PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 ~†~ Et s'il n'y avait pas d'alternative ? ~†~ [Pv Sacha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Charlotte de Lansley
La Mimoune à Sacha
avatar

Nombre de messages : 1112
Age du personnage : 23 ans
Habitation : New-York, Tour Antarès
Occupation : Epouse, mère, actrice & more
Signature : Fatal†Error
Avatar : Fatal†Error
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 59
Gallions : 8404

MessageSujet: Re: ~†~ Et s'il n'y avait pas d'alternative ? ~†~ [Pv Sacha]   Dim 28 Déc 2008 - 0:20

* Ce n'est pas lui. *

~†~ Elle y avait cru. Elle avait espéré. Elle aurait voulu que ce soit son visage qui émerge de la porte entrouverte sur laquelle on venait de cogner. Elle aurait aimé que ce soit son sourire ironique et ses yeux amusés qui lui demandent si elle boudait encore, assise toute seule sur sa chaise. Mais ce n'était pas lui... Ce n'était que Poum. Une lueur déçue passa dans son regard clair, qu'elle baissa quelques instants sur le sol. Soupir retenu in-extremis. Ce n'était pas lui et elle se sentait soudain triste, et idiote. Parce qu'elle avait accepté qu'on les sépare sans batailler plus. Parce qu'elle avait préféré passer son temps à bouder plutôt que d'essayer de convaincre Sacha qu'il ne découlerait rien de bon de leur séparation. Parce qu'elle aurait voulu que ce soit lui qui passe cette porte et qu'au lieu de ça, ce n'était que ce troll de Poum qui la reluquait avec méfiance. Elle voulait... ~†~


Vous êtes prête ?
" Oui... "

~†~ Puisqu'il fallait y aller... D'un mouvement léger, la jeune brune se leva et s'avança vers la porte. La longue toge voleta doucement derrière elle, déplaçant un peu d'air et, alors qu'elle rejoignait Poum et s'apprêtait à sortir de la pièce, l'homme aux cheveux bleus lui demanda si elle avait pris le... le quoi ? ~†~


Le thorpul.

* Suspect *

" Pardon mais... Je ne sais pas ce qu'est un... un tor... un torpou ? "

Thorpul. Vous ne l'avez pas bu ?
" Ah, le liquide qui ressemble à du sang mais avec le goût de la fraise et un arrière goût de Bièraubeurre ? "
Qu'est-ce que de la bierobeur ?
" Hum... C'est une boisson mais qu'importe. J'ai bu votre thorpul, oui. "
Alors n'oubliez pas de prendre le mpitak.

* ..... Mais c'est quoi ça encore ?! Surprised *

~†~ Charlotte fit volte-face et avança d'un pas hésitant dans la pièce, se demandant ce que pouvait bien être un mpitak-c'est-pas-possible-c'est-quoi-leurs-noms-bouse!, cherchant du regard quelque chose qui pourrait y ressembler.... Tout en ne sachant absolument pas quelle allure un mpitak pouvait bien avoir. Re-humpf. A tâtons, elle avança, regardant désespérément autour d'elle... Jusqu'à ce qu'elle ne remarque le seul objet un peu "hors contexte" qui se trouvait dans un coin de la pièce. C'était une sorte de sceptre assez long, fait entièrement de métal et au bout duquel trônait une sorte de boule verdâtre dont les contours se déformaient un peu en fonction de... en fonction de quelque chose. Le regard interrogateur, elle se tourna vers Poum, le sceptre en main, et il indiqua qu'ils devaient y aller maintenant, sinon ils seraient en retard. Et bien au moins, elle savait maintenant ce qu'était un mpitak, à défaut de connaître son utilité... Pressant le pas, elle rejoignit Poum - finalement elle ne lui demanderait pas son nom, Poum ça lui allait très bien ! - qui referma la porte derrière elle.

Rebelote. A nouveau, ils se mirent à marcher, elle le suivant de peu. Ils parcoururent encore de nombreux couloirs, tous vides, désespérément vides... Ce n'était pourtant pas faute de chercher. Dès qu'ils approchaient un nouveau carrefour, elle balayait les alentours du regard, à la recherche d'une silhouette familière, de cheveux trop longs ou d'un regard sombre mais rien... Ce petit manège dura bien trois ou quatre minutes avant que Poum ne s'arrête brusquement, se tournant vers elle de manière exaspérée. Eh bien quoi, qu'est-ce qu'il lui arrivait à lui encore ? Il voulait savoir ce qu'elle cherchait. Pourquoi elle n'arrêtait pas de se retourner et de regarder partout. Etait-elle une espionne ? Pardon ? Les sourcils de la jeune Shadow se froncèrent légèrement tandis qu'elle dévisageait Poum. Une espionne ? Et une espionne pour qui au juste ? Elle ne savait même pas ce qu'était un Azguiri alors qu'aurait-elle bien pu espionner ? Le regard mécontent et la voix dure, elle répondit à Poum d'une manière cassante. ~†~


" Je cherche mon mari, si vous voulez savoir.
Vous m'avez dit que je le reverrais bientôt mais chez moi, "bientôt" a une notion d'imprécision que je n'aime pas.
Quand le verrais-je ? "

Bientôt.

~†~ Rhaaaaaaa ! Elle allait... Elle allait... Elle allait l'embrocher sur le sceptre ! Fulminant au possible et ronchonnant à tue-tête mentalement, son poing se serra un peu plus fort autour de l'espèce de sceptre qu'elle avait dans la main. Poum avait déjà repris sa marche, la laissant plantée là avec ses incertitudes. Et elle, elle essayait de canaliser son énervement en broyant le sceptre. Bientôt... Mais ça ne voulait rien dire "bientôt". Ce pouvait être dans une minute, dans trois heures ou dans deux jours. Oh, Merlin, ils n'auraient jamais dû se séparer... Inspirant profondément pour se calmer, Charlotte se remit en marche, rattrapant assez vite Poum qui marchait à allure modérée. Il ne lui accorda pas un regard et il fit bien car si elle avait surpris son petit air suffisant elle l'aurait étripé sur place. De longues minutes s'écoulèrent encore, tandis qu'ils passaient un nombre innombrables de couloirs, tournant parfois à droite, bifurquant parfois à gauche. Elle regardait droit devant elle, tellement qu'elle faillit continuer tout droit quand Poum s'arrêta. ~†~

C'est ici.
Vous allez entrer dans cette pièce, et, lorsque vous trouverez la sortie, vous rencontrerez l'Oracle.

" Quelle sortie ? "

~†~ Mais, là encore, pas de réponse... Poum posa ses deux mains sur le mur et se mit à pousser. Comme lorsqu'ils avaient accosté, le mur s'ouvrit pour laisser voir des formes de meubles, entre autres. Poum lui fit signe d'avancer, sans lui accorder de sourire d'encouragement. D'un pas lent et après lui avoir lancé un regard dédaigneux, la jeune brune pénétra dans la pièce. Elle se retourna pour voir Poum refermer le mur sur elle et puis... Le néant. Aucun bruit, pas même le cliquetis d'une goutte qui tombe d'une pierre et vient s'écraser le sol. Pire encore, il faisait totalement noir. Même pas une interstice qui laissait filtrer un filet de lumière. Absolument rien. Il faisait complètement noir... Alors, même si elle avait de bons yeux, ils ne lui servaient à rien s'il n'y avait pas de lumière... Elle sentait l'odeur de la pierre fraîche. Hormis cela, rien du tout. Se demandant où elle avait atterri, elle serra un peu plus fort le sceptre dans sa main, en attendant de s'habituer à l'obscurité complète...

Charlotte n'avait pas peur du noir. Au contraire même, elle se sentait en sécurité, cachée par le voile des ténèbres. Seulement, il est extrêmement rare qu'il fasse vraiment vraiment noir. Cela n'arrivait même pour ainsi dire jamais. Il y avait toujours une petite source lumineuse, même extrêmement lointaine ou faible, qui permettait de discerner au moins les contours des choses, à défaut de les voir en détail ni de pouvoir reconnaître leur couleur. Mais là, il n'y avait absolument rien. Le noir complet. Si elle avait été aveugle, cela aurait été la même chose. Et c'était... angoissant. Lentement, elle sentait ses battements de coeur qui commençaient à s'affoler. Progressivement. Peur panique. Pour ne pas céder à l'affolement, elle recula à pas lents jusqu'à toucher le mur. Par instinct, elle se mit alors à le longer, avançant moins vite encore qu'un escargot. De sa main gauche, elle suivait le mur, et de la droite, elle tenait le sceptre qu'elle faisait bouger devant elle comme un radar, pour découvrir un obstacle avant de s'étaler dessus.

Elle avançait ainsi, précautionneusement, ne sachant absolument pas ce que l'on attendait d'elle. Trouver une sortie... C'était bien joli tout ça, mais s'il fallait pousser un mur pour qu'il s'ouvre, comment saurait-elle où faire pression ? Et puis ce fichu mpitak... A quoi servait-il ? La boule verte ne produisait même pas un petit reflet brillant, rien. Totalement inutile. Ah, non. Elle s'en servait comme d'une canne pour aveugle mais ça, elle aurait pu le faire avec n'importe quel morceau de bois. Avançant toujours vers elle-ne-savait-quoi, elle perçut soudain un bruit. Le froissement d'un tissu sur le sol. Elle s'arrêta aussitôt, tournant inconsciemment la tête vers l'origine du bruit, même si elle ne verrait rien. L'oreille aux aguets, elle resta immobile, se concentrant sur son ouïe. A nouveau, un froissement. Devait-elle s'annoncer ? Demander l'identité de... la... chose qui était dans cette pièce ? Ou alors restait-elle dans son coin sans attirer l'attention ? Elle fit un ou deux pas silencieusement avant qu'un nouveau bruit de froissement ne se fasse entendre, plus proche. Oh Merlin, elle voulait retrouver Sacha... ~†~


" Il y a quelqu'un ? "
Revenir en haut Aller en bas
Sacha de Lansley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 646
Age du personnage : 23 ans
Habitation : SDF, c'est un comble...
Occupation : Retraité surchargé
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 251
Gallions : 8258

MessageSujet: Re: ~†~ Et s'il n'y avait pas d'alternative ? ~†~ [Pv Sacha]   Lun 29 Déc 2008 - 21:34

Non. Ca n’était pas Charlotte mais la méprise est acceptable compte tenu de la pénombre dans laquelle se tient la silhouette aux cheveux longs et bruns qui se trouve dos à moi. La femme n’a pas sursauté lorsque la porte s'est ouverte. Conséquemment, je suis en droit de sentir que je suis attendu.

Je ne dis rien et j'avance vers la femme que je découvre de trois quart et qui ne se tourne et ne parle toujours pas. J'observe. Fin connaisseur, je dirais 90-60-90 + henné et essence de violette. Sourire amateur. A moins d'un pas d'elle, je m'arrête. Ne fais rien. Dans ce monde où je suis l'étranger, je préfère laisser aux autochtones l'habitude d'entamer les discussions.

Elle se tourne à demi. Visage angélique et parfait. Yeux verts et dorés obnubilant qui me fixent. Bouche épaisse dépourvue de maquillage. Poitrine comprimée dans une guêpière blanche à laquelle pend un long tissu de tarlatane assorti. Pas de bracelet.


'Pas de bracelet?'
'Non pas de bracelet.'


Hormis la certitude d'avoir déjà vécu cette conversation il y a quelque temps, je suis stupéfié par ce qu'il vient de se passer. Sa voix parle dans mon esprit. Depuis Juge Lara Impartial, personne n'a jamais réussi sans que j'offre le laissé passer. Ses lèvres n'ont pas tressailli. L'iris de ses yeux n'a pas vrillé. Elle me fixe toujours.

Tiraillé entre l'envie de me laisser envahir les neurones par la charmante créature et l'instinct de fermer mon esprit à ce doux empiètement de ce qu'un jour McEwan appellera la liberté de pensée, je soupire. Désappointement sommaire. Déception agacée. Toutes les surprises à rencontrer avant de visiter l'Oracle commencent à me peser. Pourtant, je joue son jeu.


'Pourquoi?'
'Je ne suis pas d'ici.'
'Moi, non plus.'
'Je sais.'


Plus rien. Comment vous dire que la confidence ne m'ébranle même pas. Je m'impatiente et suis prêt à tout entendre. En outre, je trouve que poser des questions à des inconnus est un abaissement, une soumission de soi à celui qui possède les réponses. Attendre de quelqu'un m'insupporte.

Jouons plutôt au con. J'excelle dans ce jeu-la.
Je me tais. Ferme mon esprit par Occlumancie sans encore me douter que la précaution est vaine.

Elle pivote légèrement en faisant danser l'étole qu'elle porte sur ses épaules.

Elle sourit enfin.

'Déjà?'

Vide dans les pensées.
Je ne réponds pas.


'Tu baisses les bras?'

Je ne réponds pas.

'Je m'appelle Rijikiel.'

D'accord. J'admets. Elle a gagné. Elle a désormais toute mon intention.

'Si tu es Rijikiel pourquoi Charlotte n'est-elle pas ici avec nous?'

Corollaire à la citation précédente sur la curiosité. Cette question n'est pas de la curiosité mais de l'inquiétude.

'Elle ne va tarder, Astrov s'occupe d'elle. Je voulais vous rencontrer l'un après l'autre.
Tu as des questions me semble-t-il. Je t'autorise à me les poser maintenant, après il sera trop tard.'


Que disais-je déjà au sujet des questions? En voici un bel exemple et la garce ne se cache même pas pour me le faire sentir. Je le sais. Je suis dépendant d'elle. Trop à savoir. Trop d'impatience me grise. Et la façon dont elle m'invite à requérir à ses lumières me tourmente encore plus. 'Après' dit-elle. Après quoi?

Je cède – à moitié, car ne perdra pas Sacha qui veut:

'Je n'ai pas de question. J'ai une demande. Racontez-moi par quelles règles est régi ce monde.'

Je la surprends à hausser un sourcil étonné:

'Alenvers est le miroir des âmes d'Alendroit,' commence-t-elle en me faisant asseoir sur ce que pensais être son trône. La pièce s'illumine soudainement. Les torches se multiplient et découvrent le décor de l'endroit. Une salle antique qui ressemble à l'intérieur d'une église. Des grands chandeliers dont la flamme allumée est olivâtre et éclaire les tableaux suspendus aux murs. Il y a trois tableaux. Le premier représente un jardin, sur le deuxième je reconnais le port où nous sommes arrivés et le dernier illustre une porte fermée en dessous d'une arcade gothique. Le vent léger de la mer pousse le voile de l'unique fenêtre qui danse tout près d'une plante dont je ne connais pas le nom malgré mes larges connaissances en botanique. Rijikiel s'approche d'une table sur laquelle trois coupes de bronze et une jarre de terre sont posées. Elle verse un liquide rouge vermillon et loin d'avoir la texture du vin dans l'une des coupes et la repose sur la table. Elle se tourne vers moi et me scrute un long moment avant de reprendre:

'Fais venir ce gobelet jusqu'à toi.'

Méfiance.
Elle ne s'en sortira pas aussi facilement.


'Termine la narration et je verrai si j'y arrive.'

Une nouvelle fois, le sourcil de l'Oracle frétille mais elle se soumet:

'Les êtres d'Alendroit ne veulent plus avoir de reflets…. Entends par là, le reflet de leur conscience. Ils essayent de nous chasser et de couper tous les liens. Mais nous ne pouvons pas les laisser faire. Cette guerre dure depuis que l'homme est raisonné. L'homme est celui du monde d'où tu viens, nous, nous ne sommes que la fable de votre monde. Nous attendons depuis quelques siècles que les Azguiris, c'est-à-dire, les magiciens, viennent résoudre notre problème.'

'En combattant?'

Oups. C'était une question.

'D'une certaine manière oui… le bracelet qui brille à votre poignet est le reflet de l'âme d'une personne importante qui vous ressemble dans le pays Alendroit. Je n'ai pas de bracelet car je ne suis le miroir de personne. Le seul bracelet gris qui existe est le vôtre. Il se trouve que la personne qui possède cette couleur est…'

Un bruit. Quelqu'un arrivait. L'Oracle me sourit en me désignant la porte:

'Le temps des réponses est écoulé. Votre dame arrive… et maintenant, ça va être à moi de juger si vous êtes vraiment des Azguiris... La coupe…'

Ah. La coupe…


'Accio coupe', fais-je sans baguette en dirigeant ma main vers l'objet. Le gobelet de bronze vole jusqu'à moi. Le visage de l'Oracle s'éclaire d'un air triomphant.

Charlotte entre et en une poignée de secondes l'Oracle n'est plus une femme mais un homme. Il ne porte plus sa super guêpière sexy que j'aimais tant mais la cuirasse argentée d'une armure.

'Restez assis, m'impose-t-il sans me regarder. Je suis peut-être muet mais loin d'être mkaguey.'

Non. Je ne demanderai pas ce que c'est. J'ai réussi à vivre jusqu'à aujourd'hui sans savoir ce qu'un mkaguey était. J'y arriverai certainement encore jusqu'à la fin de mes jours. En revanche, il m'est d'avis que ceci était une menace et je préfère rester assis.





Walked out this morning
Don't believe what I saw
A hundred billion bottles
Washed up on the shore
Seems I'm not alone at being alone
A hundred billion castaways
Are looking for a home
(Police)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dpalternatif.com/forum
Charlotte de Lansley
La Mimoune à Sacha
avatar

Nombre de messages : 1112
Age du personnage : 23 ans
Habitation : New-York, Tour Antarès
Occupation : Epouse, mère, actrice & more
Signature : Fatal†Error
Avatar : Fatal†Error
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 59
Gallions : 8404

MessageSujet: Re: ~†~ Et s'il n'y avait pas d'alternative ? ~†~ [Pv Sacha]   Ven 16 Jan 2009 - 17:53

~†~ Pas de réponse. A la question "il y a quelqu'un?" qu'elle venait de formuler à voix haute, elle n'obtint aucune réponse. Et elle n'aima pas cela. Parce qu'elle était sûre d'avoir entendu un frôlement. Certaine même. Il paraît que lorsque l'on est privé de l'un de nos sens, les autres sont plus aiguisés. Charlotte venait d'en faire le test et elle ne pouvait qu'être d'accord. Si elle ne pouvait absolument rien voir, elle entendait parfaitement, elle sentait sans incertitude cette odeur de pierre humide, le moindre souffle de vent qui parcourait la pièce lui était perceptible, et elle avait encore dans la bouche le goût du... du thorpul. Cependant, même si elle était sûre d'avoir entendu un bruit, elle ne savait pas ce que c'était et ne pouvait pas non plus attendre indéfiniment. Elle avait une sortie à trouver pour rejoindre l'Oracle. Toujours aussi prudemment, elle se remit à avancer. Une main longeant le mur, l'autre tenant fermement l'espèce de sceptre. Après trois pas, le mpitak buta finalement sur quelque chose. Au bruit, ce n'était pas quelque chose de dur. Pas une pierre. C'était un peu plus mou. La rencontre du mpitak sur l'obstacle avait émit un bruit sourd et étouffé. Quelqu'un, ou quelque chose était juste-là et elle ne pouvait pas voir ce que c'était. ~†~

" Il y a quelqu'un ? "

~†~ Nouvelle tentative, même si elle la pensait vaine. A nouveau, elle serra un peu plus fort le mpitak entre ses doigts, prête à s'en servir pour frapper s'il le fallait. Ce fut ce moment là que la "chose" choisit pour se manifester. La sphère qui composait l'extrémité du mpitak se mit à briller d'une faible lueur bleue. Les contours se remirent à se déformer lentement mais la lueur lui permit de voir à nouveau. Elle ne distinguait pas les couleurs ni les détails mais avait une vague idée de la disposition de la pièce et de ce qui se trouvait face à elle. L'endroit était assez petit et possédait quelques meubles, dont une couche à même le sol. Quant à ce qu'elle avait heurté avec le sceptre, elle dut baisser la tête pour l'apercevoir. Malgré la faible lumière, elle parvint à le distinguer. C'était une sorte d'animal qui lui arrivait à la taille. Il ressemblait à un lion mais se tenait sur ses pattes postérieurs. Debout, comme un homme. Elle n'avait jamais vu pareille créature mais, sans qu'elle sache pourquoi, elle sut qu'il ne lui voulait pas de mal. Probablement l'instinct. Ses muscles se détendirent aussitôt alors qu'il se passait une chose étrange dans la sphère bleuâtre. Du texte s'était peu à peu mis à défiler. ~†~


Je m'appelle Astrov et je suis un limptay.
" Charlotte. "
Je le sais. Je suis chargé de vous montrer la sortie et de vous accompagner jusqu'à l'Oracle.
" Bien. Je vous suis dans ce cas. "

~†~ Le limptay émit un petit feulement et fit volte-face. Il se dirigea vers un coin de la pièce, où elle le suivit, et où se trouvait une porte. Il la poussa et la lumière entra dans la pièce, aveuglant la jeune anglaise dont les yeux s'étaient habitués à l'obscurité. Elle porta sa main devant son visage quelques secondes et quand la clarté ne brûla plus ses pupilles, elle la retira pour avancer d'un pas. Elle venait d'arriver dans une salle ancienne qui lui rappela l'abbaye de Canterbury. Car l'intérieur ressemblait à une église. Cependant, cette pièce-ci était plus accueillante et plus chaleureuse que celles qui se trouvaient dans le quartier général des Opposants anglais. Elle remarqua également les trois tableaux, la table, les trois verres et la jarre. Mais, plus important, deux personnes se trouvaient dans cette pièce. Son regard se posa d'abord sur Sacha, qui avait lui aussi changé de vêtements. Non pas parce qu'il était le plus proche mais parce qu'elle avait tellement cherché sa silhouette depuis qu'ils avaient été séparé qu'elle lui sauta aux yeux immédiatement. Aussitôt, une vague de soulagement l'envahit et elle se sentit plus légère. Tout irait bien maintenant... Un sourire à peine visible que lui seul, qui la connaissait bien, pourrait déceler apparut à la commissure de ses lèvres. Sans réfléchir plus, elle fit un ou deux pas dans sa direction mais une voix, dans sa tête, l'arrêta. ~†~

' Non. Attendez. '

~†~ La jeune brune s'immobilisa aussitôt et, de surprise, son sourcil droit se haussa légèrement. Elle n'avait pas rêvé, il venait bien de... de s'adresser à elle par la pensée ? Cela la déstabilisa un peu. La seule voix autre que celle de ses propres pensées qu'elle avait jamais entendu dans son esprit était celle de Sacha. D'abord sans que lui ne le veille et tout le temps quand il avait eu la chevalière. Puis seulement quand lui le décidait à la mort du Juge. Elle s'y était habituée, depuis le temps. Et parfois il leur arrivait de communiquer ainsi, à l'insu des personnes qui les entouraient. Il lisait ses pensées et lui répondait mentalement. C'était un peu leur secret quand il y avait du monde autour d'eux et qu'ils voulaient partager quelque chose sans le dire de vive voix. Comme tout à l'heure, quand ils s'étaient fait cerner par Pim, Pam et Poum. Aussi, d'entendre une autre voix dans son esprit la surprit et elle resta muette et vide de pensées pendant quelques secondes. Son esprit reprit finalement du service et les questions habituelles se remirent à danser.

Pourquoi ? Pourquoi devait-elle attendre ? Pourquoi voulait-il qu'elle ne rejoigne pas Sacha ? Et qui était-il ? Encore une épreuve avant de rencontrer l'Oracle ? Mais quand diable allait-on enfin savoir s'ils étaient des Azguiris ou pas ? Esprit torturé qui, comme toujours, se posait des dizaines de questions... Ce ne fut que lorsqu'il l'eut arrêté que son regard se porta réellement sur la deuxième personne présente dans la pièce. Les cheveux trop longs lui aussi, les yeux verts et dorés, les lèvres pleines... Un visage parfait et angélique. Son torse carré était recouvert d'une armure argentée. Il ressemblait à Sacha, un peu. Sans rien dire de plus, il fit quelques pas dans sa direction et s'arrêta face à elle. Il arborait un petit sourire amusé et elle se demanda si c'était parce qu'il avait capté toutes les questions qui lui étaient venues en tête. En réponse, il hocha la tête positivement. Bien. Alors peut-être allait-elle enfin avoir des réponses... Le regard de l'homme descendit pour s'arrêter sur le poignet de Charlotte. Celui où était enfilé le bracelet. ~†~


' C'est étrange. Peu de personnes ont un bracelet qui possède plusieurs couleurs. A vrai dire, il y en a autant que celles qui ont un bracelet argenté. '

~†~ Les yeux de Charlotte descendirent à leur tour pour chercher le bracelet de l'homme mais elle n'en trouva pas. Instinctivement, elle se tourna vers Sacha. C'était lui qui possédait le bracelet argenté. Qu'est-ce que cela signifiait ? ~†~

* Vous n'avez pas de bracelet ? *
' Non, je n'en ai pas. Je m'appelle Rijikiel et... '

~†~ Et il lui expliqua tout ce qu'il avait déjà dit à Sacha. Alenvers et Alendroit. Le miroir des âmes. Les reflets des consciences. Mais ceux d'Alendroit ne voulaient plus de ce lien. Alors ceux d'Alenvers attendaient les Azguiris... Il n'y avait qu'un bracelet gris. Alors elle en déduisit qu'il n'y avait qu'un bracelet à plusieurs couleurs. Il stoppa brusquement ses explications quand le limptay émit un petit feulement. Rijikiel eut un sourire et se dirigea vers la table, où il s'empara de la jarre pour verser un liquide rouge dans l'une des coupes. Etait-ce du thorpul aussi ? Pendant qu'il oeuvrait, il avait continué la conversation, mais elle avait totalement changé de sujets. ~†~

' Asrov vous aime bien. Il va rester à vos côtés tant qu'il le faudra. '

~†~ Elle se tourna vers le petit lion avec lequel elle avait communiqué grâce au mpitak. La lueur de la sphère de celui-ci n'était d'ailleurs plus bleue mais violette maintenant. Elle n'eut cependant pas le temps de demander jusqu'à quand, car Rijikiel reprit, en lui demandant de faire venir jusqu'à elle la coupe. Pardon ? Faire venir jusqu'à elle la coupe ? L'étonnement et la gêne n'apparurent cependant pas sur son visage, qui resta totalement stoïque. Mais... Elle ne savait pas. Elle ne pouvait pas utiliser la magie sans baguette. Sacha savait le faire. Pas elle. Cependant, elle sentait que si elle n'y parvenait pas, les choses ne se déroulaient plus aussi bien... Magie sans baguette. Bien. Parfait. Comment allait-elle faire cela ? Elle ressentit alors une petite chaleur, en-dessous de son cou. Là où pendait son collier au bout duquel trônait une petite pierre noire. C'était la pierre qui chauffait. La pierre qu'elle avait eu à son retour d'un étrange voyage avec Natacha. Elle était une Ancalìmon là-bas. Et elle n'avait pas besoin de baguettes pour lancer des sorts. Est-ce que... Est-ce que ça marcherait, ici ? Elle ne le saurait qu'en essayant... Il lui suffisait de le vouloir, et la formule viendrait d'elle-même. Il lui suffisait juste de le vouloir... ~†~

* Sáralondë. *

~†~ Merlin, pourvu que cela marche... Une seconde s'écoula, durant laquelle Charlotte resta totalement immobile, à fixer la coupe en espérant qu'elle se soulève de la table, même d'un millimètre. Finalement, le gobelet s'envola pour venir atterrir dans la main de la jeune anglaise. Ca avait marché... Elle ne jeta pas un regard à Rijikiel, elle ne voulait pas savoir si elle avait passé le test ou pas. Son regard resta obstinément fixé sur le liquide rougeâtre. Jusqu'à ce que l'Oracle ne reprenne la parole, dans leurs esprits, pour leur annoncer qu'il était maintenant temps de leur révéler s'ils étaient des Azguiris ou non. Elle ne savait pas si elle pouvait bouger ou non maintenant mais qu'importe. Elle décida elle-même et parcourut les derniers mètres qui la séparaient de Sacha. Que cela plaise à l'Oracle ou non. La coupe dans une main, le mpitak dans l'autre, elle rejoignit son mari et s'assit sagement sur l'un de ses genoux. Pas d'avertissements ni de remontrances, elle en déduisit que cela ne dérangeait pas Rijikiel qu'ils soient à présent réunis. L'Oracle redevint une femme, très belle, et observa le couple silencieusement pendant quelques instants, avant que sa voix ne résonne à nouveau dans leurs têtes. ~†~

' Comme je vous l'ai dit, il n'y a qu'un bracelet gris.
Le gris est souvent associé à l'argent, qui est une couleur sacrée, symbole de pureté, de purification et de dignité royale.
Il représente également la tristesse, la mélancolie, l'indifférence, le besoin de tranquillité et la douleur. Il symbolise l'inconscient profond, la part de nous-même la plus obscure et la plus cachée à notre conscience. Dans le cercle du Gris on peut accéder à toutes les teintes de couleurs.

Les bracelets sont la couleur de l'âme. Une personne qui affiche un bracelet gris a des intentions pures car elle est pleinement consciente de ce qu'elle souhaite. Elle connait son inconscient et sait ce qu'elle veut. C'est vers elle que beaucoup de gens se tourneront, comme toutes les couleurs peuvent aller vers le gris en perdant de leurs teintes.
C'est vers vous que beaucoup de personnes se tourneront. Elles vous écouteront, parce que vous avez l'âme faite pour les guider.

Quant au bracelet à plusieurs couleurs... '
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~†~ Et s'il n'y avait pas d'alternative ? ~†~ [Pv Sacha]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~†~ Et s'il n'y avait pas d'alternative ? ~†~ [Pv Sacha]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Elle avait ce teint clair et une bouche rose...
» Si seulement on avait su s'aimer. Les fleurs auraient été plus roses et nous peut-être plus heureux... [PV Jack]
» «Il était un petit navire, qui n'avait ja, ja, jamais navigué» Adeline A. Romanov [terminé]
» On lui avait dit.
» (simon) y'avait un tas d'personnes et personne marchait dans l'même sens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Intérieurs du château :: Amphithéâtres-
Sauter vers: