PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Un air de piano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un air de piano   Jeu 31 Jan 2008 - 21:33

Luke était au bureau des divertissements. L’endroit n’était pas très fréquenté, mais très calme et le calme en était reposant. A condition d’aimer le calme. A condition d’aimer la solitude. Luke n’appréciait pas. Il était donc, seul dans cette salle qui paraissait très froide. Contrairement, à ce que le jeune homme s’était dis le soir de son arrivé dans l’université, il ne s’était pas refait un groupe d’amis. Il avait bien des connaissances des gens dans sa section, mais pas véritablement e pote comme lors de ses années Poudlard. Tout le monde était si débordé, si pleine travail. Surtout chez les phénix. Bref, il se sentait seule et cette salle austère renforçait son sentiment de solitude. Pour autant, il n’était pas malheureux. Ses résultats étaient excellents, maintenant qu’il prenait la peine de travailler.

C’était d’ailleurs pour du travail qu’il était dans cette salle. Elle était disponible pour les étudiants souhaitant faire des activités ludiques. Il avait pris, en s’inscrivant à phénix zone (2) une activité artistique. Une option artistique et sportive était obligatoire. Il avait pris Quidditch pour le coté sportif et musique pour le coté artistique. Et puis ces options étaient plus des moments de détentes que de travail, il avait donc pensée que ce serait tranquille. Mais pas du tout en réalité. On leur demandait d’avoir un niveau d’excellence. Autant pour le Quidditch il douée presque naturellement, mais pour la musique une bonne oreille ne suffisait pas. Il devait donc travailler et beaucoup. Il était donc venu dans cette salle pour bosser son aptitude au piano.

Sa mère lui avait appris à se servir de cet instrument. Ce n’était pas complexe mais cela réclamait beaucoup de travail. Il devait donc passer ½ heure par jour presque pour obtenir le niveau requis. Il avait également du apprendre le solfège, lui qui jouait uniquement à l’oreille. Malgré cela il ne parvenait pas à regretter cette option. Jouer était apaisant. Il était absorbé tout entier par la musique. Ce n’était pas souvent qu’il arrivait à se concentrer véritablement sur une activité. Il était trop indiscipliné pour ça. Peut être qu’il murissait ? En même temps à presque 19 ans, il était temps !

Il était là, au milieu, jouant sur le piano un air un peu jazzy, ses mains grandes et plutôt fines pour un homme se posaient sur les touches d’un blanc immaculé, flottant parfois sur les noirs, à mesure qu’il improvisait l’air dans son esprit. Pendant environs 10 minutes, il avait joué le vieil air moldu qu’on lui avait demandé puis s’étant lassé, il était partis dans un délire avec lui-même. Ses yeux bleus étaient à demi fermé et son ouï entièrement dirigée vers les notes qu’il tirait du piano à queue. L’air était un peu mélancolique, rapide cependant, ses doigts agiles survolait presque les touches, on avait du mal à en suivre tout les mouvements. Son corps longiligne était penché vers le clavier et ses pieds actionnaient les pédales de l’instrument. Ses lèvres étaient courbées vers la droite en un demi-sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 10/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 7165

MessageSujet: Re: Un air de piano   Jeu 31 Jan 2008 - 22:17

Jezabel entra en trombe dans la salle de divertissements, on aurait dit qu’elle était poursuivit par un détraqueur qui portait du dégriffé. Elle ferma précautionneusement la porte derrière elle puis elle se retourna. Elle respirait très fort, à cause de sa course alors elle essaya de se calmer pour reprendre son souffle adossé contre la porte qu’elle verrouilla d’un coup de baguette. C’est seulement après avoir contrôlé plusieurs fois par la serrure fermée de l’autre côté de la porte qu’elle se rendit compte que quelqu’un quelque part pas loin jouait du piano.

Elle marcha sur la pointe des pieds jusqu’à la source musicale, espérant bêtement que ça soit Lui. Il n’aurait pas voulu quitter Poudlard après le mémorial du combat blanc du début janvier.

C’était très bête comme pensée mais comme c’était dans sa tête elle n’eut pas a en rougir.

Elle avanca toujours vers la salle adjacente et au lieu de voir sa silhouette d'irlandais du terroir (elle soupira de déception), il y avait un garcon qu’elle voyait soit à) Phoenice soit à Hawk ring, parce que c’étaient les seuls filière qu’elles ne connaissaient pas beaucoup les gens, c’étaient les filières réputées pour leur complexités.

Elle écouta la musique sans faire connaître sa présence mais au bout de quelques temps, comme elle commencer à renifler en pleurant stupidement sur des vieux souvenirs, il était impossible au pianiste d’ignorer sa présence. Elle s’était recroquevillée sur elle et assise par terre à coté de l’entrée du bureau dont la porte restait ouverte. Il y avait un temps où il lui jouait des airs pour lui changer ses idées noires. C’était il y a environ mille ans.


Désolée, murmurât-elle en reniflant de plus belle, en plus je dois être affreuse avec tout mon mascara qui dégouline et mon nez qui coule... je voulais pas t’interrompre.


♣ Elliot... ♣
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de piano   Ven 1 Fév 2008 - 20:05

Il n’avait pas entendue la tumultueuse arrivé de la jeune femme dans la pièce d’à coté, il était trop absorbé à ce moment là. Il ne l’avait pas plus entendu se glisser telle une petite sourie dans la pièce qu’il occupait. L’air qu’il était en train de jouer évoluait doucement. Les sonorités devenait, plus entrainante et moins jazz. Il allait vers des notes qui rappelaient plus une vieille balade irlandaise que sa mère lui avait souvent chantée. Elle lui rappelait son pays, Dublin, l’endroit ou il avait toujours vécu. Il avait l’habitude et l’endroit ne lui manquait plus maintenant pour autant, il appréciait le charme ancien de la mélodie qu’il était maintenant en train d’interpréter dans son intégrité.

Il n’entendit pas les premiers sanglots, cependant, la plainte augmentant en intensité il cessa de jouer et se retourna. Il vit une jeune femme blonde, assise par terre juste à coté de la porte. Elle était élégante, tant par la position qu’elle adopté que par ses vêtements qui semblait être provenir de chez un grand couturier. Par contre effectivement, le noir sur ses joues c’était moins classieux.




Désolée,en plus je dois être affreuse avec tout mon mascara qui dégouline et mon nez qui coule... je voulais pas t’interrompre.


Lui dit-elle en sanglotant de plus belle. Il hésita. Il n’aimait pas trop les chouineuse. Et celle là avait l’air gratinée, emplie d’une sensiblerie qui lui donnait envi de vomir. Luke était bon pianiste, beau garçon, intelligent et sportif, mais ce n’était en rien un gentil garçon se précipitant au secours des jolies filles. Ce n’était pas le prince charmant et d’ailleurs, il n’avait aucune velléité à revendiquer le titre.

C’est fait maintenant


Remarqua-t-il d’un ton sarcastique.

Tu… n’as pas trouvé de meilleur endroit pour venir chouiner ?

Lui demanda t il. Luke était un ancien Serpentard et les dissensions entre maisons avaient beau être réduite, il n’avait pas été envoyé dans la maison de Salazar sans raison. Ses yeux bleus océan étaient posés sur la jeune femme. Son regard, s’il était appréciateur étant donné qu’elle était plutôt jolie quelque part sous sa couche de maquillage dégoulinant, était aussi sévère. Il n’appréciait pas l’interruption était cela était évident. Et après MÔnsieur s’étonne de ne pas se faire d’amis…
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 10/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 7165

MessageSujet: Re: Un air de piano   Dim 3 Fév 2008 - 15:56

Jezabel sécha ses joues avec le dos de sa main. En même temps qu’elle effacait les signes de faiblesse, elle effaçait l’image d’Elliot pour ne se concentrer que ce sur ce gros troll qu’elle avait en face d’elle. Elle sourit en se redressant avec élégance, veillant à ne pas poser les mains sur le sol. Ses gestes longs et prestes lui donnaient des allures de poupée en caoutchouc.

Elle fit mine d’épousseter son vêtement et durant tout le temps qu’elle usa pour reprendre le dessus, elle n’adressa aucun regard au pianiste.

Puis elle fit trois pas vers lui en le perçant de ses yeux, se qui contredisait son sourire aimable.


Excuse-moi d’avoir abîmé tes fausses notes, Wolfgang.

En un déhanché sensuel, elle s’appuya sur le clavier, le martyrisant au point de lui extorquer un son cacophonique et irritant. Elle se pencha au-dessus du jeune homme en l’embrochant des yeux. Elle le toisa longtemps avant de faire jaillir de sa gorge une voix grave et langoureuse qui détonnaient face à ses paroles:

Quand on n’a pas de coeur, pas de consistance, on ne joue pas de musique... tu devrais laisser tomber l'art, c'est pas pour toi, chéri.

Elle afficha tout à coup un sourire magnifique et enjoué puis tourna sur elle-même en respirant un grand coup, croisant ses bras sur sa poitrine comme si elle tenait un partenaire imaginaire. Elle marcha vers une fenêtre pour contrôler le ciel avec un air rêveur:

Mouaaaa! Ca fait du bien de pleurer! Ca faisait trop longtemps que je n’avais aps pleuré! miaula t’elle en changeant d’humeur du tout au tout, retrouvant une voix plus douce. Je m’appelle Dorothy, mentit-elle en décroisant les bras, et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de piano   Dim 3 Fév 2008 - 16:29

La poupée Barbie prenant tout son temps, Luke décida de ne plus lui accorder un regard. Il se détourna se remis sur son fauteuil et se cala confortablement. Il allait se remettre à jouer. Les mains en l’air, il était en train de se demander quel air allait-il entamer. Quand-il se fut décidé et qu’il allait entamer quelque chose de gai, car se défouler sur cette petite pimbèche l’avait mis de bonne humeur, c’est alors qu’elle se ramena d’une démarche provocante. Trop provocante, même pour Luke. Il aime les jolies filles qui savent ce qu’elles veulent mais, là c’était trop. Elle en faisait beaucoup. Il ne savait pas ce qu’elle avait en tête mais sa petite démonstration était proprement ridicule. Il haussa un sourcil et la regard faire avec un air navrée.

Et là, elle l’insulta carrément, martyrisant son piano, d’une espèce de coup de poing. Il grimaça au son qui sorti du pauvre instrument. Elle se tenait là devant lui, lui jetant un regard noir. *Mais pour qui elle se prend celle là ?* Se demanda t il en la regardant avec un air de dégout. Il n’aimait pas les petits machins qui se prenaient pour des starlettes.

Quand on n’a pas de coeur, pas de consistance, on ne joue pas de musique... tu devrais laisser tomber l'art, c'est pas pour toi, chéri.

Lui balança-t-elle d’une voix langoureuse. Et en plus elle ne savait accorder ses propos avec son air ! Elle ne ferait pas une bonne actrice…

Et toi tu es ridicule. Mais pour qui tu te prends à la fin, avec tes airs de Baby Doll.

Et cela n’était pas un compliment dans la bouche de Luke. Mais la jeune femme pris un autre air. Il savait s’y prendre avec les petites pestes, mais elle venait de le déstabiliser. Sa voix devient plus douce et son regard rêveur. Il l’observa. Il ne savait pas s’il devait l’insulter ou bien entrer dans son jeu. Qui sait si elle ne changerait pas d’avis d’ici 5 minutes ? Il décida de rester sur ses gardes.


Je m’appelle Dorothy, et toi ?

Il hésita mais finit par répondre.

Luke.

Il n’avait aucune raison de mentir et pas la moindre de croire que la jeune femme venait de la faire avec lui. Il cessa de la regardait et se tourna vers son piano. Il n’avait plus envi de jouer cet air enjoué. Il entama quelque chose de plus calme, de plus triste. Il n’avait peut être pas de cœur, mais il avait une âme et c’était elle qui s’exprimait lorsqu’il jouait.
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 10/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 7165

MessageSujet: Re: Un air de piano   Dim 3 Fév 2008 - 17:31

Par un procédé élémentaire qui s’appelait l’indifférence, Jay laissa couler sur elle les habituels regards qu’elle provoquait sans cesse quand elle adoptait son comportement de diva. Elle en avait tellement l’habitude qu’elle ne les voyait plus ces regards. Baby Doll avait été l’insulte la moins méchante qu’on lui ait retourné. Elle avait même souri imperceptiblement devant l’air outré de monsieur sans cœur.

Le nez à la fenêtre donnant sur le parc, elle regardait celui qu’elle fuyait qui s’escrimait à demander à tous ceux qui passaient s’il n’avaient pas vu Jezabel Jackersson. D’un coup, elle se recula de la vitre et fit volte face vers Luke, il venait de dire qu’il s’appelait Luke. Dehors, l’autre avait failli la voir. Elle grinça des dents puis effaça au plus vite cet air déconcerté pour s’intéresser de nouveau au pianiste. Il entamait un air mélancolique. Elle savait maintenant qu’il voulait la dépiter.

Elle s’approcha de lui et hésita à l’interrompre une nouvelle fois. Elle se souvint qu’Elliot parvenait parfaitement à jouer et à parler en même temps, elle déculpabilisa d’ouvrir la bouche:


Tu n’es pas à Moon, toi... je les connais quasiment tous, je leur fais leur photo pour les book ou on échange de bons procédés pour mes défilés...

Tu n’as pas les mains terreuses et cet odeur imperceptible de camphre doré des élèves de Clover, poursuivit-elle en se penchant vers lui pour le sentir. Elle se redressa et s’éloigna un peu, restant loin de la fenêtre qu’elle contrôlait de temps en temps.

Il me reste Hawk et Phoenice car Unicorn est ma filière et je ne t'y ait jamais vu... J’aurais eu tendance à effacer Hawk car ils ont un air concentré et à la fois trublion et farceur que tu n’as pas... mais ceci n’étant qu’une généralité. Et ne dit-on pas qu’il faut se méfier des apparence elles sont souvent trompeuses. Tu n’es pas vilain, à Phoenice, ils ont les garçons les plus séduisants, je suis d’ailleurs sûre que c’est pour ça qu’on les a mis dans les caves, pour les cacher au reste de l’école et qu’ils restent concentrés, caché comme une denrée rare... je chauffe un peu?

Jezabel était maintenant assise sur une chaise en bois, à côté de Luke dont elle regardait les mains évoluer sur le clavier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de piano   Dim 3 Fév 2008 - 22:56

La jeune Dorothy ne risquait pas de provoquer des regards intéressés de la part de Luke. Il n’aimait pas du tout les filles faciles. Le style rose bonbon, une poupée qui n’aimait que s’habiller en haute couture. Ce n’était pas du tout son style. Le rose avait d’ailleurs tendance à lui sortir par les trous de nez. Ce qui expliquait pourquoi dans sa bouche Baby Doll était une insulte. Il jouait sans se souciait d’elle. Cependant, le jeune homme n’avait apparemment pas la même capacité de concentration que l’ex-chéri de Jézabel. Lorsqu’elle commença à faire des suppositions sur sa maison d’origine, il du finalement s’arrêter et il en profita pour lui jeter un regard agacé.

Tu n’es pas vilain, à Phoenice, ils ont les garçons les plus séduisants, je suis d’ailleurs sûre que c’est pour ça qu’on les a mis dans les caves, pour les cacher au reste de l’école et qu’ils restent concentrés, caché comme une denrée rare... je chauffe un peu?

Débita-t-elle. Cependant, Luke avait suffisamment la grosse tête pour ne pas se sentir flatter. Il n’avait qu’à se regarder dans la glace pour savoir qu’il était canon. Il n’avait pas besoin d’elle. Depuis quelques temps, il avait dans l’idée qu’il n’avait besoin de personne. Il commençait à appréciait sa solitude tant redoutée.

Tu brûle ! Heureuse ?

Lui lança-t-il d’un ton sarcastique.


Si ça ne te dérange pas Baby Doll, j’essaye de travailler ! Si je n’ai pas de cœur, j’ai du talent et ça ne viens pas sans rien. Et avec ton babillage infernal, j’ai du mal à me concentrer.

Il avait tourné ses yeux d’un bleu très clair légèrement grisés, vers ceux un peu plus foncé de la jeune femme. Son ton n’était plus sarcastique, il lui demandait presque gentiment de se taire. Presque.
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 10/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 7165

MessageSujet: Re: Un air de piano   Lun 4 Fév 2008 - 22:52

A quoi bon s’acharner ? Jay n’était pas maso, elle n’insisterait pas à essayer de faire la conversation avec le venimeux élève de Phoenice Zone. Elle sourit en coin après sa remarque et resta assise sur sa chaise à mirer à l’extérieur ce pauvre Steve Shepard. Il n’avait l’air de rien avec cette chemise à carreau au col relevé. Au moins s’il s’aventurait ici en demandant Jezabel, Luke lui répondrait de son air contrit qu’il n’y avait pas de Jezabel ici, à peine une Dorothy, baby doll envahissante et bavarde.

Il lui avait demandé de se taire, pas de partir. Elle le prenait au mot et se tut mais ne partit pas.


Elle releva sous son menton ses genoux, croisant ses jambes au niveau des chevilles sur la chaise et les entourant de ses bras. Ecoutant la musique, elle rêvassa et se reposa de la journée qu’elle venait de traverser, se sentant bizarrement plus en sécurité dans cette salle paumée avec ce type aussi froid qu’une qu’une culotte de grand-mère que dehors à échapper au pot de colle ambulant qu’était Steve. Pour le repousser une bonne fois pour toute, Jezabel lui avait lancé un sortilège un peu spéciale qu’elle seule pouvait annuler. Elle trouvait que c’était une bonne punition de le laisser avec des dents longues comme celle d’un rongeur et la face pleine de pustule.

♣ Non, je ferai pas ton book tête de niffleur et encore moins avec la tête que t’as! ♣

Elle se prit à glousser pour elle et vérifia aussitôt auprès de l'autre présence de la salle qu’elle ne l'avait pas trop déranger. Au lieu de retourner à ses rêveries, elle le dévisagea ensuite longtemps pendant qu’il jouait, l’observant jusqu’à ce qu’il sente ses iris sombres posées lourdement sur lui mais elle avait obéi, elle ne parlait toujours pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un air de piano   Lun 4 Fév 2008 - 23:22

Luke avait donc, pu reprendre son entrainement. Il ne jouait toujours pas le thème sur lequel il était sensé s’exercer. Il aimait vraiment cette balade Irlandaise et il avait bien l’intention de la jouer d’un bout à l’autre. Evidement, il finit par sentir le regard insistant que la jeune femme posait sur lui. Il ne se retourna pas pour autant. Il voulait aller jusqu’au bout de se morceau et ce n’était pas cette poupée blonde qui allait l’en empêcher. Il l’avait bien entendu gloussé mais il arriva pourtant à rester entièrement centré sur ses mains qui volaient au dessus du clavier.

La jeune femme insistait cependant et peu à peu il perdait sa concentration. Il finit par faire quelques fausses notes. Il s’acharna pourtant et finit par terminer son entrainement tant bien que mal. Il s’arrêta et soupira. Il finit par se retourner vers la jeune femme. Il la fixa quelques instants avant de se décider.

Quoi ?

Demanda-t-il sobrement. Qu’est-ce qu’elle fichait là à la fin. Elle n’avait pas d’ami ? Pas de petit copain à aller enquiquiner ? Pourquoi était-elle venue ici ? Pourquoi avait-elle besoin de le fixer de cette façon ? Elle ne savait plus comment tuer le temps ?

Tu n'a personne d'autre à fixer de la sorte ?


Finit-il par lui demander. Le fixer de ses yeux. Des yeux qui n'était pas si moche finalement. En faite elle était plutôt jolie cette fille. Trop barbie à son goût mais pas mal. Bah, il s'enfichait de toute façon. Des filles comme elle il y en avait plein et celle là devait probablement être prise, pour pleurer de la sorte dans une salle de musique. . .
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Jackersson
● University ●
avatar

Nombre de messages : 82
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Arsenic et vieilles dentelles
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 10/01/2008
Coup de coeur : 21
Gallions : 7165

MessageSujet: Re: Un air de piano   Mer 6 Fév 2008 - 18:37

"Tu n'as personne d'autre à fixer de la sorte ?" demanda-t il

Dans un mouvement burlesque, Jay regarde à gauche, Jay regarde à droite, Jay regarde même sous sa chaise et elle finit par hausser les épaules mimant l’étonnement, non, il n’y avait personne d’autre dans cette pièce à part lui. A moins qu’elle se mette à causer aux tableaux accrochés aux murs.

La musique était de celles du pays d’O’Malley. Il en jouait parfois mais elle ne connaissait pas celle que venait d’achever Luke. Elle nota un accent chez lui mais c’était un peu moins prononcé que celui d’Elliot. Se pourrait il que les deux garçons soient du même bercail ?

Jezabel décroisa ses jambes et cessa de fixer Luke, elle regardait de nouveau dehors:


Tu es beau, dit-elle simplement sans pour autant que ca ait l’air de ressembler à un compliment, c’était plutôt une constatation, tu me rappelais quelqu’un.

Il est probable queLuke fût plus beau qu’Oma mais un truc était certain c’est qu’il dégageait dix fois moins de charme. Il était renfermé, maussade, agressif, tout pour faire fuir.

Elle se leva et épousseta son pantalon en souriant tout en questionnant l’air de rien:


Tu es toujours de mauvaise humeur ou c’est vraiment moi qui t’énerve ? Cinq minutes encore et je m’en vais de toute manière, tu vas être libéré de ma ô combien pesante et envahissante présence, se moqua-t-elle plus de lui que d’elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un air de piano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un air de piano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jouer du piano c'est toujours mieux que de faire la causette à un lycan du moins c'est ce que je croyais...[pv Ava]
» Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']
» Sur un drôle d'air de piano ...
» Un petit morceau de piano pour s'évader et oublier
» 03. "Losing my religion" # Ash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Intérieurs du château :: Salles des fêtes-
Sauter vers: