PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Mer 16 Jan 2008 - 20:42

Elle s'allongea sur la table. Ses gestes étaient lents. Une fois couchée, elle croisa ses bras devant et posa son menton dessus. Elle tourna la tête vers Adel qui était de dos et préparait l'encre. Elle fit un sourire nostalgique. Sa gestuelle était toujours la même, il avait son air concentré comme lorsqu'il dessinait autrefois. Il se retourna et Jo reposa son menton sur ses avants bras. Elle avait du mal à gérer de le voir mais de ne pas pouvoir le toucher et le regarder comme avant. Cette intimité qu'ils avaient, le fait qu'ils s'appartenaient l'un à l'autre, tout cela n'existait plus. Ça la rendait malade... surtout lorsqu'elle était si près de lui.

En lévitation, les instruments qu'il utiliserait pour le tatouage oscillaient dans le plateau et faisaient un bruit aussi agréable et annonciateur de moment de détente et de relaxation qu'un sort de « Tourne-Fraise » des Dentomages. Mais, elle voulait ce tatouage et ce n'était pas ça qui avait fait naître un début de larme dans le coin de son oeil. Non. La raison principale se pencha à son oreille et lui murmura quelques mots. Jo ferma les yeux et savoura le contacte de son souffle sur son cou. Cela devait lui sembler naturel et ne pas lui faire d'effet particulier de remonter son haut et baisser légèrement son Jean tout en effleurant sa peau. Elle, ça lui donnait des frissons et sa devait certainement se voir. Mais, il devait déjà être dans son travail et se concentrer sur ce qu'il allait faire.

Elle l'entendit s'asseoir. Il l'avait désinfecté. Tout était fin près.

Non, je ne change pas d'avis. Je veux ce tatouage.

Elle avait dit ceci avec un ton assuré. Elle regarda devant elle. Les plis des draps formaient une chaîne de montagnes. Jo mit un peu de sa manche dans sa bouche... au cas ou ça ferait vraiment mal. Elle eut l'impression qu'il mit une heure avant même de commencer. C'est toujours ça lorsqu'on angoisse.

Ça ne loupa pas. Dès la première tige de bambou au contacte de sa chaire, Jo poussa un petit cris, surprise. Elle se remit à mordre immédiatement sa manche. Elle eut du mal à s'y habitué. Les premières minutes furent assez difficiles. Mais plus le temps filait, plus les picotements étaient moins douloureux. Oui, on parle bien de douleur puisque Jo est douillette...

Une petite histoire? Elle n'en avait pas... Elle ne savait pas trop quoi dire au juste. Mais elle devait parler... se concentrer sur la souffrance ce n'est pas bien ^^.


- Tu sais, mes parents sont retournés en France. Mon père a été muté de nouveau à l'ambassade du Ministère Irlandais à Paris cet été. Ma mère, ça ne la dérange pas, elle peut faire ses livres n'importe où... J'ai vu leur maison, elle est pas mal! Au départ, mon père voulait que je les suive pour continuer mes études. Il a beaucoup insisté. Il ne voulait pas que je reste ici... en ce moment... avec tout ce qui se passe... On s'est disputé parce que je ne voulais pas partir. Finalement, il a finit par céder à condition que je ne sois pas toute seule. Au départ il avait pensé à t... Enfin...il avait eu une idée... c'est tombé à l'eau ... Mais heureusement, Malhou, la tutrice d'Isis s'est proposée pour m'héberger. J'y vis les week end... et quelque fois la semaine... Elle est gentille mais assez... spéciale. A chaque fois que je me lève le matin, je vois un partenaire différent. Des fois je me dis qu'elle est pas humaine... Et toi? Ta mère ne s'inquiète pas?
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7690

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Jeu 17 Jan 2008 - 17:25

Son visage était si près de la peau de Joséphine, qu'on aurait pu penser que c'était le bleu de son iris qu'il utilisait pour piquer les grains de peau de la jeune fille. Il y mettait une attention et une application qu'il avait rarement mise dans un tatouage. La dernière fois qu'il fut si absorbé par ses gestes avait été lors de la réalisation du tatouage de Louange Deb. Des jours entiers s'étaient écoulés pendant qu'il travaillait sur elle mais il ne les avait pas senti tant son cerveau avait été ingéré tout entier par la peau de Louange et le dessin naissant. Il n'avait jamais vécu une expérience spirituelle aussi intense de toute sa vie et cela avait marqué tacitement sa relation avec l'étrange femme masquée.

Lorsqu'il termina avec la baguette de bambou turquoise, il prit la violette et poursuivit le travail avec le même soin. Parfois, la voix de Joséphine se perdait dans sa tête. Elle le berçait. Il aimait l'entendre parler même s'il n'écoutait pas. Aussi oubliait-il de lui répondre. Parfois, elle lui arrachait des sourires et on aurait dit que le papillon qui commençait à prendre forme clignait de l'œil ou faisait se friser les arabesques de ses ailes pour marquer leur complicité autour de Joséphine.

Quand elle lui avait parlé de sa mère, il avait seulement répondu qu'il ne savait pas. Il avait mentit. Sa mère comme ses sœurs, se faisaient un sang d'encre pour lui depuis qu'il n'habitait plus avec elles mais avec Adrian. L'éloignement était minime mais madame Iscarioth craignait que s'il arrivât quelque chose à Adel, elle soit la dernière au courant. De fait, pendant longtemps, il n'y avait pas eu un soir depuis que les morts inexpliquée avaient commencé à frapper la communauté des sorciers, où Adel ne recevait un hibou de sa mère auquel il devait au minimum répondre une ligne au risque de la voir débarquer en pleurs devant sa porte.

Une fois, il n'avait pas répondu à deux hiboux successifs et le troisième soir, en rentrant chez lui, il avait eu la surprise de trouver sa mère dans leur salon en train de pleurer dans les bras d'Adrian passablement penaud tandis qu'elle lui bavait dans le cou des "Mais dites-le moi, avouez que mon fils est mort." Il avait une grande discussion avec elle pour lui expliquer qu'il ne rentrait pas tous les soirs, qu'il avait une vie, qu'il allait bien, qu'il l'aimait et pensait à elle et qu'il ne comptait pas mourir sans la prévenir avant et qu'il n'était pas besoin d'écrire un hibou tous les soirs. Elle agréa à contre coeur. Cela la rassura mais Adel était certain que depuis, elle avait payé un de ses amis cambrioleurs pour le suivre partout où il allait, replié dans les ombres des ruelles de Londres.

Il fit une pause avant de marquer la dernière couche d'encre noire. Pendant cette pause où il demanda à Jo de ne pas bouger, ce fut lui qui raconta une histoire tandis qu'elle se reposait. Machinalement, il avait saisit dans la sienne, la main de Joséphine, comme on prend celle d'un malade alité. Il lui raconta le recrutement du troisième colocataire de leur apparement. Ils avaient songé à Ellys Orphens mais Adel avait refusé: "trop bordélique." Le seul bordel qu'il pouvait supporter était celui de Jo. Ils avaient vu défiler quelques uns de leurs anciens camarades qui n'avaient pas poursuivi d'études supérieures mais tous fuyaient quand ils voyaient le canapé rose d'Adrian. Pensant que les deux amis étaient gay. Aucun garçon n'avait souhaité prendre la troisième place de peur de se retrouver au milieu de ce couple hétéroclite. Alors Winnie – certainement envoyée en taupe par leur mère – avait pris la chambre vacante.

- Et je ne suis pas certain d'en être content mais cela fait maintenant trois mois qu'elle sort avec Adrian. S'il la touche, je le jette par la fenêtre avec son canapé merdique. On s'y remet? demanda-t-il en se levant, saisissant au passage la dernière des baguettes.

- Ca va? T'es forte... Tu tiens bien le coup, dis-moi... l'encouragea-t-il avec affection car il savait que la douleur devait être très intense malgré ce qu'elle laissait voir.

Ce n'était pas du tatouage moldu – qui déjà meurtrissait assez. Le point à point était douloureux. C'était une torture. Il le savait pour l'avoir vécu sur toute l'étendue de son buste et de ses bras.





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Jeu 24 Jan 2008 - 3:02

Jo hocha la tête pour lui indiquer qu'elle était prête à reprendre. Lorsqu'il se leva, elle se mit à regarder vaguement devant elle, complètement perdu dans ses pensées, son trouble. Elle avait écouté son récit mais ne pouvait s'empêcher de regarder leur main jointe. Emprise à d'étranges mais agréables sensations, elle se laissa aller à le regarder dans les yeux tout en profitant de l'instant présent. Son oreille se délecta de l'entendre parler pour dire plus d'une phrase. Elle avait l'impression, juste un bref instant, d'être retournée quelques mois en arrière et de parler avec lui de sujets légers... enfin plus ou moins...

Il ne lui apprit pas grand chose. Il avait raison, ce n'était pas pour rien que Winnie était venu habiter avec lui. Elle jouait bien son rôle d'indic et établissait un rapport régulièrement à leur mère. Jo avait elle aussi profité de cette source d'information pour avoir des nouvelles de son ex petit ami. Ce n'était pas pour espionner mais savoir comment les choses se déroulaient pour Adel... S'il avait trouvé sa voie... S'il avait un autre petite copine (nonnnn! Ce n'était pas de l'espionnage ça, c'était juste pour savoir!)...

Jo comprenait l'inquiétude la mère d'Adel, comme elle comprenait celle de ses parents. Mais ils ne pouvaient pas s'arrêter de vivre. Fréquenter Londres la nuit était devenu dangereux... plus dangereux qu'avant. Son père le lui avait défendu, ainsi que sortir sans prévenir... Elle soupçonnait une entente clandestine entre lui et Malhou pour qu'il n'y ait pas de débordement et pour que les règles fixées à l'avance soient respectées.

Elle hocha la tête de nouveau et sourit : oui elle était forte... en fait, à certain moments, elle était à deux doigts de pleurer tellement cette sensation de brûlure lui titillait les nerfs. Mais plongé dans le récit d'Adel ou plongé dans son propre récit, elle en oubliait la douleur.

Elle avait posé son menton sur ses bras en attendant avec appréhension le nouveau bambou. Avant que le jeune homme ne fasse quoi que ce soit, elle se mit à rire. Ce n'était pas un rire moqueur ou méchant, mais un rire qui sortait du fond du coeur. Totalement spontané et pas vraiment fondé. Elle repensait à ce qu'avait dit Adel à propos de Winnie et Adrian.

- Je trouve ça vraiment tout mignon que tu t'inquiètes pour ta petite soeur, dit t-elle à peu près calmée. J'aurais voulu un grand frère comme ça. Mais si tu veux mon avis, tu peux déjà commencer à jeter le canapé par la fenêtre.

Après un court silence

- Je ne sais pas s'il s'est passé des choses mais bon... au bout de trois mois, toi et moi, par exemple, on était passé à autre chose que de simples et chastes baisers, sans pour autant aller jusqu'au bout.

Elle le regardait et essayait de sonder son esprit à la recherche de la moindre réaction, du moindre sentiment qui pourrait traverser son âme à l'évocation de leur relation passée tout en lui faisant le sourire le plus doux qu'elle puisse. Elle avait fait le rapprochement avec eux sans le faire exprès, ses mots étaient sortit avant qu'elle ne réfléchisse à leur possible impacte. Mais, maintenant c'était fait... c'était trop tard... autant en profiter...
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7690

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Mer 30 Jan 2008 - 18:25

Adel leva un instant la baguette. Là, il se sentait particulièrement déconcentré. Il avait une envie terrible d’appeler Lawrence sur le champ pour lui interdire de toucher à un cheveu de Winnie et de s’en éloigner dorénavant. Dans une suite d’images insupportables, il avait superposé Adrian et Winnie au premier jour d’hiver où Jo et lui s’étaient retrouvés nus dans le BDE, des caresses volées dans les couloirs, le décrassage dans le Poudlard Express, la nuit suivant sa sortie du Labyrinthe des Cancres (HJ: héhé) mais, il est vrai, bien avant tout cela, alors qu’ils ne sortaient ensemble que depuis deux mois, Adel se souvenait la soirée Pink.


Retour en arrière
31 Octobre 2007


Jezabel et Sambre étaient assis sur les marches. Le professeur tenait dans ses bras l’élève qui avait été chahutée par des Serpentard. Adel et Joséphine les aperçurent quand ils sortirent de la salle de divertissements et passèrent devant les grandes portes ouvertes.

La vision injuste de cet acte avait raisonnablement écoeuré Adel qui avait enfoui la main de Jo dans la sienne pour sortir de la salle le plus promptement possible. Il était fervent admirateur des cancres et autres fanfarons qui aimaient troubler l’ordre public mais l’injustice l’insupportait. Acte commis par un des siens. Ce n’était pas le premier ni le dernier mais ces gestes l’épouvantaient car ils représentaient à ses yeux la décadence de la maison de Serpentard. Certes, il n’éprouvait pas de sympathie outre mesure pour les Gryffondor – Adrian mis à part – leur sort l’indifférait, toutefois les actes font les Hommes et certains Hommes étaient particulièrement laids.

Pour calmer son énervement, il ne voyait pas d’autres façons que fuir le lieu. Après avoir déambulés au hasard dans quelques couloirs, il se souvint qu’il y avait Joséphine au bout de sa main crispée. Il s’arrêta, cligna des yeux et se rendit compte qu’ils étaient au troisième étage. Que faisaient-ils donc au troisième étage? Ils poussèrent n’importe qu’elle porte de salle de classe donnant sur le couloir où ils se trouvaient et s’y installèrent silencieusement.

Hormis le fait qu’il s’agissait d’un évènement de l’école, Adel se souvient parfaitement de cette soirée car c’était la première fois qu’il touchait la peau de Joséphine. Il s’était assis sur une chaise en bois, et tendait ses bras silencieux vers elle. L’énervement provoqué par la scène entre Demelza et Jezabel faisait toujours frémir son sang. Il réclamait un câlin, quelque chose de doux, quelque chose qui le pacifie.

Joséphine s’était assise sur ses genoux et il avait refermé ses bras autour de sa taille et posé sa tête contre son épaule. Alors, elle avait écarté son bras ppur le passer autour de lui et son front s’était retrouvé contre sa poitrine. D’abord ému, il se calma assez vite et ferma les paupières pour écouter battre son cœur. Elle lui caressait les cheveux, le cou, les épaules. Tout était silence et or. Il avait glissé sous son pull rose sa main contre la peau de son dos et caressait l’étendue nacrée pendant plusieurs minutes. Il se calmait enfin.


L’idée, même furtive, que Lawrence puisse appuyer sa tête contre le sein de sa sœur ou encore lui caresser le dos!!

* Faut pas que j’y pense... faut pas que j’y pense... *

Adel était plutôt remonté mais il avait un ouvrage à terminer. Il regarda son travail où il l’avait interrompu... il regarda le dos... l’étendue nacrée... son cœur se mit alors à battre anormalement. Il rougit fugacement et s’obligea à reprendre le tatouage maintenant et sans délai, en grommelant ce qui devait être des sortes de menaces à destination d’Adrian. Ce soir, ils auraient une petite discussion.

D’un autre côté, Adel s’avouait sans conteste qu’il préférait savoir Winnie avec son meilleur ami plutôt qu’avec un sale type de son âge aux hormones aussi agités qu’un groupe de fans devant Elliot O’Malley.

Une petite quarantaine de minutes passa encore sans que personne ne parle (en tout cas pas le tatoueur), puis il posa la baguette de bambou dans l’écuelle de fer. De sa voix la plus éteinte, il déclara:

- Terminé. Je vais chercher un second miroir pour que tu puisses voir... reste allongée.





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Mar 5 Fév 2008 - 0:21

Adel était perdu dans ses pensées. Tantôt il plissait le front, tantôt il se détendait et avait le visage qu'elle ne se lassait pas de regarder. Il avait le même air que lorsqu'autrefois elle l'avait dans ses bras. Il fronça de nouveau vite les sourcils. Il s'était sûrement rendu compte jusqu'où Adrian et sa soeur étaient allés. Elle se mit à rire et se remit en position initiale sur le ventre, voyant qu'Adel voulait se remettre à son travail. Elle ne remarqua pas son hésitation.

Elle se repréparait déjà psychologiquement à souffrir. Le front posé sur un de ses poignet, elle attendait. Puis un picotement et une brûlure. Il avait reprit. Ça ne lui faisait pas mal. C'était juste désagréable. Compensé par la sensation relaxante et stimulante du souffle d'Adel caressant son épiderme. Elle ferma les yeux et se laissa bercer par ce ballet incessant.

Lorsqu'il reposa la baguette de bambou, Jo ouvrit les yeux et releva la tête. Elle devait avoir une grosse trace rouge sur le front. Mais peut importe. De toute façon, elle était trop gazée pour s'en apercevoir.

Elle n'avait pas dormi, elle n'avait pas non plus pensé, fait de petits films ou autre. Elle s'était juste plongé dans un grand vide. Touts ses préoccupations, ses doutes,ses peurs, ses attentes, ses pulsions, ses envies avaient disparu pour un court moment. Elle s'était perdu dans le vide, y avait airé quelque temps et la revoila de nouveau dans cette pièce.

Adel était parti cherché un miroir. Elle l'entendit s'éloigner. Elle se frotta les yeux et replaça des mèches de cheveux derrière ses oreilles et jeta un coup d'oeil en arrière. Elle était bien trop curieuse et impatiente pour attendre le miroir. Mais bon pas facile d'apercevoir quelque chose! Elle essaya de se contorsionner mais sans succès. Et puis... ça la brûlait quand même lorsqu'elle bougeait... Elle n'insista pas trop. Elle soupira et se mit à taper du doigt sur la table.

Elle se rendit compte à cet instant que maintenant que le tatouage était terminé, elle n'avait plus vraiment de raison de rester en sa compagnie et de venir le voir. Il fallait qu'elle trouve quelque chose et si possible pas trop flagrant. Mais qu'est ce qu'elle pouvait dire d'autre que :

- Tu fois quoi ce soir?

Léger rosissement des joues.

-Il est dix huit heures. Tu as quelque chose de prévu après?

Là, elle s'était vendue. Elle venait de lui montrer et de une qu'elle était toujours accroc, et de deux, qu'elle était toujours aussi collante.

Ça montrait aussi qu'elle ressentait toujours quelque chose de fort envers lui, voir même plus et qu'elle n'avait pas envie qu'ils se quittent encore et ne se donnent pas de nouvelles pendant des mois ou encore qu'elle ne voulait pas disparaître de sa vie comme elle avait l'impression ces derniers temps. Peut être qu'il verrait aussi qu'elle s'en voulait énormément de n'avoir rien dit à propos de sa petite aventure avec Eden et que quoiqu'il se soit passé, c'était toujours lui qui était son centre de tout et depuis quelques années déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7690

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Ven 8 Fév 2008 - 1:04

Adel retira puis plia consciencieusement son tablier noir qu’il reposa sur le dossier d’une chaise. Il venait d’installer le deuxième miroir en équilibre contre un chiffonnier de bois et de fer, un peu en face de celui qui était en pied, dressé contre le mur. Un mouvement brusque lui échappa qui fit couiner le coin du miroir qui dérapa sur le sol lorsque Joséphine lui demanda ce qu’il faisait après. Il se remit d’aplombs et se tourna vers elle silencieusement, l’aidant à se relever en la tenant par le bras et en la guidant vers les deux miroirs, placés en convexe.


(clic dessus)


Il la laissa se placer dos à ceux-ci. Lui-même se tint face à elle et regarda le résultat dans le miroir puis, durant qu’elle se mirait, lui l’observait. Il tenait distraitement son débardeur un peu relevé sur son dos, la laissant s’occuper de retenir son pantalon et il s’avança d’un pas. Un pas qui le plaça très près d’elle. Il la regardait toujours et il était assez difficile de savoir à quoi il pensait.

Il attendit que Joséphine se rende compte qu’il la dévisageait. Lorsqu’il eut son attention:

- Tu veux faire quoi dans ton état? Fais trois pas et tu verras... Je te raccompagne chez madame Piterski, lui proposa-t-il.

Sa voix était dure. Plus dure qu’il était nécessaire pour se faire comprendre. On l’aurait dit... fâché.

- Ca te plaît? Reprit-il d'une voix plus douce.





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Dim 10 Fév 2008 - 23:30

Plus elle regardait le tatouage, plus elle souriait. C'était ce qu'elle voulait. Elle avait enfin ce qu'elle désirait depuis des mois, fait par la personne qu'elle désirait le plus au monde. Jo avait envie de toucher le tatouage pour bien voir qu'il était réel... mais elle savait que c'était une mauvaise idée et n'en fit rien. En plus... vu la douleur qu'elle avait ressentit lorsqu' Adel lui avait fait, pour sûre qu'il tait bien réel.

Il lui tenait son débardeur pour qu'elle puisse mieux voir, il avait en même temps légèrement frôlé son dos de ses doigts et depuis elle ressentait quelque chose de bizarre. Un frisson oui mais aussi autre chose. Comme si quelqu'un lui chuchotait quelque chose dans la tête. Mais c'était tellement faible et ça semblait tellement lointain que Jo ne comprenait pas ce que la voix disait.

Elle perdit légèrement son sourire et tourna la tête vers Adel. Ce dernier la regardait déjà. Un regard qu'elle n'arrivait pas à interpréter mais qui la troublait. Et il était si près d'elle... Elle baissa machinalement les yeux vers ses lèvres... Elle soupira.


- Tu veux faire quoi dans ton état? Fais trois pas et tu verras... Je te raccompagne chez madame Piterski.

Le peu de sourire qu'il lui restait disparut. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il prenne ce ton là. Jo baissa directement les yeux au sol, comme une enfant à qui on venait de faire la leçon. Sa voix était dure, comme s'il semblait en colère. Elle ne comprenait pas se revirement de situation. Il y avait tout sauf de la colère dans le regard qu'il lui lançait avant non?

En même temps ce n'était pas comme s'il avait tort. Lorsqu'elle s'était levé, c'était comme si on lui avait mis un fer à cheval chauffé au rouge dans le bas du dos. Mais pourtant...elle aurait bien voulu passer du temps avec lui... Mais lui ,ça n'avait pas l'air de le tenter plus que ça. Peut être qu'il avait envie de mettre un terme à leur tête à tête.

Toujours la tête baissée, les yeux à présent humides, elle acquiesça. Elle avait mis ses mains dans ses poches de devant et tordait des doigts à l'intérieur.


- Ca te plaît?

Un signe de tête en guise de oui. Mais cette fois elle pinçait ses lèvres en prime. Elle était incapable de lui dire que ce tatouage représentait beaucoup pour elle...Incapable... Sinon elle exploserait en larme... D'ailleurs c'était déjà fait.

Elle avait passé ses bras sur ses épaules et avait caché son visage dans son cou. Plus elle essayait de se retenir, plus elle pleurait de plus en plus fort. Elle le serrait contre elle, comme si c'était la dernière fois. Tout ce mouvement lui brûlait le dos, mais elle s'en fichait Après quelques tentatives infructueuses elle réussit à articuler un « merci ». Puis sa respiration revint peu à peu à la normale.

Elle ne desserra pas son étreinte pour autant. Elle avait peur de lui dire, peur de sa réaction ou non réaction mais en même temps elle ne se voyait pas partir sans le lui dire. Elle ne se sentait pas obligée... mais elle le devait.


- Toujours... Plus fort encore...

Elle lui murmurait à l'oreille. Re-sanglot.

- Je t'aime Adel...
Revenir en haut Aller en bas
Adel Iscarioth
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Londres
Occupation : Tatoueur
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 7690

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Lun 11 Fév 2008 - 2:45

Flash-back

Allongé sur le dos dans la chambre aux lumières éteintes de l’appartement londonien qu’il partage avec Adrian, Adel se cache le visage avec le bras qu’il y a posé dessus. Il ne sait plus depuis combien de temps il s’est enfermé dans sa chambre mais la chaleur moite qui le serre à la poitrine et la nuit qui a envahi la pièce lui indiquent qu’on n'est déjà plus hier. Hier il faisait encore jour et froid, et avant-hier aussi, et avant avant-hier aussi. C’était la première fois depuis le vol du Calice que les conditions météorologiques se montraient aussi capricieuses et persistantes. C’est pourquoi encore aujourd’hui, l’apprenti tatoueur peut situer avec exactitude cette soirée. Le 5 Août 2009.

* C’est la première fois que je ne la vois pas depuis aussi longtemps. *

Ou peut-être se souvient-il bien de cette soirée car cela fait exactement trois mois qu’il n’a pas vu Joséphine.

Louange entre dans la chambre et se glisse à côté de lui.

Alors peut-être qu'il se souvient de ce jour, car Louange lui a accordé une faveur importante à ses yeux.

Elle ne porte pas son masque qu'elle pose négligemment sur la table de nuit. Elle monte sur le lit et fourre sa tête dans l’épaule du jeune homme.

- Il ne t’a pas fallu longtemps pour me céder.
- Il ne t’a pas fallu longtemps pour me céder.

Après un silence Louange se redresse sur le torse d’Adel, retire le bras qui lui cache le visage pour obtenir son regard. Alors, il la regarde. Ses yeux sont vides et malgré la demie obscurité, elle peut les voir, brillants et grands ouverts. Elle lui retire son T-Shirt. Il frisonne mais elle sait que ce n’est pas à cause du froid ou du contact cutané. Adel est toujours rétif au contact des filles. Il ferme ses yeux sur la chambre et sur la femme à cheval sur lui. Elle passe son index sur les dessins imaginaires de sa peau puis lui avoue:

- Je sais bien que tu ne m’as pas cédé.
- Je sais que tu sais.

Son doigt s’arrête sur son cœur et elle l’enfonce un peu dans sa chair.

- J’accepte.
- Quoi?
- De te tatouer, j’accepte.

Fou de joie comme si on lui annonçait le retour du prophète, Adel se redresse et l’embrasse. Elle le repousse.

- J’y mettrai ta tristesse, ta souffrance, tes angoisses, tes fantômes, ton instinct de conservation, ce que contiennent tous ces silences que tu nous fais sans cesse, et à cette condition, ils seront sur ta peau et plus dans ton coeur. Tu ne dois plus être le même Adel.
- Si je ne suis plus le même, je ne suis plus Adel...
- Tu n’es pas Adel, tu es un cœur brisé et je m’étonne que tu respires encore. Qui t’a fait ça? A combien s’y sont-ils mis pour te piétiner comme ça?

Il ne répondit pas, se leva en la poussant sur le côté.

- Tu peux commencer maintenant à préparer le dessin? Lui demanda-t-il d’une voix presque suppliante. Le tatouage était l’exorcisme de ce qui le travaillait. Louange prétendait savoir dessiner ce qu il était, il le lui avait demandé cent fois, elle avait toujours refusé, autant que lui l’avait toujours refusé.

- Tu ne me demandes pas pourquoi j’accepte maintenant? Questionna-t-elle une nouvelle fois sans être certaine d’obtenir des réponses.

Elle avait raison de douter. Il se contenta de lui offrir un très grand et très heureux sourire. Il revint vers elle et lui tendit la main pour l’aider à se relever.

- Tu sais exactement pourquoi j’accepte, c’est ça?

Il acquiesça, toujours aussi heureux.

Fin du flash-back


Ses bras s’étaient refermés autour de Joséphine. Il la tenait contre lui sans parler parce qu’il ne savait pas le faire. L’expression de son visage était toujours indéchiffrable mais la jeune femme ne pouvait s’en soucier la figure ainsi enfouie dans son épaule. Il la garda contre lui jusqu’à ce que les sanglots s’apaisent. Cela prit du temps. Le chagrin était lourd et très humide.

Il sav... non, il ne savait rien, il ressentait ce que Joséphine ressentait. Il n’avait aucun besoin de se questionner interminablement sur cette mélodie des larmes, il en connaissait toutes les consonances. Il avait soudain eu l’impression mystérieuse que le coeur de Joséphine parlait directement au sien sans passer par les neurones d’ordinaire trop sollicités. Il ressentait ce qu’elle ressentait avec une évidence naturelle. Il se doutait de ses craintes bien qu’il ne les partageât pas.

- Puce...

Le murmure résonna entre deux reniflements peu gracieux qui le firent sourire. Il essuya une larme, embrassa une tempe.

- Tu es la seule personne que je connais qui serait capable de se blesser avec un gant de toilette. Tu es aussi dangereuse pour toi que pour les autres dans ton état normal, alors comment peux-tu croire que tu survivrais à une soirée à vadrouiller avec moi dans l’état où tu te trouves maintenant? Ca me met en rogne que tu penses à t’amuser au lieu de te reposer. Je te trouve inconsciente. T’es dans le désordre, Jo. Et t'es trop flippée. Désolé si c’est moi qui te fais peur. Tu ne dois pas avoir peur de moi, tu dois me laisser le temps, OK? C’est tout ce que je veux. Un peu de temps.

Il l’abandonna un instant au milieu de la salle pour aller chercher de quoi lui faire un pansement. Quelques bandages et coups de baguette plus tard, il avait protégé les plaies infimes et multiples causées par les aiguilles. Pour l’égayer, il avait invoqué un "accio bordel à Puce" qui ne produisit rien d’autre qu’un sourire.

Puis, il attira véritablement ses affaires pour l’aider à les passer.

- Tu vas venir chez moi... ça fera plaisir aux deux autres singes de te voir...

* Et après ce que tu m’as dis je pourrai les surveiller Twisted Evil *

- ... Win te passera des affaires et tu peux dormir à la maison si tu veux qu’on reste ensemble mais on va nulle part tant que tu cicatrices.

Plus bas, au creux de son oreille près de laquelle il déposa un baiser:

- Et tu peux rester avec moi jusqu’à ce que tu aies cicatrisé complètement. Ca te laisse une semaine.

Il se recula, la regarda et lui fourra son bonnet sur la tête jusqu’aux yeux:

- Ensuite, je te renvoie chez Piterski illico pour que tu casses chez elle et pas chez moi.

L’attrapant par l’épaule, il tira légèrement sur le bonnet pour voir réapparaître ses yeux. Ils se mirent doucement en marche dans les dédales de couloirs pour qu’il puisse fermer la boutique et rejoindre la colocation ensemble.


Flash-back

- Parce que maintenant je sais que tu l’as dans la peau...

Fin du flash-back





Dans la colère rien ne convient mieux que le silence. Silence is a text easy to misread. It is more musical than any song. Silence is mine. Leave it to me.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   Ven 15 Fév 2008 - 0:46

Jo Campbell à Isis a écrit:

Misis,

Je ne rentre pas à la maison ce soir. Je t'envoies ce hibou de chez Adel. Il a accepté de me faire le tatouage. Il a utilisé ton ancre. Ça fait mal. Il ne sait pas que seulement lui et moi pouvions le voir. Pas encore. Et j'ai de drôles de sensations lorsqu'il me touche. Ce n'est pas par rapport à ce que je ressens pour lui, c'est différent. Je ne comprends pas.

J'ai pris énormément sur moi pour ne pas le serrer dans mes bras, l'embrasser et pleurer lorsque je l'ai revu... mais une fois le tatouage fini, je ne voulais pas m'en aller. Je voulais rester avec lui. Pas forcement pour faire quelque chose mais être près de lui. Même s'il s'est énervé, je crois qu'il a comprit ce que je voulais. Et il m'a invité à venir passer la semaine chez Adrian, Winnie et lui, le temps que je cicatrise. Et si ça s'infecte tu crois que je pourrais rester plus longtemps? Je plaisante... un peu. J'aimerais vraiment que ça cicatrise tout doucement. Je sais. C'est n'importe quoi ce que je raconte. Et oui, il travaille la semaine mais... peu importe... Je vais vraiment savourer tout le temps que je pourrais passer avec lui. Tu vas peut être penser que je suis folle. Il n'y a pas de doute. Folle de lui.

Il m'a dit qu'il avait encore besoin de temps. Je le sais et je comprends... après tout ça... Mais ça me rend dingue. Lorsque j'ai sentit ses bras se fermer autour de ma taille je me suis sentit comme... c'est difficile à expliquer... comme de la vapeur d'eau. Je me sentais monter, monter... Et lorsqu'il m'a appelé par mon surnom, celui qu'il me donnait, c'est comme si on avait mis mon coeur dans du coton.

Tu crois qu'il sait à quel point je l'aime?

Je ne sais pas encore comment ce séjour chez lui va s'organiser, ce qui va se passer ou pas. Tout ce que je sais, c'est que je pourrais ressentir de nouveau un peu de « nous ». Peut être que je ne devrais pas... mais je n'arrive pas à cesser d'espérer. Et grâce à ce tatouage j'ai encore plus de Lui en moi...

Enfin, ne t'inquiète pas. Je suis là où je veux être le plus au monde. Ne t'en fais pas, je ne t'abandonne pas.

Adel viendra chercher des affaires demain. Je t'en supplie, ne le titille pas. Et si tu pouvais juste ranger deux trois trucs dans ma chambre... J'ai envie de lui montrer que je peux faire des efforts. Je vais faire de mon mieux et cesser d'être aussi maladroite et désordonnée.

Je ne veux pas le perdre... le perdre encore plus.

Et ne te fait pas de souci, Winnie sera là en cas de problème. C'est les vacances. Et je t'écrirais pour te donner des nouvelles.

Je t'embrasse tout fort Misis

Ta Meringue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse] Juste un tatouage...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chemin de Traverse] Juste un tatouage...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Explore le chemin de traverse
» Les boutiques du Chemin de Traverse
» Event N°1 • Foule au chemin de traverse
» [Objets] Sur le chemin de traverse
» [Chemin de Traverse] Les foudres de Zeus (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & Administrations-
Sauter vers: