PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 [TASKS] Le déluge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6337

MessageSujet: [TASKS] Le déluge   Ven 30 Oct 2009 - 19:47

La route est longue depuis Glasgow.
Elle l'est d'autant plus quand on la passe à ressasser ce que n'importe qui jugerait bon d'occulter.

*
Les traits tirés de Rachel dans un dernier effort.
*
Un pressentiment qui hérissait mes poils.
*
Le sang qui formait une mince rigole sur les draps blancs.
*
Le médicomage, dépassé.
*
La créature portant son premier regard sur le monde, les yeux beaucoup trop adultes.
*
Le dernier soupir.
*
Le hurlement d'Andrew.
*
Le hurlement de la chose.
*
Mes doigts sur les paupières de Rachel pour les lui fermer une dernière fois.


Le médicomage nous avait laissé. Rachel n'était pas leur premier "cas". Ces derniers temps, il ne faisait pas bon d'être enceinte. Les enfants qui naissaient étaient pourvus de pouvoir terrifiants et leur mère y laissait parfois la vie.
Andrew était trop pris dans sa douleur. Finalement, il l'avait vraiment aimé. C'était donc à moi qu'avait échu le devoir de faire quelque chose de la chose. Une petite fille que Rachel avait prénommée Alice. Alice au Pays des Horreurs.
J'étais parti comme j'étais venu, la chemise froissée des heures passées à voir Rachel souffrir, les yeux cernés et un début de barbe. Pour n'importe qui, je venais de passer une heure éprouvante.

Alice dans les bras, j'avais pris la première cheminée venue. Un seul nom avait flotté à la surface de ma conscience. TASKS. Et c'était dans cette direction que je me dirigeais maintenant, au sortir de l'âtre. J'avais besoin de marcher. La chose était calme, sortilège de stupéfixion oblige. Auraient-ils été au courant que j'aurais sûrement eu les services de l'enfance sur le dos. Les textes, c'était bien beau mais ils ne permettaient pas d'affronter le quotidien. Que savaient une assemblée de vieillards collés au fond de leur siège des réalités? Un vague souvenir qu'ils essayaient de raviver à grands coups de caféine. Bof. J'avais connu plus efficace.

Le soleil commençait tout juste à se lever sur la plus longue journée du monde. Subjectivement parlant. Je ne m'étonnais même pas que, pour une fois, le soleil n'en faisait pas qu'à sa tête.

Nous étions le 14 mai.
Hier, la pluie ne semblait plus vouloir s'arrêter. Hier, Rachel était fiévreuse et délirante.
Aujourd'hui, le soleil brillait. Aujourd'hui, Rachel était morte.

Aujourd'hui, je frappais deux coups fatiguées à la porte de Tasks, l'espoir enfui mais le désespoir trop grand pour rester seul.
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12546

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Sam 19 Déc 2009 - 20:16

Derrière la porte aussi l'on pouvait entendre des hurlements, enfin plutôt des cris, ceux de quelques enfants braillards qui, hormis ce léger problème, étaient normaux. Encore que tout était relatif, surtout la normalité dans cette maison. Dépassée par des événements qu'elle n'avait pas l'habitude de gérer, Siriana n'entendit pas les coups sur la porte et de toute façon, elle s'en fichait de la porte. Elle avait bien assez à faire avec les pensionnaires court sur pattes de TASKS qui l'avaient prise pour cible.

Venue aux nouvelles, Natacha se stoppa un instant, hésitant entre la consternation et rire. Elle opta pour la seconde solution, sous le regard courroucé de Siriana qui elle, n'appréciait visiblement pas la plaisanterie. La salle de bain avait été transformée en piscine (relativement parlant) pendant son absence, mais elle gardait en tête que ce ne serait pas Siriana qui serait réprimandée si cela venait à ce savoir. Deux ou trois coups de baguettes devraient arranger son problème avant que Leigh ou Egon ne voit le carnage. Ou peut-être neuf ou dix, de coups de baguette, pensa-t-elle en y regardant de plus près. Consternant finalement.

Tout ce petit monde dûment séché et habillé, elle les envoya manu militari se calmer avant d'aller tout aussi sagement vers leurs activités de la matinée... si ils ne voulaient pas subir son courroux. La menace fit effet (ou pas, difficile de juger d'un seul coup d'œil) mais Siriana ne s'empêcha pourtant pas de lui jeter un regard de reproche. Elle était encore de corvée. De son côté, un remontant caféiné ne serait pas de refus avant de s'attaquer au rangement et nettoyage de la piscine sus-citée plus haut. Direction la cuisine !

Marchant d'un bon pas (volant presque, elle entendait le café l'appelant à grand cri !), sa course effrénée vers celui-ci s'arrêta devant la porte de TASKS. Il y avait toujours quelqu'un pour veiller à accueillir d'éventuels arrivants et Natacha avait pris l'habitude d'y passer de temps en temps, quitte parfois à faire des détours inutiles. Que ne ferait-on pas pour la perfection d'un accueil. Mais grand bien lui en prit, puisque l'on frappait à cette même porte. Un quart de tour et quelques mètres plus tard, elle prenait conscience de ce qui se tenait devant elle, dehors, sur leur pas de porte. Elle allait sortir son petit laïus habituel avant de proposer à l'inconnu(e) de prendre la peine de rentrer mais le premier mot ne sortit pas de sa gorge.

Le silence s'installa plusieurs secondes avant que les traits de Natacha ne reprennent leur mouvance normale. Un léger sourire étira ses lèvres quand elle reconnut l'homme en face d'elle et l'étudiante s'effaça et montra le hall d'un geste du bras.


"Bonjour Sham. J'allais me servir une large rasade de café, je t'invite ?"

Ce n'était pas très orthodoxe, mais Natacha avait englobé la scène en quelques secondes. Les traits tirés de son camarade, le paquet qu'il tenait entre ses bras. Et à cette heure, plus personne ne devait trainer dans la cuisine, ils y seraient tranquilles, sans risque d'être dérangés ou entendus. Et dans le pire des cas, un sortilège protégerait la confidentialité de cette entrevue, si il y avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6337

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Mar 22 Déc 2009 - 13:44

J'avais le sourire figé au fin fond de la poitrine et le moral en berne. Au temps pour les amabilités. Envie de vomir le trop-plein. De mes efforts, un seul mot filtra:

- Natacha.

Un merci, un salut, une reconnaissance, qu'on y mette ce qu'on voudra. J'étais enfin arrivé quelque part. Et café, thé ou belladone, j'aurais tout pris du moment que je pouvais enfin me poser quelque part. On me disait enfin quoi faire et c'était bon de se laisser guider sans avoir à réfléchir, sans avoir à être adulte et responsable, ne serait-ce que pour deux minutes. Je la suivais sans un mot, le regard porté loin devant, loin de l'intérieur de ma tête, loin des bâtiments de TASKS, loin de tout. C'était peut-être ce que certains appelaient un état méditatif, cet état où toutes les pensées s'envolaient pour laisser dans l'esprit un vide reposant. Pour moi, c'était plutôt un vide digne du chaos, le calme après la tempête. Un trou noir qui n'était vacant que parce que je lui refusais le droit de se remplir.
Dans mes bras, Alice ressemblait à n'importe quelle nouvelle-née, les yeux fermés, le visage paisible comme si elle ignorait le genre de monstre qu'elle était. Elle avait encore les traits plissés de ceux qui viennent de voir le jour. En toute honnêteté, et le reste mis à part, le spectacle était assez laid.

La cuisine s'ouvrit devant nous comme dans un rêve sans que je sois en mesure de dire si nous avions marché trois mètres ou deux kilomètres. Je savais que si je m'asseyais, je ne me relèverais pas.
Je m'assis.
L'odeur caféine m'envahit le crâne et me décolla de mon état second. Avec une tasse dans le gosier, je savais que tout reviendrait soudain d'un bloc. Le mug que Natacha posa devant moi était brûlant. Je ne prenais pas de sucre et pourtant je touillais le breuvage lentement, comme pour délayer le temps. A la première gorgée, voire à la deuxième, il me faudrait parler, me sortir du silence.
Alice vagit soudainement, je sursautais. Avalais d'une lampée la moitié de ma tasse.


- Elle s'appelle Alice. Sa mère est morte.

Les choses étaient tellement violentes émotionnellement qu'elles en devenaient impersonnelles.
Je restais un moment les yeux dans le vague, comme pour retrouver... pour retrouver le mode d'emploi de quoi faire, quoi dire.


- Elle...

En version originale, j'aurais hésité longtemps entre le "she" et le "it", sans doute pour finir par pencher pour le "it".

- C'est... une horreur.

Je ne savais quel terme employer. Horreur. Monstre. Immondice. On manquait de mots.
Il y avait à peine deux mois, les journaux avaient pourtant réussis à tourner tout ça de manière explicite et précise. Je n'y avais pas tant prêté attention. Le malheur et la détresse nous laisse trop souvent insensible quand on n'est pas en ligne de mire. Maintenant, j'étais sur la ligne de front et j'étais incapable de me rappeler quoi que ce soit de ce passé récent. Le 17 mars, pourtant, une vague d'horreurs-monstres-immondices avait vu le jour, porteurs de pouvoirs terrifiants, la moitié matricide-né.


- Je... ne sais pas quoi en faire.

Je ne sais pas si Natacha compris quoi que ce soit de mon discours décousu. La clarté scientifique et détaché était au-dessus de mes forces. Le reste de mon café partit se noyer au fond de mon estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12546

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Jeu 7 Jan 2010 - 13:11

Le trajet jusqu'à la cuisine aurait pu être qualifié de silence religieux si, Natacha en avait froid dans le dos rien que d'y penser, il n'avait pas été empli de tensions. Cela ne venait pas d'elle, elle se sentait d'excellente humeur, du moins jusqu'à l'arrivée de Sham qui contaminait l'air, l'air de rien (sans mauvais jeu de mots).

Il ne prononça que son prénom, mais Natacha comprit que derrière ce simple mot, il y avait aussi pas mal de soulagement. Elle força un peu plus son sourire pour détendre l'atmosphère et le conduisit (toujours dans le silence, argh), jusqu'au temple du café chaud, du lait et des croissants. Comme elle le pensait, il n'y avait personne, aussi invita-t-elle Sham à s'asseoir pendant qu'elle s'occupait rapidement à sortir deux tasses et d'y verser le café encore chaud qu'une âme charitable avait pensé à faire. Elle posa la tasse devant son camarade, qu'il entreprit de mélanger, mécaniquement. Elle n'avait même pas eu le temps de lui demander si il buvait son café noir ou avec du lait ou du sucre.

Son état commençait à l'inquiéter sérieusement.

Sham n'avait pas lâché un seul mot et Natacha elle-même ne se sentait pas prête à briser ce silence. Il était venu à elle -ou à TASKS de manière plus générale- avec un problème précis qu'il lui fallait bien expliquer si Sham voulait qu'elle l'aide. Ce fut la petite chose emmaillotée qui brisa le silence et ayant prévu cette possibilité, Natacha poussa vers lui un des biberons qui servaient au plus jeunes, contenant du lait.

Sham parla finalement, et Natacha l'écouta sans l'interrompre. Elle frémit, comprenant du même coup pourquoi son camarade était dans cet état précis. Alice -sa fille ?- était l'une de ses enfants qui naissaient avec ces pouvoirs étranges (limite terrifiants d'après les échos) et contre lequel le Ministère et Ste Mangouste préconisaient la plus grande prudence. Elle inspira brièvement avant de poser les questions qui lui venaient à l'esprit.


"Est-ce ta fille ?"

Si c'était le cas, elle comprendrait d'autant mieux pourquoi il l'avait enlevé des médicomages de l'hôpital sorcier. Mais cela n'expliquait pas pourquoi il paraissait ne pas... l'aimer ? L'apprécier au moins. Pourquoi ne pas l'avoir laissé aux soins de Ste Mangouste ?

Elle posa sa tasse sur la table, l'impuissance la gagnant. Elle se sentait tellement désolée pour lui, pour son dilemme qui lui faisait courber les épaules. Mais que pouvait-elle (il, TASKS) faire ? Rien, à première vue.


"Pourquoi ne l'as-tu pas laissé à Ste Mangouste ? Eux savent quoi faire."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6337

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Lun 11 Jan 2010 - 19:47

Ste Mangouste?
Je n'y avais même pas pensé. Mais peut-on réellement demander à quelqu'un d'agir de manière sensée et réfléchie quand l'odeur de la mort et du sang imprègne encore ses vêtements? On se contente de se diriger avec son instinct. Et dans ces cas-là, les neurones la mettent en veilleuse et on se fie à ses intuitions, aussi mauvaises et imprécises et partiales qu'elles soient. Or, quelque part, ancrée dans ma tête, il y a cette certitude que Ste Mangouste n'est pas un endroit sûr. Trop de temps passé, trop de coulisses dévoilées. L'envers du décor n'est pas si beau à voir quand on y regarde de plus près.
Et, à ce sentiment-ci, il y a cet instinct millénaire qui veut que notre progéniture ait besoin de sécurité et de protection. Mes pas m'ont donc naturellement guidé vers ce qui me paraissait être un havre et aussi un lieu où me poser, le temps de prendre une décision.

J'ai conscience de tout ceci mais je suis incapable de l'exprimer. J'ai plutôt l'impression que quelqu'un s'est amusé à emberlificoter le fil de mes pensées. J'avais un embrouillamini sous le crâne et je m'accrochais aux questions de Natacha pour essayer d'en trouver un bout, même effiloché.


- C'était la fille de Rachel.

Le "c'était" la renseignerait sur le passage de Rachel de l'état d'enceinte à l'état de cadavre. Les mots sont crus, je n'y peux rien.
Je lui avais parlé de Rachel, je crois. Cette femme que j'avais aimé. Puis moins. Puis plus. Que quelques longues années ensemble avaient réservé une place particulière dans ma vie que je le veuille ou non. Qui avait choisi le mauvais moment pour décider de se reproduire et qui en avait payé le prix.
Je préférais ne pas penser à Andrew. A l'heure qu'il était, il devait reposer chez Morphée par la grâce d'une potion soporifique.


- Je n'ai pas pu... la laisser là-bas. Ne me demande pas de l'expliquer.

Avec deux grammes de sommeil de plus dans le sang, peut-être aurais-je agi autrement.

- Si j'avais réfléchi... j'aurais peut-être songé qu'elle allait devenir un cobaye pour toute une batterie de tests. Mais je n'ai pas réfléchi.

L'amertume de mon café s'était infiltré jusque dans ma voix.

- Je ne voulais pas.. t'imposer ça.

Je n'avais même pas penser tomber sur elle et pourtant, je savais combien elle s'investissait dans cette association.
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12546

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Jeu 14 Jan 2010 - 20:50

Si Natacha était bien incapable de mettre un visage sur le prénom, elle savait très bien qui était Rachel. Et même sans le savoir, qui ne connaissait pas l'histoire de Sham ? Un étudiant de 10 années plus âgées que la moyenne des élèves, en couple, ça ne passait pas inaperçu. Apprendre alors que l'enfant qu'il tenait contre lui était de son ex...

La nouvelle lui coupa le sifflet, tout comme elle comprenait mieux l'acte qu'il l'avait mené jusqu'à TASKS. Peut-être se sentait-il un certain devoir envers Alice, du fait que sa mère était une femme qu'il avait un jour, pas forcément si lointain, aimé. Elle comprenait, mais ne cautionnait pas, pas vraiment. Elle n'avait jamais été témoin des pouvoirs que l'on donnait aux nouveaux-nés -et ne désirait aucunement en être témoin un jour, que ce soit dit- toutefois, il n'était pas non plus question de faire courir le moindre risque aux pensionnaires de l'association. De l'autre, elle ne tenait pas tellement non plus le laisser avec son problème sur les bras. Ce ne serait pas juste et de toute manière, ce n'était limite pas dans ses habitudes.

Décidée, Natacha posa ses deux coudes sur la table, prête à énoncer son plan de guerre.


"Je crois que n'importe qui dans ta situation n'aurait pas réfléchi. Parfois, le cœur prend le pas sur la tête, c'est ainsi, on ne peut y changer grand chose. Mais tout n'est pas désespéré. Il y a toujours une solution."

Elle noya avec son café l'évidence qu'il lui venait à l'esprit, que niveau cœur qui prend le pas sur la tête, elle était aussi une championne dans sa catégorie. Quand cette pensée se retrouva sous quelques centilitres de café, elle put reprendre comme si de rien n'était :

"Je préfère que tu sois venu me voir plutôt que de faire une autre bêtise. Toi, tu vas commencer par prendre une bonne douche et changer de vêtement, te raser, bref, faire peau neuve. Pendant ce temps là, je vais m'occuper d'Alice... Après tout ça, on discutera de ce qu'il convient de faire de cette jeune fille. Vient, je vais te montrer les douches et ne discute pas, c'est un ordre."

Une, deux, elle finit sa tasse. Elle sauta à bas de son siège et s'approcha de Sham, les bras tendus pour qu'il lui donne Alice. Elle était de nouveau calme, sa manifestation de vie d'il y a à peine 5 minutes était terminée. Elle ressemblait à tous les bébés et il lui paraissait bizarre de penser que ce petit être pourrait être qualifié d'abomination ou tout autre synonyme. Puis elle observa Sham, une nouvelle fois. Elle pourrait surement lui trouver des vêtements propres, dans les affaires de Leigh ou d'Egon... Ça devrait faire l'affaire.

Natacha lui sourit alors et, quand il se déclara prêt, le conduisit jusqu'à la douche promis.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6337

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Lun 18 Jan 2010 - 13:04

L'eau chaude n'était peut-être pas la clef de tout mais c'était vraiment bon de laisser courir sur ma peau, aussi réticent que j'ai peu être à l'idée de prendre une douche alors que j'avais une meurtrière sur les bras et que je l'avais amenée dans un lieu où elle risquait de faire des dégâts pesant encore plus lourds sur ma conscience. Ce n'est qu'une fois débarrassée d'elle et de son poids qu'elle faisait peser sur mes épaules que je me sentis presque encore plus lourd. La responsabilité de mon acte me tomba dessus sans prévenir et je tentais de le noyer à grands renforts de jets d'eau. Le résultat était tout relatif. Je sentais les muscles de mon dos relâcher progressivement de la pression mais les pensées qui me courraient sous le crâne refusaient de prendre le moindre repos. J'avais entendu des rires d'enfants, insouciants de la menace que j'avais amené sous leur toit. Et pourtant, pourtant je me trouvais soudain sûr d'avoir fait le bon choix.

Le regard que je croisais dans le miroir un peu plus tard avait encore sa part de flou mais commençait à y voir un peu plus clair. Je m'entaillais la peau avec la lame du rasoir et parvint tout juste à grimacer. C'était bien un moindre mal.
J'avais du mal à croire qu'un peu d'eau avait réussi à me rendre plus humain. Sans doute était-ce plutôt le café. Je savais que je craquerais, vraiment, mais plus tard. Pour l'instant, je tenais parce que je ne pouvais pas me permettre autre chose. C'était souvent ainsi que cela marchait pour moi. Je restais droit, je pompais dans la moindre de mes réserves, dépassant mes limites pour atteindre le but que je m'étais fixé. Il en avait été ainsi pour mes ASPICs. Je m'étais donné à fond, sacrifiant la moitié de mes nuits et la plupart de mes temps libres pour être sûr d'être fin près, ne me concentrant sur mon objectif final. Et j'y étais parvenu, l'esprit clair jusqu'aux dernières minutes de la dernière épreuve. Les ultimes énigmes d'Aritmancie étaient aussi claires que mes réponses de Métamorphose avancée. Les résultats avaient été à la hauteur de mes efforts. Mais j'avais passé la semaine suivant les épreuves dans un état second pitoyable, me traînant de mon lit à un fauteuil de la salle commune de Serdaigle à la table de la Grande Salle et ainsi de suite.

Je n'avais pas consacré tout ce temps à réfléchir, cherchant plutôt à fuir ma réalité durant ce bref répit. Néanmoins, quand, le visage encore dégoulinant d'eau, je retournais trouver Natacha, j'étais plus fort d'une résolution. Je ne savais d'où elle venait ni même si ce n'était pas une idiotie encore plus énorme que d'avoir voulu suivre la tradition familiale, mais maintenant que je l'avais, j'étais incapable de m'en défaire. J'avais beau argumenter et contre-argumenter, au final de ma dissertation thèse, anti-thèse, synthèse, je n'avais pas réussi à trouver un argument suffisamment convaincant.

Je me sentais un peu étrange, dans cette peau empruntée à quelqu'un d'autre; Je n'avais pas l'habitude de porter d'autres vêtements que les miens. Mais plus étrange encore fut le tableau que je découvris dans la cuisine en les personnes de Natacha et d'Alice. C'était la première fois qu'Alice m'apparaissait comme étant autre chose qu'un monstre, et cela ne venait qu'asseoir ma décision. C'était une matricide mais c'était aussi une nouvelle-née. Certains disent que ceux qui espèrent encore sont des imbéciles.


- Merci pour tout.

Mon tout englobait l'accueil et le café, la douche et la pause bienvenue qu'elle m'avait offerts.
Je me rassis. J'avais besoin de ne me concentrer sur rien d'autre que sur ce que j'allais dire.


- Je vais encore avoir besoin de ton aide.
Je ne compte pas la remettre, ni aux autorités, ni à un quelconque hôpital. Ne cherche pas d'explication, je ne comprends pas moi-même. Je pense - je devrais dire j'espère - pouvoir faire quelque chose pour... elle.


N'exagérons rien. Prononcer son nom n'était pas encore dans mes capacités mais je n'en étais plus rendu à vouloir la défenestrer dès que mon regard se posait sur elle.

- On doit pouvoir faire quelque chose.

Ma supposition nouvellement formulée en disait long sur mes doutes. Sur mes doutes et mes espoirs. Une cause n'était jamais perdue tant qu'on y accordait encore un peu de foi. Enfin, il paraissait.

Cette volonté de faire venait toute fois plus du fait que je me sentais soudain responsable de ce petit paquet de chair, inexplicablement. Et que je ne pouvais décemment la laisser exister et grandir à la surface d'un monde dont elle serait une menace. Qu'on ne s'y trompe pas. Elle n'était peut-être plus le monstre qui allait hanter mes cauchemars mais ça n'était pas non plus cette petite chose innocente que sont supposés être les enfants.
Moi-même, j'avais du mal à y voir clair. C'est fou comme on avait du mal à définir quelqu'un (ou quelque chose) pour peu qu'il sorte des critères pré-établis.
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12546

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Dim 31 Jan 2010 - 17:31

Heureusement, TASKS était bien équipé pour les imprévus quelconque, même pour les arrivées de petites filles à peine née mais déjà orpheline. Alice dans les bras, débarrassée de son père de substitution partit obéir à ses ordres, Natacha s'en occupa exclusivement, non sans prendre quelques précautions. Ne pas savoir de quoi était capable ce petit être ne l'empêchait pas de ne pas penser aux enfants présents dans le bâtiment.

* Cauma *

Si elle ne voyait pas la petite bulle qui entourait dorénavant Alice, Natacha en sentait les contours et la magie. La puissance crée par l'étudiante englobait la fillette et, elle l'espérait, l'empêcherait pendant un temps de se faire du mal ainsi qu'à ceux qu'elle croiserait, quand le sortilège qui la maintenait calme se résorberait. Après cela, elle put s'en occuper et lui trouver des vêtement qui conviendrait à sa petite taille. Chose assez simple à trouver car comme elle l'avait déjà précisé, TASKS était très bien pourvu. Natacha put dénicher sans effort de quoi la vêtir et la coucher, pour ne pas avoir à la tenir. Car elle avait la très nette impression qu'il allait se passer quelque chose à un moment ou un autre qui l'obligerait à avoir les mains libres.

Mais pas question non plus de la laisser sans surveillance un instant. Natacha et Alice allèrent donc trouver de quoi habiller plus proprement Sham, dans les affaires d'Egon et Leigh. Pour combler le silence assez morbide qu'elle ressentait, la jeune fille jouait à faire les questions et les réponses à la nouvelle née : "Ça ? Non, c'est vrai, cette couleur ne lui ira pas. Peut-être que ça...", pour retourner fouiller jusqu'à dénicher ce qui conviendrait à leur invité et convenait à sa fille sans l'être. Elles déposèrent les affaires dans la salle de bain investit par Sham avant de rejoindre la cuisine où il les rejoindrait surement.

Mécaniquement, Natacha s'occupa à préparer une nouvelle rasade de café pour Sham et elle, les yeux perdus dans la contemplation du café qui goutait. Qu'allait-on faire d'Alice ? C'était la question qui la taraudait. Elle craignait une action désespérée de son camarade d'étude et craignait plus encore de se laisser embobiner dans cette sale histoire. Elle savait très bien qu'elle n'avait aucune force de caractère dès qu'il s'agissait de sauver la veuve et l'orphelin... orpheline cette fois. Alice n'avait rien voulu, rien demandé, pensa-t-elle en observant l'enfant du coin de l'œil. Pourtant, existait-il une façon de la sauver de ce futur qui se dessinait pour elle ? En fait, Natacha préférait ne pas penser à ce qui lui arriverait si jamais Sham décidait de la remettre à la garde de Ste Mangouste. Elle avait peut-être trop regardé de films mais rien dans les idées qu'elle se faisait ne la rassurait vraiment pas. Une table d'opération, des outils de dissection et des savants aux regards fous... elle frémit rien que d'y penser, tout en se traitant mentalement d'idiote. Ce n'était pas la réalité cela... elle espérait !

Elle se retourna à l'entente de la voix de Sham et un sourire accueillit ses paroles. Elle tenait à la main une assiette de gâteaux qu'elle posa sur la table de la cuisine et invita son ami à s'installer et à profiter de la collation.


"Ce n'est pas grand chose."

Natacha prit elle-même place après que Sham se fut assis. Elle commença à hocher la tête quand il lui dit qu'il avait encore besoin d'elle (et quelque part dans son corps, un organe se contracta tel un signal d'alarme) mais arrêta son geste avant la fin, désabusée. Elle était presque malheureuse de se savoir si douée pour pressentir les actions des autres.

"On doit pouvoir faire quoi ?! répliqua-t-elle assez durement. As-tu réfléchit aux problèmes dans lesquels tu t'enfermes si tu persistes dans cette décision ? Qui va s'occuper d'Alice quand tu seras à Poudlard ? Quand tu travailleras ? Qui acceptera de s'occuper d'une gamine qui risque à tout instant de le tuer on ne sait comment ? On ne peut pas la garder à TASKS, j'espère que tu en as conscience."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Sham Alasdair McBrashen
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 313
Age du personnage : 31 ans
Habitation : Glasgow - Londres
Occupation : Assistant au Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus
Avatar : S.A. McBrashen
Date d'inscription : 02/03/2009
Coup de coeur : 36
Gallions : 6337

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Lun 15 Fév 2010 - 18:31

- Il me semble que je suis assez grand pour savoir ce que je veux.

Sitôt formulé, mon énervement retomba, retourna s'oublier dans la fatigue. Je n'avais pas les idées claires, malgré le deuxième café que j'étais en train d'avaler. Plus que l'épuisement moral et physique, c'était une sorte de giboulées émotionnelles qui me perturbaient. Je n'arrivais plus à me situer vraiment, par rapport à la situation dans laquelle j'étais plongé, par rapport à moi-même. Mes idées affluaient et refluaient sans que je parvienne à en retenir une préciser, sans qu'une intention exacte ne se fixe dans mon esprit comme la direction que je devais prendre.
Je n'avais pas conscience qu'Alice était au centre de tout cela. Pas encore. Ce serait de toute façon trop tard.
Entre la répulsion qu'elle m'avait inspiré un peu plus tôt et l'étrange responsabilité que je m'étais senti envers elle quelques temps plus tôt, il y avait tout un camaïeux d'émotions que je parvenais mal à cerner. L'agacement de Natacha ne m'y aidait pas.

Alors que j'étais entré dans le but d'annoncer que j'offrais à ce petit être, à Alice, ma protection et mon soutien, comme un tuteur pour l'aider à pousser droit, une nouvelle résolution se faisait jour, chassant les idioties précédentes. Je ne cherchais pas à comprendre.
Mais, dans un premier temps, répondre à la jeune femme. Après, je m'expliquerais.


- Ecoute, Natacha...

C'était précisément le genre de phrases que je ne supportais pas, plus jeune. Celles qui annonçaient les paroles pleines de soi-disant maturité adulte. Je n'avais jamais pensé m'y mettre un jour.

- J'ai déjà pas mal vécu et je sais à quoi je m'attelle. Je dis pas que ça sera facile, je dis juste...

Qu'est-ce que je comptais dire, au juste?
Mes pensées s'envolaient au vent de mes fantaisies et j'étais le premier à avoir du mal à suivre mon propre rythme.


- Bref...

Je me reposais un instant dans mes mains, tentant de mettre le doigt sur ce que je cherchais, sur ce que je voulais.

- En fait, je pensais à...

Voilà.
L'idée autour de laquelle je tournais, celle qui me narguais du bout de la langue.


- Il y a une forme de magie, pas très connue. Je l'avais étudiée pour mon mémoire de fin d'étude. C'est une sorte de contrôle que tu exerces sur un autre esprit.

Même perdu dans mes esprits, je voyais presque Natacha froncer les sourcils.

- Ca n'est pas ce que tu crois. Ni une légilimancie forcée, ni une intrusion, ni une possession. Rien de la sorte. Plutôt une forme... d'occlumancie. Sauf qu'au lieu de se protéger des intrusions d'autrui, ce sortilège-là sera une sorte de protection contre elle.

Dans un sourire, j'ajoutai:

- Un peu à l'image du sortilège dont tu l'as faite bénéficier.

Si elle était étonnée, je haussai les épaules.
Je pourrais dire "n'a pas été Serdaigle qui veut" mais c'était mes années à Ste Mangouste que je mettais en pratique. Devoir reconnaître les pathologies et sortilèges au premier coup d'oeil était presque devenu un réflexe. Je ne considérais pas ça comme un don, juste quelque chose obtenue à force d'entraînement.
Ca n'était pas si utile, dans la vie courante. Surtout pas pour vous protéger d'une attaque extérieure. Ca n'était qu'un constat général, le plus difficile était toujours l'après.


- Il faut la protéger d'elle-même, et protéger les autres d'elle.

Voilà mon ultime argument. Il manquait de force mais pas de conviction.

- Je me chargerais de tout le reste, de l'après. Mais j'aurais besoin de ton aide pour le faire.

Je n'ajoutai pas que le plus tôt serait le mieux. Elle l'avait compris avant moi, si c'était possible.
J'avalai ma dernière gorgée. Je me voulais imperturbable et ça n'était pas très réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12546

MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   Jeu 1 Avr 2010 - 13:59

"Et bien permet moi d'en douter," répliqua-t-elle vertement, oubliant momentanément que Sham sortait tout juste d'une difficile épreuve.

Natacha pouvait accepter beaucoup de choses, elle ne travaillait pas ici pour rien et les enfants étaient des professionnels en matière d'étourderies, mais quand c'était un adulte qui présumait de ses capacités ou de la facilité à mener jusqu'au bout un projet (qui plus est élevé une enfant maudite !), elle voyait rouge. Ce n'était déjà pas de tout repos avec un enfant 'normal', alors avec une nouvelle née qui pouvait foudroyer le premier passant sans effort ?

Sans cacher son exaspération, l'étudiante se retint de lui faire remarquer qu'elle ne faisait que cela, l'écouter, alors qu'elle devrait plutôt tourner les talons et refuser d'entendre des inepties totales, comme par exemple qu'il pourrait se charger d'Alice. Il avait vécu... la belle affaire. Elle ne pouvait pas s'empêcher de douter de cette affirmation, plus encore quand il avouait que ce ne serait pas facile. C'était énervant. Elle était énervée. Mais une partie d'elle, bien enfouie, comprenait bien ce besoin de prendre soin de la petite Alice. En réalité, si Natacha avait été dans le même cas que Sham, elle aurait surement fait la même chose. Mais qu'elle soit aujourd'hui extérieure à cette décision insensée lui faisait prendre conscience que c'était stupide et suicidaire.

Et si Ste Mangouste posait des questions ? La disparition d'Alice devait être connue maintenant et les soupçons se porteraient bien vite sur Sham, quand l'hôpital sorcier se rendrait compte de l'état du père biologique face à la mort de Rachel. Comment allait-il expliquer tout cela ? Si le Ministère découvrait un jour que Sham avait décidé de garder la petite auprès d'elle malgré les interdictions ? Il n'y avait pas de fin aux risques qu'il courait. Et c'était surement pour cette raison que Natacha, malgré ce qu'elle en pensait, allait le couvrir et même l'aider. Elle gardait les remords pour plus tard, quand ils se feraient tous les deux pincés.

Il pensait ? Natacha, sans pouvoir sans empêcher, fronça les sourcils et une expression de dégoût passager passa sur ses traits. Quelle que soit sa forme, contrôler un tiers la rebutait. Mais elle comprenait le raisonnement et le pourquoi et l'utilité d'une telle magie. Son regard se fit légèrement fuyant quand il parla du sort qu'elle était sensée avoir lancé autour d'Alice. Tant qu'il croyait que c'était un sortilège conventionnel, Natacha était sauve. Il faudrait malgré tout qu'elle se penche sur ce problème, elle ne s'était jamais rendue compte que les sorts qu'elle lançait avec ses aptitudes d'Ancalímon pouvait être autant perceptible par quelqu'un d'autre que Charlotte.

Un soupir passa ses lèvres et vaincue depuis le début, Natacha hocha la tête, gardant pourtant quelques réserves.


"Soit. Tu es fou et je dois l'être plus que toi pour accepter tout ça. Je vais t'aider, mais à quelques conditions. Si cela devient trop dangereux ou si tu n'arrives plus à rendre inoffensive Alice, tu dois me promettre de la ramener à Ste Mangouste et de les laisser s'en occuper. Et bien sûr, je suis responsable logistique. Je me chargerais de ramener ce qu'il faut pour s'occuper correctement d'une enfant. Je ne veux pas non plus être mise de côté parce que tu es soudainement pris de remords de m’embarquer dans ton histoires de dingues."

Stupide et folle à lier, mais elle ne se sentait pas le cœur de le laisser se débrouiller avec son fardeau seul.

"Où comptes-tu la cacher ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TASKS] Le déluge   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TASKS] Le déluge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Déluge: le cauchemar s'abat sur Haïti
» La course de luge
» (?/N.) tu me crois la marée, et je suis le déluge.
» Déluge Infernal
» Les Grandes Citations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Habitations & jardins-
Sauter vers: