Forum de jeu de rôle par écriture alternée sur le thème de l'univers magique de Harry Potter de JKR pour adulte et jeunes adultes
 
ConnexionConnexion  HomeHome  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Le premier soir (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas N. Tucker
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 33
Signature : Mélusine
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 19/07/2012
Coup de coeur : 3
Gallions : 3517

MessageSujet: Le premier soir (libre)   Dim 7 Oct - 12:08

La nuit était noire quand Thomas N. Tucker, un tout jeune homme aux traits mélancolique, prit son service au Blimey, au coin de Mill Street et de Glaslough Street. Le soleil avait depuis longtemps déserté le ciel, parant l'horizon de lueurs rougeoyantes et laissant place à une lune, pleine dans quelques jours, que les nuages voilaient de temps à autre.
Le fond de l'air était frais, signant la fin définitive de l'été.
Engoncé dans son uniforme de serveur (pantalon noir, chemise blanche et gilet vert), Thomas salua vaguement une fille aux formes généreuses et à la chevelure d'un blond presque roux, dont il était presque sûr qu'elle s'appelait Mairi et dont il était certain, cette fois, de prendre la relève en tant que serveur, à l'étage du pub. Avant de franchir la porte à doubles-battants qui séparaient les quartiers réservés aux employés de la salle, il effleura la croix celte tatouée dans la bonne de sa main, murmura une prière en irlandais et prit une grande inspiration. Il lui fallait coûte que coûte se montrer d'une perfection absolue ce soir s'il souhaitait voir ce bout d'essai se prolonger en un contrat. Mr Sullivan avait été parfaitement clair à ce sujet. Et Thomas ne pouvait décemment pas faire les frais d'un nouveau renvoi. Il avait un besoin mordant de cet emploi. Samuel Tucker, son grand-père, les avait élevé tous deux, sa sœur et lui, après le départ de leurs parents. Aujourd'hui, sa maigre retraite ne suffisait pas à achever d'élever les deux jeunes Tucker et il se tuait à la tâche pour un emploi à temps partiel qui ne lui rapportait que des clopinettes. Suzie, la jumelle de Thomas, poursuivait des études de français à la fac, c'était donc à lui d'assurer un revenu un peu plus conséquent pour entretenir le foyer. Prise en toute conscience, quoi que à contre-cœur, sa décision était inébranlable et Thomas était désormais déterminé à être à la hauteur de ce que l'on attendait de lui.
Le problème, comme toujours, était que les ennuis avaient tendance à fleurir sur son passage, eut-il beau tenté de les fuir avec toute la force de sa conviction.
Après une dernière inspiration, il plaqua un sourire poli et neutre sur ses traits et pénétra dans l'atmosphère enfiévrée du Blimey's Pub. Il échangea quelques mots avec l'homme qui préparait les cocktails, derrière le comptoir. Ce dernier lui assura que le bar était calme. Pour un vendredi soir. Et Thomas tenta d'afficher un air sûr de lui qu'il n'était pas certain de ressentir. Traîner plus longtemps ne servirait à rien d'autre qu'à s'attirer quelques mauvais points supplémentaires sur le portrait que le patron dresserait de lui au cours de la soirée.
Les deux premières heures se déroulèrent sans heurt. Thomas avait avalé deux Irish coffee coup sur coup pour dissoudre sa crispation il effectuait depuis son service, sinon avec un enthousiasme impeccable, avec une amabilité de rigueur.
Mr Sullivan venait tout juste de sortir fumer sa cigarette quand le premier incident prit place, en fond de salle. Thomas portait alors trois whiskys en équilibre fragile sur le plateau greffé au bout de son bras, quand un éclat de rire attira son attention. C'était l'un des nombreux problèmes de Thomas : il entendait souvent plus que ce qu'il n'était supposé être en mesure d'écouter, le plongeant à chaque fois dans une mer d'embrassements. Et ceci, dans le meilleur des cas. Son attention ainsi malmenée, il ne prit pas garde au client qui se levait de son siège pour aider sa compagne à enfiler son manteau et manqua le percuter. Doté de bons réflexes, le jeune homme effectua un pas sur le côté, à la dernière minute, évitant de justesse la collision. Mais, le plateau greffé au bout de son bras n'avait finalement rien d'un exosquelette et choisit ce moment pour se désolidariser de l'apprenti serveur, prenant son envol pour atterrir deux tables plus loin, sur les genoux d'une silhouette dont Thomas ne devinait que le dos.
Jurant intérieurement, il se rua, légèrement plus vite que la normale, dans cette direction, se préparant à s'aplatir en excuses jusqu'à se faire pardonner l'incident. Il avait beau être hors de vue de Mr Sullivan, il possédait la certitude que rien de ce qui déroulait dans le pub ne lui échappait. Sans compter que le malheureux pouvait lui adresser un compte-rendu salé accompagné de plaintes et mauvaise humeur qui marquerait le terme de la courte carrière de Thoma N. Tucker au sein du Blimey.
Ce dernier arrivait à proximité de l'infortuné(e) qui s'était vu offrir une douche à la Guiness et s'apprêtait à débiter un plaidoyer serti d'excuses qu'il formulait à ce moment même dans le secret de sa tête.

_ Je vous prie très sincèrement d'accepter mes excuses et je...

L'Inconnue(e) se retourna à cet instant, dardant son regard sur le pauvre Thomas qui se creusait la cervelle pour trouver un moyen de s'extirper de cette situation indemne. Et toujours employé.
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7441

MessageSujet: Re: Le premier soir (libre)   Lun 8 Oct - 19:51

Ouais...

Son regard resta figé sur ses jambes. Une auréole brune décorait sa paire de jeans. Ce n'était décidément pas sa journée. Quelques rires étouffés et respirations saccadées émergèrent. Sous le concert des regards amusés et moqueurs, elle se décida à réagir. Elle sortit sa baguette de manière tout à fait naturelle et exécuta un simple sort de nettoyage qui suffit à détourner tous les regards moldus braqués sur elle. Il en fallait encore peu aux moldus pour être impressionnés par un sort de deuxième année... C'était petit d'en profiter de la sorte. Et cela ne ressemblait guère à Elinor d'agir ainsi. Cependant sa journée avait pris une telle tournure qu'elle n'avait pu s'empêcher de laisser son énervement se manifester. Et ce n'était encore rien à côté de son regard qui en disait long.

Bon...

Quand elle était rentrée du boulot elle se retrouva à la maison face à une tornade de jalousie. Elle n'avait pas eu à attendre. A peine la porte fut-elle tournée que Rachel lui fonça dessus. Il ne servait à rien d'essayer d'expliquer ou de raisonner quand elle se mettait dans des états pareils et puis... elle n'en avait pas la force. Elle s'épuisait à chaque fois un peu plus et ses sentiments s'étiolaient un peu plus à mesure qu'elle essayait. Il n'y avait pas qu'elles dans l'histoire. Heureusement que les garçons n'étaient pas là... Comment auraient-ils pu supporter une dispute de plus? Les mots qui avaient été prononcés après elle ne s'en souvenait plus avec exactitude. Ils s'étaient effacés sur le chemin. Elle se souvenait juste de vagues reproches qu'elle fut incapable de supporter. Liés au nom de Loévi ils conduisirent à la rupture définitive. Il y avait des sujets sensibles. Rachel le savait mais elle n'en faisait qu'à sa tête s'imaginant éternellement plus forte que tout le monde malgré tout.

Perdue dans l'instant Elinor sortit et laissa la maison regagner un peu de calme, alors que sa tête bouillait de pensées les plus contradictoires. Son côté solitaire et discret la poussa à errer quelques temps dans les rues de Londres jusqu'à ce qu'elle ressente la nécessité de transplanner. Elle avait découvert l'Irlande lors d'une mission pour la Résistance et au cours de quelques voyages. Monaghan, en plein centre de l'Irlande, nord est de Dublin. Pourquoi cette ville? Elle était à proximité du Castle Leslie. Un somptueux hôtel qui l'avait marquée. Elle se débrouillerait ainsi pour passer une nuit seule, loin de tout, au calme. En attendant elle se retrouva à déambuler dans les rues du petit bourg irlandais. Elle ariva devant la porte d'un pub lui semblant convenable.

Elle n'y avait jamais mis les pieds avant. L'endroit n'appartenait pas au milieu sorcier, elle était vêtue pour. Différents sentiments agitaient son esprit, la colère, la haine tout autant que l'amour. Leur histoire avait duré presque deux ans c'était long deux ans. Dans la vie de Noah et d'Elliot c'était énorme. Il faudrait leur expliquer. Par chance ils étaient avec Sacha pour deux jours... Elle poussa la porte du pub comme ça. Elle monta au premier sans plus de raison. Elle avait envie de boire et de faire le point. Bref, c'était une soirée faite pour broyer du noir.

Quand le liquide souilla ses cuisses elle crut percevoir une blague potache de Sacha... Et elle aurait presque aimé que cet accident n'en soit pas un et qu'il s’assoie à ses côtés. Ses sarcasme entrecoupés de petites vérités l'auraient épaulée, elle en avait besoin. Aussi, la tête du serveur qui était à l'origine du sinistre la déçut dans un premier temps et lui ôta toute envie de se laisser aller à une attitude indigne de sa personne.

Il était jeune, plutôt mince et paraissait... Elle ne savait pas trop quoi. Gêné ce n'était pas le mot. Effrayé non plus. Sur la défensive correspondait un peu plus, autant que préoccupé. Elle ne savait même pas s'il était désolé il paraissait peut-être plus triste qu'autre chose. Elle ne parvenait pas à le déchiffrer correctement et se sentait frustrée. L'intuition, la déduction et l'anticipation étaient parmi ses plus grandes qualité. Aussi ses mots furent extrêmement décevants et inappropriés pour sa personne. En fait, ils étaient extrêmement inappropriés aux faits qui s'étaient déroulés précédemment.

- Je suis désolée.

Revenir en haut Aller en bas
Thomas N. Tucker
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 33
Signature : Mélusine
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 19/07/2012
Coup de coeur : 3
Gallions : 3517

MessageSujet: Le premier soir   Mer 17 Oct - 21:17

Thomas resta un moment coi face aux excuses que lui servait sa victime, sous l'impression que celle-ci venait précisément de lui ôter les mots de la bouche. Le phénomène était peu courant.
Probablement que le jeune homme ne devait pas émettre un air particulièrement intelligent à ce moment précis, comme s'il s'était soudain retrouvé déconnecté de l'ici et maintenant. Il avait souvent ce genre de réaction quand la personne en face de lui ne réagissait pas de la manière attendue. D'où la réputation du type un peu lent d'esprit qui le suivait à la trace dans le comté de Monaghan, Irlande. Réputation qui paraissait s'être pourtant noyée dans la grande ville mais qui n'allait plus tarder à le rattraper.
Ce serait bien ma veine., se morrigéna-t-il intérieurement, en s'empressant de refermer la bouche.
L'attitude de la cliente le déroutait. Thomas était persuadé d'avoir senti...
Il lui faudrait probablement se faire à l'atmosphère nouvelle du Pub (si je ne suis pas viré dès ce soir) pour retrouver ses repères et pouvoir se fier de nouveau à son instinct. A ses sens.
En attendant ce jour béni, il fallait par tous les moyens réussir à gagner le droit d'y exercer à chaque soir. Pour cela, il lui fallait probablement être plus réactif. Samuel, son grand-père, l'aurait probablement tancé de le découvrir si mou, si indécis. « Les Tucker sont des hommes d'action. », aurait-il dit, avant de lui énoncer la longue liste de ce qu'un bon Tucker se devait de savoir faire. Samuel était un homme respectable et un tuteur attentif, qui se révélait, au terme d'une longue période de cohabitation, avoir un point de vue précis et définitif sur certains domaines. La façon dont Thomas était supposé se conduire était un de ces domaines.
Fais-toi pardonner. Excuse-toi, mais sans jamais ramper à terre., récita-t-il de mémoire, tandis que la voix rauque de Samuel résonnait dans son crâne.

_ Laissez-moi vous offrir une nouvelle consommation.

Les yeux de Thomas se posèrent sur la table où rien n'avait encore été déposé. Sans presque se démonter, il se corrigea de lui-même :

_ Laissez-moi vous offrir une consommation.

Et sans attendre sa commande, l'apprenti serveur du Blimey se faufila jusqu'au comptoir, à l'étage en dessous, demanda une nouvelle tournée de whisky et y ajouta un cocktail spécial qui, estimait-il, devrait satisfaire l'inconnue. Illico presto, son plateau en équilibre au bout de son bras, il refit son apparition au premier, délivra la commande de whisky avec force de sourires et d'excuses pour l'incident, se montra aimable quoique repentant et estima s'en être sorti sans trop de mal. Il s'était abstenu de préciser au patron que les whisky étaient les mêmes que cinq minutes plus tôt et fit mentalement le calcul de ce que sa maladresse allait lui coûter. Les whisky plus le cocktail de l'inconnue... A ce rythme-ci, il n'était pas certain que son travail au Blimey soit vraiment très rentable...
Enfin, il fut de retour près de la jeune femme qu'il détailla sur tout le chemin qui le séparait d'elle et enregistra le moindre petit élément, dans l'espoir que son cerveau enregistre l'information pour la traiter plus tard. Thomas connaissait toujours sur les autres bien plus de choses qu'ils ne l'imaginaient. Il n'était pas qu'attentif, il avait aussi un talent particulier.
Avec une certaine raideur, il s'inclina devant l'inconnue et déposa le cocktail sur un soubock, renouvela ses plus plates excuses. Il effectuait déjà marche-arrière quand il ne put s'empêcher d'oser la question suivante :

_ Vous avez vraiment fait ce que j'ai cru vous voir faire ?

Dans le patelin qu'était Castleblaney, les sorciers étaient monnaie peu courante. Même le coming-out forcé n'avait pas été suivi de grandes révélations. Et Thomas se faisait la réflexion qu'il n'en avait jamais vu d'aussi près.
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7441

MessageSujet: Re: Le premier soir (libre)   Dim 4 Nov - 19:50

Elle aurait voulu dire que ce n'était pas la peine, que de toute façon rien que le fait d'être là suffisait à sa personne et qu'elle n'avait pas besoin de boire pour se sentir exister dans ce pub là, ce soir là. Mais elle sentit que ce n'était pas le moment.

L'empressement qu'il mit à rattraper sa faute suffit à Elinor pour comprendre qu'elle avait commis une erreur en prononçant ses paroles, et qu'elle avait cédé à un ancien travers en choisissant ces mots-là. Il disparut pendant une éternité. Tout juste le temps pourtant qu'il fallut à la jeune femme pour réaliser combien elle avait été stupide de fuir Londres. Sur le moment cela semblait être la bonne solution. Faire comprendre à Rachel qu'elle avait le week-end pour prendre ses affaires et partir, la laisser seule pour réaliser. C'était bien beau mais maintenant Elinor en venait également à réaliser. La maison elle l'avait acheté seule. Parce qu'elle avait les moyens, certes, mais également parce qu'au fond d'elle il y avait un doute. Un doute qui s'est installé quand ses amis proches lui ont fait comprendre que cette française leur tapait sur le système: Sacha, Loevie, Elliot... Tous avaient eu la même impression et ne s'étaient pas gênés pour le lui dire.

Les superwomen n'existeraient jamais et c'était difficile à admettre pour Elinor qui s'entêteraient toujours inconsciemment à concourir pour le titre.C'était dur de se laisser aller à ses émotions. Il ne fallait pas chercher d'autre raison à sa fuite. Ici il n'y aurait personne pour la juger si elle craquait. Et à propos de craquer et de lâcher prise... Elle s'était laissée aller en sortant sa baguette. Il était temps de réparer cela. Quelques gestes lui permirent de modifier la mémoire des autres clients du premier étage. Désormais, leur regard parcourait la pièce sans avoir peur de croiser celui de l'être précédemment étrange assis à une table ronde parmi eux. Les mines avaient l'air joyeuses ou affairées à écouter les petites histoire du quotidien qui avait rythmé leur journée dans la plus stricte monotonie. Rien ne perturberait plus leurs habitudes ce soir, elle se le jura.

Le serveur revint avec une autre boisson qui atterrit cette fois miraculeusement sur sa table, et sans encombre. Il ne restait plus que lui au final qui savait pour sa petite exhibition. Lui jeter un sort d'oubliettes comme aux autres ne pouvait se faire sans éveiller les curiosités. Elle décida souverainement de voir venir pour juger de sa réaction.

Les manières qu'il prenait pour servir lui prenaient sans doute une grande part de concentration dans son travail. Cela ne devait pas faire trop de temps qu'il officiait en tant que serveur.

- Merci.
_ Vous avez vraiment fait ce que j'ai cru vous voir faire ?

La réaction ne s'était pas faite attendre. Curieusement, elle n'était pas malsaine. Il n'avait ameuté personne et ne semblait pas empreint de dangerosité. Il y avait plus de la fascination qu'autre chose dans son regard. C'était assez rassurant en fait.

- Et si c'est le cas?

Elle lui fit signe de s'asseoir avec elle quelques instants.




Revenir en haut Aller en bas
Thomas N. Tucker
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 33
Signature : Mélusine
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 19/07/2012
Coup de coeur : 3
Gallions : 3517

MessageSujet: Le premier soir   Mar 6 Nov - 21:59

Accepter l'invitation de l'inconnue, c'était vraisemblablement signer sa lettre de démission à Mr Sullivan. Mais la perspective de discuter deux minutes seulement avec un individu du genre sorcier suffisait à le faire hésiter. Sérieusement, quand une autre occasion comme celle-ci se présenterait ? L'inconnue ne paraissait pas être dans une dynamique de vengeance pour l'incident de tout à l'heure. Rien, dans sa physionomie, ne dénonçait une quelconque envie de lui nuire, du moins de façon immédiate (A moins que la magie ne permette également de transformer les signaux physiques de chacun ?). La pensée l'avait traversé brièvement, ajoutant à son dilemme.
Pour se donner une contenance, Thomas laissa son regard errer brièvement sur la salle du premier étage, à la recherche d'un client mécontent ou d'une commande à prendre, et se trouva étonné par le peu de regard fixé sur lui, comme si l'incident des verres renversés étaient déjà relégué bien loin dans leur préoccupation. Il ne capta pas le moindre sourire en coin. Ni même un fragment de curiosité. Il était pourtant particulièrement doué, d'ordinaire, pour discerner les humeurs de tout un chacun.
A croire que l'évènement n'a jamais eu lieu.
Pourtant sa présence auprès de la jeune femme devait lui servir de garantie. Les whiskys dilapidés ne sortaient pas de son imagination... Thomas haussa mentalement les épaules. Il n'avait pas encore eu le temps d'apprivoiser la clientèle du Blimey : peut-être les gens d'ici étaient peu enclins à la curiosité. Tout le monde disait que la promiscuité des campagnes, où rumeurs et potins étaient monnaie courante, se dissolvait dans la grandeur des villes.
Son regard revint à l'inconnue à peine une demi-minute plus tard tandis que sa décision n'était toujours pas prise. Comment aurait-elle pu savoir que le service de ce soir était son exercice de probation ? Un examen de passage qu'il ne pouvait pas se permettre de rater. Peut-être pourrait-il grappiller une minute ou deux quand le Rush serait passé et que la population nocturne refluerait. Ou peut-être à la fin de son service qui se terminait dans il ne savait combien de temps? Mais l'inconnue n'allait probablement pas s'éterniser au Blimey. Elle avait surement une vie riche et complexe qui ne laissait guère de temps aux imprévus et guère de loisirs aux serveurs de bar de faire plus ample connaissance. D'un autre côté, elle était seule face à son verre. Mais peut-être attendait-elle quelqu'un (il risqua un nouveau coup d’œil dans sa direction : elle possédait une sorte de beauté racée qui devait attirer son lot de soupirants) et perdait-il par son manque de docilité son unique occasion de...
Voilà qu'il recommençait et cédait à son penchant d'inventer une histoire et une vie au citoyen lambda !
Contraint et forcé, il émit un bref sourire d'excuse, un peu crispé, en refusant de s'asseoir en face d'elle :

_ Si c'était le cas...

Que répondre à ce genre de question sans paraître injurieux ni voir ses chances d'en savoir un peu plus s'envoler ?

_ Si c'était le cas, j'aurais aimé en voir un peu plus. Que vous me permettiez une ou deux questions pour que je comprenne...

Pour qu'il puisse saisir comment une telle chose fonctionnait. Où les sorciers puisaient l'énergie nécessaire pour chambouler le cours des choses, la marche du monde.
A la vérité, il était incapable de formuler clairement ce qu'il recherchait, si ce n'était comprendre. Cette hésitation avait percé dans sa voix mais Thomas choisit d'oser une dernière question :

_ Allez-vous rester ici un moment ?

« Ici » pouvait aussi bien dire « au Blimey » que « à Castleblaney » mais était porteur de l'espoir de trouver un peu de temps pour discuter avec cette inconnue.
Thomas esquissa une courbette, ne sachant pas véritablement comment prendre momentanément congé. Le service l'appelait.
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7441

MessageSujet: Re: Le premier soir (libre)   Dim 25 Nov - 18:19

- Oh... Bien. Comment vous dire?

Un sourire se dessina sur ses lèvres. La situation commença à l'amuser. Elle tapota la table des doigts, semblant hésiter au milieu de cette pièce. Il était tellement surprenant d'être prise pour objet d'étude. Étonnant et incongru à vrai dire, et sa propre part de curiosité était alléchée. Personne ne s'était même intéressée à elle pour sa condition d'être humain sorcier. C'était flatteur. Mais ça lui semblait aussi dangereux.

- Je ne sais pas pour combien de temps je suis là. Mais ma soirée est à vous si vous y tenez. Vous serez bien le seul à vous soucier de moi ce soir.

Ceci dit, elle ne s'avança pas plus quant à ce qu'elle pourrait bien lui dire et se méfiait malgré tout de la demande. L'état émotionnel dans lequel elle était plongée pouvait nuire à son discernement. C'était généralement le cas lors d'une grosse émotion. Mais elle avait appris de ces dernières années et elle ne commettrait aucune nouvelle erreur en termes de révélations. Pour le reste, elle verrait bien du moment que cet homme lui promettait de se changer les idées.

- Qu'y a-t-il à comprendre? Monsieur...

Elle avait atterri certes dans un coin paumé de l'Irlande, enfin, paumé pour elle, certaine pas pour les braves gens qui l'entouraient. Mais des sorciers il y en avait partout. Même ici sans doute. Et si l'on n'exposait généralement pas sa condition, les moldus étaient quand même bien au courant maintenant sur l'existence des sorciers, lycans, et autres créatures. Alors pourquoi cette curiosité? Y avait-il autre chose derrière?

Elle avala une gorgée en attendant à son tour des réponses jusqu'à ce qu'une évidence vienne la frapper...

- Mais je suis bête. Si vous travaillez ce soir notre conversation risque d'être brève. Jusqu'à quelle heure êtes-vous ici ?

Une autre gorgée ponctua sa question. A ce rythme, elle serait saoule avant la fin du service du garçon. La soirée commençait de manière totalement inhabituelle pour cette névrosée obsédée d'ordre et de contrôle. Elle faisait des choix pour l'organiser au mieux. Cependant, le contexte général promettait de belles surprises. La dernière fois qu'elle avait eu un lâcher prise total, ça l'avait menée à une belle rencontre et à un ami.

Malheureusement, l'arrivée du patron du pub interrompit leur discussion. Il avait l'air renfrogné, ce qui laissa Elinor penser que le jeune homme risquait de passer un sale quart d'heure pour le temps qu'il venait de prendre pour parler avec elle. Elle le laissa arriver pour voir comment allait réagir le serveur. Cela lui fournirait sans doute une clé supplémentaire pour le comprendre.

HJ: Ce n'est pas très long mais c'était pour introduire le changement. J'espère que tu ne m'en veux pas. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Thomas N. Tucker
● Non-Humain ●

avatar

Nombre de messages : 33
Signature : Mélusine
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 19/07/2012
Coup de coeur : 3
Gallions : 3517

MessageSujet: Le premier soir   Jeu 24 Jan - 21:49

Il lui semblait qu'il aurait dû se soucier de la vague amertume qui résonnait au fond de sa voix quand elle lui annonçait être le seul à se préoccuper d'elle. Mais l'amertume n'était pas grand chose face à l'allégresse qu'il ressentit à savoir qu'elle lui offrait sa soirée. L'ébauche d'un sourire commençait à étirer son visage en une expression plus sincère et une réponse poignait à ses lèvres quand l'arrivée de Mr Sullivan par-derrière lui anéantit brutalement tout entrain. Et tout espoir.
Il avait perçu son avancée dès la montée d'escalier et s'était efforcé de toutes ses forces de n'en rien montrer. Un être humain normal réagissait et était régi par des règles extrêmement précises. Or, un être humain normal n'aurait jamais capté l'arrivée de Mr Sullivan avant qu'un bruit ou qu'un mouvement dans son champ de vision ne lui transmette cette information. Un être humain normal ne pouvait pas sentir l'odeur d'un de ses congénères, pas plus qu'il n'était capable d'entendre le bruit feutré et caractéristique de son pas à une si grande distance. Mais Thomas, malgré ses avertissements intérieurs, ne put s'empêcher de se crisper bien trop tôt. Il aurait pu employer ce laps de temps d'une façon plus intelligente : réfléchir à une bonne argumentation. Il s'était laissé surprendre et ce faisait trop longtemps que cela ne lui était pas arrivé.
Fermant les yeux du dépit d'avoir failli si vite dans sa période d'essai, l'Irlandais effectua un demi-tour pour faire face au patron du Blimey, priant tour à tour St Brendan de Clonfert et St Laisrén de lui épargner la honte de se faire remettre à sa place devant la seule personne avec laquelle il avait eu un semblant de conversation depuis le début de la soirée. Ceci était vain et il le savait.


_ Tucker, vous n'êtes pas ici pour compter fleurette à la clientèle mais pour faire preuve de vos qualités et de votre efficacité. Or, j'ai aperçu pas moins de trois tables qui auraient grand besoin d'être resservie.

C'était faux et Thomas le savait fort bien. Mais il n'était pas en position de rechigner ou de démentir l'autorité suprême du Blimey, en la personne de Mr Sullivan. Son caractère provocateur faillit néanmoins prendre le dessus un bref instant, avant que sa raison ne le boute hors de l'avant-scène : il avait cruellement besoin de ce job. Quitte à ravaler sa fierté. Quitte à mentir.

_ Je ne l'ignore pas, monsieur. Je renseignais juste cette dame, qui est de passage en Irlande, sur les possibilités de logement, les curiosités à voir, les lieux à visiter.

Il n'ignorait pas que Mr Sullivan était également l'heureux propriétaire du Misce, une auberge à deux rues de là, à laquelle un peu de publicité ne ferait pas de mal. C'était purement et simplement de la manipulation, et Thomas n'avait certes pas oublié d'associer le tout à une mine angélique, mais ça ne serait pas la culpabilité qui l'étoufferait, cette fois-ci. Il lui fallait vraiment ce job. Un tel argument ne laisserait probablement pas Mr Sullivan insensible. Il y avait néanmoins une inconnue dans sa tentative désespérée de sauver les apparences : la cliente – la sorcière - avec laquelle il échangeait quelques mots deux minutes plus tôt. Rien ne l'empêchait elle de nier sa version des choses et de clamer la vérité au nez et à la face du patron. Sans omettre la Guiness renversée. Gaspillée. Il remettait son sort entre ses mains. Peut-être allait-elle choisir ce moment pour extérioriser une rancune à son égard qu'elle ne lui avait que trop bien caché. Qu'est-ce qui lui prouvait qu'il pouvait lui faire confiance ? Rien. Et il ne s'abaisserait pas à supplier sa connivence par un geste ou un autre, pas plus qu'il ne chercherait à attirer sa sympathie par une mine affligée, ou son soutien par un clin d'œil complice. Non, il resterait de marbre et attendrait qu'elle veuille bien lui sauver la mise. Ou l'enfoncer plus bas que terre.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le premier soir (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le premier soir (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon premier bal [Libre pour plusieurs personnes]
» Son premier bal...[Libre]
» Premier entrainement [Libre][Fini]
» La force du premier compagnon! [Libre, Leo]
» (F) DOUTZEN KROES, premier amour, libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: U.K. Insiders-
Sauter vers: