PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 [Hawk Wing] Loevi Leroy - 1ère année

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loevi Leroy
● University ●
avatar

Nombre de messages : 464
Age du personnage : 23
Habitation : Londres
Occupation : Dissimulée
Signature : Loevy
Avatar : Zyn
Date d'inscription : 16/11/2007
Coup de coeur : 29
Gallions : 7334

MessageSujet: [Hawk Wing] Loevi Leroy - 1ère année   Dim 18 Nov 2007 - 2:04

Comme tous les ans au matin de la rentrée, Loevi fut réveillée par Hibiscus, l'elfe de maison de la famille. Un peu plus tard que les années précédentes, à l'époque où c'était encore à elle de préparer le petit-déjeuner de tous les Sangs Purs de la baraque. Maintenant que ladite baraque était considérablement dépeuplée et que Loevi avait pris du grade, Hibiscus se retrouvait à tout faire tout seul. Et comme ils n'échangeaient plus rien d'autre que des plats à l'heure des repas, elle ne savait pas si ça le dérangeait.

Elle se leva lentement, la tête vide. Elle avait souvent la tête vide, ces derniers temps. Ça valait mieux que les idées noires qu'elle se trimbalait le reste du temps. Elle avait le choix : ressembler à un vampire en manque ou à un Mangemort en action. A bien y réfléchir, elle préférerait aucun des deux, mais ce n'était pas possible. L'année précédente avait été rude, et l'été pire encore. On pouvait difficilement imaginer pire ; quoique non, c'était toujours possible.

Le petit-déjeuner se passa en silence, en tête à tête avec... elle-même. La salle à manger réservée des Resnald n'accueillait plus maintenant que les restes fangieux d'une dynastie dévastée, à savoir les derniers descendants de la branche maîtresse : Loevi et son père, Patrick Leroy. Si Loevi n'avait oas quitté sa chambre depuis le début des vacances, son père en revanche n'y avait plus remis les pieds depuis un bon moment. Comme si ça pouvait déranger quelqu'un. Les vieux tableaux des ancêtres, peut-être ?

Hibiscus la servit toujours sans un mot, sans même échanger un regard avec elle. Difficile de savoir si c'était pas accord tacite qu'ils s'ignoraient de cette façon, ou si l'elfe avait les héritiers de la famille en horreur. Elle-même ne faisait aucun effort - qui en ferait, à sa place ? En tout cas, ça se passait bien. Autant que l'indifférence générale le permettait. C'était mieux que des éclats de voix à longueur de temps ou, pire encore... que de voir la compassion dans le regard de la vieille créature.

Loevi trouva la vieille arrière-arrièèère-grand-tante Martha, l'affreuse mégère de la maison, accessoirement la peau la plus frippée du coin. Presque centenaire, et toujours BloodDust de la pointe de ses cheveux filandreux jusqu'à ses ongles de pieds racornis. Crochets de serpent et langue de vipère. Une abominable bonne femme qu'il valait mieux éviter. C'était à se demander ce qu'elle foutait encore là, cent ans et toutes ses dents. Au lieu de se décomposer en fumier dans le cimetière du parc, elle pourrissait lentement sur son vieux fauteuil de rotin moisi. Là où de jeunes sorciers pleins de vie étaient morts sans raison, cette vieille peau comptait les mois qui la séparaient du siècle.

Et elle semblait porter une aversion particulière à Loevi, qui se serait bien passée d'éveiller son intérêt, aussi malveillant fut-il. Evidemment, lorsqu'elle vit passer la jeune et fringante héritière de sa précieuse dynastie, elle ne put s'empêcher de siffler sur son passage ses ineptiques recommandations BloodDustiennes.


-Le sang des BloodDust en elle elle porte, mais impur elle et son père l'ont rendu. Si à l'école la pestiférée retourne, de l'honneur sacré de la dynastie fini c'en sera ! A moins que des valeurs de ce nom elle s'imprègne, à moins que les traditions de ses aïeuls elle perpétue, en ce lieu comme en un autre toujours à la hauteur se montrera. Et quoi qu'il advienne jamais ne renie son nom ! Que l'honneur des BloodDust son crédo devienne, et que la véritable héritière enfin elle soit...

*Mais oui, mère-grand, tu as tout à fait raison...*

Cette absurde pensée s'était bousculée toute seule dans sa tête. A peine arrivée, déjà repartie. Elle n'avait pas laissé plus grande impression à la jeune fille que le discours très encourageant de la mémé rabougrie. En fait, il n'y avait pas beaucoup de choses qui laissaient une grande impression à Loevi, ces derniers temps. Son esprit était ailleurs, à la fois dans la rage et la douleur. Elle avait du mal à se partager ; et c'était fatiguant.

Ils ne furent pas nombreux à se presser à la porte à son départ. Normal, entre ceux qui avaient rejoint la nécropole aux tombes brisées par les plantes et ceux qui se fichaient bien de savoir ce que cette héritière malvenue pouvait devenir... ça rétrécissait singulièrement la foule des adieux. Son père n'était même pas là, encore parti en vadrouille en France, sans doute. Il y avait en revanche un lointain cousin d'une branche si lointaine qu'on se demandait souvent ce qu'il foutait là sans songer à le foutre dehors - il faisait de bons gâteaux, quand il s'y mettait... ou quand il les faisait pour Loevi. La vieille Martha BloodDust Palmirya accompagné de son éternel majordome aux tempes grisées et au maintien strict dans le genre "balai dans le c**". Et la petite voisine, une Moldue de cinq ans qui ne comprendrait jamais à côté de quel genre de famille elle vivait.

Au revoir tout le monde et que la prochaine bouffée d'air vous étouffe. Sauf toi, petite, tu n'as rien fait de mal.

Le quai du Poudlard Express était toujours le même, après sept années. Ça n'avait rien de rassurant pour Loevi, bien au contraire. En fait, ça lui foutait carrément les nerfs en pelote. Que rien ne change alors que sa vie à elle n'avait strictement rien à voir avec ce qu'elle avait été la première fois qu'elle avait pris ce foutu train. Ah elle se souvenait du premier voyage, ah ça oui. Pas moyen de l'oublier. Avec un imbécile de cousin qui n'en loupait pas une pour se faire remarquer mais qui l'ignorait superbement. Magnifique voyage.

Et cruel souvenir. Rien que d'y repenser, elle sentit son cœur se serrer. Il avait eu beau l'ignorer à l'époque, au moins il était là, ce qui n'était pas le cas aujourd'hui. Ce qui ne serait d'ailleurs plus jamais le cas. Le vide intersidéral de son demi-sommeil perpétuel avait quitté sa tête, remplacé par les affres d'une souffrance sans nom. Elle tremblait tellement, maintenant, que sa valise alla s'écorner par terre. Son regard restait fixé sur la locomotive rouge alors que tout ce qu'elle avait essayé de tenir éloigné d'elle se rappelait à son bon souvenir.

C'était fini, tout ça. Elle continuerait à prendre ce train de malheur, mais il ne serait plus jamais là à vouloir constamment la rabaisser. Rien. Pas même une vision lointaine. Rien qu'un souvenir.

Les larmes coulaient silencieusement sur ses joues mais elle n'en avait même pas conscience. Le bruit qui régnait sur le quai l'étourdissait. Son ventre grogna ; elle n'avait pas mangé grand chose de tout l'été. Elle ramassa sa valise et se dirigea vers l'arrière du train, tout ce qu'elle voulait, c'était voyager seule. Elle ne prenait même pas la peine de sourire aux gens qu'elle connaissait, et d'ailleurs, elle ne cherchait même pas à les reconnaître. Les yeux rivés devant elle, elle avançait d'un pas ferme, la mine rébarbative, les joues encore brillantes de larmes. Elle se fichait bien de savoir ce qu'on pourrait penser d'elle, ça n'avait pas la plus petite importance. En fait, plus rien n'avait d'importance.


<¤>¤<¤>


La gare de Pré-au-Lard était là, conforme à ses souvenirs. Trois mois d'absence et elle se voyait déjà comme une vieille dame revenant voir l'école de son enfance. Pathétique. Elle secoua la tête et suivit la masse d'étudiants qui se dirigeaient vers les carosses. Il faisait nuit, il faisait froid, mais elle, tout ce qu'elle voulait, c'était un carosse pour elle toute seule. Autant vouloir devenir Langue-de-Plomb. Tremblant dans ses vêtements pas très épais, elle grimpa dans la première cariole qui passa à sa portée. Peu importe qui se trouvait là. Au moins, il faisait chaud.

Tant qu'elle regardait au-dehors, elle pouvait maintenir l'illusion que personne ne l'avait reconnue et que personne ne la dévisagerait. Et surtout que personne ne lui adresserait la parole ; elle n'avait pas envie de parler, quitte à vouloir frapper le premier qui essayerait d'engager la conversation. De retour à Poudlard, elle se sentait d'humeur violente. Elle avait déjà envie de commencer avec ceux qui l'entouraient. Elle ne savait pas de qui il s'agissait mais elle avait l'impression de sentir leurs regards inquisiteurs sur elle, d'entendre les murmures de discussions tournant autour d'elle et des malheurs de l'année précédentes. Et ça, elle n'appréciait pas du tout.

Elle fut la première à descendre dès qu'ils arrivèrent devant le château, et elle le regretta presque aussitôt. Même dans l'ombre, elle reconnaîssait le moindre accroc dans la silhouette du château, la moindre tour et tout le reste. C'était un peu trop réaliste à son goût. Jusque-là, une partie d'elle s'était encore plue à croire que tout ça n'était qu'un rêve, affreux sans doute, mais un rêve quand même. Or là, elle ne pouvait plus s'y tromper : elle était de retour.

Elle qui avait cru fréquenter Poudlard seulement sept ans s'y retrouvait pour trois années supplémentaires. On lui avait pourtant répété pendant dix-huit ans qu'elle n'irait jamais à l'université où que ce soit, alors que les années universitaires de Mark en France étaient déjà prévues depuis avant même sa naissance. Non, pas d'université pour Loevi. Pas pour la fille d'une branche servile qui n'existait que pour servir l'héritier. Même après... même après l'incident survenu l'année précédente, elle n'y avait pas cru. Et pourtant une lettre claire et précise de son père l'informait que toutes les dispositions avaient été prises. C'était décidé, elle allait à l'université. Elle disposait enfin du libre arbitre auquel seul l'héritier avait droit.

L'héritier, parlons-en... Ou n'en parlons pas. Il n'y avait plus d'héritier aujourd'hui, mais une héritière reniée par ses aïeuls. Sauf que voilà, aujourd'hui, c'était son père qui décidait. Elle était l'héritière, que cela plaise ou non à la Marthe aux dents longues. Elle préférait Mark... Loevi n'avait jamais compris pourquoi. Il était à Serpentard, et se plaisait à afficher le stéréotype même du parfait BloodDust. C'était peut-être ça qui plaisait tant à la famille, finalement.

Elle serra les poings et entra dans le château. Ce n'était pas le moment pour les souvenirs ; maintenant qu'elle était là, elle avait bien l'intention de n'en faire qu'à sa tête. Cette fois c'était la rage qui primait. Une rage sombre que rien ne pourrait affaiblir. Elle haïssait cette dynastie de malheur. Elle haïssait ces stupides sorciers qui prétendaient contrôler le monde, aussi. La nouveauté des derniers mois, la seule chose qui ait réussi à tirer de Loevi autre chose qu'un regard indifférent. Antarès et ses conneries...

Pour tout ça, quelque chose devait être fait. Et elle ne resterait pas en arrière.


<¤>¤<¤>


Cette fois on y était, aucun retour en arrière possible. On avait appelé son nom, elle allait connaître sa nouvelle maison.

Elle fixa un long moment la coupe comme pour la défier. D'ailleurs peut-être même qu'elle la défiait vraiment, comme le premier obstacle qu'elle représentait. Selon ce qu'elle allait tirer ici lui serait permis de faire ce qu'elle voulait. Foutre un bazar monstre, diraient certains... ou se contenter de rester en arrière, à regarder les autres faire. Ça jamais.

Elle aurait pu demander Phoenice Zone. Oh elle en rêvait. C'était la ligne de front, là où ceux qui voulaient agir se retrouvaient. Seulement il fallait rester réaliste : jamais on ne l'accepterait là-bas, elle avait un niveau trop bas. On n'efface pas dix-huit années de privation de magie en six mois. Elle avait progressé depuis, oui. Mais pas assez. L'élite lui était fermée. Alors elle avait fait son choix, celui qui s'approchait le plus de ses désirs : Hawk Wing.

Elle plissa les yeux jusqu'à deux fentes et tendit la main vers la coupe. Le moment de vérité.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
● Fondateur ●

avatar

Nombre de messages : 631
Age du personnage : 5000 ans
Habitation : Poudlard University
Occupation : Dyode
Avatar : Jugette - Gerry and me
Date d'inscription : 28/04/2007
Coup de coeur : 25
Gallions : 19423

MessageSujet: Re: [Hawk Wing] Loevi Leroy - 1ère année   Dim 18 Nov 2007 - 22:44

"Votre inscription à Hawk Wing est confirmée.
Vous venez de piocher votre blason:"


Hawk Wing


A intégrer dans la signature de même que les études ou le métier que vous visez.
Revenir en haut Aller en bas
http://dp-alternatif.pureforum.net
 
[Hawk Wing] Loevi Leroy - 1ère année
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement et Inscriptions [Année 96-97]
» Inscription Cours n°1 - [1ère année ; 5ème année]
» COURS : Histoire de la magie ? (1ère année - 6e cours de l'année)
» Narcissa Rosier
» Régulus Rubiguivre (serdy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Règles & gestion des personnages :: Les premiers pas dans le forum :: Cérémonie de Répartition des Universitaires-
Sauter vers: