Forum de jeu de rôle par écriture alternée sur le thème de l'univers magique de Harry Potter de JKR pour adulte et jeunes adultes
 
ConnexionConnexion  HomeHome  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Bad timing (Suite Elliot O'Malley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 09/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 6857

MessageSujet: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Jeu 27 Mar - 13:26

Ca n’avait pas été facile d’en arriver là mais Jezabel laissait rarement tomber. Elle avait une hargne qui, conjuguée à son impatience, mettait à portée de ses doigts vernis de rose nacré toutes les choses qu’elle désirait.

Depuis le mois de janvier où elle avait raté Elliot qui se produisait pour un concert unique, ses sentiments avaient été ravivés. Elle ne pouvait pas les ignorer. Il lui avait fait croire qu’elle était madame girouette mais le temps qui passait et ses sentiments indestructibles lui prouvaient le contraire. Elle l’aimait depuis toujours. C’est sa peur de l’engagement qui l’avait fait traîner en route. Mais son cœur ne mentait pas. Elle aimait Elliot et sa soudaine popularité ne lui simplifiait pas la vie. Il était devenu inatteignable, intouchable et en plus il devait crouler sous les lettres des fans donc ses hiboux passaient inaperçus. Il ne répondait plus depuis longtemps.


♥ Quand je le verrai comment je vais le l’engueuler pour tous mes courriers sans réponses! ♥

Avec les mois, elle avait cessé d’écrire.

Avant, quand ils étaient à l’école, Oma disait toujours qu’ils avaient un mauvais timing. Bah elle commençait juste à en avoir marre de faire avoir par le destin. Elle avait pensé à lui chaque jour depuis le mémorial. Tout le temps, il était dans sa tête. Pour se donner l’illusion de l’entendre lui parler, elle s’était remise à écouter ses disques pendant qu’elle cousait assise dans ta chambrette de Unicorn Ring. Elle se l’était longtemps interdite car ça lui faisait mal d’entendre les paroles. Des fois, elle avait la vague impression (Jay était complètement mythomane) que certaines parlaient d’elle, d’eux.


♥ Toutes les filles doivent s’imaginer la même chose ♥

Au bord de la crise de nerf, elle se décida à mettre tous ses efforts dans la recherche d’Elliot pour le revoir. Il fallait qu’elle sache où il habite car il avait déménagé ou il fallait qu’elle essaye de le croiser après une de ses apparitions.

Elle avait été a plein de concerts et ça lui avait coûté hyper cher mais à chaque fois c’était interdit d’aller en backstage. Elle s’était inscrite au fan club afin d’avoir des listes à jour de ses apparition publique. Une fois il était allé à l’avant première d’une film de Charlotte Leonhart, mais il y avait tellement de monde qu’elle n’avait pas réussi à s’approcher assez ou à crier assez fort pour qu’il la remarque. Une fois, c’était sans doute la fois la plus pathétique, elle avait appris qu’il revenait d’un concert en France, il passait par la voie moldu des aéroports, elle avait été faire le pied de grue devant Heathrow. Elle s’était sentie tellement pathétique, qu’elle était retournée à Poudlard en voyant les fans déguisés en moldues qui l’attendaient devant le terminal.

Finalement, elle avait appelé sa maison de production en se faisant passer pour une réalisatrice de film. En fait, en réfléchissant bien, c’était peut-être ça la fois la plus pathétique. Elle avait passé une nuit à écrire un faux scénario pour le montrer à son agent. Elle s’était fait passer pour une certaine Debra Parker, la fille d’un promoteur arabe. Elle avait envoyé Louange Deb (son clone interdit) avec un scénario. Malheureusement pour elle, ce fou d’agent avait adoré l’idée de faire jouer Oma dans un film et il avait arrangé un rendez-vous la semaine suivante. Elliot serait là et aurait lu le film. Jay n’avait jamais autant flippé de sa vie. Comment allait elle faire?

Elle avait insisté pour avoir l’adresse d’Elliot afin de lui envoyer elle-même le scénario avec une note d’intention spécial pour lui et l’agent était devenu soupçonneux. Louange avait du usé de ses charmes pour avoir l’adresse. Il avait cédé et Louange n’était pas contente contre Jay car elle détestait les gros lards.

Le soi-disant rendez-vous était prévu dans la soirée d’aujourd’hui. Jezabel s’était organisée pour aller à l’hotel d’Elliot avant, en espérant qu’il y soit, pour lui dire que tout ça c’était un coup monté pour le voir et qu’il n’y avait pas de film car il n’y avait pas d’argent pour le faire.

L’étudiante était habillée d’un jean moulant et d’un pull gris en laisse échancré ainsi qu’une grosse doudoune qui arrivait jusuq’aux pieds car il faisait moins quinze degré dehors. Pas de bijou à part deux petits anneaux dorés, pas de maquillage, les cheveux attachés, elle espérait qu’il aime toujours le naturel et qu’il ne s’entichait pas trop des filles du showbiz magisiliconnées aux lèvres pulpeuses.

Elle avait pris une guitare qu’elle avait enchanté pour atténuer les fausses notes et elle s’était faufilée dans l’hotel. Elle avait obtenu le numéro de sa suite, et elle avait pris l’ascenseur.


♥ la thune qu’il a!!! il a tout un étage pour lui ♥

Elle s’arrêta devant la seule porte qu’il y avait dans le couloir où elle arriva. Elle tapa et attendit mais il n’y avait personne. Elle fila un méga coup de pied dans la porte et se laissa glisser contre le mur avec sa guitare pour l’attendre. Elle espérait qu’il n’y aurait pas quelqu’un d’autre qui la surprendrait ici sinon elle allait se faire virer.

Tout à coup, après avoir attendu deux heures et demies assise et à gratouiller les cordes de la guitare, elle entendit les portes de l’ascenseur s’ouvrir. Son cœur battait très fort. Elle entendit les pas se diriger vers elle et bientôt elle verrait apparaître quelqu’un au coin de couloir. Elle croisa les doigts très forts pour que ça soit lui... c’était lui. Elle le vit debout au bout du couloir et elle se leva. Il était avec quelqu’un, c’était une fille. Jezabel eut un pincement au cœur mais elle s’obligea a sourire. Enfin, elle le rencontrait en face.


Elliot... dit-elle tout bas, prête à pleurer à cause de l’émotion.

Malgré l'autre personne, elle fit ce qu'elle était venue faire. Les laissant s'approcher d'elle, elle rougit de honte mais pris sa guitare et commença à jouer. Elle ne connaissait que cette chanson à la guitare, Jay ne savait pas jouer d'instrument de musique. Elle savait que les sorts pour enchanter les pianos.

Elle ne les regardait pas et supportait sur elle leur regards. Ses joue étaient roses, sa voix était triste mais elle chantait juste.

Si la fille était la nouvelle avanture non officielle d’Elliot tant pis, elle passerait pour une fan débile et elle s’enfuierait en courant. En tout cas, le fan club n’était pas au courant de cette fille et Jay se ferait un plaisir de le balancer aux tabloïdes pour se venger de la honte qu’elle était en train de subir... on fait toujours des choses assez débiles par amour.


free music


I waited for so long
Outside myself
You see I was pretenting
To be someone else
I was longing to see
Who i wanted to be

And I've been waiting on my own
I've been waiting for too long
Not strong enough to be with you
And I've been making up my world
I've been painting it with gold
Not strong enough to see you

I irrigate illusions
Then let them grow
How can I pacify myself?
And let go
And I run wild to see
Who I turned out to be

But it was too cold
In my world


A la fin de la chanson, Jezabel était toujours debout mais défaillante. Ses joues avaient perdu du rose car elle avait réussi à se gérer. Elle avait même réussi a regarder Elliot dans les yeux pendant le refrain.

Voilà, Elliot, c’est ce que je voulais te dire. Je suis désolée d’être venue et de t’avoir dérangé...
Revenir en haut Aller en bas
Elliot O'Malley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 321
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Interpète, acteur et compositeur
Avatar : Sonneper lol
Date d'inscription : 09/10/2007
Coup de coeur : 85
Gallions : 7303

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Ven 28 Mar - 10:26

Je me suis un peu calmé sur l’alcool depuis deux mois. Je me rince à coup de partoches et de mélodies, j’arrête de fuir les angoisses qui me rattrapent. Je les laisse s’insinuer en moi, libérer leurs cordages coupant autour de moi, de ma tête, de mes bras, de mes jambes, mais mon angoisse, elle m’empêche jamais de jouer ou de chanter.

J’ai écrit un nouvel album. Beaucoup de travail m’est tombé dessus et j’ai plus eu le temps de flipper sur ce que je deviens. La tête a arrêté de me tourner, j’ai quasiment accepté d’avoir perdu ma vie d’avant. J’ai accepté de plus pouvoir marcher seul dans les rues sorcières, j’ai toujours l’Irlande quand j’ai le bourdon.
J’y fais un saut, je cause avec Grace, ma grand-mère. On parle de mes parents qui sont toujours effrayés par ma popularité. Plus je suis loin d’eux, plus j’ai l’impression de leur faire du bien.
Ils ont été obligés de quitter la maison irlandaise pour Londres anonyme. Trop de Miss Tinguettes venaient les soûler, prendre en photo la façade de la baraque où avait grandi O’Malley. Grâce n’a pas voulu vendre. Elle est restée.

Des fois, elle accueille une petite meute de groupies et les invitent à boire le thé. Elle leur montre des photos de moi gamin, la période sans cheveux, et elle essaye de les contenter d’une ou deux anecdotes que désormais tout le monde se refile dans les Pléiades People Sorcières.

Les Pléiades, c’est comme un Internet pour les sorciers. C’est un réseaux de Grimoires Magiques Connectés les uns aux autres. On dit aussi les GMC. Quand quelqu’un en achète un sur un thème prédéfini et écrit dedans, tous les autres reçoivent l’information en temps réelle. C’est un jeune sorcier de Poudlard qui a inventé le truc. J’ai oublié son nom mais, féru de magie, il passe son temps à créer des objets magiques. Je crois qu’avec le GMC, il va devenir le sorcier le plus riche du monde.

Bref, je me fais à ma vie. Elle m’empoisonne des fois mais je ne me plains pas à compter que celle des autres, m’a pas l’air super mieux.
Maintenant, j’essaye de me mettre dans des projets différents. Mon prochain concert aura lieu dans un mois dans le stade de Quidditch de l’équipe britannique. J’avoue que j’ai un peu peur mais je kiffe. Ca va être la première fois que je me produis devant autant de sorciers... il y aura des moldus aussi. Vous le croyez ça? Le ministre, Grégory Oz, lors du Mémorial, a pris contact avec mon gros bâtard - mon agent - et lui a expliqué que c’était bien de montrer aux moldus que les activités des sorciers différaient pas tant que ça des leurs.
En même temps, il va y avoir une sorte d’escadron de GI Jo qui sera là pour surveiller qu’il n’y ait pas d’attentat ou de merdier provoqué par Antarès. Regrouper autant de monde au même endroit, c’est pas une super idée ces temps-ci. Ca commence un peu à se serrer en Angleterre.

Sinon, dans les autres projets, il parait qu’il y a une productrice arabe qui veut me faire jouer dans un de ses films. J’ai lu le scénario, c’est carrément pas mal. Moi ça me plaît. On dirait que l’histoire morale des personnages est calquée sur ma vie d’avant.

Je vous raconterai plus tard l’histoire en détail mais c’est un truc cool, pas prise de tête.
Une histoire d’amour entre une fille et un garçon, mais la fille est déjà prise, blasée dans sa vie de petite bourgeoise, et le mec doit presque la kidnapper pour l’obliger à voir de l’autre côté du miroir.

Elle - son perso s’appelle Jane -, elle se laisse entraîner mais elle fait n’importe quoi malgré qu’elle développe des sentiments pour le mec - le mec qui la kidnappe - c'est le perso que je suis censé jouer. Il s’appelle Eden. Jane trompe Eden au bout de deux semaines et quand il la gaule avec un autre gars, ils se battent, le gars meurt et s’ensuit un road movie où Eden et Jane sont pourchassés par les Aurors.
Leurs sentiments se développent encore dans une liaison mêlée de violente passion et de douceur mélancolique, mais la fille ne peut pas s’empêcher d’être triste. Elle sait que malgré ses sentiments, elle aura toujours du mal à faire confiance aux hommes car ils lui ont trop souvent renvoyé une image d’elle qui était déformée, la prenant pour une poupée débile.
Eden, un peu mauvais garçon au grand coeur, la sauve plus d’une fois de situations suicidaires où elle se met exprès pour attirer l’attention. Elle a besoin d’être sauvée et pour cela elle se fout toujours en danger.

Ils en arrivent à se faire rattraper par les Aurors et fuient encore une fois. C’est Jane qui prend le volant. Il y a une super scène de discussion dans la voiture magique. Quand j’ai lu, j’ai repensé à Jezabel, je sais pas pourquoi. La scène de discussion dans la voiture, il y avait des choses qu’elle aurait très bien pu me dire.

D’ailleurs la nana du film, elle me fait souvent penser à Jay. Faut que j’arrête ça, je la vois partout Jay.
Une fois j’ai cru la voir à l’aéroport, une autre, j’ai pensé qu’elle était dans la foule des fanatiques à la sortie du film de Charlotte Leonhart. J’ai commencé à vouloir suivre la tête blonde qui s’était retournée pour partir, mais la barrière humaine des badauds m’en a empêché, et les trois gardes du corps m’ont bloqué la route. La tête blonde a disparu puis j’ai pensé que je rêvais... j’avais trop envie de la revoir.

Mais nous avons toujours vécu en décalé et après Poudlard la vie a été assez chienne avec nous. Pourtant, j’y pense tout le temps, je fous du Jezabel dans beaucoup de chansons, ça m’aide, je me fais ma musicothérapie. Avec le temps qui passe, j’ai plus reçu de lettre d’elle. Elle a peut-être pensé que c’était inutile, que je l’avais oublié.
Je reçois tellement de hiboux, la prod a été obligé d’installer une volière spécialisée au dernier étage de son immeuble pour les artistes qu’elle produit.

Enfin, pour finir avec cette histoire de film, Jane perd le contrôle du véhicule, Eden est projeté en dehors de la voiture... il s’approche près du véhicule renversé mais Jane est morte. Quand les Aurors arrivent, Eden a transplané avec le corps de Jane. Il l’enterre quelque aprt et continue de errer seul. Il a jamais pu lui dire qu’il l’aimait. The End.

J’ai rendez-vous avec la productrice tout à l’heure mais avant je voudrais aller me reposer. J’ai rejoint Maeve, elle a fait ma première partie pendant ma tournée l’année dernière. On sort ensemble discrètement, on s’entend bien, sans vivre une grande passion.

Elle est plutôt contente à l’idée que je fasse un film. On en discute dans le couloir de l’hôtel... on en discute jusqu’à ce que je frôle la crise cardiaque. J’ai encore une hallu. Une plus vraie que nature, je crois voir Jezabel dans mon couloir. Elle tient une gratte et me regarde de ses grands yeux bleus... elle prononce mon prénom. Je cligne des yeux. C'est pas une hallu... Qu’est-ce qu’elle fout là?

Maeve me serre la main, elle flippe. Puis, Jay commence à jouer... la situation est super gênante. Maeve me lâche la main pendant la chanson mais nous restons debout au bout du couloir, n’osant plus avancer.

Puis le morceau se termine. La chanson m’a tellement émue que je suis incapable de trouver la parole. C’est chelou, c’est Maeve qui agit la première. Elle s’avance vers Jay, j’ai peur qu’elles se fritent pendant un moment, mais Maeve n’en fait rien. Elle passe devant Jay et ouvre la porte de la suite.


Entrons, nous dit-elle impassible. C’était très joli, Jezabel.

Maeve connaît bien Jezabel. Je lui en ai souvent parlé. A Jay aussi j’ai un jour parlé de Maeve.

Je me décide enfin à marcher mais je ne dis rien. J’entre après Jay et je referme derrière nous.
J’ôte mon manteau, pends celui des filles à la patère et me dirige vers la cuisine pour faire à boire.
J’arrive pas à parler, j’arrive pas à avoir les idées claires... je me sens assez désabusé.


On s’assoit dans le salon, les deux filles sont assises côté à côte. Je me mets en face dans un fauteuil. Je sers les boissons sans trop regarder Jezabel, je reste en recul, j’ai trop peur de tomber.

C’est une situation gênante, commence à dire Maeve en levant son verre. Mais nous allons très vite résoudre cela.

Imperceptiblement, la voix de Maeve est cordiale et menaçante. Je veux pas jouer l’arbitre mais le clash est inévitable.


21 ans
Sing Sing
Irlandais
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 09/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 6857

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Sam 29 Mar - 11:06

Assise dans le canapé, elle déposa sa guitare à côté d’elle. Elliot n’avait pas prononcé un mot, c’était pas bon signe. Maeve avait l’air d’être la chérie, ça n’était pas bon signe non plus. Maintenant qu’elle y était, elle ne pouvait pas reculer. Par contre, Jay ne désirait pas expliquer son mensonge devant la jeune femme. C’était trop douloureux de s’aplatir devant celui qu’on aimait et encore plus, devant lui accompagné d’une fille qui avait possédait ce qu’on désirait le plus chèrement au monde: le cœur de son petit ami.

Déroutée, elle s’appliqua pour ne rien laisser voir. Elle ne voulait pas faire de faux pas pour offrir à Maeve la possibilité de se moquer d’elle.

Jezabel se souvenait d’une lointaine Saint Valentin qu’elle avait passée avec Elliot dans la salle de divertissements, c’était il y a deux ou trois ans. Elle lui avait demandé ses goûts en matière de filles et il avait élu Maeve la plus charmante. A l’époque elle venait de quitter l’école, elle n’avait pas été une grande rivale pour Jezabel. Aujourd’hui, l’absente avait gagné.


♥ Est-ce qu’ils sont heureux ensemble? Est-ce que je viens tout gâcher? Et pourquoi tu ne parles pas Oma? ♥

Jezabel but son jus de citrouille que Elliot avait apporté. Elle attendit après que la métisse parle et propose de s’expliquer. Le chanteur ne parla toujours pas. Il y eu un silence. Jezabel sourit.

C’est gênant pour qui? Pour toi? demanda Jezabel d’un ton sarcastique et amer, parce que je te dérange dans tes petits acquis? Non, moi je ne crois pas, tu vois, je ne crois pas que ça soit gênant pour toi, c’est moi qui suis gênée. C’est moi qui me tape la honte mais j’en suis très contente parce que ça fait deux ans que je porte ça et que j’avais besoin de lui dire. C’est fait maintenant, alors je ne comprends pas pourquoi tu veux que je sois là. Je venais délivrer un message, vous pouviez très bien me laisser sur le pas de la porte et continuer votre petite vie d’artistes. Mon message a été délivré, je ne comprends pas ce que je fais là...

Jezabel se leva. Soudain, elle trouvait la situation ridicule. Maeve était sadique de l’acceuilire chez eux après ce qu’elle venait de faire pour Elliot et Elliot était décevant de ne pas ouvrir la bouche.

♥ Il ne me défend pas... ♥ regrettait-elle en lui adressant un regard d’aide.

Je vais y aller, bonne continuation.

Jezabel rejoignit le porte manteau et enfila sa doudoune. Elle gardait sa guitare à la main et se tourna une dernière fois vers Elliot et Maeve, il y avait quelque chose qu’elle voulait savoir avant de partir:

Juste une chose... que croyais-tu devoir résoudre exactement?
Revenir en haut Aller en bas
Elliot O'Malley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 321
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Interpète, acteur et compositeur
Avatar : Sonneper lol
Date d'inscription : 09/10/2007
Coup de coeur : 85
Gallions : 7303

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Dim 30 Mar - 1:23

La situation me dépasse. De tout mon cœur, je voudrais avoir le geste juste pour la retenir mais mon cerveau ne répond pas. Au lieu de ça, il passe en revue toutes les heures que j’ai passé avec Jay depuis notre première année, toutes les fois où je l’ai perdue, puis retrouvé, toutes les heures où je l’ai attendu, où j’ai fouillé les lettres apportées par les hiboux dans l’espoir d’avoir des nouvelles d’elle.
Les images défilent dans ma tête, comme les visions des gens qui vont bientôt mourir. Qu’est-ce qui va mourir? Si elle passe l’embrasure de cette porte, c’est nous, à tout jamais, qui allons mourir. Je ne le veux pas. Je le supporterais pas.

Je me lève subitement, fais un demi tour sur moi-même avant de laisser à Maeve l’opportunité de répondre.

Je connais la réponse. Pas certain que ça soit à moi de le dire, je me jette à l’eau. Je dois être celui qui le dit.


C’est délicat car je viens de promettre à Maeve que j’essayerais de t’oublier, Jezabel... et tu réapparais. Quand je te dis que nous avons un timing pourri, je ne délire pas.

C’est pas vrai! Qu’est-ce que j’ai fait à Cupidon pour qu’il s’acharne comme ça?
Je l’ai jamais biaisé, je suis toujours resté sensé. J’ai jamais profité. Toujours droit, trop peur de me ramasser. Mon cœur, jamais au rabais. La popularité n’a jamais été si enivrante que j’étais le genre de gars à ramener des sorcières dans ma chambre d’hôtel pour leur faire croire des je ne sais quoi. Toujours respecté... en aucun cas arraché une des ailes de l’Amour pour m’en faire un éventail d’apparat.

Ca ne paye pas d’être persévérant. La gentillesse, c’est de la bouse.
On se plie en quatre pour oublier, survivre à ses frustrations sans tomber dans l’hypocrisie puis ça revient comme un boulet de canon. Ca frappe fort, ça fait mal, ça te décape la mâchoire d’un punch droit. On déchante, on tombe dans le gouffre. Je m’engouffre.


Jay, reste.


Maeve a un léger sursaut. Même de dos, je sens son regard qui essaye de m’étrangler. Rien à battre, Jezabel est là. Tu partiras pas.

Si elle reste je m’en vais, dit Maeve en se levant.
Non, ne pars pas...

♠ Si... je veux que tu partes. ♠

J’en ai marre d’être respectueux. Mais ma langue dit autre chose. Elle traduit de travers les mots de mon cœur et j’en viens à redire ces choses que les autres veulent entendre et que pourtant je veux pas dire.

Maeve se rassoit, outrée.


Qu’est-ce qu’on fait. Tu dois choisir, Elliot.
Je n’ai rien à choisir, dis-je plus froidement que désiré. Jezabel est venue me parler, j’ai envie de lui répondre. Maeve, ne me fais pas de chantage, je t’en supplie. Ne gâche rien.

Elle se lève de nouveau et prend ses affaires. Cette fois, elle est vénère. Elle me colle une baffe en passant et bouscule Jezabel pour atteindre son manteau.

Je reviens ce soir, après ton rendez-vous avec la productrice. Discutez...

Puis, le ton désespéré et doux de sa voix murmure tout bas:


Je t’en prie, ne fais pas de bêtise, Elliot...

Elle ferme derrière elle.
Elle me demande de ne pas la tromper. Elle sent, elle sait la distension, elle comprend mieux que personne ce que signifie pour moi la présence de Jezabel.
Elle a peur, Maeve. Moi, non. Pour ne fois, je n’ai pas peur.


Je reste debout à côté du canapé et je regarde ma blonde. Je n’y crois toujours pas. Comment est-elle arrivée là? Je n’ose pas avancer encore, de peur de la faire fuir à son tour. Je reste où je suis et je lui dis d’une voix assez posée.

Reviens... viens t’asseoir.

Je me promets de lui jeter un stupéfix si elle tourne les talons.


21 ans
Sing Sing
Irlandais
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 09/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 6857

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Mar 1 Avr - 10:15

Maintenant ça devenait très gênant. Maeve sortit de la suite en prenant soin de bousculer Jezabel qui ne répondit pas car elle venait de comprendre la situation suite à la révélation d’Elliot. "je viens de promettre à Maeve que j’essayerais de t’oublier" Elliot ne l’avait pas oublié? Jusqu’à aujourd’hui? Et elle était même source de conflit dans son couple actuel? Avant même qu’elle se montre? Pour l’instant, Jay restait débile, debout à côté du porte manteau car ça l’avait scotchée. Son cœur faisait des badaboum et elle fut soudain très intimidée d’être face à lui. Pas seulement parce qu’entre temps il était devenu Elliot O’Malley. C’était aussi parce qu’il venait de dire ça, c’était troublant: je n’ai pas réussi à t’oublier. Quelle nana normalement constituée ne sauterait pas sur place ou mieux encore, ne sauterait pas dans les bras du garçon?

En sortant Maeve avait l’air très triste, elle redoutait qu’Elliot fasse des bêtises. Elle lui avait demandé de ne pas en faire ; quelles bêtises? Jay poussa un peu sa réflexion, il était évident que Maeve avait peur qu’Elliot cède aux sentiments qu’il semblait avoir promis d’enfouir une bonne fois pour toute. Mais alors ça, ce n’était pas question pour Jay. Elle, elle n’avait rien promis du tout. Elle ferait des bêtises autant qu’il faudrait pour qu’Elliot rallume son cœur, y’en avait tellement marre d’attendre.

Elle marcha vers lui d’un pas claudiquant et fut réveillée de ses rêverie par le bruit de la guitare qui s’était rétamée par terre dans un gros bruit de bois qui crie à l’aide. Elle sursauta, elle l’avait mal tenu. Toutes ses pensées étaient sur lui, elle ne savait pas comment réagir ni ce qu’il attendait.

Elle compris une deuxième choses mademoiselle Jezabel, c’était que Maeve l’avait fait venir non pas pour que elle, Jay, mette les choses au clairet explique sa présence mais pour que lui, Oma, mette les choses au clair et fasse un choix. C’était lui qui avait un problème. Pas elles.

Par prudence, alors Jezabel ne se dit pas qu’elle avait gagné. Pour le moment tout ce qu’elle avait gagné c’était de ne pas se faire mettre à la porte. Elliot avait remarqué une fois encore que tous les deux étaient toujours en retard ou en avance. Bad Timing. Pour toujours allaient-ils se croiser jusqu’à ce que le destin accepte enfin de les mettre ensemble?


♥ Quand on aura 100 ans, on aura peut-être le droit de s’aimer normalement ♥ se dit elle ironiquement.

Elle laissa la guitare par terre et arriva juste en face d’Elliot, ça faisait deux ans qu’ils n’avaient pas été physiquement aussi proches. Elle respira son parfum qu’elle aimait temps. Elle regarda son visage qui avait mûri, ses cheveux rasés, elle trouvait que ça lui allait bien, son tatouage de croix arménienne qu’elle avait si souvent caressé, elle le regarda comme s’il venait de réapparaître devant elle.

Elle se mit à pleurer, l’émotion d’être si près mais pas à lui la fit couler dans un gros chagrin. Elle fut stressée par la révélation qu’elle devait lui faire au sujet du mensonge, se disant qu’elle le perdrait de toute manière quand il allait l’apprendre. C’était des larmes qu’elle avait très longtemps retenu, ça lui faisait très mal dans tout le corps de le faire devant lui et ça l’apaiser aussi car elle avait retenu le flot pour que ça coule devant lui. Il était le seul qui pouvait soigner son chagrin.

Pendant qu’elle pleura c’est aussi un bataillon de mots sans dessus sans dessous qui coulèrent à pic pendant qu’elle restait devant lui, comme une épave dans sa doudoune minable.


Elliot, je t’aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime, pleurait-elle, ça me fait tellement mal! J’ai été nulle, j’ai fait trop d’erreurs! Je t’aime si fort que ça me fatigue de t’aimer! Je voudrais que tu me délivres... aime-moi, je t’en prie! Je n’arrive plus à vivre comme ça. Si tu pouvais savoir comme je t’aime et comme je m’en veux de t’aimer à ce point!! J’ai fais des vilaines choses pour arriver jusqu’ici... tu vas m’en vouloir mais je ne savais plus comment résister... Je t’ai vu au mémorial, et je n’ai pas pu t’approcher. Je suis venue à tous tes concerts mais il y avait toujours quelque chose qui m’empêchait de venir à toi, les gens, la foule, les gardes du corps... je suis allée chez ta grand-mère, elle ne m’a même pas reconnue dans toutes tes fan, alors je suis partie sans rien dire, à chaque fois que quelque chose m’empêchait. C’était comme si tu avais lancé les chiens chasseurs du destin contre moi pour te venger de ce que je t’ai fait. Je t’aime tellement, Elliot, c’est insupportable à porter, il faut que tu m’aides, délivre-moi de toi... je t’ai menti aussi... il n’y a pas de productrice qui t’attend, j’ai tout crée, j’ai tout inventé pour pouvoir t’approcher et avoir ton adresse... pardonne-moi, vraiment, I am so stupid for you, je te l’ai déjà dit, tu me rends débile.

Les sanglots lui arrachaient toute sa force, sa voix était devenue rauque et cassée. Elle avait des picotements dans le nez, son visage était tout rouge et tout mouillé. Elle ne voyait plus Elliot. Ca lui faisait peur qu’il disparaisse derrière les larmes car juste avant qu’elle pleure, c’était peut-être la dernière fois qu’elle l’avait vu nettement et elle trouvait que ce n’était pas assez.
Revenir en haut Aller en bas
Elliot O'Malley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 321
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Interpète, acteur et compositeur
Avatar : Sonneper lol
Date d'inscription : 09/10/2007
Coup de coeur : 85
Gallions : 7303

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Jeu 3 Avr - 10:02

On est mal barrés dans la vie si t’es déjà fatiguée de m’aimer au bout de deux ans...

Ma voix se veut douce. Elle l’enlace en même temps que mes bras. Je la serre, pas trop fort, mais je la serre.
Je rêve pas, c’est bien Jay que je tiens dans mes bras. Je la sers contre moi, j’ai enfin son visage contre mon cou, son parfum dans mes narines engourdies, ses sanglots me bénissent. Je me sens enfin complet avec elle près de moi. Il n’y a rien, pas un disque d’or, pas une Maeve ou un gros bâtard, pas un concert, une musique ou une guitare qui pourra se mettre en travers de mon plaisir et de mon soulagement.

Je comprends maintenant, je sais ce que ça veut dire: un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Ma ville n’est que mirage sans elle, ses joyeux habitants ont fui. L’apocalypse les guettait à chaque matin que Merlin faisait. C’était la fin du monde des sourires, de l’envie, de l’entrain, du goût des choses. Il y a toujours quelque chose de presque insipide dans le goût des victoires quand ceux qu’on aime ne sont pas là pour être fiers de nous, heureux avec nous, proche de nous. Ce sont leurs yeux que l’on veut séduire. Leur amour que l’on veut couronner en réussissant notre vie.
Moi, en tout cas, c’est comme ça. En dehors du plaisir de jouer, de danser et de chanter, il n’y a rien dans ce qui s’ensuit qui soit réellement pour moi. Je veux êtres quelqu’un de bien pour les autres. Pour elle...

Comment devient-on musicien? Il y a d’abord une passion. On ne sait pas quoi en faire. Puis, des fois, il a l’obsession. Mon obsession, c’était Jezabel. On aimerait l’exprimer, on voudrait réellement trouver le moyen de raconter tout ce qu’on se sent, le bien, comme le moins bien... alors on commence par écrire une chanson. On laisse le corps s’exprimer et il danse nos musiques et nos mots. On s déchaîne. Avant de s’en apercevoir, on ne peut plus se passer de cette expression... alors on l’applique pour tout. L’art devient le journal intime de notre être et de notre mal être. J’ai m’a fait.


Qu’est-ce qu’on deviendrait sur toute une vie... ça serait minable.

Je blague mais j’ai pas envie de blaguer. Pour le moment, je me fous un peu de tout, si je pouvais arrêter le cours du temps, j’aimerais juste rester comme ça, calmer doucement ses larmes, la protéger, avec sa chaleur près de moi. Enfin, non, j’aimerais plus, je le sens dans mon ventre, mais pour l’instant, tout ça me suffit. Elle est là. Retour au berceau, je veux être son berceau... mais il y a Maeve. Je vais le résoudre...

♠ Je te promets de résoudre ma vie pour t’accueillir dedans, ma Jay, la Jay de personne d’autre. ♠

Je recule en l’attirant avec moi. On est resté longtemps enlacés. Ses larmes se sont apaisées.
Un coup de baguette, je lui retire son gros manteau à plume chelous pour le pendre de nouveau à la patère. Puis, comme je m’assois, je l’assois à côté de moi sans la quitter d’une seconde. On se cale comme jadis, je caresse ses cheveux blonds qui coulent dans mon cou, j’ai tiré l’élastique sans demander, ses cheveux, je les aime détâchés.

Elle est à bout, je suis nul en mot qui sont pas chantés. Comment faire pour avancer? Je lui dois des explications ensuite elle, elle me racontera ce que c’est que cette histoire de fausse productrice.

Je ne sais pas trop si elle s’endort sur moi ou quoi... elle ne bouge plus, respire doucement, sa main posée sur mon ventre et sa tempe sur mon cœur.

Jezabel... tu me dis toujours des choses magnifiques, tu fais toujours des trucs émouvants pour moi... en échange, je n’ai jamais rien fait. Pourtant, Merlin sait comme ça me démange. Si c’est toi qui as écrit ce scénario, je... c’est dingue.

Je viens d’avoir une idée... y’a un gros bâtard qui va pas être content mais je m’en fous.

T’es dingue... bon, je rigole doucement, ça fait bouger sa tête mais elle, elle ne bouge pas. Je sais toujours pas si elle dort ou si elle écoute. Tournons-le alors... si ça peut te faire rester dans ma vie de fou, tournons-le. Tous les deux.

Jay ?

Tu dors ?


Oui, elle dormait...

Ca me fait sourire. Je bouge pas, pour ne pas la réveiller. Une heure passe avant qu’elle rouvre les yeux... je somnole avec elle. J’en avais besoin aussi.


21 ans
Sing Sing
Irlandais
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 09/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 6857

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Mer 23 Avr - 11:20

Quand Jezabel ouvrit les yeux, c’était presque comme si elle ne s’était pas réveillée. C’était comme dans un rêve. La respiration faible et constante d’Elliot bruissait sur son front, ses bras protecteurs pesaient autour d’elle comme une charmante prison, la température de son corps avait légèrement augmenté, alors elle savait qu’il s’était endormi. Elle bougea doucement pour se redresser et tourner son visage pour le voir dormir.

Il était beau et paisible.

Après un coup d’œil à une horloge qui tiquetait au mur, elle s’empressa de le réveiller. Si ça lui était permis, elle l’aurait embrassé pour le sortir du pays des rêves mais dans sa situation, il valait mieux pas.


Lilo... dit-elle tout bas... éh, réveille-toi, le rendez-vous c’est dans quarante minutes et on n’a rien préparé...

Elle attendit qu’il ouvre les yeux et qu’il revienne sur terre pour lui faire part du rêve organisé qu’elle avait fait. Elle s’était endormie en pensant au bonheur de l’avoir retrouvé puis son rêve était devenu plus stressant et sa conscience l’avait rattrapé. Elle voulait vraiment qu’ils trouvent une façon de faire ce film, elle avait envie d’avoir un projet avec lui car il était un homme occupé et s’ils ne partageaient pas un projet, se revoir allait être difficile. Ca lui donnerait une bonne excuse de le revoir jour après jour.

Il fallait le convaincre mais c’était sûr que Maeve n’allait pas être fan de l’idée.


♥ Mais c’est pas mon problème! ♥

J’ai pensé à quelque chose, Oma... et si au rendez-vous on présentait un nouveau scénar? On dirait à ton agent que l’autre productrice est... heu... est morte d’une morte subite? Oh, non, non, on peut pas faire ça... pauvre Louange Deb... je peux aller chercher des producteurs, des gens qui seraient intéressés par un projet de film avec toi et tous les deux on peaufinerait le script...

Après un silence, elle se cala de nouveau contre lui, sa tête sur sa poitrine pour qu’il voie pas ses yeux anxieux.

J’ai envie qu’on crée quelque chose tous les deux parce que j’ai peur de ne plus te revoir si je passe le pas de cette porte sans avoir la certitude que quelque chose me fera revenir vers toi...
Revenir en haut Aller en bas
Elliot O'Malley
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 321
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Interpète, acteur et compositeur
Avatar : Sonneper lol
Date d'inscription : 09/10/2007
Coup de coeur : 85
Gallions : 7303

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Mer 30 Avr - 12:54

Je n’ai pas grand-chose à dire pourtant je pense beaucoup. Il a des mots que je retiens mais qui s’écrasent contre mon palais. Ils veulent forcer le passage, émettre les idées qui se bousculent dans ma tête et traduire les sentiments que l’anxiété de Jezabel provoque en moi. Mon souffle se bloque dans ma poitrine pour ne pas porter ces paroles hors de ma bouche.
Je reste silencieux un long moment et j’attends de voir ce que deviendra la frustration de ne pas pouvoir lui dire certaines choses.

Si je pouvais tout faire sans avoir peur de blesser quelqu’un, je lui dirais probablement qu’elle n’a pas à avoir peur, que si on me demandait ce que je voulais, là, maintenant, ça serait simple. Je voudrais tout plaquer, me barrer avec elle sur une autre planète où on me prend pas la tête. Je me contenterais d’une guitare et de son corps. Je chanterais pour elle des trucs où je lui jure qu’elle me prend la tête comme personne mais que j’aime ça, que j’aime les emmerdes s’ils viennent d’elle. Je lui chanterais que je connais aucune poésie, aucun vers qui ne rime pas avec elle. Enfin, je voudrais certainement lui faire l’amour et me perdre des heures, ne plus savoir qui je suis, éprouver mon désir jusqu’à la nuit des temps, perdre les notions communes d’espace et de temps... parce que je suis tellement rassuré et heureux qu’elle soit là après tout ce temps et qu’elle non plus ne m’a pas oublié.

Puis avec plus de courage, je dirais à Maeve: "ouais, salut, je suis désolé, on va devoir s’arrêter là. Je peux pas me forcer à être amoureux, j’ai essayé de l’oublier, ça marche pas. Elle est une partie de moi que je le veuille ou pas."

Jay s’exprime toujours avec une liberté que je lui envie. Quand on l’entend parler on a l’impression que, dire ces choses, c’est facile. Les mots viendraient tous seuls comme soufflés par un super dramaturge ou un ingénieux dialoguiste qui saurait toujours ce qu’il faut dire au moment où il faut le dire.
Pour moi ça ne l’est pas, facile. J’ai pas de super dialoguiste dans ma tête. Mes mots s’empressent contre mes dents mais je ferme bien ma bouche, je veux rien céder. Je sais pas trop pourquoi... peut-être parce que j’ai encore du mal à m’imaginer dire à Maeve: "ouais, salut, je suis désolé, on va devoir s’arrêter là. Je peux pas me forcer à être amoureux, j’ai essayé de l’oublier, ça marche pas. Elle est une partie de moi que je le veuille ou pas."

Ou alors, c’est que j’ai pas envie d’arrêter ma carrière parce que j’aime ce que je fais. Peut-être que je vais l’aimer d’autant plus si, comme Jay le propose, nous avons un projet commun qui nous ramène l’un vers l’autre... on prend le professionnalisme pour alibi et advienne la suite.

Je la serre un peu lus fort. J’ai rien dit de ce qui me passait par la tête pour la rassurer.
Je souris un peu et j’acquiesce à son idée.


Je ne sais pas qui est Louange Deb mais je trouve que la tuer sans raison, ne serait pas très cool. On va aller voir Stefano tous les deux et je vais seulement lui dire qu’il y a un changement de plan.

Je redresse Jay pour voir sa tête. La seule façon que je peux la rassurer c’est en lui montrant dans mes yeux. Elle verra la certitude qu’on se reverra... les autres sont un détail maintenant que je l’ai près de moi.

Je vais lui présenter Jezabel Jackersson, une ancienne amie d’école, qui a écrit un beau scénario. Je vais lui demander de sortir son gros carnet d’adresse pour trouver des producteurs associés pour réaliser ce film. Les studios nous trouveront un bon réalisateur et on misera sur la promo pour que chacun retrouve son investissement. Et moi, je vais enfin utiliser mes billes dans un truc que je kiffe... toi. Je fais le film si tu fais Jane.


21 ans
Sing Sing
Irlandais
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 09/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 6857

MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   Lun 5 Mai - 17:59

Tout ce que tu veux... ça va être catastrophique mais je te lâche plus. Tout ce que tu veux Elliot...

Jezabel se redressa à la hauteur du visage d’Elliot. Elle lui vola tout son visage pour le mettre dans ses yeux et ça la fit sourire de pouvoir le voir de si près. Mais elle ne loucha pas, elle n’était pas si près que ça et elle n’allait pas tout détruire en faisant la moche!! ^^

Comme il était beau.

Ca la rendait folle d’être contre lui et qu’il ne soit pas à elle. Mais il le serait, il le fallait, il n’y avait pas de vie sans O’Malley. Ca ne pouvait pas être possible dans sa tête qu’ils ne finissent pas un jour ensemble. C’était peut-être pas pour tout de suite mais un jour, quand même. Y’en avait marre d’attendre mais malgré ça, elle s’apaisa.


Tu me kiffes? dit-elle en souriant tendrement.

Ses yeux regardaient sa bouche. C’était tordant de ne pas pouvoir l’embrasser. Elle sentait l’électricité qu’il y avait entre eux. Elle reconnaissait son regard parce qu’elle avait décodé tous les sourires et tous les regards d’Elliot qu’elle gardait soigneusement rangé dans son cœur. Quand il lui faisait un regard à la "Oma Style" Very Happy la bibliothèque virtuelle de Jay s’ouvrait, provoquant des battements automatiques du coeur et elle décryptait de quoi il s’agissait.

Par exemple, maintenant son cœur battait très fort car elle avait compris ce qu’était ce regard. Il la désirait.


Good timing...



Quand on dit des choses comme ça, on se sent toujours un peu gnangnan parce que l’amour a une grosse disposition au ramollissement de cerveau. C’est dur de ne pas se laisser patauger dans des roman à l’eau de rose, c’est si beau les roses. N’est pas poète qui veut.
Jay elle parlait, elle déchiffrait mais elle n’était pas poète, elle avait jamais eu d’inspiration particulière sauf en ce qui concernait cet être inqualifiable et pourtant si tragiquement important dans sa vie, qui se tenait contre elle.

Elle trouvait ça tragique de l’aimer à ce point. C’était tellement tragique d’aimer quelqu’un.
Elle ne comprenait pas pourquoi ce sentiment amoureux ne la laissait pas tranquille.
Elle était incapable d’expliquer pourquoi c’était lui et personne d’autre mais des fois, elle aimerait bien se l’expliquer. Juste pour comprendre comment ça marchait. Elle aurait bien aimé qu’on lui explique un jour pourquoi ça la rendait malade et folle.
Elle s’en foutait d’un peu tout mais quand ça le concernait, ça devenait une affaire d’état, quelque chose de très douloureux, comme des questions de vie et de mort.

Quand on y pense, aimer comme ça, c’était pas normal. Aimer tout court, c’était pas normal. Ca faisait penser différemment, ca changeait les gens, leur vocabulaire, leur comportement et leur pensées.

Jay elle pensait pas qu’elle aimait Elliot mieux ou plus que n’importe qu’elle autre fille pouvait aimer son amoureux. Elle pensait juste qu’elle l’aimait tragiquement.

Depuis qu’elle s’était réveillée, elle ne pouvait pas fermer les deux secondes sans revoir des flashes instantanés du corps nu d’Elliot contre le sien sous des gradins du stade de Quidditch deux années plus tôt. Elle y repensait très souvent. Ca l’envoyer balader dans une autre dimension galactique. C’était une impression très forte et très soudaine qui lui coupait l’oxygène puis ca repartait aussi vite et elle revenait sur terre.

Ca faisait partie du tragique amour dont elle parlait. Elle n’osait plus fermer les yeux car sinon elle ne les reouvrait qu’en rougissant sottement et regrettait de ne pas pouvoir manquer impunément de respect à Maeve.

Jay avait réalisé qu’Elliot ressentait la même chose. Ca rendait plus dur l’écartement physique. Pour avoir une pratique assez poussé ès O’Malley, elle savait que c’était même aps la peine d’y songer tant qu’il serait avec Maeve.

Qu’à merlin ne tienne, Jay n’insisterait pas car le simple fait de savoir et de ressentir le cœur d’Elliot battre de nouveau a l’intérieur du sien, la comblait.

Elle ferma les yeux, inspira comme si elle allait plonger dans une piscine d’eau très profonde et retint son souffle. Un nouveau flash la renvoyé sous les gradins. Le flash contenait sa main sur la peau tatoué d’Elliot qu’elle pressait avec anxiété quand il était entré en elle pour la première fois de sa vie. Jay pensait qu’elle n’oublierait jamais cet instant. A la vérité, elle n’aurait jamais cru que ca serait Elliot qui lui prendrait sa virginité, à l’époque elle avait complètement laissé tombé l’idée. Si il y avait bien une chose qu’elle n’avait pas fait de travers dans sa vie, c’était de la lui avoir offert. A lui.

Il était son tragique et inqualifiable amour.

Elle patienterait tant qu’il faudrait.


Moi aussi, je te kiffe.



Fin, on n’a pas besoin de plus. Je veux rester sur ça, s’il te plait. Je ne veux pas savoir ce que tu en penses, garde-le pour toi =)
j'avais envie de l'écrire, j'y pense depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bad timing (Suite Elliot O'Malley)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bad timing (Suite Elliot O'Malley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ELLIOT Berger Mâle 6 ans
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» urgent caniche de 12ans à placer suite décés ADOPTE
» Arrival of June O'Malley
» Qu'avez vous pensez de Crimson Shell?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Habitations & jardins-
Sauter vers: