qui sortait de nulle part. Etonnement, elle ne s’en souciait pas. L’unique chose qui lui importait maintenant : trouver le moyen de pénétrer dans les lieux.

Chose peu aisé, à première vue. Pourtant, elle compta sur une valeur qu’elle n’avait jamais pris comme acquise, la chance.
Et ce fut la chance qui la mena à quelques encablures d’une habitation où venait d’entrer deux occidentaux. Cela aurait pu paraitre tout à fait normal si les rues de ce côté du hameau n’était pas déserte et que l’un des hommes fut un collègue d’Enki. Elle était physionomiste, un don qui n’appartenait qu’à elle. Elle avait du le croiser une fois, elle ne saurait pas dire quand, où ni comment il s’appelait, mais elle le voyait nettement parler avec Enki à propos de leur boulot. Sa décision était prise, elle n’irait pas rejoindre Benemoth, fureter vers la cabane la séduisait mieux. Elle trouverait peut être ce qu’elle cherchait, un moyen d’entrer de ce servir de ses compatriotes. Avec un peu de chance, sans même ingurgiter un Felix Felicis.
L’iccam s’approcha de la masure et épia l’intérieur par une fenêtre dérobée. Au prise par son excès de confiance et d’adrénaline, Isis n’imaginait pas tomber cette scène ce qui la figea quelques minutes. La vitre vola en éclat se qui lui permit de reprendre ses esprits.
A première vue, les deux anglo-saxons avait été conduit dans un guet-apens. L’auror venait de se débarrasser de l’un de ses assaillants mais fut pris à revers lorsqu’il tenta d’aider la femme qui l’accompagnait, elle-même en très mauvaise posture face à deux hommes. S’attardant sur son coéquipier à terre, la sorcière reprit de justesse ses esprits et évita un avada.
Terrifié à l’idée d’assister à un nouveau massacre, Isis laissa ses nouvelles capacités surgir et dévaster ce qui devait l’être.



- Au nom de Merlin, c’est quoi ce putain de bordel.

Anthony Bradlock constatait l’étendu des dégâts. Il se souvenait du complot élaboré par leur cible. Ils avaient été repéré avait même d’avoir tenté quoi que ce soit. La rumeur de taupe au sein du ministère devait être vraie sinon comment l’opposition avait pu être mise au courant de leur venu ? Il secoua la tête négativement, il ne pouvait tout simplement pas le croire. Un traitre parmi les aurors. Impossible. Pourtant, trop de chose lui prouvait le contraire.
Dépité il se releva et chancela quelque peu. Rien ne se passait comme il fallait, ils étaient vraiment dans la merde.


- Qui a fait ça ?

Il montrait les hommes qui les avaient attaqués. N’est pas coutumes, il aurait préféré les voir agonisant recouvert de sang plutôt que ça. Les 4 hommes paraissaient être figer, mais en regardant de plus prés, il constata que leur immobilité était dut à des ronces qui poussait en travers de leur corps. S’était comme si on leur avait planté des filets du diable. Immonde.

Il se retourna vers Tiara qui n’avait toujours pas dit un mot. Sa partenaire était penchée au dessus d’une masse de vêtement. C’est en se rapprochant qu’il découvrit le visage d’une jeune fille. Il l’avait déjà vu, son visage. Mais il ne savait plus où.


- C’est qui ?
- Isis Kitlee.
- Kitlee… attend. Me dit pas que c’est la Kitlee de l’affaire Piterski. Qu’este qu’elle fout là ?

Elle veut se venger. Tiara le savait, elle avait assisté à la scène du meurtre de la directrice, de la menace de mort sur son fils, de son échappatoire, de son étreinte avec Sutham l’un des Majors de la Résistance, et de son départ vers Carocok. Taira savait que la jeune fille qui les avait aidé était l’iccam et qu’elle souhaitait ce venger. Même si elle préférait se berner dans ses intentions.
Dès le moment où Isis avait posé sa main sur sa joue alors qu’elle venait de mettre fin à la bataille sans le moindre effort, Tiara avait sombré dans la réalité de la jeune fille. Quand l’auror était revenue de son voyage, Isis était évanouie à ses genoux. Elle ne savait pas quoi faire des informations, elle ne savait pas comment elle avait reçu ses informations. Mais une chose était sûre, ni elle, ni Isis n’avait voulu se transfère.


- Et… il est passé où cette ordure de Sukarno ?

Maintenant, il fallait gérer une situation merdique, une iccam vengeresse qui ne contrôlait pas sa magie et Anthony qui était à deux doigts de péter un câble s’il n’avait pas de réponse dans les deux secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Tiara Thomstorn
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 42
Age du personnage : 23 ans
Habitation : The Lodge
Occupation : Attachée au MLE
Signature : summer_fade
Avatar : FDN
Date d'inscription : 20/01/2010
Coup de coeur : 15
Gallions : 5445

MessageSujet: Re: L’Indonésie   Jeu 8 Juil 2010 - 13:01

IV. Compagnon de fortune

Se retrouver propulsé dans les souvenirs d'Isis Kitlee, c'était pire que de se prendre le Poudlard Express en pleine tronche.

Tiara se laissa tomber sur le sol poussiéreux de la masure, le teint vitreux et la respiration saccadée. Elle sentit Anthony s'activer dans la pièce marmonnant des paroles inintelligibles, des jurons pour la plupart. Elle revoyait encore les images défiler à toute allure. D'une simple caresse sur la joue, elle était devenue la passagère clandestine d'un voyage dont elle se serait bien passée. Il lui faudrait plusieurs instants avant de pouvoir intégrer cette masse d'informations supplémentaire.

Depuis sa première rencontre avec Blaise, elle avait tendance à se méfier de ce genre de phénomènes. Cependant, elle était persuadée qu'il n'y avait rien eu d'intentionnel dans le geste d'Isis et elle avait toutes les raisons de croire à ce qu'elle avait vu. Peu importe, le temps des questions arriverait bien assez tôt.

Pour l'heure, la jeune femme était toujours inconsciente. Pour s'assurer de son état de santé, Tiara fit passer sa baguette au dessus de son corps, une lueur bleue l'illuminant. Elle hocha la tête d'un air satisfait en constatant qu'elle était juste profondément endormie. Elle présentait tout de même une légère contusion à la tête. Le réveil serait douloureux.

– Qu'est-ce qu'elle a ? demanda Anthony en désignant du menton Isis. Il semblait avoir retrouvé son calme mais gardait toujours sa baguette fermement, les sens à l'affût du moindre bruit suspect.

– Rien de grave, elle a juste besoin de récupérer. Elle a perdu beaucoup d'énergie en… faisant son truc. répondit-elle à défaut de savoir qualifier l'intervention de la jeune femme.

– J'ai jamais rien vu de pareil. Putain, nan mais t'as vu l'état de ces mecs ? J'aurais pas aimé être à leur place.

Plutôt que du dégoût, Tiara avait détecté une pointe d'ébahissement dans la voix d'Anthony mêlée à un soupçon d'amusement. Il n'y avait vraiment que lui pour prendre son pied en voyant des mecs transpercés de ronces. En parcourant la pièce du regard, Tiara remarqua que son partenaire s'était débarrassé des quatre corps.

– J'ai fait le ménage. se contenta-t-il d'expliquer d'un haussement d'épaules et Tiara ne demanda pas de précisions.

– Ça ne nous dit toujours pas ce que cette fille fout ici. Elle est déjà impliquée dans une affaire de meurtre à Londres. Ça m'étonnerait pas qu'elle soit aussi mêlée à tout ce merdier.

D'une certaine façon, Anthony avait raison. Isis lui avait involontairement révélé la raison de sa venue en Indonésie. Bizarrement, leurs chemins se croisaient mais pas avec la même finalité. Avec réluctance, Tiara se retint de partager ce qu'elle savait et se contenta d'acquiescer vaguement aux propos d'Anthony. Parler soulèverait trop de questions auxquelles elle n'était pas certaine de pouvoir répondre.

– On fait quoi maintenant ? De toute évidence on peut pas rester là. Je trouve d'ailleurs bizarre que personne d'autre ne soit venu. Impossible de ne pas avoir entendu l'explosion.

– Raison de plus de se mettre les canettes et fissa. Putain, si je chope cet enfoiré de Sukarno, je lui fais la peau. On va se trouver un endroit tranquille dans la forêt en attendant que Kitlee se réveille. On peut rien faire avec elle sur les bras. Ensuite, on prendra la direction de Cubadak.

*'un endroit tranquille dans la forêt', il se moque de moi ?*

Il n'y avait rien de tranquille dans les forêts bordant le village. Elles étaient infestées de bêtes sauvages et créatures fantastiques qui ne demandaient qu'à faire de vous leur repas. Mais sans doute était-ce une alternative favorable à ce qui les attendait s'ils restaient plus longtemps ici.

Sans perdre un instant, Tiara jeta un sortilège de désillusion sur une Isis inconsciente qui trouva vite place sur le dos d'Anthony. Les deux agents réajustèrent leur cape sombre et sortirent de la baraque. La rue était déserte et silencieuse. Cependant, au loin on pouvait apercevoir une bâtisse éclairée d’où s'échappaient des éclats de rires et des cris. D'un commun accord, ils prirent la direction opposée et s'enfoncèrent dans les bois obscurs.

Après plusieurs minutes de marche silencieuse, ils arrivèrent à proximité d'un ruisseau et choisirent de s'y arrêter. Il reflétait l'éclat de la lune, leur seule source de lumière. Ils étendirent Isis sur un sac de couchage posé sur un lit de feuilles mortes avant de jeter des sortilèges de protection indispensables autour de leur campement. La nuit noire, satinée, n'avait rien de rassurant. Au contraire, elle semblait être bercée par des bruits de pierres ou de branchages remués.

– Tout va bien Tony ? s'inquiéta Tiara en observant Anthony qui s'accroupissait péniblement à ses côtés. Elle regretta de ne pas avoir remarqué qu'il avait été blessé durant l'attaque.

– C'est rien, grogna-t-il. Il massa sa cuisse en réfrénant une grimace.

Tiara fronça les sourcils avant de fouiller dans son sac. Elle en sortit une petite fiole contenant un liquide verdâtre et la tendit à Anthony sans un mot, ni même un regard. Elle l'entendit râler qu'il allait parfaitement bien avant de la lui arracher des mains.

– Tastes like shit, la remercia-t-il en lui rendant le flacon vide. Tiens, on dirait que Miss Kitlee s'est décidée à revenir parmi nous, constata-t-il d'un air satisfait, déjà prêt à la bombarder de questions.

- Soit gentil avec elle, lui intima Tiara alors qu'Isis ouvrait doucement les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Isis Kitlee
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 518
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Iccam
Signature : Jugette
Avatar : Ulysse
Date d'inscription : 09/05/2007
Coup de coeur : 75
Gallions : 12312

MessageSujet: Re: L’Indonésie   Mer 18 Aoû 2010 - 14:32

V. Une clef ouvre toutes les portes


Un troupeau de sombral. C’est ce qu’on devait ressentir quand un troupeau de sombral vous piétinez. L'iccam se sentait nauséeuse. Etat qui empira quand elle essaya de se relever. Elle abdiqua préférant rester allongée. Rester planter là, sans défense et vulnérable relevait de la stupidité mais Isis ne s’en soucia guère. Benemoth broutait à quelque mètre de là, alors elle ne pouvait pas être en danger. Pas aussi inconsciente qu’il y paraissait.
Fatiguée, elle déglutit avec difficulté. Lentement, elle porta sa main à l’épicentre de ces maux. A priori, elle avait juste une bosse à la tête. Rien de méchant. Pas de sang, alors rien de bien méchant. Sa vision devenait de plus en plus nette et son mal de cœur passait. Il n’y avait que ce bourdonnement incessant qui ne semblait pas disparaitre.

Elle haleta quand elle s’assit. La douleur dans son bras se réveilla. Elle apprendrait bien plus tard la cause. Tant qu’elle ne domestiquera pas sa magie, celle-ci lui laissera une légère raideur dans le bras. C’est en fixant sa main engourdi que des brides de rêves lui revient en mémoire. Elle revoyait Egon vociférer contre plusieurs personnes. Il semblait hurler que personne ne pouvait l’empêcher de faire ce qu’il voulait. Il se calma uniquement lorsque qu’un de ses interlocuteurs le menaça de l’attacher à une chaise…


- Isis Kitlee...

Elle releva la tête pour tomber sur l’anglais qui s’était retrouvé dans le guet-apens. Elle lui sourit, venant de comprendre que le bourdonnement incessant venait de lui.

- La sieste est finie à ce que je vois. Pas trop tôt... Des explications sont de mises, je crois.

Isis le regarda fixement. Elle se demandait s’il était ami ou ennemi. A priori ami, vu qu’il ne l’avait ni tué, ni attaché, ni envoyé à Azkaban pour le meurtre d’innocent assassin.
L’homme bouillait à l’intérieur mais essayait de paraitre calme. Quoique que sa patiente avait une limite qui était pas loin d’être atteinte vu les intonations de sa voix.

Se désintéressant de l’homme, Isis se tourna vers la jeune femme qui l’accompagnait. Un seul regard lui releva ce qu’elle craignait. Il y avait bien eu transfert de souvenir. Elle avait usé du même sortilège pour l’assassin de Mallhou, en inversant le processus. Pourtant, elle n’en a jamais eu l’intention. Elle sentait que cette source de savoir pourrait être sa perte.

Il n’y avait que deux options possibles. Soit cette personne était une Opposante et tout était fini pour elle, Egon, les clés et toute cette maudite prophétie. Une chance inespérée pour Antarès.
Soit, cette personne était neutre, et avait eu un aperçu de la vérité des croyances sorcières. Et c’est là que tout ce compliqué, soit elle prenait peur et elle s’orientait vers l’Opposition. Et on en revenait à la supposition une qui n’avait rien de réjouissante vu qu’elle se finissait par sa mort, la mort de l’homme de sa vie, et accessoirement les déités qui maintenaient le monde magique en osmose. Ou avec un peu de chance, elle était Polene et prendrai sa carte de membre au sein de la Résistance.
Mais quelque que soit la vérité, cela restait une énorme boulette.

- Je suis de votre côté.
Traduction Isisien, « pas une Opposante ». L’iccam se sentit soudain plus légère. Mais il aurait fallu lui souffler la bonne réponse, « je suis un soldat de la Résistance ».
- Vous allez m’en empêcher ?
- Vous ne pouvez pas faire ça. On vous recherche en Angleterre, c’est de la légitime défense…
- Impossible à prouver
- Vous allez arrêter de vous comporter comme ci vous vous connaissez depuis des lustres.
- Leur prochaine cible est l’un des enfants d’Oz
- Mais ce n’est pas pour ça que vous le faites
- Non mais au nom de Merlin, non d’un troll, Oz, mais qu’est-ce que vous déblatérez toutes les deux ?!.
- …
- On ne peut pas vous laisser faire malgré tout
- Je suis assez grande pour me défendre
- Et tuer aussi
Les deux jeunes femmes se retournèrent vers Anthony qui avait abandonné son langages châtié vu que ca ne marchait pas.
- Vous allez vous décider à parler ?
- J’ai malencontreusement transmis certains souvenirs à votre amie
Vu qu’il ne semblait pas trop saisir.
- Elle est devenue une sorte de pensine.
Mais elle ne dit pas qu’elle ne savait pas comment retirer ses souvenirs de la tête de Tiara.
- Mmmok. Passons sur les détails. Maintenant vous allez me dire ce que vous foutez ici. Quand nous sommes partis, vous étiez la personne la plus recherchée d’Angleterre.

Il ne dit pas que la presse la mettait en pièce pour être l’Opposante qui a tué la directrice de Sainte-Mangouste.
Isis, elle haussa les épaules, ce qui se passait en Angleterre était si loin d’elle en ce moment. Elle ne s’en souciait pas, trop obnubilé par ses désirs. Elle se résolu à lui dire ce qu’il voulait savoir. Pourquoi était-elle ici ? De toute façon, si la situation évoluer, elle le tuera, elle n’était plus à une personne prêt.
Ces pensées, elle les regretterait et se sentirait ignoble de les avoir eux. Mais la colère et la soif de vengeance la tenaillait aux corps. Le cadavre de Mallhou restait le moteur de sa folie meurtrière et pour l’instant rien ne pouvait la détourner de cette route.


- Je veux tuer les meurtriers de Mallhouwen Piterski. La prochaine cible de leur attentat est l’un des enfants du ministre de la magie.
Mais elle ne pouvait s’empêcher d’essayer de se donner bonne consciente.
- Qu’est-ce que c’est que ce merdier ? Vous vous imaginez que je vais vous croire ? .
- Elle dit vrai. .
- Quoi ?
- Ce n’est pas elle qui a assassiné Piterski. Je l’ai vu… et je t’assure qu’à coté les mecs remplis de ronce s’est une partie de plaisir.

Benemoth avait relevé la tête. Invisible sauf aux yeux de son iccam, il se tenait sur le qui vive. Un hennissement, et Isis les vit. S’était une groupe d’une quinzaine de sorcier, avec à leur tête, le petit asiatique défiguré accompagné d’un des vampires amateurs de cuir qu’elle avait entre-aperçu quelques temps avant.
Les hommes étaient à découvert. Rien à craindre, les sorts de protection protéger les anglais. Toutefois Anthony et Tiara se regroupaient et murmuraient pour mettre au point un plan d’action et agir en toute discrétion. Malgré tout, ils semblaient anxieux, l’un des sortilèges devait repousser les assaillants, et pourtant, le groupe armé ne bougeait pas. Il semblait même très attentif à leur environnement, comme ci ils avaient repérés les occidentaux.
Benemoth approcha d’Isis et se posta à côté d’elle, près à s’interposer pour la protéger, sans la gêner si elle combattait. L’animal ne semblait être restreint par aucune magie.

L’immobilité était de mise dans les deux camps. D’ailleurs, se fut d’un seul et même mouvement que tous se tournèrent, baguette en main, vers les trois nouveaux arrivants. Le deuxième vampire adepte de bondage venait d’apparaitre entre les arbres une chaine tenant une nécrodite à la main. Finalement, la nécrodite en chien de garde devait être une nouvelle mode. Si elle ne connaissait pas la répugnance de Solace pour ses créatures, promis, elle lui en aurait offert une comme toutou, à cette féru de mode.
Toutefois, s’était le troisième arrivant qui alerta les sens d’Isis. Le petit garçon n’arrêtait pas de la regarder. D’ailleurs, ce fait n’échappa pas à Anthony qui se retourna vers elle.

- Il peut nous voir ?
- Non, par contre il sent ma magie.
- Votre magie ?
- Je n’utilise pas la magie usuelle
- C’est pour ça que vous n’avez pas de baguette
Isis hocha la tête et lui s'abstient de tout commentaire sur les choses qu'elle pouvait faire.
- Je suis une Galléa, j’utilise la magie verte. Ce petit garçon est sensible à ce type de magie. Il a dut suivre ma trace et les amener ici. Et me demandait pas comment je le sais, je le sais c’est tout.
- Galléa, magie sans baguette, et tueuse hors pair…. On peut dire que vous avez eu du bol à la naissance.
- On peut dire ça.
- Non mais sérieux, il manque plus que vous soyez une des iccams et vous aurez tout gagner.
- Je vous ne le fait pas dire.
Le malaise des deux jeunes femmes étaient perceptibles.
- Je suis Polène, s’était un compliment. Mais, sincèrement, je doute que vous puissiez être une réincarnation. Vous avez l’air…
- Ce n’est pas le moment Anthony. Il marmonne quelque chose au petit et n’arrête pas de regarder par ici. S’ils nous repèrent, on est dans la bouse, ils sont 5 fois plus nombreux. .

A peine Tiara avait fini de parler que les sort fusèrent dans notre direction. Les sortilèges passèrent au travers les boucliers sans émettre le moindre dommage, ni faire repérer le camp. Pour les Opposants, le garçon leur avait menti. Le balafrer commença à le gifler de plus en plus violement sous les rires des autres hommes.

- D’une petite chose sans défense
Anthony mis du temps à répondre. Luttant certainement entre l’envie de dévoiler leur position et mettre en péril leur mission pour arrêter la violence gratuite à ce môme, et de rester ici à assister impuissant à ce funeste spectacle.

- A peu près çà


Le spectacle était la goutte d’eau. Isis, sans avoir prévenu les deux aruros avant cela, abaissa tous les sortilèges lancés pour leur protection. Elle leva la paume de la main en direction des brutes. Il leur fallu plusieurs secondes avant de se rendre compte que le petit garçon ne leur avait pas mentit. Ces secondes leur furent fatales. Plus de vampires, plus de sorcier asiatique, plus de balafré, et la nécrodite tomba en poussière.

L’enfant terrorisé restait figé sur place. Une minute avant, il se faisait ruée de coup, maintenant, il était debout au milieu d’un tas de cadavre dans lequel des ronces poussaient. Pourtant, aussi bizarre que cela puisse paraitre, il se relaxa quand Isis vient à sa rencontre.
Le garçonnet lui rappeler Rhidow, en plus maltraité. Il avait ce même aplomb à l’adorer. Quand elle fut à sa hauteur, il lui prit la main, pour se rassurer pensa-t-elle. Par ce contact, Isis savait que ce petit, Tylis, était un assasymbe, qu’on l’avait capturé loin de ce pays pour le revendre avec une partie de sa fratrie. Mais que le maitre l’avait offert à un homme comme cadeau. Ce nouveau maitre appréciait ses capacités magiques hors du commun.


- Tu me conduis à cet homme ? A ce Blaise
.

Sur la défensive, il regarda apeuré l’iccam. Il acquiesça tout de même à la demande, même si il préférait ne plus jamais y retourner. Isis se retourna vers Tiara et Anthony.

- Vous pouvez m’envoyer à Azkaban quand cela sera terminer, mais je vous interdis m’interrompre dans ma tâche. Je peux vous faire la même chose qu’à eux, murmura-t-elle, en désignant les cadavres de la tête. Mais vous pouvez me suivre, tant que vous vous interposer pas. Il me conduit sur le marché des être de l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’Indonésie   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’Indonésie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une forêt "toxique" en Indonésie ?
» Dossier scolaire : République d'Indonésie × Dewi Eka Niwayan
» LE KRISS
» LA CIVETTE DES PALMIERS
» « ... Madame Michelle ?! » || Indonésie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Royaumes Unis de l'Opposition :: One land for all ● Opposition-
Sauter vers: