PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Reminiscence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Allanah Raines
● University ●
avatar

Nombre de messages : 204
Age du personnage : 18 ans
Habitation : Poudlard
Occupation : Clover Spring - 2ème année
Date d'inscription : 25/10/2007
Coup de coeur : 25
Gallions : 7348

MessageSujet: Re: Reminiscence   Jeu 19 Juin 2008 - 11:33

Ça tournait au vinaigre.
Après avoir suivit le trio et être entrés dans le bâtiment comme si ils y avaient été invités (ce qui n'était pas le cas et le curieux bonhomme le leur fit gentiment savoir), voila pas qu'il les menaçait de sa baguette. Et comble, Messja en faisait de même ! Ce qui était certain, du point de vue de Gérald, c'est que ce n'était pas comme ça que l'on se faisait des alliés.

Jugeant donc que Messja suffisait pour les défendre face à leur vis à vis - si il la connaissait mieux que ça, il n'aurait jamais pensé ça - il ne sortit pas la sienne propre.

Ce qui était assez étonnant avec Gérald, c'était le changement qui s'opérait en lui quand il était dans le feu de l'action. Ces incertitudes et son incapacité chronique à prendre des décisions sensées de d'habitude faisaient place à une froide analyse de ce qui se passait et des actions en rapport, qui risquaient rarement de faire rater tout ce qu'il entreprenait. Il n'y avait pas de place pour des doutes quand des choses importantes étaient en jeu. Et cette nuit, ça l'était.


- Bien. Si vous savez ce que nous cherchons, cela veut donc bien dire que vous le cherchez aussi non ? Il serait peut-être préférable de s'allier plutôt que de se battre, vous ne croyez pas ?
- Vous ne savez pas dans quoi vous mettez les pieds. Rentrez sagement chez vous, ça vaudra mieux.
- Sauf qu'on ne partira pas sans avoir ce que l'on doit trouver ici.

Gérald se permit un sourire. Ces menaces ne marcheraient pas. Messja autant que lui espéraient trop de cette mission pour ne pas la mener à bien à cause de trois hommes qui tentaient de leur faire peur. Notre résistant avait la certitude qu'une autre piste était exploitable. Celle qu'ils avaient décidé de laisser de côté en suivant le trio jusqu'ici. Pourtant, il y avait quelque chose à gagner en étant là : gagner des alliés et surtout, des personnes qui connaissaient le village et qui seraient à même de les guider et de les aider. Il ne restait donc plus qu'à gagner leur confiance et les convaincre que Gérald et Messja pourraient leur donner un coup de main.

- Ecoutez, on a tout à gagner à coopérer. Je crois que dans cette auberge, ce n'était pas nous qui vous surveillez vraiment. Au début au moins. Je ne me trompe pas ?

L'éclair de colère qui brilla dans les yeux de l'homme conforta Gérald dans son idée. Le couple, c'était le couple qu'ils surveillaient tous les trois. Il avait raison. Une bouffée d'auto-satisfaction courut dans ses veines.

- Restez en dehors de ça, c'est la dernière fois qu'on vous le dit.
- Messsja vient. On a un couple à retrouver et des informations à leur soutirer.

Le résistant se détourna mais un éclat de voix colérique accompagna sa manœuvre, qui consistait à sortir de cet endroit. Il se retourna vers l'homme, non sans sourire.

- Très bien, vous avez gagné. Mais ne venez pas pleurer cette nuit. Suivez moi.

Gérald et Messja suivirent donc en silence le bonhomme, jusqu'à une salle commune pourvus d'un table, de quelques chaises et encore une fois d'antiques lampes à huile qui dispensaient une chiche lumière. Les deux autres hommes du trio étaient présent, installés. Le dernier les imita, invitant Gérald et Messja à en faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8475

MessageSujet: Re: Reminiscence   Lun 30 Juin 2008 - 19:45

'Moi, je pleure jamais.'

Avec le peu de tact et d'à-propos que Mélusine avait réussi à développer en vingt longues années d'existence, elle réussit à conserver ses pensées pour elle et à acquiescer d'un faible hochement de tête. Parvint également à garder le silence et une attitude un tant soit peu humble tout en suivant Diger et l'homme à l'intérieur du bâtiment.
Il y faisait sombre. Sombre comme dans l'estomac d'un scroutt. Une seule chandelle éclairait faiblement le coin de la pièce qui donnait sur un escalier.

Pendant que Mélusine cogitait, le trio parvint dans une salle où ils retrouvèrent les deux hommes "manquants". Sans se faire prier, Mélusine les rejoignit autour de la table. Un tremblement dans les jambes lui signala que cette brève pause était la bienvenue.
Autour de la table, le silence s'éternisait. Chacun jaugeait son prochain du regard et essayait d'évaluer ses connaissances, ses implications dans l'"affaire". Quant à savoir s'ils se trouvaient dans la même "affaire", c'était une autre paire de manche.




A ce stade du récit, Zyn resta un instant silencieuse, songeuse. Avec un demi-sourire, elle finit par vouer:


"C'était pas très malin de ma part, mais j'étais persuadée qu'il s'agissait de membres de l'Opposition. Je guettais un signe, un indice, un tressautement de paupière. Bien sûr, l'ambiance était au rendez-vous. Mais, depuis le temps je sais que ça ne suffit pas. Et puis, la robe ne fait pas le sorcier, pas vrai?"

Oh oui, elle les avais guettés ces fameux signes dénonciateurs. Mais rien. pas même un pet de doxy pour la mettre sur la piste. Au contraire, c'était elle qui leur avait fourni des indices sur ce qu'elle était. Pas de sa faute si elle n'avait pas vu Diger la fusiller du regard. Pas de sa faute si elle n'avait pas vu les yeux de Diger lui lancer un avertissement.

"Toujours est-il qu'eux aussi commençaient à avoir de sérieux soupçons. l'ambiance était à couper au couteau. Et eux... c'était presque drôle... Enfin, c'est presque drôle à rebours. Ils commençaient à soupçonner que je faisais... enfin, que Diger et moi n'étions pas d'innoncents curieux. Et qu'on était peut-être pas dans le bon camp non plus."




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
● University ●
avatar

Nombre de messages : 204
Age du personnage : 18 ans
Habitation : Poudlard
Occupation : Clover Spring - 2ème année
Date d'inscription : 25/10/2007
Coup de coeur : 25
Gallions : 7348

MessageSujet: Re: Reminiscence   Mar 1 Juil 2008 - 17:55

A mesure que Mélusine lui contait le récit de cette nuit particulière, Lanah s'était de plus en plus prise d'intérêt pour ce qu'elle avait vécu. Sa voix n'était pas monotone et elle se prenait de plus en plus souvent à frémir et ressentir l'excitation qu'avait dû ressentir l'étudiante elle même. Elle en arrivait à oublier la raison de toute cette histoire quelque fois. Mais il y avait toujours un élément qui l'y ramenait, comme chaque que le pseudo du résistant était prononcé par exemple. C'était difficile d'oublier que 'Diger' était résistant et que Mélusine aussi par voie de conséquence.

« Mais ce n'était pas des membres de L'Opposition, n'est-ce pas ? Je pense qu'ils ne vous auraient jamais proposé leur aide sinon. »

Mais dans le même sens, on pouvait être quasi certain que ces trois hommes n'étaient pas non plus de la Résistance. Diger aurait dû les reconnaître sinon et ça n'aurait pas été aussi compliqué de les convaincre d'aider le duo de résistants.

Ils devaient donc être de simples habitants du village, qui s'étaient pris d'une âme chevaleresque et qui avaient décidé de s'occuper eux même du problème qui s'était incrusté dans leur village. L'opiniâtreté de Diger à vouloir coûte que coûte suivre le curieux couple leur avait juste fait changer leur plan à la dernière minute.


« Quoi ? Ils n'ont pas été embobinés par ton air d'innocence pure ?! »

Trait d'humour assez inhabituel chez elle. Mais elle n'avait pas pu s'en empêcher. L'image que Mélusine renvoyait aux autres n'était pas la même que celle que Lanah. Tête brûlée, on avait plus tendance à croire que Mélusine était du mauvais côté qu'Allanah, qui, aidée par son côté solitaire, n'était pas du genre à se mêler des histoires des autres, même si cela touchait toute la population.

Les apparences étaient parfois trompeuses donc, parce que c'était 'l'innocente' qui avait rejoint les rangs d'Antarès et 'l'emportée' qui avait rejoint la Résistance. Les trois hommes n'avaient jamais été aussi loin de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8475

MessageSujet: Re: Reminiscence   Lun 7 Juil 2008 - 18:50

Haussant un sourcil, Mélusine hésita entre le sourire et la grimace. Incapable de se décider, elle opta pour une troisième solution et réprima un bâillement. Un peu d'originalité n'avait jamais fait de mal à personne. En tout cas, elle, elle y avait survécu. A 17 ans d'originalité débridée. C'était bien une preuve en soi, ça.
Elle déviait un peu du sujet, là. Comme d'habitude en même temps. Bref.


"Humph..."

'Genre tu laisses du suspens...'

"Bien sûr qu'ils n'étaient pas de l'Opposition... Je doute que je serais encore là pour en témoigner."

Un frisson rétrospectif. Etrange comme sur le moment on ne prenait pas pleinement conscience du danger que l'on a frôlé. Oh, bien sûr, elle avait frémi. Elle avait eu peur. mais sans jamais prendre pleinement conscience des possibilités plus funestes vers lesquelles elle était peut-être en train de cheminer. C'était peut-être ça le courage. L'inconscience.

"Et bien sûr que tu as raison. Mais, sur le moment, j'ai toujours du mal à réfléchir. En général, je cogite après..."

'Mouais. De temps en temps. Pas trop souvent.'

Quant au reste...
Son air d'innocence pure... Mouaif.


"Humph... Je crois qu'ils se méfiaient encore plus de moi que de Diger."

Et elle n'était pas très sûre de trouver ça flatteur.




Elle était bien consciente de leur regard posé sur elle. Leur. A tous. Même Diger semblait sceptique. Et quelque chose lui disait que ça ne serait pas une bonne idée, mais alors, pas du tout, de balancer une petite blague pour détendre l'atmosphère. Encore eut-il fallu qu'elle ait encore le goût de faire des petites blagues.
Passons.

Puis, son goût des situations claires avait repris le dessus, à l'effroi grandissant de ce pauvre Diger. Mélusine avait un instant cru que ce "pauvre Diger" allait l'étrangler devant tout le monde. Un instant. Mais c'était peut-être simplement la lumière vacillante qui faisait des siennes.


"Bon. On a deux options il me semble. Soit on continue à s'entre-tuer le blanc des yeux. Soit on décide de se faire un tant soit peu confiance et on fait avancer le schtrucmuche."

Un des trois hommes avait eu un drôle de sursaut et un froncement de sourcils. Et pourtant, pourtant, Zyn aurait presque juré qu'il avait esquissé un sourire. Furtif.

- On vous écoute.

Ce fut au tour de Zyn de sourire. En d'autres circonstances, elle serait peut-être même aller jusqu'à rire. En d'autres circonstances.
Elle ne pouvait même pas regarder Diger pour l'interroger du regard. Trop suspect. Genre "on a des choses à cacher et on veut pas vous les dire".
Humph.


'On laisse "tonton" se débouser tout seul, hein?'




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
● University ●
avatar

Nombre de messages : 204
Age du personnage : 18 ans
Habitation : Poudlard
Occupation : Clover Spring - 2ème année
Date d'inscription : 25/10/2007
Coup de coeur : 25
Gallions : 7348

MessageSujet: Re: Reminiscence   Dim 20 Juil 2008 - 16:41

- C'est simple. On vous aide à vous débarrasser des parasites en échange d'un simple parchemin qu'ils possèdent. Un marché honorable non ? Les deux partis y gagnent.

Petit sourire de Diger pour prouver sa bonne foi. Et ne pas leur montrer tout l'intérêt qu'ils portaient au-dit parchemin. Parce que lui et Messja avaient beau savoir pourquoi ils étaient ici, ils ne savaient pas pourquoi les trois hommes pistaient les membres de L'Opposition. Découvrir leurs motivations réelles - et pas supposées - devenait aussi important que de remplir correctement leur mission. Mais en douceur. Mieux valait prendre son temps et éviter les faux pas.

- Savez-vous combien ils sont ?
- Trois sûr.

Le couple et un inconnu, plus ceux dont ils ne connaissaient pas l'existence. Gérald contempla pensivement la flamme tremblotante qui leur procurait le peu de lumière. En comptant le trio, ils étaient cinq. Il connaissait ses capacités magiques mais pas ceux des autres personnes. Un peu juste pour tenter un passage en force dans le bâtiment occupé par L'Opposition. Seule solution : la discrétion. Et c'était le moment de voir jusqu'où allait l'implication des trois hommes dans toute cette histoire. Comme une mise à l'épreuve, en quelque sorte.

- Où se retrouvent-ils ?
- A l'Est de la ville, dans une vieille maison délabrée, un peu à l'écart des autres. Le couple sert de couverture, pour ne pas alerter les habitants. Mais en plusieurs semaines, ils n'ont encore entamé aucun travaux pour réhabiliter la demeure ce qui ...
- ... veut dire qu'ils n'ont pas l'intention de rester. On peut voir ça comme ça. Vous êtes vous déjà approcher de la maison ?
- Plusieurs fois, de jour comme de nuit. Et jamais aucun problème.

Bizarre ça. Pour des grands méchants, ils n'avaient pas de défense pour protéger leurs intérêts.

Gérald fronça les sourcils, la nouvelle causant plus de frisson désagréable que prévu. Si l'homme au nom encore inconnu lui avait dit que le terrain était blindé de sortilèges qui exploseraient à la moindre infraction, il aurait été plus calme car cela aurait voulu dire que les méchants étaient normaux, comme tous les méchants. Et là, voila pas qu'ils cassaient toute la normalité. On ne pouvait vraiment pas s'attendre à un peu de clémence de la part de L'Opposition, vraiment ! Le jeune homme se releva et le chef du groupe faisant de même au même instant.


Mais il a peur de quoi, ma parole ?! Suspect

- Je crois que l'on peut y aller maintenant, non ?
- Si vous le dites. Suivez nous.

Raidis dans une position martiale, l'homme se retourna et emprunta en sens inverse le couloir sombre, vers l'extérieur. Gérald crut pendant un millième de seconde qu'il allait claquer les talons tellement il se tenait droit et fier. Il tendit la main vers Messja en souriant, pour l'aider à se relever. Puis dans un murmure avant de suivre le convoi :

- Prête pour l'aventure j'espère ?
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8475

MessageSujet: Re: Reminiscence   Lun 28 Juil 2008 - 20:28

Ce fut Piccolo qui répondit à sa place. Piccolo qui sortit gaillardement sa tête de la poche où Mélusine l'avait précieusement encoconné.
La jeune fille sursauta. Non pas qu'elle ait oublié la présence du vivet doré mais... comment dire? Piccolo n'avait pas vraiment choisi le meilleur moment pour se manifester. Zyn rougit et ne perdit pas une seconde. D'un léger mouvement de baguette, elle lui jeta un sortilège de mutisme avant d'adresser un regard aux quatre hommes, regard qui était censé les décourager de la moindre remarque. Du genre "non, je le laisserai pas là". Au cas où, elle rajouta:


"Il ne fera pas de bruit maintenant. Et..."

'S'il nous fait une remarque...'

Même pas peur.
Elle esquissa un sourire:


"Et ça veut dire qu'on est prêts."

Son sourire devint une ombre:

"Diger... je vous en prie... il faut que je le garde avec moi...."

Elle n'allait pas le supplier à genoux non plus. Elle espérait juste que le bref apperçu que Diger avait eu d'elle suffirait à lui faire comprendre qu'elle ne ferait jamais une telle demande à la légère. Elle s'abstint juste de formuler la petite sentence qui lui brûlait les lèvres: "Et vous, vous êtes prêt?".
Pas la meilleure solution.

Le petit groupe s'avança dans la nuit, guidée par les trois hommes dont Diger et elle ignoraient à peu près tout. Il fallait être fous ... ou vraiment déterminés. Elle-même présentait un savant mélange des deux.
Au bout de quelques minutes en silence que Mélusine trouva particulièrement lugubre, ils semblèrent parvenir à leur but. Rien dans l'air ne notait une activité quelconque. Après une rapide concertation, baguette en tête, le petit groupe pénétra dans la maison.
Une première pause dans le hall d'entrée. L'obscurité y règnait. L'un des trois hommes lança un sort informulé et parut satisfait du résultat. Zyn était prête à parier sa baguette qu'il s'agissait d'un sort de détection. Le petit groupe passa tout aussi discrètement dans la pièce suivante... tout aussi vide.

Le rez-de-chaussée tout entier, après une demi-heure de fouille, se révéla désert. Mélusine sentit la tension monter d'un cran. Ses nerfs clignotaient de l'intérieur et le moindre frolement manquait la faire sursauter. Elle avait prié Merlin que rien n'arrive... elle en était presque à souhaiter que quelque chose se passe pour que la situation revienne à la normale.
Le temps passait, s'étirait et l'anxiété montait. Tout comme ils montèrent comme un seul sorcier jusqu'au premier étage... dans la même désertitude.
D'un geste vague, celui qui semblait être le meneur, proposa au groupe de se scinder en deux. Lui, Diger et Zyn (vive la confiance!) d'un côté, les deux autres, de l'autre.

Merlin sembla finalement l'entendre puisqu'au bout de dix interminables minutes, un craquement se fit entendre dans la pièce qui jouxtait celle que Zyn et son duo intrépide explorait. Ca ne pouvait pas être leurs deux comparses qui se trouvaient à l'opposé de la maison. C'était donc... quelque chose d'un chouïa plus... intéressant. La porte grinça pour laisser apparaître...

... un elfe de maison.
Un elfe de maison qui ne semblait pas content du tout.


'Et bouse!'




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
● University ●
avatar

Nombre de messages : 204
Age du personnage : 18 ans
Habitation : Poudlard
Occupation : Clover Spring - 2ème année
Date d'inscription : 25/10/2007
Coup de coeur : 25
Gallions : 7348

MessageSujet: Re: Reminiscence   Lun 28 Juil 2008 - 22:57

Les yeux grands ouverts, dire que l'elfe ne semblait pas trop content de l'intrusion du groupe dans la demeure était un euphémisme. Armé d'un balai antique qui avait surement connu des jours meilleurs dans une vie antérieure, la minuscule chose le tenait brandit droit devant les assaillants. Il ne mit pas beaucoup de temps avant de s'en servir, pour frapper leurs jambes tout en couinant furieusement. Il ne faisait pas bien mal avec son plumeau mais les attaques combinées à l'ardeur qu'il mettait à la tâche et ses grondements rendaient la scène insolite.

Un sortilège lancé par le grand bonhomme (comprendre : l'inconnu qui les avait gracieusement accompagné jusqu'ici) l'immobilisa sans couper le son. En comprenant que gesticuler ne servait plus à rien, l'elfe se raidit au point que Gérald ne voyait plus son ventre se soulever au rythme de sa respiration, sous les guenilles qui l'habillaient. Ses yeux restaient fixés haineusement sur le lanceur du sort, qui lui, restait impassible. Le résistant s'arma de toute sa patience et de sa gentillesse, pour s'approcher de l'elfe, engageant et un léger sourire sympathique sur les lèvres.


- Tu t'appelles ?

Pas de réponse orale mais un nouveau regard plein de haine, dans sa direction cette fois. Ces pourparlers s'annonçaient difficile.

- Moi... Samuel.
- Mensonge !
- Tu as une langue quand même. J'en ai douté pendant cinq secondes.

Heureusement qu'il était immobilisé, en y réfléchissant bien. Et mieux valait arrêter de suite de jouer les bravaches. Ça n'apporterait rien de bon et il voulait éviter autant que possible de finir éborgné ou blessé à cause d'un elfe de maison. Ça ne concorderait pas avec l'image qu'il voulait donner de lui aux autres résistants.

- Nous sommes à la recherche d'un parchemin que tes maîtres nous ont malencontreusement pris, croyant récupérer le leur. Nous avons frapper mais comme personne ne répondait, nous sommes entrer sans trouver personne... sauf toi.

Pour arriver à faire passer des mensonges, toujours croire en ce que l'on racontait. On apprenait forcément quelque chose en côtoyant certaine personne de la Résistance. Alors son ton sincère avec une touche de remord d'être entrer par effraction devrait ...

- Mensonge !!

... pas passer Humpf Blasé, Gérald se tourna vers ses compagnons et vit passer dans son champ de vision un bout d'étoffe blanc. Quart de seconde de flottement puis la lumière entra à flot, aveuglant momentanément Gérald et l'empêchant de réagir alors qu'une voix masculine retentissait :

- Qui êtes-vous et que faites vous ici ?

Deux-trois clignements d'yeux plus tard, un mystérieux homme remplaça la voix, une jeune femme se tenant à côté de lui. Reconnaissant les trois intrus, elle toucha le bras de son ami et son expression s'adoucit en croisant le regard de Gérald.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8475

MessageSujet: Re: Reminiscence   Dim 3 Aoû 2008 - 14:22

Sous la tutelle de Diger, Mélusinja était en passe d'apprendre la subtilité.
Jusqu'ici, pour elle, se battre dans la Résistance, c'était avant tout se battre. Et rien que là, on pouvait émettre de sérieux doutes quant à sa capacité à assumer un rôle au sein de l'organisation. Et en plus, il fallait être dissimulatrice et diplomate.
Pourtant, pas un instant Mélusine ne se découragea. Elle aurait pu penser que c'était la présence réconfortante de Piccolo dans sa poche qui empêchait son moral de tomber à moins 100 du mélusinomètre émotionnel. Mais c'était simplement qu'elle ne voyait rien d'autre à faire. Elle avait son caractère mais jamais elle n'abandonnerait. Elle avait décidé que c'était sa raison de vivre maintenant.

Trève de sentimentalisme à deux noises.

Après "Samuel", le couple du bar apparut devant leurs zyeux zébahis - et pas franchement ravis. Comble de chance, la femme semblait être sous le charme de Diger...


"Bah... Tous les goûts sont dans la nature..."

Ouais.. Bah, elle préférait encore les siens.
Deviation cogitative.
C'était pas ça qui allait l'aider à faire ses preuves.

Un silence avait accueilli la question. Et quelque chose disait à Zyn que c'était pas franchement le moment de parler d'une soudaine "envie-de-visiter-cette-si-charmante-maison-est-elle-en-vente". Pas plus que déblatérer la vérité à tout vent.


'Allez, tu vas bien nous trouver quelque chose... T'as toujours eu des idées de fous.'

Merci. Shocked

"Euh..."

Zyn se tut quand tous les regards se tournèrent dans sa direction. La seule chose pour laquelle elle pria Merlin fut qu'il n'y ait aucun Legilimens dans la salle.
Avec plus d'aplomb que jamais, elle continua:


"J'habitais la maison qui a été rasée quand j'étais enfant et..."

- Ca ne nous dit pas ce que vous faites ici.

Avec un roulement des yeux qui sous-entendait qu'il était en train de gâcher une merveilleuse histoire, Mélusine haussa les épaules avant d'enchaîner:

"Ok.. Ok. En très résumé... ma meilleure amie vivait ici avant que je déménage... Elle s'appelait Mary Anderman et... Et ça fait très longtemps que j'ai pas eu de nouvelles... et... avec les temps qui courent... eh bien...
Et... quand j'ai vu la maison, dans cet état, j'ai..."


Elle croisa mentalement les doigts pour que sa brève estimation de l'ancienneté du délabrement de la maison tienne la route...
Elle leva le regard vers la femme, ne réussit pas à glisser une seule larme -de toute façon, ça aurait été sans doute de trop...


"Ca date de bien avant tout... tout ça... je sais... mais... l'espoir est un petit animal qui survit dans les conditions les plus hostiles...."

'Là, si tu continues, tu vas plonger dans le "trop"...'

"Je suis désolée si vous habitez là... mais vu l'état... je pensais pas trouver des gens et... eh bien... mes oncles et moi, on aurait frapper et..."

Le "désolée" avait eu sérieusement du mal à passer...




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Allanah Raines
● University ●
avatar

Nombre de messages : 204
Age du personnage : 18 ans
Habitation : Poudlard
Occupation : Clover Spring - 2ème année
Date d'inscription : 25/10/2007
Coup de coeur : 25
Gallions : 7348

MessageSujet: Re: Reminiscence   Dim 3 Aoû 2008 - 18:44

- Mens...
Silencio !

L'elfe, il se tait parce que ça commençait franchement à lui courir sur le haricot avec ses 'mensonges !' retentissants. Mélusine s'était débrouillée comme une chef et pour une première intervention qui n'était pas une trollerie, elle s'en sortait très bien. Enfin, ce n'était que le point de vue de Gérald et qui était-il pour juger les actes des autres ? Et puis, l'étrange couple - pas aussi étrange que le trio mais passons sur ce détail - ne semblait pas tellement convaincu par l'innocente raison qui expliquait leur présence dans la maison.

L'elfe immobilisé gigotait dans tous les sens et les regards des propriétaires étaient braqués sur lui. Surement devaient-ils se demander pourquoi leur elfe de maison ne pouvait plus bouger. Gérald plongea son regard dans celui de la demoiselle, celle qu'il aurait plus de chance d'amadouer avec de belle parole... enfin presque.


- Il voulait nous planter avec son balai alors nous avons juger plus prudent de l'immobiliser avant qu'il ne nous envoie à Ste Mangouste.

Sourire charmeur et Gérald sortait lentement sa baguette, bien en vue des deux sorciers, pour qu'ils ne confondent pas sa tentative de sauvetage de l'elfe avec une attaque contre eux. Prudence est mère de sureté. Un informulé plus tard, l'elfe avait de nouveau le contrôle sur ses membres. Après un dernier coup de balai dans les jambes au résistant qui poussa un cri de protestation - il avait frappé fort cette fois le bougre ! -, il repartit en marmonnant.

Soupçonneux encore, le supposé membre de L'opposition leur proposa tout de même de descendre dans le salon. Il ouvrit la marche pour le trio et son amie ferma la marche. Les deux autres compagnons qui les avaient accompagné depuis le bar n'étaient pas réapparus et Gérald espérait qu'ils resteraient cacher, hors de vue du couple. Il représentait leur chance de trouver ce que lui et Messja étaient venus chercher dans cette maison.

La salon avait le même aspect délabré que le reste de la demeure et à la lumière, c'était encore pire. De quoi donner un air de profonde tristesse à l'amie brisée qui avait perdue sa confidente des années auparavant. Coup d'œil rapide en direction de Mélusine. Elle s'était donner un rôle et il lui fallait maintenant le jouer jusqu'au bout.


- Comment avez-vous dit que s'appelait cette amie ?
- Mary Anderman.
- Je ne souviens pas qu'on nous ait parler de cette Mary...
- ... mais nous ne sommes pas là depuis longtemps, peut-être est-ce pour cela que nous n'en avons jamais entendu parler.

Cette fille était décidément plus sympathique que l'autre. Dommage qu'elle soit de L'Opposition et par conséquent, une ennemie à abattre. Gérald se serait sinon bien laisser tenter par les yeux qui le fixaient sans ciller.

- Où se trouvent les toilettes, s'il vous plait ?
Tu repasseras Gérald Callagher Surprised

D'accord, ce n'était pas la chose la plus brillante à dire mais c'était la seule idée qu'il avait trouvé pour pouvoir s'éloigner et être seul un moment. Il fallait qu'il trouve où pouvait bien être le parchemin qu'ils cherchaient.

Les yeux ronds mais un sourire aux lèvres, la femme lui indiqua le premier étage, fond du couloir, porte de gauche.

Parfait. Gérald la remercia pour ses informations et laissa Messja à la seule protection du grand gaillard. Elle devrait pouvoir comprendre la manœuvre que Gérald entreprenait. A elle de lui accordait le temps qu'il fallait pour qu'il puisse faire une fouille en bonne et due forme. Porte, mur et sol n'échapperaient pas à ses recherches, quitte à devoir se mettre à quatre pattes pour trouver l'objet convoité.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8475

MessageSujet: Re: Reminiscence   Lun 4 Aoû 2008 - 19:40

'Pô drôle. C'est toujours les mêmes qui s'amusent.'

Soupir intérieur.

'Même qu'avec un peu de chance, il va croiser l'autre chtarbé de Samuel..'

M'enfin, c'était la dure loi de la vie.
Jusqu'ici, Mélusine avait réussi à conserver une attitude convenable vis-à-vis du rôle qu'elle s'était offert. Les quelques expériences théâtrales des années antérieures avaient donc porté leurs fruits. Tout en s'efforçant de ne pas penser au partenaire de certaines de ces expériences théâtrales, la jeune femme sentit une ombre passer dans son regard. Pro jusqu'au bout des boucles, elle en profita pour faire coïncider son état d'esprit avec sa découverte visuelle d'un coin de la pièce particulièrement délabré.
Elle ne pouvait que remercier mille fois Merlin d'être tombée juste dans ses inventions. Si le couple avait déclaré qu'il s'agissait d'une maison familiale...

Et pendant ce temps, Diger...




"Et pendant ce temps, Diger faisait route vers les prétendues toilettes. Ma seule crainte, c'était qu'il tarde et que j'ai à expliquer qu'il souffrait de constipation ou je ne sais quoi..."

Un silence.
Un sourire presque moqueur.


"J'étais prête à tout mais si je pouvais éviter la honte...."




La salle se remplissait d'un silence de plus en plus gênant... presque oppressant. Diger n'était pas parti depuis plus d'une petite minute qu'elle se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir raconter pour combler l'attente. Le colosse qui les accompagnait, elle et Diger restait bien évidement silencieux.

'Bon, ma Zyn, quitte à combler autant combler bien...'

Ok. La théorie d'une pierre deux coups.
Rassembler des infos l'air de rien.
Détachant finalement son regard du coin délabré comme on s'arrache à un souvenir particulièrement prenant, Zyn regarda ses mains comme si elles étaient devenues inutiles:


"Il y avait le piano, là-bas..."

Un petit signe de tête.
Le couple aurait sans doute compris sans aucun geste. Mais l'état présumé dans lequel elle se trouvait ne s'embarassait pas de telles subtilités.


"J'imagine que quand... quand vous êtes... arrivés, il n'y avait plus rien ici?"

Alors que les yeux de la jeune fille repartait, comme hypnotisés, dans le fameux coin, le couple échangea un regard.

-Il n'y avait plus rien. Comme nous vous l'avons dit, nous ne sommes là que depuis peu.

Hochant douloureusement la tête, Mélusine s'abma à nouveau dans les "souvenirs".
Un nouvel éclat de vie, nouvelles paroles:


"Ca ne me regarde pas mais... enfin... vous avez fait des travaux dans la maison. Il me semble que la tapisserie du hall n'était pas la même..."

Nouvel échange muet du couple.
Zyn laissa échapper un petit rire aigre:


"Excusez-moi... Vous ne savez sans doute pas...
Par contre, j'imagine que vous avez un peu inspecté la maison en arrivant;.. Vous n'auriez rien trouvé d'elle... par hasard... Une photo, un journal... Une lettre de moi?"


Tout au long de sa phrase, l'intonation était partie dans un crescendo nostalgique.

'Que fait Diger?'




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reminiscence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reminiscence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Intérieurs du château :: Couloirs, sous-sols etc.-
Sauter vers: