PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 [Résidence K] Son double 'je'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7971

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Dim 11 Nov 2007 - 14:03

L'appel du ventre.
- On devrait pouvoir arranger ça...

Un sourire et un baiser plus loin, il s'était levé du lit, avait enfilé son vieux bas de survêtement gris pour aller à la cuisine préparer de quoi grignoter. Il descendait les marches précautionneusement et sans faire de bruit pour ne pas réveiller Iman et Shaula qui dormaient dans la chambre jouxtant celle de leurs parents... et avant tout pour ne pas réveiller les parents. Il n'avait pas envie de croiser un des colocataires de la grande pension Kaïtos, parce qu'il n'avait pas envie de se justifier ou d'affronter des sourires approbateurs qui se voudraient encourageant.

Les amis avaient souvent, et cela sans s'en rendre compte, ce genre de comportement compassionnel auprès de ceux qui venaient de sortir d'une période de dépression, de rejet ou de vide. Comme s'ils signaient un bon pour accord sur la réviviscence d'un sentiment. Egon n'avait pas besoin qu'on l'incite pour tomber amoureux, pour avoir envie de se donner ou de recevoir du plaisir. Il ne supporterait aucunement qu'on lui fournisse un agrément aussi tacite soit-il.

Le temps de Deneb était passé avec affliction, le temps d'Isis se poursuivait sur des tonalités ambiguës, un chenal vers les îles fortuites de Natacha et, plus encore, vers les îles de la liberté, continuait de tracer la route de ces renouveaux. La vie, en somme. On fait, ça se défait, on refait, on avance.

Le premier seuil de danger était passé. Il arrivait au rez-de-chaussée, où le deuxième obstacle à ne pas rencontrer dormait dans le studio au bout du couloir. Enki, Sandwi et le petit Jack qui habitaient ici le temps de travaux dans leur appartement de l'ouest londonien.

Dans la cuisine, Egon pointa sa baguette, qu'il avait pensé à emporter avec lui, sur la porte d'entrée afin d'insonoriser le lieu. Il ouvrit le frigo et quelques placards afin de trouver du matériel et une idée simple pour cet encas auroral. Il se décida pour un club sandwich accompagné d'une petite salade. Quelque chose qu'elle pourrait manger avec les mains. Il avait toujours trouvé qu'il n'y avait rien d'aussi sensuel qu'une fille qui mangeait avec les mains.
- Pas de jambon...

Tant pis. Il se rabattit sur le poulet qu'il découpa en fines lamelles, trempa au verso dans une sauce spirale (sel, poivre, huile d'olive, vinaigre de fraise, des baies et une pointe cumin, juste pour le goût), et qu'il déposa sur des toasts dorés, légèrement grillés. Tomates finement découpées qui embrassent une feuille de batavia, un carré de cheddar délicatement fondu, une rondelle de concombre croquant... un simple sandwich à plusieurs couches et découpé en plusieurs triangles qui se voulait ludique sur les papilles, dans les pupilles et à l'oreille. "On mange avec ses cinq sens..."

Il mit dans un petit bol à part des crudités et le reste de la salade qu'il accompagna d'une sauce vinaigrette assez légère. Le tout posé sur un plateau. Un verre d'eau frais, une serviette en tissu, trois coups de baguettes pour nettoyer ce qui avait été dérangé.

Il revint dans la chambre en croisant les doigts pour qu'elle ne se soit pas endormie en son absence. Le jeune homme s'avança vers le lit et déposa le plateau à côté d'elle.
- Si nous dînons ensemble ce soir, j'aimerais bien te faire un vrai repas... Mais je ne sais pas si je disposerai de la cuisine. La maison est très 'habitée', murmura-t-il visiblement assez déconcerté.




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12664

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Mer 14 Nov 2007 - 0:11

Non, elle n'avait pas profité du départ momentané d'Egon pour se décider à dormir. Il y avait bien mieux à faire que dormir, aussi fatiguée qu'elle aurait pu être après une si courte nuit. Elle fit basculer ses jambes en dehors du lit et chercha des yeux sa baguette. L'apercevant, Natacha se leva, enfilant en chemin la chemise d'Egon. A bien regarder, on aurait presque pu mettre un autre bras à elle dans chaque manche au vu de la largeur. Elle sourit à cette idée et récupéra sa baguette à terre. Juste après, le reste des vêtements qui jonchaient le sol étaient correctement pliés et posés sur une commode.

On disait que l'on en apprenait souvent plus sur les personnes que l'on côtoyait en observant le lieu où il vivait. Quand elle voyait sa mère, qui prétendait que le blanc était la couleur qui la représentait le mieux, elle riait ironiquement. La pureté n'était pas une qualité de Carline, loin de là, mais elle la voyait très bien associée à Egon. Pureté de son acte avec la création du TASKS, son combat pour la vie restante de famille qui avait vu la leur détruite par les agissements d'Antarès. C'est pour cela qu'elle l'avait apprécié dès le début, pour cette énergie qu'il dépensait sans compter pour l'association, pour aider tous ceux qui en avaient besoin. Même si les moyens manquaient cruellement, rien ne l'arrêtait. Et maintenant qu'elle n'avait plus comme seul rôle de s'occuper des douze monstres, elle comptait bien faire plus que ce qu'elle faisait depuis trois mois. Et la première chose que Natacha avait en tête était fort simple : ne plus percevoir de salaire ou, plus intelligent, elle continuerait à accepter son salaire symbolique mais le réinjecterait dans l'association dans son dos tout en ajoutant une somme plus conséquente. Ça devrait être faisable, trop d'or prenait la poussière à Gringott pour ne pas profiter de l'occasion de s'en servir pour une noble cause. Elle n'osait imaginer comment il réagirait si elle lui en parlait. La jeune fille avait souvent remis sur le tapis le fait qu'elle ne voulait pas être payer, dans les situations les plus inattendues, espérant prendre Egon au dépourvu et qu'il lui dise oui alors qu'il n'avait pas pris garde à sa question. Bon, ça n'avait jamais marché et au fil du temps, c'était même devenu un sujet sensible alors elle avait abandonné. Mais maintenant ...

Au fil de sa déambulation (oui, elle marchait pendant qu'elle réfléchissant à la meilleure manière d'aider le TASKS), elle tomba sur plusieurs photos. Son premier réflexe fut de continuer son petit tour sans s'attarder à les regarder. Toutefois la curiosité fut plus forte et Natacha prit le premier cadre. Il n'était pas difficile de reconnaitre Egon, même si il était plus jeune que celui qu'elle connaissait. Pour l'autre personne - une fille (* grincement de dent *) - elle ne saurait pas mettre de nom. Mais il ne fallait pas être Trelawney pour comprendre que ce n'était pas de simple amis. Elle retourna sur ses pas et s'installa en bout de lit et finit par regarder le plafond d'un air absent. Il fallait s'en douter, et elle n'en avait jamais vraiment douté, mais tomber sur la preuve qu'il avait un passif amoureux lui retournait étrangement les entrailles tout en sachant qu'elle n'avait aucun droit d'éprouver de tel sentiment.

Natacha se réadossa aux oreillers et rabattit le drap quand elle entendit le bruit de la porte qui s'ouvrait, tout en fourrant précipitamment le cadre en dessous du lit. Elle plaqua un sourire sur ses lèvres et tendit les bras pour faire admirer son vêtement sur elle ...


"Je t'ai emprunté ça."

Elle observa le plateau, son estomac gargouillant par anticipation mais exposa avant ses idées.

"Alors ... Première idée, tu réquisitionnes un restaurant et tu dis au chef que tu empruntes sa cuisine pour la soirée. Difficile à mettre en place j'en conviens. Deuxième idée, chez mon frère mais en y réfléchissant bien, j'ai pas envie qu'il te voit maintenant, trop dangereux. Troisième idée, au TASKS. Pendant que tu mets en pratiques tes talents de cordon bleu ... "

Et elle se tut à ce moment là pour profiter des-dits talents en croquant dans un des sandwichs. Un soupir de contentement plus tard, elle lui tendit pour qu'il puisse en profiter pendant qu'elle continuait d'exposer ses idées farfelues.

"... moi je nous crée un paramètre de sécurité. Tous ceux qui oseront s'approcher goûteront à mon talent particulier à utiliser des sortilèges originaux. En sachant bien sur que je peux faire ça n'importe où."

Et elle avait d'autre proposition comme celle-là en réserve mais elle n'était pas certaine qu'elles soient réellement intelligentes. Ce qui ne voulait bien sur pas dire que celles que Natacha avaient énoncé l'étaient, loin de là.

"Du moment que l'on est ensemble, je me fiche du lieu où l'on sera."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7971

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Dim 18 Nov 2007 - 16:14

Mais j'adore qu'on prenne des libertés avec moi lol
Ne t'inquiète pas.
Fais ce que tu veux et si quelque chose me dérangeait,
on verrait après comment contenter tout le monde pourvu que tu ne t'empêches jamais d'écrire ce que tu as envie d'écrire.



"Du moment que l'on est ensemble, je me fiche du lieu où l'on sera."

- C'est mignon, ça, convint le double, séduit et souriant, qui ne se souciait plus d'être aussi véridique ou pas que l'original. Les cerveaux étaient connectés et l'âme ne faisait qu'une avec celle de son Autre. Il se faisait à l'idée qu'au retour d'Egon, ce qu'il ressentait ou ce qu'il était pour le moment n'existerait plus en lui, en double, mais dans une seule et unique personne qui ne serait pas lui, pas double.

Il croquait une bouchée sur trois pour faire plaisir à Natacha mais en vérité il préférait la voir déguster tandis qu'elle lui parlait des ingénieuses solutions qu'elle avait pour qu'il lui cuisine quelque chose en fin de journée. Egon n'en écoutait pas un traître mot.

Il s'était allongé sur le dos à côté de la jeune femme assise, la tête légèrement tournée vers sa cuisse et les yeux posés sur elle. Il faisait aller sa main au-dessus de son visage le long du cou, de l'épaule et du buste de Natacha, écartant comme si de rien n'était, le pan de la chemise de coton bien trop grande qu'elle avait dénichée. Il découvrit légèrement un sein qu'il effleura avant de laisser la chemise tranquille et de baisser sa main en soupirant.

Il ferma les yeux laissant danser derrière ses paupières les phosphènes multicolores représentant peut-être la courbe du sein pâle sur l'ombre découpée de la chambre. Soudain, il fut étrangement pris en otage par des souvenirs composites d'Egon et de lui. La nuit qu'il avait passée avec Natacha, la veille dans son bureau avec Leigh débouchèrent sur des souvenirs de choses qu'il n'avait pas vécu en soi. Il se remémora Deneb, un matin où elle avait entrepris de jouer au marmiton, cuisinant et arpentant la cuisine nue comme une Eve, n'arborant que sa baguette, son sourire rebelle et ses ustensiles de cuisine cliquetant dans les airs. Deneb cuisinait très mal. Elle était un traumatisme gastronomique ambulant mais Egon avait toujours aimé ses plats trop salés, trop épicés, jamais assez cuit, parfois brûlés... c'était pour rattraper ces accidents culinaires qu'Egon s'était mis à la cuisine. "Pourquoi je pense à ça?"

Pourquoi? Parce qu'il était animé des souvenirs de celui qu'il remplaçait et que ces souvenirs symbolisaient ses craintes, ses attentes et ses incertitudes. Les craintes, les attentes et les incertitudes qu'il avait mais qu'Egon n'avait pas encore. Cela représentait un avertissement de l'original pour son double: "ne joue pas un jeu si compliqué. Ne cherche pas à ravoir pour moi des similitudes avec ce que j'ai perdu dans le passé."

Tournant légèrement sur lui-même pour se mettre à plat ventre à côté de Natacha il se demanda ce qu'elle avait pu dire. Encore rêveur, il se redressa et n'osa pas lui demander de répéter. Il prit sa baguette, déplaça le plateau jusque sur le sol pour se donner champ libre vers le ventre de Natacha.
- On verra ce soir... improvisa-t-il pour toute réponse en s'asseyant sur elle à califourchon, sans faire peser son poids sur ses jambes étendues. Il la serra dans ses bras, posa doucement la tête de la jeune recrue de TASKS sur sa poitrine pour qu'elle entende son cœur qui bat.
- Egon... moi... enfin, Egon cherche l'équilibre et la profondeur. Il a besoin de tout donner et de recevoir autant, de se battre et de repousser les limites pour faire exister ses sentiments, comme s'il n'y avait que face au conflit et au risque qu'il pouvait prendre la décision de s'investir. Il déteste le superficiel et les non-dits... le cœur que tu entends, c'est le mien, c'est le sien aussi. C'est un cœur usé qui aimerait battre plus fort. Je ne sais pas exactement comment nous serons ce soir ou dans trois jours. On peut créer des plans et des soirées tous les deux en faisant comme si de rien n'était. Je peux même t'emmener en Russie pour dîner dans une datcha si le cœur t'en dit mais quand...

Egon s'interrompit pour reprendre difficilement.
- Si être ensemble est important pour toi et que ça dépasse l'écueil d'une nuit de plaisir, il faudra que tu prennes les armes... ça va être un grand désordre... je veux que tu comprennes dans quoi tu t'engages quand, moi, j'ai simplement envie de te cuisiner un bon petit plat... Natacha.




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12664

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Mer 21 Nov 2007 - 23:13

Mais quand le véritable Egon reviendra, ce sera comme si il ne s'était rien passé cette nuit, ni toutes celles qui suivront ... C'était surement à peu de chose près ce qu'il avait voulu dire avant de s'interrompre et si ce n'était pas le cas, c'est ce que Natacha comprit. Elle serra les poings pour tenter de se retenir de hurler. Elle n'était pourtant pas sujette au crise de démence avant aujourd'hui. Mais il fallait dire que sa vie avait basculé dans une période de forte complication, simplement parce qu'elle n'avait pas voulu arrêter l'engrenage quand elle en avait eu l'occasion. Et maintenant, elle se retrouvait avec de futur journée incertaine, des nuits qui le seraient tout autant et un tas de question dont il lui fallait trouver des réponses ...

"Et bien, tu feras la cuisine et nous en resterons là."

Pourrait-elle jamais savoir quand l'amitié qu'elle ressentait pour Egon s'était transformée en cette chose qu'elle ne pouvait nommer ? Mais la jeune fille était certaine d'une chose, c'était ce sentiment indéfinissable qui lui avait fait prononcer ses paroles, plus sèchement que Natacha ne l'avait voulu. Blessée. Sans raison. Elle savait pourtant qu'il n'avait pas tord, que passé ces quelques jours, elle devrait oublier jusqu'à la dernière minute les quelques heures qu'elle volerait à Egon. A moins de faire ce qu'il fallait pour les revivre, ses instants volés ...

Faire le tri, comprendre et ne pas se voiler la face. C'était un programme chargé pour les quelques jours qui venaient. Parce que quoi qu'il arrive, elle devrait être sure d'elle et de ses sentiments si elle ne voulait pas devenir folle, faire ou dire des choses qu'elle regretterait et qui la précipiterait dans des évènements incontrôlables. Elle tenait plus que tout à leur relation actuelle, aux périodes où Egon râlait quand il servait encore de cobaye pour des sortilèges, quand il les grondait tous, sans distinction, après que Natacha l'ai délivré des sorts, quand elle le voyait si tendre avec les monstres et qu'elle sentait son cœur se serrer à cette vision ... Ne pas gâcher tout ça, même si elle devait pour cela sacrifier des sentiments naissant. Parce qu'elle ne voulait pas perdre ces instants.

Elle aurait voulu se dégager, ne plus l'avoir si proche d'elle mais pourtant si éloigné. Ne plus sentir son poids sur elle, ses mains ou son souffle. Elle avait cette impression d'être enfermée, d'être prisonnière d'elle ne savait trop quoi. Oppresser par ce qu'il lui disait et qu'elle sentait que c'était vrai. Même si ça faisait mal. Et puérilement, Natacha pensait que c'était en s'éloignant de lui que la douleur que ses paroles avaient fait naître en elle s'atténuerait. 'Loin des yeux, loin du cœur' disait le proverbe.


"Explique moi une chose ... Pourquoi ton cœur est-il usé ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7971

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Dim 25 Nov 2007 - 17:34

- Usé. Abîmé.

Egon propulsa ces deux adjectifs avec aigreur. Il se leva pour passer un T-shirt. Ses gestes étaient prestes, comme s'il cherchait à fuir d'ici au plus vite ou à effacer ce qu'il ressentait, dans une profusion de mouvements sans logique: "Ces sentiment sont aussi les tiens" se dit-il en se calmant, "tu ne trahis rien en les confiant."

Il hésita. Sa tension était haute, son regard sombre, ses poings serrés. Son cœur... son cœur se désolait... alors il savait qu'il n'en guérirait jamais vraiment. Néanmoins, il pouvait en parler.
- J'ai aimé une fille. Très fort. J'ai encore du mal à imaginer aujourd'hui qu'on puisse aimer quelqu'un avec cette puissance... je sais que je n'aimerais plus jamais de cette façon. J'ai mis tout ce que j'étais dans cet amour et quand cet amour s'est éteint, tout ce que j'étais est resté enterré avec. Il a fallu que je me réinvente. J'étais dévasté.

Les poings du jeune homme se détendirent. Le stress généré par la citation de Deneb passait doucement. Sa voix devint moins dure et Egon assumait ce passé et les mots à utiliser pour le décrire sans faire couler une larme.
- Dévasté parce que dans les 60 secondes qui font une minute entière, il y a eu 30 secondes où Deneb était vivante, mon amour, ma vie, mon futur, mon espoir... puis... puis il y a cette seconde. Une seconde où elle a expiré son dernier souffle. Et 29 où j'ai réalisé qu'elle était morte et qu'elle le serait pour toutes les secondes à venir. C'était la minute la plus 'usante' que j'ai vécu. Voilà ce que veut dire 'usé', Natacha.

"C'est quand on n'a plus envie, quand on est cassé."

La conclusion ne pouvant se faire que sur un grand sourire, Egon offrit à Natacha un grand sourire.
- Les sentiments ne sont pas une chose facile. Les miens n'ont pas eu un sort plus atroce que celui de toutes les familles de TASKS. Je me remets parce que j'ai besoin de me battre pour exister. Usé mais qui fonctionne encore. Je vais prendre une douche, ponctua-t-il pour se sauver.




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12664

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Lun 26 Nov 2007 - 22:40

Et elle devait lutter contre autant d'amour contrarié par le destin ? Destin qui pouvait frapper vraiment n'importe qui. Elle avait la gorge nouée mais elle se sentait encore un peu plus éloigné d'Egon. La jeune fille hésitait entre le retenir, dire n'importe quoi pour pas qu'il ne parte, et le laisser prendre cette douche qu'il réclamait. Le laisser seul exorciser les sentiments qu'avaient fait naître sa question.

"Je ... Non rien"

Elle grimaça un sourire avant de le lâcher et le laisser partir. Elle se détourna et partit en direction de la fenêtre, annulant le sortilège qui maintenait la chambre dans une pénombre artificielle. Le soleil entra à flot dans la pièce et Natacha cligna plusieurs fois des yeux pour finir par s'habituer à la lumière. Cela faisait maintenant un moment que les cycles jour / nuit étaient détraqués et chacun avait dû s'adapter à ce changement comme il le pouvait.

Encore une fois, elle avait parlé sans réfléchir. Egon avait semblé en colère - contre elle ? - fuyant le lit bien plus vite qu'elle ne l'avait fait quand elle avait voulu le retenir et avait regretté son départ pendant un quart de seconde et après les trois quarts restant, révélation ! Enfin elle le savait déjà mais en avait pris conscience que maintenant : elle était inconstante, c'était ça son problème. Un coup noir, un coup blanc, une fois elle voulait, la suivante elle ne voulait plus, elle pouvait le détester pour l'aimer la minute d'après. Ne pouvait-elle donc pas adopter une ligne de conduite et s'y tenir une bonne fois pour toute ? Pourquoi devait-elle tout compliquer avec ses états d'âme ?

En parlant de cela, elle se retourna vers ses vêtements pliés avant de se souvenir que ce qu'elle cherchait était resté au TASKS avec son sac. Lors de son voyage chez la branche russe de sa famille, l'une des cousines rencontraient là bas lui avait offert un présent qu'elle n'aurait jamais trouvé en Angleterre. Cet objet avait la particularité de s'adapter à l'humeur de Natacha et de ne réagir qu'à elle dès qu'elle posait les mains dessus. Il lui sortait souvent des phrases obscures censées l'aidaient mais la jeune fille n'avait jamais compris un seul de ses conseils mais cela la réconfortait étrangement de voir que cette babiole était autant dans le brouillard qu'elle dans ces moments là.

Sur un coup de tête, elle se rhabilla, n'espérant plus vraiment que la pseudo-relation qu'elle avait avec Egon revienne à une pseudo-normalité. Rien n'était normal dans les choix qu'elle avait fait depuis la soirée.

Tête en bas, elle récupéra le cadre qu'elle avait caché en dessous du lit quand Egon était revenu avec son en-cas dont il ne restait plus grand chose à vrai dire. Elle s'installa sur le matelas, oreiller, celui d'Egon, total hasard, calé entre ses jambes ramenées contre elle et son buste, la tête posée sur ses genoux. La photo était bien en vue devant ses yeux.

Comment pouvait-on enchainait autant quelqu'un à soi ? Elle était un peu ... jalouse de ça. Le seul exemple de couple qu'elle ait connu s'était mal fini et elle avait du mal à comprendre ce que c'était que d'avoir aimer à un point inimaginable ...
Soupir de frustration et sa tête plongea dans l'oreiller. Combien de temps ? Aucune idée. Une minute, une heure, plus ? Mais Natacha ne bougea plus à partir de cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7971

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Dim 2 Déc 2007 - 22:47

Ainsi que le parfum de Natacha sur sa peau et la sueur de leurs ébats, l'eau de la douche avait emportée avec elle les dernières pensées amères dans le siphon. Tout était parti avec les bulles de savon. Tout sauf les souvenirs chroniques et lascifs des caresses passées sur son corps. Il regardait sa cuisse et y revoyait Natacha lovée dans une contorsion amoureuse qui lui arrachait un soupir.

Il se demanda s'il pouvait résumer cette relation à ce qu'elle était pour l'instant: une nuit perdue. Il n'avait pas envie de ressasser ses réflexions mais les points d'interrogations opprimaient ses aspirations et rendait leur réveil très lourd quand leur nuit avait été charmante.

Dans le journal intime de son aïeul qu'il avait un jour trouvé dans le grenier de ses parents, le grand-père d'Egon avait l'habitude de dire que lorsqu'on était amoureux, tout devenait très compliqué. Autrement, les choses étaient si simples... tout était très simple quand on n'avait pas d'attachement. C'est ainsi que le jeune Sutham pourrait savoir ce qu'en disait son cœur. Si cela était complexe, c'était de l'amour.
- Quelle théorie bidon, soupira-t-il en revêtissent un pantalon noir en toile. "Et encore une fois, si tout cela était aussi simple."

Il garda sa serviette autour du cou et regagna doucement la chambre. Il songeait à ce qu'il devrait dire ou faire pour rendre son sourire à Natacha. Peut-être que des excuses seraient opportunes. Pourtant il ne se sentait pas le devoir de se faire pardonner. Cela reviendrait à s'excuser d'avoir aimé Deneb ou d'avoir du mal à passer définitivement à autre chose. On ne pouvait pas s'excuser d'avoir aimé. Ni en être désolé. Une fois écrit, l'amour ne s'efface pas.

Il poussa la porte de la chambre et trouve sa jeune maîtresse repliée sur son cœur, tenant un coussin dans les bras. Devant elle, sur le lit, il y avait une photo de Deneb et lui.

Egon avança vers Natacha et vint s'asseoir à côté d'elle. Il caressa sa nuque longtemps sans lui parler. Il prit finalement le cadre. Sans ôter la main qui caressait le cou de la jeune fille, il commença à raconter.
- C'est Deneb. C'était à Septenmille en 2006. Un été très compliqué... je revenais d'un périple d'un mois avec Enki, un ami qui avait eu des troubles de la mémoire et son ami d'enfance Alexi. Je ne m'étais jamais séparé d'elle aussi longtemps. Quand je vois que cela fait maintenant deux ans et demi qu'elle est morte, je trouve qu'un mois c'est dérisoire... dérisoire et long en même temps. C'est peut-être du temps que j'aurais bien aimé passer avec elle. Si j'avais su, mais on ne sait jamais. Donc, on fait avec les évènements qui se passent.

Il hésitait à la prendre dans ses bras pour lui transmettre la chaleur du temps présent à laquelle il désirait prétendre désormais. Le balayement de sa nuque cessa. Il y pointa un baiser et demanda non loin de sa joue.
- Qu'est-ce que tu veux? Dis-moi ce que tu veux.




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Melikov
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 298
Age du personnage : 21 ans
Habitation : TASKS / Londres
Occupation : Assure la direction de TASKS
Signature : /
Avatar : /
Date d'inscription : 18/05/2007
Coup de coeur : 14
Gallions : 12664

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Dim 9 Déc 2007 - 0:54

Soupir étouffé par l'oreiller. Natacha n'avait pas entendu Egon entrer mais elle sentait ce que ses yeux n'avaient vu et ses oreilles entendues. Crispée sur l'instant, elle finit par se détendre à mesure que les secondes silencieuses s'écoulaient.

Elle releva la tête de l'oreiller et son regard se perdit une nouvelle fois au dehors. Le soleil, haut dans le ciel, n'avait plus continuer sa course naturelle depuis plusieurs jours. Il lui semblait que cela faisait des mois. Une armada de sorciers était réquisitionnée dans le seul but d'arrêter l'instigateur de cette action contre-nature. Sans jamais arriver à un résultat quelconque. Comme si cela était ... impossible.


"La paix dans le monde."

Mais 'on faisait avec les évènements qui se passaient'. On s'adaptait aux changements, on apprenait à vivre avec sans oublier de toujours continuer à chercher la solution aux problèmes qui nous empêchaient d'avancer. Et Natacha ne pourrait pas effacer tout ce qui s'était passé, elle devrait vivre avec les caresses, les frissons, le plaisir ressentit, les mots susurraient avant de sombrer finalement dans le sommeil. Encore que ce n'était pas comme si elle avait voulu l'oublier, au contraire.

Mais comment pouvait-elle lui répondre quand elle même ne savait pas ce qu'elle désirait ?

Natacha bascula en douceur et sa tête se posa contre l'épaule d'Egon. Elle réfléchit quelques secondes avant de se sourire à elle même. Elle avait encore changé d'avis. Décidément ...


"Je veux profiter du soleil avant les cours. Le seul intérêt que je trouve au fait qu'il ne se couche pas, c'est que je ne suis pas obligée de supporter la brume et le froid matinal. Et deuxième chose, que tu m'emmènes vraiment en Russie."

Elle abandonna le lit et se mit à chercher de quoi permettre à Egon de s'habiller et lui tendit sa trouvaille. Elle préférait être la seule à profiter de la vue du fondateur du TASKS torse nu. Les autres, bas les pattes.

Pendant qu'il s'habillait, Natacha refit le lit d'un mouvement de sa baguette et renvoya le cadre à sa place d'origine. Elle n'aurait jamais dû laisser sa curiosité prendre le dessus mais elle avait compris une chose : elle était bien mieux lotie que Deneb qui était décédée.


"Prêt ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Egon Sutham
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 334
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Résidence Kaïtos (North London)
Occupation : Directeur de TASKS
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 03/05/2007
Coup de coeur : 98
Gallions : 7971

MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   Dim 9 Déc 2007 - 17:39

Egon estima la chemise que venait de choisir Natacha et qu'elle lui tendait. Il fronça les sourcils avec amusement parce que cela faisait des années qu'on n'avait plus choisi ses vêtements à sa place. Le geste lui arracha un sourire plus grand encore quand il vit la jeune femme faire le lit. Il garda son commentaire macho pour lui, son sourire en disait assez long.
- Prêt, dit-il en boutonnant le dernier bouton de sa chemise de lin.

Il prit un sac en bandoulière dans lequel se trouvait les dossiers d'acceptation pour deux familles de sorciers décimées il y avait trois mois et dont les six enfants se retrouvaient sans logis. Cela serait son dossier du jour. Tous âgés de plus de seize ans, il peinait à trouver des compromis pour les reloger dans de nouvelles familles.

Il avait toujours été plus aisé de loger des enfants en bas âge qui ne prenaient pas de place et qui pourraient reconstruire leur vie facilement dans un nouveau milieu, que ces jeunes adultes dont la mémoire fraîche des évènements et l'éducation déjà trop personnalisée compliquaient la confection de nouveaux liens. Les jeunes adultes faisaient peur et étaient un vrai problème. Peur lorsqu'ils étaient recueilli parce qu'ils renfermaient tristesse, incompréhension et violence latente. Tous savent ce que devient la rancune quand elle n'est pas canalisée. Peur aussi parce qu'ils commençaient à grandir en nombre.

TASKS et d'autres associations se devaient pourtant de les récupérer plutôt qu'ils ne soient livrés à eux-mêmes et finissent par se laisser séduire par les douces promesses d'Antarès et de son monde meilleur.

Egon et Natacha sortirent de la maison Kaïtos quand l'horloge aux six aiguilles pointait sept heures du matin.

Au début, ils marchèrent côte à côte. En silence.
Après quelques mètres, Egon prit la main de Natacha. Il avait hésité assez longtemps avant de le faire. Marcher main dans la main dans la rue était à son sens un signe d'appartenance, un effet de couple d'amoureux. "Et alors...?"
Alors rien.
- A la fin de tes cours, rejoins-moi à La Maison si tu veux. On aidera Leigh à coucher la petite section et quand tout sera calme...

Ils traversèrent. Une voiture passa devant eux. Le conducteur dévisagea le couple et accéléra immédiatement pour s'enfuir au bout de l'avenue déserte.
- Heu... reprit Egon en regardant le véhicule disparaître, quand tout sera calme, je trouverai un moyen d'aller dîner en Russie... j'y ai un ami qui nous recevra avec plaisir.

Et quel ami. Egon se sentait presque nostalgique à l'idée de le revoir. La pensée mélancolique lui fit oublier le conducteur au regard étrange. Peut-être qu'Egon et Natacha se rendraient compte que le Double commençait à disparaître... Son bras gauche devenait invisible puis réapparaissait. Pourquoi? Seul Egon Un aurait pu le savoir.

(A suivre...)




Iccam
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Résidence K] Son double 'je'   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Résidence K] Son double 'je'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» LA COMMISSION SUR LA DOUBLE NATIONALITE MIEUX EFFECTIVE QUE CELLE DE L'ARMEE !
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Haiti- Parlement: Double nationalité
» Débat sur la double nationalité.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Habitations & jardins-
Sauter vers: