{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: U.K. InsidersPartagez | 
 

 [Dublin] Lonely Love Day (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Dim 6 Jan - 0:37

Aujourd'hui, c'était la Saint-Valentin.
Aujourd'hui, tout le monde se retrouvait en couple.
Mais Jonathan Mateo était seul.
Seul. Le mot résonnait comme une moquerie à ses oreilles. Depuis qu'il se préoccupait réellement du sexe opposé, il n'avait jamais passé cette journée seul. En célibataire, oui, lors des trois années précédant le jour où il embrassa, sous le saule, I... Elle l'avait laissé il y avait... un mois? Un peu plus? Un peu moins? Il avait perdu la notion du temps. Il voyait les jours et les cours défiler dans sa vie, mais ne pouvait plus les compter. Il était seul.
Sans père, sans soeur, ne voyant presque plus sa mère et sans copine. Il avait perdu nombre d'amis, ainsi que sa petite amie. Il n'osait plus lui parler, ni à ses amies. Il rougissait et baissait les yeux lorsqu'il la croisait ou croyait l'apercevoir. Il feignait d'être occupé lorsqu'elle venait vers lui. Il n'était certes pas sympathique, mais il y avait une raison bien simple , qui ne l'excusait toutefois aucunement : il ne parvenait pas à passer à autres choses.

Aussi, avant que l'annonce d'une quelconque activité pour la St-Valentin soit faite, il avait invité Mélusine à prendre un café, un verre ou peu importe, le plus loin possible de Poudlard. Il savait que, côté coeur, elle avait aussi peiné, et il s'était dit qu'une soirée entre célibataires, ou entre mal-amoureux, choisissez votre terme favori, pourrait être une bonne idée. Pourrait. Il comptait sur Mélu pour remettre un peu d'ambiance, lui-même étant aussi festif qu'un veracrasse. Elle avait cette qualité de toujours avoir la bonne humeur. Il espérait que ses mésaventures ne la lui aient pas enlevée.

Les temps qui courraient étaient durs, certes. Le temps n’était plus ce qu’il avait déjà été : prévisible et ordonné, mais ils devaient vivre avec. La décision d’Isis avait-elle pour but de le protéger? De se protéger elle-même? Aucune idée. Mais à l'image de tout autour de lui, il n'avait pas su deviner, et ça l'avait désarçonné...

Jon apparut dans une ruelle de Dublin, sous le "plop" habituel du transplanage, et soupira. Il devait rejoindre Mélusine à un coin de rue, un peu plus près du centre-ville. Il se mit donc en marche.
Aujourd’hui, Jon était morose.
Aujourd’hui, il voulait penser à autres choses, mais à quoi?
Il en avait décidé d’aller dans un pub moldu. S'éloigner le plus possible de son univers à présent évidé.
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Jeu 24 Jan - 15:21

14 février 2010.
Trois ans auparavant, ils avaient joué Antistayed ensemble. Baiser. Rage. Colère. Ca avait été le début de tout.
Deux ans plus tôt, ils avaient fait une virée nocturne pour retourner dans "leur" clairière.
Un an. Et elle s'était allée à croire que c'était l'homme de sa vie.
Deux mois et huit jours plus tôt. Ca avait été... Quoi? La fin? Le début? Le début de la fin? La fin du début? Il y avait longtemps qu'elle ne savait plus. Deux mois, huit jours et toutes les minutes qui s'étaient écoulées entre.
Aujourd'hui, 14 février 2010, Mélusine avait vingt ans depuis deux jours.

Quelques jours plus tôt, elle avait reçu un hibou de Jon. Invitation à fuir le château. C'était comme ça qu'elle le prenait. Fuir loin.
Dublin. Elle n'y avait jamais été. C'était l'occasion ou jamais.
Et puis, elle ressentait le besoin soudain de voir un visage ami alors qu'elle avait passé son temps à fuir justement. On disait que la fuite, c'était la solution des lâches. C'était celle de ceux qui avaient mal.

Dublin donc. Un faible plop et Mélusine apparut dans Backham Road. Elle regretta soudain d 'être venue en kilt. Le vent sifflait sur ses genoux nus. Et son souffle devenait buée. Avec un frisson, elle décida que la meilleure option était encore de se rendre à son rendez-vous. C'était deux rues plus loin. Avancée à grandes foulées, sans un regard pour les passants. Murmurant un juron en gaélique, elle heurta un lampadaire qui avait eu l'impudence de ne pas s'écarter. Mais elle délirait, les lampadaires, ça ne s'écartait pas.

Au coin de la rue suivante, elle reconnut la silhouette qui arrivait dans l'autre sens. Jon. Elle l'avait beaucoup aimé. dans une autre vie lui semblait-il. Ils étaient devenus amis. Il lui était aussi cher que Lex ou Xaël à présent. Et presque aussi proche. Elle sentit un sourire se dessiner alors qu'il la rejoignait. Elle força encore un peu ce sourire. Elle avait appris à cacher, à dissimuler ces derniers temps. Il suffisait que personne ne regarde ses yeux.


"Jon!"

Son ton avait l'avantage d'être plus chaleureux que l'air ambiant, même si ça n'était pas très difficile. Elle le serra contre elle, ne sachant pas trop si elle lui offrait son réconfort ou si elle prenait le sien. Elle le serra contre elle, un peu plus longtemps que ne le veux un salut à un ami qu'on a vu il n'y a pas si longtemps. Et, alors qu'elle le serrait, elle ferma les yeux de toutes es forces pour ne plus voir les vitrines décorées de guimauve, de rose et de coeur. Elle avait envie de vomir.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon


Dernière édition par le Ven 1 Fév - 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Jeu 31 Jan - 3:31

À mesure qu'il marchait, Jon s'apercevait du froid glacial, comparable à celui du Québec, si ce n'est qu'il était surchargé d'humidité en plus, qui s'évertuait à le mordre. Loin, les années de l'adolescence ou le froid n'était qu'un jouet, un concours que, lorsqu'on le gagnait, le prix était un réconfortant chocolat chaud. Loin l'insouciance des engelures.
Au moins, les jours et les nuits avaient repris leur cour normal. Ou à peu près. Après trois jours de déboussolage, il était difficile d'en être certain.

Il avançait du même pas rapide que les rares hommes d'affaires de Dublin qui se trouvaient dans les rues, après quelques heures de temps supplémentaire. Il ne voyait pas le rouge et le rose qui l'entourait. Comme si les bâtonnet de ses yeux distinguant ces couleurs étaient détruits. Il ne distinguait pas même le rouge des drapeaux qui ornaient la rue et lui apparaissaient vert, blanc et ... gris.
Jusqu'à ce que la crinière flamboyante de Mélusine embrase l'air les séparant et rende à ses yeux la sensibilité pour le rouge (couleur sans laquelle Zyn ne serait rien, ce qui déplairait à son ami!)

Il accéléra pour se rapprocher d'elle. Lui sourit. Il ne lui demanderait pas comment elle allait, car il le savait déjà : elle n'allait pas mieux que lui. Et si ils se mettaient à en parler, ils risquaient simplement de s'apitoyer sur leur sort toute la soirée, et Jon trouvait que lui, il le faisait déjà assez comme celà.

À sa hauteur, il prit son amie et la serra rapidement contre lui, évitant que leur peau ne se touchent, de peur qu'elles ne restent collées ensemble, comme un doigt sur du métal...


-Mélu! Je suis si content! Mais tu n'as pas peur de t'attirer les foudres des Irlandais, avec ton kilt?

Question posée sur un ton inquiet. La guéguerre irlande-écosse avait toujours été un sujet délicat, même en période d'accalmie apparente.
Il la laissa respirer un instant très court avant de lui prendre la main et de l'attirer dans le pub qu'ils avaient choisi.


-On rentre avant de finir au rayon des surgelés!

Il ne savait pas lui-même si il s'agissait d'une farce. Savait-il encore ce qu'était une farce, au moins? En s'engouffrant dans l'atmosphère surchauffée du pub, lui-même surpeuplé d'hommes (Mélu, une serveuse et une autre femme, dans un coin, constituaient l'ensemble de la population féminine...) de tous âges, qui s'exclamaient et parlaient forts, une pinte à la main, avec leur accent fort caractéristique, chaleureux aux oreilles de Jon. Jamais on aurait pu croire que la météo, dehors, faisait des siennes. Sauf en prêtant une oreille attentive aux propos qui s'échangeaient. Un bulletin météo venait certainement de passer sur la petite télévision qui diffusait les nouvelles, muette mais sous-titrée pour ne pas ajouter au vacarme ambiant.
Quelques regards s'étaient tournés vers eux, d'abord ouvertement mécontents qu'une bise aussi glaciale soit entrée, puis plutôt envieux, Zyn attirant la plupart des regards.
Jon cogna ses bottes sur le tapis, pour se débarasser de la neige, et attendit que son amie prenne l'initiative de choisir une table (si il y en avait...)!
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Ven 1 Fév - 9:02

Rien à secouer des irlandais et de leurs petites crises identitaires. Elle était Ecossaise, elle allait pas s'en cacher par crainte de froisser quelques egos. De toute façon, elle était plutôt dans l'optique, "on est tous des celtes, serons-nous les coudes face à l'empire anglais". mais elle ne dit rien. Entre autres choses, Mélusine avait appris à se taire.
Dans tous les cas, elle lui sut gré de s'abstenir des "ça va?" d'usage. A quoi ça aurait servi d'encore se mentir, faire semblant que tout était au mieux dans le meilleur des mondes possibles, alors qu'ils savaient tous les deux ce qu'il en était?

La jeune rousse se contenta de hausser les épaules, répondant aux questions formulées et informulées, avant de se laisser entraîner vers le pub. Tous les célibataires du coin semblaient s'y être donnés rendez-vous. Les célibataires mâles. Les filles devaient être parties on ne savait où faire des trucs de filles (emplettes, séances manucures et autres obligations existentielles).
La salle était bondée. Et elle ne se sentait pas le cœur à partager sa table. Jon lui suffisait bien. Enfin, peut-être grâce au Quidditch qui lui avait appris à entraîner son regard, elle repéra une table, coincée contre un mur, à l'écart. Ca lui convenait parfaitement. Avec un petit signe rapide de la tête, elle orienta son ami dans la bonne direction. Merlin bénisse sa maigreur qui lui permettait de slalomer de manière fluide entre les usagers.
Enfin, la table. Elle se laissa tomber sur sa chaise plus qu'elle ne s'y assit. Tomber de manteau.


"Au fait, c'est quoi les surgelés? Du genre sur-hommes avec des super-pouvoirs? Ou alors c'est quand on s'est pris une deuxième couche de gel?"

C'était plus pour alimenter la conversation que par réelle curiosité. Elle ne se sentait pas vraiment à l'aise dans cet univers très... masculin. Les regards de ses congénères ne lui échappaient plus. Et elle n'aimait pas ça.
Oublier.
Fuir et oublier.
On peut fuir en restant à sa place.


"Tu prends quoi? Je me laisserais bien tenter par quelque chose de nouveau... et de fort..."

'Ca va pas te réussir McEwan...'

Rien à secouer bis.
Il fallait bien se faire plaisir de temps en temps. Et puis, ça réchauffait le corps, ça réchauffait le cœur et ça perdait l'esprit. Tout ce dont elle avait besoin.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Dim 10 Fév - 21:00

Sourire en coin, peut-être un peu moqueur, ou craintif d'être entendu. Ils s'évadent en terrain moldu, et le premier échange manque de les trahir. Paradoxe qu'il n'apprécie guère. À croire qu'à force de vivre du côté magique, lui aussi, il venait de s'en rendre compte, avait oublié la frontière, les dissemblances, entre les deux univers, qu'il cotôya pourtant tous deux...
"C'est donc ça de n'avoir jamais connu le monde moldu." pensa-t-il pour la millionième fois de sa vie (mais pas forcément en face de Mélu, évidemment!).
Il lui répondit d'ailleurs avec une simplicité déconcertante. Comme si elle se moquait de lui. Il souhaitait ainsi duper les moldus autour, qui auraient pu les entendre malgré le niveau sonore à faire exploser les tympans ; leur faire croire qu'elle plaisantait, qu'ils jouaient un jeu. Entre amoureux? Non. N'importe qui qui aurait voulu faire quoi que ce soit entre amoureux aurait logiquement, et irrémédiablement, choisi un autre endroit que cette taverne gonflée à bloc de testostérone. Au moins Zyn aurait-elle peut-être de quoi se rinser l'oeil pour diluer ainsi un peu son chagrin? Faible, très faible espoir...


-Mais non, coquine, tu sais bien que c'est de la nourriture congelée sous vide. Ca goûte pareil en plus!

Jon parcourut ensuite le menu du regard, alignant son doigt sur les différentes boissons pour ne pas en perdre le défilé qu'il offrait à lui. Tout, ou presque, lui semblait inconnu. Et délicieux... À croire que même les boissons étaient différentes entre les deux mondes! Et qu'il avait un penchant pour l'alcool... Mais ce n'était pas réellement le cas. Les circonstances faisaient que... Oh! et puis, ce ne serait pas la première fois qu'on le verrait saoûl! Il aimait la bonne chaire, et le bon vin, et avait déjà joué Roméo ivre, ne l'oublions pas! Il arrêta finalement de feuilletter le menu, ayant pris sa décision.

-Un café irlandais. Double. Histoire de se réchauffer pas mal.

Silence. Ça faisait alcoolo? Ou amoureux dépravé? Ou touriste? Ou simplement indécis?

-Tu fais quoi de... bon... ces derniers temps?

Bravo pour la question trop peu originale! Félicitations ti-clin*! Qu'attendre comme réponse? "Oh bah, je pleure pas mal, je veux avader tous les couples heureux que je vois et j'ai délaissé le quiditch, sinon rien!" Quelle pertinence, mesdames et messieurs!
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Mer 13 Fév - 12:15

'Coquine?' Shocked

Pour le coup, Mélusine en oublia tout le reste. Ca ne collait pas des masses avec les surnoms divers et variés qu'elle avait pu se voir attribuer. Elle en resta un moment sans voix.
Et un coup d'oeil à l'assemblée masculine -masculine et moldue- lui remit les pieds sur terre. Elle se retint à grand peine de se taper le front et, en lieu et place d'une automutilation, grimaça un pauvre sourire. D'une voix qui sonnait affreusement faux, elle s'entendit répondre:


"Avoue que je t'ai presque eu..."

Même ses réactions étaient pathétiques. Jon allait regretter. Regretter d'être venu. Regretter de lui avoir donner ce rendez-vous. Regretter et repartir. La laissant toute seule au milieu d'une foule d'inconnus dont la conversation se résumait à se remémorer la dernière course de chevaux ou jaser sur unetelle qui affichait une plastique un peu trop... évidente. Seule avec un verre d'alcool, une ambiance enfumée et un vague à l'âme.

'Fais un effort, McEwan, c'est ton ami.'

Un autre sourire alors. Un peu plus vaillant. Puis, vite, vite, baisser le nez sur la carte pour éviter de se regarder trop longtemps, de percer sa douleur et de se dévoiler.
Feindre une soudaine passion pour quelques lignes d'encre baveuse. La plupart des noms lui étaient inconnus et paraissaient presque... exotiques. Porteurs de promesse. "Je te promets l'oubli". "Je réchauffe le ventre aussi bien que le coeur". "Aller sans retour pour le pays sans passé ni futur". Se laisser tenter.


"Un scotch? Tu crois que c'est... bon? Je crois que... je crois que je vais prendre ça..."

Ca ressemblait à Scottish. Ca ne devait pas être trop mal. Quelques mots au serveur, comme un code. Puis, à nouveau seuls. Elle frémit sous sa question. N'y répondit qu'à moitié:

"Je lis des trucs..."

Non. Pas Balai-Mag. Elle avait tenté pourtant. Tenter de retrouver le goût, le petit crispement de l'attente à juste regarder la couverture. La couverture. SA photo en grand, bien au milieu. Une photo d'avant. Un peu sombre déjà.
B.M. avait fini dans sa cheminée. Elle l'avait regretté.


"Des romans, ce genre de trucs... ça fait passer les heures plus vite. Méli m'en a filé quelques uns..."

Jon saurait. Il saurait très bien pourquoi. Pas la peine d'épiloguer.
Elle, elle n'aurait pas oser lui demander. Mais, puisqu'il l'avait fait... Peut-être... peut-être qu'il avait quelque chose à lui annoncer. Mélusine l'avait souvent remarqué. On posait une question aux autres que pour se la voir retournée en échange. Alors, du bout des lèvres, pas vraiment sûre que sa théorie soit juste, elle lança:


"Et... et toi..?"

'Ne pas le regarder. Ne pas le regarder. Ne pas...'

Trop tard. Ses prunelles directement enlignées dans les siennes.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Mer 20 Fév - 3:51

Jon regarda Mélusine par-dessus ses lunettes, qu'il n'avait pas, l'air de dire : "Là, tu te fous vraiment de moi! T'es écossaise et t'as jamais bu de Scotch?"

-Euhm...
-Bah oui, c'est très bon quoi!


Pause.

-Bah c'est un excellent choix, si tu veux mon avis!

La serveuse partit donc leur chercher leur commande. Jonathan, les yeux dans le vague, la regarda s'éloigner, au milieu d'une présence plus qu'étouffante, sans s'apercevoir que quelques mains indiscrètes se montraient un peu trop familières, peut-être, avec la serveuse.

Mélu lisait des trucs. Donc, personne en ce pays n'allait à l'école pour rien, c'était déjà ça de gagner! Que lisait-elle? Des recettes? Des revues? Non, des romans. On ne demandera pas lesquelles, histoire de ne pas faire entendre de jolis noms sorciers aux pauvres oreilles moldues, ni de se perdre dans les fabulations de héros qui vécurent heureux avec plusieurs enfants et tout le tralala. Lui? Bah, il mangeait souvent en compagnie de Max, qui l'amenait aussi voir des cinémagiques, et qui les inscrivait à des tournois de baby-quidd, billard, échecs sorciers et autres. Ils allaient prendre des marches, discuter des filles de l'Université, etc. Parfois aussi ils jouaient ensemble, ou Jon s'isolait dans sa chambre, lui aussi pour lire, mais aussi beaucoup pour écrire. Il avait rarement autant écrit de sa courte vie.


-Mes amis me changent les idées. Du moins ils essaient...

Parce qu'il fallait l'avouer, ils ne réussissaient pas vraiment, et même pas du tout. Ils n'avaient ni le charme, ni le tempéramment d'Isis, auxquels Jon était désormais habitué et avait presque besoin. Mais il se sevrait, tranquillement, pas vite...
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Lun 3 Mar - 14:50

Bouhou. C'est ton tour de m'excuser, pas vrai?
Note: prendre des marches... J'adore. Ca, c'est typiquement québecois.


Eh bien. Ils étaient tous les deux aussi volubiles. Perdus entre les souvenirs qu'ils essayaient d'oublier, la recette du bonheur qu'ils essyaient de retrouver et ce qu'ils tentaient de cacher. Ca laissait plus grand chose à raconter.
L'arrivée de son scotch -elle aurait pu se perdre dans ses reflets ambrés- fut un break bienvenu. Une gorgée. Deux.

Un peu de chaleur et de réconfort. Elle buvait trop vite. Il ne lui en voudrait pas. Enfin, il lui semblait. Un peu de courage aussi.


"Je dois pas être une bonne amie... J'essaie même pas..." déclara-t'elle d'une voix douce mais qui n'acceptait pas de démenti. Elle savait ce qu'elle était, elle avait décidé d'arrêter de se voiler la face.

"Mais je suis ton amie, quand même... Hein?"

Contradiction. Encore. Et toujours. le besoin d'être rassurée. De se dire qu'on est pas si nulle. Qu'il y a quelque chose sur Terre, quelqu'un pour qui on compte. Au moins un peu.

'Trululu... Sortez les mouchoirs...'

...
Un petit sourire. Quand même.


"On fait un pacte? J'essaie de te changer les idées. Et tu m'envoies loin des miennes. C'est un bon deal, tu trouves pas?"


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Jeu 6 Mar - 2:30

Jonathan se sentit réellement mal d'entendre Mélusine s'insulter elle-même. Il n'avait pas dit celà pour qu'elle saute à cette conclusion. Et si il avait vu l'éventualité d'une telle interprétation, qui lui sautait désormais au visage, il se serait simplement abstenu de toute parole. Il tenta néanmoins de rattrapper le coup.

-C'était au masculin. Amis, c'était au masculin.

Il sourit naïvement, un peu comme à un enfant qui nous demande si on l'aime, ou si il est beau, ou gentil, ou quoi que ce soit.

-Bien sûr que t'es mon amie! Sinon tu croies que je t'aurais invitée? Faut pas que tu t'en fasses avec tout ça tu sais...

Tout ça, c'était qu'elle ne lui ait pas changé les idées, n'ait pas même essayer. Mais aussi qu'elle ait peur de pas être son amie, et qu'il ne fasse pas assez attention à ce qu'il lui disait. C'était qu'il comprenait qu'elle n'avait probablement pas ni la tête ni le coeur à lui changer les idées...
Non?
... et pourtant, c'était ce qu'elle venait de lui proposer.

L'idée faisait du sens. Car dès que l'un d'eux fournirait le moindre effort pour divertir l'autre, il verrait aussi ses préoccupations disparaître. Une forme de commensalisme, à la limite du symbiotisme (celà dépendrait du lien de dépendance qui se forgerait), qui n'était pas du tout pour lui déplaire.


-C'est un deal! Marché conclus!

Il lâcha sa tasse, déjà presque vide, et tendit la main vers son amie, pour signer l'accord. Il lança aussi un vague regard en direction du bar, pour voir si la barmaid s'y trouvait.

Euh... et vous dites quoi? Se balader? Ça fait trop intime et amoureux je trouve^^
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Lun 10 Mar - 13:50

C'était sans doute stupide de se retrouver rassurée par quelques petits mots. Mais elle avait sans aucun doute fait pire. Soudain, elle ne sut plus quoi dire. Incapable de trouver ses mots, Mélusine lui sourit. Tout aussi simplement que lui l'avait fait. Le genre même de sourire que peuvent s'offrir des amis. Sans sous-entendus. Sans arrière-pensées. Elle lui sourit et posa soudain sa main sur la sienne. Elle lui donnait juste un peu de chaleur et de bonne humeur. En ce moment, elle ne se sentait pas de donner plus.

Main qu'elle retourna pour toper. Son sourire se fit un peu plus grand après une autre gorgée de scotch. Merlin, ça faisait du bien par où ça passait. Elle se surprit néanmoins à penser que la chaleur aurait été beaucoup plus illusoire si elle ne s'était pas trouvée au moment avec son ami Jon.
Une autre gorgée. Et une autre. Presque pour se donner contenance. A mesure que le verre se vidait, elle sentait revenir son sourire sinon sa légendaire bonne humeur.


"Tu te souviens? Quand j'étais en sixième année? Je t'aimais beaucoup à cette époque."

'Dans le genre "je te changes les idées", on a vu mieux...'

La jeune fille se surprit à rougir. Ca faisait longtemps. Elle ignorait qu'elle pouvait encore rougir. Bafouillant, elle balbutia:

"Enfin, je t'aime toujours bien, hein? Mais..."


Intime et amoureux? Bah, sinon, faire une promenade. Aller faire un tour. Aller marcher. Se promener, tout simplement.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Sam 15 Mar - 2:37

Jonathan buvait au même rythme que Mélusine, inconsciemment. Il l'imitait sans même s'en rendre compte. Voilà qu'ils partageaient des souvenirs de collège. L'impression d'être un vieu troll qui avait raté sa vie le fit tressaillir doucement, puis il s'aperçut que ce n'était pas de souvenirs mais d'états d'âmes que Zyn voulait lui parler. Il rougit légèrement et fit un oui de la tête en tentant de noyer ses couleurs sous une gorgée trop longue pour être naturelle.

Lorsqu'il reposa sa tasse, Mélu n'arrangeait pas vraiment les choses. Jon s'était déjà demandé, à certaines occasions, comment auraient été les choses, si il n'était pas sorti avec Isis. Se serait-il laissé charmé par une autre demoiselle? Griselda? Mélusine? Xaël l'aurait-il permis, tout simplement? Sûrement. Une certaine confiance avait toujours exister entre les deux poufsouffles, comme un pacte taciturne.


-Ouioui... Je sais.

En fait, il s'était mélangé les baguettes. Il avait voulu dire "Ouioui, je me souviens" et "je sais ce que le mais veut dire", or voilà qu'il se demandait, justement, si il le savait réellement. Mais je ne t'aime qu'en ami? Mais il y avait James et je ne m'en étais pas aperçue?

La serveuse tira Jon de ses idées et se retrouva avec un rhum devant lui sans trop savoir comment celà c'était passé et elle leur offrit une chambre pour la nuit.


"Les routes sont vraiment mauvaises cette nuit, quand elle ne sont pas fermées."

Considérant qu'il ne serait pas en mesure de transplaner à la fin de la soirée, Jonathan hocha la tête pour accepter l'offre, et saisit son nouveau verre alors que la serveuse repartait.

-Tu sais bien que moi aussi je t'aime! dit-il avec un sourire un peu trop grand et une envie très intense de faire un câlin à son amie.
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Mer 19 Mar - 15:42

Rougissant à l'idée que dans d'autres circonstances et en temps habituel, elle aurait dû rougir rien qu'à prononcer ces quelques mots, rougir beaucoup plus que le rosissement qu'elle avait affiché précédemment, Mélusine engagea un tête-à-tête visuel avec son verre de scotch, ses pupilles bleues dans les volutes ambrées du liquide. Volutes qui semblaient s'agiter doucement, comme munies d'une vie propre. Relevant le regard avant de se laisser hypnotisée par une bête substance alcoolisée, Zyn décida de lui régler son compte avant d'en devenir la victime. Hop. Un fond de scotch au fond d'un gosier. L'ennui, c'était que le verre était vide. Et le verre vide, c'était son prétexte à détourner le regard, à passer le temps et à s'occuper de ses dix doigts qui s'envolaient d'un coup. Son courage avec.

Piquant un nouveau fard à la réponse de Jonathan, la jeune femme bénit Merlin qui devait également s'occuper des Moldus puisque la serveuse venait à son secours. Et lui offrait, en plus d'une diversion, une autre dose de courage. Elle était donc tellement... Elle manquait tellement de subtilité? Maude l'avait tout de suite deviné. Mais Maude, c'était Maude. Sa presque soeur qui devinait le moindre de ses coups de coeur. Elle avait cru qu'elle était la seule. Que c'était par la grâce d'un lien invisible ou d'elle-ne-savait quoi qui avait rendu la chose possible. Mais, si même Jon savait. Rooooooh! La honte!

Preuve vivante qu'on pouvait rougir, re-rougir et re-re-rougir par-dessus, la jeune fille décida de faire montre de ses supers pouvoirs colorimétriques en virant une teinte encore au-dessus dans la direction du vermillon.
On venait tout bonnement de leur proposer une chambre. UNE chambre. Ce qui voulait dire qu'ON les prenait pour un couple.
C'était ce qu'ils étaient. Un couple d'amis. Mais des amis, ça partageait pas la même chambre. Enfin si, mais non. Ca s'embrouillait complètement dans sa tête. Est-ce qu'elle pouvait...? Est-ce qu'elle avait envie...?
Au fond, elle savait qu'elle ne supporterait pas de passer la nuit toute seule dans une auberge. Pas dans une auberge inconnue. Avec le temps qu'il faisait.

Nouvelle vague de rougeur sur la plage mcewanienne. Etrange comme deux simples mots pouvaient vous retourner des pieds à la tête. Elle s'étouffa sur la gorgée qu'elle venait de prendre dans son nouveau verre -oui, elle savait, c'était pas raisonnable- et fit mine de... rien du tout. Elle le fixa avec de grands yeux, balbutia un sourire et esquissa quelques mots:


"Tu restes avec moi, ce soir, alors? J'aurais pas le courage d'un tête-à-tête avec la solitude... Tu veux bien, hein?"

C'était la seule pensée claire qu'elle réussissait à formuler. Ne pas rester seule.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Dim 30 Mar - 18:17

Mélusine rougissait. Et Jon l'observait. Et il souriait.
Si on lui avait demandé à l'instant de décrire son amie en trois mots, il aurait probablement choisi "Rouge", "Citrouille" et "Rougir". Pour son habillement, son breuvage favori et son attitude générale face à presque toutes les situations qu'elle rencontrait.

Jonathan souriait donc, en observant Mélusine rougir doucement, avec l'élégance qu'elle seule savait avoir pour le faire ainsi. Elle qui avait parfois (euphémisme) une personnalité très forte, savait aussi se montrer très timide. Jon, sirotant son verre de rhum, vit son amie caler le sien, de verre, en ne lui laissant le temps d'une autre réaction qu'un écarquillement des yeux.

Voilà qu'il semblait l'avoir embarassée. Mais il ne parvint pas à trouver les mots ou quoi que ce soit. Il s'abstint donc de parler quelques minutes, malgré la tension de gêne qui régnait de plus en plus entre les deux jeunes adultes, maîtres à la fois de la maladresse et de la gourmandise. La question de l'ancienne gryffondor, bien que piégée (et l'attrappe se faisait voir des lieues à la ronde), sembla salutaire à l'ancien poufsouffle.


-Ben oui, Zyn, c'est certain. Je veux pas de...

Pas dire de mots sorciers surtout... surtout pas... attention! Pas de désartibulation brutale, ça se dit pas ici!

-Je veux pas qu'il m'arrive un accident de transport.

Évidemment, il rougit aussi. Ce pourrait être parce qu'il allait passer la nuit avec son amie, dans des circonstances douteuses qu'ils n'avaient jamais connues auparavant. Mais en réalité, c'était qu'il lui venait des idées tordues. Isis l'avait habitué à pratiquer l'amour fréquemment, mais depuis cet automne, elle l'avait sevré graduellement, semblait-il, jusqu'à le laisser. Et celà manquait au jeune homme, il devait l'avouer. Ç'avait beau être Isis qui avait passé pour l'obsédée dans leur ancien couple, il ne prenait pas moins plaisir à leur relation et aux marques d'affections les plus intimes. Aussi, il ressentait la nécessité d'assouvir ses instincts les plus sauvages, mais était pris au milieu d'un dilemne ayant pour nom "mon amie Mélusine". Son esprit enivré la désirait ardemment, mais se savait coupable (sans pourtant s'en faire avec ce principe moral) à la fois. Peut-être aussi désirait-il se faire aimer de nouveau, principalement?
Dans sa confusion, Jon n'était plus sûr que d'une chose : il ne souhaitait pas dormir tout de suite après avoir rejoint la chambre, ce soir.

La serveuse revint poser sur leur table la clé de la chambre et les avisa :


"Il est 1 heure moins quart, c'est le last-call."

Elle repartit chercher la dernière commande des jeunes sorciers, ayant de moins en moins de difficulté à se frayer un chemin entre les tables, puisque de nombreux clients étaient déjà repartis, et Jon en profita pour observer la clé, comme si il s'agissait d'un joyau.

-Chambre 14. confia-t-il, comme si il s'agissait d'un secret entouré d'innombrables mystères.
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Lun 7 Avr - 15:46

Le last call. Déjà.
C'était toujours le même combat contre le temps. Combler le vide au maximum pour retarder le sommeil. Avec la nuit, ça finissait toujours par revenir. le manque de lui. Alors, boire. Boire encore pour sombrer dans l'oubli.
Plonger dans le monde étrange où l'alcool exacerbe la moindre fibre de son être. Les plus enfouies. Celle qu'on dissimule aux regards des autres. Parce qu'on en a honte. Ou parce qu'elle nous rend vulnérable. Plus vulnérable que jamais. Un rire à peine moqueur et tout s'écroule. Un sourire et on se sent immense. Immense et puissante. Le doute rôde. Besoin d'être rassurée. Besoin d'être entourée.


« Jon... si... si j'étais pas ton amie... est-ce que... est-ce que je te plairais? »

'Se peut-il que l'on m'aime, qu'on pardonne mes fautes?
Est-ce que je serais la même dans les yeux d'un autre...?'


Et on se met à dire, à penser n'importe quoi. Le n'importe quoi qui n'est qu'un dérapage.
A moins que tout ça ne soit qu'un moyen comme un autre de ne pas regarder la clef. Ne pas regarder la clef. Ne pas regarder la clef. Trop tard. C'était une clef typiquement moldue, faite de cette matière étrange. Le plat stic. Enfin, la clef, elle , était tout ce qu'il y avait de plus normal. Métal et rouille. Normal quoi.
Observer la clef pour oublier de penser. Chacun son trip. Le trip de Mélusine était une clef moldue. Elle voulait pas entendre la réponse de Jon. A la place, elle l'entendit murmurer "chambre 14". Pas sûre que ce soit mieux.
C'est là qu'elle se rendit compte, ou plutôt sembla se rendre compte. Une chambre. Avec un garçon. Ca ne lui était pas arrivé depuis... depuis James. Et, alors, c'était... hum. C'était avec James quoi.

Pas bonne idée. Pas du tout bonne idée que de penser à James. Surtout dans ce contexte. Les images qu'on tente d'effacer de sa mémoire qui reviennent à l'assaut. Parce qu'on a plus assez de force ou de volonté pour les envoyer valser.
Elle croyait avoir entamé la période de sevrage. La preuve que non. Il lui manquait encore beaucoup trop. C'était tout un ensemble de ces petites choses qui, prise une à une, ne valent presque rien, mais qui, une fois assemblées, vous font un trou dans la poitrine quand elles disparaissent . Le sexe et la tendresse bien sûr. Le son d'une voix, le contact d'une peau, la chaleur de se sentir aimée. Les rires échangés, les discussions dans le noir, les regards aussi, simplement. Sentir la brûlure de son regard. Même les tensions qu'il y avait parfois entre eux.
De repenser à tout ça, ça lui foutait une boule dans la gorge et un noeud dans l'estomac. C'était cruel que quelqu'un puisse susciter un manque aussi grand.

A peine leur dernière commande était-elle arrivée qu'elle l'engloutit aussi sec en quelques gorgées. Noyer sa tristesse dans l'alcool. C'était d'un banal. Seulement, là, elle ne voyait pas quoi faire d'autre.
A nouveau silencieuse, elle se mit en tête-à-tête visuel avec le fond de son verre. Même pas capable de changer les idées d'un ami. Ignoble. Elle préférait s'appesantir sur ses propres problèmes. Egoïste.
Elle attendit que Jon finisse son propre vers en balançant une ou deux autres banalités. La salle était vide désormais. Déprimante. Etrangère. Un peu de chaleur humaine, c'était trop demander.

Enfin, quand ils ne trouvèrent plus aucun prétexte à rester dans la salle de l'auberge (et après que la serveuse leur ait jeté un drôle de regard en coin qui rendit Mélusine extrêmement mal à l'aise), Jon et elle vacillèrent de concert jusqu'aux escaliers et parvinrent on ne sait comment jusqu'à la porte de leur chambre. L'esprit vide, Zyn jeta un regard à la chambre.


'J'ai même pas de pyjama.'


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Jeu 10 Avr - 0:48

Jonathan continuait de fixer la clé, mystifié par le nombre. Si il avait choisi arithmancie, à Poudlard, il aurait probablement su ce que le hasard tentait de lui dire au travers de ce nombre, qui lui semblait à la fois étrangement familier et pourtant aléatoire. Isis avait suivi les cours d'arithmancie, elle. Si ils étaient toujours ensemble, elle aurait su lui dire. Mais qu'est-ce qu'ils pensaient? Si ils étaient encore ensemble, ils mangeraient en tête à tête à Rome ou à Paris, simplement pour le plaisir de visiter ou revisiter les capitales de l'amour. Mais ils n'étaient plus en couple, et Jon buvait avec Zyn, qui n'était pas plus en couple.
Décidant que c'était probablement en raison de sa date de naissance que la clé l'intriguait, Jon se détourna de la clé.
Dans une tentative folle de prouver que les québécois, contrairement à ce qu'on disait, avaient un minimum de classe et de savoir vivre, Jonathan buvait lentement -ou plutôt, c'était lent en comparaison à l'écossaise, qui se fichait manifestement de la réputation des siens- ses dernières gorgées d'alcool. Il n'était même pas étourdit, pensa-t-il en souriant niaisement.

Ils se levèrent finalement, probablement après qu'il eut terminé son verre. Ou pas... il devrait vérifier avant de partir... Mais voilà qu'avec la position debout, l'étourdissement était arrivé. Et c'est donc en valsant comme des toupies que les deux étudiants grimpèrent les escaliers -abruptes selon ses sens- menant au deuxième étage.

Jon laissa -littéralement- tomber la clé et tira Zyn dans la chambre, en s'esclaffant de rire avant de faire signe de se taire, un doigt sur la bouche, soufflant l'air en un "Sshhhh" qui n'était pas réellement silencieux.

Il commença à se déshabiller en observant le lit double -lui qui était habitué de trouver des lits queen ou king dans les hôtels fut étonné- en bois massif. Un édredon rouge pâle, d'une épaisseur à en faire pâlir d'envie les elfes de Poudlard assorti de quatre oreillers complémentaires. Une petite commode, aussi en bois, une table et trois chaises -pourquoi trois? Ça ne rentrait même pas dans la pièce-, toujours en bois, complétaient le mobilier.

Ayant enlevé son chandail, il se retourna vers Mélusine.


-Tu vas avoir chaud, si tu dors comme cela. Je vais t'aider à l'enlever.

Mais avant de joindre le geste à la parole, l'esprit nomade de Jonathan se fixa sur une phrase que son amie avait dite plusieurs minutes auparavant. Sans chercher à comprendre comment son cerveau, qui tentait de détruire le moindre souvenir âgé de moins d'une minute, était parvenu à se rappeler de cette phrase, et encore moins comment, et pourquoi, il s'en était remémoré à cet instant précis, Jon répondit tout naturellement, comme si Zyn lui avait demandé à l'instant.

Oui...

Et il se pencha -très peu, Mélu était grande, elle aussi- vers elle. Et avant qu'il ne s'en rende compte, ses lèvres étaient sur celles de son amie. Le jeune mal-aimé embrassait la jeune mal-aimée. Et ses mains voulurent se placer, instinctivement, dans le creux de ses hanches, mais elles étaient arrivées un peu trop bas -à la hauteur des hanches d'Isis. Et sa première constatation portait sur une différence fondamentale entre les deux jeunes femmes...

"Tiens, elle goûte la citrouille..."

Juste avant de fermer les yeux, Jon avait vu la clé sur le sol. Tout à coup, tout lui semblait si clair et évident. Quatorze pour Saint-Valentin. Saint-Valentin pour Amour. Amour pour Tendresse. Tendresse avec Zyn. Ce qui causa la deuxième réflexion :

"J'ai même pas de préservatif."
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Jeu 17 Avr - 16:02

Il était loin le "je voudrais que tu aies le nez de Jonathan"... Cela lui semblait être une petite éternité auparavant... voire même une vie antérieure.

A la déclaration que lui pondit Jon, une Mélusine dans son état normal se serait mis à rougir, à bafouiller et à marmonner un "non, non, c'est pas le peine". Là, elle se retrouva en proie avec un fou-rire abominable qui s'étouffa de lui-même quand elle se retrouva tout contre lui. Corps contre corps. Bouche contre bouche. Elle ne songea pas un instant à se rebeller. C'était juste un peu de chaleur humaine. Chaleur humaine. Chaleur humaine. Comme un message subliminal. Chaleur humaine.

Ce fut le contact de ses mains sur... euh... comment dit-on sans faire vulgaire?... son postérieur.


'Hum. Un peu tue-l'amour, ça, non?'

Ouaip. Ben, peut-être justement.
Ce fut donc le contact de ses mains sur son postérieur qui remit les idées en place dans la tête de Zyn. Si tant est qu'elles parvenaient à ne pas se noyer dans le lac d'alcool qu'elle leur avait tout spécialement créé.
Pof. C'était pas le moment de se mettre à cogiter. Mais, c'était comme ça, elle faisait jamais rien au moment prévu. C'était sa manière à elle de se rebeller.

Trois ans plus tôt, elle aurait donné n'importe quoi pour se retrouver dans la même situation (l'alcool en moins) -quoi que... l'idée simple de lui effleurant son épaule aurait sans doute déclenché une rougisse aigüe de 48 heures consécutives-... Là, elle ne savait pas.
Paradoxe vivant oblige, une voix lui murmurait de l'embrasser sur la joue avec un petit "je préfère qu'on reste amis" quand l'autre lui soufflait de se taire, de profiter du moment présent, de l'embrasser à pleine bouche et de glisser une main sous sa chemise. Le souci, c'est que la première avait l'alcool bégayant.

Elle se mit aussi à penser. A une nuit de plus en solitaire. Même à deux dans un lit, sans se toucher, on pouvait être plus seul que jamais. Si ses jours se teintaient de poussière, ses nuits étaient couleur cafard, tristesse et insomnie. Elle le savait, elle n'aurait pas le courage de le repousser. Sa chaleur à lui, ajoutée à celle de l'alcool, lui brûlait les veines. C'était bon d'avoir chaud après avoir eu le coeur au Pôle Nord.

Alors, elle se serra simplement plus fort contre lui. Glissa une main dans son cou. C'était pas si compliqué au fond. Il suffisait d'oublier. De se laisser aller. Et de retarder un peu plus le sommeil. Ce soir, Morphée et son pote le marchand de sable auraient le temps d'aller se balader sur d'autres nuages. Et de déverser dans d'autres yeux leurs graines de cauchemars.

Il y avait bien encore un peu une gêne au fond. Comment dire qu'on n'a pas dormi dans les bras d'un homme depuis plus de deux mois? Et que la seule image qui vous vient en tête, c'est la sienne?
Gémissement intérieur.


'James...'

Seulement, force était de constater que Jon n'était pas James. Plus... Moins... Il n'y avait pas ce truc, plus puissant que tous les Sortilèges d'Attraction du monde qui l'attirait irrésistiblemennt vers lui. Pas ce coeur qui battait à lui en faire mal. Mais peut-être une douceur ou une chaleur moins brûlante...
C'était vraiment important de penser à ça?


'Il sera jamais James.'

Oui, mais c'était James qu'elle voulait.

'Tu peux plus l'avoir.'

S.O.S. intérieur. Se raccrocher à la seule bouée de sauvetage qui surnageait encore.
Ses doigts se crispèrent sur la nuque de Jon. Et Mélusine se serra encore plus fort contre lui. Un murmure.


"Je veux oublier."

A n'importe quel prix.
Le lit leur tendait les bras. Pourquoi ne pas se laisser tenter? C'était leur deal après tout... Se changer les idées.

Sa bouche toujours furieusement collée contre celle de Jon, elle l'attira doucement sur le lit.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Mer 23 Avr - 16:04

Après avoir replacé ses mains à une hauteur plus convenable -ce qui lui prit un temps étonnant, merci à l'alcool-, Jon se laissa choir sur le lit avec Mélusine.
Ce qui devait arriver arriva par la suite. Bisous, câlins, tendresses et douceurs dans l'intimité.

I love you I love you I love you


Le lendemain matin, Jon se réveilla avec un mal de tête qui pointait et une bouche pâteuse. Le temps de remettre ses idées en place, il se rappela qu'il s'était rendu en Irlande pour rencontrer Zyn et boire un coup. Ne se souvenant plus de comment il était parvenu dans un lit, il espéra ne pas avoir transplané. Une idée pour perdre son permis, si il n'était pas désartibulé auparavant.

Il se releva sur les coudes, en ouvrant les yeux pour regarder d'abord si il était toujours en un morceau, pour s'apercevoir qu'il était nu comme un veracrasse. Toujours un peu comateux, il tourna la tête.

La crinière rousse qu'il vit alors fut plus efficace encore qu'un aguamenti pour le réveiller totalement et le dégriser (presque) complètement. Il se releva en reprenant ses esprits et mis le temps qu'il prit pour prendre ses vêtements à profit pour reconstituer la fin de la soirée de la veille, qu'il devina plus qu'il ne se souvint.


"Mais par la baguette de Merlin, qu'est-ce qui m'est passé par la tête???"

Après s'être rhabillé et avoir défriper ses vêtements à l'aide de sa baguette magique, Jonathan sortit de la chambre 14, en ramassant la clef qui traînait toujours au sol, pour aller régler la note, qui se montra assez élevée. Se doutant que Mélusine n'avait pas une noise d'argent moldu, il paya aussi pour elle -de toute manière, la tenancière ne lui laissa pas vraiment le choix.

Il remonta ensuite à la chambre et cogna discrètement, espérant que son amie ait eu le temps de se réveiller et se vêtir...
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Mer 30 Avr - 14:19

Magnifique ellipse. Razz

Mal de crâne phénoménal.
Aucune pensée qui ne filtrait au travers de la brume cérébrale. Quoique, là, ça virait carrément à la purée de pois.
Une constatation.


'Boh. Jsuis toute nue.' Shocked

Pas facile cogiter avec la gueule de bois. Mais elle fit quand même une tentative.
Quel troll elle était. C'était normal d'être toute nue dans un lit avec James. Uhuh. Embarassed

Trois coups toqués à la porte.
James.
Pourquoi il frappait? Raaaaaaah! Les hommes!
L'idée qu'il avait peut-être voulu lui apporter le petit déjeuner au lit mais qu'il avait oublié l'obstacle "porte" une fois son plateau dans les mains la fit sourire plus qu'autre chose. C'était plutôt attendrissant (enfin, rooh les hommes! quand même, hein?) Il était vraiment adorable quand il voulait.
Un pied par-dessus le lit, l'autre qui le rejoint. Hop, retour sur le plancher des dragons. Tiens, ils étaient où au fait? C'était ni chez elle ni chez lui. Se rappelait plus. Oh bouse le mal de crâne.! Elle avait presque oublié. Ca tangue tout d'un coup.
S'accrocher au lit pour ne pas tomber.


"Deux s'condes!"

L'était où sa baguette? Histoire de se jeter un bon petit sort bien utile. mouaif. En même temps, c'était pas la meilleure idée du siècle, vu son état. Déjà qu'en temps normal...
Tant pis, elle se la jouerait marin en permission jusqu'à la porte. Démarche chaloupée incontrôlable. Se raccrocher à la poignée pour ne pas tomber. Sauf que quand on s'appuie sur une poignée, en général, elle s'abaisse et, les choses étant ce qu'elles étaient, en général également, la porte s'ouvrait.


'Oups!'

Elle manqua aller dire bonjour au sol, maudit pendant un quart de seconde James qui aurait pu la rattraper. Non, finalement, elle préférait que ce soit elle plutôt que son petit déjeuner qui se prenne le sol. C'est pour cela qu'elle affichait un sourire presque amusé en se relevant, triomphante:

"Même pas morte. Trop forte, moi. Bien dormi, Djai..."

Echange de regards.

"Jon!"

Incontestablement, son ami aurait le privilège de constater qu'il n'y avait pas que ses joues qui prenaient de la couleur sous l'effet de l'émotion.
Bouse! Bouse! Bouse!


'Ouais! Crottes de doxy confites, sépulcre et tout le tralala! Qu'est-ce qu'il fout là?
En plus, t'es... enfin... pas franchement habillée, là.'


C'était bien ce qu'elle disait. Bouse!
A voir Jon pénétrer dans la chambre, le sourire que Mélusine affichait précédemment dégoulina lentement pour virer à la grimace.
Les pièces du puzzle se remettaient en place avec une violence déstabilisante.


Les mois qui avaient passé avaient été comme un sevrage. Un sevrage inachevé. Un sevrage à James. Parce qu'on ne pouvait pas se sevrer de l'amour (c'était pas faute d'avoir essayer). Même si l'amour est un naufrage, on reprend la mer, inlassablement.
Tout comme le printemps finit toujours par revenir. Après l'hiver, le printemps, c'était la ronde insaisissable des saisons. Ca avait été un drôle de printemps. Pas si drôle en fait. Et pas si étrange. Ce même printemps qui hésite à replonger encore un peu dans le sommeil de l'hiver et que le soleil vient agacer pour le sortir de sa torpeur. Pour être honnête, Jon avait une drôle de tête de printemps. Zyn avait failli rire en y pensant.
Mais au final, oui, ça avait été un peu un printemps en vérité.
Les émotions qui bourgeonnent. La sève qui se remet à circuler, en profondeur d'abord, puis qui affleure, donnant lieu à une nouvelle naissance. Baisers qui s'égrennent.
Après le printemps et sa délicatesse, l'été et sa brûlure. le sang qui se fait lave, brûlant tout sur son passage. Chaleur humaine. Désespoir d'étancher sa soif dans un désert sentimental. Le soleil à son zénith. La St Jean. Puis les jours qui s'éloignent lentement du solstice.
L'automne. Une phrase qui vient en tête. "Le premières feuilles tombent déjà, roussies, mortes d'avoir trop aimé le soleil". Mais l'apaisement aussi. Un retour à la douceur après l'embrasement. Un peu de mélancolie. Et doucement glisser vers le sommeil. L'engourdissement de l'hiver. le temps du repos. L'oubli. Le répit. Pas de cinquième saison.


Elle était restée là, en face de lui alors que les images de leur nuit lui revenait. Et il n'y avait aucun mot assez fort pour traduire la teinte atteinte. Les peintres ne l'avaient pas encore inventée.
Elle recula doucement, son regard droit dans le sien, finit par buter contre le lit et s'y laissa choir.
Bouse. Bouse. Et rebouse.


"Je veux pas être enceinte."

Le tact? Non, elle ne connaissait pas. Pas avec un mal de tête à vous fendre le crâne. Pas avec ce sentiment d'avoir gâché.
Bouse.


J'espère que tu apprécieras mon petit clin d'oeil. J'ai pô réussi à caser "Chasse-Galerie". Razz
Euh... je me suis un peu laissée emporter. Oups.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Sam 31 Mai - 21:43

Surprise! Vous avez cogner à la bonne adresse, mais...
Jon avait cru que ces deux secondes serviraient à Zyn pour qu'elle se vêtisse, mais c'était plutôt le temps qu'il lui fallait pour se rendre à la porte et manquer de tomber au travers du sol. Ç'aurait pas été joli! Jon aussi rougit, et détourna le regard aussi rapidement qu'il le put. Il l'avait déjà vue. Il l'avait déjà su, aussi, comment elle était, en tant que sorcière d'Ève, mais il n'aurait pas pensé le revoir, re-savoir comment elle était, sinon son amie.
Jon s'empressa de refermer la porte derrière lui, et fuit aussi rapidement que possible dans la petite pièce qui n'était autre que les toilettes. Il n'aurait pas pensé que Mélusine serait encore ivre, ce matin. Lui n'avait même plus mal à la tête, déjà. Il entendait Max se moquer de lui et dire que c'était son côté coureur-des-bois.
Tel un bûcheron au lendemain de la Chasse-Galerie, Jon se prit un verre d'eau, qu'il avala d'une traite avant de répondre à Zyn.


-Moi non plus, je veux pas.

Il rouvrit le robinet et rempli de nouveau le verre. Pas pour lui, cette fois.

-Tu me diras quand tu seras habillée.

Jon avait baissé le ton. Il n'avait pas osé lui dire directement de s'habiller, même si il aurait aimé, car il était très mal
à l'aise. Et parce qu'il ne voulait pas qu'elle tombe malade par sa faute. Peut-être pour autre chose, aussi. Pour que leur relation reste comme elle avait toujours été. Comme si quelques vêtements, quelques épaisseurs de voiles textiles, pouvaient changer le passé, le cacher à tous, et le leur faire oublier, l'occultant de leur conscience.
Mais il ne pourrait rien y faire. Comme la Corriveau qui se balance toujours, accrochée à son arbre, le souvenir, aussi brumeux fut-il, de cette nuit les hanterait toujours.


-J'ai déjà payer. On laissera un peu de pourboire, vu qu'on a fait un joli bordel, puis on transplane?

Il n'aimait pas vraiment l'idée de partir en voleurs, comme si la propriétaire n'était autre que la sorcière-au-pommier de St-Hilaire : hideuse mais ô combien douce et fuie par tous. Il s'accota sur le comptoir du lavabo, s'efforçant de penser à des choses sans filles -et ce n'était pas facile-, en attendant que Mélusine ne parvienne à retrouver, ramasser et enfiler ses vêtements.
Revenir en haut Aller en bas

Mélusine McEwan
● Magic Touch ●



Nombre de messages : 997
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 181
Gallions : 7875

MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Ven 13 Juin - 7:45

Dans quel bousier s'était-elle fourrée? Enfin, quoi, Jon et elle...
Jon qui s'enfuit loin. Dans les toilettes. Pas assez loin encore. Même de là il devait sentir la chaleur qui brûlait ses joues. Mais c'était quand même le plus sage des deux.
Nue au milieu de la pièce, Zyn grimaça un sourire au "Moi non plus" de Jon. Facile, l'était un gars, lui. Dans tous les cas, c'était pas lui qui en ferait les frais. Elle n'aurait plus qu'à aller chez l'herboriste magique pour se procurer la petit flacon "Pylhuledulandheminum". Génial. Elle allait passer pour la fille qui voulait pas de petits cracmols.

Nue au milieu de la pièce, il fallut que son ami (ami?) reprenne la parole pour qu'elle songe à s'habiller. Hop un kilt, une chaussette, sous-vêtements, chemise blanche, chaussette (la deuxième), pull. Dans le désordre. Mais ses vêtements étaient toujours plus ordonnés que ses pensées. Elle sentait qu'elle devait dire quelque chose. Elle savait qu'elle avait besoin de dire quelque chose. Mais ce quelque chose risquait de briser l'autre quelque chose de trop fragile qui survivait entre Jon et elle.


'Improvise.'

Avec un mal de crâne et son tact coutumier?

'Ca peut pas attendre.'

Même pas le lendemain? Ou même le surlendemain? Voire même le...

'McEwan. Non. Si tu le fais pas maintenant, tu vas tout foutre en l'air. Déjà que c'est un sacré bazar...'

"C'est bon."

C'était elle ou sa voix sonnait bizarre? Avec un peu de chance, ça pourrait passer pour la gueule de bois.

"Merci d'avoir payé..."

Non mais non. Sa voix devenait encore plus fluette.

"Ok. On transplane."

'McEwan!'

"Jon!"

Un quelque chose dans la voix de Zyn dut avertir Jonathan qui se retourna alors qu'il se dirigeait déjà vers la porte.

"Jon..."

Ca n'avait jamais été facile.
Et ça n'avait jamais été aussi dur.


"Jon... je voudrais qu'on reste amis."

'Wahou! Ca, c'est original.'

"T'es mon meilleur ami, Jon.
La nuit dernière..."


Se laisser le temps de rougir. De trouver les mots. Pour une fois.

"On en avait besoin tous les deux. Mais j'ai encore plus besoin d'un ami."

'...'

...

"Il me manque, Jon. Il me manque, tu peux pas savoir. Ca me fait mal, là..."

Un geste esquissé en direction de son poumon gauche.

"Je l'ai perdu..."

'Par ma faute... Par ta faute... par notre faute.'

"Je supporterais pas de te perdre aussi."

Et si ses yeux brûlaient en ce moment-là, Zyn savait bien que ça n'était pas les effets de l'alcool de la veille.


« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Dublin] Lonely Love Day (PV)   Aujourd'hui à 15:14

Revenir en haut Aller en bas
 

[Dublin] Lonely Love Day (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» 02. all you need is love... (or courage).
» Mangas-Love RPG ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: U.K. Insiders-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit