PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Comme s'il en pleuvait [Mark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5248

MessageSujet: Re: Comme s'il en pleuvait [Mark]   Mar 2 Juil 2013 - 0:36

En effet, il y avait « Ding-Donsg » dans le nom de l’enseigne. Sophia éclata d’un grand rire franc, se joignant au sorcier.

Au moins, il avait retenu ça, c’était l’essentiel, comme ça ils pourraient toujours travailler en équipe quand quelqu’un leur demandera le nom du bar où ils s’étaient rencontrés. Sophia s’occuperait de la première partie du nom et Mark de la seconde. Ce sera salement romantique. La rousse se reprit mentalement, elle se faisait des films là, elle divaguait un peu trop loin. Concentration, jeune fille. Sophia reporta son regard vert sur le jeune homme avec un petit sourire cloué aux lèvres en l’entendant parler du soi-disant mystère qui l’entourait.

Son cœur s’emballa. Mark pensait qu’elle était quelqu’un de bien ! Elle serra les dents pour réprimer un sourire mais il s’interrompit avant d’avoir terminé sa phrase. Il savait choisir son moment pour faire des poses dramatiques, il n’y avait pas le moindre doute là-dessus, mais elle brûlait d’entendre le reste de sa phrase, savoir ce qu’il retenait.

- Tu …? demanda t-elle, suspendue à ses lèvres.

Et il la détrompait, comme elle avait souhaité qu’il le fasse, mais maintenant qu’ellea vait ce qu’elle voulait, Sophia avait un peu de mal avec sa propre façon de faire. Avec un peu de recul, sa façon d'expliquer les choses n'avait particulièrement bien choisie. Elle se faisait un peu l'effet d'être une femme qui se dénigrait sans en penser un mot dans l'espoir que son compagnon la détrompe à grands cris. Ce que Mark était justement en train de faire alors que ce n'était pas du tout le résultat que cherchait la rousse. Sophia ne voulait pas lui arracher la promesse de quoi que ce soit, elle voulait juste le mettre en garde à mi-mot, se refusant le droit d’évoquer sa place dans la vie politique mouvementée du monde. A ses propres yeux elle était une traitresse et même si elle trouvait injuste que Mark ignore avec qui il était en train de doucement s’engager, elle n’arrivait pas pour autant à se résoudre à éclairer sa lanterne, de peur de voir dans ses yeux quelque chose qui lui déplairait. Avant même qu'il ait eu l'occasion de répondre à sa demi interrogation, elle monta sur ses demi-pointes histoire de se mettre à sa hauteur et posa deux doigts sur ses lèvres pour l'empêcher de parler. Sophia n'avait pas envie de savoir ce qu'il pouvait avoir retenu, elle n'avait pas envie de l'obliger à quoi que ce soit. Elle pouvait très bien de se contenter de lui, maintenant, pendant qu’il était avec elle sans l’obliger à faire quoi que ce soit pour elle en retour, elle ne voulait surtout pas qu’il se sente obligé avec elle.

- Non, non, ne dis rien, en fait

L’obliger à se dévoiler, elle le savait très bien, l’obligerait en retour à se dévoiler aussi de son côté, elle aurait peut-être à évoquer l’Opposition, ce qu’elle n’avait pas la moindre envie de faire. Sentant qu’elle avait réagit de manière un peu rude, peut-être un peu trop pour risquer qu’il le prenne mal, la jeune femme se fendit d’un petit sourire en levant une main pour glisser une mèche de cheveux brune derrière l’oreille de Mark. Traitez la d’idiote, traitez la d’égoïste si vous le souhaitez, mais tout ce que voulait Sophia, c’était de profiter un peu du sorcier. Après tout, pourquoi pas, tant qu’ils ne faisaient de mal à personne…

- Moi aussi.

Répondit-elle simplement. Même si elle n’avait pas voulu entendre le reste de sa phrase, elle avait cru en comprendre l’essentiel, et elle ressentait la même chose. Sophia avait beau être très discrète sur ses sentiments et sur ce qu’elle pensait, ça ne l’empêchait de vouloir le lui faire comprendre, seulement à sa façon. Mark en avait déjà dit assez pour la faire vibrer de bonheur, seulement avec l’expressivité de la rousse digne d’un bac de glaçon, il ne s’en était peut-être pas rendu compte. La rousse passa ses bras autour du grand brun pour l’attirer à elle et poser ses lèvres sur les siennes en se collant un peu plus contre lui. Ses doigts se glissèrent dans sa nuque, caressant les mèches rebelles qui s’élevaient contre la pulpe de ses doigts. Douloureusement, Sophia finit par se détacher de lui.

- On reste ensemble ?

Elle se sentait obligée de lui demander. Pour aujourd’hui, c’était évident, mais pour les jours à venir, s’il était d’accord. Opposition ou non, elle voulait profiter de la présence de Mark, avec un peu de chance, elle pourrait négocier des jours de congés à prendre tout de suite pour passer plus de temps avec lui. Tant qu’il ne découvrait rien de son travail, c’était toujours bon à prendre. Elle tira doucement sur son t-shirt avec un sourire joueur et l’embrassa fugacement.

- Ça te dis ?

Il va dire oui, et s’il ne dit pas oui, elle le fera changer d’avis.





Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Mark Resnald
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 24 ans
Signature : Mélusine
Avatar : Lux Aeterna
Date d'inscription : 02/04/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4869

MessageSujet: Re: Comme s'il en pleuvait [Mark]   Mar 2 Juil 2013 - 23:57

Je t'aime.

C'était ce que j'aurais aimé lui dire en cet instant précis. Mais ces deux mots si simples à prononcer ne parvinrent pas à franchir mes lèvres mates. Or, ma jolie rousse savait ce que je ressentais pour elle, car à travers mes orbes dorées, mon affection envers elle s'en trouvait transfigurée.
Je la couvais du regard, ne voulant nullement qu'elle s'en aille. Elle était avec moi et devait le rester, car elle m'était si précieuse. Ces deux années passés à la chercher, à sonder chaque recoin sombre du continent m'avait fait prendre conscience d'une chose. Je l'aimais, comme jamais. Sa présence, son essence, Elle, tout m'était indispensable. Si jamais, elle venait à m'échapper encore une autre fois, je crois que je deviendrais fou. Fou de douleur pour Elle.
Car ces deux années avaient été atroces. Mais n'étant pas romantique pour une Mornille, je ne lui dirais pas cela. Puis même, elle devait s'en douter.

Non ?

Elle me comprenait, je n'avais rien eu besoin de lui dire. Elle savait. Je lui souris, d'un sourire sincère alors qu'elle m'avait empêché de parler en mettant deux de ses charmants doigts sur mes lèvres. Je trouvais ce geste attendrissant et mignon, comme Elle. Ma Sophia, j'étais vraiment heureux de l'avoir trouvée dans ce bar au nom douteux, à New-York. Mais là, j'avais envie de tout lui révéler, que j'étais issu de cette famille maudite où les horreurs de mes ascendants était à jamais encrées sur mon corps. J'étais un BloodDust, et j'étais Résistant.

Et Elle ? Était-Elle comme moi ? Partageait-Elle mes idéaux pacifistes au point de contrer le Mal qui nous ronge ? Mais lui demander cela, c'était me dévoiler aussi par la même occasion. Et cela, je ne le pouvais pas. Je ne le devais pas. Je devais rester Mark, le jeune Sorcier rencontré au hasard dans un bar de motards. Rien ne devait être divulgué en plus. Pas même mon nom, je n'étais pas Mark Resnald. J'étais seulement Mark. Et Elle, c'était Sophia. Ma Sophia, et rien d'autre. J'avais juste envie d'oublier cette Réalité qui vint soudainement assombrir mes belles pensées. Mon regard doré se voila légèrement, mais en aucun cas ma rousse devait s'en douter.
Alors je repris contenance tout en lui souriant. Quand elle m'attira à elle, et pressa son fin corps contre le mien, j'étais aux anges. Et lorsqu'elle m'embrassa, je ne pouvais rêver mieux. J'enlaçais Sophia, comme jamais, pour ne pas qu'elle m'abandonne, pour ne pas qu'elle s'évapore. Frissonnant au contact de ses doigts dans mon cou, j'en riais presque. J'étais chatouilleux mais je la laissais faire.

Il y avait bien une chose que je détestais, c'était la faiblesse qui m'étreignait, quand j'aimais. Et ça, ça me rebutait.

Je n'y pouvais rien, c'était plus fort que moi. A son innocente question, je répondis simplement par un baiser et par un murmure dans son oreille, tout en frôlant ses mèches rousses tentatrices :


- Bien sûr qu'on reste ensemble. Quelle question ! Ne pus-je m'empêcher de rire tout en l'embrassant sur la joue, puis en capturant ses lèvres une nouvelle fois, et en l'attirant contre moi. Encore.

- Si ça me dit ? Tu dois le savoir non ? La questionnais-je en riant. Elle m'embrassa encore, mais le contact fut si fugace, que j'en fis la moue. Décidé à la garder encore un peu contre moi, je l'attirais à moi pour la serrer dans mes bras. Et poser ma tête sur la sienne, juste comme ça.

Je ne sus combien de temps, je restais là à apprécier ce contact qui me faisait tant de bien. Sophia m'était bénéfique. Alors, lentement je fermais mes orbes dorées et me laissais aller. Soupirant d'aise dans la chevelure rousse de ma Sophia, je lui murmurais un :


- J'aimerais rester comme cela des heures. Puis-je encore un peu ?

J'étais comme un petit garçon en manque d'affection, qui devait la demander pour se la voir exaucer. Restant, encore quelques instants comme ceci à laisser s'échapper les minutes de félicité, je me détachais d'Elle, pour la fixer de mes orbes dorées.

- Sophia. Tu m'es si précieuse, tu sais.

Et c'était cruellement vrai.


Dernière édition par Mark Resnald le Mer 31 Juil 2013 - 15:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sophia R. Keeblyn
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 604
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Islington, London
Occupation : Chargée de surveiller un ghetto Moldu
Signature : Devil
Avatar : Mish.Mish
Date d'inscription : 28/10/2010
Coup de coeur : 31
Gallions : 5248

MessageSujet: Re: Comme s'il en pleuvait [Mark]   Mar 30 Juil 2013 - 19:41

Elle avait comprit ce qu’il avait voulut dire et vu qu’il n’avait pas l’air très à l’aise avec le fait de le dire, Sophia avait préféré ne pas en rajouter, sans compter qu’une fois qu’il l’aurait dit, les choses auraient été posées et alors là, plus question de faire demi-tour. Sauf que le monde dans lequel ils vivaient était fait d’impasses et de cul-de-sac où il était bon de pouvoir faire demi-tour de temps à autre pour se sortir de là. Sophia n’avait pas envie de se retrouver coincée, même avec lui, elle aimait trop sa semi-liberté de fraiche date pour ça, il était trop tôt pour elle pour accepter cette idée là. Et elle supposait que ça devait être la même chose pour lui étant donné qu’il n’avait pas été capable de prononcer ces deux mots. Peut-être que si elle lui avait laissé le temps de le faire, alors Mark les auraient dit ces deux fichus mots, mais honnêtement, elle en doutait. Et c’était de bonne guerre, d’ailleurs. Il ne savait rien de plus que ce qu’elle lui avait révélé d’elle deux ans plus tôt, à ses yeux, elle devait être une sorcière entourée de mystère, aux cicatrices étranges, boostée à une drôle de magie qui n’avait rien de normal.

Honnêtement, elle ne pouvait pas lui en vouloir, c’était la même chose pour elle. Jamais elle n’avait rien vu de semblable à ce qu’elle avait découvert sur les poignets de Mark et pourtant ces deux dernières années, elle avait eut le temps de se balader à travers le monde avant de se fixer à New York pour rejoindre l’unité de Dolorès. Et dire qu’elle s’était cru la plus bizarre au monde, il fallait croire qu’elle avait trouvé son égal et que c’était justement pour ça qu’ils s’entendaient si bien tous les deux. Question bizarrerie, ils n’avaient pas à se cacher l’un de l’autre. Mark était sûrement la personne en qui elle pouvait avoir le plus confiance pour ne pas essayer de profiter du sortilège qui coulait dans ses veines ou pour crier sur les toits quelle étrange créature elle était.

- Vrai. Je savais déjà ce que tu allais me répondre.

Sophia releva un regard mutin sur lui. Bien sûr qu’elle le savait, elle n’allait pas poser une question aussi importante à ses yeux en sachant qu’elle prenait le risque de se prendre une porte dans la figure, autant se tirer tout de suite une balle dans le pied. Elle acquiesça en secouant la tête de haut en bas et se laissa aller dans ses bras, blottissant son visage dans son cou avec un sourire satisfait. Mark allait rester avec elle ! Il voulait rester avec elle et ça, c’était la meilleure nouvelle de la journée. Après tout ce qu’elle avait vécu, il lui en fallait peu pour être heureuse et ça, ça contribuait largement à la rendre plus qu’heureuse.

Quelqu’un beugla son nom à quelques mètres d’eux. Curieuse, Sophia se leva sur la pointe des pieds pour jeter un coup d’œil par dessus l’épaule de Mark, histoire de voir qui était aussi impatient de la voir pour hurler son nom en plein milieu de la rue comme un désespéré. Bouse de dragon ! C’était son responsable, accompagné de deux autres membres de son unité et ils venaient vers elle. D’un côté, c’était plutôt rassurant, au moins, il ne l’aurait pas laissé se noyer sans rechercher ensuite son corps, histoire de s’assurer que son « Abracadabra, tu es Lazare, ressuscite toi ! » marchait encore et qu’ils pourraient la recycler encore une fois. Mark ne connaissait pas son nom de famille, donc à part s’étonner d’entendre quelqu’un se mettre à hurler après un certain Keeblyn, il n’était pas obligé de faire le rapprochement entre elle et les trois membres de la P.I.G. Déjà qu’elle avait eu de la chance de perdre sa veste d’uniforme durant sa petite baignade dans l’Hudson, elle n’allait pas en plus lui laisser l’occasion d’y voir plus clair sur la nature de son travail. La rousse retourna la tête vers lui pour planter son regard dans le sien.

- Mark, je suis désolée, mais là il faut vraiment que je file.

Cette fois elle s’enfuyait mais elle ne partait pas toute seule, cette fois, il venait avec elle. Cette fois, elle ne s’évanouirait pas dans la nature en le laissant de côté. Elle resserra ses bras autour de lui en se concentrant. L’impression de passer dans un tuyau trop serré plus tard, le vent, plus fort, des hauteurs new yorkaise s’engouffra dans ses cheveux roux. Mince. Ce n’était pas exactement là qu’elle avait visé mais tant pis. Ils se retrouvaient sur la terrasse de l’immense immeuble où elle habitait… mais quelques dizaines d’étages plus bas. Tant pis, ça aurait pu être pire. Sophia fit un rapide examen de sa personne pour s’assurer qu’elle avait tout ramené d’elle des berges de l’Hudson puis passa son regard sur Mark histoire de voir si lui aussi était en un seul morceau.

- Désolé pour le transplanage en urgence. Il fallait vraiment qu’on décolle.

Souffla t-elle avec une grimace amusée. Heureusement qu’il n’avait jamais vu son carnet de vol, sinon, il n’aurait pas été très rassuré, quoique non, avec un peu de chance, il aurait été très impressionné par l’exploit qu’elle avait fait en le faisant transplaner en entier à un tout autre endroit. Elle s’arracha à son étreinte et attrapa sa main pour le guider jusqu’à la porte de service qui s’ouvrait sur les escaliers pour redescendre. Une fois à l’intérieur, il faisait déjà beaucoup plus chaud. Elle le tira jusqu’à l’étage où montait l’ascenseur et s’engouffra dedans avec lui.

- C’est mon immeuble.

Finit-elle quand même par expliquer pendant le voyage entre les étages. La nacelle s’immobilisa, arrivée au vingt-troisième étage et s’ouvrit sur le couloir qui lui était désormais familier. Sophia se décolla de la paroi en farfouillant dans la poche de son jean, sachant déjà qu’elle n’y trouverait pas les clés de son appartement et sortit en lançant un regard à Mark pour l’inviter à la suivre. Arrivée devant sa porte, elle se pencha vers la petite plante en pot qui jouxtait le pan de bois et attrapa une petite grenouille en bois qui décorait la terre, et qui servait, accessoirement, de cache clé. Elle retira la clé et remit sa grenouille à moitié cachée entre les feuilles et ouvrit la porte avant de la pousser pour l’ouvrir.

- Entre.

Proposa t-elle à Mark d’un air un peu plus fatigué à présent.





Revenir en haut Aller en bas
http://www.bookeden.e-monsite.com
Mark Resnald
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 104
Age du personnage : 24 ans
Signature : Mélusine
Avatar : Lux Aeterna
Date d'inscription : 02/04/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4869

MessageSujet: Re: Comme s'il en pleuvait [Mark]   Ven 9 Aoû 2013 - 15:05

J'étais si bien.

J'étais si bien en fin de compte. Rien ne pouvait me dire le contraire. J'étais avec Elle. Cette personne que j'avais perdu de vue, il y a deux ans déjà. Deux années à la chercher, à perdre haleine, à s'en rendre malade. Et je l'avais revue, il y a de cela quelques mois, mais elle avait encore disparue. Comme si, Elle ne voulait rien de plus. Elle ne voulait pas de moi.
Alors j'avais rongé mon frein en attendant, hypothétiquement, une occasion de la revoir au détour d'une rue, d'une avenue. Ou mieux d'un fleuve. Et de lui retrouver sa baguette ... Alors quoi de mieux ? Rien, si ce n'est l'instant présent. J'étais blotti contre ma rousse, qui m'avait tant manqué. Et je ne lui avais pas dit ces deux mots si importants ... Mais elle devait s'en douter. Sophia n'était pas idiote.
Et c'était cela que j'aimais chez elle, sa fraîcheur, sa curiosité, son esprit vif. Et surtout sa maladresse qui faisait d'elle ce qu'elle était. Je me rappelais encore de mon pied mis à mal par la belle.

D'ailleurs, j'en souriais. A outrance.


- En plus, tu lis dans mes pensées. Tu es juste géniale ! Répliquais-je en riant. Non pas que je rigole d'elle, juste que j'étais serein. Pour une fois. Sauf que je cachais ma véritable identité et ça, c'était moyen. Et pour elle c'était à l'identique. Nous étions presque des inconnus, mais c'était d'un commun accord. Accord tacite entre nous, et pour cela je ne changerais rien. Ou presque ...

Soudain, je fus tiré de mes pensées, par un cri. Un beuglement plutôt. Relevant ma tête, je fixais de mes yeux dorés le fou, qui avait osé nous déranger. Mais je ne comprenais pas. Et visiblement Sophia, elle aussi, en venait à se poser des questions. Étrange, mais pour ma part, je ne m'en formalisais pas. J'avais ma rousse à portée de main, et je devais m'en occuper. La délaisser était loin de mes priorités. Mais apparemment, cela allait changer la donne.
Sophia, par une seule phrase m'asséna un poignard dans le cœur. Surpris je la regardais tandis qu'elle m'avouait qu'elle devait encore filer. Je n'eus pas le temps de lui répondre que déjà, je transplanais.

De quoi ? Elle m'avait gardé avec Elle.

Je détestais cette sensation. A chaque fois j'avais l'impression de laisser la moitié de mon corps derrière moi. Et de suffoquer. Déjà à Poudlard, j'aimais pas ça, alors en vieillissant. Finalement, nous arrivâmes en un seul morceau. Grands dieux, merci, mais par mesure de sécurité, je touchais mon corps de partout pour m'assurer quand même, que rien n'avait été laissé plus loin.
Ça va, j'étais entier et ma rousse aussi. Souriant, parce que cette fois ci, je n'étais pas laissé au loin, je remarquais l'endroit où nous étions.


- Ça va. Ça va. Je ne suis pas mort et toi non plus. Merci. Le Merci, elle savait pour quoi il était. Elle attrapa l'une de mes mains occultée de noir, et je la suivais. Nous nous engouffrâmes dans les méandres de son immeuble. C'était donc là qu'elle habitait. C'était charmant, bien que je n'aimais pas ces "ascenseurs" moldus.

Sortant enfin de la cabine, je soufflais un grand coup. Nous étions au vingt-troisième étage, j'étais estomaqué. Je n'aurais pas vu si grand, c'était ... impressionnant. Sifflant mon admiration manifeste, je regardais Sophia. Elle prit ses clefs, avec un stratagème impressionnant. Je vis une petite grenouille, toute de bois vêtue.

C'était mignon. Comme Elle.


- C'est mignon. C'était à la fois pour l'appartement que je venais de découvrir et la grenouille de bois. Je remarquais l'air fatigué de ma rousse, tandis que j'entrais dans son intimité.

C'était simple mais agréable. Une grande pièce où tout se trouvait facilement. Salon, cuisine, chambre, tout était dans la même grande pièce. Les murs étaient de couleur blanche ou ocre, ce qui ne gênait nullement. C'était peut-être simple, mais ça invitait à rester ici. Néanmoins un pan de mur m'interpella. Je m'approchais curieux. Devant mes yeux dorés se trouvait étalée en photographies, la famille de Sophia. Je souriais, conscient que j'étais bien chez Elle.
Me retournant vers ma belle rouquine, je la pris dans mes bras. Je ne savais pourquoi, mais c'était ainsi. La perspective de la perdre encore une fois, m'avait fait encore prendre conscience qu'elle était si importante que ça en devenait presque handicapant.

Mais finalement, j'aimais cela. Alors pourquoi m'arrêter ?


- C'est vraiment mignon chez toi. J'apprécie.

Et j'étais sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme s'il en pleuvait [Mark]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme s'il en pleuvait [Mark]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Des courtisans, des courtisans... Comme s'il en pleuvait !
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Royaumes Unis de l'Opposition :: The United States of Antarès (USA) :: New-York ● Capitale des RUOs-
Sauter vers: